V

Vâ, Val, Valaire, Valeire, Valeresse,
Valerette, Valerettes, Valette, Valettes, Valeyres,
Valla, Vallaire, Vallaz, Valle, Vallée,
Valleire, Valleires, Vallet, Valleton, Valletta,
Vallettaz, Vallette, Valleyre, Vallière, Vallières,
Vallire, Vallon, Vallonne, Vallonnet, Valouse,
Valuisant, Vau, Vaulx, Vaus, Vaux,
Vaux-Saint-Sulpice, Vaux-sur-Morges, Vaux-Valençon, Vaz
Toponymes dérivés du latin vallis, « vallée, vallon ; creux, enfoncement, cavité ».
Français val, « vallée étroite, espace de terre resserré entre deux coteaux », ancien français val, vau, vaul, « bas d´une chose, extrémité inférieure, vallée » :
Val, hameau (Nus, vallée d´Aoste) ;
En Val, maison isolée, et Fin de Val, lieu-dit (Vicques, district de Delémont, Jura) ;
Val d´Arve, quartier (Carouge, Genève) ;
Fin de Vau, de Valle vers 1150, Vaud en 1906, hameau (Ursy, district de la Glâne, Fribourg) ;
Grande Valle, profond ravin (Buix, district de Porrentruy, Jura) ;
Vaulx, de Vallibus en 1288, puis Veaux jusqu´en 1872, commune et village de l´Albanais (Rumilly, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie) ;
La Vaus ou Lavau, maison isolée (Le Mouret, district de la Sarine, Fribourg) ;
Vaux, Vallis au VIIIème siècle, Vals en 1049, De Vallibus en 1128, Valles en 1213, Vauz en 1225, Vaux en 1325, commune et village du Bugey (Lagnieu, arrondissement de Belley, Ain) ;
Bois de Vaux, forêt (Damvant, district de Porrentruy, Jura) ;
Vignes de la Vaux, vignoble de la commune de Fresens, et Ruisseau de la Vaux, affluent du lac de Neuchâtel (District de Boudry, Neuchâtel) ;
Vaux-Saint-Sulpice, villa quae Valles nuncupatur au XIIIème siècle, hameau (Cormaranche-en-Bugey, Bugey, Ain) ;
Vaux-sur-Morges, terra de Vallibus en 1230, Vallibus juxta Wfleins en 1238, commune et village (District de Morges, Vaud) ;
Vaux-Valençon, de Vallibus Valanzonis en 1181, Apud Vaulx-Vallanzon en 1563, hameau (Virieu-le-Petit, Valromey, Ain) ;
Les Vaux, vallon, et Sur les Vaux, lieu-dit (Corserey, district de la Sarine, Fribourg) ;
Lac des Vaux, lieu-dit (Riddes, district de Martigny, Valais), et Col des Vaux, 2705m, Tête des Vaux, petit sommet, 2725m (Verbier, Bagnes, district d´Entremont, et Riddes, district de Martigny, Valais).

Avec les suffixes diminutifs -et, -ette, ancien français valet, « vallon » :
La Valette, ecclesia de Valleta au XIème siècle, La Vallette au XVIème siècle, commune et village du Valbonnais (Valbonnais, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
La Valette, Village de Vallette en 1675, hameau (Saint-Didier-d´Aussiat, Bresse, Ain) ;
Les Valettes, hameau (Bovernier, district de Martigny, Valais) ;
Vallet, hameau (Verrayes, vallée d´Aoste) ;
La Vallette, lieu-dit (Valloire, Maurienne, Savoie).

Avec les suffixes diminutifs patois -ette, -ettaz :
Pointe Valletta, 2801m (Saint-Rhémy-en-Bosses, vallée d´Aoste) ;
La Vallettaz d´en Bas et la Vallettaz d´en Haut, maisons isolées (Saint-Jean-d´Aulps, vallée de la Dranse, Haute-Savoie).

Diminutif de l´ancien français valet, « vallon », avec le suffixe -on :
Ruisseau du Valleton, affluent de la Petite-Glâne (Rueyres-les-Prés, district de la Broye, Fribourg).

Français vallée, « espace resserré entre deux ou plusieurs montagnes ; bassin d´un cours d´eau » :
La Vallée, La Vallée en 1841, La Valla en 1872, hameau (Bey, Bresse, Ain) ;
Vallée de Joux, vallée du Jura vaudois entre les chaînes du Risoux et du Mont-Tendre, avec les lacs de Joux, de Brenet et le lac Ter, Lacu Juriensi en 1155, valle lacus juriensis en 1334 (District de la Vallée, Vaud).

Patois valla, « vallée » :
La Valla, hameau (Grièges, Bresse, Ain) ;
Le Vallas, Vallas en 1841, Valla en 1911, hameau, peut aussi être un patronyme (Villeneuve, Dombes, Ain) ;
La Vallaz, Lavallaz en 1843, La Valla en 1911, hameau (Le Grand-Abergement, Valromey, Ain).

Français vallon, « petite vallée, espace de terre resserré entre deux coteaux », avec le suffixe diminutif -on :
Vallon, Valons en 1342, Valens en 1343 (douteux), commune et village (District de la Broye, Fribourg) ;
Le Vallon, lieu-dit (Chêne-Bougeries, Genève) ;
Grand Vallon, Villagium de Magno Vallions en 1437, Grand Vaillon sur la Carte de Cassini, et Petit Vallon, Petit Vaillon sur la Carte de Cassini, hameaux (Apremont, Haut-Bugey, Ain) ;
Lac de Vallon, lac formé en 1943 suite à un éboulement, ancienne Abbaye de Vallon, édifiée en 1136-1137 au lieu dit heremus Valonis (Bellevaux, Chablais, Haute-Savoie) ;
Vallonne, lieu-dit en forêt (Lugrin, Chablais, Haute-Savoie).

Petit vallon, diminutif de vallon avec le suffixe -et :
Le Vallonnet, alpage, nom monté à la Pointe du Vallonnet, 3372m (Pralognan-la-Vanoise, Vanoise, Savoie).

Patois jurassien vâ, « val » :
Cras de Vâ, vallon boisé (Bourrignon, district de Delémont, Jura).

Dérivés de l´ancien français valiere, « petite vallée, creux » :
Les Valeyres, Valieres en 1295, Valaires en 1906, lieu-dit
Valaire, maison isolée (Brenles, district de Moudon, Vaud) ;
Sous Valeire, forêt (Mex, district de Cossonay, Vaud) ;
Valère, alpage (Troistorrents, district de Monthey, Valais), nom monté à la Dent de Valère, 2267m (Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais) ;
Creux de Valère, maison isolée (Riaz, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Valeresse, lieu-dit, et Torrent de Valeresse, affluent de la Salentse (Leytron, district de Martigny, Valais) ;
Valerette, alpage, (Monthey, Valais) nom monté à la Dent de Valerette, sommet, 2059m (Monthey, et Massongex et Vérossaz, district de Saint-Maurice, Valais). (Yens et Villars-sous-Yens, district de Morges, Vaud) ;
Vallaire, hameau (Ecublens, district de Morges, Vaud) ;
La Valleire, lieu-dit (Cronay, district d´Yverdon, Vaud) ;
Valleires, maison isolée (Yvonand, district d´Yverdon, Vaud) ;
Ruisseau de la Valleyre, affluent du Flon, et Chemin de la Valleyre (Le Mont-sur-Lausanne, district de Lausanne, Vaud) ;
Vallière, pourrait être une féminisation d´un patronyme Vallier, lieu-dit (Cartigny, Genève) ;
Vallière, en Valires en 1492, Vaillière sur la Carte de Cassini, aussi Vallières en 1911 hameau (Gex, Pays de Gex, Ain) ;
La Vallière, forêt déclive (Romont, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Vallières, Valeres en 1220, commune et village de l´Albanais (Rumilly, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie) ;
Vallières d´en Bas, et Vallières d´en Haut, Valeres en 1295, hameaux (Desingy, Genevois, Haute-Savoie) ;
Vallières, lieu-dit en forêt (Mollens, district de Sierre, Valais) ;
Vallières, En Valires en 1497, hameau (Gex, Pays de Gex, Ain) ;
Vallire, lieu-dit du vignoble (Chermignon, district de Sierre, Valais).

Avec le suffixe diminutif -et :
Les Valerettes, maison isolée (Saint-Prex, district de Morges, Vaud).

Avec le suffixe -ouse :
Bief de la Valouse, cours d´eau (Prémillieu, Bugey, Ain) ;
Combe de la Valouse, lieu-dit (Arzier, district de Nyon, Vaud).

Peut-être un cas oblique de Valouse :
Valuisant le Bas et Valuisant le Haut, Vauluysant en 1536, Valuisant en 1662, Valluisant sur la Carte de Cassini, Vauluisant d´en Bas et Vauluisant d´en Haut en 1911, hameaux, Bois de Valuisant, forêt, et Montagne de Valuisant, colline boisée (Villereversure, Revermont, Ain).

Probablement de même origine :
Le Vaz, hameau (Villard-sur-Doron, Beaufortain, Savoie).

Voir aussi Valère, et les nombreux dérivés composés avec val et vaux en préfixe ou en suffixe.


Vaas
Hameau de la commune de Lens (District de Sierre, Valais), Vas en 1906, forme patoise Az avec aphérèse du V attestée en 1267, nom d´origine inconnue.

Vabecha, Vabenoz, Vaberbin, Vaboinat, Vadavon,
Vaferdeau
Noms composés du patois jurassien Vâ, « val », et d´un anthroponyme.
Vabenoz ou Vabenau, Vaberno en 1327, Val Bruno en 1347, Val Berno en 1358, Vabenô en 1354, selon Perrenot d´un nom primitif *vallis Brunonis, « val de Bruno », ou *vallis Bernoldi, du nom propre Bernwald, « celui qui règne comme un ours », germanique *beran, « ours », et *valdan, « celui qui règne », hameau (Courgenay, district de Porrentruy, Jura) ;
Vaboinat, probablement « Val de Bernard », avec le nom patois Bouènaîd, « Bernard » [Prongué], hameau (Courgenay, district de Porrentruy, Jura) ;
Vaferdeau, avec le patronyme rare Ferdeau, lieu-dit (Courrendlin, district de Delémont, Jura).
Avec un anthroponyme indéterminé :
Vabecha, lieu-dit (Fontenais, district de Porrentruy, Jura) ;
Vaberbin, lieu-dit (Bressaucourt, district de Porrentruy, Jura) ;
Bois de Vadavon, forêt (Grandfontaine, district de Porrentruy, Jura).


Vacagnole
Hameau de la commune d´Attignat (Bresse, Ain), Vacagniola en 1468, Vacagnola en 1564, Vacagnole en 1650, Vaccagnola en 1911, probablement d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *[villa] Vacaniola, d´un nom d´homme Vacanius, bas latin vacanius « conducteur », avec le suffixe diminutif latin -ola.

Vaccoz, Vâche, Vâco, Vaques, Vuacoz
Dérivés du latin [fundus] vacuus, « [terrain] vide ».
Vieux français vaque, « terre inculte, déserte », ancien français vaccu, vacu, « abandonné, vide » :
Les Vaques, lieu-dit au bord du Rhône (Saxon, district de Martigny, Valais).

Patois suisse vaco, « terrain vague » [Pégorier] :
Les Vaccoz, ancien lieu-dit (Martigny, Valais) ;
Le Vâco, lieu-dit au bord du Rhône (Saxon, district de Martigny, Valais) ;
Bois Vuacoz, forêt (Corcelles-le-Jorat, district d´Oron, Vaud) ;
Prés Vuacoz, lieu-dit (Ependes, district d´Yverdon, Vaud).

Probablement de même origine :
La Vâche, lieu-dit (Develier, district de Delémont, Jura), l´hypothèse selon laquelle ce serait un dérivé de Vauche, « moulin à foulon », est contredite par la topographie de ce lieu.

Voir aussi Extravache, Grattavache.


Vachal
Lieu-dit de la commune de Mervelier (District de Delémont, Jura), à rapprocher soit de Vâche, « terre inculte, déserte », soit de Vachey, « pâturage pour les vaches », soit d´un patronyme Vachal.

Vachat
Le Vachat, hameau de la commune de Conand (Bugey, Ain), villa de Hevachia en 1277, Euvachia en 1289, Evachia en 1291, Uvachia en 1344, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine.

Vache, Vatse
Patois valaisan vàtse, latin vacca, « vache », mais aussi celtique batz, « source ».
Roc de la Vache, petit sommet, 2051m (Anzeindaz, Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
La Saillie de la Vache, lieu-dit en montagne (Vénosc, Oisans, Isère) ;
Pointe de la Vatse, 2500m (Hérémence, district d´Hérens, Valais) ;
Roc de la Vatse, devenu Roc de la Vache, épaule, 2581m (Zinal, Val d´Anniviers, Valais).
Voir aussi Pissevache, Vatseneires.


Vacheresse, Vacheresses, Vacheret, Vacherie, Vacheries,
Vachérin, Vachery, Vaches, Vachey, Vatseret
Vache, mammifère domestique, femelle du taureau (Bos taurus), latin vacca.
Aux Vaches, lieu-dit (Moudon, Vaud) ;
Bois aux Vaches, forêt (Montsevelier, district de Delémont, Jura) ;
Creux aux Vaches, ravin (Massif du Buet, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Plan des Vaches, lieu-dit en forêt (Charrat, district de Martigny, Valais).
Noms collectifs : étable, pâturage pour les vaches :

Ancien français vacherie, « troupeau de vaches », et dans le Jura « autrefois, dans l´espace jurassien, bâtiment isolé et sommairement équipé, destiné à abriter le bétail pâturant à l´hameau du village durant la belle saison » [Prongué] ; latin médiéval vaccaria, « ager, vel praedium vaccarum numero alendo idoneum (champ ou domaine pouvant nourrir un certain nombre de vaches) » [du Cange] :
La Vacherie, hameau (Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
Vacherie de l´Oiseau, lieu-dit (Saicourt, district de Moutier, Jura bernois) ;
Vacherie Hirschi, maison isolée, probablement d´un anabaptiste établi dans la région au XVIIème siècle (Plagne, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Les Vacheries, hameau (Les Breuleux, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Vacheries Dessus, hameau (Saicourt, district de Moutier, Jura bernois).

Adjectif ancien français vacheresse, « des vaches », latin médiéval vacaritia, variante de vaccaria :
Vacheresse, Cura de Vachereces vers 1344, commune et village du Val d´Abondance (Abondance, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie) ;
Bois de la Vacheresse, petite forêt (Saint-André-sur-Vieux-Jonc, Bresse, Ain) ;
Les Vacheresses, alpage (Sarreyer, Bagnes, district d´Entremont, Valais).

Adjectif ancien français vacherin, « de vache » :
Pra Vachérin, hameau (Puidoux, district de Lavaux, Vaud).

Avec le suffixe collectif -et, -ey, bas latin vaccaritia, « étable [dépendant de la réserve] » :
Le Vacheret, pâturage (Verbier, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Vachery, hameau (Etroubles, vallée d´Aoste) ;
La Vachey ou Lavachey sur la Carte Nationale, hameau (Val Ferret, vallée d´Aoste).

Forme patoise valaisanne, avec mutation du son [ch] en [ts] :
Vatseret, clairière (Conthey, Valais) ;
Vatseret, alpage, nom monté à la Pointe de Vatseret, 2812m (Icogne, district de Sierre, Valais).


Vacon
Vacon et Le Petit Vacon, hameaux de la commune de Bény (Bresse, Ain), Vascon en 1242, Vacon en 1274, Villagium Vaconis en 1512, Vaccon en 1563, probablement d´un nom d´homme Vasconus, de l´ethnonyme vasconus, « vascon », dont sont issus les Basques et les Gascons.

Vadry
Maison isolée en clairière de la commune de Courroux, district de Delémont (Jura), peut-être de l´anthroponyme germanique *Waldhari, « le guerrier qui règne », du germanique *valdan, « celui qui règne », et *harja, « guerrier », nom francisé en Gauthier. [Prongué].

Vafieux
Le Vafieux, lieu-dit de la commune de Morzine (Chablais, Haute-Savoie), composé de Fieux, « hêtre », avec un préfixe indéterminé, peut-être Vâ, « vallée ».

