A

A, Alp, Alpe, Alpes, Alpets,
Alpettaz, Alpette, Alpettes, Alpi, Alpje,
Ar, Arp, Arpalle, Arpalles, Arpasson,
Arpaz, Arpeilles, Arpetta, Arpettaz, Arpette,
Arpettes, Arpey, Arpeya, Arpeyron, Arpeyssaou,
Arpille, Arpilles, Arpillette, Arpingon, Arpire,
Arpison, Arpisson, Arpon, Arponnets, Arpont,
Arponts, Arpuilles, Arpy, Ars, Arsin,
Au, Aufalle, Aulp, Aup, Aupette
Français alpe, terme générique ayant le sens d´alpage, de pâturage d´été en montagne.
L´Alpe, lieu-dit en montagne, pâturage (Besse, Oisans, Isère) ;
L´Alpe, L´Alpt au XVIIIème siècle, L´Alp en 1921, lieu-dit en montagne, pâturage Chalet de l´Alpe, alpage, nom monté à la Croix de l´Alpe, sommet, 1821m, et au Col de l´Alpe, 1793m (Sainte-Marie-du-Mont, Grésivaudan, Isère) ;
L´Alpe, lieu-dit en montagne, pâturage, Clos de l´Alpe, alpage, et Ruisseau de l´Alpe, affluent du Ruisseau d´Aiguebelle (Saint-Michel-en-Beaumont, Beaumont, Isère) ;
L´Alpe et L´Alpe du Pin, alpages, et Ruisseau de l´Alpe, affluent du Lac du Chambon (Mizoën, Oisans, Isère) ;
L´Alpe d´Huez, Alpa Ueti au XIème siècle, Alpa de Hueis au XIIIème siècle, village et station de sports, et Rieu de l´Alpe, cours d´eau temporaire (Huez, Oisans, Isère) ;
L´Alpe du Pin, Alpis de Pis au XIVème siècle, Alpe de Pinis sans date, alpage (Saint-Christophe-en-Oisans, Oisans, Isère) ;
Alpe Tour, lieu-dit en montagne à la frontière italienne (Lanslebourg-Mont-Cenis, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Les Deux Alpes village et station de ski, constitué des hameaux de L´Alpe de Mont-de-Lans, Alpe de Lento au XIVème siècle (Mont-de-Lans, Oisans, Isère) et de L´Alpe de Vénosc, in Alpe de Venosco au XVème siècle (Vénosc, Oisans, Isère) ;
Prairies de l´Alpe, pâturage (Le Périer, Valbonnais, Isère) ;
Station de l´Alpe du Grand Serre, station de sports (La Morte, Valbonnais, Isère) ;
Les Alpes, quartier (Fontaine, Pays grenoblois, Isère) ;
Chemin des Alpes, sentier (Lanslevillard, Haute-Maurienne, Savoie).
Par synecdoque :
Les Alpes, chaîne de montagnes (Autriche, France, Italie, Slovénie, Suisse).

Avec apocope :
Alp Thoules, alpage (Vallée d´Aoste).

Diminutifs avec les suffixes -et, -ette ou la forme patoise -ettaz, voir le mot régional montagnette :
Alpettaz, In Alpeta en 1287 (Fontcouverte-la-Toussuire, Maurienne, Savoie) ;
Les Alpets, Alpaet au XIIIème siècle, Alpasii et Alpaysii au XVème siècle, Les Alpais au XVIIIème siècle, hameau, et Ruisseau des Alpets, cours d´eau temporaire (Les Adrets, Belledonne, Isère) ;
L´Alpette, pâturage et alpage (Semsales, district de la Veveyse, Fribourg) ;
L´Alpette, versus Alpem au XIVème siècle, lieu-dit en forêt (Saint-Bernard, Grésivaudan, Isère) ;
L´Alpette, Alpetta Naylluent et Alpa del Lousour au XIIIème siècle, Alpetta de Naluyant, Alpe de Lauseour et Alpe de Lauczour au XIVème siècle, pâturage, et Porte de l´Alpette, passage (Chapareillan, Grésivaudan, Isère) ;
L´Alpette des Dames, Alpette-de-la-Dame en 1921, lieu-dit en forêt (Sainte-Marie-du-Mont, Grésivaudan, Isère) ;
Ruisseau des Alpettes, affluent de la Mortive (Semsales, district de la Veveyse, Fribourg).

Franco-provençal arp, « pâturage de montagne », forme surtout savoyarde dérivée par rhotacisme :
Arp, alpage (La Balme, La Thuile, vallée d´Aoste) ;
Arp Damon, alpage (Bionaz, vallée d´Aoste) ;
Alpe d´Arp, alpage, redondance, nom monté à la Crête d´Arp, 2755m, et à la Tête d´Arp, 2747m (Val Vény, vallée d´Aoste) ;
L´Arpaz, alpage (Onnion, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Arpey, lieu-dit (Gingins, district de Nyon, Vaud) ;
Arpeya, alpage (Ayas, vallée d´Aoste) ;
Arpy, hameau, Fond d´Arpy Damon, Fond d´Arpy Dèsot, alpages, et Lac d´Arpy, nom monté à la Tête d´Arpy, 2022m (Morgex, vallée d´Aoste).

Augmentatif avec le suffixe -on :
L´Arpon, alpage (Saint-Martin-de-Belleville, Tarentaise, Savoie) ;
L´Arpont, L´Arpon en 1935, alpage (Orelle, Maurienne, Savoie) ;
L´Arpont, Montagne de l´Arpon en 1935, alpage (Termignon, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Les Arponts, alpage, et Plateau des Arponts, pâturage (Aussois, Haute-Maurienne, Savoie).

Diminutif de Arpont avec le suffixe -et :
Les Arponnets, alpage (Orelle, Maurienne, Savoie).

Diminutifs de Arp avec le suffixe -alle, pâturages élevés réservé au menu bétail, dans la vallée d´Entremont :
Chalet d´Arpalle, alpage (Commeire, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
L´Arpalle, pâturage, nom monté aux Col de l´Arpalle, 2656m, et Clocher de l´Arpalle, sommet, 2617m (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
Les Arpalles, alpage (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais).

Diminutifs avec le suffixe -ette ou la forme patoise -etta[z], voir le mot régional montagnette :
L´Arpetta, alpage (Mase, district d´Hérens, Valais) ;
L´Arpettaz, alpage (Megève, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Val d´Arpettaz ou Val d´Arpette, vallon, Arpette, alpage, Fenêtre d´Arpette, col, Tête d´Arpette, sommet, 2295m, Aiguilles d´Arpette, 3059m, Clochers d´Arpette, sommets, 2814m, Glacier d´Arpette, Pierriers d´Arpette, et Adray d´Arpette, Revers d´Arpette, pâturages (Champex, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
Arpette, alpage (Vérossaz, district de Saint-Maurice, Valais) ;
L´Arpette, pâturage, nom monté à un sommet voisin, 2396m (Tortin, Nendaz, district de Conthey, Valais) ;
L´Arpette, Syata de Alpeta au XVème siècle, L´Arpenette en 1935, pâturage (Saint-Etienne-de-Cuines, Maurienne, Savoie) ;
Chalet de l´Arpette, alpage, nom monté au Col de l´Arpette, 2283m, et Montagne des Arpettes, pâturage, nom monté à la Tête des Arpettes, 2385m (Mâcot-la-Plagne, Tarentaise, Savoie) ;
Arpettes, alpage, Alpetta sur la Carte IGC (Vallée de la Thuile, vallée d´Aoste) ;
Les Arpettes, pâturage, nom monté aux Pointes des Arpettes, 2969m et 2976m (Bonneval-sur-Arc, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Col des Arpettes, 3008m (Ayer, Val d´Anniviers, Valais) ;
Montagne des Arpettes, alpage (Aime, Tarentaise, Savoie).

Diminutifs avec les suffixes -eille, -ille, issus de *alpicula, « petite alpe » :
Arpeilles, alpage (Aoste, vallée d´Aoste) ;
L´Arpille, alpage, et Mont de l´Arpille, sommet, 2085m (Martigny-Combe, district de Martigny, Valais) ;
L´Arpille, pâturage, Arête de l´Arpille, crête rocheuse (Savièse, district de Sion, Valais), Pointe de l´Arpille, sommet, 3036m, nom alémanique Arpelistock, et Arpelihorn, sommet, 2921m (Savièse, district de Sion, Valais, et Gsteig, district de Gessenay, Berne) ;
L´Arpille, alpage, nom monté au Vanil d´Arpille, sommet, 2085m (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
En Arpille, lieu-dit (Saint-Jean-le-Vieux, Haut-Bugey, Ain) ;
Les Arpilles, Alpillys en 1486, grand pâturage alpage (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Les Arpilles, pâturage et ruine d´alpage, et Pas d´Arpilles, lieu-dit (Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Arpuilles, hameau (Aoste, vallée d´Aoste).

Dérivé d´Arpille par rhotacisme :
L´Arpire, ruines, nom monté à la Dent d´Arpire (Beaufort-sur-Doron, Beaufortain, Savoie).

Diminutif avec le suffixe -on avec un r épenthétique :
Chalets de l´Arpeyron, L´Arpeiron en 1835, alpage (Marlens, Pays de Faverges, Haute-Savoie).

Avec le double suffixe diminutif -illette :
Arpillette, alpage, diminutif de L´Arpille, nom d´un alpage voisin (Les Diablerets, Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud).

Dérivé de Arp avec le suffixe péjoratif -asse et le suffixe diminutif -on :
L´Arpasson et Vieille Cave de l´Arpasson, alpages (Les Allues, Tarentaise, Savoie).

Dérivé de Arp avec le suffixe collectif -isse et le suffixe diminutif -on :
Habert d´Arpison, Alpison au XIIIème siècle, nom monté au Col d´Arpison, 1489m, et aux Rochers d´Arpison, 1504m, avec le Belvédère d´Arpison, point de vue (Saint-Christophe-sur-Guiers, Chartreuse, Isère) ;
Arpisson, alpage de Valpelline, Torrent d´Arpisson, affluent du Buthier de Valpelline issu du Lac d´Arpisson, nom monté à la Tête d´Arpisson, 2856m (Quart et Valpelline, vallée d´Aoste).

Forme patoise valdôtaine :
Arpeyssaou, pâturage, nom monté au Col de l´Arpeyssaou, 2494m (Valpelline, vallée d´Aoste).

Dérivé de Arp, avec le suffixe -ing, issu de -incum, et le suffixe diminutif -on [Gros] :
Arpingon, alpage, Croix d´Arpingon, lieu-dit, Ruisseau d´Arpingon, affluent du Ruisseau des Etaves, nom monté au Col d´Arpingon, 2276m (Saint-Rémy-de-Maurienne, Basse-Maurienne, Savoie).

Dérivé de Arp avec apocope :
L´Ar du Tsan, Alpe dou Chan en 1310, Campo dou Chan en 1339, Larduzan en 1906, grand alpage (Vallon de Réchy, Nax, district d´Hérens, Valais).

Patois valaisan et valdôtain Ars, « alpe » :
Les Ars Dessous et les Ars Dessus, alpages, Torrent des Ars et Torrent des Ars Dessus, affluents de la Dranse de Ferret, (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
Ars et Tsa d´Ars, alpages, et Lac d´Ars, nom monté au Col d´Ars, 2543m, et au Mont d´Ars, 2827m (Gignod et Sarre, vallée d´Aoste).

Diminutif d´Ars avec le suffixe -in :
Arsin, hameau (Aoste, vallée d´Aoste).

Dérivés par vocalisation :
L´Aulp Bernard, nemus Alpe Bernartz au XIVème siècle, pascuagium Alpis Bernardi sans date, maison isolée (Pinsot, Belledone, Isère) ;
L´Aulp de Fier d´en Bas et l´Aulp de Fier d´en Haut, alpages (Manigod, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) nom monté à la Tête de l´Aulp, 2129m (Chaîne des Aravis) ;
Chalet de l´Aulp, alpage, nom monté au Col de l´Aulp, 1425m (Talloires, Bornes, Haute-Savoie) ;
Les Prés de l´Aup, pâturage (La Côte d´Arbroz, Faucigny, Haute-Savoie).

Diminutif de Aup avec le suffixe -ette :
L´Aupette, clairière (Saint-Laurent-en-Beaumont, Beaumont, Isère).

Diminutifs avec le suffixe -alle, de alpicella « petite alpe », diminutif du féminin latin alpis :
L´Audalle, alpage (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Pointe d´Aufalle, sommet, 2727m, et Tour d´Aufalle, sommet, 2504m, nom monté (Bex, district d´Aigle, Vaud, et Ovronnaz, Leytron, district de Martigny, Valais).

Avec apocope :
L´Au de Tannay, alpage (Vouvry, district de Monthey, Valais) ;
Plan de l´Au, maisons isolées en clairière (Bovernier, district de Martigny, Valais) ;
En l´Au, lieu-dit, nom monté à la Pointe de l´Au, sommet, 2152m (Alpages de Monthey, Morgins, Troistorrents et Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais).

Avec apocope complète :
Combe de l´A, anciennement Combe de Lâ et Combe de Laa, et Torrent de l´A, affluent de la Dranse d´Entremont (Liddes, district d´Entremont, Valais) ;
Torrent de l´A, affluent de la Dixence (Hérémence, district d´Hérens, Valais).

Dérivés de l´ablatif ou datif pluriel latin alpibus, « des Alpes, des alpages » ou « [dans] les Alpes, [dans] les alpages », ou ablatif alpensis :
Le Clos d´Aulph, hameau, peut-être une ancienne propriété de l´abbaye de Saint Jean d´Aulph (Châtillon-sur-Cluses, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Abbaye d´Aulps, fondée en 1094 sous le nom de sancta Maria Alpensis, locum Alpensem en 1097, aussi nommée Abbatia Alpensis ou Domus alpensis, aujourd´hui en ruines (Saint-Jean-d´Aulps, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Vallée d´Aulps, anciennement Vau d´Aulx et Val d´Aulph, partie intermédiaire de la vallée de la Dranse (Chablais, Haute-Savoie) ;
Saint-Jean-d´Aulps, en latin Sanctus Johannis Alpibus, Cura capelle de Alpibus vers 1344, Saint Jean d´Aulph jusqu´en 1961, commune et village de la vallée de la Dranse (Le Biot, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie) ;
Pro d´Aulps, hameau (Saint-Jean-d´Aulps, vallée de la Dranse, Haute-Savoie).

Formes alémanisées :
Oberi Alp, « alpe d´en haut », pâturage (Albinen, district de Loèche, Valais) ;
Alpje, pâturage (Münster, district de Conches, Valais).

Formes italianisées :
Alpi Nuove, alpage (La Thuile, vallée d´Aoste).

Voir aussi Alpes Cottiennes, Alpes Grées, Alpes Pennines, Aplanes, Arbignon, Arcalod, Arclosan, Armenaz, Armont, Arnouva, Arville, Auferrand, Aupatéri, Aussel, Credo, Lo, Ô.


Aar, Are
Probablement des variantes de Ar, « alpe, alpage ».
Plan de l´Aar, alpage (Praz-sur-Arly, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Chalet de l´Are, alpage (Bionnassay, Val Montjoie, Haute-Savoie).

Aarberg
Métairie d´Aarberg, ferme isolée d´alpage de la commune de Villiers (District du Val-de-Ruz, Neuchâtel), du nom de la commune bernoise d´Aarberg, composé de Aar et du moyen haut allemand Berg, « montagne ».

Abandonnées
Les Abandonnées, lieu-dit en forêt de la commune de Peseux (District de Boudry, Neuchâtel), forêts ouvertes au libre parcours du bétail, non mises à ban [Michaud], ancien français abandoner, « livrer en toute liberté, lâcher », voir aussi Bandon.

Abattes, Abattues, Abbattais, Abbattes, Aibaiteuse,
Aibaitteuse, Avattes
Lieu défriché, où les arbres ont été abattus.
Participe passé du verbe abattre :
Les Abattues, lieu-dit en forêt (Cervens, la Côte en Chablais, Haute-Savoie).

Ancien français abatais, abateis, abateys, etc., « taillis, bois fraîchement taillé », vieux français abattis, « certaine quantité de choses abattues, telles que bois » [Trévoux] :
Les Abattes, maisons isolées (Brot-Plamboz, district du Locle, Neuchâtel) ;
Les Abbattais, lieu-dit (La Praz, district d´Orbe, Vaud) ;
Les Abbattes, forêt (Le Locle, Neuchâtel).

Forme dialectale avec bêtacisme :
Les Avattes, maison isolée (Bullet, district de Grandson, Vaud).

Patois jurassien aibaiteuse, « abattis, amassis d´arbres » [Prongué] :
L´Aibaiteuse, forêt (Montsevelier, district de Delémont, Jura) ;
Haute Aibaitteuse, forêt (Movelier, district de Delémont, Jura).

Voir aussi Batteuse.


Abbatiale, Abbaye, Abbayes
Emplacement d´une abbaye, qui était au moyen âge un couvent comportant au moins douze moines ou moniales, dirigé par un abbé ou une abbesse, ou terre dépendant d´une abbaye. Latin ecclésiastique abbatia, « charge d´abbé ».
L´Abbaye, ferme isolée, ancienne possession de l´abbaye d´Humilimont (Sorens, district de la Gruyère, Fribourg) ;
L´Abbaye, abbatem de Lacu en 1140, Abbatia de lacu Jurensi en 1228, commune et village (District de la Vallée, Vaud) ;
L´Abbaye, anciennement L´Abbaye de Mont, hameau et vignoble, ancienne propriété du seigneur du Mont, qui la donna aux moines de l´abbaye de Bonmont en 1177, aujourd´hui Le Rupalex (Mont-sur-Rolle, district de Rolle, Vaud) ;
L´Abbaye, hameau, emplacement des ruines de l´abbaye cistercienne de Saint-Jean d´Aulps ou abbaye de Notre-Dame-d´Aulps, fondée vers 1094 par des moines de l´abbaye de Molesme, détruite par les habitants en 1824, qui utilisent ses pierres pour la construction du village (Saint-Jean-d´Aulps, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
L´Abbaye, chapelle, où se trouvait la Chartreuse de Vallon, fondée en 1138 (Bellevaux, Chablais, Haute-Savoie) ;
L´Abbaye, hameau, où se trouvait l´abbaye de Lieu, fondée en 1140-1160 sous le nom de Locus (Perrignier, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
L´Abbaye, monasterium Beate Marie de Angelis sans date, domus fortis Sancti Justi au XIVème siècle, hameau (Saint-Just-de-Claix, Royans, Isère) ;
Bois à l´Abbaye ou Bois à l´Abbé, forêt ayant probablement appartenu à l´abbaye d´Hauterive (Farvagny, district de la Sarine, Fribourg) ;
Chalets de l´Abbaye, maisons isolées en clairière (Massongex, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Les Abbayes, vignoble et maisons isolées, ancienne propriété du couvent de Montheron (Puidoux, district de Lavaux, Vaud).
Adjectif français abbatiale, « de l´abbé, de l´abbesse, de l´abbaye », et nom, « église d´une abbaye ou d´un monastère » :
L´Abbatiale, hameau près de L´Abbaye de Chassagne, ancienne abbaye cistercienne, et La Vieille Abbaye, lieu-dit en forêt (Crans, Dombes, Ain).


Abbé, Abbés, Abbesses
Français abbé, abbesse, fonction ecclésiastique, latin ecclésiastique abbas, abbatis, « abbé », féminin abbatissa, « abbesse », de l´araméen abba, sanscrit baba, « père ».
Du génitif abbatem, qui a donné le français abbé :
Bois l´Abbé, lieu-dit en forêt (Ville de Neuchâtel) ;
Chez l´Abbé, maisons isolées (Chézery-Forens, Pays de Gex, Ain) ;
Couloir de l´Abbé, lieu-dit en forêt (Montailleur, Combe de Savoie, Savoie) ;
Grand Roc de l´Abbé, lieu-dit en forêt (Aillon-le-Jeune, Bauges, Haute-Savoie) ;
Pré à l´Abbé, hameau (Oron-la-Ville, district d´Oron, Vaud).

Patronyme Abbe, du nominatif abbas [Gros], ou hypocoristique d´Albert [Tosti] :
Les Abbés, Les Abbes en 1935, hameau (Rochefort, vallée du Guiers, Savoie).

Du féminin abbatissa :
Les Abbesses, hameau et vignoble (Echandens, district de Morges, Vaud).

De même origine, ou par mécoupure de La Besse, avec le patronyme Besse :
Abbesses, lieu-dit (Auvernier, district de Boudry, Neuchâtel).


Abeilles
Les Abeilles, hameau de la commune de Saint-Cergues (La Côte en Chablais, Haute-Savoie), soit du nom de l´insecte, soit plus probablement d´un patronyme Abeille. Provençal abelha, latin vulgaire *apicula, « abeille », du latin apicula, « petite abeille », diminutif de *apis, « abeille ».

Abel, Able
Ces noms pourraient dériver de l´ancien français abel, aubeau, aubeil, aubiel, aubel, obeau, obel, « peuplier blanc » (Populus alba), du latin albellus, « blanchâtre ».
Chaux d´Abel, anciennement Aubelle, maison isolée (Les Bois, district des Franches-Montagnes, Jura), et grand pâturage (Sonvilier, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Petite Chaux d´Abel, pâturage (Les Bois et Le Peuchapatte, district des Franches-Montagnes, Jura, et Saint-Imier, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Pont d´Able, maisons isolées près du pont sur l´Allaine (Porrentruy, Jura).

Abérau, Abéraux, Abériaux, Abérieu, Aberieux,
Abérieux, Abéroux, Abérus, Abeurous, Abreuvages,
Abreuvoirs, Abréviaux
Emplacement d´un abreuvoir, vieux français abbreuver, abbruver, ancien français abevrer, abuvrer, « abreuver », bas latin abberare, abeurare, abeverare, « abreuver », abberagium, abeuratorium, abeveratorium, « abreuvoir », du latin vulgaire *abbiberare, *adbiberare ou * abibere, même sens, du latin bibere, « boire », racine indo-européenne *po :(i)-, pi :-, « boire », avec le préfixe ad.
Les Abreuvages, forêt déclive (Seythenex, Bauges, Haute-Savoie) ;
Fontaine des Abreuvoirs, source (Gresse-en-Vercors, Vercors, Isère) ;
Les Abréviaux, forêt déclive sur la Venoge (Chevilly, district de Cossonay, Vaud).
Du patois abérieu, abéru, « abreuvoir » [Boyer], patois savoyard aberà, « abreuver [le bétail] » [Constantin] :
L´Abérau, petit cours d´eau (Chuzelles, Pays viennois, Isère) ;
Golet des Abéraux, lieu-dit (Hauteville-Lompnes, Bugey, Ain) ;
Port des Abériaux, lieu-dit (Prangins, district de Nyon, Vaud) ;
L´Abérieu, hameau (Cordon, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
L´Abérieu, lieu-dit (Morgins, Troistorrents, district de Monthey, Valais) ;
Les Aberieux, lieu-dit en forêt (Manigod, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
L´Abérieux, maison isolée (Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
Les Abérieux, lieu-dit (Gex, Pays de Gex, Ain) ;
Les Abéroux, lieu-dit (Tramoyes, Dombes, Ain) ;
Les Abérus, Aux Abériours en 1637, parfois aussi Albérus. maisons isolées en forêt près d´une source captée (Saint-Georges-des-Hurtières, Basse-Maurienne, Savoie) ;
Fontaine des Abérus, Ad fontanam deus aberours en 1404, Le rieu de la fontaine des Abérieulx en 1637, source (Champ-Laurent, Val Gelon, Savoie) ;
Les Abérus, lieu-dit au bord du Rhône (Saint-Vulbas, Bugey, Ain) ;
Les Abeurous, lieu-dit, et Source des Abeurous, source (Apremont, Haut-Bugey, Ain) ; Fontaine des Abeurous, source captée (Nurieux-Volognat, Haut-Bugey, Ain).

Voir aussi Habère, Labérieu.


Aberdze, Aberge, Abergire, Albergeries, Alberges,
Auberge, Auberges
Vieux français auberge, aulberge, « maison généralement située dans un faubourg, un village ou sur une route, où l´on fournissait le gîte et la nourriture », provençal aubergo, ancien provençal alberga, alberja, « campement, baraque », bas latin albergum, « maison, baraque », voir abergeage.
L´Auberge, hameau (Servion, district d´Oron, Vaud) ;
Cros de l´Auberge, lieu-dit en forêt (Le Monestier-du-Percy, Trièves, Isère) ;
Le Mas de l´Auberge, hameau (Saint-Hilaire-du-Rosier, Chambaran, Isère) ;
Les Auberges, alpage (Provence, district de Grandson, Vaud).
Du patois aberdze, selon Aebischer, c´est un déverbal du verbe patois abèrdzi, « concéder l´établissement à certaines conditions » :
L´Aberdze, alpage (Montbovon, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg).

Ancien français aberge, alberge, « auberge ou simple habitation, voire cabane ». En occitan, aberge désigne un mur à sec ou perré :
L´Aberge, alpage (Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Bois de l´Aberge, maisons isolées (Les Cullayes, district d´Oron, Vaud) ;
Les Alberges, Ecclesia de Albergis vers 1100, Les Aberges en 1516, hameau (Saint-Cassin, Chambéry, Savoie) ;
Les Alberges, Albergie villa au XIVème siècle, Albergiis sans date, hameau (Le Bourg-d´Oisans, Oisans, Isère).

Bas latin albergaria, « auberge » :
Les Albergeries, hameau (Moissieu-sur-Dolon, Bièvre, Isère).

Avec le suffixe -ire :
Abergire, (Bulle, district de la Gruyère, Fribourg) ;
L´Abergire, maison isolée (Gruyères, district de la Gruyère, Fribourg).


Abergeage, Abergeages, Abergeaux, Abergement, Abergement-Clémenciat,
Abergement-de-Varey, Abergements
Voir abergeage.
L´Abergeage, En l´aberjage vers 1410, localité disparue (Montrevel-en-Bresse, Bresse, Ain) ;
Les Abergeages, lieu-dit en forêt (Cormaranche-en-Bugey, Bugey, Ain) ;
L´Abergement, de Abbergamentis en 1493, commune et village (District d´Orbe, Vaud) ;
L´Abergement, maison isolée (Rue, district de la Glâne, Fribourg) ;
L´Abergement, Albergamentum in Dombis en 1304, Pars Abbergamenti en 1427, L´Abbergement en 1536, ancien village et ancienne commune (L´Abergement-Clémenciat, Dombes, Ain) ;
L´Abergement-Clémenciat, Châtillon-les-Dombes : l´Abergement, hameau ; Clémenciat, hameau en 1847, commune de la Dombes (Châtillon-sur-Chalaronne, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
L´Abergement-de-Varey, Arbergamentum Sancti Johannis en 1169, Albergiment en 1212, Albergamentum en 1288, L´Abergement les Varay en 1789, commune et village du Bugey (Ambérieu-en-Bugey, arrondissement de Belley, Ain) ;
Les Abergements, lieu-dit (Vésenex-Crassy, Pays de Gex, Ain).
Abergataire, paysan au bénéfice d´un abergement :
Les Abergeaux, maisons isolées (Puidoux, district de Lavaux, Vaud).

Voir aussi Grand-Abergement, Labergement, Petit-Abergement.


Abert, Aberts
Refuge, abri, éventuellement terre abergée [Bossard] ; aussi, patronyme Abert, variante de Aubert. Un rapprochement avec le dauphinois Habert est possible.
L´Abert, maison isolée (Les Mosses, Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Aberts, alpage (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Aberts, lieu-dit (Menthonnex-en-Bornes, Bornes, Haute-Savoie).

Abîmes
Du vieux français abisme, abysme, latin vulgaire *abismus, « trou profond, insondable », du superlatif abissimus du latin chrétien abyssus, grec abyssos, « sans fond ».
Les Abîmes, région et hameaux des communes des Marches et Myans (Combe de Savoie, Savoie), sur les débris de l´éboulement du Mont Granier en 1248 ;
Notre-Dame des Abîmes, oratoire (Pontamafrey-Montpascal, Maurienne, Savoie) ;
Ruisseau des Abîmes, affluent du Petit Etang (Soleymieu, L´Isle-Crémieu, Isère).

Ablon, Arbin, Arbine
Probables dérivés du latin albus, « blanc », voir Albanne. Il peut aussi s´agir du patois arbine, « perdrix blanche », de même étymologie, voir Arbenne.
Arbin, lieu-dit, et Forêt d´Arbin (Riddes, district de Martigny, Valais) ;
Arbin, alpage (Mayens-de-Riddes, Riddes, district de Martigny, Valais) ;
Arbine, maison isolée (Bény, Bresse, Ain) ;
Rocher de Pierre d´Arbine, lieu-dit (Sainte-Foy-Tarentaise, Tarentaise, Savoie).
Selon Gros certains de ces noms de lieux dériveraient d´un patronyme Ablon :
Chalet d´Ablon, alpage, Gorge d´Ablon, lieu-dit, et Le Freu d´Ablon, passage (Dingy-Saint-Clair, Bornes, Haute-Savoie) ;
Arbine, Ablona en 1317, Ablonaz en 1347, et Ruisseau d´Arbine, affluent de l´Isère, Nant d´Albinaz en 1642, Nant d´Ablonaz en 1655 (La Bâthie, Tarentaise, Savoie).


Abondance
Abondance, village, commune et canton du Chablais (Arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie), abbaye de l´ordre de Saint Augustin, puis de Cîteaux, Notre-Dame d´Abondance jusqu´en 1800, dont les anciens noms sont Abundantina Ecclesia en 1154, [Domus] Abundantia en 1176, Abbatem Habundancie et Habundantia en 1219, du latin médiéval habundantia, cacographie (sous l´influence d´une fausse dérivation du latin habere, « avoir ») du latin abundantia, « richesse, abondance », de abundare, « déborder », composé de ab, « hors », et undare, « couler à flots » ; pour Nègre 1990, [Domus] Abundantia vient du nom d´homme romain Abundantius ;
Dranse d´Abondance, cours d´eau affluent de la Dranse (Chablais, Haute-Savoie) ;
Val d´Abondance, vallée formée par le bassin versant de la Dranse d´Abondance.

Abonnets
Les Abonnets, maison isolée de la commune d´Ugine (Val d´Arly, Savoie), Labonay en 1497, Abonnet en 1935, avec un patronyme Abonnet, de l´anthroponyme germanique Abbo, Abbonis, probablement du germanique *aban, « homme ».

Aboyeu
L´Aboyeu, cours d´eau affluent de la rive droite du Rhône, commune de Collonges, district de Saint-Maurice (Valais), du français aboyer, métaphore pour un torrent particulièrement bruyant.

Abrets, Arbère, Arbères, Arbérès, Arberets,
Arberey, Arberiaz, Arberroz, Arbey, Arbières,
Arbois, Arborex, Arborias, Arbres, Arbroz
Français arbre, « végétal ligneux », du latin arbor, (arbos), arboris, « arbre, bois, lieu planté d´arbres », racine indo-européenne *erad-, « haut, pousser ».
Les Grands Arbres, lieu-dit (Aiton, Basse-Maurienne, Savoie) ;
Sur les Arbres, lieu-dit (Miribel, Dombes, Ain).
Noms collectifs issus du latin arboretum, « lieu planté d´arbres, verger », au Moyen Age « verger faisant partie du manse dominical, accolé au centre d´exploitation » :
Les Abrets, Albrez au XIIIème siècle, Albretum au XIVème siècle, village et commune de la Vallée du Guiers (Le Pont-de-Beauvoisin, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère) ;
Arberets, maison isolée (Saubraz, district d´Aubonne, Vaud) ;
Arberey, maison isolée en forêt (La Salle, vallée d´Aoste).

Noms collectifs dérivés avec le suffixe collectif -ère, du latin arborarius, « relatif aux arbres », ancien français arbroi, arbroie, arbroirie, arbroise, « lieu planté d´arbres », patois arbero, arbro :
Arbère, Arbore en 1164, Arbores en 1179, puis villa qui dicitur Arbres, Arbeire en 1231, et villa de Arberos en 1319, Apud Arborem en 1437, hameau, et L´Arbère, cours d´eau affluent de la Varsoix (Divonne-les-Bains, Pays de Gex, Ain) ;
Les Arbères, Arbeire en 1231, hameau (Meyrin, Genève) ;
Les Arbérès, maison isolée (Bonneval-sur-Arc, Haute-Maurienne, Savoie) ;
L´Arberiaz, lieu-dit (Saint-Légier-La-Chiésaz, district de Vevey, Vaud) ;
L´Arberroz, hameau (Arâches-la-Frasse, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Arbières, alpage, Torrent des Arbières, affluent du Buthier de Valpelline, dans la Comba des Arbières, (Bionaz, vallée d´Aoste), nom monté à la Becca des Arbières, 3321m (Bionaz et Nus, vallée d´Aoste) ;
Arborex, lieu-dit (Lavigny, district de Morges, Vaud) ;
Arborias ou Arboriaz, Arboréas en 1916, petit lac (Colomieu, Bugey, Ain) ;
La Côte d´Arbroz, commune et village de la vallée du Giffre (Taninges, arrondissement de Bonneville, Haute-Savoie).

Dérivé de l´ancien français arbroi, arbroie par syncope :
Chalets du Grand Arbey, maisons isolées en clairière (Esserts-Blay, Basse-Tarentaise, Savoie) ;
Arbois, canton, commune et village (Arrondissement de Lons-le-Saunier, Jura) ;
Chalets d´Arbois, alpage, nom monté au Mont d´Arbois, 1833m (Saint-Gervais-les-Bains, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).


Abrupts
Les Abrupts de Vorassay, pentes raides en-dessous du Mont Vorassay (Bionnassay, Val Montjoie, Haute-Savoie), du français abrupt, « pente très raide », latin abruptus, « escarpé, coupé brusquement ».

Abues
Pourrait dériver d´un verbe ancien français abuer, « convertir en fumier » [Roche], ou du patois abues, arbues, « argiles blancs » [Prongué], ou encore de l´ancien français arbue, variante de herbue, « terrain rempli d´herbe ».
Les Abues, hameau (Moutier, Jura bernois) ;
Sur les Abues, lieu-dit (Corban, district de Delémont, Jura).

Acacias
Arbre de la famille des mimosacées (Acacia sp.). Du grec akakia, « acacia », dérivé de akis, « épine, pointe », d´une racine indo-européenne *ak-, « pointu ».
Les Acacias, quartier (Ville de Genève) ;
Les Acacias, quartier (Douvaine, Bas-Chablais, Haute-Savoie).

Acharnage
L´Acharnage, ferme isolée de la Combe de Mijoux, commune de Gex (Pays de Gex, Ain), L´Echarnage en 1911, devenu L´Acharnage par attraction paronymique avec le français « acharné ». « Echarnage » est un terme de tannerie : c´est l´élimination des parties grasses du derme.
Voir aussi Charnage.


Achat
L´Achat, ruines en clairière de la commune de Champfromier (Michaille, Ain), probablement par remotivation d´un ancien Lachat.

Aches, Achets, Achettes
Peut-être un endroit où poussent des aches rampantes (Apium repens), ou variante de Arche, ou encore variante de Age.
Les Aches, Les Haches en 1906, maisons isolées (Torny, district de la Glâne, Fribourg).
Avec les suffixes collectifs se rapportant à la flore -et, -ette :
Les Achets, alpage, et Ruisseau des Achets (Sainte-Foy-Tarentaise, Tarentaise, Savoie) ;
Les Achettes, lieu-dit (Coffrane, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel).


Achia
La Croix de l´Achia, lieu-dit de la commune de Conthey (Valais), par mécoupure de La Chia.

Ackermandele
Maison isolée de la commune fribourgeoise de Cerniat, district de la Gruyère, du patronyme Ackermann.

Aclens
Village et commune vaudois du district de Morges, nom d´origine burgonde, Aslegus en 1002, Aclens vers 1106, Asclens vers 1200 et en 1383, dériverait d´un primitif *Ascoldens, *Asclodens, *Ascloens, dérivé du nom propre Askold « celui qui règne [avec la lance de] frêne », burgonde *asks, « frêne », germanique *aska, « [bois de] frêne », et *valdan, « celui qui règne » [Perrenot].

Aclex
Aclex, hameau, et Bois d´Aclex, forêt de la commune de Combremont-le-Grand (District de Payerne, Vaud) ; Jaccard mentionne un Bois d´Aclex et nemus quod dicitur Asclei au XIIIème siècle, mais le situe près de Surpierre.

Acoyeu
Hameau de la commune de Brens (Bugey, Ain), Ecclesia de Cohiaco en 1149, Accoyeu et Domus templi d´Acoyeu en 1261, nommé La Commanderie sur la Carte IGN, ancienne Commanderie de l´ordre des Templiers, puis de l´ordre de Saint-Jean de Jérusalem. D´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Cohiacum, dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme Cohius, ou Cocceius selon Nègre 1990, ou encore du nom d´homme gaulois Connius selon un autre auteur.

Acquis, Acquits, Acquy
Terrain acquis, propriété acquise, français acquis, participe passé d´acquérir, « obtenir par transfert de propriété », latin acquisitus, « acquis, acquisition », de ad, « en plus », et quaerere, « désirer, vouloir ». Aussi, terrain gagné sur un cours d´eau
L´Acquis, hameau (Faucigny, Haute-Savoie) ;
Chalet de l´Acquy, maison isolée en clairière, et Bois de l´Acquy (Vallée des Ardoisières, Morzine, Chablais, Haute-Savoie).
Aussi, terrain gagné sur un cours d´eau :
Les Acquits, lieu-dit (Berges de l´Isère, Tencin, Grésivaudan, Isère).