Vagère, Vouagère, Vuagère, Vuagire
Terre ou propriété mise en gage, ancien français vagiere, « engagement, gage, caution, bien engagé, bien saisi, saisie », latin vuageria, du germanique *vadja, « gage ».
La Vagère, lieu-dit (Marlens, Pays de Faverges, Haute-Savoie) ;
La Vouagère, maisons isolées (Les Gets, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Vuagère, lieu-dit (Givrins, district de Nyon, Vaud) ;
Les Vuagères, lieu-dit (Avenches, Vaud) ;
Vuagire, lieu-dit (Bioley-Orjulaz, district d´Echallens, Vaud).
Voir aussi Gagère.


Vaillay
Peut-être une variante du patronyme Vaillat.
Combe Vaillay, lieu-dit en forêt (Bressaucourt, district de Porrentruy, Jura) ;
Coteau de Vaillay, lieu-dit (Chevenez, district de Porrentruy, Jura).

Vaillime
Alpage des Crosets (Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais), Valiemoz vers 1250, nom d´origine inconnue.

Vaillons, Vailloud, Vailloudes
Des patronymes Vaillon, Vailloud, peut-être dérivés du latin valens, « qui a de la force, du courage, vaillant, robuste ».
Prés Vaillons, clairières (Nods, district de la Neuveville, Jura bernois) ;
Grand Vailloud et Petit Vailloud, Les deux Vailloux en 1764, hameaux (L´Abergement, district d´Orbe, Vaud).
Par féminisation de Vailloud :
Les Vailloudes, forêt (L´Abergement, district d´Orbe, Vaud).


Vailly
Nom de domaine d´origine gallo-romaine *Valliacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Vallius, peut-être d´un cognomen Vallus, « pieu, palissade » [Jaccard].
Vailly, Vallie en 1213, Vallye en 1319, Vallier en 1362, Vally en 1906, hameau (Bernex, Genève) ;
Vailly, Vaslye en 1250, Cura de Vallier vers 1344, commune et village de la vallée de la Dranse (Arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie).

Vainé, Van, Vanel, Vanet, Vanil,
Vanillon, Vanise, Vanna, Vanne, Vanné,
Vannée, Vannées, Vannés, Vannets, Vannetta,
Vannez, Vanoise, Vans, Vany, Vanyre
Oronyme : sommet, pente rocheuse, du gaulois *vanno, « pente escarpée, sommet ».
Franco-provençal van, « rocher, sommet rocheux, montagne », ou parfois « combe » ; mot régional van, « pointe ou paroi rocheuse » [Pégorier] :
Le Van, alpage (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Van d´en Bas et Van d´en Haut, Vant en 1732, hameaux du Vallon de Van, et Revers de Van, lieu-dit (Salvan, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Aiguilles du Van, sommets de la chaîne des Perrons, 2572 et 2578m (Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais, et Vallorcine, vallée de l´Eau Noire, Haute-Savoie) ;
Le Creux-du-Van, cirque de falaises ou reculée, autrefois Le Cul du Van (Gorgier, district de Boudry, Neuchâtel) ;
Le Van, sommet, 1114m, Le Van et Petit Van et Pré du Van, maisons isolées (La Heutte, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Les Grands Vans, sommet, 2208m, Col des Grands Vans, 2173 et Passage des Vans, 2014m (Flaine, Grand Massif, Faucigny, Haute-Savoie).

Diminutifs avec le suffixe -et :
Le Vanet, anciennement Vannez, sommet, 2134m (Champéry, district de Monthey, Valais, et Morzine, Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Vannets, maisons isolées en clairière, Vannet est aussi un patronyme très courant (Giez, Pays de Faverges, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif -el :
Le Vanel, hameau (Rougemont, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Avec le suffixe diminutif -et :
Le Vanelet lieu-dit (Giez, Pays de Faverges, Haute-Savoie).

Patois fribourgeois vani, vanil, « pointe rocheuse d´une montagne située au-delà des pâtures » [Pégorier] :
Vanil Blanc, sommet, 1828m (Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Vanil Blanc, sommet, 1573m (Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Vanil Blanc, épaule (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Vanils, alpages (Grandvillard, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Vanils, chaîne de montagnes, avec le Vanil Carré, 2195m, le Vanil de l´Ecri, 2375m, et le Vanil Noir, 2389m (Gruyère, Fribourg, et Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Les Vanils, chaînon, et Sous les Vanils, maisons isolées (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg).

Doubles diminutifs avec le suffixe -illon :
Vanillon, ferme isolée (Siviriez, district de la Glâne, Fribourg).

Avec le suffixe collectif -oise :
La Vanoise, massif montagneux entre la Maurienne et la Tarentaise (Savoie), et Col de la Vanoise, 2516m, Aiguille de la Vanoise, 2796m.

Formes patoises, patois vané, « bande de terrain transversale dans les rochers » :
Forêt de Vainé, forêt déclive (Courtételle, district de Delémont, Jura) ;
Vanise, maisons isolées (Champéry, district de Monthey, Valais) ;
Gran Vanna, sommet, 3301m (Bionaz, vallée d´Aoste) ;
La Vanne, maison isolée en clairière au-dessus de falaises du Doubs (Les Bois, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Le Vanné, lieu-dit (Vicques, district de Delémont, Jura) ;
Fin de Vanné, lieu-dit (Bourrignon, district de Delémont, Jura) ;
Le Vannée, paroi de rocher (Avoriaz, Morzine, Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Vannées, paroi de rocher (Avoriaz, Morzine, Chablais, Haute-Savoie) ;
Vannés d´Ayerne, lieu-dit (Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
Prés Vannés, maisons dispersées (Courtelary, Jura bernois) ;
Sur Vannez, lieu-dit (Chevenez, district de Porrentruy, Jura) ;
Vany, lieu-dit (Sottens, district de Moudon, Vaud) ;
La Vanyre, pâturage déclive (La Baume, vallée de la Dranse, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif patois -etta :
Becca Vannetta, sommet, 3361m, et Col de la Vannetta, 3248m (Bionaz, vallée d´Aoste).


Vaivre, Vaivres, Varbre, Vaurillon, Vauvray,
Vauvrise, Vavre, Vavres, Vavrette, Vavril,
Vavrille, Veurey, Voembro, Voroize, Vourey,
Voureys, Vouvray, Vovray, Vuavre, Vuavres
Mots issus de l´ancien français wauria, wirra, wirres, wuerie, wurie, wuurie, bas latin vavra, vevra, « friche, terre inculte ou peuplée de mauvaises broussailles », mots dérivés du gaulois vobera, voberno, variante wabero, composé de uo-, « sous », et -bero-, mot associé aux sources et cours d´eau, « source ou ruisseau caché par la forêt, encaissé », désigne par la suite la forêt elle-même [Delamarre], aussi « terre autrefois humide, endroit où de l´eau sourd de terre ». Le dérivé *uoberetum aurait donné les noms collectifs en -ay, -ey, -y, mais pour ceux-ci on peut aussi envisager des nom d´origine gallo-romaine formés d´un gentilice avec le suffixe -acum.
Mot régional vavre, « ruisseau caché, fond humide » [Pégorier], toponyme très répandu dans l´Ain :
La Vavre, La Vavra en 1299-1369, maison isolée (Saint-Trivier-sur-Moignans, Dombes, Ain) ;
La Basse Vavre, La Grande Belle Vavre et La Petite Belle Vavre, Bellevavre en 1439, respectivement Grande Bellevavre et Petite Bellevavre en 1911, hameaux (Foissiat, Bresse, Ain) ;
Les Vavres, lieu-dit (Boz, Bresse, Ain) ;
Les Basses Vavres et Les Hautes Vavres, Vavra en 1468, hameaux (Malafretaz, Bresse, Ain) ;
Les Grandes Vavres, Prata de Vavra en 1359, Les Vavres en 1911, lieu-dit (Dommartin, Bresse, Ain).

Ancien mot régional de la Bresse vavret, « petite pièce de terre inculte » [Pégorier] :
Le Vavret, petite forêt (Saint-Martin-du-Mont, Bresse, Ain) ;
La Vavrette, Vavreta en 1238, hameau (Bâgé-la-Ville, Bresse, Ain) ;
La Vavrette, La Petite-Vavrette en 1911, et La Grande Vavrette, La Grande-Vavrette en 1911, hameaux (Tossiat, Bresse, Ain) ;
La Petite Vavrette, maisons isolées (Montagnat, Bresse, Ain).

Dialecte franc-comtois vaivre et noms dérivés :
En Vaivre, lieu-dit avec forêt (Develier, district de Delémont, Jura) ;
Les Vaivres, maisons isolées, et Sur les Vaivres, forêt déclive (Crémines, district de Moutier, Jura bernois).

Mot régional vovray, « lieu marécageux et broussailleux » [Pégorier] :
Vauvray, hameau (Demi-Quartier, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Veurey, de Voreio au XIème siècle, de Voredo au XIIIème siècle, chef-lieu de la commune du Pays grenoblois de Veurey-Voroize, et Ruisseau de Voroize, aqua Voreysie au XIIIème siècle, sans doute un adjectif formé sur le nom de Voreio (Fontaine-Sassenage, Grésivaudan, Isère) ;
Vouvray, Vovrey en 1283, village et commune jusqu´en 1973 (Châtillon-en-Michaille, Michaille, Ain) ;
Vovray, Apud Vovrey en 1504 (Chanay, Bugey, Ain) ;
Vovray, Vovrey en 1493, Vouvray en 1660, hameau (Chavornay, Valromey, Ain) ;
Vovray, Vovrey en 1222, hameau (Archamps, Genevois, Haute-Savoie) ;
Vovray ou Vovray-en-Bornes, commune et village du Genevois (Cruseilles, arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie).

Avec les suffixes diminutifs -il, -ille :
Vavril, lieu-dit (Laiz, Bresse, Ain) ;
Le Vavril, hameau (Chalamont, Dombes, Ain) ;
Grand Vavril et Petit Vavril, étangs, Vavrille en 1407 (Birieux, Dombes, Ain) ;
Vavrille, En Vavrilly en 1439, ancien lieu-dit (Saint-André-de-Bâgé, Bresse, Ain).

Autres noms issus du patois franco-provençal :
Vauvrise, lieu-dit près de l´Allex (Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
En Voembro, lieu-dit (Oulens-sous-Echallens, district d´Echallens, Vaud) ;
Vourey, ecclesia de Volvredo au XIème siècle, commune et village du Pays voironnais (Rives, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Les Voureys, villa Vouregio au Xème siècle, Les Vouries au XVIème siècle, hameau (Saint-Antoine-l´Abbaye, Chambaran, Isère) ;
Vuavre, hameau (Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg) ;
La Grande Vuavre, anciennement Vuavraz, lieu-dit (Corcelles-près-Payerne, district de Payerne, Vaud) ;
Les Vuavres, Weuria vers 1142, Prata de Waure vers 1150, aussi Les Voivres en 1906, hameau (Palézieux, district d´Oron, Vaud).

Avec un r épenthétique :
Varbre, alpage en ruine (Roisan, vallée d´Aoste).

Double diminutif avec le suffixe -illon :
Vaurillon, lieu-dit (Denezy, district de Moudon, Vaud).

Voir aussi Wavre.


Vajay, Vaju, Vasevay, Vasilière, Vasillière,
Veisivi, Vésevey, Vésevy, Vésy, Vijivi
Pâturage où l´on fait paître les génisses, ou d´autres femelles non portantes. Patois vaizi, vouaisi, « tout le jeune bétail d´une commune », adjectif vaisi, veugi, veji, « vide, oisif, inoccupé », au féminin vaisiva, veugiva, veja, aussi patois veisiva, « vache qui devait vêler et ne vêle pas ». Se dit de la femelle d´un animal qui ne porte pas [Bridel]. Latin vacivus, vocivus, « vide, dépourvu », de vacuus, « vide ».
Le Vajay, lieu-dit (Liddes, district d´Entremont, Valais) ;
Le Vaju, alpage (Estavannens, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Le Vasevay, pâturage, et Ecurie du Vasevay, maisons isolées, nom monté à la Pointe du Vasevay, sommet, 3356m et au Col du Vasevay, 3235m, avec Hérémence (Fionnay, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
La Vasilière, alpage (Gruyères, district de la Gruyère, Fribourg) ;
La Vasillière, maison isolée (Saint-Martin, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Veisivi, Visevi en 1861, pâturage, Mayens de Veisivi, nom monté aux Grande Dent de Veisivi, 3418m et Petite Dent de Veisivi, 3184m (Val d´Arolla, Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Vésevey, aussi Vaisevay, Vesevay, Veisevet et Vesvet en 1906, alpage et pâturage, et Chaux de Vésevey, (Trient, district de Martigny, Valais) ;
Vésevy de Perche, Veysevey en 1906, alpage (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Le Vésy, alpage (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Vijivi, Veisivic en 1906. nom monté au Col de Vijivi, 2914m (Saint-Luc, Val d´Anniviers, Valais).

Valais
Canton suisse, dans la haute vallée du Rhône. Le Bas-Valais fut occupé par la tribu celtique des Nantuates, dont la capitale était Tarnaiae Nantuatium à l´emplacement de l´actuel Massongex (district de Saint-Maurice, Valais), Tarnaias sur la Table de Peutinger, Taronos au Vème siècle [Anonyme de Ravenne], Taraone en 739, dont le nom vient du théonyme Taranis, le dieu celte du ciel. La traduction en latin du nom de cette tribu, qui signifie « habitants de la vallée » est Vallenses. Ce nom désignera plus tard tous les habitants de la vallée du Rhône, la Pennina vallis ou Poenina vallis, puis pagus Valensis en 515, in territorio Vallensi en 563, comitatus Vallissorum en 839, comitatum Vallensem en 999, comitatus Valensis en 1025, aussi Valesia, Vallissi, Vaudum, etc., nom allemand Wallis.

Valangin, Valangines, Vaulengines
Valangin, commune et village neuchâtelois du district du Val-de-Ruz, nom latin Vallendis, nom allemand actuel Valendis et Wallendis en 1150, Vilagium de longitudine vers 1143, Valengiz en 1242, de Valengino en 1245, Vaulengins en 1280, puis Vaulangins, Vaullengins, peut-être de Val et d´un roman *lengie, « val long » [Jaccard].
Par féminisation :
Valangines, quartier de la ville de Neuchâtel, anciennes propriété de la famille de Valangin ;
Vaulengines, anciennes vignes à Boudry (Neuchâtel), aussi anciennes propriété de la famille de Valangin, Vaulengins en 1280.


Valanvron
Le Valanvron, vallon avec habitat dispersé de la commune de La Chaux-de-Fonds (Neuchâtel), Wallauron en 1531, nom d´origine inconnue.

Valavran
Hameau de la commune de Bellevue (Genève), Valavrens en 1257, Vallavran sur la Carte de Cassini, Valavrans au XIXème siècle, nom d´origine burgonde, dériverait d´un primitif *Walafridingos, « chez les Walafridingi », dérivé du nom propre Walafrid, ancien haut allemand walu-, germanique *vala, « champ de bataille », et ancien haut allemand fridu, « paix », germanique *friþu, « amour, paix ».

Valbert
Du nom d´un saint abbé de Luxeuil, seigneur de la tribu royale franque des Sicambres, devenu moine et lié à la fondation de l´abbaye de Moutier-Grandval au VIIème siècle, et patron de l´église d´Ocourt-La Motte [Prongué]. Nom germain Wald-behrt, « le brillant souverain », du germanique *valdan, « celui qui règne », et *berhta, « brillant, illustre ».
Valbert, Walanbert en 1456, hameau, et Montagne de Valbert, pâturage (Ocourt, district de Porrentruy, Jura) ;
Valbert, maison isolée (Corgémont, district de Courtelary, Jura bernois).

Valbonnais
Canton, commune et village (Arrondissement de Grenoble, Isère), ecclesia de Valbones et ecclesia de Valle Bones au XIème siècle, de Valle Bonesio au XIIème siècle, et région, in Vallebonesio au XIVème siècle, Valboneys au XVIIème siècle, « vallée de la Bonne », vallis, « vallée », et nom de la rivière Bonne.

Valbonne
La Valbonne, Petite Valbonne sur la Carte de Cassini, fermes isolées (Pérouges, Dombes, Ain), et Camp de la Valbonne, lieu-dit (Saint-Maurice-de-Gourdans, Dombes, Ain), Valbonne en 1372, Vallisbona en 1376, Verboyne en 1423, Patria Vallisbone en 1468, Bona Vallis en 1535, du latin vallis bona, « bonne vallée ».

Valcornière
Alpage de la commune de Bionaz (Vallée d´Aoste), nom composé de Val et Cornière, et Torrent de Valcornière, affluent du Lac des Places de Moulin. Nom monté au Col de Valcornière, 3072m et aux Pointes de Valcornière, 3239m (Bionaz et Valtournenche, vallée d´Aoste).

Valdaine
La Valdaine, région de L´Isle-Crémieu (Isère), de Vaudanis au XIIème siècle, Vaudania au XIIIème siècle, Vaudena, Vaudeyna, Vaudayna, Vaudeyne au XVème siècle, « vallée de l´Ainan ».

Val-de-Ruz
District du Jura neuchâtelois, en patois Vaudru, Vaus, Vaul de Ruil, Ruyl, Ruhi, Ruel, Rue, Ruy et Rou aux XIIIème et XIVème siècles, Vallem Rodolii et Vallis Rodulfi en 1317, Vaux de Roul vers 1512, nom allemand actuel Rudolfstal, anciennement Rudolfsthal et das tal Rutols en 1386, « Val de Rodolphe » [Jaccard], de l´anthroponyme germanique Rudolf, du germanique *hrôma, « gloire », et ancien haut allemand wolf, « [qui a le courage du] loup ».

Val-de-Travers
District du Jura neuchâtelois, « vallée travsversale », Vallis transversa en 1049, Vallis traversis vers 1150, Vallis traversa en 1320, qui coïncide à peu près avec l´ancienne unité territoriale, ecclésiastique et administrative neuchâteloise de Vautravers. Il doit son nom à son rôle comme liaison transversale entre le Plateau suisse et la Franche-Comté.

Val d´Illiez, Val-d´Illiez
Val-d´Illiez, commune et village situés dans une vallée latérale du Bas-Valais (District de Monthey), le Val d´Illiez, où coule la Vièze. Illiacum ou Yliacum en 1180, Iliacam vallem ou vallis Iliaca au XIIème-XIIIème siècle, Illiaci en 1491, Ylliez en 1200, Ylies en 1235, Yllies en 1263, Ylles en 1281, Yllier en 1436, aussi Illyes, et même Val de Lie en 1690, d´un patronyme vieil allemand Illo, d´un ancien norrois illr, « mauvais », nom formé avec le suffixe -iacum.

Valeins
Village et commune de la Dombes (Thoissey, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), in villa que vocatur Vualens en 1040, Valens vers 1100, Valans en 1493, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Walingos, « chez les Walingi », dérivé du nom propre Wala ou Walo [Perrenot].

Valenciennes
Hameau de la commune de Saint-Didier-sur-Chalaronne (Dombes, Ain), par féminisation d´un patronyme Valencien.

Valencin, Valençon
Noms de domaine d´origine gallo-romaine dérivés du gentilice Valentius.
Avec le suffixe -anus :
Valencin, commune et village du Pays viennois (Heyrieux, arrondissement de Vienne, Isère).

D´un primitif *[fundus] Valentionis, adjectif dérivé de Valentius :
Valençon, Valensun en 1200, Valanczon en 1299, hameau (Lens, district de Sierre, Valais).


Valencogne
Commune et village (Virieu, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), Valenconi au XIIème siècle, Vallenconis au XIVème siècle, Valanconis et ecclesia Valenconis au XVème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *[fundus] Valenconius, avec le nom d´homme Valenconius.

Valency
Quartier de la ville de Lausanne (Vaud), peut-être d´un primitif *Valentiacum, nom de domaine d´origine gallo-romaine dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Valentius.

Valensanaz
Hameau de la commune de Quart (Vallée d´Aoste), par féminisation patoise d´un patronyme Valensan.

Valentin, Valentines
Patronyme Valentin, prénom issu du latin Valentinus, lui-même dérivé de valens, « fort, robuste, vigoureux, puissant ».
Le Valentin, domaine (Yverdon-les-Bains, district d´Yverdon, Vaud).
Par féminisation :
La Valentine, cours d´eau affluent du Giffre (Samoëns et Verchaix, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Valentines, maisons isolées (Bex, district d´Aigle, Vaud).


Valère, Valerod, Valey, Valeyre, Valeyres-sous-Montagny,
Valeyres-sous-Rances, Valeyres-sous-Ursins, Valleiry
Dérivés du gentilice Valerius ou de sa forme primitive Valesius.
Du nom de domaine Villa[s] Valeria[s], avec l´adjectif féminin Valeria, issu de Valerius [Jaccard] :
Valère, anciennement Valeria, colline (Sion, Valais) ;
Valeyre, hameau (Villeneuve, district d´Aigle, Vaud) ;
Valeyres-sous-Montagny, de Valeres en 1184, commune et village (District d´Yverdon, Vaud) ;
Valeyres-sous-Rances, Valieres en 1272, Vallieres en 1485, commune et village (District d´Orbe, Vaud) ;
Valeyres-sous-Ursins, commune et village (District d´Yverdon, Vaud).

D´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Valleriacum, dérivé avec le suffixe -acum du nom de Vallerius Caïus, fils de Titus, tribun militaire romain de la seconde légion qui avait édifié une villa romaine dans la région :
Valleiry, villa Valeriacum et Valerium au XIIIème siècle, Valeyrier en 1245, Cura de Valeyrie vers 1344, commune et village du Genevois (Arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie).

Avec le suffixe valdôtain -od :
Valerod, hameau (Pontey, vallée d´Aoste).

De la forme primitive Valesius :
Villa du Vieux Valey, maisons isolées, du nom de la montagne voisine Montem Valesium en 1116, Mont-Valeys en 1911, et Bief du Valey, cours d´eau affluent de la Doye de Condamine, traversé par le Pont de Valey.


Valezan
Noms dérivés d´un adjectif comme val[l]esianus, du latin vallis, « vallée ».
Valezan, Mont-Valezan-sur-Bellentre jusqu´au XIXème siècle, commune et village de la Tarentaise (Aime, arrondissement d´Albertville, Savoie) ;
Mont Valezan ou Mont Valaisan, 2881m, à la frontière franco-italienne (Haute-Tarentaise, Savoie, et vallée d´Aoste).
Voir aussi Montvalezan.


Valezard
Lieu-dit de la commune de Gollion, (District de Cossonay, Vaud), vallon où coule l´Ouffema, peut-être un diminutif ou un dépréciatif de Val.

Valfroide, Val Froide, Vofrède
Val froid, vallée froide, voir Val et Froide.
Valfroide, Vallis Frigida au XIVème siècle, Valfrede au XVIIIème siècle, lieu-dit (Burcin et Colombe, Bièvre, Isère) ;
La Valfroide, défilé (Apprieu, Bièvre, Isère) ;
Habert de Val Froide, ruines d´alpage (Saint-Pierre-d´Entremont, Chartreuse, Savoie) ;
Val Froide, vallée parcourue par le Torrent de Val Froide, et Le Fond de Val Froide, lieu-dit en montagne (Saint-Jean-d´Arves, Arvan, Savoie).
Nom probablement composé de Vâ et Fraide :
Col de Vofrède, 3130m, Glacier de Vofrède, Torrent de Vofrède, (Valtournenche. vallée d´Aoste).


Valgrisenche, Val Grisenche
Valgrisenche, commune et village du Val Grisenche, vallée latérale de la vallée d´Aoste parcourue par la Doire de Valgrisenche, nom composé de Val et d´un dérivé avec le suffixe -enche d´un anthroponyme germanique *Griso ou d´un gentilice Gratius.

Valjouffrey
Commune et village du Valbonnais (Valbonnais, arrondissement de Grenoble, Isère), Vallis Josfredi au XIème siècle, parrochia de Valle Joufredi et Valgaufre au XIIIème siècle, du latin vallis, avec l´anthroponyme germanique Gausfred, Gausfrid devenu Joffred, Josfred, camarade ou vassal de Gaudemar, dernier roi burgonde.

Vallamand
Commune et village vaudois du district d´Avenches, Ualamant en 1246, Valaman en 1668, de Val et d´un anthroponyme probablement dérivé des noms de saints Amandus ou Amantius.

Vallard
Quartier de la commune de Gaillard (Annemasse, Haute-Savoie), probablement un patronyme Vallard, du latin valens, « qui a de la force, du courage, vaillant, robuste ».

Vallepiana
Pointe Vallepiana, 3124m, sommet de la commune d´Oyace (Vallée d´Aoste), « vallée plane ».

Vallis Canina
Ancien lieu-dit de la commune de Corcelles (Brénod, Haut-Bugey, Ain), In valle Canina en 1137, in Valle Canina en 1290, nom latin Vallis Canina, « vallée canine ».

Valloire, Valloirette
Valloire, commune et village de la Maurienne (Saint-Michel-de-Maurienne, arrondissement de Saint-Jean-de-MaurienneSavoie), anciennement Valloyre, Valloires, « vallée dorée », de l´ancien français orie, « doré », nom latin valle aurea ;
Valloirette, cours d´eau affluent de l´Arc qui traverse Valloire.

Vallombreuse
Quartier de la ville de Lausanne (Vaud), « vallée ombragée ». Cf. l´Abbaye de Vallombreuse, en Toscane, nom latin Vallis Umbrosae.

Vallorbe
Commune et village vaudois du district d´Orbe, de valle urbanensi en 1139, ecclesia de Valle OErbe en 1148, prioratus de Valorbes en 1228, Valorbe en 1837, « la vallée de l´Orbe ».

Vallorcine, Valorse, Vausseresse
Vallée des ours, avec Val et un dérivé du latin ursus, « ours ».
Vallorcine, Vallis Ursine en 1264, anciennement Vallorcines, commune et village de la vallée de l´Eau Noire (Chamonix-Mont-Blanc, arrondissement de Bonneville, Haute-Savoie) ;
Valorse, vallon en forêt, Bois de Valorse, forêt, nom monté au Col de Valorse, 1079m (Ruffieu, Valromey, Ain).
Avec *orseresse, variante d´Orsière :
La Vausseresse, lieu-dit, Valorseressy en 1276, Hausseresse en 1906 (Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) [Jaccard].


Valmartin
Hameau de la commune de Valtournenche (Vallée d´Aoste), nom composé de Val et du patronyme Martin.

Valmeanaz
Hameau de la commune de Saint-Marcel (Vallée d´Aoste), nom composé de Val et de Méanaz.

Valmeriana
Alpage de la commune de Pontey (Vallée d´Aoste), nom composé de Val et d´un terme apparenté à Mérine, « pâturage partiellement boisé », nom monté au Col Valmeriana, 2282m (Champdepraz et Pontey, vallée d´Aoste).

Valmignana
Hameau de la commune de Saint-Vincent (Vallée d´Aoste), Valminianaz sur la Carte Nationale, nom composé de Val et de l´ancien nom du vallon où il se trouve, Magnana sur d´anciennes cartes, peut-être du latin médiéval magnanus, « forgeron ».

Valmont
Lieu-dit de Territet, commune de Montreux (District de Vevey, Vaud), composé de Val et de Mont.

Vâloin
Fermes isolées et chapelle de la commune de Buix, district de Porrentruy (Jura), patois jurassien vâ, « val », et peut-être un suffixe signifiant « long ».

Valpelline
Village, commune et vallée latérale de la Vallée d´Aoste, nom dérivé de vallis poenina ou vallis pennina, terme qui désignait toute la vallée d´Aoste, nom devenu Vallis Pellina, puis Valpelline. Voir Alpes Pennines. Nom monté à le Tête de Valpelline, 3799m et au Col de Valpelline, 3562m (Arolla, Evolène, district d´Hérens, Valais et Bionaz, vallée d´Aoste).

Valraisson
Le Valraisson, hameau de la commune de Coligny (Bresse, Ain), Le Val-Reson en 1844, Le Val-Raison en 1894, peut-être de Val et Raisse.

Valromey
Le Valromey, vallée de l´extremité sud du Jura, dans le Bugey (Ain) Terra que dicitur Verrumensi et in pago Verruinensi, lire in pago Verrumensi en 1110, Veromensi en 1142, Verrometum en 1169, in Valromesio aut Valle Romana en 1222, Verrumeis en 1236, Veromesium en 1294, Verromesium en 1341, Varromesium en 1342, Veromeys en 1563, Valromey en 1582. L´interprétation de ce toponyme comme issu de **Vallis Romana, « Vallée romaine » est fantaisiste. Le nom primitif *Verromensis est probablement issu d´un patronyme, cf. les noms de personne attestés M. Verromeis en 1282, Johanneis Verromeys en 1344 [Philipon].

Valsainte, Val Sainte
La Valsainte, couvent de Chartreux de la commune de Cerniat, district de la Gruyère (Fribourg), fondé en 1295, du latin Vallis Sancta, « vallée sainte », nom originel Vallis sanctorum omnium, « Val de tous les Saints » ;
Val Sainte, maison isolée (Quart, vallée d´Aoste).

Valsavarenche, Val Savarenche
Valsavarenche, commune du Val Savarenche, vallée latérale de la vallée d´Aoste, Vallis Savarenchie au Moyen Age, nom composé de Val et d´un dérivé avec le suffixe -enche du nom du torrent Savara qui coule dans cette vallée.

Valserine
Vallée et cours d´eau affluent du Rhône (Haut-Bugey, Ain), Vaucerine en 1607, Vauserine en 1650, composé de Val et de Serine.

Valservière
Alpage de la commune de Quart (Vallée d´Aoste), composé de Val, et d´un terme comme Serve, avec le suffixe collectif -ière.

Valsorey
Vallée de la commune de Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont (Valais), pourrait venir du latin vallem superatam, « vallée d´en haut » [Guex], et Le Valsorey, pâturage, et Torrent de Valsorey, affluent de la Dranse d´Entremont, nom monté au Combin de Valsorey, sommet du Massif des Combins, 4184m, entre les communes de Bagnes et Bourg-Saint-Pierre, aux Aiguilles de Valsorey, 3353m, au Col de Valsorey, 3108m et au Glacier de Valsorey (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais, et Val d´Ollomont, vallée d´Aoste).

Valtournenche
Commune, village et vallée latérale de la vallée d´Aoste, Valtournanche jusqu´en 1976, voir Tournanche. Nom monté au Glacier de Valtournenche ou Glacier de Valtournanche.

Vambois
Lieu-dit en forêt de la commune de Saules (District de Moutier, Jura bernois), probablement issu de Bambois par bêtacisme.

Vanchy
Village et ancienne commune (Bellegarde-sur-Valserine, Michaille, Ain), Avanchie, De Avanchiaco et Avanchier en 1460, Avanchy en 1553, Vanchy au XVIIIème siècle, dérivé de Avanchy par aphérèse.

Vandeins
Village et commune de la Bresse (Viriat, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), Ecclesia de Wandens en 1149-1156, Vandens en 1299-1369, Vandains en 1536, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Waningos, « chez les Wandingi », dérivé du nom propre Wando, du germanique *vanda, « changeant » [Perrenot].

Vandoeuvres
Commune et village du canton de Genève, Vandovre en 1225, Vendovres en 1280, Vendouvres en 1295, Vandeuvre sur la Carte de Cassini, probablement de *Vindo-briga, « citadelle blanche » ou « mont blanc », du gaulois vindos, « blanc », avec le suffixe -euvre dérivant du gaulois briga.

Vannans
Hameau de la commune de Saint-Didier-sur-Chalaronne, Vanens au XIVème siècle, Vaneins au XVème siècle, Vanans au XVIIIème siècle, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Wâningos, « chez les Waningi », dérivé du nom propre Wano hypocoristique de Wanaharius, « le guerrier qui espère », germanique *vênian, « espérer », et *harja, « guerrier » [Perrenot].

Vanne, Vannées, Vannet, Vonnes
Du gothique vinja, germanique *venjô, « pâturage », ancien haut allemand winne.
La Vanne (Les Bois, district des Franches-Montagnes, Jura).
Avec le suffixe collectif -ée :
Les Vannées, hameau (Veigy-Foncenex, Bas-Chablais, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif -et :
Vannet, lieu-dit en terrain plat (Bonfol, district de Porrentruy, Jura).

Peut-être de même origine :
Vonnes, hameau (Châtel, Val d´Abondance, Haute-Savoie).

Voir aussi Tavannes.


Vannecy
Hameau de la commune de Desingy (Genevois, Haute-Savoie), Vanissie en 1295, puis Vannessier, Vanissiez, et Vanessy au XIXème siècle d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine.