Voir aussi Malacquis.


Acrays, Acrets
Dérivés par provection de La Cray, Cret, etc. [Gros].
Les Acrays, La Cray d´Amont et La Cray d´Aval en 1603, alpage, nom monté au Mont des Acrays, Mont des Acrais en 1935, 2173m (Beaufort-sur-Doron, Beaufortain, Savoie) ;
Les Acrets, alpage (Le Grand-Bornand, Bornes-Aravis, Haute-Savoie).

Adam, Adams
Patronyme Adam, du nom biblique hébreu ´adham, « homme ».
Rayes d´Adam, 2063m (Oyace et Bionaz, vallée d´Aoste) ;
Les Adams, hameau (Cras-sur-Reyssouze, Bresse, Ain).

Adde, Addoz, Adeu
Désigne une petite élévation de terrain, un talus exposé au soleil, de la préposition ad, « près de », et du bas latin dossus, « colline, hauteur, éminence », latin dorsum, « dos [animal] ».
Les Addoz, Adoz en 1422, Ados en 1430, lieu-dit (Boudry, Neuchâtel) ;
L´Adeu, forêt déclive (Les Brenets, district du Locle, Neuchâtel).
Peut-être de même origine :
L´Adde, maison isolée sur une élévation (Cerniat, district de la Gruyère, Fribourg).


Adduit, Adoux, Aduit
« Canal qui amène l´eau d´une source ou d´un ruisseau au point voulu », patois aduire, « apporter, amener », du latin adductus, substantif verbal et participe passé de adducere, « amener » [Gros], voir Doux. Pour Aebischer, adoux est un nom dérivé d´adosser, pour un terrain exposé au soleil, ou simplement abrité.
Adoux, lieu-dit (Goumoëns-la-Ville, district d´Echallens, Vaud) ;
Les Adoux, lieu-dit (Essertines-sur-Yverdon, district d´Echallens, Vaud).
Participe passé aduit du verbe ancien français aduire, « amener, conduire, emmener » :
Bois de l´Adduit, forêt (Giez, Pays de Faverges, Haute-Savoie) ;
L´Aduit, lieu-dit (Tignes, Haute-Tarentaise, Savoie).


Adelins
Les Adelins, maisons isolées de la commune de Poliez-Pittet (District d´Echallens, Vaud), d´un patronyme d´origine germanique Adelin, dérivé du burgonde *aþals, « noble », germanique aþala, « [noble] lignée ».

Adevant
L´Adevant, hameau de la commune de Serraval (Bornes, Haute-Savoie), probablement par mécoupure de là devant.

Adoubes
Vieux français local adoube, « tannerie » [Constantin], de l´ancien français adouberie, « tannerie, teinturerie ».
Les Adoubes, Aux Adoubes-sous-Conflans en 1742, quartier, et Pont des Adoubes, sur l´Arly (Albertville, Combe de Savoie, Savoie).

Adray, Adret, Adrets, Adrey, Adreys,
Adroit
Versant d´une vallée exposé au sud, bon côté d´une montagne, appelé aussi Endroit, opposé à l´ubac.
Adroit des Aravis, lieu-dit en montagne (La Clusaz, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
L´Adroit, hameau (La Clusaz, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
L´Adroit de l´Essert (Châtel, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Tête de l´Adroit, 1751m (Sallanches, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).
Formes patoises, voir le mot régional adret :
L´Adray d´Arpette, aussi Dray d´Arpette par aphérèse, lieu-dit (Champex, Val d´Entremont, Valais) ;
L´Adret, lieu-dit (Pontamafrey-Montpascal, Maurienne, Savoie) ;
L´Adret, Adrestum Thesii au XVème siècle, hameau (Theys, Belledonne, Isère) ;
Les Adrets, In Adreytis en 1421, Les Adreyets en 1585, hameau (Fontcouverte-la-Toussuire, Arvan, Savoie) ;
Les Adrets, ecclesia dels Adreiz au XIème siècle, Adreitz au XIVème siècle, Les Adris au XVIIème siècle, commune et village de Belledone, (Domène, arrondissement de Grenoble, Isère), domus fortis Adextris au XIVème siècle, castrum de Adestris au XVIème siècle, château ruiné, Ruisseau des Adrets, affluent de l´Isère, Le Moulin des Adrets, hameau, et Col de la Croix des Adrets, 871m, tous dans la même commune ;
L´Adrey, ferme isolée (Sâles, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Gros Adrey, alpage (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Adreys, hameau (Sainte-Croix, district de Grandson, Vaud).

Voir aussi Droit.


Adroits
Les Adroits, maisons isolées et forêt de la commune de Roybon (Sud du Grésivaudan, Isère), patronyme Adroit, sobriquet, « personne habile des ses mains ».

Adze, Age, Ages, Agges, Aidges,
Aidjes, Aies, Aige, Aiges, Ayat,
Ayes, Ayets, Ayette, Ayettes
Terrain boisé ou anciennement boisé ou enclos de haies, patois adje, adze, « haie vive » [Bridel], adge, « petite haie » [Pégorier], ancien français agie, « clôture, cloison », ahaye, « haie, propriéte entourée de haies », bas latin agieta, diminutif du bas latin agia, hagia, haia, « haie ; portion de forêt », francique *hagja, germanique *haga, « haie, enclos [entouré d´une haie] », racine indo-européenne *kagh-, kogh-, « saisir ; border, encadrer ». Certains de ces noms peuvent venir de Laga, etc. par mécoupure.
La Pouette Adze, « la mauvaise haie », La Poëte-Adze en 1906, forêt (Ballaigues, district d´Orbe, Vaud) ;
Montagne d´Age, colline boisée, 670m (Poisy, Annecy, Haute-Savoie) ;
Ruisseau de la Grande Age, affluent du Mujon (Rances, district d´Orbe, et Champvent, district d´Yverdon, Vaud) ;
Les Ages, maisons isolées (Torny, district de la Glâne, Fribourg) ;
Sous les Agges, maisons isolées (La Brillaz, district de la Sarine, Fribourg) ;
Les Aies, probablement Adzex en 1906, lieu-dit (Naz, district d´Echallens, Vaud) ;
La Grande Ayat et La Petite Ayat, hameaux (Charancieu, Valdaine, Isère) ;
Les Ayes, lieu-dit (Bourgoin-Jallieu, La Tour-du-Pin, Isère) ;
Les Ayes, moniales de les Ayes et mansus Andreu ubi est monasterium au XIIème siècle, abbatissa de Aiis et domus de Ayis au XIIIème siècle, Notre-Dame des Aies au XVIIème siècle, hameau et ancienne abbaye cistercienne fondée en 1141 par Marguerite de Bourgogne, veuve du Dauphin Guigues IV d´Albon (Crolles, Grésivaudan, Isère) ;
Les Ayes, Les Ayes au XIVème siècle, Les Hayes en 1921, et Les Hautes Ayes, hameaux (Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs, Grenoble, Isère) ;
Les Ayes, Aies Tedesii au XIIIème siècle, hameau (Theys, Belledonne, Isère) ;
Les Ayes, lieu-dit (Cotterg, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Les Ages, Aghe au XIVème siècle, hameau (Pontcharra, Grésivaudan, Isère).
Patois jurassien aidge, « haie » [Prongué] :
Les Aidges, maison isolée en clairière (Les Bois, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Les Aidjes, hameau (Montsevelier, district de Delémont, Jura) ;
Sous l´Aige, lieu-dit (Fontenais, district de Porrentruy, Jura) ;
Les Aiges, hameau (Damvant, district de Porrentruy, Jura).

Diminutif avec le suffixe -et :
Les Ayets, P. deuz Ayes en 1286, Les Ayes en 1662, Fief des Hayets en 1732, Les Ayets en 1847, Les Ayès en patois, hameau (Versailleux, Dombes, Ain).

Avec le suffixe collectif -ette :
Ayette, alpage (Quart, vallée d´Aoste) ;
Les Ayettes, hameau (Pinsot, Belledone, Isère).


Adzerous
Les Adzerous, pâturage de la commune de Bagnes (District d´Entremont, Valais), peut-être de Adze avec un suffixe -ous, forme patoise de -eux, et un r épenthétique.

Aenneriel
Lieu-dit de la commune de Loèche-les-Bains (District de Loèche, Valais), peut-être une forme alémanisée de Anery.

Affe
Probablement une déformation patoise de Asse.
L´Affe, maison isolée en clairière (Champex, Orsières, district d´Entremont, Valais).

Affetiaux, Affeytement
Dérivés de affaitage, affaitement, « façonnage des cuirs à la tannerie », patois afeitya, « artifice (moulin, martinet, foulon, tannerie, etc) », ancien français afaitement, afetement, affaitage, affetement, « action de faire, façon forme », du latin *affectare, « agir en vue de » [Aebischer].
En Affeytement, ancienne tannerie (Riaz, district de la Gruyère, Fribourg).
Désigne soit la tannerie, soit les tanneurs :
Aux Affetiaux, maison isolée (Grangettes, district de la Glâne, Fribourg).


Afflon
Afflon, hameau, Plain d´Afflon, lieu-dit, Mont d´Afflon, lieu-dit en forêt, Ruisseau d´Afflon, affluent de la Sarine (Enney, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg). Ce nom vient du latin ad flumen, « vers le cours d´eau », voir Flon.

Afforés, Afforets, Afforêts, Afforex, Afforey
Vieux français afforest, afforel, déverbal du verbe ancien français a[f]forester, « concéder un droit d´usage ou de pâture dans une forêt », et désignant une forêt où un tel droit a été concédé [Chessex]. Ces noms s´appliquent maintenant en Valais et Vaud à une forêt de châtaigners souvent attenante à un pré, peut-être du latin médiéval ad forestas, « près de la forêt » [Künzi 1997]. Il y a aussi un ancien français affors, « dehors ».
Les Afforés, lieu-dit en forêt (Douvaine, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Afforets, maison isolée (Aigle, Vaud) ;
Les Afforêts, faubourg (La Roche-sur-Foron, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Afforex, lieu-dit (Mathod, district d´Yverdon, Vaud) ;
L´Afforey, lieu-dit (Denens, district de Morges, Vaud).

Affouage, Affouages
L´affouage est le droit qu´ont les habitants d´une commune de pratiquer certaines coupes de bois de chauffage ou de construction sur les biens communaux, ou pour les sujets de ramasser du bois mort sur les terres du seigneur. Nom dérivé du verbe ancien français affouer, « faire du feu, chauffer », avec le suffixe d´action -age, bas latin affoagium, affouagium, affuagium, « droit de couper du bois dans une forêt pour son usage, affouage », du verbe bas latin affoare, « mettre au foyer », ou affogare « marquer le bois qui doit être coupé », du latin « ad » et focus, « feu, foyer ».
L´Affouage, lieu-dit en forêt (Arandon, L´Isle-Crémieu, Isère) ;
La Montagne d´Affouage, lieu-dit en forêt (Meyrieux-Trouet, Avant-Pays savoyard, Savoie) ;
Les Affouages, lieu-dit en forêt (Excenevex, Bas-Chablais, Haute-Savoie).
Voir aussi Fouages.


Agarn, Ahorne, Ahornen, Aï, Ayé,
Ayer, Ayères, Ayerne, Ayernes, Ayers
Patois romand ayé, ayer, « érable sycomore ou faux platane » (Acer pseudoplatanus), peut-être d´un gaulois *agranio-, « prunelle, fruit », ou germanique *akrana, vieux norrois akarn, « fruit [de la forêt], gland », tous d´une racine indo-européenne *ag-, *og-, « fruit, baie » [Delamarre].
Aï, Ayer en 1274, alpage, Chaux d´Aï, Lac d´Aï, nom monté à la Tour d´Aï, sommet (Leysin, district d´Aigle, Vaud) ;
Ayé, hameau (Allein, vallée d´Aoste) ;
Ayer, hameau (Hérémence, district d´Hérens, Valais) ;
Ayer, nom attesté en 1296, commune et village du Val d´Anniviers (District de Sierre, Valais) ;
Ayères du Milieu, hameau, Ayères des Pierrières et Ayères des Rocs, maisons isolées (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie), nom monté aux Pointe d´Ayères Nord, 2644m, et Pointe d´Ayères Sud, 2610m (Rochers des Fiz, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Ayerne, pâturage, Grand Ayerne, maison isolée (Villeneuve, district d´Aigle, Vaud) ;
Ayerne, alpage (Champéry, district de Monthey, Valais) ;
Ayernes, maisons isolées en forêt (Troistorrents, district de Monthey, Valais) ;
Les Ayers, pâturage (Vérossaz, district de Saint-Maurice, Valais).
Forme alémanique, allemand Ahorn, « érable » :
Ahornen, pluriel, maison isolée (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Ahorne, hameau, (Oberems, district de Loèche, Valais).

Formes alémanisées au XIVème siècle :
Agarn, Aert en 1252, Ayert en 1267, Aiert en 1273, Agorn en 1383, Agoren en 1394, Agarn en 1397, Agaren dès le XVIème siècle, commune et village (District de Loèche, Valais).


Agasse
Ancien nom de la pie bavarde (Pica pica), qui dérive de l´ancien provençal agassa, ancien haut allemand agazza, germanique *agô, agatjô, même sens. Plus probablement, dérivé de aigasse, du vieux français aigue, voir eau, avec le suffixe péjoratif -asse.
L´Agasse, lieu-dit (Damphreux, district de Porrentruy, Jura) ;
Agasse ou selon Bossard, La Gasse, lieu-dit (Sion, Valais).
Voir aussi Egasse.


Agaune
Ancien nom de la ville de Saint-Maurice (Valais), Acaunus au début du Vème siècle, Monasterium acaunense, puis Agaunum en 516, du latin agaunum, synonyme de saxum, « rocher », et agaunus, synonyme de petra, « pierre », vocalisation du gaulois acaunon, « pierre » [Delamarre], qui dérive d´une racine indo-européenne *ak-, « pierre, pointu », et qui pourrait faire allusion à une roche pointue, la Cime de l´Est, qui domine la région. Ce nom a été romanisé en Acaunum et Agaunum. Selon une ancienne légende, ce nom, qui viendrait du lieu où Samson mourut, en grec Agon, de agôn, « lutte, combat », aurait été donné par saint Ambroise lors de son passage en ce lieu en 385.

Age, Aget
Du patois valaisan age, vieux français aze, « âne », diminutif aget, « ânon » [Jaccard]. Pour Kraege 2001, ces nom sont à rapprocher de Agettes, patois azyè, « pâturage intermédiaire ».
Becca d´Age, Bec d´Aget en 1906, sommet, 2982m, Pierrier d´Age, lieu-dit au nord de Lourtier (Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Glacier d´Aget, petit glacier, Goli d´Aget, petit lac, Grand Aget, sommet à la limite de Liddes, 3133m, Azet en 1906, Grand Laget sur la Carte Nationale, au sud de Lourtier (Bagnes, district d´Entremont, Valais).

Agettes, Agiettaz, Agiettes, Agites
Pâturage intermédiaire entre l´exploitation de plaine et l´alpage d´été, patois agita, « pâturage inférieur de printemps et d´automne », [Pégorier], du latin adjacita [pastura, terra], « [pâture, terre] adjacente », féminin de adjacitus, participe passé de adjacere, « être situé auprès de, être adjacent, toucher ».
Les Agettes Agietes et Gieti en 1190, Agyettes en 1250, puis Agettes jusqu´en 1964, commune et village (District d´Hérens, Valais) ;
Les Agiettaz, lieu-dit (Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
Les Agiettes, hameau (Sarreyer, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Les Agites, aussi Les Agittes en 1906, alpage (Corbeyrier, district d´Aigle, Vaud).
Voir aussi Gète, Legettaz.


Agibert
Cour d´Agibert, rue de la commune de Cortébert (District de Courtelary, Jura bernois), d´un nom propre contracté Agibert, « brillant par la crainte [qu´il inspire], redoutable » qui a donné le nom moderne Ebert, du germanique agis-a, « crainte », et *berhta, « brillant, renommé ». Le nom du village, Cortébert, dérive précisément de cet anthroponyme germanique, mais c´est peut-être un toponyme récent.
Champ d´Agibert, lieu-dit (Cortébert, district de Courtelary, Jura bernois).

Agiez, Agy, Aisy
Nom d´origine gallo-romaine *Ab[i]diacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Abidius selon Stadelmann, qui déduit cette forme d´un primitif *abdyacu dérivé de la forme allemande ancienne Ebsachen du Agy fribourgeois.
Agiez, de Atiaco en 982, Aziacum et in Aziaco en 1011, Agyz en 1179, Agyacum en 1256, Agie en 1263, Agy en 1382, commune et village (District d´Orbe, Vaud) ;
Agy, Axi en 1179, Ashe et Azhe au XIIIème siècle, Azie en 1228, azje en 1230, agye en 1300, Agiez en 1340, nom allemand Englisberg, et Ebsachen en 1439 et 1449-1450, hameau (Granges-Paccot, district de la Sarine, Fribourg) ;
Agy, hameau (Saint-Sigismond, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Plan d´Agy, lieu-dit (Savièse, district de Sion, Valais) ;
Nant d´Aisy, cours d´eau affluent du Léman (Corsier, Genève).

Aglans
Les Aglans, forêt (Chens-sur-Léman, Bas-Chablais, Haute-Savoie), soit du provençal aglan, « gland », soit d´un patronyme Aglan.

Agneaux, Agnelaire, Agnelais, Agnelas, Agnèles,
Agnelin, Agnellerie, Agnellu, Agnelons, Agnelou,
Agneloux
Français agneau, « petit du bélier et de la brebis âgé de moins d´un an », ancien français agnel, aignel, latin agnellus, diminutif du latin agnus, racine indo-européenne *agh-no-s, « agneau ».
Combe des Agneaux, lieu-dit (Le Chenit, Vallée de Joux, Vaud).
Français agnelle, « agneau femelle », ou déverbel du verbe agneler, « mettre bas, en parlant de la brebis », ou patronyme Agnèle :
Les Agnèles, lieu-dit (Feillens, Bresse, Ain).

Diminutif avec le suffixe -in de l´ancien français agnel, « agneau », ou patronyme Agnelin :
Col de l´Agnelin, Agnellinum au XIVème siècle, 2769m, Pic de l´Agnelin, 2740m, Le Grand Agnelin ou Cime des Torches, sommet, 2958m, Le Petit Agnelin, sommet, 2717m (Saint-Jean-d´Arves, Arvan, Savoie), Ruisseau de l´Agnelin, affluent du Ruisseau de Tirequeue, Rif du Col de l´Agnelin, affluent du Ruisseau de l´Agnelin (Besse, Oisans, Isère) ;
Ruisseau de l´Agnelin, Lac de l´Agnelin, Col de l´Agnelin, 2638m, Pic de l´Agnelin, 2740m, (La Ferrière, Belledonne, Isère, et Vaujany, Oisans, Isère) ;
Combe de l´Agnelin, vallon et cours d´eau (Oz, Oisans, Isère).

Dérivé avec le suffixe collectif -ais :
Les Agnelais, lieu-dit en forêt (Oncieu, Bugey, Ain).

Avec le suffixe péjoratif -asse :
L´Agnelas, Agnella au XIVème siècle, Agniela au XVème siècle, hameau (Voiron, Pays voironnais, Isère).

Avec le suffixe -on :
Rochers du Ranc des Agnelons, falaises (Villard-de-Lans, Vercors, Isère).

Lieu d´élevage ou de pacage pour les agneaux, dérivés avec les suffixes collectifs -aire, -ère, -erie :
L´Agnelaire, alpage, et Ruisseau de l´Agnelaire, affluent du Ruisseau de Saint-Julien (Saint-Julien-Montdenis, Maurienne, Savoie) ;
Agnellerie, lieu-dit en montagne (Gresse-en-Vercors, Vercors, Isère).

Avec le suffixe -ou :
L´Agnelou, L´Agneloux en 1911, maisons isolées (Simandre-sur-Suran, Revermont, Ain) ;
Ferme des Agneloux, maison isolée (Saint-Jean-le-Vieux, Haut-Bugey, Ain).

Forme patoise :
L´Agnellu, hameau (Feigères, Genevois, Haute-Savoie).


Agnens
Fin vers Agnens, lieu-dit de la commune de Saint-Aubin (District de la Broye, Fribourg), qui rappelle un hameau disparu nommé Agnens, As[e]nens en 1085, Asnens en 1149, Asnens en 1215, nom d´origine burgonde, qui dériverait d´un primitif *Asiningos, « chez les Asiningi », dérivé du nom propre Aso, Asin, hypocoristique du radical âs, doublet du germanique *ansu, « dieu » [Perrenot].

Agnère, Ane, Anery, Anes, Anesses,
Anière, Anières, Annes, Ano, Asnière,
Asnières, Asnières-les-Bois, Asnières-sur-Saône
Français âne, ancien français asne, du latin asinus, « âne ».
Bec à l´Ane, lieu-dit (Torgon, Vionnaz, district de Monthey, Valais) ;
Bey à l´Ane, canal (Ardon, district de Conthey, Valais) ;
Bec de l´Ane, sommet, 3213m (Sainte-Foy-Tarentaise, Savoie) ;
Le Crêt à l´Ane, hameau (Sciez, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Crêts à l´Ane, lieu-dit en forêt (Yvoire, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Dos d´Ane, colline boisée (Les Bois, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Le Dos à l´Ane, maisons isolées sur un promontoire dominant le Rhône (Eloise, Genevois, Haute-Savoie) ;
Lac de l´Ane et Ruisseau de l´Ane, affluent du Lac de Grand Maison, anciennement Agnellin, comme le col et sommet voisins, voir Ruisseau de l´Agnelin, etc. (Vaujany, Oisans, Isère) ;
Le Pas de l´Ane, lieu-dit en forêt (Nances, Avant-Pays savoyard, Savoie) ;
Pierre à l´Ane, alpage (Villard-sur-Doron, Beaufortain, Savoie) ;
Tête à l´Ane, 2804, point culminant des Rochers des Fiz (Rochers des Fiz, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Tête de l´Ane, sommet, 1900m, nom bernois Gummesel, « âne de la combe » voir Gumm (Rougemont, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Tête de l´Ane, sommet, 2789m (Pré-Saint-Didier, vallée d´Aoste) ;
Arête des Quatre Anes, arête nord-est de la Dent Blanche (Zinal, Val d´Anniviers, Valais) ;
Côte aux Anes, petit sommet (Courchavon, district de Porrentruy, Jura) ;
Mont des Anes, lieu-dit (Monnetier-Mornex, Genevois, Haute-Savoie).
Français ânesse, du latin asina, avec le suffixe de féminisation -esse :
Les Anesses, lieu-dit (Troistorrents, district de Monthey, Valais).

Probablement de même origine, avec attraction paronymique du prénom Anne :
Les Annes, anciennement Les Anes, hameau, nom monté au Col des Annes, 1721m, à la Tête des Annes, sommet, et à la Clef des Annes, col, 1746m (Le Grand-Bornand, Bornes-Aravis, Haute-Savoie).

Patois ano, « âne » :
Resse de l´Ano, « scie de l´âne », alpage (Grimentz, district de Sierre, Valais).

Asinerie, écurie, pâturage pour les ânes. Ancien français asnerie, asniere, avec les suffixes collectifs -erie, -ière, « étable à ânes », adjectif latin asinaria :
Agnère, maison isolée (La Verrerie, district de la Veveyse, Fribourg) ;
L´Anery, chalets (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Anière, maison isolée en clairière (Vallon de la Lizerne, Conthey, Valais) ;
Anières, a donné le nom de la famille noble patronymique de cette localité, [Guillelmus] dasneres attesté en 1179, et Asneriacum vers 1170, Aneres en 1225, Asneres en 1226, Aneres en 1288, Agneres en 1361, Aniere sur la Carte de Cassini, nommé Asnières en 1906, commune et village (Genève) ;
Asnière, hameau (Bonne, Annemasse, Haute-Savoie) ;
Asnière, hameau
Asnières d´en Bas, Asnières d´en Haut et Asnières devant, hameaux (Mieussy, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Asnière, villa Asnerias au Xème siècle, ecclesia de Asnieres et Anneres au XIIème siècle, Anieriis et Asinariis au XIIIème siècle, Agnerias au XVème siècle, Agnieres et Annière au XVIIIème siècle, Anière en 1921, hameau (Villette-d´Anthon, Rhône) ;
Asnières-les-Bois, in villa Asnieras au Xème siècle, de Asneriis en 1186, Anieres en 1536, Asnieres en 1563, hameau (Confrançon, Bresse, Ain) ;
Asnières-sur-Saône, in villa Asnieras en 928-1026, La ville de Anires en 1328, Anyeres en 1466, Anière en 1734, Asnières en 1911, commune et village de la Bresse (Bâgé-le-Châtel, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain).


Agnereins
Village de la commune de Villeneuve (Dombes, Ain), ancienne commune, in agro Animiacense en 954-993, Ainninens en 1176, Aninens en 1244, Agninens en 1250, Aignereins en 1587, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Animôdingos, « chez les Animôdingi », dérivé du nom propre Animôd, avec un préfixe augmentatif ana- et le burgonde moþs, « courage », du germanique *môda, « humeur » [Perrenot].

Agnin, Anjou
Noms dérivés du gentilice Anius.
Dérivé avec le suffixe -acum, ou directement du nom propre latin Anianus :
Agnin, ecclesia de Agnino au XIème siècle, Aygnis au XIIIème siècle, commune et village du Pays viennois (Roussillon, arrondissement de Vienne, Isère).

Nom probablement dérivé du gentilice Anius :
Anjou, Anjo au XIIème siècle, prepositus de Anio, Anjoldo et Anjoula au XIIIème siècle, Anjove et Anjocio au XIVème siècle, commune et village voisins d´Agnin du Pays viennois (Roussillon, arrondissement de Vienne, Isère).


Agny
Prés d´Agny, lieu-dit de la commune d´Avenches (Vaud), nom de domaine d´origine gallo-romaine *Ag[u]niacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Ag[u]nius, les deux formes étant attestées [Jaccard].

Agot, Agotte
du patois agota, « tari, à sec ».
Nant Agot, cours d´eau affluent de l´Isère (Aime, Tarentaise, Savoie) ;
Nant Agotte, cours d´eau temporaire affluent du Ruisseau de la Combe (Peisey-Nancroix, Tarentaise, Savoie).

Agouillons, Aiguille, Aiguilles, Aiguillette, Aiguillettes,
Aiguillon, Aouille, Aouillette, Arguille, Aveille,
Avollions, Avouille, Avouillette, Avouillon, Avouillons
1. Terme générique, aiguille, pointe rocheuse, sommet pointu, ancien français aguille, latin acucula, « petite aiguille », diminutif du latin acula, « aiguille », racine indo-européenne *ak-, « pointu ».
L´Aiguille, sommet, 1713m (Lessoc, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg, et Rossinière, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Aiguille de Chalais, anciennement La Grande Heuille et La Grande Aiguille, 1089m (Voreppe, Pays voironnais, Isère) ;
L´Aiguille de Quaix, territorium de Acu au XIVème siècle, 1143m (Quaix-en-Chartreuse, Chartreuse, Isère) ;
Aiguille Verte, 4122m (Vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Mont Aiguille, de rupe quae nominatur aqua villa, Equa illa et rupes altissimus Aequa Illi au XIIIème siècle [Gervais de Tilbury], rocher d´Aiguille sans date, 2087m (Chichilianne, Trièves, Isère) ;
Pointe à l´Aiguille, sommet, 1932 m (Villeneuve, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Aiguilles, les Ulies en 1564, montagne des Ullies et montagne des Ullions en 1587, hameau qui tire son nom des Aiguilles d´Arves (Saint-Jean-d´Arves, Maurienne, Savoie).
L´Aiguillette, sommet, 3199m, et Glacier de l´Aiguillette (Alpes Pennines, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Col de l´Aiguillette, 2534m, et Lac de l´Aiguillette, anciennement Lac de l´Ouglietta (Col de l´Iseran, Tarantaise et Maurienne, Savoie) ;
Arête des Aiguillettes, crête rocheuse (La Baume, vallée de la Dranse, Haute-Savoie).
Diminutifs avec le suffixe -on, ancien français aguillon, « sommet » :
Les Agouillons, collines boisées, 1168 m (Le Pont, district de la Vallée, Vaud) ;
L´Aiguillon, pointe (Sainte-Croix, district de Grandson, Vaud) ;
L´Aiguillon, sommet du massif du Mont-Blanc, 3509m, à la frontière franco-italienne.

Variante d´aiguille par rhotacisme :
Roc d´Arguille, Aiguilla au XIVème siècle, Agullia au XVIème siècle, Aiguille au XVIIIème siècle, petit sommet, 1768m (Saint-Pierre-de-Chartreuse, Chartreuse, Isère) ;
Col d´Arguille, 2755m, Bec d´Arguille, 2891m, Rocher d´Arguille, 2885m et Glacier d´Arguille (La Ferrière, Belledonne, Isère, et Saint-Colomban-des-Villards, Maurienne, Savoie).

Du patois aouille, avouille, « aiguille » :
Aouille de Criou, sommet, 2207m (Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Petite Aouille, sommet, 3343m, et Glacier de l´Aouille (Alpes Pennines, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Bec d´Aouille, 2532m (La Salle, vallée d´Aoste) ;
L´Avouille Mousse, « l´aiguille émoussée » ou « l´aiguille cachée », de l´ancien français musser, « cacher », ancien nom du Mont Oreb (Aiguilles Rouges, vallée de Chamonix, Haute-Savoie).

Diminutif avec le suffixe -ette :
Pointe Aouillette ou Punta Aouilletta, Punta Aquilleta, Punta Loglietta, 2616m (Avise et Saint-Nicolas, vallée d´Aoste) ;
L´Avouillette, nom local de l´Aiguillette des Posettes.

Diminutif avec le suffixe -on :
Les Avouillons, sommets, 2950m, et Col des Avouillons, 2647m (Massif des Combins, Bagnes, district d´Entremont, Valais).

Peut-être de même origine :
Becca d´Aveille, 2623m (Quart, vallée d´Aoste).

Voir aussi Huile, Ouille, Ulliettes.

2. En plus de celui de pointe rocheuse, le sens de ce toponyme serait à rapprocher de Ouilla, « lieu où paissent les moutons », qui corrrespond mieux aux caractéristiques topographiques de certains des endroits qui portent ce nom et qui se trouvent loin de toute pointe rocheuse, voire en plaine. L´Ouille serait devenu La Vouille par prosthétique, puis l´Avouille, ou Lavouille par agglutination de l´article. Les lieux-dits suivant ne désignent pas une pointe rocheuse.
L´Avouille, zône de lapiaz (Bostan, Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Avouilles, rochers (Champéry, district de Monthey, Valais).

Diminutifs avec le suffixe -on :
Les Avollions, hameau au bord du lac (Sévrier, Annecy, Haute-Savoie) ;
L´Avouillon ou Avouillons, lieu-dit dans la plaine du Rhône (Châtaignier, Fully, district de Martigny, Valais) ;
Les Avouillons, domaine ayant appartenu au musicien et ancien Premier ministre de la Pologne Ignace Paderewski, et « villas » militaires sur la ligne de défense Sérine-Promenthouse (Gland, district de Nyon, Vaud) ;
Les Avouillons, lieu-dit dans la plaine du Rhône (Vouvry, district de Monthey, Valais).

Voir aussi Lavouille.


Agrebla, Agreblay, Agreblierai
Du patois romand agrebllai, « houx », voir Aigrefeuille.
L´Agrebla, alpage (Rougemont, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Agreblay, lieu-dit en forêt (Saint-Gingolph, district de Monthey, Valais) ;
L´Agreblay, hameau (Champéry, district de Monthey, Valais) ;
Agreblierai, Agriblieray en 1906, lieu-dit en forêt (Blonay, district de Vevey, Vaud).

Agrimoine
Village et ancienne commune (Ried, district du Lac, Fribourg), Agerswyle en 1275, Agraswyl en 1333, Grivilliar en 1340, Grevillard en 1395, Agristwil en 1832, nom allemand actuel Agriswil, de l´allemand Acker, ancien haut allemand acchar, germanique *akra, « champ [cultivé] », ou latin ager, « champ, terre, ferme, domaine, propriété foncière », avec le suffixe -wil. Le nom français actuel Agrimoine apparaît au XVIème siècle et est peut-être dû au fait que cette localité a appartenu au prieuré clunisien de Villars-les-Moines au XVème siècle.

Aibet
L´Aibet, colline boisée (747m) de la commune de Soyhières (District de Delémont, Jura), francisation de Aebi, nom de la même colline sur la commune voisine de Liesberg (Soleure), nom qui désigne une pente orientée vers le nord [David Kobler, in litt]. Pour Prongué c´est un probable dérivé d´Aibaiteuse.

Aidier
Du bas latin aquatorium, « canal, conduit », voir eau.
Aidier, Aidié d´amot en 1725, aussi Aiguier, hameau (Gilly-sur-Isère, Combe de Savoie, Savoie).

Aidjolats
Mot patois jurassien pour Ajoulot, « qui appartient à l´Ajoie », gentilé [Prongué].
Les Aidjolats, forêt (Charmoille, district de Porrentruy, Jura).

Aigalets
Clairière des Aigalets, lieu-dit en forêt, clairière de la commune de Méaudre (Vercors, Isère), d´un hypothétique *aqualetum dérivé du latin aqua, « eau ».

Aigle
Ville, commune et district du Chablais vaudois, Allium en 1138, Alium vers 1150-1154, de Aleo en 1152, Alio en 1179, Aile en 1204, Aylio en 1255, Alyo en 1279, ancien nom allemand Aelen, nom patois Ailloz, probablement de l´anthroponyme germanique *Agil, du germanique *agis-a, « crainte ».

Aigle, Aigles
Nom de plusieurs rapaces, ancien français egle, eigle, du latin aquila, même sens.
Bec à l´Aigle, lieu-dit en forêt (Croy, district d´Orbe, Vaud) ;
Col du Bec d´Aigle, 2561m (Fionnay, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Crêt de l´Aigle, 1646m (Leschaux et Gruffy, Albanais, Haute-Savoie) ;
Nid à l´Aigle, forêt déclive (La Chaux-de-Fonds, Neuchâtel) ;
Roche à l´Aigle, falaise (Vallorbe et Vaulion, district d´Orbe, Vaud) ;
Roche de l´Aigle, falaise (Les Bois, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
La Sagne à l´Aigle, lieu-dit (Les Genevez, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Tête à l´Aigle, 2137m (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Tête de l´Aigle, épaule (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Bois des Aigles, bosquet (Boudevilliers, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Aiguille des deux Aigles, sommet du groupe de l´Aiguille du Plan, 3487m, nommé ainsi en 1905 par les deux premiers ascensionnistes Beaujard et Simon parce que deux aigles ont longuement tournoyé autour d´eux [Boyer] (Aiguilles de Chamonix, massif du Mont-Blanc, Haute-Savoie).
Voir aussi Aille.


Aignoz
Hameau de la commune de Ceyzérieu (Bugey, Ain), Eynius en 1306, patronyme Eynius encore représenté.

Aigrefeuille
Ancien nom du houx (Ilex acrifolium L.), latin acrifolium, composé du latin acer, « aigu », racine indo-européenne *ak-, ok-, « pointu, aigu », et folium, « feuille ».
L´Aigrefeuille ou L´Egrefeuille, Colonia Ayguerruels ou Ayguercuels (pour *Aygrefuels) en 1167-1184, De Aygriffolio vers 1335, de Agrifolio vers 1344, Egrefueil en 1650, lieu-dit (Bâgé-la-Ville, Bresse, Ain) ;
Aigrefeuille, Aygriffollium en 1468, Egriffuel en 1564, localité disparue (Viriat, Bresse, Ain).
Voir aussi Nègrefeuille.


Aigremont
Du bas latin acrum, « aigre », latin acer, acris, « aigu, tranchant », racine indo-européenne *ak-, « pointu », et montis
Aigremont dominus Acrimontis en 1348, aussi Acermons, ancien château aujourd´hui en ruine, dont le nom a été donné à un pont sur la route des Diablerets, lieu-dit (Ormonts-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Forêt d´Aigremont, forêt déclive (Le Pâquier, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel).
Voir aussi Montaigre.


Aigue, Aigue Courbe, Aigue-Morte, Aigue Potaz, Aigues,
Aigue Saussa, Aiguette, Ayguets
Vieux français et patois aigue, « eau ». Ce terme se rencontre souvent en composition.
Draye de l´Aigue, cours d´eau temporaire (Saint-Martin-d´Uriage, Belledonne, Isère) ;
Pierre de l´Aigue, lieu-dit en montagne (Saint-Michel-les-Portes, Trièves, Isère) ;
Les Aigues, maisons isolées (Saint-Jean-d´Arves, Arvan, Savoie) ;
Les Aigues, Les Egues en 1355, lieu-dit (Groslée, Bugey, Ain).
Diminutifs avec les suffixes -et, -ette, ancien français aiguet, « ruisseau, petit canal », féminin aiguete, « petit ruisseau » :
L´Aiguette, cours d´eau (Le Bourget-du-Lac, Aix-les-Bains, Savoie) ;
Bois de la Belle Aiguette, lieu-dit en forêt, et Lac de la Belle Aiguette (Saint-Pierre-d´Allevard, Belledonne, Isère) ;
Les Ayguets, Aux Eiguets en 1935, ruines (Valloire, Maurienne, Savoie) ;
Gorges de l´Ayguets, Granges de l´Eiguet en 1564, lieu-dit (Valloire, Maurienne, Savoie).