Vanniers
Les Vanniers, hameau de la commune de Chavannes-sur-Reyssouze (Bresse, Ain), patronyme Vannier, nom de métier, « celui qui fabrique des paniers pour vanner le grain ; vanneur ».

Vanzy
Commune et village de la Semine (Frangy, arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie), Cura de Vanzier vers 1344, Vonzy au XIXème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine.

Varacieux, Varces
Noms dérivés d´un anthroponyme germanique Varacius ou Veracius.
Varacieux, Vairasierus et ecclesia de Vairaciaco au XIème siècle, Veraceu au XIIème siècle, ecclesia Varaceni au XVème siècle, commune et village du Sud du Grésivaudan (Vinay, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Varces, ecclesia Varsea au XIème siècle, Varx au XIIème siècle, village, commune jusqu´en 1955, chef-lieu de la commune du Pays grenoblois de Varces-Allières-et-Risset (Vif, arrondissement de Grenoble, Isère).

Varaille, Vareille, Vareilles, Varoille
Pourraient dériver du bas latin varalia, « lieu clôturé », du latin barra, « barrière », mais c´est plus probablement une variante par rhotacisme de valeille, diminutif de vallis avec le suffixe -eille.
Varaille, lieu-dit de la commune de Bonfol, et autre lieu-dit de la commune de Damphrieux, district de Porrentruy (Jura), l´un des deux à l´emplacement de Vareroille, l´un de quatre villages qui furent détruits et dont les habitants ont fondé Bonfol, un autre de ces villages étant Troncheré [Prongué] ;
Vareille, Via de Varellies en 1344, de Varelliis en 1364, En Varillies en 1385, ad Varellies en 1392, Apud Varillias, Verellies et Varillies en 1422, Vareilles en 1536, hameau (Ambérieu-en-Bugey, Bugey, Ain) ;
Sur Vareille, lieu-dit (Villereversure, Revermont, Ain) ;
Vareille, hameau, et Pont de Vareille, sur l´Ebron (Lalley, Trièves, Isère) ;
Chemin de Vareille (Venthône, district de Sierre, Valais) ;
Les Vareilles, lieu-dit (Cornillon-en-Trièves, Trièves, Isère) ;
Varoille, lieu-dit (Grandfontaine, district de Porrentruy, Jura).

Varais, Varax
D´un ethnonyme Warasci, « Varaches », nom d´une tribu burgonde, Varasci en 618, qui a laissé son nom au pagus Varascus dans la région de Besançon, in comitatu Warasco en 914, in pago Vuarascum en 943.
Varais, lieu-dit (Beurnevésin, district de Porrentruy, Jura) ;
Varax, Varasc en 1248, Varas en 1270, Feodum de Varax en 1285, hameau, Château de Varax, Castrum et villa de Varas en 1393, Moulin de Varax, maison isolée, et Etang de Varax (Saint-Paul-de-Varax, Dombes, Ain) ;
Grand Varax, Varaz en 1911, lieu-dit (Marboz, Bresse, Ain).

Varambon, Varambonnay, Varambonnières
Soit du gaulois wabero, « ruisseau », voir Vaivre, soit du vieux français warenne, « garenne », ou d´un patronyme comme Varembert, à rapprocher de Vouarembert, ou encore d´un anthroponyme germanique *Barambon, francisation de Bärenbaum, « arbre des ours » [Montandon].
Varambon, Varambonem en 1213, Ecclesia de Varambon vers 1250, Varanbon vers 1341, Varembon en 1354-1355, Locus Varembonis en 1450, commune et village de la Bresse (Pont-d´Ain, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
Varambon, Varembon sur la Carte de Cassini, puis Verambon, hameau (Chevroux, Bresse, Ain) ;
Varambon, lieu-dit en forêt (Lancrans, Pays de Gex, Ain), et Chalet de Varambon, maison isolée en clairière voisine, près du Grand Crêt d´Eau (Confort, Pays de Gex, Ain).
Avec le suffixe collectif -ay :
Varambonnay, maison isolée (Relevant, Dombes, Ain).

Dérivé du patronyme Varambon avec le suffixe de propriété -ière :
Les Varambonnières, La Varambonnière en 1911, lieu-dit (Ambronay, Bugey, Ain).

Voir aussi Varembé.


Varan, Varapet, Varappe, Varappes, Varêpe,
Varoppes, Véran, Vorêpe, Voreppe
Falaise, endroit escarpé, montagne escarpée. D´une racine gauloise *var-, « escarpement ».
Chalets de Varan, alpage, nom monté à l´Aiguille de Varan, sommet, 2544m (Grand Massif, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Varappe, alpage (Ugine, Val d´Arly, Savoie) ;
Aiguille de la Varappe, dans les Aiguilles Dorées, 3519m (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, et Trient, district de Martigny, Valais) ;
Les Varappes, lieu-dit du Salève (Collonges-sous-Salève, Genevois, Haute-Savoie) ;
Varêpe, Varepus en 1438, Varépe sur la Carte de Cassini, Vareppe en 1887, hameau (Groslée, Bugey, Ain) ;
Les Varoppes, forêt déclive (Montmin, Bornes, Haute-Savoie) ;
Montagne de Véran, pâturage, nom monté à l´Aup de Véran, sommet, 2437m (Grand Massif, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Vorêpe, A rupe de Voraypo en 1308, localité disparue (Saint-Benoît, Bugey, Ain) ;
Voreppe, commune et village du Pays voironnais (Voiron, arrondissement de Grenoble, Isère), Vorapium au XIème siècle, Vorappia au XIIème siècle, Voralpium au XIIIème siècle, Vorappium au XIVème siècle, Voraypium et Vorape au XVème siècle, puis Vorappe, Vorappi ; les formes Vorago Alpium, Voragina Alpium, du latin vorago, « tourbillon (d´eau), gouffre », « est de pure invention et ne repose sur aucun document. Le premier qui propose cette explication au XVIIe siècle se nomme Guy Allard (historien du Dauphiné) » [P.Girard, Président de l´association du patrimoine de Voreppe, qui précise : « L´origine du nom de la commune de Voreppe est la même que Varappe c´est-à-dire rochers, falaises, la racine préceltique Vor- est associée à Eppe qui a tout d´abord désigné les marais, puis l´eau » (in litt)].
Avec le suffixe diminutif -et :
Varapet, lieu-dit (Mont Pécloz, Ecole, Bauges, Savoie).


Varandin
Varandin, hameau de la commune de Courtedoux, district de Porrentruy (Jura), Vaulrandin en 1326, et Bois de Varandin. Selon Perrenot c´est un nom d´origine burgonde *Vallis Randini ou Randuini, du nom propre Randevin, du burgonde *rands, « bouclier », et germanique *veni, « ami ».

Varda, Vardant, Vardat, Vardaz, Varde,
Vardette, Vardettes, Voirde, Vouarda, Vouardaz,
Vouarde, Vuardaz, Vuarde, Vuardèle, Vuardens,
Vuardes, Vuerda
Mots patois issus du germanique *vardô, « endroit d´où l´on peut surveiller les environs ». Selon Boyer, du patois varda, « lieu mal exposé, qui ne reçoit que peu de soleil », et selon Pégorier, mots régionaux vardaz, varde, vuarde, « lieu mal exposé, sans soleil »,
La Varda, lieu-dit (Val Ferret, vallée d´Aoste) ;
Vardant, maisons isolées (Collonges, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Vardat, lieu-dit (Beurnevésin, district de Porrentruy, Jura) ;
Vardaz ou Varda, alpage (Val Ferret, vallée d´Aoste) ;
Vardaz, alpage (Ayas, vallée d´Aoste) ;
La Varde, lieu-dit, petite colline (Annecy-le-Vieux, Haute-Savoie) ;
La Voirde, incertain, peut-être une cacographie (Bévilard, district de Moutier, Jura bernois) ;
La Vouarda, hameau (Saxon, district de Martigny, Valais) ;
Bella Vouarda, lieu-dit (Ayer et Saint-Luc, Val d´Anniviers, Valais) ;
La Vouardaz, lieu-dit en forêt (Châtillon-sur-Cluses, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Pointe de la Vouardaz, autre nom de la Pointe de Platé, 2554m (Grand Massif, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Vouarde, hameau (Mayens-de-Riddes, Riddes, district de Martigny, Valais) ;
La Vuardaz, maisons isolées (Châtillon, district de la Broye, Fribourg) ;
La Vuardèle, maison isolée (Rances, district d´Orbe, Vaud) ;
Vuardens, peut-être un nom d´origine burgonde, lieu-dit (Lussy-sur-Morges, district de Morges, Vaud) ;
La Vuarde, forêt déclive (Magland, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Vuardes, hameau (Pers-Jussy, Genevois, Haute-Savoie) ;
Chalet des Vuardes, maison isolée en clairière (Massif des Aravis, Nancy-sur-Cluses, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Vuerda, colline (Hauterive, district de la Sarine, Fribourg).
Diminutifs avec le suffixe -ette :
La Vardette ou La Vuardette, sommet, 2463m (Liddes, district d´Entremont, Valais) ;
Aux Vardettes, alpage (Bonneval-sur-Arc, Haute-Maurienne, Savoie).

Voir aussi Bellavarde, Bonvard, Garde, Invuardes, Ouarda, Regard, Vuache.


Vare
Ce mot signifierait « marmotte », patois vare, varie [Guex].
La Vare, anciennement aussi L´Avare, La Varaz et La Varraz, alpage (Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
Tête de Vare, sommet, 2769m (Combe de l´A, Liddes, district d´Entremont, Valais).
Voir aussi Lavari.


Varembé
Quartier de la ville de Genève, Varambé et Varembert en 1861, du nom d´une famille Varembert, à rapprocher de Vouarembert.

Varenne, Varennes, Varonne, Varonnes, Voiranches,
Voirande, Voirandes, Voirannes, Voirnet, Voirnets,
Vuarché, Vuarchets, Vuarenchet, Vuarene, Vuarennes,
Vuarran
Vieux français warenne, ancien occitan garenna, bas latin warenna, qui désigne un terrain de chasse réservé au seigneur ou une région inhabitée, inculte, une terre pauvre occupée par les bois ; depuis le XIIème siècle, c´est une mauvaise terre, couverte de broussailles où vivent les lapins sauvages. Du celtique var, « rocaille », ou prélatin *vara, « délaissé par l´eau », avec possible influence du francique *wardôn.
La Varenne, Subtus la Varina en 1439, hameau (Arbigny, Bresse, Ain) ;
Les Varennes, lieu-dit (Vernoux, Bresse, Ain) ;
Basses Varennes et Hautes Varennes, De Varennis en 1379, Varenes en 1536, hameaux (Saint-Jean-sur-Reyssouze, Bresse, Ain) ;
Bois des Varennes, petite forêt (Miribel, Dombes, Ain) ;
Longes Varennes, petite forêt (Arbigny, Bresse, Ain) ;
Les Terres Varennes, lieu-dit (Pirajoux, Bresse, Ain) ;
Varonne, Varona en langue romane, alémanisé en Varen au XVème siècle, commune et village (District de Loèche, Valais) ;
Les Varonnes, lieu-dit (Bévilard, district de Moutier, Jura bernois) ;
Bois des Voiranches, forêt (Veigy-Foncenex, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
La Voirande, forêt (Montignez, district de Porrentruy, Jura) ;
Les Voirandes, lieu-dit (Lugnez, district de Porrentruy, Jura) ;
Voirannes, Varannes en 1231, lieu-dit (Develier, district de Delémont, Jura) ;
Le Vuarché, hameau (Publier, Chablais, Haute-Savoie) ;
La Vuarene, lieu-dit (Lignerolle, district d´Orbe, Vaud) ;
Vuarennes, es Varennies en 1226, hameau (Granges-près-Marnand, district de Payerne, Vaud) ;
Vuarennes, quartier (Montreux, district de Vevey, Vaud) ;
Vuarran, lieu-dit (Dombresson, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel).
Diminutifs avec le suffixe -et :
Voirnet, lieu-dit (Delémont, Jura) ;
Les Voirnets, lieu-dit (Bassecourt, district de Delémont, Jura) ;
Les Vuarchets, lieu-dit en forêt (Margencel, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Vuarenchet, lieu-dit (La Chaux, district de Cossonay, Vaud).

Voir aussi Garenne.


Varey, Varice, Varisses, Varoche, Varochet,
Varosses, Vérard, Verasse, Vérau, Veraye,
Véraz, Véré, Véreilla, Vérel, Véret,
Véroce, Verollien, Vérolliez, Vérollis, Vérons,
Vérossaz, Vérossier, Vérouet, Véroz, Verra,
Verrais, Verrats, Verraux, Verray, Verrayes,
Verret, Verreu, Verrey, Verreyres, Véry,
Voraire, Vorassay, Vorasset, Vorassey, Voray,
Vorays, Voré, Vorès, Voret, Vorets,
Vorraz, Vorres, Vorret
Patois savoyard vorê, varoche, varosse, verosse, « aune de montagne » (alnus incana) [Viret]. Les noms en Ver[r]- se rapportant à des lieux situés en plaine peuvent aussi dériver de verne avec assimilation de rn en r[r].
La Varoche, maisons isolées (Praz-sur-Arly, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Varosses, hameau (Montsapey, Basse-Maurienne, Savoie) ;
Bois de Varice, Varisse en 1911, au-dessus de Varey (Saint-Jean-le-Vieux, Haut-Bugey, Ain) ;
Les Varisses, lieu-dit (Bourg-Saint-Christophe, Bresse, Ain).
Mot régional véroce, « aulne vert » [Pégorier] :
Véroce, hameau (Saint-Gervais-les-Bains, Val Montjoie, Haute-Savoie).

Dérivé avec le suffixe collectif -et :
Pointe du Varochet, 1854m, nom sans doute monté (Sallanches, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Autres formes patoises :
Vérau, hameau (Troistorrents, district de Monthey, Valais) ;
Vérel, Verellum en 1488, commune et village (Saint-Alban-Leysse, Bauges, Savoie) ;
Vérel, Verello en 1031-1032, hameau (Talloires, Bornes, Haute-Savoie) ;
Pré Vérel, alpage (Montmin, Bornes, Haute-Savoie) ;
Les Verraux et Vallon des Verraux, lieux-dits (Les Avants, Montreux, district de Vevey, Vaud) ;
Les Vorres, maisons isolées (Châtel, Val d´Abondance, Haute-Savoie).

Dérivés avec les suffixes collectifs -ais, -ay, -et, -ey, -y :
Varey, maison isolée en clairière (Saint-Nicolas-la-Chapelle, Val d´Arly, Savoie) ;
Varey, De Vareyo en 1157, Silvula eminens Vareiaco en 1169, Varei en 1176, Ecclesia de Varey en 1191, De Vareio en 1199, Varey en 1209, de Vareto en 1338, Varay en 1441, hameau, et Château de Varey, Castrum Varesii en 1273, Castrum Vareysii en 1327 (Saint-Jean-le-Vieux, Haut-Bugey, Ain) ;
Le Mont de Varey, alpage (L´Abergement-de-Varey, Bugey, Ain) ;
Les Vareys, faubourg de Bourg-en-Bresse (Viriat, Bresse, Ain) ;
Croix des Vareys, croix à un carrefour (Ramasse, Revermont, Ain) ;
La Veraye, Verey en 1402, cours d´eau affluent du Léman (Veytaux, district de Vevey, Vaud) ;
Vérolliez ou rarement Vérolliey, ce dernier nom attesté en 1290, hameau, lieu supposé du massacre de la Légion Thébaine (Saint-Maurice, Valais) ;
Vérouet, pâturage (Conthey, Valais) ;
Les Verrats, pourrait aussi venir de verrat, « porc mâle reproducteur », ancien français ver, « sanglier, porc mâle », latin verres, « porc, verrat », maison isolée (Cernier, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Verray, lieu-dit (Prévonloup, district de Moudon, Vaud) ;
Verrayes, commune et village (Vallée d´Aoste) ;
Verret, lieu-dit (Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais) ;
Verrey, Vernetum en 1214, hameau (Nendaz, district de Conthey, Valais) ;
Véry, pâturage, Chalet de Véry, alpage, nom monté au Col de Véry, 1962m (Praz-sur-Arly, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Voray, alpage (Cordon, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Vorays, alpage (La Giettaz, Val d´Arly, Savoie) ;
Le Plan Vorret, ruines (Beaufort-sur-Doron, Beaufortain, Savoie).