Ce terme se rencontre souvent avec un adjectif qualificatif :
Aigue Courbe, cours d´eau affluent du lac d´Arnon (Les Diablerets, Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
Aigue-Morte, cours d´eau affluent du Seran (Bugey, Ain) ;
Aigue Potaz, « eau sale », hameau (Sallanches, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Aigue Saussa, « eau salée », lieu-dit, source salée exploitée jusqu´à la fin du XVIIIème siècle (Panex, Ollon, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Aigues Rousses, Aigue rosse en 1587, lieu-dit en montagne (Saint-Jean-d´Arves, Arvan, Savoie) ;
Les Aigues Rousses, maison isolée (Saint-Sorlin-d´Arves, Arvan, Savoie).

Voir aussi Egaux, et les mots composés Aiguebelle, Aigueblanche, Aiguedeurs, Aiguenoire, Aiguerosse, Ballaigue, Fraidaigue, Longeaigue, Mortaigue, Neiraigue, Raraigue, Rogigue, Rozaigue.


Aiguebelette, Aiguebelette-le-Lac, Aiguebelle
La « belle eau », composé du préfixe aigue- et du français belle, bas latin bella.
Aiguebelle, Castrum qui Carboneria dicitur en 1044, Burgus qui dicitur Aquabella avant 1070, Aqua pulcra en 1082, Aigabella en 1129, Aquabella en 1153, de Aque Pulchre en 1234, Akebelle au XIIIème siècle, Ecquebelle en 1518, Aygabelle au XVIème siècle, dont le nom semble provenir d´un affluent de l´Arc descendant de Montgilbert, canton, commune et village de Basse-Maurienne (Arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie) ;
Aiguebelle, Aquabella au XIIème siècle, Aquabelleta au XIVème siècle, hameau (Estrablin, Pays viennois, Isère).
Diminutifs avec le suffixe -ette :
Aiguebelette, hameau (Allèves, Bauges, Haute-Savoie) ;
Aiguebelette-le-Lac, de Monte Aquebellete en 1228, Aquabelleta en 1308, La Kebelle au XIIIème siècle, La Guilleberie en 1480, Aiguebelette jusqu´en 1929, commune et village de l´Avant-Pays savoyard, qui doit son nom au Lac d´Aiguebelette (Le Pont-de-Beauvoisin, arrondissement de Chambéry, Savoie).


Aigueblanche
« Eau blanche », composé du préfixe aigue- et du français blanche.
Aigueblanche, Aqua alba au XIème siècle, Aqueblanche en 1184, Aquablanca en 1260, nom hérité du torrent qui traverse cette localité, commune et village de la Tarentaise (Moûtiers, arrondissement d´Albertville, Savoie)'
L´Aigueblanche, cours d´eau affluent de d´Ainan (Saint-Geoire-en-Valdaine, Valdaine, Isère).

Aiguedeurs
Lieu-dit et cours d´eau de la commune du Landeron (District de Neuchâtel), composé de aigue-, « eau » et peut-être du celtique *dor, *dora, « torrent », voir Diron.

Aiguenoire, Aigue Noire, Aigue-Noire
Noms composés de aigue, « eau » et du français noire.
Aigue Noire, hameau (Les Diablerets, Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
Ruisseau de l´Aigue Noire, Aqua Nigra au Xème siècle, affluent de la Galaure (Roybon, Sud du Grésivaudan, Isère), et L´Aigue-Noire, lieu-dit dans la même commune.
Avec le préfixe aigue- :
Aiguenoire, Aigues Nerry au XVIIème siècle, Aigues Noires sans date, hameau, et Le Mas d´Aiguenoire, maison isolée (Entre-deux-Guiers, Chartreuse, Isère).


Aigueperse
Ancien lieu-dit de la commune de Massieux (Bresse, Ain), Apud Aquam Sparsam en 1259, Aquaparsa en 1299-1369, du latin aqua, « eau », et de l´adjectif féminin latin sparsa, « répandue, disséminée, dispersée, éparse ».

Aiguerosse, Aigues Rousses
« Eau rouge » ou « eau rousse », composé du préfixe aigue- et de Rosse, Rousse.
Aiguerosse, alpage avec habitat dispersé (Gryon, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Aigues Rousses, Aigue rosse en 1587, lieu-dit en montagne (Saint-Jean-d´Arves, Arvan, Savoie) ;
Les Aigues Rousses, maison isolée (Saint-Sorlin-d´Arves, Arvan, Savoie).

Ailefroide
Ailefroide Centrale, 3927m, Ailefroide Occidentale, 3954m, sommets du chaînon de L´Ailefroide, Col de l´Ailefroide, 3337m, (Saint-Christophe-en-Oisans, Oisans, Isère, et Saint-Antoine, Hautes-Alpes), Vallis Frigida sans date, Alefrigide au XIVème siècle, Ale-Froide en 1921, par aphérèse du latin vallis, « vallée », et frigida, « froide », nom monté du hameau d´Ailefroide (Saint-Antoine, Hautes-Alpes).

Aillan
Hamau de la commune de Doues (Vallée d´Aoste), probablement un ancien domaine d´origine gallo-romaine *Allianum, dérivé avec le suffixe -anum du gentilice Allius.

Aille, Ailleré, Ailles, Aillette, Aillires,
Aillou, Ailly, Aillys, Ale, Allesse,
Alliat, Alliaz, Aulx, Aux
Pourrait désigner un endroit où poussent des plantes bulbeuses comme l´ail des ours (Allium ursinum L.), l´ail des montagnes (Allium montanum Schm.), ou encore la joubarbe de montagne (Sempervivum montanum) et l´orpin âcre (Sedum acre L.). Français ail, aulx, ancien français aille, aillee, aillet, aillie, ailliee, alee, alie, allie, « ail », du latin allium, « ail », racine indo-européenne *a :lu-, a :lo-, « plante amère ». Dans certains cas l´origine pourrait être l´adjectif féminin latin aquila, « brunne, sombre, noirâtre ».
Aille, Ally en 1285, hameau (Montceaux, Dombes, Ain), et Champ d´Aille, Terre d´Aille, lieux-dits dans la commune voisine (Francheleins, Dombes, Ain) ;
L´Aille, alpage, nom monté au Vanil de l´Aille, sommet, 1884m (Grandvillard, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Ailles, pâturage (Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais) ;
Les Ailles, hameau (Villaz, Bornes, Haute-Savoie) ;
Combe des Aulx, lieu-dit (Les Hauts-Geneveys, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Lanche des Aux, lieu-dit, et Tête de la Lanche des Aux, sommet, 2233m (Champéry, district de Monthey, Valais).
Noms formés avec les suffixes collectifs -eré, -ire :
L´Ailleré, lieu-dit (Ollon, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Aillires, forêt déclive, et Torrent des Aillires, affluent de l´Arve (Argentière, vallée de Chamonix, Haute-Savoie).

Nom formé avec les suffixes collectifs se rapportant à la flore -et, -ette :
Les Aillets, hameau (Simandre-sur-Suran, Revermont, Ain) ;
L´Aillette, lieu-dit (Trient, district de Martigny, Valais).

Diminutif avec le suffixe -at :
Forêt de l´Alliat (Ugine, Val d´Arly, Savoie).

Nom formé avec le suffixe collectif patois -iaz :
L´Alliaz et Bains-de-l´Alliaz, alpage ! (Blonay, district de Vevey, Vaud).

Avec le suffixe -oud :
L´Aillou, hameau (Mûres, Albanais, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif -y :
Crêt de l´Ailly, alpage (Les Clefs, Bornes, Haute-Savoie) ;
Les Aillys, lieu-dit en forêt (Burdignin, Vallée Verte, Haute-Savoie).

Pour Guex, Aille serait aussi à rapprocher du patois aillo, alye, « aigle », latin aquila, qui explique aussi Ale :
Treutse à l´Aille, « rocher à l´aigle » selon Jaccard (Trient, district de Martigny, Valais) ;
En Ale, lieu-dit (Grancy, district de Cossonay, Vaud) ;
Becca d´Ale, « bec d´aigle », éminence rocheuse (Verbier, Bagnes, district d´Entremont, Valais).

Notons encore comme origine possible le gaulois alisia, « falaise, rochers, escarpements rocheux », avec aphérèse, pour :
Allesse, Alleyses en 1342, Alesses en 1344, et L´Au d´Allesse, alpage et refuge de montagne (Dorénaz, district de Saint-Maurice, Valais).


Aillerens, Alliérens
Noms d´origine burgonde, selon Perrenot d´un primitif *Alaharingos, « chez les Alaharingis », dérivé du nom propre Alahar, gothique *Ala-harjis, « le guerrier par excellence », du burgonde *alls, germanique *alla, « tout, tout à fait », et burgonde *harja, harjis, germanique *harja, « guerrier ».
Aillerens, hameau (Chapelle-sur-Moudon, district de Moudon, Vaud) ;
Alliérens, Vilar Alarenc en 1147, Villar Allerant en 1142, Aleran en 1154, hameau (Moudon, Vaud).

Aillon, Aillon-le-Jeune, Aillon-le-Vieux
Aillon-le-Jeune et Aillon-le-Vieux, communes et villages du canton du Châtelard (Bauges, Savoie), communes issues en 1863 de la commune d´Aillon de Allione en 1158, Domus Allionis vers 1178, date de fondation de l´ancienne chartreuse d´Aillon, prior de Allione en 1198, prior Allonis en 1223, Cura de Allion vers 1344, Prioratus de Ayllone au XIVème siècle, d´un ancien [fundus] Allionis, avec un nom d´homme Allio, Allionis, dérivé du gentilice Allius selon Gros, ou hypocoristique du prénom Elie ;
Aillon, hameau, domus de Aillone au XIIIème siècle, Allion au XVIème siècle, ancienne dépendance de la chartreuse d´Aillon, et Terre d´Aillon, Gravier d´Aillon, lieux-dits (Chaponnay, Rhône).

Ailloud, Ailloudières, Aillouds
D´un patronyme Ailloud, issu de l´anthroponyme Alialdus attesté au XIème siècle, Allaudus en 1116, Aillaudi en 1284 [Gros], latinisation d´un anthroponyme germanique probablement Agilwald, qu´on retrouve dans Cortaillod.
Les Ailloud, hameau où se trouvait une famille Aillod, Alliod (Grésy-sur-Aix, Aix-les-Bains, Savoie) ;
Les Aillouds, lieu-dit (Les Houches, vallée de Chamonix, Haute-Savoie).
Avec le suffixe de propriété -ière :
Les Ailloudières, hameau (Merlas, Valdaine, Isère).

Voir aussi Montailloux.


Aimavigne
Hameau de la commune de Jongieux (Avant-Pays savoyard, Savoie), Eyma Vinea en 1355, Aymavigne en 1624, Emavigne en 1672, vigne d´un nommé Aime, Ayme au cas sujet, Aimon, Aymon au cas régime [Gros], du germanique *haima, « foyer, village, patrie ».

Aime
Canton, commune et village de la Tarentaise (Arrondissement d´Albertville, Savoie), ancien forum Claudii Centronum, capitale administrative des Centrons. Noms romains Axima (Carte de Ptolémée), Aximam sur la Table de Peutinger, Ayma vers 1170 et en 1258, Aisma en 1197, Ayme en 1696. Le nom Axima dériverait du nom du dieu topique Aximus.

Aimery
Forêt de l´Aimery, commune de Courfaivre, et Côte de l´Aimery, lieu-dit en forêt, commune d´Undervelier (District de Delémont, Jura), de l´anthroponyme germanique Amalric [Prongué], dérivé de Amal, nom de la lignée régnant sur le peuple gothique oriental des Amelungen, et du gothique reiks, « puissant, premier », du germanique *rîka, rîkia, « puissant, celui qui règne ».

Aimes
Les Aimes, pâturage, Chalet des Aimes, alpage, nom monté à la Traverse des Aimes, lieu-dit en montagne, et à l´Aiguille des Aimes, 2812m (Peisey-Nancroix, Tarentaise, Savoie), d´un patronyme Aime.

Aimetteneux, Amatenne, Amatennes, Amattennes, Amattines
Dans le Jura : pâturages élevé, du moyen haut allemand mate, matte, « pâturage » [Roche].
L´Amatenne, maisons isolées (Châtelat, district de Moutier, Jura bernois) ;
Aux Amatennes, pâturage (Eschert, district de Moutier, Jura bernois) ;
Pâturage des Amatennes, lieu-dit (Belprahon, district de Moutier, Jura bernois) ;
Les Amattennes, pâturage (Crémines, district de Moutier, Jura bernois) ;
Les Amattines, lieu-dit (Champoz, district de Moutier, Jura bernois).
Avec le suffixe -eux :
Les Aimetteneux, lieu-dit (Mervelier, district de Delémont, Jura).

Voir aussi Emettennes.


Ain
L´Ain, affluent du Rhône, Flumen que Igneus dicitur au VIIème ou VIIIème siècle, Igniz en 1112, Hinnis en 1169, Usque ad Hent vers 1180, Flumen que dicitur Enz en 1212, Innnis en 1212, Henz en 1213, Hens en 1230, Ynnis en 1239, Super Yndim en 1236, Ens en 1299, Eyns en 1306, Indis en 1337, Yndis en 1421, Ayns en 1421, Ains en 1492, Eynds en 1559, Idanus fluvius au XVIème siècle, Usque ad Idanum en 1608, Danus en 1618, Le Dain en 1658, Inz en 1665 et Ain en 1734. Selon Philipon la forme originaire serait Indis, et Idanus, Danus seraient des formes inventées par des érudits qui voyaient dans Danus un mot celtique signifiant rivière. Selon Nègre 1990 ce nom dérive d´une racine préceltique *en-, à rapprocher de l´irlandais en, « eau ». Ain, département de la régine Rhône-Alpes nommé d´après la rivière Ain.

Aingles, Angles
Terre, région en forme de coin. Français angle, du latin angulus, « angle », racine indo-européenne *ank-, ang-, « plier, courber ».
Les Angles, maison isolée (Vaulruz, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Angles, lieu-dit (Boncourt, district de Porrentruy, Jura).
Ancien français ainglee, « angle » :
Les Grosses Aingles et Les Petites Aingles, lieux-dits (Courfaivre, district de Delémont, Jura).

Voir aussi Angelot.


Airans
Hameau de la commune de Farges (Pays de Gex, Ain), Herens et Heyrens en 1401, Eyrens en 1738, Heyreins au XVIIème siècle, Hairens sur la Carte de Cassini, aussi Hairans en 1911, nom d´origine burgonde, voir Hérens.

Aire
L´Aire, cours d´eau affluent de l´Arve (Genève), féminin dérivé d´une racine celtique *ar-, liée à l´eau vive. Pour Kraege 1999, cette racine vient de la racine indo-européenne *ar-, « labourer », ayant désigné le sillon, puis par métaphore la vallée, enfin le cours d´eau. Selon Delamarre, ce toponyme viendrait du gaulois isara, voir Isère. Plaine de l´Aire, lieu-dit (Perly-Certoux et Plan-les-Ouates, Genève).
Voir aussi Laire.


Aire, Aires, Airets, Airette, Airon
Du français aire, « lieu où l´on bat le blé et le seigle », ancien français aire, « lieu, place, en particulier emplacement non cultivé », du roman airal, « aire », latin area, « petite surface plane, fonds de terre, sol, terrain, emplacement pour bâtir, planche, carreau (d´un jardin), marais, espace inculte ».
L´Aire, alpage (Ugine, Val d´Arly, Savoie) ;
Sur l´Aire, lieu-dit (Seytroux, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Les Aires, hameau, et
Viaduc des Aires, pont du chemin de fer sur le Ruissseau du Moulin (Groisy, Bornes, Haute-Savoie) ;
Les Aires, lieu-dit en montagne (Presles, Royans, Isère) ;
Serre des Aires, colline boisée, 997m (Saint-Sébastien, Trièves, Isère).
Par transfert avec un patronyme Aires :
Les Aires, es Hères en 1819, maison isolée (Monthey, Valais) ;
Chez les Aires, hameau (Thollon-les-Mémises, Chablais, Haute-Savoie).

Diminutifs, ancien français airete, « emplacement non cultivé », avec les suffixes -et, -ette :
Les Airets, lieu-dit, et Ruisseau des Airets (Saint-Jeoire, Faucigny, Haute-Savoie) ;
L´Airette, clairière avec maison isolée (Ardon, district de Conthey, Valais).

Diminutif avec le suffixe -on :
Chalet de l´Airon, alpage, nom monté au Col de l´Airon, 1826m (Arâches-la-Frasse, Faucigny, Haute-Savoie).

Probablement du français aire, « nid des oiseaux de proie » :
Rocher des Aires, lieu-dit en forêt (Veyrier-du-Lac, Bornes, Haute-Savoie).

Voir aussi Erellaz, Girettes, Ire, Lérettaz, Lirec.


Aïre
Dérivé du latin aeria, « élevée ».
Aïre, village dominant le Rhône, Aeyria en 1317 (Vernier, Genève) ;
Aïre et Chaux d´Aïre, pâturages (Conthey, Valais).

Aire-la-Ville
Village et commune du canton de Genève, Aeria Villa en 1429, latin aeria, « élevée », Haire-la-Ville en 1666.

Airmont
Rue d´Airmont, commune de Porrentruy (Jura), sans doute une cacographie d´Hermont, lieu-dit voisin.

Aisne
Ancien nom du village de Vésines, Villam Eniscum et Osam majorem en 946, Eniscus et Enescus vers 950, villam Aniscum en 1017-1025, Aisina en 1293, Ennes en 1427, Enes en 1463, Veysine en 1679, Aine en 1734, Aynes ou Vesine en 1790, Aisne et Vesine en l´an X.

Aiton
Commune et village de Basse-Maurienne (Aiguebelle, arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie), In Etone en 739, Ecclesia de Ethone vers 1019, Hetone en 1184, Etone en 1242, Apud Aythonem en 1220, Eythone en 1269, Aython en 1696, de l´anthroponyme germanique Etho, Eto, probablement une variante de Othon, Otto [Gros], voir Ottonet.

Aitres
Variante de Etre, « abri de bergers », ancien français aistre.
Aitres, lieu-dit avec ruines (Vionnaz, district de Monthey, Valais) ;
Le Plan des Aitres, lieu-dit avec ruine (Saint-Jean-d´Aulps, vallée de la Dranse, Haute-Savoie).

Aivettaz
L´Aivettaz, lieu-dit en montagne de la commune de Sainte-Foy-Tarentaise (Tarentaise, Savoie), variante patoise de l´Evette.

Aix, Aix-les-Bains
Emplacement de sources, le plus souvent thermales, voir eau.
Les Aix, hameau (Vailly, Chablais, Haute-Savoie) ;
Aix-les-Bains, Aquis villam en 1011, ad Aquis en 1014, in oppido Aquis en 1184, Aiç en 1202, Aquae en 1488, Ais in Sabaudia en 1571, et enfin Aix (les appellations Aquae Allobrogum, Aquae Domitianae, Aquae Gratianae, Aquae Gratianae, Aquae Gratianopolis [Vernier] sont apocryphes et doivent donc être écartées [Gros]), ville fondée par les Allobroges et conquise par les Romains en -23, canton et commune (Arrondissement de Chambéry, Savoie).

Ajoie
Région du canton du Jura (district de Porrentruy), in pago Alsegaugensi en 732, Aygoya vers 1180, Aioia en 1236, Ajoya en 1311, nom allemand Elsgau ou Alsgau, d´un primitif Hall´s Gau, du nom de la rivière l´Allaine, ancien nom allemand Hall, et allemand Gau, « district, région ».

Ajon
Selon Künzi 1997, dérivé de « ajonc », sorte de genêt épineux (Ulex europaeus), du bas latin adjotum, adjoudum, « terre couverte d´ajoncs ». Toutefois, il pourrait aussi s´agir d´un dérivé du patois adje, « haie vive », voir Age.
Ajon, alpage (Villard, Vallée Verte, Haute-Savoie).

Alagnier, Alagniers, Alaignier, Alanier, Alaniers,
Allagnier, Allogneraie, Allognis, Aulagnier
Du français régional alognier, allognier, aulagnier, « noisetier ».
Les Allognis, es Allognyers en 1592, Alognys en 1906, maisons isolées (Rougemont, Pays-d´Enhaut, Vaud).
Avec le suffixe collectif se rapportant à la flore -aie :
L´Allogneraie, lieu-dit (Villargondran, Maurienne, Savoie).

Mot régional de l´Ain alagnier, « noisetier » [Pégorier] :
L´Alagnier, lieu-dit (Champdor, Haut-Bugey, Ain) ;
Les Alagniers, maison isolée (Saint-Germain-sur-Renon, Dombes, Ain) ;
Bief des Alagniers, affluent du Jugnon (Viriat, Bresse, Ain) ;
Bois des Alagniers, petite forêt (Civrieux, Dombes, Ain) ;
Côte des Alagniers, colline allongée (Drom, Revermont, Ain) ;
Le Creux de l´Alaignier, Le Cros de l´Alaignier en 1837, lieu-dit (Champdor, Haut-Bugey, Ain) ;
L´Alanier, peut-être Allaigne en 1911, hameau (Saint-Just, Bresse, Ain) ;
Les Alaniers, Alagnier au XVIIIème siècle (Carte de Cassini), maison isolée (Saint-Germain-sur-Renon, Dombes, Ain) ;
L´Allagnier Est, L´Allagnier Ouest et Côte l´Allagnier, lieux-dits (Pérouges, Dombes, Ain).

Forme méridionale aulagnier, occitan aulanhièr, « noisetier », et patronyme Aulagnier :
L´Aulagnier, lieu-dit en forêt (Pellafol, Beaumont, Isère).

Voir aussi Anailles, Olagnier, Oulaines.


Alamont
Eminence au-dessus de Tanay, commune de Vouvry (District de Monthey, Valais), composé de « à l´amont ».

Albanais, Albenche, Albens
Noms qui pourraient dériver avec un suffixe -inum de l´ethnonyme Albii, tribu celte qui peuplait la région, dont le nom dérive du gaulois albios ; pour Nègre 1990, ils dérivent d´un préceltique *alb-, d´où Albens, avec le suffixe préceltique *-inno, et Albenche, avec le suffixe préceltique *-inca.
Albens, canton, commune et village de Savoie (Arrondissement de Chambéry), sur la rivière Albenche, ancien vicus Albinnum, Albinno fit et Albenno fet sur des monnaies mérovingiennes, Villa Albensi en 1355, Prioratus de Albenco vers 1344, Arbensi castellania en 1451 ;
Albanais, Albinnenses avant le XIème siècle, in pago Albanense en 1016-1018, In valle Albanensi en 1019, in pago Albonensi en 1022, in pago Albanense vers 1032, nom latinisé in Arbanesio en 1305, in Albanesio en 1319, plus tard Albaneis et Albanois, région dont Albens et Rumilly sont les bourgs principaux (Haute-Savoie et Savoie) ;
L´Albenche, cours d´eau affluent de la Deisse, nom dérivé d´Albens avec le suffixe -enche.

Albanel, Albanières, Albans
Patronyme Alban, latin Albanus, « d´Albe ».
Croix des Albans, croix sur un sommet, 1072m (Méaudre, Vercors, Isère).
Avec le suffixe diminutif -el :
Le Clot Albanel, ruines d´alpage (Valloire, Maurienne, Savoie).

Avec le suffixe de propriété -ière :
Les Albanières, ruines, Les Albannières, hameau en 1911 (Béréziat, Bresse, Ain).


Albanne, Albannette
Albanne ou Albane, localité de la commune de Montricher-Albanne, (Arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie), Cabannaria de Albana au XIème siècle, In Albanna en 1184, Albana en 1457, du nom de domaine [cabannaria de] Albana, avec le cognomen Albanus, « d´Albe, albain, d´Albanie » [Gros].
Diminutif avec le suffixe -ette : Albannette ou Albanette, Albaneta au XIème siècle, hameau (Montricher-Albanne, Maurienne, Savoie).


Albanne, Albarine, Arbagny, Arbanet, Arbogne,
Arbon, Arbona, Arbonne, Aubonne
Hydronymes : « rivière ou source blanche, écumeuse », ancien français aube, « blanc, blanche », du latin alba, « blanche », ou « l´eau divine », du gaulois albios, et suffixe issu du gaulois -anne, -onne, « cours d´eau, source ». Il existe aussi un mot gaulois *abona, « rivière », dérivé d´une racine indo-européenne *ab- qui désigne les eaux dans le sens religieux d´élément actif [Delamarre].
Albanne, Aqua que vocatur Albana en 1232, super ripperia Albane en 1418, Arbanne en 1555, petite rivière, affluent de la Leysse à Chambéry (Savoie) ;
Albarine, cours d´eau affluent de l´Ain, Aqua que dicitur Albarona en 1096, Fluvius que dicitur Albalona en 1236, Arbarona en 1293, Ripperia Albarone en 1344, Albarine en 1650 (Bugey, Ain).
Dérivés par rhotacisme :
Arbagny, Albaneir en 1441 (Treyvaux, district de la Sarine, Fribourg) ;
L´Arbanet, lieu-dit (Farvagny, district de la Sarine, Fribourg) ;
L´Arbogne, Arbonnia en 1320, Arbognez et Arbognyez en 1399, aussi Erbogne en 1906, cours d´eau affluent de la Broye (District de la Broye, Fribourg, et district de Payerne, Vaud) ;
Les Arbognes et Moulin des Arbognes, hameaux sur l´Arbogne (Montagny, district de la Broye, Fribourg) ;
Torrent d´Arbon, affluent de la Bialle (Domancy, Combloux et Demi-Quartier), et Pont d´Arbon, hameau (Demi-Quartier, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
L´Arbona, lieu-dit (Ugine, Val d´Arly, Savoie) ;
Arbonne, Torrens d´Arbena en 1633, affluent de l´Isère, alimenté par le Nant Blanc et d´autres ruisseaux provenant de terrains gypseux (Tarentaise, Savoie).

Dérivé par vocalisation :
Aubonne, hameau (Douvaine, Bas-Chablais, Haute-Savoie).

Voir aussi Aubonne.


Albaron
L´Albaron, sommet des Alpes Grées, 3637m (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie), peut-être dérivé du latin albus, « blanc », ou Pointe d´Arbaron selon Gros, qui le rapporte à un patronyme Albaron, cf. Albarun attesté au XIème siècle ; et Selle de l´Albaron, épaulement près de l´Albaron, 3474m (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie).

Albenc, Arbent
Noms issus d´un terme franco-provençal équivalent de l´occitan albenc, « incandescent », dans le sens de « [sol] blanc, blanchâtre ».
L´Albenc, Albenc et Albanc au XIVème siècle, Alben, Albenum et Albencium sans date, commune et village du Sud du Grésivaudan (Vinay, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Arbent, de Albenco en 1158, Albeins et Albenc vers 1250, de Arbenco en 1325, Apud Erbencum en 1388 Albens au XVème siècle, commune et village du Haut-Bugey (Oyonnax, arrondissement de Nantua, Ain).

Albert, Albertans, Alberts
Prénom et patronyme Albert, variante de Aubert.
Etang du Grand Albert, étang en forêt (Arzay, Bièvre, Isère) ;
Les Alberts, Albers et Alberz au XIIIème siècle, Alberti au XIVème siècle, hameau, et Torrent des Alberts, sous-affluent de la Romanche (Le Bourg-d´Oisans, Oisans, Isère).
Forme adjective dérivée avec le suffixe -an : Les Albertans, hameau du vallon de Montriond (Chablais, Haute-Savoie).


Albertville
Ville, sous-préfecture, canton et commune de Savoie, localité créée par le roi de Sardaigne Charles-Albert en décembre 1835, par la réunion des deux bourgades de Conflans et de L´Hôpital. Albertville se trouve à proximité de la localité romaine nommée Ad Publicanos sur la Table de Peutinger, portorium (poste de péage) où les douaniers, au IIème siècle, percevaient le quarantième des Gaules, taxe de 2, 5% de la valeur des marchandises importées. Les publicani, ou publicains (fermiers d´un impôt public), étaient chargés d´apprécier la valeur des marchandises imposables et disposaient à cette fin du droit de les déballer, dénombrer, et peser.

Albeuve, Albuives
Toponyme signifiant « l´eau blanche » ou « les eaux blanches », du latin albus, blanc, ou « l´eau divine », du gaulois albios, et suffixe -euve, -uive, « eau ».
Albeuve, Alba aqua « eau blanche » en 1019, Albewi et Erbiwi en 1171, Albewy en 1221, Albavi en 1228, Albegue en 1620, nom allemand Weissbach, village, ancienne commune (Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
L´Albeuve, cours d´eau affluent de la Broye, Arbewi en 1320, Alba aqua, Albewes et Arbewez en 1451 [Aebischer] (District de la Gruyère, Fribourg), et Bois d´Albeuve, le long de ce cours d´eau (Gruyères, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Prés d´Albeuve, habitat dispersé (Albeuve, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Albuives, alpage (Neirivue, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg).

Albiez, Albiez-le-Jeune, Albiez-le-Vieux, Albiez-Montrond, Alby-sur-Chéran
Du nom de domaine gallo-romain Albiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Albius [Gros], dérivé de albus, « blanc, pâle, blême ». Albiez, Colonica in Albiadis en 739, forme fautive, de Arbiaco (sans date), villa que vocatur Albiacum et de Albiaco en 1244, Arbié, forme patoise, en 1557, localité séparée en deux paroisses dès 1040, Ecclesias de duobus Albiacis en 1184, Proebendarii duorum Albiacorum, scilicet Juvenis et Veteris en 1458 ; Albiez-le-Vieux, In Albieys vetulum en 1040, de Albiaco veteri en 1303, Arbié le Vieux en 1557, ancienne commune, réunie à Montrond en 1972 pour former la commune de la Maurienne d´Albiez-Montrond (Arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie) ;
Albiez-le-Jeune, Albieys juvenculum en 1040, in Albiaco Juveni en 1270, aussi in Arbiaco Juveni, commune et village (Arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie) ;
Alby-sur-Chéran, Albiacum en 1275, Albiez en 1344, et aussi Arbiacum, Albie, Arbiez [Régeste Genevois] et Alby jusqu´en 1961, canton, commune et village de l´Albanais (Arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie).

Albigny, Arbignieu, Arbignieux, Arbigny
Du nom de domaine gallo-roman Albiniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Albinius, issu du cognomen Albinus [Longnon].
Albigny, in Albiniacum en 1015, de Albinneu en 1134, Albiniaci en 1251, Arbigniaco en 1523, hameau (Saint-Pierre-d´Albigny, Combe de Savoie, Savoie) ;
Albigny, quartier, ancien hameau (Annecy-le-Vieux, Haute-Savoie).
Dérivés par rhotacisme :
Arbignieu, Albiniacus en 1328, Albigniacus en 1444, commune et village du Bugey (Arrondissement de Belley, Ain) ;
Arbignieux, village (Relevant, Dombes, Ain) ;
Arbigny, Villa Albiniacus en 969, Albinies en 1250, Albignis en 1325, Arbigniacus en 1359, commune et village de la Bresse (Pont-de-Vaux, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain).


Albinen
Commune et village valaisans du district de Loèche, Albignun en 1224, aussi Albinnon, et Arbignon en 1339, forme alémanisée au XVème siècle, nom français Arbignon.

Aleins, Alinges, Allinges
Noms d´origine burgonde qui selon Perrenot dériveraient d´un primitif *Alingum, « chez les Alingi », dérivé du nom propre Alo, hypocoristique de plusieurs nom burgondes comme Alethius, Alaricus, Alamar, du burgonde *alls, germanique *alla, « tout, tout à fait ». On peut voir aussi dans ce toponyme un dérivé du prénom latin Alanus, de l´ethnonyme Alain, nom d´un peuple venu d´Asie qui envahit la Gaule au début du Vème siècle.
Aleins, Alens en 1324, hameau (Saint-Trivier-sur-Moignans, Dombes, Ain) ;
Alinges, commune, village et châteaux du Bas-Chablais, auparavant Les Allinges, (Thonon, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie), in Alingo en 979-1046, Alingis en 1138, decanatus Allinges en 1196, Alingis en 1210, Cura de Alingio vers 1344 ;
Les Allinges, fortalicium de Alingiis au XIVème siècle, maison forte (Saint-Quentin-Fallavier, La Tour-du-Pin, Isère) ;
Château d´Allinges, dont il reste une muraille de pierre (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais).
Probablement par transfert :
Les Alinges, lieu-dit en forêt (Le Petit-Bornand-les-Glières, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Chemin des Allinges (Chêne-Bourg, Genève).


Alemans, Allaman, Allamanaz, Allamands, Allamans,
Allemagne, Allemagnes, Alleman, Allemande, Allemands,
Allemane, Allement, Allemogne
D´un patronyme ou d´un sobriquet Allaman, Allamand, du nom de la tribu germanique des Alamans ou Alémans, dont le nom vient du germanique *alamann, « tous les hommes », germanique *alla, « tout » et mana, manna, « homme », latinisé en Alamani, Alamanni, ou de la nationalité allemand. Pour Allaman, on a aussi proposé une dérivation du latin ad Lemanum, « près du Léman » ; toutefois cette origine aurait plutôt donné **Alleman.
D´un primitif Alaman :
Les Alemans, mansus Alamani au XIIIème siècle, Foyaciae Alamandorum au XIVème siècle, Les Allemands en 1921, hameau (Saint-Honoré, Matheysine, Isère) ;
Allaman, Al[l]amant en 1234, Cura de Alamant vers 1344, commune et village (District de Rolle, Vaud) ;
Allaman, hameau (Lugrin, Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Allamans, attesté en 1238, Les Allamands en 1906, hameau (Rougemont, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Les Allamands, lieu-dit en forêt (Saint-Légier-La-Chiésaz, district de Vevey, Vaud) ;
Les Allamands, Les Allamans en 1856, maisons isolées en clairière (Aiguebelette-le-Lac, Avant-Pays savoyard, Savoie) ;
Les Allamands, ruines, et Ruisseau des Allamands, (Saint-Martin-de-Belleville, Tarentaise, Savoie) ;
La Tour Alleman, ruines (Notre-Dame-de-Commiers, Pays grenoblois, Isère) ;
Allemand, maisons isolées (Rumilly, Albanais, Haute-Savoie) ;
Bois Allemand, lieu-dit en forêt (Villard-Bonnot, Grésivaudan, Isère) ;
Le Camp Allemand, vestiges d´un camp militaire allemand de la Deuxième Guerre Mondiale (Marsonnas, Bresse, Ain) ;
Roche Allemande, falaise (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Les Allemands, hameau (Peyzieux-sur-Saône, Dombes, Ain) ;
Bois aux Allemands, forêt (Assens, district d´Echallens, Vaud) ;
Bois des Allemands, forêt (Notre-Dame-du-Pré, Tarentaise, Savoie) ;
Crêt des Allemands, petit sommet, 1163m (Saint-Sulpice, district du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
Table des Allemands, lieu-dit en forêt (Fully, district de Martigny, Valais) ;
Pont des Allemands, sur le Ruisseau de Saint-Bruno (Saint-Pierre-de-Chartreuse, Chartreuse, Isère) ;
Tombeau des Allemands, lieu-dit (Saint-Gingolph, district de Monthey, Valais) ;
Allement, De Alamenco en 1299-1369, Aleman en 1650, Allement sur la Carte de Cassini, Allamant en 1835, hameau (Poncin, Haut-Bugey, Ain) ;
L´Allemane, Allamanna au XIVème siècle, maisons isolées (Montseveroux, Bièvre, Isère).

D´un patronyme attesté :
Allamanaz, hameau (Allein, vallée d´Aoste).

D´un primitif Alamannia :
L´Allemagne, maisons isolées (Le Lieu, district de la Vallée, Vaud) ;
L´Allemagne, maison isolée (Saint-Sulpice, Bresse, Ain) ;
Les Teppes d´Allemagne, maisons isolées (Saint-Etienne-sur-Reyssouze, Bresse, Ain) ;
Les Allemagnes, maisons isolées (Le Lieu, district de la Vallée, Vaud) ;
Les Allemagnes, maisons isolées (Peyzieu-sur-Saône, Dombes, Ain) ;
L´Allemogne, Alamonia au XIème siècle, Allamognia en 1373, Alamognia et Alamogny en 1397, Allemoigne en 1670, Alamogne en 1730, le nom actuel apparaît en 1744, hameau, c´est aussi le nom d´un cours d´eau affluent de l´Allondon (Thoiry, Pays de Gex, Ain).

Nom donné par les populations locales aux Walsers établis en Haute-Savoie au Moyen Age :
Les Allamands, ou Les Allamans, Les Allemans, anciennement Allemani [Régeste Genevois], hameau (Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie).

Voir aussi Magne.


Aléras, Aléri, Alery, Aléry
De l´anthroponyme germanique Alaric, « le roi par excellence », ou « le roi [qui commande] tout », du germanique *alla, « tout, tout à fait », et *rîka, rîkia, « puissant, celui qui règne ».
Les Aléras, Les Allérats en 1935, hameau (Domessin, vallée du Guier, Savoie) ;
Aléri, lieu-dit en forêt (Cugy, district de la Broye, Fribourg) ;
Combe Alery, lieu-dit (Courtételle, district de Delémont, Jura) ;
Aléry, quartier (Cran-Gevrier, Annecy, Haute-Savoie).
Voir aussi Courtelary.