Mots régionaux vorasset, vorassier, « lieu où il y a des aunes » [Pégorier] :
Les Abrupts de Vorassay, lieu-dit déclive, et Mont Vorassay, 2299m (Bionnassay, Saint-Gervais-les-Bains, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Le Vorasset, alpage (Megève, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Vorassey, alpage (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie).

Pourrait aussi être le patronyme Véret :
Véret, alpage (Praz-sur-Arly, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Combe de Véret, lieu-dit, Pointe de Véret, 2122m, et
Char Véret, épaule (La Giettaz, Val d´Arly, Savoie) ; Tête de Véret, 2309m (Flaine, Grand Massif, Faucigny, Haute-Savoie).

Avec les suffixes collectifs patois -az, -i :
Véraz, lieu-dit (Aclens, district de Morges, Vaud) ;
Véraz, alpage, Pian de Véraz, lieu-dit, Torrent de Véraz, dans le Val de Véraz, nom monté au Mont de Véraz, 3129m, et aux Grand Glacier de Véraz et Petit Glacier de Véraz (Ayas, vallée d´Aoste) ;
Véré, lieu-dit au bord du Rhône (Russin, Genève) ;
La Véreilla, forêt déclive (Lens, district de Sierre, Valais) ;
Les Vérollis, lieu-dit (Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Vérossaz, Veraussa vers 1190, Verauca en 1240, Veraze en 1338, Veraucza en 1343, Véraussa en 1408, Veroussa en 1609, Voraussa en 1626, Verossa en 1710, Verossaz en 1802, Vérosse en 1820, commune et village (District de Saint-Maurice, Valais) ;
Véroz, Veraux vers 1720, lieu-dit (Troistorrents, district de Monthey, Valais) ;
Verra, alpage (Rougemont, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Col de Voré, 1918m (Les Diablerets, Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
Au Vorès, alpage, nom monté au Mont de Vorès, 2067m (Praz-sur-Arly, Haut-Faucigny, Haute-Savoie, Notre-Dame-de-Bellecombe et Hauteluce, Beaufortain, Savoie) ;
Le Voret lieu-dit avec broussailles (La Clusaz, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Chalet des Vorets, alpage, nom monté au Col des Vorets, 1739m (Les Clefs, Bornes, Haute-Savoie) ;
La Vorraz, hameau (Châtel, Val d´Abondance, Haute-Savoie).

Avec les suffixes collectifs -aire, -eyre, -ier :
Vérossier Bas et Vérossier Haut, hameaux (Larringes, Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Verrais forêt (Vuisternens-devant-Romont, district de la Glâne, Fribourg) ;
Les Verraux, forêt (Sâles, district de la Gruyère, Fribourg) ;
La Verreyres, lieu-dit (Ropraz, district d´Oron, Vaud) ;
La Voraire, lieu-dit et cours d´eau affluent de la Broye (Moudon, Vaud).

Avec le suffixe -ard :
Le Vérard, alpage (Vallée des Ardoisières, Morzine, Chablais, Haute-Savoie).

Avec le suffixe péjoratif -asse :
Ruisseau de la Verasse, affluent de la Sarine (Pont-la-Ville, district de la Gruyère, et Treyvaux, district de la Sarine, Fribourg).

Avec le suffixe -ien :
Verollien, pâturage (Lessoc, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg).

Avec le suffixe -on :
Les Vérons, lieu-dit en forêt (Sarreyer, Bagnes, district d´Entremont, Valais).

Avec le suffixe -eu, peut-être du patois savoyard verreu, « verrou » :
Verreu, écrit aussi Verrou, alpage, nom monté à la Dent de Verreu, 1901m (Samoëns et Sixt, Faucigny, Haute-Savoie).

Voir aussi Verrière, Vursia.


Vargne, Vargnes, Vargnoz, Varnec, Varnet,
Vouagnoz, Vouargne, Vuargnay, Vuargnaz, Vuargne,
Vuargnes, Vuargneux, Vuargni, Vuargnoux, Vuargny,
Vuarnaz, Vuarne, Vuarnes, Vuarnet, Vuarnire,
Vuarno
Vargne, vuarne, vuargne : noms communs du sapin blanc, voir le mot régional vargne. Mots régionaux varna, varne, « sapin, buisson » [Pégorier].
La Vargne, alpage (Les Villards-sur-Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
Le Vargne, maison isolée (Marlens, Pays de Faverges, Haute-Savoie) ;
Les Vargnes, hameau (Megève, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Trois Vargnes, maison isolée en clairière (Serraval, Bornes, Haute-Savoie) ;
Sur le Vouargne, forêt déclive (Lavey-Morcles, district d´Aigle, Vaud) ;
Le Vuargne, alpage (Vallon de l´Hongrin, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Creux du Gros Vuargne, lieu-dit en forêt (Monthey, Valais) ;
Tête du Vuargne, petit sommet, 1825m (Verchaix, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Tronc du Vuargne, lieu-dit en forêt (Seytroux, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Les Vuargnes, hameau (Mont-Saxonnex, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Vuarne, alpage (Gingins, district de Nyon, Vaud) ;
Esserts des Vuarnes, lieu-dit (Les Montets, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Vuarnes, Les Vuarno sur la Carte Nationale, lieu-dit, Grands Vuarnes, forêt (Cugy, district d´Echallens, Vaud).
Formes patoises :
Bois du Vargnoz (Seythenex, Bauges, Haute-Savoie) ;
La Vuarnaz, maisons isolées (Autigny, district de la Sarine, Fribourg) ;
Le Vuarno, maisons isolées (Villars-Tiercelin, district d´Echallens, Vaud).

Avec syncope du r :
Vouagnoz, alpage (Savièse, district de Sion, Valais).

Noms collectifs :

Avec les suffixes collectifs -ay, -et, -y :
Le Varnet, lieu-dit (Brenthonne, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
Vuargnay, Vuargnia en 1906, forêt déclive (Vionnaz, district de Monthey, Valais) ;
Vuargny, Vuarnei, Vuarner, Vuarney, Vuarnie et Vuarnier en 1332, maison isolée (Aigle, Vaud) ;
Vuarnet, lieu-dit (Allinges, Bas-Chablais, Haute-Savoie).

Avec les suffixes collectifs -erie :
La Vuarnire, lieu-dit (Saint-Oyens, district d´Aubonne, Vaud).

Avec les suffixes collectifs patois -az, -i :
La Vuargnaz, lieu-dit (Les Diablerets, Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
Le Vuargni, alpage (Les Gets, Faucigny, Haute-Savoie).

Avec les suffixes -eux, -oux :
Le Vuargneux, forêt déclive (Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Haut des Vuargnoux, colline (Misery-Courtion, district du Lac, Fribourg).

Avec le suffixe collectif patois valaisan -ec :
Creux du Varnec, lieu-dit (Saint-Jean, Val d´Anniviers, Valais).


Varieu, Varu
Pourraient être un composé du patois jurassien vâ, « val », et de Rieu, Ru, « ruisseau » [Prongué].
Le Varieu, maisons isolées en clairière, Source du Varieu, captée, Combe du Varieu et Cras du Varieu, lieux-dits (Courchavon, district de Porrentruy, Jura) ;
Combe de Varu, lieu-dit (Chevenez, district de Porrentruy, Jura).

Varna, Varnay, Vergnaule, Vergne, Verna,
Vernaie, Vernais, Vernard, Vernas, Vernasses,
Vernat, Vernau, Vernaugy, Vernaules, Vernaux,
Vernaxe, Vernay, Vernayaz, Vernaye, Vernayes,
Vernays, Vernaz, Verne, Verneaux, Vernéaz,
Vernec, Vernée, Verneil, Vernelet, Vernenche,
Verneret, Vernes, Vernessy, Vernets, Vernette,
Vernettes, Verneuil, Vernex, Verney, Verneyre,
Verneys, Verniaz, Vernie, Vernier, Verniez,
Vernioz, Vernod, Vernois, Vernosse, Vernouse,
Vernoux, Vernouze, Vernozan, Verny, Vernys
Verne, vergne, nom local de l´aulne glutineux (Alnus glutinosa), voir le mot régional verne.
Ancien français vergne, verne, « aulne » :
La Varna, Vernaz en 1847, Varna en 1887, La Varnaz en 1911, hameau (Curciat-Dongalon, Bresse, Ain) ;
Pra Varnay, quartier (La Motte-Servolex, Chambéry, Savoie) ;
La Vergne, lieu-dit (Vuarrens, district d´Echallens, Vaud) ;
La Verne, maison isolée (Sorens, district de la Gruyère, Fribourg) ;
La Verne ou La Verna, maisons isolées (Cottens, district de la Sarine, Fribourg) ;
La Verne ou La Vernetta, maison isolée (Ponthaux, district de la Sarine, Fribourg) ;
Bois de Verne (Gaillard, Genevois, Haute-Savoie) ;
Les Vernes, hameau (Meyrin, Genève) ;
Les Vernes Sauvées, forêt (Bâgé-la-Ville, Bresse, Ain) ;
Les Grandes Vernes, hameau (Domancy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Patois féminin vergna, verna, « aulne » :
Verna, hameau (Rue, district de la Glâne, Fribourg) ;
La Verna ou La Varna, lieu-dit (Prez-vers-Noréaz, district de la Sarine, Fribourg) ;
Vernas, Vernas au XIIIème siècle, commune et village de L´Isle-Crémieu (Crémieu, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère).

Noms collectifs : lieu planté de vernes, vernaie, aulnaie :

Avec les suffixes collectifs -aie, -ais, -ay, -aye, -et, -ette, -ex, -ey, -ez, -ois, -y, ancien français vernaie, verney, vernoi, vernoie, vernoy, vernoye, « lieu planté de vernes, d´aulnes », bas latin vernetum, féminin verneta ; mot régional vernay, « lieu planté d´aulnes et généralement très humide » [Pégorier] :
La Vernaie, maison isolée (Marly, district de la Sarine, Fribourg) ;
Les Vernais, lieu-dit (Douvaine, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Vernay, nouvelle commune fribourgeoise du district de la Broye, qui regroupe les anciennes communes d´Autavaux, de Forel et de Montbrelloz ;
Vernay, maison isolée, et Grand Vernay, lieu-dit, Les Verneys en 1757, Les Vernays en 1911 (Cruzilles-lès-Mépillat, Bresse, Ain) ;
Grand Vernay, hameau, et Petit Vernay, Le max des petitz Verneys en 1559, maisons isolées, de Verneto en 1416, Des Verneys en 1443, Verney en 1492, Les Vernays en 1847 (Polliat, Bresse, Ain) ;
Le Vernay, Verney en 1484, ancienne commune, maintenant un hameau de la commune de Bursins (District de Rolle, Vaud) ;
Le Vernay, De Verneto en 1096-1124, Verney en 1439, hameau (Gorrevod, Bresse, Ain) ;
Vernayaz, Verneye en 1279, Verneyaz en 1417, avec la forme patoise -ayaz, commune et village (District de Saint-Maurice, Valais) ;
La Vernaye, Verneya en 1416, hameau (Lescheroux, Bresse, Ain) ;
La Vernaye, lieu-dit (Cortébert, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Vernaye, maison isolée, Etang des Grandes Vernayes et Etang des Petites Vernayes, peut-être Vernage en 1911 (Joyeux, Bresse, Ain) ;
Les Vernays, hameau et bois au bord du Giffre, et Ruisseau des Vernays, affluent du Giffre (La Rivière-Enverse et Taninges, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Vernessy, ruines (Chevenoz, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Les Vernets, in prato Varner en 1266, Les Vernaies en 1890, aussi Les Vernes au XIXème siècle, quartier sur la rive gauche de l´Arve (Genève) ;
La Vernette, ou par féminisation d´un patronyme Vernet (Estavannens, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Vernettes, forêt (Essertines-sur-Yverdon, district d´Echallens, Vaud) ;
Les Vernettes, cours d´eau affluent de la Mentue (District d´Yverdon, Vaud) ;
Le Vernex, hameau (Auboranges, district de la Glâne, Fribourg) ;
Les Vernex, lieu-dit (Autigny, district de la Sarine, Fribourg) ;
Le Verney, peut aussi être un patronyme, hameau (Les Montets, district de la Broye, Fribourg) ;
Derrey Verney, lieu-dit (Dompierre, district de la Broye, Fribourg) ;
Le Verney, de Verneys en 1318, lieu-dit (Villette-sur-Ain, Dombes, Ain) ;
Les Verneys, lieu-dit avec habitations (Céligny, Genève) ;
Verniez, lieu-dit (Villorsonnens, district de la Glâne, Fribourg) ;
Le Vernois, lieu-dit (Alle, district de Porrentruy, Jura) ;
Le Verny, lieu-dit (Mur, district d´Avenches, Vaud) ;
Verny, Feodum de Vernier en 1308, lieu-dit (Saint-Jean-de-Gonville, Pays de Gex, Ain) ;
Les Vernys, maisons isolées en clairière (Grône, district de Sierre, Valais).

Avec le suffixe collectif -ier, bas latin vernarium, féminin vernaria :
Le Verneret, hameau (Chavornay, district d´Orbe, Vaud) ;
La Verneyre, lieu-dit (Bretaye, Ollon, district d´Aigle, Vaud) ;
Vernier, Verneyer en 1209, Verneye en 1307, Verny en 1308, commune et village (Genève).

Probablement aussi dérivé de vernarium, l´anthroponyme Vernard ne semblant pas exister en français :
Champ Vernard, hameau près de Mannens (Montagny, district de la Broye, Fribourg) ;
Cul-du-Vernard, lieu-dit (Penthéréaz, district d´Echallens, Vaud).

Avec les suffixes collectifs -az, -é, -ie, -oz :
Le Vernat, peut aussi être un patronyme, maisons isolées (Nuvilly, district de la Broye, Fribourg) ;
Vernaz, hameau, et Bois de Vernaz, petite forêt (Gaillard, Annemasse, Haute-Savoie) ;
La Vernaz, hameau (Les Agettes, district d´Hérens, Valais) ;
La Vernaz, commune et village de la vallée de la Dranse (Le Biot, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie) ;
Col de Vernaz, 1815m, et Pointe de Vernaz, 1993m (La Chapelle-d´Abondance, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Ruisseau de Vernaz, affluent du Foron (Ballaison, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Vernaz, hameau (Saint-Nicolas-la-Chapelle, Val d´Arly, Savoie) ;
Vernéaz, hameau (Vaumarcus, district de Boudry, Neuchâtel) ;
La Vernée, La Verneya et La Vernea vers 1335, hameau (Péronnas, Bresse, Ain) ;
Verniaz, Verna en 979-1046, Vernaz au XIXème siècle, hameau (Margencel, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
La Verniaz, hameau (Neuvecelle, Chablais, Haute-Savoie) ;
La Vernie, lieu-dit (Cottens, district de Cossonay, Vaud) ;
Vernioz, Vernium au IXème siècle, parrochia de Verno au XIIIème siècle, commune et village du Pays viennois (Roussillon, arrondissement de Vienne, Isère).

Avec le suffixe collectif -od, c´est aussi un patronyme très répandu :
Vernod, hameau (Poisy, Annecy, Haute-Savoie).

Avec les suffixes -osse, -ouse, -oux :
Vernosse, rarement Vernoce, hameau (Oyace, vallée d´Aoste) ;
La Vernouse, peut-être es Verneis vers 1325, Les Verneys en 1911, lieu-dit (Feillens, Bresse, Ain) ;
Vernoux, Vernouz en 1272, commune et village de la Bresse (Saint-Trivieux de Courtes, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
La Vernouze, De Vernosa en 1299-1369, Vernossa en 1385, Vernouse en 1555, lieu-dit (Villars-les-Dombes, Dombes, Ain).

Avec le suffixe -an, cas oblique de Vernosa :
Vernozan, Varnosan en 1911, maisons isolées (Versailleux, Dombes, Ain), et Etang de Vernozan, étang voisin (Villars-les-Dombes, Dombes, Ain).

Formes patoises :
Vernaugy ou Vernaugi sur la Carte Nationale, maisons isolées (Poliez-Pittet, district d´Echallens, Vaud).

Avec le suffixe diminutif -au :
Le Vernau, maison isolée (Denezy, district de Moudon, Vaud) ;
La Vernausa, lieu-dit marécageux au bord du lac de Neuchâtel (Forel, Vernay, district de la Broye, Fribourg) ;
Vernaux, hameau (Vuisternens-devant-Romont, district de la Glâne, Fribourg) ;
Verneaux, ancienne seigneurie (Ambutrix, Bugey, Ain) ;
Le Vernelet, lieu-dit (Savagnier, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel).