Alêtre, Arête, Areteau, Arêtes, Aritte
Terme générique arête, désignant une crête de montagne étroite, et dans le Jura une colline allongée. Du latin dialectal *aresta, latin arista, « barbe d´épi » puis « arête de poisson ».
Pointe de la Grande Arête, 3355m (Arolla, Evolène, district d´Hérens, Valais, et Bionaz, vallée d´Aoste) ;
Sur l´Arête, lieu-dit (Champéry, district de Monthey, Valais) ;
L´Areteau, peut-être un diminutif, croupe boisée de 400m de haut (Rochefort, district de Boudry, Neuchâtel) ;
Les Arêtes, croupe partiellement boisée avec maisons isolées (La Chaux-de-Fonds, Neuchâtel).
Probablement de même origine :
Pointe de l´Aritte, sommet rocheux, 1626m (Novel et Thollon-les-Mémises, Chablais, Haute-Savoie).

Forme jurassienne alêtre [Prongué] :
Sous l´Alêtre, forêt (Fregiécourt, district de Porrentruy, Jura).


Aleveys, Allevaux, Allévays, Allève, Allèves,
Alleveys
Du nom vernaculaire (Dauphiné et Savoie) de l´arolle ou pin cembrot : alever, alevier, alvier, alevet, allevet, alevoz, etc. selon Gros.
Allèves, Alleves en 1318, Cura de Alleves vers 1344, de Allevis en 1356, Alevoz en 1696, commune et village de l´Albanais (Alby-sur-Chéran, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie).
Pour Bridel, les mots patois romands alvi, allevi, allevai, allevei désignent « des repousses du hêtre coupé qui croissent autour du pied », bou allevai, « bois taillis », du latin allevatus, « levé, élevé » :
Aleveys, Alleveys en 1906, forêt (La Sarraz, district de Cossonay, Vaud) ;
Les Allevaux, maisons isolées (Villeret, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Les Allévays, clairière, colonie de vacances (Saint-Cergue, district de Nyon, Vaud) ;
Allève, maison isolée en clairière (Chamoson, district de Conthey, Valais) ;
Allèves, lieu-dit (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais), et Forêt d´Allèves et Torrent d´Allèves, affluent de la Dranse d´Entremont (Liddes, district d´Entremont, Valais) ;
Allèves, alpage, Combe d´Allèves, lieu-dit, nom monté à la Pointe d´Allèves, 3046m, et à la Fenêtre d´Allèves, entre les communes de Nendaz, district de Conthey et d´Hérémence, district d´Hérens (Valais) ;
Les Alleveys, lieu-dit (Arzier, district de Nyon, Vaud).


Alex
Commune et village des Bornes (Annecy-le-Vieux, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie), château, ecclesiam de Alaia en 1143, Alaya en 1145, 1274 et 1344, Alay en 1271, puis Alaxis, peut-être aussi Alia [Régeste Genevois], pourrait être une ancienne [villa] Alaia, avec l´ethnonyme Alaius, nom d´une tribu qui est mentionnée au Vème siècle.
Peut-être de même origine :
Alex, Alex en 1394, hameau (Groissiat, Haut-Bugey, Ain).


Alexandres, Alexandrin
Patronyme Alexandre, du grec Alexandros, de alexein, « résister », et andros, « homme ».
Les Alexandres, hameau (Saint-Marcel-Bel-Accueil, Les Balmes Dauphinoises, Isère).
Diminutif avec le suffixe -in :
Alexandrin, Alexandry en 1911, maisons isolées (Lapeyrouse, Dombes, Ain).


Alézets
Les Alézets, hameau de la commune de Sulignat (Dombes, Ain), Allezets sur la Carte de Cassini, Alezets en 1841, Les Alaizets en 1847, d´un patronyme Alezet, Allezet.

Alfermée
Village bernois de la commune de Tüscherz-Alfermée, district de Nidau, Chloz de Alpherme en 1274, Alphermme en 1276, Villa Alframe en 1325, avec un anthroponyme germanique *Alfram.

Algaby
Hameau de la commune de Simplon-Village (District de Brigue, Valais), nom allemand Gabi, nom italien Gabio, d´un primitif *al Gabbio, voir Gaby.

Algérie
L´Algérie, lieu-dit de la commune de Delémont (Jura), par allusion au pays du même nom. « Dans les années 1840-1841, écoeuré par la politique de Berne, le patriote jurassien Xavier Stockmar envisagea de créer une colonie de 3000 Jurassiens en Algérie » [Prongué].

Alisiers, Allier, Allière, Allières, Alliex,
Alloches, Allocières, Allys, Arsaleys, Assarlay
Alisier, arbre de la famille des Rosacées, sous-famille des Malacées (Sorbus sp.). Du francique alisa, « aulne », germanique *aliza, aluza, gaulois *alika, même sens.
Les Alisiers, lieu-dit en forêt (Porrentruy, Jura).
Nom vernaculaire allier, « alisier blanc » ou « sorbier des Alpes » (Sorbus aria Crantz), patois alie, variante de alise, ancien français alier, allier, alyer, « alisier, bois d´alisier » :
L´Allier, alpage (Manigod, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
L´Allier, lieu-dit en forêt (Susville, Matheysine, Isère) ;
Plan de l´Allier, alpage (Lignerolle, district d´Orbe, Vaud) ;
Roche d´Allier, falaiset (Optevoz, L´Isle-Crémieu, Isère).

Noms collectifs, endroit où croissent des alisiers :

Avec le suffixe collectif -ère :
En Allière, alpage, La Joux d´Allière, et Le Gîte d´Allières, alpage (Hauteville, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Allières et Combe d´Allières, alpages (Montbovon, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Allières, lieu-dit (Eaux-Vives, Genève) ;
Les Allières, lieu-dit en forêt (Machilly, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Allières, maison isolée, et Baume des Allières, grotte (Lans-en-Vercors, Vercors, Isère).

Avec les suffixes collectifs -ex, -y :
Les Alliex, lieu-dit (Aubonne, Vaud) ;
Les Allys, hameau (Neyruz, district de la Sarine, Fribourg).

Nom vernaculaire allouchier, synonyme d´allier :
Les Alloches, lieu-dit (Gollion, district de Cossonay, Vaud) ;
Allocières, lieu-dit (Hauterive, district de la Sarine, Fribourg).

Noms vernaculaires arsaley, arseleys, qui désignent aussi un alisier :
Les Arsaleys, clairière (Evionnaz, district de Saint-Maurice, Valais).

Avec métathèse :
Assarlay, maisons isolées en clairière (Bovernier, district de Martigny, Valais).

Voir aussi Lallier.


Allaine, Alle
L´Allaine, cours d´eau affluent de l´Allan, nommée Allain en 1534, Alin en 1774, étymologiquement « petite rivière », racine préceltique *al- liée à la présence d´eau [Nègre 1990] (District de Porrentruy, Jura) ;
Alle, Alla en 1136, Halla en 1221, nom allemand Hall, commune et village dont le nom vient de l´Allaine qui le traverse (District de Porrentruy, Jura). Pour Jaccard, le nom Halle est partout lié à la présence de sel, et il y avait dans la région des sources salines exploitées au Moyn-Age ;
Montagne d´Alle, forêt déclive (Courgenay, district de Porrentruy, Jura).

Allard, Allards, Allas
D´un nom d´homme Alardus.
Les Allards, Alardi au XIIIème siècle, maison isolée (Laffrey, Matheysine, Isère) ;
Les Allas, Alardi villa au XIVème siècle, hameau (Vizille, arrondissement de Grenoble, Isère).
Patronyme Allard, de même origine :
Allard, hameau (Megève, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Grange Allard, hameau (Allinges, Bas-Chablais, Haute-Savoie).


Allaux, Alleux, Allodières, Alloix, Allou,
Allouage, Allouaire, Alloup, Alloux, Alluaz,
Allues, Alluets, Alluires, Alluoir, Alou,
Aloué
Voir alleu.
Aux Allaux, lieu-dit (Denezy, district de Moudon, Vaud) ;
Les Alleux, lieu-dit (Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
Les Alloix, lieu-dit (Saint-Quentin-Fallavier, La Tour-du-Pin, Isère) ;
Ruisseau d´Alloix, rivus Aloy au XIIIème siècle, Aloya et Alveys au XIVème siècle, affluent de l´Isère, et Csscade d´Alloix, sur ce cours d´eau (Sainte-Marie-d´Alloix, Grésivaudan, Isère) ;
Bois de l´Allou, anciennement Bois de la Lour, forêt (Vallamand, district d´Avenches, Vaud) ;
Alloup, hameau, nom monté à la Tête d´Alloup, 991m (Mont-Saxonnex, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Alloux, lieu-dit (Froideville, district d´Echallens, Vaud) ;
Bois des Alloux, de Allodiis en 1142, nom disparu (Penthéréaz, district d´Echallens, Vaud) ;
Grand Alou et Petit Alou, alpages (Nendaz, district de Conthey, Valais) ;
Aloué, hameau en clairière (Nendaz, district de Conthey, Valais) ;
Allues, lieu-dit (Laconnex, Genève) ;
Les Allues, Vallis de Allodiis en 1186, Apud Allodia en 1260, Ecclesia de Allodüs au XIVème siècle, Paricchia Allodiorum en 1399, commune et village de la Tarentaise (Bozel, arrondissement d´Albertville, Savoie), Bois des Allues, lieu-dit en forêt, et Doron des Allues, cours d´eau affluent du Doron de Bozel, dans la même commune ;
Allues-Dessous, Apud Allodia inferiora en 1520, et Allues-Dessus, hameaux (Saint-Pierre-d´Albigny, Combe de Savoie, Savoie).
Diminutif avec le suffixe -et :
Aux Alluets, lieu-dit (Izieu, Bugey, Ain) ;
Les Alluets, lieu-dit (Loyettes, Bugey, Ain).

Peut-être de même origine :
Allouaire, Alovaria au XVème siècle, Arouveyre au XVIIIème siècle, Alloueyre en 1921, hameau (Saint-Baudille-et-Pipet, Trièves, Isère) ;
Les Alluires, Mansus de les Alueres en 1248, lieu-dit (Saint-Nizier-le-Désert, Dombes, Ain) ;
L´Alluoir, lieu-dit (Provence, district de Grandson, Vaud).

Mot régional alluaz, « petit alleu » [Pégorier] :
Les Alluaz, hameau (Bonne, Annemasse, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif -ière :
Les Allodières, ferme isolée (Saint-Nizier-le-Désert, Dombes, Ain).

Dérivé de allouer avec le suffixe d´action -age :
L´Allouage, maison isolée, et Luis de l´Allouage, pâturage déclive (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais).

Voir aussi Heu.


Alleau
L´Alleau, hameau de la commune de Venosc (Oisans, Isère), Dela-l´Eau en 1921, devenu L´Alleau par mécoupure.

Allée
Français allée, « passage, voie », du verbe aller.
L´Allée, hameau (Alex, Bornes, Haute-Savoie) ;
L´Allée, hameau (Groisy, Bornes, Haute-Savoie) ;
L´Allée, hameau, et Route de l´Allée, tendant de Perres à l´Allée (Perrex, Bresse, Ain) ;
L´Allée, hameaux (Romans, Dombes, Ain), et L´Allée de Romans, hameau voisin (Condeissiat, Dombes, Ain) ;
L´Allée des Mûriers, lieu-dit (Satolas-et-Bonce, La Tour-du-Pin, Isère) ;
Bois de l´Allée, forêt près du château (Clermont, Semine, Haute-Savoie).

Allée
Probablement une remotivation de La Lé, « la paroi rocheuse ».
L´Allée, lieu-dit en montagne (Saint-Martin-de-Belleville, Tarentaise, Savoie) ;
Plan de l´Allée, alpage (Bozel, Tarentaise, Savoie) ;
Vers l´Allée, lieu-dit en forêt, ruines, et Rocher de l´Allée, falaise (Planay, Vanoise, Savoie).

Allègrerie
L´Allègrerie, hameau de la commune de Vinay (Sud du Grésivaudan, Isère), locus de Monte Alegro au XIVème siècle, Allegraria et mansus de Alegreria au XVème siècle, du nom d´homme Alegrus.

Allein
Commune et village de la vallée d´Aoste, d´un nom de domaine [fundus] Allianus dérivé avec le suffixe -anus du gentilice Allius. La dérivation populaire qui fait venir Allein du latin ad lignum, « au bois », est fantaisiste.

Allemond
Commune et village de l´Oisans (Le Bourg-d´Oisans, arrondissement de Grenoble, Isère), Alemo au XIème siècle, Alamuni au XIIème siècle, Alamone et Allemo au XIIIème siècle, Allemonum au XIVème siècle, d´un anthroponyme germanique *Alemunus [Nègre 1990].

Allens, Arlens
Noms d´origine burgonde qui dériveraient selon Perrenot d´un primitif *Arilingos, « chez les Arilingi », dérivé du nom propre Arila, « petit aigle », ou *Arlingos, « chez les Arlingi », dérivé du nom propre Arlingus, radical arl-, en rapport d´apophonie avec erl-, homme.
Allens, villa Arlens en 937 (document probablement apocryphe), Aslens en 1163, Arlens en 1235, Alens en 1358, hameau (Cossonay, Vaud) ;
Arlens, Arlengus in comitatu Waldense en 1002, Aslens en 1162, Allens en 1251, arlens au XIIIème siècle, hameau (Rue, district de la Glâne, Fribourg).

Allevard
Canton, commune et village de Belledonne (Arrondissement de Grenoble, Isère), Aravardus au VIIIème siècle, Alavardus au XIème siècle, Alavargus, Alavarth et Alavarsens au XIIème siècle, aussi Allevard-les-Bains, d´un anthroponyme germanique Adalwardus ;
Le Collet d´Allevard, hameau, station de sport dans la même commune ;
Massif d´Allevard, massif montagneux dans la même commune.

Allex
Mécoupure de La Lex.
L´Allex, maison isolée (Albeuve, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
L´Allex, Lalex en 1618, hameau (Bex, district d´Aigle, Vaud).

Alleyriat
L´Alleyriat, hameau de la commune de Servas (Bresse, Ain), De Aleriaco en 1467, Laleyrias en 1554, La Leyriaz en 1670, Lalleriat sur la Carte de Cassini, Lalleyriat en 1847, nom de même origine que Lalleyriat.

Allibert, Arriberts
Variantes du patronyme Alibert, germanique *alla, « tout, tout à fait », et *berhta, « brillant, célèbre ».
Grange Allibert, maison isolée en clairière (Treffort, Trièves, Isère) ;
Les Arriberts, Les Aliberts au XVIIIème siècle (Villard-de-Lans, Vercors, Isère) ;
Les Arriberts, Les Ariberts en 1921, hameau (Saint-Hilaire-du-Rosier, Chambaran, Isère).

Allières
Allières-sur-Claix, hameau de la commune de Claix (Pays grenoblois, Isère), Alieres et Alieriis au XIVème siècle, et Château d´Allières, château et hameau de la commune de Varces-Allières-et-Risset (Pays grenoblois, Isère), castrum Aleriis et castrum Alleriis au XVème siècle, probablement par féminisation d´un patronyme Allier issu du nom propre latin Hilarius.

Alliés
Pâturage des Alliés, lieu-dit de la commune des Verrières (District du Val-de-Travers, Neuchâtel), qui jouxte la frontière française. Ce pourrait être une remotivation de Allier.

Allobrogia
Pointe Allobrogia, 3172m (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais, et vallée d´Aoste), nom probablement récent, de l´ethnonyme allobroge, nom d´un peuple gaulois signifiant « [peuple venu] d´autres pays », du gaulois allo, « autre », et brog(i)-, « territoire, région, frontière », issu du celtique *mrog, voir Morge.

Allondaz
Commune et village de la Combe de Savoie (Arrondissement d´Albertville, Savoie), Alundia en 1216, Alunda en 1256, Ecclesia de Alumpda au XIVème siècle, Prioratus de Allonda en 1603, Alondaz en 1935, pourrait venir de l´anthroponyme germanique *Adalhund [Gros], ancien haut allemand adal, germanique aþala, « [noble] lignée », et ancien haut allemand hunt, hund, germanique *hunda, « chien ».

Allondon
L´Allondon, cours d´eau du Pays de Gex (Ain), affluent du Rhône dans le canton de Genève, Alonda en 1292, Aronda en 1305, Allondonz en 1321, Alondon en 1358, Aqua de Alandons en 1397, La London au XVIIIème siècle (Carte de Cassini), aussi Allandon sur la Carte IGN, nom d´origine inconnue.

Allonge, Allongets
Probablement du français allongé, en raison de la forme du terrain [Künzi 1997].
Nant de l´Allonge, cours d´eau affluent de l´Arrondine (La Giettaz, Val d´Arly, Savoie).
Diminutif avec le suffixe -et :
Les Allongets, forêt (Juvigny, Annemasse, Haute-Savoie).


Allonziat, Allonzier
Noms de domaine d´origine gallo-romaine comme *Alonsiacum, dérivés avec le suffixe -acum du gentilice Alonsius.
Allonziat, Alonziacus en 1272, Alonsiac au XVIIIème siècle (Carte de Cassini), hameau (Ozan, Bresse, Ain) ;
Allonzier-la-Caille, Cura de Alonzie vers 1344, nommé Allonzier jusqu´en 1900, commune et village du Genevois ; pour Nègre 1990, ce nom dérive de l´anthroponyme germanique Adalgund avec le suffixe -iacum (Cruseilles, arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie).

Alloves
Les Alloves, hameau de la commune de Saint-Martin-d´Hères (Pays grenoblois, Isère), mansus Alosch au Xème siècle, Alosc au XIIème siècle, nom formé avec le suffixe -oscus.

Allymes
Les Allymes, château et hameau de la commune d´Ambérieu-en-Bugey (Bugey, Ain), Castrum Alemorum en 1334, de Alemis en 1337, versus Alemos en 1385, Burgum Aremorum en 1441, Locus Allemorum en 1529, Le fief des Alymes en 1536, Les Allimes en 1670, Les Allymes en 1843, probablement d´un patronyme Alemus.

Alombre
L´Alombre aux vaches, lieu-dit en forêt de la commune de Courgenay (District de Porrentruy, Jura), est peut-être simplement une agglutination de à l´ombre, où les vaches se mettent à l´ombre.

Alouette, Alouettes
Endroit fréquenté par les alouettes (Alauda arvensis), diminutif de l´ancien français´aloue, « alouette », latin alauda, gaulois *alauda, même sens.
L´Alouette, lieu-dit (Dingy-en-Vuache, Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie) ;
Les Alouettes, lieu-dit (Coeuve, district de Porrentruy, Jura) ;
Les Alouettes, maisons isolées (Châtenay, Dombes, Ain) ;
Les Alouettes, Les Allouettes en 1911, hameau (Saint-André-de-Corcy, Dombes, Ain) ;
Champ des Alouettes, lieu-dit (Granges-Paccot, district de la Sarine, Fribourg).

Alpes Cottiennes
Partie des Alpes franco-italiennes située entre la Maurienne et la vallée de la Suse. Du patronyme Cottius, roi d´un territoire qui s´étendait sur la crête des Alpes de la Haute-Maurienne à la Méditerranée au 1er siècle avant notre ère.

Alpes Grées
Alpes Grées, aussi nommées Alpes Graies, partie des Alpes franco-italiennes située entre le col du Mont Cenis et le col du Petit-Saint-Bernard, qui comprend aussi les Alpes situées au sud de la vallée d´Aoste. En latin Alpes Graie, « Alpes Grecques », à cause d´une légende selon laquelle Hercule aurait été le premier à les franchir, in alpegraia sur la Table de Peutinger. Ancien français greez, gries, latin graius, « grec ».

Alpes Pennines
Partie des Alpes située entre le Valais et la Vallée d´Aoste, aussi appelées Alpes valaisannes, nom latin Alpes Poeninae, in Summo Pennino sur la Table de Peutinger, dont le nom vient d´une divinité celte Poeninus, attestée par Tite-Live, dont le sanctuaire se trouvait au col du Grand Saint-Bernard, nom repris pour Jupiter Poeninus, honoré au même endroit. Tite-Live écarte aussi l´hypothèse selon laquelle ce nom viendrait de Punicus, Poenicus, qui évoquerait le passage d´un Punique, comme Hannibal en -218.

Amancy
Commune et village du Faucigny (La Roche-sur-Foron, arrondissement de Bonneville, Haute-Savoie), Cura de Amancie vers 1344 nom de domaine d´origine gallo-romaine *Amantiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Amantius.

Amandolier
Avenue de l´Amandolier (Eaux-Vives, Genève), ancien français amandelier, « amandier », peut-être avec l´influence du provençal amandola. Du bas latin amandalarius, « amandier », de amandula, « amande », altération du latin amygdala, grec amugdalê, « amande ».
Voir aussi Mandolire.


Amareins
Hameau de la commune de Francheleins (Saint-Trivier-sur-Moignans, Dombes, Ain), ancienne commune, De Marengiis au XIVème siècle, Marens vers 1250, Amaren en 1350, Amarains vers 1365, nom d´origine burgonde, voir Marens [Perrenot].

Amballan
Plateau d´Amballan, lieu-dit de la commune de Chonas-l´Amballan (Pays viennois, Isère), in villa Ambalent au Xème siècle, Ambalenis au XIème siècle, Ambaland au XVIème siècle, aussi Ambalans, Lambalans, et Amballant au XXème siècle, peut-être du nom d´homme Ambalus.

Ambel, Ambilly
D´après un patronyme gallo-romain *Ambilius.
Ambel, in Ambellis en 739, commune et village du Beaumont (Corps, arrondissement de Grenoble, Isère).
Avec le suffixe -acum :
Ambilly, villa Ambiliaci en 859, Ambiliacum en 1022, et Ambilli sur la Carte de Cassini, commune et agglomération (Annemasse-Nord, arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie) [Künzi 1997].


Ambérieu-en-Bugey, Ambérieux-en-Dombes
Noms de domaines gallo-romains Ambariacum formés avec le suffixe -acum sur un nom d´homme gaulois comme *Ambarrius, dont la forme féminine Ambarria est attestée, et qui pourrait dériver de l´ethnonyme Ambarres, tribu allobroge dont le nom dériverait soit de *Ambi-arari, « ceux qui habitent sur les deux rives de l´Arar », c´est-à-dire de la Saône, avec le gaulois *ambi-, « autour, des deux côtés », soit du gaulois ambe, « rivière », les Ambarres étant alors « les gens de la rivière ».
Ambérieu-en-Bugey, villa Ambariacus vers 853, De Ambayreu en 1240, Ambayreus en 1250, Ambayriacus en 1269, Amberiacus en 1385, Ambereu en 1423, Ambeyrieu en 1563, Ambeiriacus en 1587, Amberieu en 1650, Ambérieux en 1765, Ambérieu en 1844, commune et village, l´ancien nom de la commune étant Saint-Germain-d´Ambérieu (Arrondissement de Belley, Ain) ;
Ambérieux-en-Dombes, Ambariaco en 501, Ambariacum en 885, Amb[a]rei en 934, Amberiacus en 939, Ambariacus en 1020, Ambaireu et Ambayreu en 1226, Ambayriacus en 1299, Ambeyrieu et Anbeirieu en 1380, Ambérieu en Dombes en 1402, Ambérieux en 1790, Ambeyrieux en l´an X, commune et village de la Dombes (Saint-Trivier-sur-Moignans, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain).

Ambin
Ruisseau d´Ambin, La Rivière d´Ambins en 1533, affluent de l´Arc, dans le Vallon d´Ambin, La Montagne d´Ambins en 1533, Lac d´Ambin ou Lac Bleu, nom monté au Glacier d´Ambin, au Col d´Ambin, 2899m, et au Mont d´Ambin, 3378m, probablement d´un anthroponyme germanique latinisé en Ambinus.

Amblagnieu
Hameau de la commune de Porcieu-Amblagnieu (Morestel, L´Isle-Crémieu, Isère), Amblayneu au XIIIème siècle, Amblagneu, Amblaygneu et Amblenniaci au XIVème siècle, Amblagniacum et Amblaniacum au XVème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme *Amblanius.

Amblards
Patronyme Amblard, de l´anthroponyme germanique Amalhard, germanique *amal,« travail », et *hardu, « dur, fort ».
Les Amblards, lieu-dit (Corbel, Chartreuse, Savoie) ;
Les Amblards, lieu-dit (Prébois, Trièves, Isère).

Ambléon
Commune et village du Bugey (Arrondissement de Belley, Ain), Apud Amblaonem en 1359, Ecclesia de Ambleone vers 1400, Apud Ambleonem en 1492, Ambleon en 1580, probablement avec un patronyme *Ambleonis.

Amblérieu
Amblérieu, hameau de la commune de La Balme-les-Grottes (L´Isle-Crémieu, Isère), Amblariaco au VIIIème siècle, Amblayref, Amblayriaco, Amblayrieu et Ambeyriacum au XIVème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Amblariacum, dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme Amblarius.

Ambresalles, Ambrunes, Ambruniers
Lieu où abondent les airelles ou les myrtilles, plantes des terrains acides.
Patois savoyard ambresaille, ambresalle, « airelle-myrtille » :
Les Ambresalles, lieu-dit (Les Gets, Faucigny, Haute-Savoie).

Patois savoyard ambrune, « airelle-myrtille » [Constantin] :
Ambrunes, hameau (Seynod, Annecy, Haute-Savoie) ;
Chemin des Ambrunes (Chamonix, vallée de Chamonix, Haute-Savoie).

Avec le suffixe désignant un arbre fruitier -ier :
Les Ambruniers, lieu-dit (Aillon-le-Jeune, Bauges, Haute-Savoie).

Voir aussi Embrouchis.


Ambroise
Vers Maitre Ambroise, lieu-dit de la commune de Vernayaz (District de Saint-Maurice, Valais), avec un patronyme Ambroise, du grec abrotos, « immortel ».

Ambronay
Village et commune du Bugey (Ambérieu-en-Bugey, arrondissement de Belley, Ain), Ambroniacus en 1193, Ambroniacum en 1225, Ambronais vers 1250, Villa Ambruniaci en 1285 Ambronay vers 1325, Ambrogniacus et Ambrognacus en 1339, Anbronnay vers 1341, De Ambornaco en 1417, Ambrunay en 1465, Ambrognay en 1554, Ambournay en 1563, Ambronay en 1613, Ambournay en Bugey en 1662, Ambournay et Ambronay en 1789, nom de domaine gallo-romain Ambroniacum, formés avec le suffixe -acum sur un gentilice comme Ambronius qui pourrait dériver de l´ethnonyme Ambrons, peuple germanique de la Suisse centrale qui venait du Jutland.

Amburnex
Les Amburnex, Broniacum domum et in chalmibus de Bronai au XIIème siècle, Bronay, Brunay et Bruney au XIIIème siècle, calmas de Ambrunex en 1380, alpage et pâturage de la commune du Chenit, district de la Vallée (Vaud), nom dérivé avec le suffixe -acum d´un patronyme Bronius, peut-être un nom gaulois issu de breuno-, « brun ».

Ambutrix
Commune et village du Bugey (Lagnieu, arrondissement de Belley, Ain), Ambutriacum en 855, Embruti en 1180, De Ambutriaco en 1191, Ambutri en 1212, Ambutris en 1347, Ambutrix en 1385, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Ambutriacum, dérivé avec le suffixe -acum d´un gentilice comme Amutrius.

Amena, Aminona, Armenaz, Armène, Armina,
Arminaz, Armindzâs
Composés de A, Ar, « alpe, alpage », et d´un qualificatif issu du latin mediana, « du milieu ».
Clot Amena, alpage (Lanslevillard, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Armenaz ou Armène, Alpes Almina au XIIème siècle, sommet, 2158m (Bauges, Savoie) ;
Chalet d´Armène, alpage (Notre-Dame-du-Pré, Tarentaise, Savoie) ;
L´Armina, pâturage, et Lac de l´Armina (Saint-Luc, Val d´Anniviers, Valais) ;
Arminaz Damon, Arminaz Dèsot, ruines d´alpage, et Torrent d´Arminaz, affluent de la Doire de Ferret dans la Comba d´Arminaz, écrit Armina sur la Carte IGC, alpage (Val Ferret, vallée d´Aoste) ;
Les Armindzâs, peut-être de même origine, maisons isolées (Verbier, Bagnes, district d´Entremont, Valais).
Avec le suffixe diminutif -ona :
Aminona, Damenona en 1342, hameau (Mollens, district de Sierre, Valais).


Ameras
Les Ameras, lieu-dit de la commune des Houches (Vallée de Chamonix, Haute-Savoie), très probablement du patois mêra, « mûre », selon [Boyer].

Ameysin, Ameyzieu
Noms de domaines d´origine gallo-romaine dérivés du gentilice Am[m]atius.
D´un nom de domaine *Amatianum, dérivé avec le suffixe -anum [Gros] :
Ameysin, Ameysinum en 1147, Amasins en 1214, de Amaysino en 1270, hameau (Yenne, Avant-Pays savoyard, Savoie).

D´un nom de domaine [fundus] *Ammatiacus, dérivé avec le suffixe -acus :
Ameyzieu, MAEMORIE ETERNE. VALENTINUS ACTOR FUNDI AMMATIACI BONORUM FLAVI STRATONIS sur une inscription romaine, Ecclesia Amaisiaci, Amaisiacus et Ameysiacus en 1198, Amaysiacus en 1312, Amesieux en 1650, Ameysieu en 1670, etc., hameau et ancienne commune (Talissieu, Valromey, Ain).


Amiante
Aiguille d´Amiante, sommet, 3563m (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais, et Val d´Ollomont, vallée d´Aoste), Col d´Amiante 3292m, entre la commune de Bagnes (District d´Entremont, Valais), et la commune d´Ollomont (Vallée d´Aoste), de amiante, en raison de la présence d´un genre de marbre fibreux blanchâtre, nom monté. Grec amiantos [lithos], « [pierre] pure, incorruptible ».

Amiers
Les Amiers, hameau de la commune du Pontet (Combe de Savoie, Savoie), d´un patronyme germanique *Amicheldis, devenu Amielda, Amieldis [Gros], ou plus probablement du latin Amelius.

Amieux
Les Grands Amieux et Les Petits Amieux, mansus de Amuetis Forani sans date, ville d´Amuet Saphora, ville d´Amuet Logra et Amuez au XIVème siècle, hameaux de la commune du Gua (Grésivaudan, Isère).

Amin
La Chaux d´Amin, maison isolée et Mont d´Amin, lieu-dit des communes de Cernier et de Chézard-Saint-Martin, et Pied du Mont d´Amin, alpage de la commune de Dombresson (District du Val-de-Ruz, Neuchâtel), apud Amens en 1150, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Amingos, « chez les Amingi », dérivé du nom propre Amo, Hamo, « cuirassé », de l´ancien haut allemand ham[m]a, germanique *ham[m]ô, « protection, cuirasse ».

Amône
L´Amône, hameau du Val Ferret, commune d´Orsières, district d´Entremont (Valais), signifie « l´aumône » et rappelle peut-être un vieil usage consistant à distribuer du sel aux familles indigentes [Guex], et
Reuse de l´Amône, torrent affluent de la Dranse de Ferret, nom monté à l´Aiguille de l´Amône, 3586m, et à la Brêche de l´Amône.

Amont
En haut, vers le haut. Français amont, « partie d´un cours d´eau comprise entre un point donné et la source », ancien français amont, amun, « en haut, par en haut », latin ad montem, même sens.
Champs d´Amont, hameau (Cheyres, district de la Broye, Fribourg) ;
Mont d´Amont, maison isolée (Treyvaux, district de la Sarine, Fribourg) ;
Sommier d´Amont, chalet (Chaîne des Aravis, Haute-Savoie).
Voir aussi Damon.


Amoudon
Selon Gros, dérivé de à Moudon, par agglutination de la préposition, voir Moudon.
Amoudon, Mollar Moudon en 1579, A mollar Moudon en 1609, hameau (Villargondran, Maurienne, Savoie) ;
Amoudon, In Amodono en 1214, Amouzone en 1459, Locus Amouzonis en 1464, Amaudono en 1516, Apud Amodonem et Amodane en 1520, hameau (Villarodin-Bourget, Haute-Maurienne, Savoie).

Amoudru
L´Amoudru, hameau de la commune d´Aiton (Basse-Maurienne, Savoie), avec un patronyme Amoudru, germanique *amal, « travail », et *drud, « force ».

Amour
Peut-être un nom attribué à une terre prodigue, comme due à l´amour de Dieu. Du latin amor, même sens.
L´Amour de Dieu, lieu-dit (Montignez, district de Porrentruy, Jura) ;
La Joux l´Amour, lieu-dit (Pleigne, district de Delémont, Jura) ;
Moulin d´Amour, hameau (Gollion, district de Cossonay, Vaud).

Amphion, Amphion-les-Bains
Amphion-les-Bains, village de la commune de Publier (Chablais, Haute-Savoie), ancienne commune, Ancion et Oncion au XIIIème siècle, Anfion en patois, ou selon Künzi 1997 En Fion, « au bord de l´eau ». Cette interprétation paraît peu vraisemblable au vu des noms de cette localité au Moyen Age. Ce même auteur cite une autre interprétation de Ch. Marteaux in Revue savoisienne, 1897, selon laquelle il se serait agi de la villa d´un gallo-romain Antio, Antius.
Les Moulins d´Amphion, hameau (Lyaud, Bas-Chablais, Haute-Savoie).

Ampoeys
Lieu-dit en forêt (Tanay, Port-Valais, district de Monthey, Valais), d´un patois ampoua, ampoué, « framboisier ».

Anailles
Chemin des Anailles, commune de Corsier (Genève), de l´ancien mot régional anaille, « noisette, noix ».

Ancelles, Ancillons, Anselme, Ansermin, Ansermoz
Patronymes très répandu dérivés du prénom Anselme, germanique Anshelm, « casque de Dieu », du germanique *ansu, « dieu » et *helma, « casque », avec de nombreuse variantes.
Patronyme Anselme :
Chez Anselme, Champ-Anselme en 1935, maisons isolées (Mâcot-la-Plagne, Tarentaise, Savoie) ;
Chez Anselme, hameau (Villette-sur-Ain, Dombes, Ain) ;
Maison Anselme, maisons isolées (Villeneuve-de-Marc, Pays viennois, Isère) ;
Pré Anselme, alpage (Montricher, district de Cossonay, Vaud) ;
Les Anselmes, hameau (Fontcouverte-la-Toussuire, Maurienne, Savoie).

Par féminisation de la variante Ancel, ou directement du patronyme Ancelle :
Les Ancelles, lieu-dit (Aubonne, Vaud).

Patronyme Ancillon, diminutif d´Ancel avec le suffixe diminutif -on :
Les Ancillons, rochers, nom peut-être monté (Ardon et Chamoson, district de Conthey, Valais).

Patronyme Ansermin, dérivé par rhotacisme avec le suffixe -in :
Ansermin et Tsa d´Ansermin, alpages, nom monté à la Dent d´Ansermin, 2657m (Ollomont, vallée d´Aoste).

Patronyme Ansermoz, anciennement Ansermo, dérivé par rhotacisme :
Barmes Ansermoz, lieu-dit (Les Diablerets, Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud).

Voir aussi Balanselmo.


Anchâtre
L´Anchâtre, lieu-dit déclive de la commune de La Morte (Valbonnais, Isère), nom dérivé de castrum utilisé ici probablement par métaphore, voir Lanchâtre.

Anchettes
Les Anchettes, hameau de la commune de Venthône (District de Sierre, Valais), Anset en 1218, Ansech en 1250, Anschet en 1367, Anset en 1455, nom d´origine inconnue.

Andagne, Andains, Andins
Du français andain, patois andan, ancien français andain, andin, « enjambée », devenu une mesure de largeur, « étendue de pré qu´un faucheur peut faucher à chaque pas qu´il avance », puis « rangée d´herbe fauchée sur toute la longueur du pré », désigne aussi une rangée de déchets, ou même un tas allongé formé par des cailloux empilés au bord des champs, des prés et des chemins au fil des travaux d´épierrement. En montagne ces toponymes peuvent désigner des endroits fauchés plutôt que pâturés. Probablement du latin vulgaire [passus] *ambitanus, de *ambitare, « aller ».
Andagne, Andain au XVIème siècle, La montagne d´Andain en 1647, alpage ruiné et pâturage, et Ruisseau d´Andagne, Le rieu d´Andan (sans date),
Gourde d´Andagne, ravin, nom monté à la Pointe d´Andagne, 3217m et à la Crête d´Andagne, le Glacier d´Andagne a quant à lui disparu (Bessans et Bonneval-sur-Arc, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Andains, es Andens en 1696, lieu-dit (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais).
Les Andins et Combe des Andins, alpages (Ayent, district d´Hérens, Valais).
Voir aussi Landins.


Andert
Village de la commune d´Andert-et-Condon (Bugey, Ain), in Anderno, corrigé in Anderto en 861, Homines d´Ander[to] et villa d´Anderno, corrigé Anderto en 1261, de Anderto en 1385 ; si la forme primitive est Anderno, on peut suivre l´hypothèse de Vurpas, d´un anthroponyme gaulois *Andernus, issu de *andero, « taureau », mais si le nom primitif est bien Anderto, comme l´indiquent les corrections, il s´agit probablement d´un anthroponyme germanique.

Andey
Plateau d´Andey, lieu-dit (Bonneville, Faucigny, Haute-Savoie), Le Fond d´Andey, maisons isolées, Sommet d´Andey, partie haute du Plateau d´Andey, nom monté à la Pointe d´Andey, 1877m, et au Col d´Andey, 1750m, probablement d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Andiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Andius (cf. Andé dans l´Eure, nommé Andiacum au IXème siècle et Andey au XVIIIème siècle).

Andilly
Commune du Genevois (Cruseilles, arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie), Andillie en 1275, Andilliacum en 1282, Cura de Andillie vers 1344, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Andil[l]iacum, dérivé avec le suffixe -acum de l´anthroponyme gallo-romain Andil[l]ius issu de l´anthroponyme gaulois Andios.

Andoie
L´Andoie, clairière de la commune de Vermes, district de Delémont (Jura), anciennement Landoie, soit un diminutif de Andains, soit un dérivé du patois local ando, « petit trou dans la terre où se perd l´eau d´une fontaine » [Prongué].

André
Patronyme, du prénom André, du grec andreas, « viril ».
Bois André, petit bois (Etagnières, district d´Echallens, Vaud).
Voir aussi Châtel-André, Côte-Saint-André, Fontaine-André, Montandrey, Saint-André.


Anet
Commune et village bernois du district de Cerlier, Anet en 852, Anestre en 1009, Anes en 1179, Anesi en 1185, nom allemand Ins, origine inconnue.

Aneta
L´Aneta, maison isolée de la commune de la Brévine (District du Locle, Neuchâtel), probablement par féminisation d´un patronyme Anet.

A Neuve, Arnouva, Arp Nouva
L´alpage nouveau ou nouvellement défriché, de A, Ar, Arp « alpe, alpage », et Neuve, Nouva, « nouvelle ».
L´A Neuve, alpage, nom monté au Col de l´A Neuve, 3403m, au Glacier de l´A Neuve, et à l´Aiguille de l´A Neuve, 3753m (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
L´A Neuve, alpage, (Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
L´Arnouva ou L´Ar Nouva, alpage avec habitat dispersé (Montana, district de Sierre, Valais) ;
Arp Nouva Damon, ruine d´alpage, Arp Nouva Dèsot et Arp Nouva di Meiten, alpages nommés Arnouva sur la Carte IGC (Val Ferret, vallée d´Aoste).

Angelas
Les Angelas, hameau de la commune de Valbonnais (Valbonnais, Isère), els Angelas, de Angelatis et de Engelatis au XIIIème siècle, Engellas au XVIIIème siècle, Les Engelas en 1921, peut-être d´une ancienne villa Angela, par féminisation d´un nom d´homme Angelus, « messager divin ».

Angelin
Essert Angelin, lieu-dit de la commune de Charmoille (District de Porrentruy, Jura), de Essert et du patronyme Angelin, aussi un prénom, diminutif de ange, ancien français angele, angle, angre, latin ecclésiastique angelus, grec angelos, « messager ».

Angelot
Maison isolée de la commune de La Rippe (District de Nyon, Vaud), peut-être dérivé du latin angulatus, « qui a des angles, anguleux », voir Angle, ou d´un patronyme Angelot rare.

Anglards
Les Anglards, maison isolée de la commune d´Alle (District de Porrentruy, Jura), patronyme Anglard, rare en Suisse.

Anglefort
Commune et village du Bugey (Seyssel, arrondissement de Belley, Ain), Prior de Enflafol vers 1344, Prior d´Anflafol vers 1365, Apud Inflafollum en 1510, Inflafol en 1536, le nom actuel apparaît en 1650. D´un patronyme ou sobriquet dérivé du franco-provençal enflé fol, « orgueilleux fou » [Nègre 1990].

Angolon
Chalet d´Angolon, ruine d´un alpage (Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie), anciennemnt Nant Gollon, peut-être du gaulois *glanna, ou plus probablement du latin gula, voir Golet. Künzi 1997, ignorant l´ancienne forme Nant Gollon qui peut être une remotivation, fait dériver ce toponyme du patois angolyeù, « passage étroit, entonnoir, lieu enfoncé ». Le nom est monté au Col d´Angolon, 1751m, et à la Pointe d´Angolon, 2090m.

Angon
Hameau de la commune de Talloires (Bornes, Haute-Savoie), dont le nom désigne une lance ou javelot franc dont le fer a la forme d´un harpon, bas latin angon, « pique », francique *ango, « crochet », mais ce sens ne s´applique certainement pas ici ; toutefois, ce peut être un dérivé de l´anthroponyme germanique Ango, « pointe de l´épée ».

Angonnes
Hameau de la commune de Brié-et-Angonnes (Pays grenoblois, Isère), apud Angoynes et los Engonins au XIIIème siècle, Angoniis, Engonos, Enguynos et Ingoniorum villa au XIVème siècle, ecclesia Sancti Ypoliti de Ingeniis au XVème siècle, parrochia Angoniorum et Angoignes au XVIème siècle, de l´anthroponyme germanique Ansgaud, germanique *ansu, « dieu », et *valdan, « celui qui règne » [Plank].

Angosard
Hameau de la commune de Gerbaix (Avant-Pays savoyard, Savoie), patronyme d´origine germanique Angosard, probablement du germanique *ango, « pointe de l´épée », et *hardu, « dur, fort », avec un r épenthétique.

Angosse
Patois jurassien angosse, « alisier » (Sorbus torminalis) [Prongué]. Pour Bossard il s´agit d´une variété de poire astringente appelée aussi poire d´angoisse
Sur Angosse, hameau (Les Breuleux, district des Franches-Montagnes, Jura).

Angroniettes
Aiguille des Angroniettes, 2865m, Col des Angroniettes, 2693m, et Glacier des Angroniettes (Val Ferret, commune d´Orsières, district d´Entremont, Valais), à la frontière du Val d´Aoste, du patois local angrogne, « chèvre sans lait, amaigrie et mal en point », nom formé avec le suffixe diminutif -ette [Guex].

Annaz
L´Annaz, ruisseau affluent du Rhône (Pougny, Pays de Gex, Ain), peut-être dérivé du gaulois ana, « marais », ou onno.

Anneau
Crêt de l´Anneau, lieu-dit en forêt de la commune de Travers (District du Val-de-Travers, Neuchâtel), peut-être de la dépression circulaire à proximité. Bas latin an[n]ellus, latin anulus, « bague, anneau ».

Annecy, Annecy-le-Vieux
Annecy, préfecture, commune et ville de la Haute-Savoie, Annecy-le Neuf vers 1107, Anassiaci en 1220, ville fortifiée voisine d´Annecy-le-Vieux qu´elle supplantera rapidement.
Annecy-le-Vieux, canton, commune et ville (Arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie), ancien vicus Boutae ou Bautas sur l´Itinéraire d´Antonin, nom qui pourrait signifier « cité des boeufs », localité détruite par des barbares en 267, et reconstruite autour de la Villa Anniciaca, nom dérivé avec le suffixe -aca du gentilice Annicius, une des plus importantes villa de Boutae. La localité se nomme Anericiacum ou Anersiacum en 867, anassiacus fiscus en 1011, Anassetti, var. Annasseu en 1107, Cura de Anassiaci veteris vers 1344, et aussi Anessy, Anecium, Annecium, Annesium, Anaysiacus, Nansiacus, Neysiacus, Annassie et Annesiacum [Régeste Genevois]. La localité devient Annecy-le-Vieux après la fondation d´Annecy-le-Neuf vers 1107.

Annemasse
Ville, commune et canton du Faucigny (Arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie), ancien vicus gallo-romain dont le nom était Namasce en 516, puis Anamasci en 1153, Anamassie en 1275, Anamassia en 1308, Anamchi en 1448, aussi Anamasces, Anamachy et Annemansia [Régeste Genevois]. Ce nom pourrait venir d´une tribu des Allobroges [Künzi 1997], ou selon Dauzat d´un patronyme gaulois Adnamatius.

Annibal
Col d´Annibal, 2992m, commune de Bourg-Saint-Pierre (District d´Entremont, Valais), où selon la légende Annibal (ou Hannibal) aurait franchi les Alpes avec ses éléphants (on y aurait trouvé des armes anciennes). Nom monté aux Arêtes d´Annibal, 3681m.

Anniviers
Val d´Anniviers, vallée de la rive gauche du Rhône (District de Sierre, Valais), vallis Annivesii avant 1052, de Anivesio en 1193, Annivies en 1215, Anives en 1243, Annevié en 1253, nom allemand Eifischtal, nom d´origine inconnue.

Annoisin
Village de la commune de L´Isle-Crémieu d´Annoisin-Chatelans, Aneysianum et Anoysanum au XIVème siècle, Anosin au XVème siècle (Crémieu, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), nom dérivé avec le suffixe -anum du gentilice Anitius, variante d´Anicius.

Annuit, Annuits
D´un patronyme disparu comme Ainuy, Annuis [Gros].
Annuit, Apud Anuys en 1373, Agnuys en 1521, hameau, et Lanches d´Annuit, alpage (Hauteluce, Beaufortain, Savoie) ;
Les Annuits, hameau (Ugine, Val d´Arly, Savoie).

Ansigny
Village de la commune d´Albens, district de Chambéry (Savoie), commune jusqu´en 1972, Cura de Ansignie vers 1344, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Insignacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Insignius, du latin insignis, « remarquable, distingué » [Gros].

Ansolin
Hameau de la commune de Lhuis (Bugey, Ain), Assolins en 1272, Ansoylin en 1313, Ansollins en 1429, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Ansoldingos, « chez les Ansoldingi », dérivé du nom propre Ansold [Perrenot].

Antagnes
Hameau de la commune d´Ollon (District d´Aigle, Vaud), nom actuel attesté en 1199, Antagne en 1351, nom d´origine inconnue.

Antagnod
Village de la commune d´Ayas (Vallée d´Aoste), Antagren en 1779, nom qui viendrait du latin ante lignum, « devant le bois », allusion aux forêts qui se trouvaient là avant la déforestation, selon l´étymologie populaire. Plus sérieusement, c´est un nom de domaine romain, dérivé avec le suffixe -od d´un nom de colon comme Antanius.

Anteines, Anteinettes
Peut-être d´un patronyme Anteine, variante d´Antoine, ou du patois antenet, « rhododendron », ou encore de l´ancien français antenois, « animal vieux d´un an », du latin ante annum, « l´année passée ».
Les Anteines, Anthenes en 1436, alpage, Bois des Anteines, forêt déclive, et Les Anteinettes et Les Anteinettes d´en Haut, alpages (Vallon de l´Hongrin, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Antème
Antème ou Anthème, lieu-dit de la commune de Champéry (District de Monthey, Valais), probablement d´un patronyme Anthème, variante de Anthelme. Chaux d´Antème, Forêt d´Antème et Lacs d´Antème, dans les environs, nom monté à l´Arête d´Antème, arête rocheuse, et à la Tour d´Antème, sommet, 2617m.

Anterne
1. Hameau de la commune de Marignier (Faucigny, Haute-Savoie). Künzi 1997 fait dériver son nom du latin internas, « qui est à l´intérieur » en raison de sa position dans le confluent de l´Arve et du Giffre.
2. Chalets d´Anterne, alpage, Montagne d´Anterne, pâturage, Ruisseau d´Anterne, affluent du Giffre des Fonds, Lac d´Anterne, nom monté aux Lanches d´Anterne, au Col d´Anterne, 2257m, au Collet d´Anterne, 1816m, et à la Pointe d´Anterne, 2733m (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie), nom que Dauzat fait dériver d´un radical oronymique préceltique *an-t- augmenté d´un suffixe prélatin *erna, sans en donner le sens.

Antes
Peut-être d´un patronyme Antes, variante de Emptes [Gros].
Les Antes, lieu-dit (Bény, Bresse, Ain) ;
Les Antes, hameau (Saint-Franc, vallée du Guiers, Savoie).

Antey-Saint-André
Commune et village de la vallée d´Aoste, dont le nom Antey pourrait dériver d´un nom romain comme Anthesius ou Antius. Voir aussi Saint-André.

Anthon
Nom qui signifierait, selon Künzi 1997, « devant le sommet », du gaulois ante, « devant », et dunon.
Anthon, hameau (Mieussy, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Anthon, hameau (Saint-Jeoire, Faucigny, Haute-Savoie).
D´un nom propre romain *Antunnus :
Anthon, Anton et Antun au XIIème siècle, Anthon au XIIIème siècle, commune et village de L´Isle-Crémieu (Pont-de-Chényruy, arrondissement de Vienne, Isère).


Anthy, Anthy-sur-Léman
Anthy-sur-Léman, commune et village du Bas-Chablais (Thonon-les-Bains-Ouest, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie), Antiez en 1187, Antyaz en 1303, Anthier en 1306, Cura de Anthiez vers 1344, Anthie au XIVème siècle, puis Anthy jusqu´en 1971, probablement un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Ant[h]iacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Ant[h]ius.
Bois d´Anthy, petite forêt d´Anthy-sur-Léman.

Antoger
Hameau de la commune de Grésy-sur-Aix (Aix-les-Bains, Savoie), Encogiez en 1304, sans doute une cacographie, Antogié en 1606, nom primitif Antogiacum, peut-être dérivé de Antidiacum, domaine d´Antidius, avec le suffixe -acum [Gros].

Antoines
Sommet évoquant une silhouette humaine, ou marqué par un empilement de pierres ou « Steinmann ».
Les Deux Antoines, sommets jumeaux (Bourg-Saint-Maurice, Tarentaise, Savoie).
Voir aussi Tônet.


Anzeindaz
Alpage et hameau de la commune de Bex (District d´Aigle, Vaud), Adzenda, Azenda vers 1300, appelé aussi Anzeinde, nom d´origine inconnue.

Anzère
Station valaisanne de sports d´hiver de la commune d´Ayent, dès 1969, district d´Hérens, ancien pâturage orthographié autrefois Antsère, qui dériverait du patois local intière, « entier », qui désigne une prairie qui n´a pas été broutée avant le fauchage.

Aoste, Aouste
Nom de plusieurs localités fondées lors du règne de l´empereur romain Auguste (-27 à 14).
Aoste, ville et vallée d´Italie du Nord. La ville est située à l´emplacement d´une ancienne colonia fondée en -25 par les Romains, Augusta Praetoria sur la Table de Peutinger. Le nom patois d´Aoste, Veulla, signifie « ville ».
Aoste, ancienne bourgade gallo-romaine Augustum fondée en -15, in pago Augusta Cameraria en 516, ecclesia de Augusta au Xème siècle, Augusta vulgo Aouste au XVème siècle, commune et village de la Vallée du Guiers (Le Pont-de-Beauvoisin, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère) ;
Aouste, localité du département de l´Isère fondée par les Romains aux environs de l´an -20 sous le nom d´Augusta, devenue Aoste en 924, rebaptisée Aouste en 1894, pour éviter toute confusion avec d´autres localités du même nom.

Aouille Tseuque
Aouille Tseuque, sommet, 3554m, signifie en patois valaisan « aiguille tronquée », du patois valaisan et valdôtain tseuca, « [chèvre] sans cornes », et Col de l´Aouille Tseuque, 3259m (Alpes Pennines, Bagnes, district d´Entremont, Valais, et Bionaz, vallée d´Aoste).

Août, Audannes, Autannes, Autans
Alpage élevé où le bétail monte au mois d´août. Vieux français autan, du latin augustanus, de augustus, « août ».
Lui d´Août, lieu-dit (Ovronnaz, Leytron, district de Martigny, Valais).
Avec les suffixes -an, -anne :
Les Autannes, pâturage (Val d´Hérens, Valais) ;
Lac des Autannes, Lac de Zozanne chez Bossard (Grimentz, district de Sierre, Valais) ;
Pointes des Autans, 3066m (Hérémence, district d´Hérens, Valais).

Avec sonorisation de [t] en [d] :
Les Audannes, pâturage, nom monté au Col des Audannes, 2886m, au Glacier des Audannes et au Lac des Audannes (Ayent, district d´Hérens, Valais).

Voir aussi Chenaussanne, Combautanna, Otanes.


Aplanes, Arplane
Signifie « alpe plane », composé de A, Ar, « alpe, alpage », et plane, du latin plana, « plane, plate, unie ».
Les Aplanes, alpage (Albiez-Montrond, Maurienne, Savoie) ;
Arplane, ad alpem planetam en 1514, chalets, Les Granges d´Arplane, maisons isolées, nom monté au Col d´Arplane, 2544m (Fourneaux, Maurienne, Savoie).

Aplayau, Apleyes, Apleyeu, Apleyoc
Selon Bossard, « endroit où l´on attelle les bêtes de trait à des pièces de bois qu´on veut amener à la scierie », patois aplyèyi, « atteler ».
L´Aplayau, hameau (Blonay, district de Vevey, Vaud) ;
Apleyes, hameau en clairière (Chamoson, district de Conthey, Valais) ;
L´Apleyeu ou Pleyeux, maisons isolées en clairière (Saxon, district de Martigny, Valais) ;
L´Apleyeu, lieu-dit en lisière de forêt (Liddes, district d´Entremont, Valais).
Forme patoise valaisanne en -oc :
Apleyoc, maisons isolées en clairière (Grône, district de Sierre, Valais).

Voir aussi Dèpleyau, Playauja.


Apples
Commune et village vaudois du district d´Aubonne, Aplis en 1009, Aples en 1167, dont le nom signifie « aux pommes », du germanique *ap[a]la, « pomme », racine indo-européenne *abol-, abel-, même sens.

Appregnin
Hameau de la commune de Saint-Germain-les-Paroisses (Bugey, Ain), Aspregnins et De Asprignino en 1385, Aspregnin et Asprenin en 1678, Apregnin en 1911, nom d´origine burgonde, d´un anthroponyme germanique comme Asprin.

Appremont, Apremont
Vieux français aspre, « terrain rocailleux », latin asper, « âpre, rude, rugueux », racine indo-européenne *sp(h)er-, sp(h)era-, « faire un mouvement brusque, pousser, précipiter » et montis.
Appremont, maisons isolées (La Roche-sur-Foron, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Apremont, Capella de Aspero Monte vers 1110, Aspromonte vers 1178, Asperomonte en 1191, Asperus Mons en 1488, commune et village de la Combe de Savoie (Montmélian, arrondissement de Chambéry, Savoie) ;
Apremont, Apud Asperum Montem en 1227, Aspremont en 1394, Apud Asperomontem en 1437, commune et village du Haut-Bugey (Arrondissement de Nantua, Ain).

Apprieu
Commune et village de la Bièvre (Le Grand-Lemps, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), Apiacum au Xème siècle, Asperium Jochum au XIVème siècle, Aprieu en 1021, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Asperiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Asperius.

Apralis
L´Apralis, maison isolée en clairière de la commune de Margencel (Bas-Chablais, Haute-Savoie), probablement par mécoupure de la Pralie.

Aprîli, Avril
Endroit ensoleillé, latin apricum, « place ensoleillée », ou patronyme Avril.
L´Aprîli, alpage (Mollens, district de Sierre, Valais) ;
Mont Avril, patois valaisan mon avri, sommet, 3347m, et Col du Mont Avril, 3190m, entre Chanrion et la vallée d´Aoste (Chanrion, Bagnes, district d´Entremont, Valais, et Val d´Ollomont, vallée d´Aoste) ;
Pointe Avril, 3214m, et Collet Avril, 3087m, à la frontière italienne, noms probablement montés d´un alpage disparu (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Château Avril, ferme isolée (Arzay, Bièvre, Isère).

Aproz
Hameau des communes de Nendaz (District de Conthey, Valais) et de Sion, Aspro en 1100, du latin asperum, « âpre, rude, rugueux » [Jaccard], désigne donc un terrain caillouteux, rocailleux.

Arabon, Arare, Ararié, Arrablets
Lieu qui a été labouré et cultivé, ancien français airer, arer, « labourer », aré, « terrain labouré », arée, « terre labourée, terre de labour, sillon », airure, areure, arure, « labour, labourage, culture d´un champ, d´un jardin », du latin arabilis, « propre à être labouré », aratus, « labouré », participe passé de arare, « labourer, cultiver », racine indo-européenne *ara-, « labourer ».
N.B. : Il y a aussi un Arare au-dessus d´Avoriaz (Morzine, Chablais, Haute-Savoie), mais il ne peut s´agir d´un lieu cultivé.
Arabon, lieu-dit (Vullierens, district de Morges, Vaud) ;
Arare, Arares en 1374, hameau (Plan-les-Ouates, Genève) ;
Ararié, maison isolée en clairière (Vérossaz, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Les Arrablets, lieu-dit (Onnens, district de Grandson, Vaud).

Arâches, Arachon, Arêches, Aresches
Lieu défriché, patois savoyard arachi, « arracher, essarter, défricher », français arracher, ancien français esrachier, « arracher », du bas latin exradicare, altération du latin eradicare, « déraciner, détruire », avec le préfixe latin e, ex et de radix, radicis, « racine ». Pour Nègre 1990, Arâches est un équivalent franco-provençal de l´ancien français arage, « terre labourable ».
Arâches, Arachia en 1204, Arachi en 1272, puis Arache, commune jusqu´en 1973, village de la commune d´Arâches-la-Frasse (Cluses, arrondissement de Bonneville, Haute-Savoie) ; toutefois, selon Ch. Marteaux cité par [Boyer], une forme ancienne Arasca indiquerait une origine ligure.
Avec le suffixe diminutif -on :
L´Arachon, lieu-dit (Bonne, Annemasse, Haute-Savoie).

Selon Gros, Arêches et Aresches viendraient d´un patronyme Aretius, ou mieux Arescius :
Arêches, Aresche en 1597, Haresche en 1679, Capella succursalis Arechiae en 1789, ancienne commune et village du Beaufortain (Beaufort-sur-Doron, Savoie) ;
Aresches, potestas Arecii en 943, Areschi en 1160, Areschy en 1199, Aresche en 1246, commune et village (Canton de Salins-les-Bains, Jura).


Araignée, Araignées, Arena, Aréna, Arêna,
Arenays, Arenaz, Arène, Areney, Areneys,
Arenier, Arénier, Arénières, Areniers, Arenis,
Arennu, Arianeys, Arnière, Arnières, Arniers
Dérivés de l´ancien français araine, areine, arigne, « sable », du latin arena, « sable, gravier ».
Terrain sablonneux, cours d´eau sablonneux ou carrière de sable, avec les suffixes collectifs -a, -ay, -az, -ey, -y :
L´Arena, lieu-dit (Echichens, district de Morges, Vaud) ;
L´Arena, cours d´eau affluent de la Venoge (District de Morges, Vaud) ;
Cros d´Aréna, lieu-dit en montagne, et Glacier d´Aréna (Massif du Soreiller, Saint-Christophe-en-Oisans, Oisans, Isère) ;
L´Arêna, maison isolée (Gruyères, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Arenays, lieu-dit (Saint-Livres, district d´Aubonne, Vaud) ;
L´Arenaz, lieu-dit (Boulens, district de Moudon, Vaud) ;
L´Arène ou la Renave, cours d´eau affluent du Furans (Bresse, Ain) ;
Les Arènes, crête rocheuse (Saint-Sorlin-d´Arves, Arvan, Savoie, et Besse, Oisans, Isère) ;
L´Areney, lieu-dit (Treytorrens, district de Payerne, Vaud) ;
Les Areneys, maisons isolées (Goumoëns-la-Ville, district d´Echallens, Vaud) ;
Les Arenis, lieu-dit (Founex, district de Nyon, Vaud) ;
L´Arennu, lieu-dit (Essertines-sur-Yverdon, district d´Echallens, Vaud) ;
Creux des Arianeys, lieu-dit (Vallon de Van, Salvan, district de Saint-Maurice, Valais).

Endroit d´où l´on tirait le sable, vieux français arenière, ancien français areniere, « sablonnière », latin arenarium, arenaria, « carrière de sable, sablière », avec les suffixes collectifs -ier, -ière :
L´Arenier, hameau (Saint-Franc, vallée du Guiers, Savoie) ;
L´Arénier, lieu-dit en forêt (Saint-Jean-d´Hérans, Trièves, Isère) ;
Carrière de l´Arénier, mansus crucis Areneriis au XIVème siècle, lieu-dit au bord de l´Isère (Barraux, Grésivaudan, Isère) ;
Grotte des Aréniers, grotte (Villard-de-Lans, Vercors, Isère) ;
Quai des Arénières (Genève) ;
Les Areniers, Les Arenis en 1846, lieu-dit (Gex, Pays de Gex, Ain).

Par syncope de Arénier, ou plus probablement d´un patronyme Arnier :
Les Arniers, lieu-dit (Engollon, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel).

Par syncope de Arénière ou par féminisation du patronyme Arnier :
Sur l´Arnière, lieu-dit en forêt (Condamine, Haut-Bugey, Ain) ;
Arnières, lieu-dit (Léaz, Pays de Gex, Ain).

Par remotivation de Arénier :
L´Araignée, Larignier en 1725, Areignée sur la Carte IGN, hameau (Mercury, Combe de Savoie, Savoie) ;
Les Araignées, lieu-dit en forêt (Villes, Michaille, Ain).

Voir aussi Arnad, Laraignée, Larines, Reine.


Araignys, Aregny, Argny
Probables dérivés du mot local et ancien français araigne, « araignée », pour des lieux où ce bêtes abondent. Il est toutefois difficile de d´exclure une dérivation de l´ancien français araine, areine, arigne, « sable », voir Araignée.
Avec le suffixe collectif -y :
Les Araignys, marais (Sainte-Croix, district de Grandson, Vaud) ;
L´Aregny, lieu-dit (Lovatens, district de Moudon, Vaud) ;
L´Argny, maison isolée (Trient, district de Martigny, Valais).


Aral, Arales, Aralles, Arella, Arelles,
Arlettes, Arrales
Mot régional aralle, « pin sylvestre » (Pinus sylvestris), de même origine qu´arolle. Aussi : aralle, « chataignier » (Castanea sativa).
L´Aral, alpage (Le Bouchet, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Les Arales, hameau (Loisin, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Arales, hameau (Saint-Cergues, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Aralles, lieu-dit (Allinges, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Bois des Arrales, forêt (Veigy-Foncenex, Bas-Chablais, Haute-Savoie).
Soit de même origine, soit de l´ancien français arele, arelle, « partie de la charrue, la charrue elle-même », et « instrument à couper du bois », probablement par synecdoque :
L´Arella, maison isolée (Valloire, Maurienne, Savoie) ;
Les Arelles, hameau (Cranves-Sales, Annemasse, Haute-Savoie).

Diminutif avec le suffixe -ette :
Bois des Arlettes, Irlettes à la fin du XVIIIème siècle, forêt (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud).


Aran
Becca d´Aran, 2950m, sommet sur la commune de Valtournenche (Vallée d´Aoste), nom probablement issu d´une racine pré-indo-européenne (méditerranéenne) RAN, RANC, « rocher escarpé ».

Aran, Aranc, Arens
Noms d´origine burgonde, dériveraient d´un primitif *Aringos, « chez les Aringi », dérivé du nom propre Aro, ancien haut allemand aro, germanique *aran, « aigle ».
Aran, Villa Erans en 1142, vineas de Arins en 1198, Arant en 1210, Arans en 1261, hameau (Villette, district de Lavaux, Vaud) ;
Aranc, Arenc en 1284, Arens en 1350, De Aranco en 1495, Aran en 1650, commune et village du Bugey (Hauteville-Lompnes, arrondissement de Belley, Ain) ;
Arens, Arinis en 1011, Arins et Aryns en 1177, Areins en 1191, Arens, Arin, etc. aux XIIIème et XIVème siècles, ancien nom du village de Saint-Blaise jusqu´au XIIIème siècle, puis de la partie haute du village seulement (Neuchâtel).

Arandas
Commune et village du Bugey (Saint-Rambert-en-Bugey, arrondissement de Belley, Ain), In Arandato au VIIème siècle, villa de Arandato en 1141, 1199, 1270 et 1385, Ecclesia Sancti Petri de Aranda en 1191, Arandas en 1245, Arandaz en 1380, probablement une Villa Arandatis, dérivé avec le suffixe d´appartenance -atis du patronyme Arandus. On peut aussi y voir un nom de même origine qu´Arandon, avec le suffixe gaulois *-ate, « villa ».

Arande, Arrondine
Hydronymes, d´une racine celtique *ar-, liée à l´eau vive, hybridé avec le latin unda, « eau agitée ».
L´Arande ou L´Aranda, aqua dicta Aronda en 1305, Nant d´Arandaz en 1541, L´Armande et L´Arande en 1810, cours d´eau affluent de l´Aire, à la frontière franco-suisse, peut-être de même origine que Arandas (Bardonnex, Genève, et Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie) ;
L´Arrondine ou l´Arondine, diminutif, cours d´eau issu des Aravis, affluent de l´Arly (La Giettaz, Val d´Arly, Savoie).

Arandelières, Arandellys, Arandier, Arandoz
Du vieux français arendel, variante de arondelle, diminutif de aronde, « hirondelle », avec le suffixe collectif -ier, -ière [Gros]. Boyer cite un patois arandelar, « aller en zig-zag », qu´il explique par le vol sinueux de l´hirondelle.
Pointe des Arandelières, 3178m (Bourg-Saint-Maurice, Peisey-Nancroix et Villaroger, Haute-Tarentaise, Savoie) ;
Les Arandellys, pâturage (Les Houches, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Arandier, in Aranderio en 1475, ruines de chalets (Valmeinier, Maurienne, Savoie).
Probablement de même origine :
Arandoz, Arandos sur la Carte de Cassini, Arrandoz en 1847, hameau (Chalamont, Dombes, Ain).


Arandon, Arandons
Noms qui dériveraient du gaulois *areranda, « près de la frontière », gaulois are-, « devant, près de », et *randa, « limite entre deux pagi ». Ils pourraient aussi être issus du latin arandus, « labourable », du verbe arare, « labourer ». Pour Nègre 1990, c´est une combinaison hybride d´un terme préceltique *aran, « vallée, cours d´eau », et du gaulois dunum, « enceinte fortifiée », avec un o accentué épenthétique, *aran-ó-dunum étant traité comme *arandónum, « enceinte fortifiée de la vallée ».
Arandon, in villa de Arandun en 1214, apud Arandonem en 1355, Arandon en 1429, hameau, et Rochers d´Arandon, lieu-dit (Groslée, Bugey, Ain) ;
Arandon, Arandon au XIIIème siècle, Arandus au XIVème siècle, commune et village de L´Isle-Crémieu, et Lac d´Arandon (Morestel, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère) ;
Arandons, hameau (Saint-Félix, Albanais, Haute-Savoie) ;
Les Arandons, lieu-dit (Novalaise, Avant-Pays savoyard, Savoie).
Voir aussi Arandas.


Aravis
Les Aravis d´en bas et Les Aravis d´en haut, alpages de la commune de la Clusaz (Bornes-Aravis, Haute-Savoie), sur la route du Col des Aravis, 1486m, nom passé à l´Adroit des Aravis et à l´Envers des Aravis, pâturages de part et d´autre du col, et monté à la Pointe des Aravis, 2325m, à la Porte des Aravis, passage, 2380m, et de là probablement à toute la Chaîne des Aravis, chaîne de montagne des Préalpes de Haute-Savoie et Savoie, Locus qui dicitur Aravis en 1315, In monte Aravis en 1334, Mont d´Aravix au XVIème siècle. Peut-être des racines pré-indo-européennes AL / AR, « hauteur, endroit élevé », et IS / VIS, « rivière ».

Arbalays, Arbalesse, Arbalète, Arbalétier, Arbaley,
Arballettes, Arbarand, Arbaray, Arbarétan, Arbaretaz,
Arbarête, Arbarette, Arbarey, Arbarie, Arbaron,
Arbats, Arbelay, Arbelot, Arbérès, Arberettes,
Arblay, Aubarète, Auberrax
Lieux où poussent des arbres à écorce blanche, par exemple des saules blancs (Salix alba), des peupliers blancs (Populus alba) ou des trembles (Populus tremula), du vieux français albère, ancien français abel, aubeau, aubel, aubeil, aubiel, « peuplier blanc », bas latin albarus, « tremble, peuplier blanc ».
Les Arbats, lieu-dit en forêt (Evionnaz, district de Saint-Maurice, Valais).
Noms collectifs : ancien français aubarede, aubaree, auberade, auberaie, auberaye, auberee, auberet, aubergire, auberoi, auberoie, auberoy, auberoye, aubraie, aubroie, « lieu planté de peupliers blancs », du bas latin albareta, « lieu planté d´aubiers ; lieu planté d´arbres », Pour Jaccard, ces noms pourraient venir du bas latin arborea, arboretum, « lieu planté d´arbres, verger » :

Dérivés par rhotacisme, avec les suffixes collectifs -ay, -ey, etc. :
Les Arbalays, lieu-dit en forêt (Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
L´Arbalesse, maison isolée (Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
L´Arbalète, maison isolée (L´Orient, district de la Vallée, Vaud) ;
Les Arbalètes, hameau (Collonges, Pays de Gex, Ain) ;
L´Arbalétier, En alebalestrier en 1541, En l´arballetier et aux arbatteliers en 1730, aux Arbatteliers en 1810, lieu-dit (Bardonnex, Genève) ;
L´Arbaley, lieu-dit en forêt (Vouvry, district de Monthey, Valais) ;
Les Arballettes, lieu-dit (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
Arbarand, maisons isolées en clairière (Beaufort-sur-Doron, Beaufortain, Savoie) ;
L´Arbaray, forêt déclive (Sarreyer, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Arbaretaz, maison isolée (Hotonnes, Valromey, Ain) ;
Chalets d´Arbarétan, anciennement Arbarétang, Herbaretan en 1855, alpage, nom monté au Col d´Arbarétan, 1860m (Saint-Alban-des-Hurtières, Basse-Maurienne, Savoie) ;
L´Arbarête, alpage (Manigod, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Arbarette, petit cours d´eau (Saint-Ondras, La Tour-du-Pin, Isère) ;
L´Arbarey, forêt (Martigny-Combe, district de Martigny, Valais) ;
Arbarie, forêt (Chamoson, district de Conthey, Valais) ;
L´Arbelay, hameau (Le Grand-Bornand, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
L´Arbelot, maisons isolées (Le Bouchet, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Les Arbérès, alpage (Bonneval-sur-Arc, Haute-Maurienne, Savoie) ;
L´Arblay, maisons isolées (Manigod, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
L´Arblay, La Reblais sur la Carte IGN, hameau (Le Biot, vallée de la Dranse, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif -on :
L´Arbaron, pâturage, nom monté à la Pointe de l´Arbaron, 1953m (Arâches-la-Frasse, Faucigny, Haute-Savoie).

Dérivés par vocalisation avec des suffixes collectifs :
L´Aubarète, hameau (Lajoux, Valserine, Jura) ;
L´Auberrax, forêt déclive (La Chapelle-d´Abondance, Val d´Abondance, Haute-Savoie).

Par féminisation d´un patronyme Arberet de même origine :
Les Arberettes, lieu-dit (Versailleux, Dombes, Ain).

Voir aussi Abel.


Arbase
Patois valaisan, pré contenant des graminées de qualité secondaire. Dérivé de herbe avec une terminaison péjorative [Bossard].
Arbase, pâturage (Martigny-Combe, district de Martigny, Valais).

Arbaz, Arbey, Arbeyat, Arbiche
Dérivés de Arp, « alpe, alpage », par sonorisation du [p] en [b], cf. le patois savoyard arbé, « chalet d´alpage » [Constantin], ou du gaulois albos ou latin albus, « blanc ».
Arbaz, Alba vers 1185, Arba en 1338, commune et village, et Mayens d´Arbaz, hameau dans la même commune (District de Sion, Valais) ;
Arbaz ou Arbà, hameau, nom monté au Mont d´Arbaz, 1647m (Challand-Saint-Anselme, vallée d´Aoste) ;
Arbey, Albes vers 1280, Arbes en 1290, pâturage et chalets d´alpage, et Lac d´Arbey (Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
L´Arbeyat, lieu-dit (Saint-Légier-La-Chiésaz, district de Vevey, Vaud) ;
L´Arbiche, maison isolée en clairière (Mollens, district de Sierre, Valais).

Arbenes, Arbenne
Arbenne, nom savoyard de la perdrix blanche, voir le mot régional arbenne.
Pointe d´Arbenes, 2478m, un des sommets de la chaîne des Aravis (Faucigny, Haute-Savoie), souvent confondu avec la Pointe d´Areu, 2462m, sommet voisin plus difficilement accessible ;
Pointe de l´Arbenne, 2446m (Montsapey, Basse-Maurienne, Savoie).
Voir aussi Arbine.


Arbépin, Arbépins, Aubépin, Aubépins
Ancien français masculin albespin, aubepin, « aubépine » (Crataegus oxyacantha), appelée aussi « épineuse », du latin médiéval albus spinus, latin vulgaire *albispinus, latin classique alba spina, « épine blanche ».
Dérivé par rhotacisme :
Arbépin, forêt (Saint-Germain-les-Paroisses, Bugey, Ain) ;
L´Arbépin, forêt (Vieu-d´Izenave, Haut-Bugey, Ain) ;
Les Arbépins, lieu-dit (Saxon, district de Martigny, Valais).

Dérivé par vocalisation :
L´Aubépin, hameau (Chaveyriat, Dombes, Ain) ;
Les Aubépins, es Obépins en 1906, hameau (La Verrerie, district de la Veveyse, Fribourg).

Voir aussi Erbépines.