Avec le suffixe diminutif -aule :
La Vergnaule, hameau (Puidoux, district de Lavaux, Vaud) ;
Vernaules, lieu-dit (Avenches, Vaud).

Avec le suffixe péjoratif -asse :
Les Vernasses, hameau (Icogne, district de Sierre, Valais) ;
La Vernaxe, lieu-dit (Forel, district de la Broye, Fribourg).

Avec les suffixes -eil, euil :
Le Verneil, anciennement Verney, commune et village du Val Gelon (La Rochette, arrondissement de Chambéry, Savoie) ;
Le Verneuil, Vernol en 1096-1120, Vernuel en 1272, lieu-dit (Confrançon, Bresse, Ain).

vec le suffixe -enche :
La Vernenche, habitat dispersé (Châtillens, district d´Oron, Vaud).

Avec le suffixe collectif patois valaisan -ec :
Vernec, maisons isolées (Evolène, district d´Hérens, Valais).

Voir aussi Auverneys, Aviernoz, Lancheverne, Lonvernay, Mauvernay, Sauverny, Vernamiège, Vernand.


Varoche
Lieu-dit de la commune d´Alle, district de Porrentruy (Jura), pourrait venir du patois jurassien vâ rotche, « Vers Roche » [Prongué]. Une forme patoise de « Valroche » ne correspond pas à la topographie du lieu.

Varodes
Les Varodes, alpage de la commune de la Brévine (District du Locle, Neuchâtel), par féminisation d´un patronyme comtois Varod.

Varpaillère
La Varpaillère, lieu-dit déclive de la commune de Saint-Jean-d´Arves (Arvan, Savoie), probablement de même origine que le mot régional du centre de la France varpillère, « broussailles où aiment à se nicher les varpies (vipères) » [Pégorier].

Vars
Hameau de la commune de Desingy (Genevois, Haute-Savoie), nom attesté en 1295.

Vassat
Sous Vassat, hameau de la commune de Corban, district de Delémont (Jura), pourrait signifier « val sec », du patois jurassien vâ, « val », et sat, « sec » [Prongué].

Vassaux
Les Vassaux, hameau de la commune de Founex, district de Nyon (Vaud), probablement d´un patronyme Vassal ou Vassaux, latin médiéval vassalus, du latin vassus, issu du gaulois vassos, « serviteur ».

Vasselet, Vasselles
Patronyme Vasselle, diminutif de vassal, « celui qui relève d´un seigneur dont il tient le fief », en ancien français « vaillant, brave », du latin médiéval vassalus, « vassal », puis « jeune homme noble », d´un adjectif tiré du mot d´origine gauloise vassus, « serviteur » ; ou encore du matronyme Vasselle, de l´ancien français vasselle, « servante ».
Les Vasselles, forêt déclive (Alle et Vendlincourt, district de Porrentruy, Jura).
Avec le suffixe diminutif -et :
Mont Vasselet, lieu-dit en forêt (Boudevilliers, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel).


Vasselin
Commune et village de L´Isle-Crémieu (Morestel, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), Vassiliniacus villa au IXème siècle, capellanus de Vassellin au XIIIème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine dérivé avec le suffixe -acus du nom d´homme romain Vascelinus, le suffixe -acus ayant disparu par le suite [Nègre 1990].

Vasserode
La Vasserode, ferme isolée de la Combe de Mijoux, commune de Gex (Pays de Gex, Ain), par féminisation du nom d´un propriétaire Vasserot, nom attesté dans la région.

Vassin
Quartier de la commune de la Tour-de-Peilz, district de Vevey (Vaud), villa Vacins en 1005, in fine Vaciniacense en 1068, in fine Vacianense en 1236, serait selon Perrenot un nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Wassingos, « chez les Wassingi », dérivé du nom propre Wassis, du germanique *hvassa, « aigu, pointu ; amer ».

Vasson
Sur Vasson, lieu-dit de la commune de Lugnez (District de Porrentruy, Jura), probablement un patronyme.

Vatelin, Vautelin
Composé de Vau, patois jurassien vâ, « val », et d´un patronyme d´origine germanique comme Thélin, cf. Champs Thélin, lieu-dit à Valeyres-sous-Rances (District d´Orbe, Vaud).
Combe Vatelin, lieu-dit (Fontenais, district de Porrentruy, Jura) ;
Vautelin, Vauthelin en 1906, lieu-dit (Suchy, district d´Yverdon, Vaud).

Vatia, Vattaz, Voëtte, Voëttes, Voitats,
Voites, Voua, Vouan, Vouatais, Vouate,
Vouatte, Voué, Vouette, Vua, Vuas,
Vuat, Vuates, Vuattes, Vuaty
1. Ancien mot patois vouatte, qui désignait une prairie gazonnée humide [Bridel], peut-être dérivé du germanique *vatan, vatar, « eau », indo-européen *wodor, « eau ».
Le Voua Bénit, Le Voua de la Motte et Le Voua des Splos, étangs dans une zône de marais (Lyaud, Bas-Chablais, Haute-Savoie).
Peut-être au cas régime :
Vouan, maison isolée (Fillinges, Genevois, Haute-Savoie), Sur Vouan, hameau (Saint-André-de-Boëge, Vallée Verte, Haute-Savoie), nom monté au Mont de Vouan, 960m (Viuz-en-Sallaz, Faucigny, Haute-Savoie).

2. Endroit où l´on voit loin, point de vue, dérivés du verbe patois et ancien français vouaiti, « regarder, guetter » [Jaccard, Bridel], s´il s´agit d´un endroit surélevé. Voir Vouarda.

Les noms suivants répondent à l´une ou l´autre de ces définitions :
La Vatia d´Amont et La Vatia d´Avau, alpages (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
La Vattaz, maisons isolées, peut-être de même origine (La Rippe, district de Nyon, Vaud) ;
Voëtte, hameau (Abondance, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Les Voëttes, Veytes en 1310, aussi Les Voettes en 1906, habitat dispersé (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Chemin des Voitats (Evilard, district de Bienne, Berne) ;
Les Voites, maisons isolées (Courroux, district de Delémont, Jura) ;
Praz Vouatte, hameau (Bremblens, district de Morges, Vaud) ;
Les Vouatais, alpage (Le Bouchet, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Vouate, chalet (Gex, Pays de Gex, Ain) ;
Les Vouattes, lieu-dit (Orbe, Vaud) ;
Sur le Voué, Sur le Voëx en 1906, pâturage, peut-être de même origine (Vaulion, district d´Orbe, Vaud) ;
La Vouette, avec le suffixe diminutif -ette, lieu-dit en forêt (Dorénaz, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Le Vua, champs, lieu-dit (Agiez, district d´Orbe, Vaud) ;
Les Vuas, lieu-dit en forêt (Territet, Montreux, district de Vevey, Vaud) ;
Le Vuat, bois au bord du lac de Morat (Faoug, district d´Avenches, Vaud) ;
Les Vuates, lieu-dit (Crans-près-Céligny, district de Nyon, Vaud) ;
Les Vuattes, quartier (Crassier, district de Nyon, Vaud) ;
Vuaty, aussi Vuatel, hameau (Léchelles, district de la Broye, Fribourg), et Sur Vuaty, lieu-dit (Oleyres, district d´Avenches, Vaud).

Voir aussi Bellouate, Evouettes, Invuettes, Ouat, Ouyatte, Plan-les-Ouates.


Vatilieu
Commune et village du Pays voironnais (Tullins, arrondissement de Grenoble, Isère), ecclesia de Vatilievo au XIème siècle, castrum de Vatiliaco au XIIIème siècle, d´un anthroponyme germanique.

Vatseneires
Les Vatseneires, alpage de la commune de Nendaz, district de Conthey (Valais), patois valaisan vàtse, latin vacca, « vache », voir Vatse, et patois valaisan neire, « noire ».

Vattay
La Vattay, maisons isolées en clairière (Gex, Pays de Gex, Ain), probablement par mécoupure du mot régional l´Avatay, « terre située en aval » [Pégorier].

Vaubaz, Vaube, Vuablay, Vuabley
Du patois vouablla, français régional vouable, latin vulgaire *vitalbula, latin vitis alba, « vigne blanche », nom local de la clématite (Clematis vitalba L).
En Vaubaz, lieu-dit, peut-être d´un ancien bois Vaubloz en 1906 (Bussigny-près-Lausanne, district de Morges, Vaud), et Le Vaube, ou Le Vaubaz et Wuaba en 1278, cours d´eau affluent de la Venoge (Bussigny-près-Lausanne, district de Morges, et Vufflens-la-Ville, district de Cossonay, Vaud).
Avec les suffixes collectifs -ay, -ey :
Le Vuablay, lieu-dit (Cheiry, district de la Broye, Fribourg) ;
Vuabley, forêt (Oulens-sous-Echallens, district d´Echallens, Vaud).


Vaucens
Hameau et forêt de la commune de Bulle, district de la Gruyère (Fribourg), Vualcenges vers 1000, Wocens en 1237, Voucens en 1461, nom d´origine burgonde, dériverait d´un primitif *Walikingos, « chez les Walikingi », issu du nom propre Walika, Waliko [Perrenot], hypocoristiques dérivés du germanique *vala, « champ de bataille ».

Vauche, Vauches, Vauchotte
Emplacement d´un ancien moulin à foulon, mot régional et vieux français vauche, « moulin à fouler le drap », en allemand Walkmühle, de l´ancien haut allemand walkan, « frapper, fouler, rosser », germanique *valka « tourner, rouler ».
La Vauche, hameau (Reconvilier, district de Moutier, Jura bernois) ;
Chemin des Vauches (Porrentruy, Jura) ;
Les Vauches, hameau sur le Doubs (Montjoie-le-Château, Saint-Hippolyte, Doubs).
Avec le suffixe diminutif jurassien -atte :
La Vauchotte, La Vauchatte en 1906, maisons isolées sur le Doubs (Goumois, district des Franches-Montagnes, Jura).


Vaucher, Vauchère, Vuachère
D´un nom propre germanique *Walaharius, « le guerrier du champ de bataille », du germanique *vala, « champ de bataille », et *harja, « guerrier », devenu Walcars, Walcher[ius], puis Vaucher.
Combe Vaucher, lieu-dit (Saint-George, district d´Aubonne, Vaud).
Par féminisation :
La Vauchère, maison isolée (Brot-Plamboz, district du Locle, Neuchâtel) ;
La Vuachère, Valchiere en 1228, hameau (Monnaz, district de Morges, Vaud).
La Vuachère, cours d´eau et quartier de Lausanne, Warcheria en 1223, hospitale Walchieri en 1228, Warcheria en 1232, Warchiri en 1233, Warchieri en 1238, probablement une ancienne *[villa] Walchieria.


Vaucluse
Val fermé, voir Val et Cluse.
Forêt de Vaucluse (Moirans-en-Montagne, arrondissement de Saint-Claude, Jura).

Vaud
1. Pays de Vaud, Waldensis Pagus du VIème au XIème siècle, Comitatum Waldensem en 839, in pago wualdense en 930, in Vaudo en 1270, Patria Vuaudi ou Patria Waudi au XVIème siècle, Waud et Waut aux XVème et XVIème siècles, aussi Vaulx et Vals, nom allemand Waadt. Les noms en Waldensis pourraient se rattacher au bas latin valdus, ancien haut allemand wald, walth, germanique *valþu, « forêt » ; toutefois, les noms plus récents semblent indiquer une dérivation du latin vallis, « vallée ». L´occupation du Pays de Vaud étant antérieure aux invasions germeniques, les spécialistes penchent actuellement pour cette seconde hypothèse. Dans ce cas les formes en Waldensis seraient des remotivations. 2. Champ de Vaud, et un ancien Bois de Vaud, nemus vallis en 1447, « bois de la vallée », lieux-dits de Penthéréaz (District d´Echallens, Vaud), semblent bien dériver du latin vallis, « vallée ». 3. Le Vaud, Vuaz en 1349, commune et village (District de Nyon, Vaud), pourrait aussi signifier « le gué », voir Vuaz. 4. Vaud, village de la commune d´Ollomont (Vallée d´Aoste), ne peut être résolu faute de formes anciennes.

Vaudagne
Hameau des Houches (Vallée de Chamonix, Haute-Savoie), Voudane en 1278, Voudagny en 1285, peut-être à rapprocher de Vaudalle [Boyer].

Vaudalaz, Vaudale, Vaudales, Vaudaliens, Vaudallaz,
Veudale, Veuvales, Vogealette, Vogealle, Vudaletta,
Vudalla, Vudèche
Mot régional vaudalle, « vallon » [Pégorier]. Ces noms sont des diminutifs de « vallée », ancien français vaucele, « vallon », latin vallicella, vallicula, « petite vallée, vallon », diminutifs de vallis.
Gran Vaudalaz, sommet, 3250m, aussi Grande Vaudale, et Col du Vaudalaz, 2980m, (Val de Rhêmes, vallée d´Aoste) ;
Vaudales, forêt déclive (Gilly, district de Rolle, Vaud) ;
Vaudaliens, maison isolée (Forel, district de Lavaux, Vaud) ;
La Vaudallaz ou rarement La Vaudalle, hameau (Lavigny, district de Morges, Vaud) ;
La Veudale, pâturage (Martigny-Combe, district de Martigny, Valais) ;
La Veudale, sommet, 2492m, et Gorge de la Veudale, lieu-dit (Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Les Veuvales, lieu-dit (Bex, district d´Aigle, Vaud) ; La Vudalla, sommet, 1670m (Enney, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Vudèche, maison isolée (Albeuve, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg).
Diminutif de Vudalla avec le suffixe patois -etta :
La Vudaletta, ferme isolée (Enney, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg).

Mots régionaux vogealle, vouzala, vouzalle, « vallon » [Pégorier], de même origine avec mutation du son [d] en [j] :
La Vogealle, torrent affluent du Giffre, issu du Lac de la Vogealle (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Vogealle, combe derrière l´Aiguillette des Houches, et Frête de la Vogealle, crête (Les Houches, vallée de la Diosaz, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Diminutif de Vogealle avec le suffixe -ette :
La Vogealette, lieu-dit (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie).


Vauderens
Hameau de la commune d´Ursy (District de la Glâne, Fribourg), ancienne commune, Waldenens au XIIème siècle, Voudenens en 1215 et 1345, Woudunens en 1256, Voudanens en 1380, Vouderens en 1403, Vauderens en 1668, nom d´origine burgonde, dériverait d´un primitif *Wuldiningos, « chez les Wuldiningi », dérivé du nom propre Wuldwin, « ami de la gloire » [Perrenot], burgonde *wulþus, germanique *vulþu, « gloire », et germanique *veni, « ami ». Le nom propre primitif pourrait aussi être Waldilo, diminutif du germanique *valdan, « celui qui règne » [Stadelmann].

Vaudèse
La Vaudèse, maisons isolées de la commune de Savigny (District de Lavaux, Vaud), probablement ancienne forme de Vaudoise.

Vaudijon
Château et hameau de la commune de Colombier (District de Boudry, Neuchâtel), Vauxdijon en 1861, peut-être une ancienne vallis Divionis, « vallée de Divius », avec un adjectif formé sur le gentilice Divius [Jaccard].

Vaudrenant
Hameau de la commune de Mézériat (Dombes, Ain), Vaudrenens sur la Carte de Cassini, Vaudrenans en 1911, nom d´origine burgonde.

Vaudroz
Signifierait « val du ru (ruisseau) », composé du patois vau, voir Val, et ru, latin rivus, « ruisseau ».
Le Vaudroz, lieu-dit (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud).

Vauffelin
Commune et village du district de Courtelary (Jura bernois), Walfelim en 1228, Waffelin en 1448, nom allemand actuel Füglisthal et Fuglisdal en 1311, Fuglistal en 1349, d´un primitif *Fögenlinsthal, composé d´un anthroponyme germanique *Fögenlin, diminutif de Fögen et de l´allemand Thal, « vallée ». Le nom français en est la traduction.

Vaugelas
Val gelé, voir Val et Gelaz.
Vaugelas, Vallis Gelada au XIIème siècle, de Vallegelata au XIIIème siècle, Vallis Jalata au XVème siècle, hameau (Laval, Belledonne, Isère) ;
Vaugelas, hameau (Roche, Pays viennois, Isère), et dans les environs
Etang de Vaugelas (Villefontaine, La Tour-du-Pin, Isère).