Arbessier
Du nom régional arbessier, « alisier blanc » (Sorbus aria).
L´Arbessier, lieu-dit (Champdor, Haut-Bugey, Ain) ;
L´Arbessier, lieu-dit en forêt (L´Abergement-de-Varey, Bugey, Ain).

Arbessieux
Hameau de la commune de Ruffieux (Chautagne, Savoie), Arbézieu en 1935, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Albiciacum ou *Albuciacum, dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme Albicius ou Albucius [Gros].

Arbettaz
D´un mot patois désignant un foin maigre [Bossard].
Dérivé de herbe avec le suffixe diminutif patois -ettaz :
L´Arbettaz, maisons isolées (Le Biot, vallée de la Dranse, Haute-Savoie).


Arbignon
Arbignon, ancienne localité valaisanne, près de Collonges, district de Saint-Maurice, desertum Alpinonis en 850, Albignon en 1200, Arbignyon en 1437, abandonnée par la suite, « petite alpe ». Le nom de l´alpage L´Au d´Arbignon s´est maintenu. Pour Guex ce nom dérive d´un gentilice romain Albinius, dérivé du cognomen Albinus.
Arbignon, hameau (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais) ;
Arbignon, alpage (Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
Arbignon, nom français du village et commune valaisans d´Albinen (District de Loèche, Valais).

Arbillats
Les Arbillats, hameau de la commune de Pirajoux (Bresse, Ain), Les Arbillacs sur la Carte de Cassini, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine, probablement *Arbiliacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Arbilius.

Arbin
Commune et village de la Combe de Savoie (Montmélian, arrondissement de Chambéry, Savoie), Erbinus en 1010, de Arbinis vers 1100, Herbins en 1152, Herbini en 1238, Albini en 1298, Arbino en 1340, Albinum en 1488, nom primitif Albinus, du cognomen de Titus Pompeius Albinus trouvé sur une inscription.

Arbusigny
Commune et village du Genevois (Reignier, arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie), unum mansum situm in uilla abbusinniaci vers 1100, in villa Arbusinniaci, var. Albusiniaci en 1090-1107, par dissimilation, Arbusignier en 1235, Arbusignie au XIVème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romain *Albuciniacus dérivé avec le suffixe -acus du nom d´homme romain Albucinius formé sur Albucius [Nègre 1990].

Arbussin
Hameau de la commune de Grésy-sur-Aix (Aix-les-Bains, Savoie), Albussin en 1190, Apud Arbussinum en 1380, Arbussino en 1482, nom primitif Albutianum, nom formé sur les patronymes latins Albucius ou Albutius, avec le suffixe -anum [Gros].

Arc
Rivière de la Maurienne (Savoie), affluent de l´Isère, Supra ripam Arki au Xème siècle, Flumen quod dicitur Arcus au XIème siècle. Pourrait venir d´un adjectif celtique formé sur la racine *ar-, liée à l´eau vive.

Arc, Arcs
Nom de plusieurs chaînons de montagne, soit parce qu´elles sont en forme d´arc, latin arcus, « arc », racine indo-européenne *arqu-, « courbé », soit du latin arx, arcis, « hauteur, sommet, cime, faîte, montagne ».
Montagne de l´Arc, 2247m (Peisey-Nancroix, Tarentaise, Savoie) ;
Le Grand Arc, sommet, 2484m, Le Petit Arc, sommet, 2365m, et Ruisseau du Grand Arc, (Montsapey et Saint-Paul-sur-Isère, Massif de la Belledone, Savoie) ;
Les Arcs, maintenant une station de sports (Bourg-Saint-Maurice, Tarentaise, Savoie).
Peut-être en raison de la configuration locale du terrain :
Le Grand Arc, hameau (Saint-Vital, Combe de Savoie, Savoie).


Arcadie
L´Arcadie, lieu-dit de la commune du Chenit, district de la Vallée (Vaud), probablement par allusion à la région de ce nom au sud de la Grèce antique, archétype du paysage idyllique.

Arcalod
Sommet principal des Bauges (Savoie), 2217m. Composé de Ar, « alpe, alpage », et d´un dérivé de la racine indo-européenne *kar-, « dur ».

Arcanier, Arcanière
Peut-être du patois arcanna, « [couleur] ocre », occitan arcano, « craie rouge », ou du mot régional arcane, « fissure en terrain calcaire » [Pégorier]
L´Arcanier, sommet, 2576m (Entraigues et Valjouffrey, Valbonnais, Isère) ;
L´Arcanière, hameau (Notre-Dame-de-Bellecombe, Val d´Arly, Savoie).

Arcassière, Arcochons, Arcos, Arcossais, Arcossay,
Arcosse, Arcosses, Arcosset, Arcossets, Arcossey,
Arcouses
Du patois arcosse, « aulne vert de montagne » (Alnus viridis), variante arcasse.
L´Arcos, forêt déclive (Sainte-Marie-de-Cuines, Maurienne, Savoie) ;
L´Arcosse, lieu-dit (Saint-Jean-d´Arves, Maurienne, Savoie) ;
Les Arcosses, lieu-dit (Pers-Jussy, Genevois, Haute-Savoie) ;
Les Arcosses, lieu-dit (Bozel, Vanoise, Savoie) ;
Les Grandes Arcosses, lieu-dit avec broussailles, et Chalet des Grandes Arcosses, alpage (Méribel, Les Allues, Tarentaise, Savoie) ;
Les Arcouses, Les Arcousses en 1921, forêt déclive (Biviers, Pays grenoblois, Isère).
Diminutif avec le suffixe -on :
Les Arcochons, alpage (La Léchère, Tarentaise, Savoie).

Dérivé avec le suffixe collectif -ière :
L´Arcassière, lieu-dit (Villargondran, Maurienne, Savoie).

Dérivés avec les suffixes collectifs -ais, -ay, -et, -ey :
L´Arcossais, forêt déclive (Saint-Sorlin-d´Arves, Arvan, Savoie) ;
L´Arcossay, forêt (Montaimont, Maurienne, Savoie) ;
L´Arcossay, lieu-dit en forêt (Méribel, Les Allues, Tarentaise, Savoie) ;
L´Arcosset, lieu-dit (La Léchère, Tarentaise, Savoie) ;
Les Arcossets, alpage (Saint-Martin-de-Belleville, Tarentaise, Savoie) ;
Arcossey, Larcossey en 1385, lieu-dit (Ollon, district d´Aigle, Vaud).


Arce, Arcelin, Arcelle, Arcelles, Arces,
Arcets, Arcisses, Arges, Arsellaz, Arselle
Mot régional arce, « cabane, chalet de montagne, habitation des bergers ; maison où, dans le temps de l´inalpage, on fabrique les fromages », du bas latin arcia, latin arx, arcis, « hauteur, sommet, cime, faîte, montagne », au figuré « abri, refuge », ou variantes de Arse, « terre défrichée par brûlis ou forêt ayant subi un incendie ».
Arce, hameau (Chevenoz, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
L´Arce, maison isolée (Montagne de l´Epine, Saint-Thibaud-de-Couz, Chambéry, Savoie) ;
Les Arces, maisons isolées en clairière (Abondance, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Les Arces d´en Bas et Les Arces d´en Haut, maisons isolées, nom monté au Col des Arces, 1163m (Habère-Poche, Vallée Verte, Haute-Savoie) ;
Roc des Arces, sommet, 1772m (Le Grand-Bornand, Bornes-Aravis, Haute-Savoie).
Mot régional de la Haute-Maurienne arcelle, diminutif avec le suffixe -elle :
L´Arcelle, alpage, nom monté au Glacier de l´Arcelle, au Col de l´Arcelle ou Col des Alpins, 3327m, et à la Pointe de l´Arcelle, 3493m (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie) ; Lac de l´Arcelle, petit lac de montagne (Lanslevillard, Haute-Maurienne, Savoie) ;
L´Arcelle Neuve et L´Arcelle Neuve d´en Bas, alpages, Ruisseau de l´Arcelle Neuve, affluent de l´Arc, nom monté au Glacier de l´Arcelle Neuve (Lanslevillard, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Plateau de l´Arcelle, lieu-dit (Belledone, Savoie) ;
Les Arcelles, alpage (Termignon, Haute-Maurienne, Savoie).

Les noms suivants peuvent aussi avoir le sens de « terre défrichée par brûlis ou forêt ayant subi un incendie », diminutifs de Arse, variante Arce avec le suffixe -elle :
L´Arcelle, lieu-dit en montagne (Oris-en-Rattier, Valbonnais, Isère) ;
Les Arcelles, forêt déclive (Eybens, Pays grenoblois, Isère) ;
Les Arcelles, Arcellis au XIVème siècle, lieu-dit (Lavaldens, Valbonnais, Isère) ;
Les Arcelles, ferme isolée, et Ruisseau des Arcelles,
L´Arselle, alpage, et Ruisseau de l´Arselle (Seyssinet-Pariset, Pays grenoblois, Isère) ; (Bonneval-sur-Arc, Haute-Maurienne, Savoie) ;
L´Arselle d´en Haut, ruines d´alpage, Plan de l´Arselle, alpage, nom monté à la Crête de l´Arselle, 2729m, au Col de l´Arselle, 3039m, et à la Pointe de l´Arselle, 3110m (Val d´Isère, Haute-Tarentaise, Savoie) ;
L´Arselle, pratum de Arcella au XIVème siècle, montagne de l´Arcelle au XVIIème siècle, clairière (Chamrousse, Belledonne, Isère), et Ruisseau de l´Arselle, affluent de la Romanche (Livet-et-Gavet, Oisans, Isère).

Avec le suffixe collectif -isse :
Les Arcisses, lieu-dit déclive (Valjouffrey, Valbonnais, Isère).

Forme patoise :
L´Arsellaz, maison isolée en clairière (Fontcouverte-la-Toussuire, Maurienne, Savoie).

Diminutifs d´Arcelle avec le suffixe -in :
L´Arcelin, alpage, et Combe de l´Arcelin, lieu-dit (Orelle, Maurienne, Savoie) ;
Chalet Inférieur de l´Arcelin, ruines d´alpage, sur le Ruisseau de l´Arcelin, affluent du Nant de la Crépéna, nom monté au Glacier de l´Arcelin, au Col de l´Arcelin, 2736m, à la Grande Aiguille de l´Arcelin, 2761m, et à la Petite Aiguille de l´Arcelin, 2649m (Pralognan-la-Vanoise, Vanoise, Savoie).
Ouillon des Arcellins, sommet, 2666m, nom monté d´un ancien alpage, in monte Arcelinis en 1530 (Lanslebourg-Mont-Cenis et Lanslevillard, Haute-Maurienne, Savoie).

Diminutif avec le suffixe -et :
Les Arcets, alpage (Cordon, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Variante de Arces [Künzi 1997] :
Les Arges, lieu-dit en forêt (Ballaison, Bas-Chablais, Haute-Savoie).

Voir aussi Arcelles, Arselle, Orcelle.


Arce, Arciat, Arcieux, Arcine, Arzier,
Arzière, Arzy
D´un nom de domaine d´origine gallo-romaine dérivé du gentilice Arcius ou Arsius, ou du nom d´homme gaulois Artius.
La Tour d´Arce, loco qui dicitur Arcis au XIème siècle, in Arces villa au XIIème siècle, domus de Arciis au XIVème siècle, ruine (Saint-Ismier, Pays grenoblois, Isère).
Nom de domaine *[praedium] Arciacum, dérivé avec le suffixe -acum :
Arciat, de Arciaco en 1007-1037, Portus qui dicitur Arciacus vers 1080, hameau (Cormoranche-sur-Saône, Bresse, Ain) ;
Arciat, hameau (Buellas, Bresse, Ain) ;
Le Grand Arcieux, Arceu en 1299-1369, Arcieu en 1567, hameau (Saint-Jean-de-Thurigneux, Dombes, Ain) ;
Le Petit Arcieux, hameau (Rancé, Dombes, Ain).

D´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Arsiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Arsius [Jaccard] :
Arzier, Argie et Argier en 1306, Arsie en 1328, Arsier en 1386, commune et village (District de Nyon, Vaud).

Par adjectivisation :
L´Arzière, alpage (Arzier, district de Nyon, Vaud).

D´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Artiacus, dérivé avec le suffixe -acus du gentilice Artius :
Arzy, hameau (Sillingy, Annecy, Haute-Savoie).

Nom de domaine [villa] Arcina, dérivé avec le suffixe -ana, ou, peu probable, du provençal arsina, « incendie » :
Arcine, Arsena en 1275, Arcina en 1344, Arciannaz, Arsinne, et Arcines sur la Carte de Cassini, hameau et ancienne commune (Clarafond, Genevois, Haute-Savoie).


Archamps, Archens
Bois d´Archens, forêt de la commune de Lausanne (Vaud), nom attesté en 1142 d´origine burgonde, dériverait d´un primitif *Arichingos, « chez les Arichingi », dérivé du nom propre *Aricho [Jaccard].
Probablement de même origine :
Archamps, Herchant en 1275, Erchant en 1538, commune et village du Genevois (Arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie).


Archat, Archaz, Arche, Archers, Arches,
Archet, Archets, Archette, Archettes, Artses
Vieux français arche, « grenier, grange, étable, bergerie » [Gros], ancien français arche, « sommet », ou français arche, patois artzé, « croupes plus ou moins arrondies en arc et en pente rapide séparées par des couloirs » [Jaccard], ou variantes de Arse. Dans certains cas, l´ancien français arche, « coffre ; pétrin » a pu être utilisé par métaphore au sens de « creux de terrain ».
Crête de l´Archat, sommet, 2007m, et Ruisseau de l´Archat, Ruisseau de Larchat sur la Carte IGN (Lalley et Saint-Maurice-en-Trièves, Trièves, Isère) ;
L´Archaz, hameau (Valloire, Maurienne, Savoie) ;
Arche, lieu-dit (Morgins, Troistorrents, district de Monthey, Valais) ;
L´Arche, forêt (Albeuve), nom monté au Vanil de l´Arche, sommet, 1561m (Albeuve et Neirivue, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
L´Arche, maisons isolées en forêt, et Combe de ´Arche ou Ruisseau de Pomaray, affluent de l´Arc (Saint-Rémy-de-Maurienne, Basse-Maurienne, Savoie) ;
Arche de la Tornette, sommet, 1939m (Grandvillard, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Bois d´Arche, lieu-dit en forêt (Sonnay, Pays viennois, Isère) ;
L´Etang d´Arche (Cessieu, La Tour-du-Pin, Isère) ;
Pas de l´Arche, passage délicat (Monestier-d´Ambel, Beaumont, Isère) ;
Plan de l´Arche, maisons isolées en clairière (Le Verneil, Val Gelon, Savoie) ;
Le Plan des Archers, forêt déclive (Valezan, Aime, Tarentaise, Savoie) ;
Les Arches, hameau (Peisey-Nancroix, Tarentaise, Savoie) ;
Bois des Arches, lieu-dit en forêt, et Ruisseau des Arches, affluent du Ruisseau de Charbonnier (Chichilianne, Trièves, Isère) ;
Côte des Arches, lieu-dit en forêt (Glovelier, district de Delémont, Jura).
Diminutifs avec les suffixes -et, -ette :
L´Archet, hameau (Saint-Cergues, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
Mont des Archets, 2437m (Notre-Dame-du-Pré, Tarentaise, Savoie) ;
L´Archette, lieu-dit (Saint-Cergue, district de Nyon, Vaud) ;
Les Archettes, maison isolée en clairière (Clelles, Trièves, Isère) ;
Combe des Archettes, lieu-dit, nom monté au Col des Archettes, 2510m (Bramans et Sollières, Haute-Maurienne, Savoie).

Forme patoise avec mutation du son [ch] en [ts] :
Vanil des Artses, sommet, 1993m (Montbovon, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg).


Arche, Arches
Français arche, « partie d´un pont sous la voûte entre deux piles ; voûte en forme d´arc ».
Grotte de l´Arche, sans doute en raison d´une entrée en arche (Chaley, Bugey, Ain) ;
Pont des Quatre Arches, pont du chemin de fer sur le Saône (Grièges, Bresse, Ain).

Archeboc
Glacier d´Archeboc et Pointe d´Archeboc, 3272m, à la frontière italienne (Sainte-Foy-Tarentaise, Tarentaise, Savoie), nom composé d´Arche, « sommet » ou « creux », et du patois Boc, « bouc ».

Archésaz
Hameau de la commune de Brusson (Vallée d´Aoste), nom patois Artséza, probablement une combinaison de Ar, « alpe, alpage », et d´un terme de même origine que Chiésaz, ancien français chese, chiese, « maison, habitation ».

Archessus
Hameau de la commune de Bevaix (District de Boudry, Neuchâtel), probablement « Arche dessus ».

Archevêcal
L´Archevêcal, lieu-dit de la commune de Betton-Bettonet (Combe de Savoie, Savoie), probablement dérivé de archevêque, peut-être un sobriquet.

Arcisse
Hameau de la commune de Saint-Chef (Les Balmes Dauphinoises, Isère), villa Arsitia et Assicia au IXème siècle, capellanus de Arsessas au XIVème siècle, par féminisation du nom d´homme Arsitius.

Arclosan, Arclusaz
Alpe close, alpage encaissé, formé dans un synclinal. Composé de Ar, « alpe, alpage », et d´un dérivé de l´adjectif latin clusa, clausa, « fermé, clos », voir Clusaz.
Chalets d´Arclosan, alpage, et Rocher d´Arclosan, 1176m (Saint-Ferréol, Bornes, Haute-Savoie) ;
Prés d´Arclusaz, Ad Alpem Clusam au XIème siècle, Alpis de alta clusa en 1251, granges, Ruisseau d´Arclusaz, affluent du Chéran, nom monté au Col d´Arclusaz, 1770m, et à la Dent d´Arclusaz, 2041m (Ecole, Bauges, Savoie), et redescendu à la Forêt Domaniale de l´Arclusaz (Saint-Pierre-d´Albigny, Combe de Savoie, Savoie).

Arcojeux
D´un mot patois désignant l´argousier (Hippophae rhamnoides) ou d´autres espèces comme l´églantier ou l´épine blanche [Guex].
L´Arcojeux, pâturage (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais).

Arcolière
Hameau de la commune d´Yenne (Avant-Pays savoyard, Savoie), par féminisation d´un patronyme Arcolier, du latin arcularius, « fabricant d´arcs ».

Arconciel, Arconcier
Noms dérivés de *[fundus] Archontiacus, domaine d´un gallo-romain Archontius, Archontus, Arcontius, formé avec le suffixe -acus. [Stadelmann].
Arconciel, castrum Arconciacum en 1082, Arcuncie et Arcunciei en 1146-1173, Arcuncie en 1228, Arguncie en 1251, Arcontie en 1264, Arconcye, Arkontie en 1270, Alconcie en 1286, Arconcier en 1368, Arconciez en 1445, Arcanciel en 1755, nom allemand Erchunzacho et Erchunzach en 1236, Ergenzach en 1578 ; la forme française actuelle est due à une remotivation avec arc-en-ciel, cf. le nom latin Arca Coeli donné à cette paroisse en 1665, commune et village (District de la Sarine, Fribourg) ;
Arconcier, hameau (Russy, district de la Broye, Fribourg).

Arculinge, Arculinges
nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Arcoldingum, « chez les Arcoldingi », dérivé du nom propre Arcold, dérivé de Argwald, du burgonde *args, germanique *arga, « méchant », et *valdan, « celui qui règne » [Perrenot].
Arculinge, Petrus d´Arcullingo en 1201, Arculingis en 1302, Arquilinges en 1730, hameau (Reignier, Genevois, Haute-Savoie).
Probablement par transfert :
Les Arculinges, hameau (Amancy, Faucigny, Haute-Savoie).


Ardenchet, Ardens, Ardent, Ardra, Ardre,
Arje, Ars, Arsat, Arsattes, Arse,
Arsé, Arseis, Arses, Arsets, Arsines,
Arsy
Terre défrichée par brûlis ou forêt ayant subi un incendie, patois arsé, vieux français arsin, « forêt abimée par le feu ». Ancien français ardeis, arseis, arsis, « incendie », arser, « brûler, incendier ». Moyen français ardoir, ardre, « brûler », ancien français ardeir, ardeoir, ardoir, erdoir, hardoir, « brûler, consumer », participe passé ars, arse, « brûlé, consumé », bas latin arsina, « incendie ; sol défriché par la feu », latin ardens, « brûlant », et arsus, « brûlé », respectivement participe présent et participe passé du verbe ardere, « brûler ».
Du verbe moyen français ardoir, ardre :
L´Ardra, colline boisée (Vuarmarens, district de la Glâne, Fribourg) ;
Ardre, lieu-dit (Chevilly, district de Cossonay, Vaud) ;
Place d´Arje, lieu-dit en forêt, Plan di Arje, alpage, peut-être de même origine (Nendaz, district de Conthey, Valais).

Dérivés du participe présent de ardre, latin ardens, « brûlant » :
Ardens, pâturage, Chalets d´Ardens, alpage, nom monté à la Pointe d´Ardens, 1959m, aux Pirons d´Ardens, sommet, 1875m, et à la Fenêtre d´Ardens, 1894m (Massif de Tavaneuse, Abondance, Chablais, Haute-Savoie) ;
Ardent, hameau (Vallon de Montriond, Chablais, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif -et :
Ardenchet, pâturage (Vallon de Montriond, Chablais, Haute-Savoie).

Dérivés du participe passé ars, arse, « brûlé, consumé », de ardre :
Les Ars, maison isolée (Leysin, district d´Aigle, Vaud) ;
Bois de l´Ars, forêt déclive (Saint-Jean-de-Sixt, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Bois de l´Arsé, forêt déclive (Brizon, Faucigny, Haute-Savoie) ;
L´Arse, lieu-dit en forêt (Thorens-Glières, Bornes, Haute-Savoie) ;
L´Arse, lieu-dit (Le Noyer, Bauges, Savoie) ;
Bois de l´Arse, forêt (Brizon, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Arses, hameau (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Combe des Arses, ravin en forêt (Tramelan, district de Courtelary, Jura bernois).

Avec le suffixe diminutif jurassien -atte :
Aux Arsattes, hameau (Moutier, Jura bernois).

Avec le suffixe diminutif -ine, bas latin arsinum, « cendre de plantes brûlées » :
Arsines, alpage, nom monté à la Pointe des Arsines, 2413m (Ollomont et Valpelline, vallée d´Aoste).

Avec les suffixes collectifs -at, -eis, -at, -y :
L´Arsat et Communs de l´Arsat, alpages (Les Mosses, Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
L´Arseis, forêt déclive (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Les Arsets, hameau (Gryon, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Arsets, ruines (Tignes, Haute-Tarentaise, Savoie) ;
Alpe d´Arsy, alpage (Etroubles, vallée d´Aoste).

Voir aussi Affe, Arsajeur, Coutarse, Dozerce, Poutarse.


Ardève
L´Ardève, sommet, 1474m, Ardevaz en 1906 (Chamoson, district de Conthey, et Leytron, district de Martigny, Valais), et Mayens de l´Ardève, commune de Chamoson (District de Conthey, Valais), latin arduum, voir Ardille.

Ardille
Haut, élevé, difficile d´accès. Vieux français ardilye, « endroit escarpé, chemin raide », latin arduum, « lieu escarpé, difficile à gravir, lieu abrupt, hauteur, montagne, escarpement », du gaulois *arduo-, « haut », racine indo-européenne *erd-, erdh-, « haut, pousser ».
L´Ardille, lieu-dit, et Vanil de l´Ardille, chaînon, 1975m (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg).

Ardoisières
Lieu où l´on extrayait des ardoises, du latin vulgaire *ardesia, avec le suffixe collectif -ière.
Vallée des Ardoisières, vallon où se trouvaient des ardoisières près de la Turche (Morzine, Chablais, Haute-Savoie).

Ardon
Nom dérivé de *Aredunum, qui signifie « devant la forteresse » ou « fortifié par devant », du gaulois are-, « devant, près de », racine indo-européenne *per-, « au-dessus », et dunum, « forteresse ».
Ardon, Ardunum à la fin du XIème siècle, site occupé à l´époque de La Tène, devenu Ardun en 1179, anciens noms allemands Arde et Arden, commune et village (District de Conthey, Valais) ;
Ardon, Ardunum en 1146, Usque at Ardunum oppidum en 1169, Prior de Ardone vers 1344, Ardon en Michaille en 1414, hameau (Châtillon-en-Michaille, Michaille, Ain).

Ardzintaire, Argence, Argent, Argentenas, Argentier,
Argentière, Argentières, Argentine
1. Qui brille comme de l´argent, blanc éclatant. Latin argenteus, « blanc comme l´argent, argenté », gaulois *arganto, « blanc, blanc comme de l´argent », d´une racine indo-européenne *arg-, ar(e)g-, « blanc, brillant ».
Champ Argent, lieu-dit (Bévilard, district de Moutier, Jura bernois) ;
Chemin du Nant-d´Argent (Cologny, Genève) ;
Cul d´Argent, lieu-dit en forêt (Arzier, district de Nyon, Vaud).
Ce nom peut être dû à la présence d´un glacier :
Argentière, village de la commune de Chamonix, nom monté aux Col d´Argentière, 3552m, au Passage d´Argentière, passage difficile, 3620m, au Glacier d´Argentière, à l´Aiguille d´Argentière, 3901m, à l´Aiguillette d´Argentière, 1893m, cette dernière située dans les Aiguilles Rouges (Chamonix-Mont-Blanc, Vallée de Chamonix, Haute-Savoie).

Ou aussi de roches particulièrement brillantes, adjectif ancien français féminin argentine, « d´argent » :
Les Argentières, lieu-dit, falaises (Servoz, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
L´Argentine, chaînon de montagnes qui culmine à la Haute Pointe, 2422m (Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
Crête de l´Argentine, 2883m (Pralognan-la-Vanoise, Vanoise, Savoie).

Ou de paillettes de mica :
L´Argentine, cours d´eau affluent du Doron (Beaufort-sur-Doron, Beaufortain, Savoie).

Emplacement de mines métallifères réelles ou supposées, ancien français argentiere, « mine d´argent », du latin argentaria, de même sens, issu de argentum, « métal » :
L´Argentière, lieu-dit en forêt (Les Gets, Faucigny, Haute-Savoie) ;
L´Argentière, A parte Argenterie en 1317, lieu-dit, anciennes mines (Saint-Jean-de-Maurienne, Maurienne, Savoie) ;
L´Argentière, Argenteria au XIVème siècle, maisons isolées (Pinsot, Belledone, Isère) ;
L´Argentière, Argenteria au XIVème siècle, ruines (Vénosc, Oisans, Isère) ;
Pointe de l´Argentière, 3053m, Col de l´Argentière, 2875m, et Ancien Glacier de l´Argentière, où l´on a cru à l´existence de filons d´argent (Sainte-Foy-Tarentaise, Tarentaise, Savoie) ;
Aiguilles de l´Argentière, 2747m, Glacier de l´Argentière, Brèche de l´Argentière, 2698m, et Casse de l´Argentière, pierrier (Saint-Colomban-des-Villards, vallée des Villards, Maurienne, Savoie) ;
Combe Argentière, ravin (Valjouffrey, Valbonnais, Isère) ;
Croix d´Argentière, croix sur un sommet, 2382m (Hermillon, Maurienne, Savoie) ;
Aiguille d´Argentière, 3237m, et Crête d´Argentière (Valloire, Maurienne, Savoie).
Argentine, Ecclesia Argentine en 1129, Ecclesia de Argentina en 1184, Apud Argentinam en 1269, commune et village de Basse-Maurienne (Aiguebelle, arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie).

De même origine ou plus probablement avec le patronyme Argentier :
Roche d´Argentier, peut-être d´un patronyme, sommet (Haute-Maurienne, Savoie).

Forme patoise :
Bay d´Ardzintaire, forme patoise valaisanne, torrent affluent du lac de Mauvoisin, où furent recherchées des mines d´argent et de cuivre au XIXème siècle [Fellay] (Mauvoisin, Bagnes, district d´Entremont, Valais).

Probablement de même origine :
Argentenas, Argentaldum au XIIème siècle, de Argentalco, Argentan, de Argentione et mansus Arguent au XIIIème siècle, Argentina au XVIème siècle, Argentent au XVIIIème siècle, Argentaine en 1921, hameau (Murinais, Chambaran, Isère).

Peut-être de même origine :
Argence, hameau (Habère-Poche, Vallée Verte, Haute-Savoie).


Areine, Arin
Endroit où se produisent des petites avalanches de neige poudreuse, du patois arein, « petite avalanche de neige poudreuse » [Jaccard]. Dérivés de l´ancien français araine, areine, arigne, « sable », du latin arena, « sable, gravier », par métaphore.
Plan d´Areine, alpage (Rochers de Nayes, Villeneuve, district d´Aigle, Vaud) ;
L´Arin, lieu-dit déclive (Rougemont, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Arenthon
Commune et village du Faucigny (La Roche-sur-Foron, arrondissement de Bonneville, Haute-Savoie), Artin en 1275, Arenthon en 1344, Arantone au XIVème siècle.

Areuse
Areuse, Orousa avant le IXème siècle, Oruse en 1178, Orousa en 1264, Arosa en 1268, Arousa et Aurusa en 1311, Aurosa en 1318, Arouse en 1320, Areuse en 1346, Creuse en 1356, Ourouse en 1361, Crouse en 1367, Creusa en 1441, hameau et ancienne commune (Boudry, Neuchâtel), Prés d´Areuse, plusieurs lieux-dits et domaine, et L´Areuse, anciennement Reuza et Orose en 1107, Arosa en 1280, La Reuse en 1595, cours d´eau du Val-de-Travers, affluent du lac de Neuchâtel, Vieille Areuse, ancien cours de l´Areuse, du patois neuchâtelois reuse, « ruisseau », qui dérive soit du vieux français russel, latin vulgaire rivuscellus, diminutif du latin rivus, « ruisseau », racine indo-européenne *rei-, « couler, s´écouler », soit du germanique *rausa, rauza, « roseau, jonc », avec agglutination de l´article. Les formes en Creuse, etc. seraient dues à une confusion avec un lieu voisin [Michaud].
Probablement dérivé de Reuse :
Les Areuses, maisons isolées (Valsorey, Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais).

Voir aussi Orausa, Raus.


Arevassey
Dérivés de *arvasse, « arole rabougri », avec le suffixe péjoratif -asse et le suffixe collectif -ey du gaulois *arwa, « pin, conifère », voir arolles [Guex].
L´Arevassey ou L´Arvassey, lieu-dit (Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais).
Voir aussi Lavarsay.


Arfontaine
Hameau de la commune de Samognat (Izernore, Haut-Bugey, Ain), Orfontana en 1299-1369, Orfontanes en 1500, Arfontannaz en 1670, nom composé de Fontaine et d´un premier terme pouvant dériver du patois ors, « ours », voir Or, ou ore, « bord, lisière », voir Oré, ou encore d´une autre origine.

Argil, Argile, Argiliays, Argilière, Argilieys,
Argillat, Argilleuse, Argillières, Argis, Arzel,
Arzelier, Arzelly, Arzille, Arzillier, Arzillière,
Arzilly
Argile, terre blanchâtre composée principalement de silice et d´alumine, utilisée en poterie.
Patois ardzilla, arzille, français dialectal argille, latin argilla, grec argillos, « argile, terre de potier » :
Argil, La terre d´Argil en 1532, hameau (Reyrieux, Dombes, Ain) ;
Argile, lieu-dit (Auvernier, district de Boudry, Neuchâtel) ;
Argis, Argil en 1242, De Argillo en 1385, Argit en 1650, Argy en 1734, commune et village du Bugey (Saint-Rambert-en-Bugey, arrondissement de Belley, Ain).

Formes patoises avec mutation du son [j] en [z] :
Chênes d´Arzel, lieu-dit (Montricher, district de Cossonay, Vaud) ;
En Arzille (Praz-en-Vully, district du Lac, Fribourg).

Avec le suffixe -euse :
L´Argilleuse, chemin (Corcelles-près-Concise, district de Grandson, Vaud).

Argilière, pré argileux, ancien français ardelere, ardilliere, argilerie, argiliere, argillerie, argilliere, arzilliere, « mine d´argile » :

Avec les suffixes collectifs -ier, -ière :
Chemin de l´Argilière (Vessy, Veyrier, Genève) ;
Argillières, ad Argillerias en 1169, ad Argilleras et Argilleires en 1213, hameau (Boyeux-Saint-Jerôme, Haut-Bugey, Ain) ;
Argillières, Arzilieres et Arzilliars au XVIème siècle, hameau (Parmilieu, L´Isle-Crémieu, Isère) ;
Les Argillières, lieu-dit (La Sonnaz, district de la Sarine, Fribourg).

Formes patoises avec mutation du son [g] en [z] :
L´Arzelier, lieu-dit (Mont-la-Ville, district de Cossonay, Vaud) ;
L´Arzelier, villa de Arselerio au XIVème siècle, Arsilata et Arsilere au XVème siècle, Arselleres sans date, maison isolée (Le Gua, Pays grenoblois, Isère) ;
Les Arzeliers, lieu-dit déclive, et Col de l´Arzelier, station de sport (Château-Bernard, Trièves, Isère) ;
Arzillier, lieu-dit (Penthaz, district de Cossonay, Vaud) ;
Les Arzilliers ou Les Arziliers, maison isolée (Vaulruz, district de la Gruyère, Fribourg) ;
L´Arzillière, lieu-dit (Diesse, district de La Neuveville, Jura bernois) ;
Les Arzillières, hameau (Coppet, district de Nyon, Vaud).

Avec les suffixes collectifs -at, -ay, -ey, -y :
Chemin de l´Argillat (Le Locle, Neuchâtel) ;
L´Argiliays, ancien lieu-dit (Oyonnax, Haut-Bugey, Ain) ;
L´Argilieys, ancien lieu-dit (Cerdon, Haut-Bugey, Ain).

Formes patoises avec mutation du son [g] en [z] :
L´Arzelly, lieu-dit (Thierrens, district de Moudon, Vaud) ;
Arzilly, lieu-dit (Saint-Livres, district d´Aubonne, Vaud) ;
L´Arzilly, Arsilier en 1226, lieu-dit (Granges-près-Marnand, district de Payerne, Vaud).


Argnaule, Argnaules
Nom d´origine inconnue.
Argnaule, Herniola en 1242, Hernyola en 1247, alpage (Corbeyrier, district d´Aigle, Vaud) ;
Argnaules, Argniolaz en 1906, alpage, Col d´Argnaules, 1815m (Bretaye, Ollon, district d´Aigle, Vaud).
Voir aussi Erniaule.


Argnoud
Argnoud d´en Bas et Argnoud d´en Haut, aussi écrit Argnou, hameaux de la commune d´Ayent (District d´Hérens, Valais), Arnoch en 1100, Arniosc en 1282, Arnioux en 1906, dérivé de Arnius, voir Arnex, avec le suffixe -oscus [Jaccard].

Argonay
Commune et village (Annecy-le-Vieux, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie), Arconay en 1206, Argonay en 1275, Argonnay en 1393, Argunay au XIVème siècle, Argonnex avant 1971, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine, peut-être *Arconiacus, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Arconius.

Argoud, Argouds
Patronyme Argoud, de l´anthroponyme germanique Argwald, germanique *arga, « méchant », et *valdan, « celui qui règne ».
Chez Argoud, hameau (Saint-Jean-de-Bournay, Pays viennois, Isère) ;
Etang Argoud, étang en forêt (Commelle, Bièvre, Isère) ;
Les Argouds, hameau (Arzay, Bièvre, Isère).

Arignon
L´Arignon, affluent de la Petite-Glâne (District de la Broye, Fribourg), Glarignyon en 1424, Glarignon en 1702, selon Aebischer c´est un ancien *Glaninione, double diminutif de Glâne.

Aringe
Hameau de la commune de Saint-Cyr-Sur-Menthon (Bresse, Ain), Ariangas au Xème siècle, Aringas en 1004-1019, Aringes en 1266, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Ariingas, pour *Adricingas, « chez les Adericingi », dérivé du nom propre Aderic, « le noble roi » [Perrenot], dérivé de Adalric, germanique aþala, « [noble] lignée », et *rîka, rîkia, « puissant, celui qui règne ».

Ariondaz, Arrondaz
Dérivés de la Rionda par provection [Gros].
Ariondaz, pâturage, Ruisseau d´Ariondaz, Chalets d´Ariondaz, alpage, nom monté au Signal d´Ariondaz, 2292m (Courchevel, Saint-Bon-Tarentaise, Tarentaise, Savoie) ;
Chalets d´Arrondaz, alpage, cacographie d´Arondaz en 1935, Arionde en 1628, La montagne de la Rionde en 1700, Ruisseau d´Arrondaz, affluent du Ruisseau du Charmaix, nom monté à la Pointe d´Arrondaz, 2753m, et au Col d´Arrondaz, 2633m, (Modane, Maurienne, Savoie).

Arissinge
Hameau détruit de la commune de Saint-Cergues (La Côte en Chablais, Haute-Savoie), Nandarissinjuz en 1256, probablement par agglutination de la préposition en, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Aricingos, « chez les Aricingi », dérivé du nom propre burgonde Aricus, de la racine germanique *ar-, « aigle », avec le suffixe -ika.

Arith
Commune et village des Bauges (Le Châtelard, arrondissement de Chambéry, Savoie), Derit en 1275, Cura de Arit ou Aric vers 1344, Parocchia de Arico et Apud Aricum en 1356, Dominus Arici en 1400, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *[fundus] Ar[r]ici, avec un anthroponyme Ar[r]icus d´origine germanique [Gros] ;
Pont d´Arith, hameau et pont sur le Ruisseau de Saint-François, dans la même commune.