Vaugiray
Cras Vaugiray, lieu-dit en forêt de la commune de Buix (District de Porrentruy, Jura), de Vau et d´un patronyme Giray, variante de Girard.

Vaugondry
Commune et village vaudois du district de Grandson, dont le nom originel serait, selon Perrenot, *Vallis Gunderici, « le val de Gundric », de l´ancien haut allemand gund, germanique *gunþiô, « combat », et ancien haut allemand rîchi, rîhhi, germanique *rîka, rîkia, « puissant, celui qui règne ».

Vaugris
Hameau de la commune de Reventin-Vaugris (Pays viennois, Isère), in villa Vogorio et Villa Vogoria au IXème siècle, Valgris au XIVème siècle, d´un nom d´homme *Vogorius.

Vaugueny
Chemin du Vaugueny, commune d'Epalinges (District de Lausanne, Vaud), composé de Vau et d´un patronyme Hugonnier [Bossard].

Vaujany
Commune et village de l´Oisans (Le Bourg d´Oisans, arrondissement de Grenoble, Isère), Vaujanny au XIIIème siècle, Vauljanie au XVème siècle, composé de Vau et d´un nom de personne peut-être issu de Johannus.

Vauladrey
Maison isolée de la commune des Brenets (District du Locle, Neuchâtel), Vauladrais en 1906, composé de Vau et de l´adrey [Jaccard].

Vaulion
Commune et village vaudoise du district d´Orbe, Vallem Leonis (vallée du Lion) en 1097, Valleuni en 1160, Valiom en 1263, Vaulion en 1316, Vaullion en 1467, « Val du Lion », de l´ancien nom du Nozon, le Lion. Le nom est monté à la Dent de Vaulion, sommet, 1483m.

Vaulnaveys
Vaulnaveys-le-Bas et Vaulnaveys-le-Haut, communes et villages de Belledonne (Vizille, arrondissement de Grenoble, Isère), ecclesia de Valle Navisio au XIème siècle, Valle Navigii au XIIème siècle, du nom d´homme romain Navisius.

Vaulruz, Vauroux
Vaulruz, commune et village fribourgeois du district de la Gruyère, Valle Rodulphi en 1115, « Val de Rodolphe » en 1115, ancien nom allemand en 1359 Mühlsteingrube, qui signifie « carrière de meules », traduction de Molaris de Vaulruz, latin molaris, « meule ». Le nom allemand actuel Thalbach, « ru du val » est une métraduction du nom français ;
Vauroux, anciennement Vauroue, probablement de même origine, maisons isolées (Bevaix, district de Boudry, Neuchâtel).
Voir aussi Val-de-Ruz.


Vaulserre
Château de Vaulserre (Saint-Albin-de-Vaulserre, Vallée du Guiers, Isère), mandamentum Vallisserre au XVème siècle, nom composé de Vallis et serre, « colline allongée ».

Vaulx-Milieu
Commune et village commune et village (Arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), Vaus au XIIème siècle, Vaux au XIVème siècle, voir Vaulx, et Milleu au XIIIème siècle, villagium Milliaci au XIVème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *, dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme romain Millius.

Vaumacon
Combe Vaumacon, lieu-dit de la commune de Porrentruy (Jura), composé de vau, « val », et d´un anthroponyme germanique comme *Maco [Jaccard].

Vaumarcus
Vaumarcus, commune et village au bord du lac de Neuchâtel, district de Boudry (Neuchâtel), Vallis Margult en 1194, Valmarcuel en 1228, Vaux [Vaul] Malcuel en 1242, Val Marcul en 1256, Val Marcuii en 1266, Vaulxmarcus en 1310, ancien nom allemand Famergü, dérivé du nom hybride *Vallis Morcolti formé avec un anthroponyme germanique Markold, Markwald, « celui qui gouverne la frontière », du germanique *mark, « frontière », et *valdan, « celui qui règne ».
La Vaumarcus, forêt (La Chaux-du-Milieu, district du Locle, Neuchâtel).

Vaunaises, Vouènaies, Vounaise, Vounèse, Vounetse
Du patois vaunaise, vouenézi, vounèze, qui désigne une mauvaise terre, trop humide et bourbeuse, un sol spongieux souvent bordé d´aunaies fangeuses, une aunaie très humide.
Les Vaunaises, lieu-dit en forêt, et Ruisseau des Vaunaises, affluent de la Baye de Montreux (Montreux, district de Vevey, Vaud) ;
Sur les Vouènaies, lieu-dit (Lugnez, district de Porrentruy, Jura) ;
La Vounaise, Vounesy et Vounezi vers 1320, Vonnaise en 1668, peut-être aussi Vonayse, Vounise, hameau et ancienne commune (Murist, district de la Broye, Fribourg) ;
Vounèses de Pinchon, forêt déclive au bord d´un ruisseau (Pompaples, district d´Orbe, Vaud) ;
Vounetse ou Vounetz, alpage, nom monté à la Dent de Vounetse ou Dent de Vounetz, sommet des Dents Vertes, 1812m (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg).

Vaupierre
Grande Vaupierre, ferme isolée de la commune de Saint-Jean-de-Thurigneux (Dombes, Ain), La Vaupierre en 1911, composé de Vau, « vallée », et pierre.

Vausa, Veurze, Voazière, Vogéaz, Vordette,
Vorgeat, Vorgeon, Vorger, Vorgers, Vorges,
Vorget, Vorgey, Vorsée, Vorsiaz, Vorsiers,
Vorze, Vorzier, Vorziers, Vorzy, Vosettes,
Vouzes, Vozé, Vozes, Vozy, Vugelles,
Vugy, Vulsy, Vuorses, Vursia, Vursis,
Vursy, Vurzi, Vurzis, Vurzy, Vuse,
Vusery, Vusy
Saule, aubier, saule marsault (Salix caprea), et lieux où poussent ces plantes, gaulois *vorze, *worrike, « saule ».
Mots régionaux veurze, vorge, vorze, vourze, « touffe de saule ou d´aubier ; saule marsault » [Pégorier], patois vorze, vorzi, vouge, vouze, vurze, etc., « saule marsault » :
La Veurze, lieu-dit (Bière, district d´Aubonne, Vaud) ;
Ruisseau des Vorges, affluent du lac Léman (Chablais, Haute-Savoie) ;
La Vorze, cours d´eau affluent du Léman (Chens-sur-Léman et Messery, Bas-Chablais, Haute-Savoie).

Avec syncope :
La Vausa, lieu-dit (Bremblens, district de Morges, Vaud) ;
Les Vouzes, lieu-dit (Cossonay, Vaud) ;
Les Vozes, lieu-dit (Sévery, district de Cossonay, Vaud) ;
La Vuse, lieu-dit (Nuvilly, district de la Broye, Fribourg).

Noms collectifs, lieu humide où poussent des saules, aubiers ou saules marsaults :

Dérivés de vorge avec les suffixes collectifs se rapportant à la flore -at, -et, -ey :
Le Vorgeat, lieu-dit (Les Praz de Chamonix, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Vorget, lieu-dit (Messery, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Vorgey, Apud lo Vorgey en 1436, hameau (Ambronay, Bugey, Ain) ;
Vorgey, lieu-dit (Charnoz-sur-Ain, Dombes, Ain).

Dérivés de vorge avec le suffixe collectif se rapportant à la flore -er :
Le Vorger, hameau, et Col du Vorger, 710m (Allondaz, Combe de Savoie, Savoie) ;
Les Vorgers, lieu-dit (Faverges, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif -on :
La Vorgeon, maisons isolées (Domancy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Français régional vorzière, « terrain inculte, couvert d´arbustes verts comme l´osier (vorjhi) et le saule (vorzela) et s´épaississant en broussailles le long des cours d´eau ». Vorzière est le féminin de vorzier, nom formé avec le suffixe collectif -ier :
Les Vorsiers, lieu-dit (Giez, Pays de Faverges, Haute-Savoie) ;
En Vorzier, lieu-dit (Mies, district de Nyon, Vaud) ;
Les Vorziers, lieu-dit (Choulex, Genève).

Avec les suffixes collectifs patois -az, -é, -ée :
Allée de la Vorsiaz (Renens, district de Lausanne, Vaud) ;
La Vorsée, hameau (Aclens, district de Morges, Vaud).

Avec syncope :
Vozé, Chaux de Vozé, pâturages, Becs de Vozé, sommets, 2184m, Creux de Vozé, lieu-dit (Derborence, Conthey, Valais).

Dérivés avec le suffixe collectif -ette :
La Vordette, lieu-dit (Vallon de Bérard, Vallorcine, vallée de l´Eau Noire, Haute-Savoie).

Dérivé de *vorsette avec syncope :
Les Vosettes, lieu-dit (Penthalaz, district de Cossonay, Vaud).

Dérivé avec le suffixe collectif -elle avec syncope :
Vugelles, Vouzala ou Vouzela en 1228, Wouzala en 1260, Vougala en 1370, Vougella en 1403, Vougellaz en 1453, commune et village (Vugelles-la-Mothe, district d´Yverdon, Vaud).

Patois vorji, vorzi, etc., lieu planté de vorzes, un des noms de l´osier [Constantin] :
La Voazière, maisons isolées (La Baume, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Vorzy, lieu-dit (Saint-Saphorin-sur-Morges, district de Morges, Vaud) ;
Les Vuorses, lieu-dit (Vallon, district de la Broye, Fribourg) ;
Vursia, hameau (Vuarmarens, district de la Glâne, Fribourg) ;
Les Vursis, lieu-dit (Yvonand, district d´Yverdon, Vaud) ;
Vursy, lieu-dit (Murist, district de la Broye, Fribourg) ;
Le Vurzi, lieu-dit (Villars-le-Grand, district d´Avenches, Vaud) ;
Les Vurzis, alpage avec habitat dispersé (Les Avants, Montreux, district de Vevey, Vaud) ;
Vurzy ou Vursy, lieu-dit (Corpataux-Magnedens, district de la Sarine, Fribourg).

Par lambdacisme :
Le Vulsy, lieu-dit (Forel, Vernay, district de la Broye, Fribourg).

Avec syncope :
Avenue de la Vogéaz (Morges, Vaud) ;
En Vozy, lieu-dit (Denges, district de Morges, Vaud) ;
Vugy, lieu-dit (Corcelles-près-Concise, district de Grandson, Vaud) ;
Le Vusy, lieu-dit (Villorsonnens, district de la Glâne, Fribourg).

Avec métathèse :
Vusery, lieu-dit en forêt (Saint-Cierges, district de Moudon, Vaud).

Voir aussi Prévorzier.


Vauseyon
Quartier de la ville de Neuchâtel, Vaulx-Seyon en 1454, « vallée du Seyon ».

Vautenaivre
Hameau de la commune de Goumois (District des Franches-Montagnes, Jura), de Vau et d´un second terme probablement issu d´un anthroponyme germanique, et Bief de Vautenaivre, affluent du Doubs.

Vauthières, Vautrins
Patronyme Vauthier, variante de Gauthier, de l´anthroponyme germanique *Waldhari, « le guerrier qui règne », du germanique *valdan, « celui qui règne », et *harja, « guerrier ».
Par féminisation :
Les Vauthières, hameau (Gruffy, Albanais, Haute-Savoie).

Patronyme Vautrin, diminutif avec le suffixe -in de Vauthier :
Prés Vautrins, lieu-dit (Champoz, district de Moutier, Jura bernois).


Vauverdanne
Hameau de la commune de Lullin (Chablais, Haute-Savoie), composé de Vau et de Verdanne, forme féminisée de Verdan.

Vauvilliers
Quartier de Boudry (Neuchâtel), composé de Vau et de -villiers.

Vaye, Veyà, Vi, Vialon, Viaz,
Vie, Vies, Violet, Violets, Violette,
Vion, Vionnet, Vions, Vy, Vys
Odonymes, mots régionaux ou patois issus du latin via, « voie ».
Patois vi, vie, vy, « voie, chemin » :
La Vi Neuve, lieu-dit en forêt (Ardon, district de Conthey, Valais) ;
Vie Blanche, lieu-dit en forêt (Bellignat, Haut-Bugey, Ain) ;
La Vie Blanche, lieu-dit en forêt (Brenthonne, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
La Vie des Champs, chemin (Genève) ;
Sentier de la Vie de Feu, sentier en forêt (Gex, Ain) ;
La Vie du Foin, sentier en forêt (Sutrieu, Valromey, Ain) ;
Vie Rouge, lieu-dit en forêt (Oyonnax, Haut-Bugey, Ain) ;
Couloir de la Vie des Vaches, couloir en forêt (Collonges, Pays de Gex, Ain) ;
Les Vies, maisons isolées (Develier, district de Delémont, Jura) ;
Vies de Bourg, hameau (Etrez, Bresse, Ain) ;
Vieilles Vies, lieu-dit (Soulce, district de Delémont, Jura) ;
La Vy, hameau (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
La Vy Borgne, probablement un chemin sans issue (Genève) ;
La Vy Creuse, petit chemin (Gland, district de Nyon, Vaud) ;
Moulin Vy, ruines (Montanges, Michaille, Ain) ;
Sur la Vy, Sur la Vie sur la Carte IGN, hameau (Aillon-le-Vieux, Bauges, Haute-Savoie) ;
Vers la Vy, Vers la Vie sur la Carte IGN, lieu-dit (Novalaise, Avant-Pays savoyard, Savoie) ;
Les Vys, ancien chemin en forêt (Buttes, district du Val-de-Travers, Neuchâtel).

Diminutif franco-provençal vion, formé avec le suffixe -on, « petit chemin, sentier » ; Vion est aussi un patronyme, du toponyme Vion, ou variante de Guion [Tosti] :
Le Vion, maison isolée (Tavannes, district de Moutier, Jura bernois) ;
Le Vion, maisons isolées (préventorium) (Saint-Clair-de-la-Tour, La Tour-du-Pin, Isère) ;
Bois Vion, hameau (Corbelin, Vallée du Guiers, Isère) ;
Champ du Vion, lieu-dit (Saint-Vérand, Chambaran, Isère) ;
Les Vions, lieu-dit en montagne (Champagny-en-Vanoise, Vanoise, Savoie) ;
Sous les Vions, lieu-dit (Saint-Ferréol, Bornes, Haute-Savoie).

Patronyme Vionnet, « petit chemin », diminutif de Vion avec le suffixe -et :
Champ Vionnet, lieu-dit (Bière, district d´Aubonne, Vaud).

Mot régional violet, « sentier, chemin » [Pégorier], diminutif avec le suffixe -et, ou patronyme Violet, de même origine :
Le Violet, lieu-dit (La Tranclière, Bresse, Ain) ;
Le Violet, maison isolée (Sutrieu, Valromey, Ain) ;
Champ du Violet, lieu-dit (Condamine, Haut-Bugey, Ain) ;
Derrière le Violet, lieu-dit (Boudevilliers, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Les Violets, maisons isolées (Illiat, Dombes, Ain) ;
Chemin des Violets (Ramasse, Revermont, Ain).

Par féminisation d´un patronyme Violet :
La Violette, maison isolée (Arzier, district de Nyon, Vaud) ;
La Violette, lieu-dit (Balan, Dombes, Ain) ;
La Violette, Violetes en 1300, hameau (Francheleins, Dombes, Ain).

Autre forme patoise :
La Viaz, hameau (Domancy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Diminutif avec le suffixe -on :
Le Vialon, forêt déclive (Bassecourt, district de Delémont, Jura).

Formes patoises valaisannes :
Vaye Besse, lieu-dit en forêt (Ardon, district de Conthey, Valais) ;
Chemin de Sous-Vaye (Vionnaz, district de Monthey, Valais) ;
Les Champs sous Vaye, lieu-dit (Chandolin, Savièse, district de Sion, Valais) ;
Le Veyà, probablement de même origine, lieu-dit (Fionnay, Bagnes, district d´Entremont, Valais).

Voir aussi Bonnavion, Vion, Vy.


Vayoux
Vayoux et Tsa de Vayoux, alpages de la commune de Nus (Vallée d´Aoste), avec le patronyme Vayoux.



Veau, Veaux
Lieu d´élevage ou de pacage pour les veaux, du latin vitellus, « veau ».
Pré du Veau, alpage (Breuil, Valtournenche, vallée d´Aoste) ;
Les Veaux, nom français récent pour une ferme destinée aux veaux [Prongué] (Les Genevez, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Parc aux Veaux, lieu-dit (Vallorbe, district d´Orbe, Vaud) ;
Fenil aux Veaux, alpage (Vallon de l´Hongrin, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Pré aux Veaux, alpage (Le Chenit, Vallée de Joux, Vaud).