Arlaches
Les Arlaches, hameau du Val Ferret (Orsières, district d´Entremont, Valais), d´un patois valdôtain arla, « porcherie », peut-être d´un diminutif *harula du latin hara, « porcherie » [Boyer].

Arlandaz
L´Arlandaz, hameau de la commune d´Albertville (Combe de Savoie, Savoie), probablement d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *villa Arlanda, par féminisation d´un anthroponyme germanique Arlandus.

Arlevé
Le Désert d´Arlevé, lieu-dit, plateau de lapiaz de la commune de Chamonix (Aiguilles Rouges, Haute-Savoie), et Chalets d´Arlevé, ruines d´alpage, Torrent d´Arlevé, affluent de la Diosaz, Pont d´Arlevé, sur la Diosaz. Ce nom pourrait être un composé de Ar, « alpe, alpage », et d´un patois savoyard lêvé, « loin » [Boyer], ce qui paraît satisfaisant ; toutefois, cet auteur cite un ancien Arleveyron, qui s´il est avéré et qu´il ne s´agit pas d´une variante du Carlaveyron voisin, pourrait être soit une aphérèse de celui-ci, soit un composé de Ar avec le même second terme.

Arlian, Arlier, Arlod, Arly
Noms issus d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine formé sur un gentilice Arellius ou un patronyme gaulois Arilus.
Nom issu directement de Arilus :
Arlod, Ecclesia de Arlos en 1198, castrum de Arlo en 1277, Arloz en 1622, Arlod en 1734, village et commune jusqu´en 1970 (Bellegarde-sur-Valserine, Michaille, Ain).

D´un nom de domaine *Villa Arellia ou *Villa Arilia [Gros] :
L´Arly, hameau (Mieussy, Faucigny, Haute-Savoie) ;
L´Arly, cours d´eau affluent de l´Isère, Aqua Arlie et Versus Arliam en 1307, Pons Arlie en 1365, Arlia en 1526 (Haute-Savoie et Savoie).

D´un nom de domaine *Arellianum ou *Arilianum, dérivé avec le suffixe -anum :
Arlian, hameau (Nus, vallée d´Aoste).

D´un nom de domaine *Arelliacum ou *Ariliacum, dérivé avec le suffixe -acum :
Arlier ou Arly, hameau, et Torrent d´Arly, affluent de la Doire Baltée (Chambave, vallée d´Aoste).

D´un nom de domaine Arlicana, dérivé avec le suffixe -anus :
Chaux d´Arlier, Calme Arlicana en 943, Chalme de Arli en 1160, Chalme de Arly en 1199, Chalme de Ally en 1260, plateau situé entre Frasne et Pontarlier (Doubs).

Avec le suffixe valdôtain -od :
Arlod, hameau (Nus, vallée d´Aoste).


Armaille, Armailler, Armeillon, Armillières
Mot de patois romand signifiant troupeau de bovins, dont dérive le célèbre armailli. Ancien français armaille, etc., « bêtes à cornes », du latin armentalis, « qui concerne le gros bétail », dérivé de armentum, « troupeau de gros bétail ».
Six Armaille, sommet, 2427m (Ovronnaz, Leytron, district de Martigny, Valais) ;
Ruisseau d´Armaille, issu de la Source d´Armaille et affluent du Furans, et Lac d´Armaille (Saint-Germain-les-Paroisses, Bugey, Ain).
Avec le suffixe collectif -ier :
L´Armailler, L´Armallier en 1921, lieu-dit (Le Périer, Valbonnais, Isère) ;
Armillières, Amilleriis au XIVème siècle, Armillieres au XIXème siècle, maison isolée (Mens, Trièves, Isère).

Diminutif avec le suffixe -on :
Armeillon, Armillon en 1906, pâturage (Ayent, district d´Hérens, Valais).


Armancette
Chalets d´Armancette, alpage de la commune des Contamines-Montjoie (Val Montjoie, Haute-Savoie), Lac d´Armancette, étang, Nant d´Armancette, affluent du Bon Nant, nom monté à la Combe d´Armancette, lieu-dit, à la Tête d´Armancette, 2070m, et au Glacier d´Armancette, diminutif avec le suffixe -ette du prénom féminin Armance, forme féminisée d´Armand, ancien haut allemand hart, « dur, fort », et man, « homme ».

Armanière
L´Armanière, alpage de la commune de Cohennoz (Val d´Arly, Savoie), par féminisation d´un patronyme Armanier rare.

Armary
L´Armary, Armari en 1430, cours d´eau affluent de l´Aubonne (Aubonne et Montherod, district d´Aubonne, Vaud), racine celtique *ar-, liée à l´eau vive, et suffixe d´origine inconnue.

Armélaz
L´Armélaz, 1838m, sommet sur la commune de Pontamafrey-Montpascal (Maurienne, Savoie), Usque ad Hermelan en 1392, En larmelaz en 1393, L´Armelan en 1935, pourrait venir de l´occitan armel, « anneau de branches tordues », ancien français armeille, armille, latin armilla, « bracelet, anneau », par métaphore.

Armentier
Armentier le Bas et Armentier le Haut, hameaux de la commune de La Garde (Oisans, Isère), Aramenterium et villa de Aramenterio au XIVème siècle, in Aramenteriis au XVème siècle, Bas Armentières et Haut Armentières au XVIIIème siècle, Armantier au XIXème siècle et sur la Carte IGN, lieu ou paissent les troupeaux, du latin [pascua] armentaria, « [pâturage] pour le gros bétail », latin armentum, « troupeau de gros bétail », et Rochers d´Armentier, falaise dans la même commune.

Armix
Commune et village du Bugey (Virieu-le-Grand, arrondissement de Belley, Ain), Armeis en 1130, Armies vers 1145, Ecclesia de Hermes en 1192, Armieis en 1292, Armex en 1318, de Armisio en 1359, peut-être d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine [fundus] Armisius, du nom d´homme Armisius.

Armont
Composé de Ar, « alpe, alpage », ou selon Jaccard de ars, « brûlé », et mont, soit « montagne de l´alpage » ou « mont brûlé ».
L´Armont de Bise et L´Armont de Vent, aussi L´Harmont en 1906, hameaux, et Forêt de l´Armont (La Brévine, district du Locle, Neuchâtel) ;
L´Armont, Molare d´Armont en 1361, colline (Saint-Champ, Bugey, Ain) ;
L´Armont, Almont en 1386, hameau (Faramans, Bresse, Ain) ;
Grange d´Armont, lieu-dit, ancienne ferme (Saint-Eloi, Bresse, Ain).

Armoy
Commune et village du Bas-Chablais (Thonon, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie), Annone en 1275, Armoy vers 1344, Armury au XIVème siècle, peut-être d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *[villa] Annonia* d´un nom d´homme Annonius.

Arnad
Commune et village de la vallée d´Aoste, Arnaz jusqu´en 1976, pourrait venir d´un dérivé du latin arena, « sable, gravier ». Certains auteurs y voient plutôt un nom d´origine pré-indo-européenne (ligure) en -ascus.

Arnand
Hameau de la commune de Doussard (Pays de Faverges, Haute-Savoie), patronyme.

Arnans
Hameau de la commune de Corveissiat (Revermont, Ain), Arnans vers 1250, Apud Arnenc en 1276, Arnanc vers 1365, Arnens en 1536, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Arnoldingos, « chez les Arnoldingi », dérivé du nom propre Arnold [Perrenot].

Arnaud, Arnold
D´un anthroponyme germanique Arnewald, « celui qui règne comme l´aigle », ancien haut allemand aro, arn, germanique *aran, « aigle », et germanique *valdan, « celui qui règne ».
Patronyme Arnaud :
Brèche Arnaud, lieu-dit de la Chamechaude (Le Sappey-en-Chartreuse, Chartreuse, Isère) ;
Clos Arnaud, lieu-dit en forêt (Valbonnais, Valbonnais, Isère) ;
Mont Arnaud, anciennement mansio Arnoldus, colline, 298m (Vienne, Pays viennois, Isère) ;
Pré Arnaud, lieu-dit déclive (Besse, Oisans, Isère) ;
Les Arnauds, hameau (Marcieu, Matheysine, Isère).

Par féminisation du patronyme Arnaud :
Les Arnaudes, quartier (Roussillon, Pays viennois, Isère) ;
Les Grandes Arnaudes, lieu-dit (Saint-Maurice-l´Exil, Pays viennois, Isère).

Patronyme et prénom Arnold : L´Arnold, maisons isolées (Vex, district d´Hérens, Valais).

Voir aussi Arnans.


Arnès
Ruisseau d´Arnès, affluent du Torrent de la Lombarde, nom monté au Lac du Glacier d´Arnès, au Glacier d´Arnès, au Col d´Arnès, 3012m, à la Pointe d´Arnès, 3210m, et au Colerin d´Arnès, lieu-dit, ces trois derniers à la frontière italienne, nom issus d´un ancien alpage, Alpes de Balmeta de Arnasio et Alpes de Arnaxio en 1224, Alpes Arnazii en 1291, Vallone d´Arnasio sur la carte d´Etat-Major italienne (sans date), du nom d´homme gallo-romain Arnasius (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie).

Arnex-sur-Nyon, Arnex-sur-Orbe, Arney
Noms dérivé d´un nom de domaine gallo-romain Arniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Arenus ou du cognomen latin Arnius, qui vient du grec arnios, « petit agneau », ou mieux du nom d´homme gaulois Arinus.
Arnex-sur-Nyon, Arnai en 1154, Arnay en 1164, commune et village (District de Nyon, Vaud) ;
Arnex-sur-Orbe, Villa Arniaco en 1009 (incertain), Arniacum en 1049, Arnei en 1228, Arnay en 1263, commune et village (District d´Orbe, Vaud) ;
Arney, lieu-dit (Saint-Livres, district d´Aubonne, Vaud).

Arnon
Nom de plusieurs cours d´eau, du gaulois isara « l´impétueuse, la rapide », voir Isère.
Arnon, cours d´eau affluent du lac d´Yverdon, Ysernum en 1177, plus tard Lyserne, puis Sernon en 1312, Lysernon en 1336, Lussernon en 1364 (District d´Yverdon, Vaud) ;
L´Arnon, lieu-dit et cours d´eau en forêt (Ollon, district d´Aigle, Vaud) ;
Fenêtre d´Arnon, passage, nom français correspondant à Arnen dans la région bernoise voisine (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud).
Voir aussi Lizerne.


Arole, Arolec, Aroleid, Aroles, Aroletta,
Arolette, Aroley, Arolla, Arollay, Arolle,
Arolles, Arolley
Mot régional arolle, « pin cembrot ».
L´Arole, lieu-dit en forêt (Conand, Bugey, Ain) ;
Basset de l´Arole, lieu-dit (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Les Aroles, lieu-dit (Evires, Bornes, Haute-Savoie) ;
Les Aroles, Les Arolles en 1935, maisons isolées (Ecole, Bauges, Savoie) ;
Chalet des Aroles, alpage, et Ruisseau des Aroles (Granier, Tarentaise, Savoie) ;
Tête des Aroles, sommet, environ 2000m (Vallon de Van, Salvan, district de Saint-Maurice, Valais) ;
L´Arolle, lieu-dit (Pralognan-la-Vanoise, Vanoise, Savoie) ;
Plan d´Arolle, pâturage (Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Les Arolles, hameau (Boëge, Vallée Verte, Haute-Savoie).
Lieu où poussent des arolles, avec les suffixes collectifs -ay, -ette, -ey ou patois -a, -etta :
Aroletta Méridionale, sommet, 2996m, Aroletta Septentrionale, sommet, 3117m, Aiguille de l´Aroletta, 2732m, Col de l´Aroletta, 2993m, et Glacier de l´Aroletta (Bionaz, vallée d´Aoste) ;
L´Arolette, anciennement La Rolette, sommet, 2330m (Tête de Balme, vallée du Trient, Valais) ;
L´Aroley, forêt (Charrat, district de Martigny, Valais) ;
Arolla, Arolla en 1442, Arolaz en 1449, hameau, Montagne d´Arolla, pâturage, nom monté aux Bas Glacier d´Arolla et Haut Glacier d´Arolla (Evolène, district d´Hérens, Valais), et au Pigne d´Arolla, sommet, 3790m (Bagnes, district d´Entremont, et Arolla, Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Arolla, alpage (Gignod, vallée d´Aoste) ;
Tête de l´Arollay, sommet (Val d´Isère, Haute-Tarentaise, Savoie) ;
Bois d´Arolley, forêt (Saint-Rhémy-en-Bosses, vallée d´Aoste).

Avec le suffixe collectif patois valaisan -ec :
Arolec, alpage (Zinal, Val d´Anniviers, Valais).

Forme alémanisée :
Aroleid, anciennement Aroleit, forme alémanisée d´un ancien Aroley, région, et Aroleidwald, forêt (Zermatt, district de Viège, Valais).

Voir aussi Rollaz.


Aronde
Pas de l´Aronde, lieu-dit en montagne de la commune de Pommiers-la-Placette (Pays voironnais, Isère), ancien français aronde, latin hirundo, « hirondelle ».

Arpenaz
D´une racine celtique *ar-, liée à l´eau vive, et patois pena, « rocher », racine celtique *pen-, « tête ».
L´Arpenaz, cours d´eau affluent de l´Arve, et Cascade de l´Arpenaz (Sallanches, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Arpigny
Hameau de la commune de Fillinges (Genevois, Haute-Savoie), Alpiniaco en 1012-1019, nom de domaine d´origine gallo-romaine dérivé avec le suffixe -acum d´un gentilice comme Alpinius.

Arpochey
L´Arpochey, pâturage de la commune de Randogne (District de Sierre, Valais), composé de Ar et d´une variante de Pochet.

Arp Vieille, A Vieille
« Alpe vieille, alpage vieux », voir A, Arp.
Arp Vieille Damon et Arp Vieille Désot, alpages (Val Vény, vallée d´Aoste) ;
L´A Vieille, alpages de la commune de Mase, de celle de Saint-Martin et de la commune d´Evolène (District d´Hérens, Valais).

Arrangée
Travaillée, mise en exploitation.
Combe Arrangée, maisons isolées, vergers (Saxon, district de Martigny, Valais).

Arrêt
L´Arrêt, lieu-dit en forêt et refuge de la commune de Vulliens (District d´Oron, Vaud), de Larret avec déglutination de l´article, et remotivation.
Bois d´Arrêt, forêt, peut-être une remotivation de Bois Darray (Chens-sur-Léman, Bas-Chablais, Haute-Savoie).

Arrhes
Champ des Arrhes ou Les Champs d´Arrhes, lieu-dit de la commune de Choulex (Genève), toponyme récent (le mot « arrhes » ne s´est imposé qu´au XVIIIème siècle). Latin arr(h)a, grec arrhabon, « arrhes ».

Arrissoules
Commune et village vaudois du district d´Yverdon, Arresules ou Arresoles en 1142, Aressoles, Aresoles et Arisoles au XIIème siècle, Aresoules en 1235, serait selon Aebischer, cité par Bossard, un petit Larret, avec mécoupure, et avec le suffixe diminutif -oule.

Arruffens
Ecart de Romont et ancienne commune fribourgeoise du district de la Glâne, réunie à Romont en 1868, Arrufens en 1341, aruffens en 1346. Nom d´origine burgonde, selon Perrenot un ancien *Adrulfens, d´un primitif *Adrulfingos, « chez les Adrulfingi », dérivé du nom propre Adrulf, « loup (héros) rapide », burgonde *adrs, « rapide », et burgonde *wulfs, germanique *vulfa, « [qui a le courage du] loup » ou de Arulf, « aigle-loup », germanique *aran, gothique ara, « aigle ».
Arruffens, pâturage, ancienne propriéte des Mestral d´Arruffens [Jaccard] (Montricher, district de Cossonay, Vaud).

Arsajeur, Arsa Jor, Arsajoux, Assajor
Forêt qui a été défrichée par le feu ou qui a brûlé accidentellement, composé de Arsa et Jeur, Jor, Joux.
L´Arsajeur, lieu-dit (Tanay, Vouvry, district de Monthey, Valais) ;
L´Arsa Jor, probablement La Sajoeur en 1906, alpage (Rossinière, district du Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
L´Arsajoux, alpage (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Assajor, forêt (Montreux, district de Vevey, Vaud).

Ars-sur-Formans
Commune et village de la Dombes (Reyrieux, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), villam quam ad Artes vocant et In Artis villam en 969, Ars vers 1100, Ecclesia Artensis en 1106, Arts en 1186, du latin ars, artis, « manière d´agir, moyen, procédé », ou du gaulois *artos, « ours », voir Artas.

Artalle, Artillon
Ces noms pourraient être des dérivés de Arp, « alpe », avec mutation du son [p] en [t].
Dérivé de Arpalle :
Artalle, hameau (Rhêmes-Notre-Dame, vallée d´Aoste).

Dérivé de Arpille, avec un double diminutif avec le suffixe -illon :
Artillon, maisons isolées en clairière (Grône, district de Sierre, Valais).


Artanavaz
Artanavaz ou Buthier d´Artanavaz, cours d´eau de la vallée du même nom, affluent du Buthier, et Aiguille d´Artanavaz, 3071m (Courmayeur, La Salle et Saint-Rhémy-en-Bosses, vallée d´Aoste) nom qui pourrait être un composé de dérivés du gaulois *artos, « ours », et *nava, « vallée encaissée, ravin » (Vallée d´Aoste).

Artas, Arthaz, Artisier
Toponymes dérivés du gaulois *artos, « ours », *arta, « ourse », racine indo-européenne *rk-s-o-s, rk-to-s, même sens.
Artas, ecclesia de Artaz au XIème siècle, Artais au XIIème siècle, Artasium et Artays au XIIIème siècle, Arthasium au XVIème siècle, commune et village du Pays viennois (Saint-Jean-de-Bournay, arrondissement de Vienne, Isère) ;
Arthaz, Artas en 1275, aussi Arethaz-la-Fourche, village, ancienne commune, absorbe Pont-Notre-Dame en 1818 (Arthaz-Pont-Notre-Dame, Annemasse, Haute-Savoie) ;
Arthaz-Pont-Notre-Dame, commune du Genevois née de la fusion d´Arthaz et de Pont-Notre-Dame en 1818 (Annemasse-Sud, arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie) ;
Arthaz, lieu-dit (Reyvroz, Chablais, Haute-Savoie) ;
L´Artisier, lieu-dit (Vollèges, district d´Entremont, Valais).

Artaz
Hameau de la commune de La Magdeleine (Vallée d´Aoste), patronyme très répandu dans la vallée d´Aoste.

Artemare
Commune et village du Valromey (Champagne-en-Valromey, arrondissement de Belley, Ain), Artamara en 1312, Arthamaraz au XIVème siècle, Artemare en 1536, Altemare en 1650, pourrait être composé du gaulois *artos, « ours », voir Artas et *maros, « grand », peut-être d´un patronyme.

Arthaud, Arthaudière
Patronyme Arthaud, de l´anthroponyme germanique Hartwald, germanique *hardu, « dur, fort », et *valdan, « celui qui règne ».
Arthaud, maisons isolées (Saint-Maurice-en-Trièves, Trièves, Isère) ;
L´Arthaud, ferme isolée (Seyssinet-Pariset, Pays grenoblois, Isère).
Avec le suffixe de propriété -ière :
L´Arthaudière, maisons isolées (Le Cheylas, Grésivaudan, Isère) ;
L´Arthaudière, versus Aroderias au XVème siècle, Aroderius sans date, château (Saint-Bonnet-de-Chavagne, Chambaran, Isère).


Arva, Arvel, Arvet, Arvey, Arveyes,
Arvillon, Arvoux, Arvus
Pourraient dériver de l´ancien français arve, « champs, pâturages », latin arva [terra], « [terre] ensemencée », d´une racine indo-européenne *ara-, « labourer ».
Crêta d´Arva, lieu-dit (Fionnay, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Arvel, lieu-dit, Mont d´Arvel, forêt déclive, pourrait aussi dériver d´un ancien *Arpel diminutif de Arp (Villeneuve, district d´Aigle, Vaud).
Double diminutif avec le suffixe -illon :
Arvillon, hameau, Nant d´Arvillon, affluent de l´Arve, et Le Pont d´Arvillon, maisons isolées (Combloux, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Avec les suffixes collectifs -et, -ey, -eye :
Chalets du Grand Arvet et Le Petit Arvet, maisons isolées en clairière (Sallanches, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Arvey, Arveis au XIVème siècle, village, Plan d´Arvey, lieu-dit, et Ruisseau d´Arvey, (Verrens-Arvey, Combe de Savoie, Savoie) ;
Arvey, hameau (Puygros, Bauges, Savoie) ;
Arveyes, Arvey en 1346, village (Ollon, district d´Aigle, Vaud).

Avec le suffixe d´abondance -oux :
L´Arvoux, clairière (Les Brenets, district du Locle, Neuchâtel).

Forme patoise valdôtaine :
Arvus, alpage (Doues, vallée d´Aoste).


Arvan, Arve, Arves, Arvette
Ces hydronymes viendraient du celtique *Aturava, diminutif féminin du préceltique *atur-, « rivière », racine indo-européenne *er-, or-, « bouger ». Selon Holder, il existe un adjectif gaulois arva, « rapide ».
Pour Nègre 1990, cet hydronyme dérive d´une racine préceltique *alb- :
Arve, anciennement Arua, Arwa, et Arva en 1083, Alva en 1269, inter aquam Alve en 1315, très souvent Arar aux XIIIème et XIVème siècles, rivière, affluent du Rhône (Haute-Savoie et canton de Genève).

Pour Nègre 1990, cet hydronyme dérive d´une racine préceltique *ar[a]va composée des racines *ar- et *ab- :
Arves, ecclesias de Arva en 1184, le pluriel datant du XIIème siècle est une fantaisie graphique, nom du bassin de l´Arvan (Maurienne, Savoie) ; nom monté Col d´Arves, 1748m (Saint-Jean-d´Arves, Arvan, Savoie), aux Aiguilles d´Arves, 3524m, 3513m, 3364m et 3358m, nommées aussi Les Trois Eullions, Les Trois Oullions et Les Trois Ullions, Glacier des Aiguilles d´Arves, et au Col des Aiguilles d´Arves, 3163m (Saint-Jean-d´Arves, Arvan, et Valloire, Maurienne, Savoie).

Cas régime féminin de Arve :
Arvan, Rivulus que vocatur Arva en 1075, via qua itur versus Arvanum au XIIème siècle, cours d´eau affluent de l´Arc et nom de la région correspondant au bassin de ce cours d´eau (Maurienne, Savoie) ;
Le Plan d´Arvan, maison isolée au bord de l´Arvan (Fontcouverte-la-Toussuire, Maurienne, Savoie).

Diminutif avec le suffixe -ette :
Torrent de l´Arvette, juxta aquam Arvette en 1421, torrent affluent de l´Arvan (Saint-Jean-d´Arves, Arvan, Savoie).


Arveyron
L´Arveyron, torrent issu de la Mer de Glace et affluent de l´Arve (Vallée de Chamonix, Haute-Savoie), Alberon en 1298, puis Arbeiron au XVIIIème siècle, devenu Arveyron probablement par attraction paronymique avec Arve, voir Albarine [Boyer]. Pour Nègre 1990, c´est un dérivé de Arve avec les suffixes romans -ari et -onem.

Arvier
Commune et village de la vallée d´Aoste, Arebrigium sur la Table de Peutinger, nom d´origine gauloise composé de are-, « devant, près de », et d´un terme latinisé brigium, du gaulois briga, « colline [fortifiée] ».

Arvière, Arvières, Arvire, Audon, Auge,
Auges, Augets, Augiors, Aujon
Cavité, doline, endroit creux ou enfoncé. Par métaphore du français auge, « grand récipient creux, de pierre, de bois ou d´autre matériau », patois audje, audze, bas latin augia, « pâturage près d´un cours d´eau », latin alveus, « cavité », de alvus, « ventre », racine indo-européenne *au-lo-s, « tube, creux en longueur ».
Sur l´Auge, hameau (Longirod, district d´Aubonne, Vaud) ;
Les Auges, Auge en 1401, Hoges en 1582, Aulges en 1585, Aujoz en 1527, lieu-dit en forêt (Boudry, Neuchâtel) ;
Chalets des Auges, alpage, et Montagne des Auges, 1822m (Plateau des Glières, Entremont, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Pointe des Auges, 1814m (Seythenex, Bauges, Haute-Savoie) ;
Pré aux Auges, lieu-dit (Villeret, district de Courtelary, Jura bernois).
Avec les suffixes collectifs -ière, -ire :
L´Arvière, cours d´eau affluent du Seran (Bugey, Ain) ;
Arvières, Alveriae fratres vers 1135, Patres Arveriae en 1150, Prior de Alveria vers 1182, Arveria en 1640, lieu-dit, ancienne chartreuse fondée en 1140 (Lochieu, Valromey, Ain) ;
Pré d´Arvire, lieu-dit au bas d´une pente raide, au bord du Doubs (Epauvillers, district des Franches-Montagnes, Jura).

Avec le suffixe collectif -et, ou plus probablement avec un patronyme Auget :
Les Augets, lieu-dit en forêt (Les Verrières, district du Val-de-Travers, Neuchâtel).

Avec le suffixe -on :
Audon, Ouzon et Ougion en 1332, Ouzon en 1400, Chaux de Ouzon en 1439, alpage avec fermes (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Becca d´Audon, nom allemand Oldenhorn, sommet, 3123m, limite des cantons de Berne, Valais et Vaud (Massif des Diablerets, Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud, Conthey, et Savièse, district de Sion, Valais, et Gsteig, district de Gessenay, Berne).

Peut-être de même origine :
Le Bief d´Augiors, canal affluent de la Reyssouze (Saint-Jean-sur-Reyssouze, Bresse, Ain) ;
Aujon, pâturage, et Chalets d´Aujon, alpage, nom monté au Belvédère d´Aujon, point de vue, et à la Pointe d´Aujon, 2388m (Flaine, Grand Massif, Faucigny, Haute-Savoie).

Voir aussi Augemont, Augine, Banaudon, Bonaudon, Hautaudon, Maigrauge, Montougy, Ouge.


Arvillard
Noms signifiant au Villar, avec agglutination de l´ancien article al devenu ar en patois.
Arvillard, Arvilar en 1243, Alvilar vers 1270, probablement Vilar à la même époque, Arvela en 1906, Arvilard sur la Carte Nationale, hameau (Salins, district de Sion, Valais) ;
Arvillard, Burno de Alvilari en 1082, Decima de Alvilare vers 1090, devenu par remotivation Capella de Alto Vilar vers 1100, Ecclesia de Alto Vilare vers 1110, Prioratus Altivillaris en 1340, Prior de Alto vilari au XVème siècle, puis Alvillar, Arvillar et Arvillars, commune et village de la Combe de Savoie (La Rochette, arrondissement de Chambéry, Savoie).

Arville
L´Arville, hameau de la commune de Martigny (Valais), composé de Ar, « alpe, alpage », et villa.

Arzay
Commune et village de la Bièvre (La Côte-Saint-André, arrondissement de Vienne, Isère), Arsilio et Arsilia au IXème siècle, Arseyum, d´Arsei et ad Azolas au XIIème siècle, Arzay au XVème siècle, du nom d´homme romain Arsilius.

Assa, Asse, Asses, Assets, Asson
1. Hydronyme, dérivé du féminin axia, voir eau. Pour Nègre 1990 cet hydronyme dérive de la racine préceltique *as-. L´Asse, cours d´eau affluent du lac Léman (District de Nyon, Vaud) et lieu-dit (Nyon, Vaud).
2. Patois asse, « if » (Taxus baccata), dans les cas où il n´y a pas de cours d´eau à proximité.
Assa, hameau (Icogne, district de Sierre, Valais) ;
L´Asse, lieu-dit, et Bois de l´Asse (Cudrefin, district d´Avenches, Vaud) ;
Crêta d´Asse, lieu-dit (Mollens, district de Sierre, Valais) ;
Les Asses, maison isolée (Villorsonnens, district de La Glâne, Fribourg) ;
Les Assets, lieu-dit (Vollèges, district d´Entremont, Valais) ;
Les Assets d´en Bas et Les Assets d´en Haut, maisons isolées en clairière (Martigny-Combe, district de Martigny, Valais) ;
Asson, lieu-dit dans les vignes (Premploz, Conthey, Valais).


Assenges, Assens, Assinges
Selon Perrenot, noms d´origine burgonde, d´un primitif *Astilingos, « chez les Astilingi », dérivé du nom propre Astila, diminutif du burgonde *asts, « rameau, branche ».
Les Assenges, hameau (Pampigny, district de Cossonay, Vaud) ;
Assens, probablement Astlegus en 1002, Astens et Hastens en 1154, Asnens au XIIIème siècle, Ascens en 1228, Asteins en 1238, Astiens et Astyens en 1291, où l´on a trouvé des tombes burgondes, commune et village (District d´Echallens, Vaud) ;
Les Assinges, lieu-dit (Grandfontaine, district de Porrentruy, Jura).

Asserans
Hameau de la commune de Farges (Pays de Gex, Ain), Prior de Asserenz et Marval vers 1344, Asserens en 1401, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Ansheringos, *Asseringos, « chez les Asseringi », dérivé du nom propre Asser, dérivé de Anshar, « le guerrier divin », du germanique *ansu, « dieu », et burgonde *harja, harjis, germanique *harja, « guerrier » [Perrenot].
L´Asserans, cours d´eau affluent de la Groise, dans la commune d´Asserans.

Assesseur
L´Assesseur, maison isolée de la commune de Sonvilier (District de Courtelary, Jura bernois), français assesseur, « personne qui siège auprès d´une autre pour l´assister dans ses fonctions, et au besoin la suppléer », propriété d´un assesseur, ou d´une personne désignée par ce nom.

Assiettes
Lac des Assiettes, lac de Pralognan-la-Vanoise (Bozel, Vanoise, Savoie), déformation récente de Lac de l´Assiette, ce dernier nom par remotivation de *Lac de La Siette, dérivé d´un ancien *Seata, Siata, voir Siète.

Assieu, Assy
D´un nom de domaine d´origine gallo-romaine comme *Acciacum, Asciacum, Assiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Accius ou du nom d´homme Ascius ou Assius.
Assieu, Aciacum et Aziaco villa au Xème siècle, de villa Aciaco en 1055, ecclesia Sancti Petri de Salziaco au XIIème siècle, Aceu au XIIIème siècle, Assiacum et Acieu au XVème siècle, commune et village du Pays viennois (Roussillon, arrondissement de Vienne, Isère) ;
Plateau d´Assy, village (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Assin
Hameau de la commune de Virieu-le-Petit (Valromey, Ain), Assin en 1244, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Assingos, « chez les Assingi », dérivé du nom propre Asso pour Anso [Perrenot].

Astai
Pré de l´Astai, lieu-dit du district de Moutier (Jura bernois), selon Roche pratum *adseditatum, « pré qui s´est assis », plus probablement « pré du hêtre », variante du patois Estai, « hêtre ».

Asuel
Commune et village jurassiens du district de Porrentruy, anciennement aussi Azuel, de l´ancien haut allemand haso, « lièvre », nom allemand Hasenburg, « château du lièvre » [Besse].

Athaneins
Hameau de la commune de Baneins et ancien nom de la commune (Saint-Trivier-sur-Moignans, Bresse, Ain), Ecclesia de Antanens en 1153, Anthenens en 1325, Anthaneins en 1492, Athaneins en 1654-1655, Banneins ou Anthenans sur la Carte de Cassini, Antaneins au XVIIIème siècle, nom d´origine burgonde.

Athenaz
Village de la commune d´Avusy (Genève), Atinaz et Attina en 1302, Attena sur la Carte de Cassini, probablement une ancienne *villa Atina, propriété du gallo-romain Atinus.

Atignours
Les Atignours, hameau de la commune de La Chambre (Maurienne, Savoie), Les Atignours en 1935, de l´anthroponyme germanique Atenulf [Gros], avec une racine lombarde ath-, et germanique *vulfa, « loup ».

Attalens
Commune et village fribourgeois du district de la Veveyse, Haltningum en 867, Attalenges en 1068, Athalens en 1168, Actalens en 1577, Attalens en 1578, Actallens en 1584, Attallens en 1668, Tallens en 1680, nom d´origine burgonde, nom actuel attesté en 1228. Selon Perrenot, vient d´un primitif *Athalingos, « chez les Athalingi », dérivé du nom propre Aþala (Athala), du burgonde *aþals, « noble ». Pour Stadelmann, il s´agit d´un nom tel que Abtad.

Attignat
D´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Attiniacum, dérivé avec le suffixe -acum du patronyme Attinius [Gros].
Attignat, Atinies en 1250, Attignia en 1325, Attigniacus en 1466, Attigniacx en 1495, Atignies en 1548, commune et village de la Bresse (Montrevel-en-Bresse, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
Attignat, de Parrochia de Attignas au XIVème siècle, Attignac en 1575, hameau (Attignat-Oncin, Chartreuse, Savoie), et Attignat-Oncin, Attignac-Onzin en 1691, commune et village de la Chartreuse (Les Echelles, arrondissement de Chambéry, Savoie).

Attily
Hameau du Châtelard (Bauges, Savoie), de Attiliaco en 1432, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Attiliacum dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Attilius [Gros].

Attis
Les Attis, hameau dispersé de la commune de Brot-Plamboz (District du Locle, Neuchâtel), peut-être du bas latin attegia, attigia, « cabane, chaumière couverte de roseaux », du gaulois tegia, « maison ».

Attrape-qui-peut
Forêt déclive de la commune de Serraval (Bornes, Haute-Savoie), nom qui pourrait désigner un bien commun où chacun peut se servir.

Attray
Alpage de la commune de Morzine (Chablais, Haute-Savoie), patois atrey, « alentours d´une maison, d´un chalet », ancien français atrait, attrait, « moyen d´attirer, accueil ; lieu où on se retire », participe passé substantivé du verbe attraire, « attirer », du latin vulgaire *attragere.
Voir aussi Bonatry. Malatrait.


Auberives-en-Royans, Auberives-sur-Varèze
Noms composés avec Auberives, « Blanche Rive », ancien français aube, « blanc, blanche », latin alba, « blanche », et latin ripa, « rive, berge, rivage, côte ».
Auberives-en-Royans, ecclesia de Alba Ripa au XIème siècle, Rippa subtus S. Nazarium, super Bornam au XIVème siècle, commune et village du Royans (Pont-en-Royans, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Auberives-sur-Varèze, Alba Ripa au Xème siècle, Parrochia de Albe Ripe au XIème siècle, Alba Ripa subtus Viennam au XIVème siècle, qui doit son nom à la présence de mines de kaolin, commune et village du Pays viennois (Roussillon, arrondissement de Vienne, Isère).

Auberson, Aubert
Patronyme Aubert, nom d´origine germanique dérivé de Adalbert, « brillant par [sa] noblesse », de l´ancien haut allemand adal, germanique aþala, « [noble] lignée », et de l´ancien haut allemand « beraht », germanique *berhta, « brillant, célèbre » ; patronyme Auberson, diminutif avec le suffixe -on.
Clos Aubert, maison isolée (Saint-Martin, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Combe Aubert, lieu-dit (Premier, district d´Orbe, Vaud) ;
Molards des Aubert, alpage (Le Chenit, Vallée de Joux, Vaud).
Pra Aubert, maison isolée (Cerniat, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Pré Aubert, maison isolée (Neyruz, district de la Sarine, Fribourg) ;
L´Auberson, village (Sainte-Croix, district de Grandson, Vaud).
Voir aussi Montaubert, Praubert.


Aubertière
L´Aubertière, hameau de la commune de Saint-Just-de-Claix (Royans, Isère), Albaterra au XIIIème siècle, du latin alba, « blanche », et terra, « terre ».

Aubonne
Aubonne, village, commune et district du canton de Vaud sur la rivière du même nom, noms latins Bona aula, « riche palais », et Alba bona, latin alba, « blanche », ou gaulois albios, et gaulois bona, « fondation, mur, village », Albona en 1045, Aulbonne en 1606.
L´Aubonne, Albunna en 1005, aussi Albona fluvius, cours d´eau affluent du Lac Léman (Vaud) ;
Pré d´Aubonne, alpage (Gimel, district d´Aubonne, Vaud).
Voir aussi Aubonne.


Auboranges
Commune et village fribourgeois du district de la Glâne, Alburengens en 1155, Arborenges vers 1175, Alborengis en 1190, Alborenges en 1215, arboreinges en 1238, Alburenges et Arborenges vers 1250, Auborenges en 1273, Aulbrenges en 1638, Auborange en 1668, Borenges en 1762, nom d´origine burgonde. Selon Perrenot, vient d´un primitif *Albwaringos, « chez les Albwaringi », dérivé du nom propre Albwar, « qui se défend contre les Elfes », germanique *alba, « elfe », et burgonde *warja « défenseur ».

Aubressin
L´Aubressin, hameau de la commune de Reventin-Vaugris (Pays viennois, Isère), Le Haut-Bressin en 1921.

Auche
L´Auche, maisons isolées de Marignier (Faucigny, Haute-Savoie), serait une variante de Ouche [H. Bessat, Nouvelles du Centre d´Études Francoprovençales « René Willien », no 51, 2005].

Au-delà du Nant, Au-delà du Serre
Noms formés avec la préposition au-delà, désignant un lieu situé au-delà d´un autre par rapport à unlieu de référence.
Au-delà du Nant, lieu-dit au-delà du Nant Trouble (Cernex, Genevois, Haute-Savoie) ;
Au-delà du Serre, lieu-dit (Sainte-Luce, Beaumont, Isère).

Audzis
Variante du patois valaisan odzie, « petits sentiers ou pistes tracés par le bétail », voir Odziet.
Les Audzis, lieu-dit du vignoble (Charrat, district de Martigny, Valais).

Auferrand, Aufferrand
Aufferrand, alpage et lieu-dit, Bois d´Aufferrand, forêt, Ruisseau d´Aufferrand, affluent du Grand Foron, nom monté à la Tête d´Auferrand, 1991m (Le Reposoir, Bornes-Aravis, Haute-Savoie), probablement un composé de Au, « alpe, alpage », et de l´anthroponyme Ferrand.

Augemont
L´Augemont, alpage de la commune des Brenets (District du Locle, Neuchâtel), composé de Auge et de Mont.

Auges
Pré des Auges, pâturage avec maison isolée de la commune de Saulcy (District de Delémont, Jura), où auges serait un dérivé du patois jurassien aidges, « haies » [Prongué].

Augine
Ce terme dérivé de Auge avec le suffixe diminutif -ine désigne un canal, un bief aménagé pour amener de l´eau à un artifice, voir aussi Meunière.
L´Augine, cours d´eau affluent de la Mentue (District de Moudon, Vaud) ;
Moulins de l´Augine, hameau (Boulens, district de Moudon, Vaud).
Voir aussi Eugine, Ugine.


Augustins
Les Augustins, hameau de la commune de Rue, district de la Glâne (Fribourg), sur une ancienne propriété des Augustins de Fribourg, ordre canonial.

Aumône
Chapelle Notre-Dame de l´Aumône, sur la commune de Rumilly (Albanais, Haute-Savoie), anciennement Helemosina, français aumône, « don charitable », latin vulgaire *alemosina, altération du latin ecclésiastique eleemosyna, helemosina, du grec eleêmosunê, « compassion ».

Aumont
Village de la commune des Montets (District de la Broye, Fribourg), ancienne commune, Alto Monte vers 1157, Altus mons en 1226, en latin : « colline élevée » ;
Bois d´Aumont, forêt, (Les Montets, district de la Broye, Fribourg) ;
Haut d´Aumont, colline au-dessus d´Aumont, 656m (Les Montets et Nuvilly, district de la Broye, Fribourg).

Aumusse
Château de l´Aumusse, ancienne Commanderie de l´ordre des Templiers, puis de l´ordre de Saint-Jean de Jérusalem, et Bois de l´Aumusse, forêt de la commune de Crottet (Bresse, Ain), in Mucia en 1167-1184, Domus templi de la Muscia en 1203, Templum de la Muce en 1219, La Muci vers 1250, Temple de la Muce en 1265, Lamuci en 1266, Muscia en 1281, La Mucy et Lamucy en 1283, Mussia en 1412, La Musse en 1495, Musia en 1496, Laumusse vers 1630, probablement d´une ancienne [villa] Mucia, par féminisation d´un gentilice Mucius.
Probablement de même origine :
L´Aumusse, Laumusse en 1911, maisons isolées (Vernoux, Bresse, Ain).


Aunes
Lieu où poussent des aulnes ou aunes (Alnus sp.), latin alnus, racine indo-européenne *el-, ol-, « rouge, brun (dans les noms de plantes et d´animaux) ». Ce toponyme est rare, les mots régionaux verne ou varosse étant presque toujours employés.
Les Aunes, maison isolée (Vuadens, district de la Gruyère, Fribourg).

Aupatéri
L´Aupatéri, maison isolée de la commune de Château-d´Oex (Pays-d´Enhaut, Vaud), L´Haut Patéri en 1906, serait en fait L´Aup à Téri, « l´alpage à Thierry » selon Guex.

Aures
Par déglutination du patois desaure, « au-dessus », du latin de super [Bossard].
Ciernes des Aures, Sierne Désaures sur la carte Siegfried, alpage (Rougemont, Pays-d´Enhaut, Vaud).
De même origine, ou de l´ancien français aure, « vent doux, souffle du vent, air », latin aura, « vent doux et léger, brise » :
Col des Aures, 2026m (Saint-Pierre-de-Chartreuse, Chartreuse, Isère).

Voir aussi Oura.


Auris-en-Oisans
Commune et village de l´Oisans (Le Bourg-d´Oisans, arrondissement de Grenoble, Isère), Aureis au XIIème siècle, Aurias, Auriel et Auriis in Oysencio au XIVème siècle, d´un nom d´homme romain Auricius [Nègre 1990].

Aurore
L´Aurore, maison isolée de la commune de Berolle, district d´Aubonne (Vaud), nom poétique récent, latin aurora, « moment où le jour se lève ».

Aussays
Village de la commune de Vérossaz au-dessus des falaises, district de Saint-Maurice, (Valais), Hausseys en 1331, Haut Serre en 1906, aussi Haussex de nos jours, du latin altum saxum, « haut rocher » [Jaccard].
Voir aussi le hameau voisin Bassays.


Aussel
Alpage au-dessus de Taveyanne (Gryon, district d´Aigle, Vaud), Aux Selles en 1781, mentionné comme Aufelle par Guex, qui le fait dériver de alpicella « petite alpe », diminutif du féminin latin alpis, nom monté à la Pointe d´Aussel, 2159m (Massif des Diablerets).

Aussemont
« Montagne élevée », composé de Ausse, voir Ussel et de Mont.
Aussemont, sommet (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud).

Aussiat
Probablement d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Auciacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Aucius.
Aussiat, Aucia en 1272, Oucia vers 1410, villagium Aussiaci en 1496, ancien nom de Saint-Didier-d´Aussiat ;
Aussiat, hameau (Bény, Bresse, Ain).

Aussois
Commune et village du canton de Modane (Maurienne, Savoie), Ecclesia de Auceis en 1184, Curatus de Aucezii au XIVème siècle, Aucesium, forme latinisée en 1417, Paroisse d´Aulceys en 1554, Aoulsoye en 1628, Aulçois en 1713, que l´on suppose correspondre à un lieu Alsede mentionné en 739. Selon Gros, ce nom viendrait du nom propre *Alseda, féminin d´Aseldus, dont la forme primitive serait Adalsenda, Adalsendis, noms de femme germaniques signifiant « de noble lignée » ; nom monté au Col d´Aussois, 2914m (Aussois, Haute-Maurienne, et Pralognan-la-Vanoise, Vanoise, Savoie), et au Râteau d´Aussois, sommet, 3131m (Aussois et Villarodin-Bourget, Haute-Maurienne, Savoie).

Auta
Adjectif patois signifiant « haute, élevée », du latin alta, même sens.
L´Auta Chia d´en Haut, maison isolée, et L´Auta Chia Derrey, lieu-dit en forêt (Cerniat, district de la Gruyère, Fribourg).

Autafond
Commune et village fribourgeois du district de la Sarine, Auta-fonz en 1236, « source élevée », latin alta, « haute, élevée » et fons, voir Font.
Voir aussi Lottafon.


Autaret
Hauteur, col, point le plus élevé d´un chemin ou d´une route, latin altum, « hauteur », racine indo-européenne *al-, « grandir », ou dérivé du latin altar, « autel, table du sacrifice », occitan autar, « autel », des lieux de culte se trouvant parfois dans ces endroits [Gros, Guex]. Le Col du Lautaret, dans le Dauphiné, altaretum en 1042, altareolum en 1095, altariolum en 1120, collis Altareti en 1221, fait pencher pour la seconde étymologie, altareolum ne pouvant dériver que de altar ; toutefois il peut s´agir d´une remotivation tardive.
Pointe de l´Autaret, 3352m, et Col de l´Autaret, 3072m (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie).
Voir aussi Lautaret.


Autaux
Les Autaux, lieu-dit de la commune de Villeneuve (Dombes, Ain), Les Autels au XIème siècle, français autel, peut-être un ancien lieu de culte.

Autavaux
Vallée élevée, du latin alta, « haute, élevée » et vaux.
Autavaux, Alta Valle vers 1160, Autavauz en 1350, village, ancienne commune (Vernay, district de la Broye, Fribourg) ;
Autavaux, lieu-dit, et L´Autavaux, ruisseau affluent de la Petite-Glâne (Combremont-le-Grand, district de Payerne, Vaud).

Autigny
Nom de domaine gallo-romain [fundus] *Altiniacus, formé avec le suffixe -acus sur le cognomen Altinius dérivé de Altinum, ville de Vénétie.
Autigny, Villa Altignei en 1068, Altiniei et Altinie au XIIème siècle, vineae de Altiniaco en 1183, Altignie en 1217, Autinie en 1228, Autignie en 1273, Autignye en 1285, Ottigny en 1717, nom allemand Ottenach et Aultennachen en 1555, Ottonachen en 1577, commune et village (District de la Sarine, Fribourg) ;
Autigny, aussi Antigny [Gros], hameau (Sonnaz, Chambéry, Savoie) ;
Autigny, pâturage, Chalets d´Autigny, alpage, nom monté à la Pointe d´Autigny, 1808m (Abondance et Vacheresse, Chablais, Haute-Savoie).
Voir aussi Hautigny.


Autrans
Commune et village du Vercors (Villard-de-Lans, arrondissement de Grenoble, Isère), Austran au XIème siècle, Austranum au XIIème siècle, Austrans au XIVème siècle, de l´anthroponyme germanique Austramnus, germanique *austra, « orient (point cardinal) », et *hramn, « corbeau ».

Auverney, Auverneys
Probablement dérivé de Aux Verneys par agglutination.
L´Auverney, ancien lieu-dit (La Tour-de-Peilz, district de Vevey, Vaud) ;
Les Auverneys, lieu-dit (Dommartin, district d´Echallens, Vaud).

Auvernier
Commune et village du district de Boudry (Neuchâtel), établissement romain sur un site préhistorique, Averniacum en 1011, Avernie vers 1050, probablement sacerdos de Avriniaco en 1154, Avernye en 1277, Auvernier et Avernier en 1280, ancien nom allemand Avernach. Nom de domaine d´origine gallo-romaine dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Avernius, du nom romain Avernus, « de l´Averne, des Enfers ».

Availles
Synonyme d´ovaille, « éboulement, glissement de terrain », dérivé par attraction paronymique avec Aval.
Les Availles, terrains déclives au-dessus de l´Eau Noire (Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais).

Aval, Avals, Avau, Avault, Avaux,
Avo, Avou, Avoud, Avoz
En bas, vers le bas. Du latin ad vallem, « vers la vallée ».
Français aval, « le côté vers lequel descend un cours d´eau » :
Sommier d´Aval, alpage (Chaîne des Aravis, Haute-Savoie) ;
Les Avals, alpage (Beaufort-sur-Doron, Beaufortain, Savoie).

Ancien français aval, avau, avaut, avault, avaulx, « en bas, en descendant, le long de, parmi, dans » :
Jorat d´Avau (District de la Gruyère, Fribourg) ;
Places d´Avau, maison isolée (Villorsonnens, district de la Glâne, Fribourg) ;
Bois d´Avault, forêt (Bellevue, Genève) ;
Avaux, ecclesia de Avaut au XIIème siècle, Avauz au XIIIème siècle, en Avaletes, rivus de Avalletis et Avau au XIVème siècle, Avaulx au XVème siècle, hameau (Romagnieu, Vallée du Guiers, Isère) ;
Pro d´Avaux, les « prés d´en bas », lieu-dit (Vouvry, district de Monthey, Valais).

Formes patoises :
Le Clos d´Avo, hameau (Bellevaux, Chablais, Haute-Savoie) ;
Hauto d´Avo, maisons isolées en clairière (Saint-Jean-d´Aulps, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Vègre d´Avou, hameau (La Roche, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Mont d´Avoud ou Mont d´Avau, maisons isolées (Treyvaux, district de la Sarine, Fribourg) ;
Plan d´Avoz, faubourg (Saint-Jean-d´Aulps, vallée de la Dranse, Haute-Savoie).

Voir aussi Daval, Laval.


Avalanche, Avalanches
Toponyme récent, mot français avalanche issu de lavanche par réfection analogique sous l´influence de l´ancien français avaler, « faire descendre », ancien français alavanchement, « avalanche », voir aval.
Couloir de l´Avalanche, lieu-dit (Massif des Aravis, Nancy-sur-Cluses, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Tête de l´Avalanche, sommet, 1854m (La Chapelle-d´Abondance, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Les Avalanches, lieu-dit déclive du Jura (Champfromier, Michaille, Ain) ;
Les Avalanches, lieu-dit déclive du Jura (Chézery-Forens, Pays de Gex, Ain).

Avallon, Avalon
Noms dérivés du gaulois *abalo-, *aballo-, [Delamarre], racine indo-européenne *abel-, abol-, « pomme, pommier ».
Avallon, de Avalone en 1260, ancien fief de la Tarentaise (Savoie) ;
Avalon ou Avallon, apud castrum Avalonis au XIème siècle, prioratus de Avallone sans date, hameau et tour de guet (Saint-Maximin, Grésivaudan, Isère).

Avanays, Avanières, Avannières, Aveine, Avenaz,
Avenerys, Aveneyre, Avenière, Avénière, Avenières,
Avenir, Avignières, Avinières, Avoine, Avoines,
Avoinières
Avoine (Avena sativa), céréale, ancien français avaine, aveine, du latin avena, racine indo-européenne *au_ig-, « avoine, sorte d´herbe ».
Pas de l´Avoine, lieu-dit (Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Pont d´Avoine, maison isolée (Aubonne, Vaud) ;
Les Avoines, lieu-dit (Bouligneux, Dombes, Ain).
Formes patoises, franco-provençal avena :
Aveine, lieu-dit en forêt (Ardon, district de Conthey, Valais) ;
L´Avenaz, alpage, nom monté au Col de l´Avenaz, 1929m, c´est aussi un patronyme (Cordon, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Noms collectifs : avenière, plantation, lieu où pousse l´avoine, patois savoyard avënirë, « avenière » [Constantin], pluriel franco-provençal avenièri, « champ semé d´avoine », ancien français avainerieux, avenesne, avesne, « champ d´avoine », aveneris, « champ où l´on a semé et recueilli de l´avoine ; terre qui n´est bonne qu´à produire des avoines », latin avenaria, « avenière », féminin de avenarius, « d´avoine, relatif à l´avoine ». Nom formés avec les suffixes collectifs -eyre, -ière, etc. Autre origine peu probable, ancien français avenaire, « étranger, voyageur », latin advenerarium, « colonie étrangère », de advena, « étranger, de pays étranger, venu du dehors » :
Les Avanays, hameau (La Giettaz, Val d´Arly, Savoie) ;
Les Avanières, lieu-dit (Saint-Michel-de-Maurienne, Maurienne, Savoie) ;
Ruisseau des Avanières, affluent du Ruisseau des Faverottes (Hermillon, Maurienne, Savoie) ;
Les Avannières, in Aveneriis en 1517, Les Avanières en 1935, habitat dispersé (Montaimont, Maurienne, Savoie) ;
Les Avenerys, hameau (Villars-sur-Ollon, Ollon, district d´Aigle, Vaud) ;
Aveneyre, alpage (Montbovon, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Aveneyre, alpage, nom monté au Pertuis d´Aveneyre, col, 1840m, et à la Pointe d´Aveneyre, sommet, 2026m (Vallon de l´Hongrin, Villeneuve, district d´Aigle, Vaud) ;
L´Avenière, maison isolée en clairière (Chézery-Forens, Pays de Gex, Ain) ;
L´Avénière, lieu-dit en forêt (Charix, Haut-Bugey, Ain) ;
Les Avenières, lieu-dit en forêt (Saxel, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Avenières, Avenarum au XIVème siècle, commune et village de L´Isle-Crémieu (Morestel, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), Castellania Aveneriarum au XIVème siècle et castrum Adveneriarum au XVème siècle, ancien château dans la même commune ;
L´Avenir, domaine (Puplinge, Genève) ;
Avignières, hameau (La Rivière-Enverse, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Avinières, anciennement Les Avenières, hameau (Beaufort-sur-Doron, Beaufortain, Savoie) ;
Les Avinières, lieu-dit en forêt (La Burbanche, Bugey, Ain) ;
Les Avoinières, lieu-dit en forêt (Thorens-Glières, Bornes, Haute-Savoie).


Avanchéreau, Avanchers, Avanchets, Avanchie, Avanchy,
Avançon, Avanne, Avanon, Avans, Avant,
Avants, Avanturies, Avons
Du patois, ancien français et bas latin avan, « osier », (Salix viminalis), gaulois *abarino, « osier », du gaulois *abankos, « celui de la rivière, le castor », gaulois *avantia, aventia, « rivière, source », par une forme *avantion- [Delamarre], racine indo-européenne *av(e)-, voir eau.
L´Avanne, mansus d´Avana au XIIème siècle, mansus d´Avena au XIVème siècle, Avanes au XVIIIème siècle, ancien écart, et cours d´eau affluent de l´Ebron nommé Ruiseau de la Vanne sur la Carte IGN(Saint-Baudille-et-Pipet, Trièves, Isère) ;
Les Avans, L´eau des Avans en 1660, cours d´eau (Virieu-le-Petit, Valromey, Ain) ;
Les Avants, village, nom allemand Schafmatten, « au pré des moutons », et Champ Avant, lieu-dit (Montreux, district de Vevey, Vaud) ;
Les Avons, hameau (Les Adrets, Belledonne, Isère).
Noms collectifs : patois avanchet, avantsi, patois savoyard avanchë, « souche d´osier, oseraie » [Constantin], ancien français avanchaie, avanchaye « plant d´osier, oseraie », noms formés avec les suffixes collectifs se rapportant à la flore -et, -ie, y :
Les Avanchets, quartier, ancien lieu-dit (Vernier, Genève) ;
L´Avanchie, maison isolée (Orvin, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Les Avanchy, probablement un patronyme de même origine, maison isolée (Chevenoz, Val d´Abondance, Haute-Savoie).

Avec les suffixes collectifs -er et dérivés :
L´Avanchéreau, alpage, et Ruisseau de l´Avanchéreau, affluent du Torrent de Seytroux (Seytroux, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Les Avanchers, Curatus Avancheriorum en 1278, Ecclesia de Avancheriis au XIVème siècle, Avanchiers en 1638, village (Les Avanchers-Valmorel, Moûtiers, Tarentaise, Savoie).

Cours d´eau, avec le suffixe -on :
L´Avançon, aussi Avençon en 1906, affluent du Rhône (District d´Aigle, Vaud) ;
L´Avançon d´Anzeindaz et L´Avançon de Nant, affluents de l´Avançon (Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
L´Avançon, aussi Avançonnet en 1906, flumen Aquansoni entre 847 et 853, affluent du Rhône (Lavey-Morcles, district d´Aigle, Vaud) ;
L´Avançon, affluent du Rhône (Vionnaz et Vouvry, district de Monthey, Valais) ;
L´Avançon, maison isolée, et
Châble de l´Avançon, couloir en forêt (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais) ;
L´Avanon, nom attesté en 1612, cours d´eau affluent de la Saône, aux confins de la Bresse et de la Dombes (Ain).

Peut-être de même origine :
Les Avanturies, lieu-dit (Payerne, Vaud).

Voir aussi Evançon, Lavanchon.


Avaneins
Avaneins d´en Bas et Avaneins d´en Haut, hameaux, et Château des Avaneins, commune de Mogneneins (Thoissey, Dombes, Ain), Avanens en 1569, Haut et Bas Avanins en 1847, nom d´origine burgonde, dériverait d´un primitif *Abaningos, « chez les Abaningi », dérivé du nom propre Aban [Perrenot].

Avant
Pro d´Avant, pâturage de Morgins (Troistorrents, district de Monthey, Valais), situé avant Pro d´Amont en venant de Morgins. Du bas latin abante, « de devant [les yeux] », renforcement du latin ante, « devant, avant », par ab-, marquant l´éloignement dans l´espace.

Avantage
Alpage de la commune de Conthey (Valais), ce terme désigne selon Guex des pâturages réservés aux bovidés et d´où les caprins et ovins sont donc exclus. Toutefois en ancien français avantage signifie « saillie, chose qui avance ».

Avantché
Forêt de l´Avantché, forêt déclive (Isérables, district de Martigny, Valais). La configuration du terrain suggère qu´il s´agit d´un Lavantché, avec déglutination de l´article.

Aveillans
Village, chef-lieu de la commune de La Motte-Saint-Martin (Matheysine, Isère), ecclesia de Avelanz au XIème siècle, ecclesia de Avellanth au XIIème siècle, villa Avelli et Avillanz au XIIIème siècle, ecclesia de Avellanis, Parrochia Mote de Avellans, Avillancio, Avillianis et Parrochia Ayillancii au XVème siècle, probablement du nom d´homme romain Avellanus, ou dérivé d´Avellus avec le suffixe -anus.

Aven
Village de la commune de Conthey (Valais), Avainz en 1100, Avaiz en 1200, Aveyn en 1250, Avens en 1440, nom allemand Avent, nom d´origine inconnue, et Ban d´Aven, forêt déclive.

Avenay, Avenex
Nom de domaine d´origine gallo-romaine Avenacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Avenus.
Avenay, in curte Avenaco en 926, localité disparue (Pays de Gex, Ain) ;
Avenex, Avenacum en 926, Avenai en 1236, Avenay en 1250, hameau (Signy-Avenex, district de Nyon, Vaud).

Avenche, Avenches
Avenches, cité vaudoise de la Broye, aussi commune et district, ancienne colonia romaine Colonia Pia Flavia Constans Emerita Helvetiorum Foederata, « Colonie Pieuse Flavienne Constance Emérite des Helvètes, Fédérée », qui a repris son nom d´origine celtique Aventicum mentionné en 104, adjectif dérivé du nom de la déesse des Helvètes Aventia « Nymphe des sources », racine indo-européenne *av(e)-, « eau, couler, mouiller, etc », avec le suffixe -entia et qui devint leur capitale en 15 AD. civitas Elvetiorum Aventicus en 395-405, In fine Aventicense en 516, Adventica au Moyen Age, Avenche en 1518. Nom allemand Wifflisburg et Wibilsburg en 1266, Wipelspurg en 1302, Wibelspurg en 1458, Wiblispurg en 1476, Wiflispurg en 1548, Wiflisburg en 1577, d´un anthroponyme germanique *Wibili.
Les Sagnes d´Avenche, lieu-dit (Cernier, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel).

Aventine
Aventine, alpage de la commune d´Ayas (Vallée d´Aoste), Aventina en 1437, nom monté au Glacier de l´Aventine, par féminisation d´un patronyme Aventin, ou d´un nom romain Aventinus.

Aver
Becca d´Aver, 2469m, sommet des communes de Nus, Torgon et Verrayes (Vallée d´Aoste), d´un patois valaisan aravé, avé, aver, garavé, « fruit du pin cembro ».

Averliaz
Hameau de la commune d´Argis (Saint-Rambert-en-Bugey, Bugey, Ain), de Averliaco en 1369, Avrillieys en 1495, Averliay en 1813, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Averliacum, dérivé avec le suffixe -acum du patronyme Averlius.

Avérole
Avérole ou Avérolle, hameau et torrent de la commune de Bessans (Haute-Maurienne, Savoie), Avairola en 1332, Verola en 1446, In villagio de Verolle en 1609, Pagus Berolae en 1784, Aberolensis vicarius en 1784. La forme primitive serait *Verola, avec par la suite agglutination de la préposition, forme qui dériverait du cognomen Verul[l]a [Gros]. Pour Nègre 1990 c´est un dérivé d´une racine préceltique *ar[a]va, avec les suffixes romans -ari et -ola, voir Arves. Torrent d´Avérole, affluent de l´Arc (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie).
Voir aussi Travérole.


Avers, Aversan, Aversanne, Aversets, Aversoins
Mot régional avers, « versant exposé au Nord, côté de l´ombre », latin adversus, « qui est en face ».
Avers, hameau (Lalley, Trièves, Isère).
Avec le suffixe diminutif -et :
Ruisseau des Aversets (Thoiry, Bauges, Savoie).

Avec le suffixe -an, ou, moins probable, de l´ancien français aversain, « terre qui se repose après avoir donné deux récoltes » :
Aversan, alpage avec habitat dispersé au-dessus des Avants (Montreux, district de Vevey, Vaud) ;
Forêt de l´Aversanne, forêt déclive (Frinvillier, Vauffelin, district de Courtelary, Jura bernois).

De même origine :
Les Aversoins, lieu-dit en forêt orienté au Nord (Champier, Bièvre, Isère).


Aves
Patois jurassien âve, ancien français ave, « eau ».
Ava les Aves, lieu-dit au bord de la Birse, où ava signifie probablement à val, avec le patois vâ, « vallée », donc « en bas les eaux » (Courrendlin, district de Delémont, Jura) ;
Combe des Aves, lieu-dit (Mervelier, district de Delémont, Jura).

Avessan
L´Avessan, cours d´eau affluent de la Baye de Clarens (Montreux, district de Vevey, Vaud), probablement une déformation du lieu-dit voisin Aversan.

Aviernoz
Commune et village des Bornes (Thorens-Glières, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie), anciennement Aviernnaz, Vernod et Vernoud, de même origine que le mot régional verne, « aulne glutineux ».

Avignon, Avignonet, Avignons
Noms peut-être transportés de la ville d´Avignon (Vaucluse), ou dérivés de l´occitan vinha, « vigne ».
Le Grand Avignon et Le Petit Avignon, hameaux de la commune de Cormoz (Bresse, Ain), In villa et territorio de Avignion en 1272, Les Prés Avignon, lieu-dit, et Bief d´Avignon, cours d´eau affluent de la Veyle ;
En Avignon, lieu-dit (Franclens, Genevois, Haute-Savoie) ;
Les Avignons, alpage (La Léchère, Tarentaise, Savoie).
Diminutif avec le suffixe -et, peut-être de l´occitan vinheta, « petite vigne » :
Avignonet, Avigno in Triviis en 1148, ecclesia de Avinione au XIIème siècle, parrochia Avinienis et ecclesia de Avinioneto au XIVème siècle, Avinhonetum au XVème siècle, commune et village du Trièves (Monestier-de-Clermont, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Avignonet, in Avinione au XIVème siècle, maisons isolées (Gières, Pays grenoblois, Isère).


Avise
Commune et village de la vallée d´Aoste, [villa] Avitia à l´époque romaine, par féminisation d´un gentilice Avitius.

Avittes
Hameau de la commune de Reyssouze (Bresse, Ain), in villa que dicitur Avistas en 996-1018, Avittes en 1439, Avites en 1494, probablement d´un patronyme Avistus.

Avocat, Avocats
Nom de métier français avocat, « celui qui assiste ou représente les parties », latin advocatus, « avocat, défenseur ; intendant ».
Chaîne de l´Avocat, chaîne de montagnes, 1015m (Vieu-d´Izenave, Haut-Bugey, Ain) ;
Les Avocats, hameau (Treffort-Cuisiat, Revermont, Ain).

Avolin
Hameau de la commune de La Bâtie-Montgascon (Vallée du Guiers, Isère), ecclesia de Avolino au XIIème siècle, Avollin au XIVème siècle, parrochia de Avollino et Avoyllinum au XVème siècle, du nom d´homme Abolinus.

Avonnex
Probablement d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Avoniacum dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme romain Avonius.
Avonnex, hameau (Marin, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Avonnex, hameau (Taninges, Faucigny, Haute-Savoie).

Avoriaz
Station de ski de la commune de Morzine (Chablais, Haute-Savoie), sur d´anciens alpages cédés à la commune de Morzine par les nobles de Rovéréa, et qui ont pris le nom de [terres] à Rovéréa, puis par syncope, Avoreaz, et enfin Avoriaz. L´alpage nommé Evoréa en 1130-1150, Evorée au XIXème siècle [Régeste Genevois], est probablement Avoriaz.

Avorzis
Les Avorzis, maison isolée de la commune de la Côte d´Arbroz (Faucigny, Haute-Savoie), sans doute dérivé de *Vorzis, voir Vorzy.

Avoudrues, Avudrans
Cec noms pourraient dériver d´un pluriel *apuldrans, « les pommiers » d´un burgonde *apuldra, « pommier », du germanique *ap[a]la, « pomme », racine indo-européenne *abol-, abel-, « pomme ».
Les Avoudrues, chainon de montagnes, 2666m (Samoëns et Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Avudrans, hameau (Corminboeuf, district de la Sarine, Fribourg).

Avouzon
Commune et village du Pays de Gex (Crozet, arrondissement de Gex, Ain), anciennement Avuisus [Régeste Genevois], et Avuyson en 1291, Apud Avussons en 1397, Avuson en 1528, Avoson en 1573, Avouson en 1691, nom d´origine inconnue.

Avoyer, Avoyère
Avoyer, représentant du seigneur dans les domaines judiciaire et administratif, ou protecteur laïc d´un établissement religieux, ou à Fribourg, chef du gouvernement et à Neuchâtel chef d´une corporation de métier. Il existe aussi un patronyme Avoyer.
Ruelle de l'Avoyer (Saint-Blaise, Neuchâtel) ;
Pré à l´Avoyer, lieu-dit (Puidoux, district de Lavaux, Vaud).
Par féminisation :
L´Avoyère, maison isolée (Bellegarde, district de la Gruyère, Fribourg) ;
L´Avoyère, maison isolée (Provence, district de Grandson, Vaud).


Avregny
Commune jusqu´en 1972 et village (Allonzier-la-Caille, Genevois, Haute-Savoie), Cura de Avrignie vers 1344, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Avriniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Avrinius. Cf. Avrigny (Indre-et-Loire), Avriniacum en 1190.

Avressieux, Avrissieu
D´un nom de domaine gallo-romain *Apriciacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice *Apricius, variante de Apritius [Gros], de apricus, « qui recherche la chaleur du soleil, qui se plaît au soleil ».
Avressieux, Ecclesia de Avriacu vers 1115, Ecclesia de Avriciacu en 1120, de Avriceu en 1216, de Avriciaco en 1304, commune et village de la vallée du Guiers (Saint-Genix-sur-Guiers, arrondissement de Chambéry, Savoie) ;
Avrissieu d´en Bas et Avrissieu d´en Haut, Avrissiacus en 1341, Avriceu et Avriciou en 1346, Avriciacus en 1429, Avrissieux en 1847, hameaux (Ceyzérieu, Bugey, Ain).

Avrieux, Avry, Avry-devant-Pont, Avry-sur-Matran
Ancien domaine gallo-romain [fundus] *Apriacus, nom dérivé du gentilice Aprius, du latin aper, « sanglier », avec le suffixe -acus [Stadelmann].
Avrieux, de Aprili en 1153, villa Aprilis en 1214, in castro Aprilis en 1399, commune et village de la Haute-Maurienne (Modane, arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie), selon Gros ces formes historiques seraient issues d´un patronyme Aprili, mais le nom primitif d´Avrieux serait *Apriacus ;
Avry, Auri en 1145-1149, Auriei au XIIème siècle, Avrye en 1445, nom allemand Affry en 1578, Affri en 1638. Les formes Auril, Abril, latinisées en Aprilis sont dues à une attraction paronymique avec le français « avril ».
Avry-devant-Pont, Aprilis et Avri au XIIème siècle, Abril en 1177, Avrie en 1202, April et Avril en 1228, Aprili en 1286, Avriez en 1425, Aury en 1668, nom allemand Afry vor Pont au XVème siècle, ancienne commune et village (Pont-en-Ogoz, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Avry-sur-Matran, De Avriei en 1162, ancien nom allemand Avry ob Matran, ancienne commune et village (Avry, district de la Sarine, Fribourg).

Avrillat
Hameau de la commune de Poncin (Haut-Bugey, Ain), Avrillia en 1299-1369, Avrilia en 1387, Avriliacus en 1392, Avrilliacus en 1410, Avrillac en 1668, Avrilat sur la Carte de Cassini, d´un gentilice Aprilius, soit d´un primitif villa Aprilia par féminisation, soit d´un praedium Apriliacum, dérivé avec le suffixe -acum.

Avuilly, Avully
Nom de domaine d´origine gallo-romaine *Avilliacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Avillius [Jaccard].
Avully, Avulie et Awillie en 1220, Avullie en 1227, Avuyllie en 1302, Avuyllye en 1326, aussi Avullyacus, commune et village (Genève) ;
Avully, Cura de Avillie vers 1344, château Saint-Michel (Brenthonne, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
Avully, Avaliaco en 1012, Avillie au XIIème siècle, Avullier en 1472, hameau (La Balme de Sillingy ; Genevois, Haute-Savoie) ;
Bois d´Avuilly, forêt (Veigy-Foncenex, Bas-Chablais, Haute-Savoie).

Avulligoz
Hameau de la commune de Publier (Chablais, Haute-Savoie), Avullieguz en 1455.

Avusy
Village et commune du canton de Genève, Avussie en 1260, Avussy, Avuysie en 1302, Avusye en 1338, Avusier en 1364, Avussi sur la Carte de Cassini, nom de domaine d´origine gallo-romaine *Avusiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Avusius dérivé de avus « aïeul, grand-père ».

Ayace
Dents d´Ayace, 3061m, Pointe d´Ayace, 3019m, et Col d´Ayace, 3038m, dans les Alpes Pennines, entre le Valais et la vallée d´Aoste, dont le nom est une variante d´Oyace. Le nom Finestra Agaciae, mentionné au XVIème siècle, semble s´appliquer au col voisin, le Col de Crête Sèche.

Ayas
Commune, village et vallée latérale de la vallée d´Aoste, anciennement Eacia, Agacia, Ayeczo, Ayacio, Aiaz ; ce nom pourrait dériver du latin vulgaire *ad jacium, voir Jas, Jasse, « endroit où le bétail se repose ; bergerie », dont la forme dialectale est gias. Pour d´autres auteurs, c´est un dérivé d´un nom d´origine pré-indo-européenne (ligure) en -ascus.

Ayencins
Les Ayencins, quartier de la commune du Péage-de-Roussillon (Pays viennois, Isère), mansus in Aviniaco au XIème siècle, Ayancin et Ayansin au XVIIème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Aviniacum, dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme romain Avinius.

Ayens, Ayent
Noms d´origine burgonde, dériveraient d´un primitif *Achingos, Agingos, « chez les Achingi, Agingi », dérivés du nom propre Acho, Ago,
Ayens, lieu-dit (Clarmont, district de Morges, Vaud) ;
Bois d´Ayens, maison isolée et bois (Colombier, district de Morges, Vaud) ;
Ayent, Agent en 1052, Agenta en 1153 Argenta en 1250 (probablement une fantaisie d´un copiste), aussi Aient, Aent et Ayens au XIVème siècle, le nom actuel apparaissant déjà au XIIème siècle, commune et village, et Château d´Ayent à La Place, attesté en 1052, ruines (District d´Hérens, Valais).

Aymavilles
Commune et village de la vallée d´Aoste, Aymavilla, Ayma Villa, Aymeville et Ayme Ville en 1337, composé du nom de la gens gallo-romaine Aima et de Villa. Selon une autre hypothèse, ce serait la villa d´un homme d´origine germanique Haimo ou Aymo. Selon une troisième hypothèse, ce toponyme serait composé des noms des colons romains Aimus et Avilius, qui firent construire le pont de Pondel ; toutefois, on ne rencontre jamais de toponyme composé de deux anthroponymes.

Aymes
Patronyme Ayme, variante de Aimé, du latin amatus, « aimé ».
Les Aymes, lieu-dit (Brangues, L´Isle-Crémieu, Isère) ;
Les Aymes, brolia de Aymis au XIVème siècle, el Aymos au XVème siècle, hameau (Mizoën, Oisans, Isère).
Voir aussi Eymes.


Ayn
Commune et village de l´Avant-Pays savoyard (Pont-de-Beauvoisin, arrondissement de Chambéry, Savoie), Ecclesia de Ainum en 1142, Parrochia d´Ain et Capellanus d´Ayin au XIVème siècle, Ayen vers 1864, d´une forme primitive Aginnum, cf. Agen (Lot-et-Garonne) et Ayen (Corrèze), tous deux d´anciens Aginnum, nom ligure selon Gros, mais probablement d´un gaulois *aginn, « hauteur », peut-être pré-celtique (cf. gaulois *agannus, « rocher »), selon Dauzat.

Ayse
Commune et village du Faucigny (Arrondissement de Bonneville, Haute-Savoie), Acisia en 1012, Aesia au XIème siècle, Aisia en 1150, Aysi en 1281, Aise en 1275, Aisia en 1295, Cura de Aysia vers 1344, aussi écrit Ayze. Künzi 1997 rapproche ce nom de agia, hagia, « portion de forêt », voir Age. Mais on peut voir dans le nom le plus ancien une *[Villa] Acisia, féminin d´Acisius, forme latine de l´anthroponyme gaulois attesté Akisios.

Azerin
Nom formé sur le latin acerinus, « d´érable, de bois d´érable », [Guex], de acer, acrus, « érable », racine indo-européenne *ak-, ok-, « pointu, aigu ».
Azerin, lieu-dit (Chamoson, district de Conthey, Valais) ;
Azerin, maison isolée (Valsorey, Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais).

Azot
Maison isolée en clairière près de Chamby (Montreux, district de Vevey, Vaud), diminutif soit du patois adze, « haie vive », voir Age, soit du vieux français aze, « âne ».