Vedondo
Alpage en clairière de la commune d´Hérémence (District d´Hérens, Valais), terre qui fut propriété d´un vidame ou vidome, voir Pravidondaz.

Vègne, Vegney, Vignasse, Vignat, Vigne,
Vigneret, Vignerole, Vignes, Vignetta, Vignettaz,
Vignette, Vignettes, Vigneule, Vigneules, Vignier,
Vignière, Vignières, Vignil, Vignin, Vignoble,
Vignolaz, Vignole, Vignoles, Vignot, Vignule,
Vignules, Vigny, Vinay, Vinne
Plantation de vigne, vignoble, ancien occitan vinha, latin vinea, « vigne ». Beaucoup de vignes ont disparu victimes du phylloxera ou du petit âge glaciaire, mais les toponymes ont survécu.
Français vigne, « plante à tige ligneuse et ordinairement tortue, qui produit le raisin ; par extension, terrain planté de vignes » :
La Vigne, lieu-dit (Saint-Gingolph, district de Monthey, Valais) ;
Haut des Vignes et Derière les Vignes, lieux-dits d´où les vignes ont disparus (Courgevaux, district du Lac, Fribourg) ;
Les Vignes de Laconnex, vignoble (Laconnex, Genève).

Diminutifs avec le suffixe -ette, ancien français vignete, « jeune vigne » :
La Vignette, lieu-dit (Surpierre, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Vignettes, lieu-dit (Douvaine, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Col des Vignettes, 3160m et Pointe des Vignettes, 3194m, nom monté (Arolla, Evolène, district d´Hérens, Valais).

Avec les suffixes diminutifs patois -etta, -ettaz :
La Vignetta, hameau (Mannens, Montagny, district de la Broye, Fribourg) ;
La Vignettaz, hameau (Cornier, Faucigny, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif -ot ancien français vignot, « cep de vigne » :
Vignot, petite vigne et lieux-dits (Boudry, Neuchâtel).

Avec le suffixe péjoratif -asse :
La Vignasse, forêt déclive à la limite du vignoble actuel (Bex, district d´Aigle, Vaud).

Français vignoble, « étendue de terre plantée de vignes » :
Le Vignoble, vignoble (Corsier, Genève).

Ancien français vigneul, « vigne, vignoble » :
Vigneule, lieu-dit (Moutier, Jura bernois) ;
Vigneules, Wingelies en 1181, Vinils en 1275, Vinguolz en 1289, Viniols en 1339, Vignols en 1436, nom allemand Vingelz, village (Bienne, Berne) ;
Les Vigneules, ferme isolée (Saint-Saphorin-sur-Morges, district de Morges, Vaud).

Ancien français vignole, « petite vigne », du latin médiéval vineola, « [petite] vigne » :
Vignolaz, hameau (Quart, vallée d´Aoste) ;
Vignole, hameau (Aoste, vallée d´Aoste) ;
Vignoles, hameau (Saint-Gingolph, district de Monthey, Valais) ;
Ruisseau de la Vignule, sous-affluent de la Menoge (Lucinges, Annemasse, Haute-Savoie) ;
Les Vignules, lieu-dit (Gollion, district de Cossonay, Vaud).

Noms collectifs : patois vegney, vigny, ancien français vigneau, vignel, « vigne, vignoble », du latin vinetum, « vignoble » :
Hauta-Vègne, lieu-dit (Crissier, district de Lausanne, Vaud) ;
Vegney, vignoble (Saint-Prex, district de Morges, Vaud) ;
Vigny, Vigniez en 1255, (ancien) lieu-dit (Lavey-Morcles, district d´Aigle, Vaud) ;
Vinay, Vinaico villa et mandamentum de Vinai au XIème siècle, Vinnai et Vinniacum au XIIème siècle, canton, commune et village du Sud du Grésivaudan (Arrondissement de Grenoble, Isère).

Du pluriel neutre latin pris pour un féminin vinearia, « de vignoble, de vigne » :
Vignier, Vigniez, Vinyer et Vigny en 1339, Vigné en 1441, Vignier et Vignye en 1596, Vignie en 1600 [Michaud], vigne (Bôle, district de Boudry, Neuchâtel) ;
La Vignière, maison isolée (Manigod, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Vignières, quartier (Annecy-le-Vieux, Haute-Savoie).

Diminutif avec le suffixe -et :
Vigneret, Vigneret en 1763, Vigneray en 1911 (Montrevel-en-Bresse, Bresse, Ain).

Avec le suffixe collectif patois -at, aussi un patronyme :
Vignat, hameau (Saint-Germain-sur-Renon, Dombes, Ain) ;
Maison Vignat, maison isolée (Saint-Jean-de-Bournay, Pays viennois, Isère).

Avec le suffixe diminutif -il :
Vignil, hameau (Quart, vallée d´Aoste).

Avec le suffixe diminutif -ole :
La Vignerole, maison isolée (Sonceboz-Sombeval, district de Courtelary, Jura bernois).

Adjectif vigneuse, vigneux, « relatif à la vigne » :
Vigneux, lieu-dit (Leyrieu, L´Isle-Crémieu, Isère) ;
Grand Vigneux et Petit Vigneux, hameaux (Jayat, Bresse, Ain).

Forme adjective :
Mont Vignin, lieu-dit avec vignes (Gollion, district de Cossonay, Vaud).

Forme patoise :
La Vinne, lieu-dit (Crémines, district de Moutier, Jura bernois).


Vegny, Vignieu, Vigny
Noms d´origine gallo-romaine, probablement d´anciens Viniacum, nom dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Vinius [Stadelmann]. A noter que le nom originel de Veigné (Indre-et-Loire) était Vindiniacum au IXème siècle, avant de devenir Viniacum au XIIIème siècle. Il est difficile de distinguer ces Vigny de ceux désignant un lieu planté de vigne.
Vegny, maisons isolées (Granges-près-Marnand, district de Payerne, Vaud), à proximité de Vigny (Surpierre) ;
Vignieu, Viniacus villa au IXème siècle, commune et village des Balmes Dauphinoises (Arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère) ;
Vignieu, Vignieux au XXème siècle, hameau (Bonnefamille, Pays viennois, Isère) ;
Vigny, Viniacum en 1177, hameau (Surpierre, district de la Broye, Fribourg) ;
Vigny, anciennement Vignier, Vignyer, commune et village (Douvaine, Bas-Chablais, Haute-Savoie).

Veigy, Vieugy
C´est un nom d´origine gallo-romaine dérivé avec le suffixe -iacum d´un gentilice comme Vegius.
Veigy, Veigyer en 1287, Cura de Veygier vers 1344, puis Vegier, Veigié, Veigiez, Vegi, Veigi, Veigier, Veigi sur la Carte de Cassini, et enfin Veigy, village de la commune de Veigy-Foncenex (Douvaine, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie) ;
Veigy, Veigi sur la Carte de Cassini, hameau (Viry, Genevois, Haute-Savoie).
Vieugy, Cura de Veigie vers 1344, commune et village (Seynod, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie).

Veillarde
La Veillarde, ferme isolée de la commune de Corbeyrier (District d´Aigle, Vaud), par féminisation d´un patronyme Veillard attesté dans la région.

Veillon, Veillonne
D´un patronyme Veillon attesté dans la région, du latin vitellus, « veau ».
Tête aux Veillon, sommet, 2846m (Chamoson, district de Conthey, Valais).
Par féminisation :
La Veillonne, par féminisation, ferme isolée (Corbeyrier, district d´Aigle, Vaud).


Veissieux, Veyziat
D´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Vesiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Vesius.
Veissieux, Vaisseu vers 1100, Veysseu en 1299-1369, Veysieu en 1449, Veyssiacus en 1482, Veissieux en 1841, Veyssieux en 1911, hameau (Reyrieux, Dombes, Ain) ;
Veyziat, Capella de Vesiaco en 1184, Veysia en 1299-1369, uxta nemora communia ville Veysiaci en 1410, Veyssia en 1419, Veysiaz en 1437, village et ancienne commune (Oyonnax, Haut-Bugey, Ain).

Veitours
Les Veitours, ferme isolée de la commune de Bellegarde, district de la Gruyère (Fribourg), peut-être du patois veit, « vieux ».

Vela, Véla, Vélaires, Vélar, Velard,
Vélard, Vélards, Vélas, Vélaz, Vélé,
Véleray, Vélie, Vélière, Vellard, Viellar
Pâturage pour les veaux ou les jeunes génisses, patois savoyard vela, « génisse de moins d´un an » [Constantin], vieux français masculin vel, féminin vedele, veele, velle, du latin vitellus, « veau ». Vélar fausse giroflée est aussi le nom d´une plante (Erysimum cheiranthoides L.), mais les noms de lieux ne dérivent certainement pas de ce nom de plante.
Le Vela, pâturage (Cleuson, Nendaz, district de Conthey, Valais) ;
Le Véla, alpage (Vérossaz, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Bois du Véla (Vallée Verte, Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Vélas, lieu-dit en forêt (Vallon de Montriond, Chablais, Haute-Savoie) ;
Vélar, pâturage (Collonges, district de Saint-Maurice, Valais).
Noms formés avec le suffixe -ard :
Velard, clairière avec habitat dispersé (Leysin, district d´Aigle, Vaud) ;
Vélard, (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais) ;
Le Vélard, maison isolée (Le Reposoir, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Pointe du Vélard, 1966m, nom monté (Sommant, Mieussy, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Vélards, lieu-dit (Bretaye, Ollon, district d´Aigle, Vaud) ;
Le Vellard, pâturage (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Viellar, alpage, a peut-être la même origine (Savièse, district de Sion, Valais).

Avec le suffixe collectif -ay :
Le Véleray, pâturage, nom monté à la Tête du Véleray, 2452m (Saint-Gervais-les-Bains, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Avec les suffixes collectifs -aire, -ière :
Les Vélaires, maisons isolées (Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
La Vélière, alpage, Ruisseau de la Vélière, Lac de la Vélière, nom monté à la Pointe de la Vélière, 1467m (Champagny-en-Vanoise, Vanoise, Savoie).

Avec les suffixes collectifs patois -az, -é, -ie :
Le Vélaz, pâturage (Montagne de Sous-Dine, Thorens-Glières, Bornes, Haute-Savoie) ;
Le Vélé, pâturage (Court, district de Moutier, Jura bernois) ;
Sur le Vélie, lieu-dit (Les Enfers, district des Franches-Montagnes, Jura).


Velan, Vélan, Villan
Patois velan, vélan, « vilain, lourd, pesant », de l´adjectif bas latin villanus, « vilain, paysan habitant d´une villa ».
Pointe de Velan, 1788m (Bauges, Savoie) ;
Dent du Vélan, anciennement Velan, Vilan et Viland, sommet, 2059m (Saint-Gingolph et Vouvry, district de Monthey, Valais, et Bise, Chablais, Haute-Savoie) ;
Le Vélan, pâturage, Aiguille du Vélan, 3634m, Dents du Vélan, 3621m, Dôme du Vélan et Glacier du Vélan, Mont Vélan, 3727m, Petit Vélan, sommet, 3222m (Alpes Pennines, Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais et vallée d´Aoste).
Forme méridionale :
Le Gros Villan, sommet, 2746m (Chaîne de la Lauzière, Savoie).


Velanne
Commune de la Valdaine (Saint-Geoire-en-Valdaine, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère) et village, villa de Villana au XIVème siècle, Saint-Etienne d´Avelanne au XIXème siècle, Saint-Etienne-de-Velanne au XXème siècle, de l´adjectif féminin bas latin villana, « paysanne, de la campagne » ;
Grand Velanne, Petit Velanne, hameaux, Mont Velanne, colline dans la même commune.

Velaz, Vella, Vellaz, Velle, Veullottaz,
Villa, Villaz, Villaz-Saint-Pierre, Ville, Ville-en-Sallaz,
Ville-la-Grand, Villes, Ville-sous-Anjou, Villetta, Villettaz,
Villette, Villette-d´Anthon, Villette-de-Vienne, Villette-sur-Ain, Villiaz,
Villon, Villottaz, Villottes
Français régional ou patois vella, villa, ville, « groupe principal de maison, où se trouve l´église », franco-provençal vila, velle, « village », ancien français velle, ville, « ferme ; maison de campagne ; village ; ensemble de villages ou de hameaux qui se groupent autour de la cité », du latin villa.
Dessous la Velaz, lieu-dit en-dessous de Porsel (Le Flon, district de la Veveyse, Fribourg) ;
La Vella, hameau (Conthey, Valais) ;
Crêta de Vella, sommet, 2519, nom monté (Liddes et Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais) ;
Sous la Vella, hameau (Artemare, Valromey, Ain) ;
Tres Vella, avec l´ancien français tres, « au-delà », hameau (Echenevex, Pays de Gex, Ain) ;
Villa, hameau (Ayent, district d´Hérens, Valais) ;
Villa ou Villaz, hameau, et Prés de Villa et Rocs de Villa, lieux-dits (Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Villa, château et hameau (Sierre, Valais) ;
Grand Villa, hameau (Verrayes, vallée d´Aoste) ;
La Villaz, hameau (Les Villards-sur-Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
La Villaz ou La Ville, anciennement Vie, Villa, Villas, et Villia, hameau (Vallorcine, vallée de l´Eau Noire, Haute-Savoie) ;
Villaz-Saint-Pierre Villa en 1177, Vila en 1228, nom allemand Villaz-Sankt Peter, commune et village (District de la Glâne, Fribourg) ;
La Ville, hameau (Les Diablerets, Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
Devant la Ville, hameau (Cheiry, district de la Broye, Fribourg) ;
Ville-en-Sallaz, Villa en 1275, commune et village du Faucigny (Saint-Jeoire, arrondissement de Bonneville, Haute-Savoie) ;
La Ville Vieille, quartier (Ordonnaz, Bugey, Ain) ;
Ville-la-Grand, sur l´emplacement de la villa gallo-romaine de Villa Magna, Villagrandis en 1307, Prior de Villa vers 1344, agglomération et commune (Annemasse-Nord, arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie) ;
Ville sur Nus, hameau (Quart, vallée d´Aoste) ;
Ville-sous-Anjou, ecclesia de Villa au XIIème siècle, parrochia Ville subtus Anjo au XIIIème siècle, Villa prope Anio au XIVème siècle, commune et village du Pays viennois (Roussillon, arrondissement de Vienne, Isère) ;
Villes, Villa in Michalia en 1144, Prior de Villa in Michallia vers 1344, Villaz et Ville en 1650, Villas ou Ville en Michaille en 1734, Villaz en 1790, Villes en 1808, Ville et Ville-en-Michaille en 1911, commune et village de la Michaille (Bellegarde-sur-Valserine, arrondissement de Nantua, Ain) ;
La Villiaz, hameau (La Côte d´Arbroz, Faucigny, Haute-Savoie).
Ancien français villette, « petite maison des champs, ferme, village, petite ville », du latin Villeta, Villeum, Villula, village secondaire par opposition à villa, le village principal :
Villetta, hameau (Nax, district d´Hérens, Valais) ;
Villettaz, hameau (Antey-Saint-André, vallée d´Aoste) ;
Villette, Vileta en 1222, commune et village (District de Lavaux, Vaud) ;
Villette, attesté en 1137, peut-être les Villula mentionné en 891, Villam juxta Gebennas en 1146, Villeta en 1203 et Vileta et XIIIème siècle, hameau (Thônex, Genève) ;
La Villette, nom allemand Im Fang, hameau (Bellegarde, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Villette, lieu-dit, Villetta en 1846 (Valserine, Pays de Gex, Ain) ;
Villette-d´Anthon, capella de Villeta au XIIème siècle, commune et village de L´Isle-Crémieu (Pont-de-Chéruy, arrondissement de Vienne, Isère) ;
Villette-de-Vienne, domus de Villeta au XIVème siècle, commune et village du Pays viennois (Vienne-Nord, arrondissement de Vienne, Isère) ;
Villette-sur-Ain, Villeta en 1096, Ecclesia Vilete vers 1250, Vileta en 1293, Vilette en 1567, commune et village de la Dombes (Chalamont, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain).

Diminutif avec le suffixe -on :
Villon, Castrum de Villion en 1299-1369, maisons isolées (Villeneuve, Dombes, Ain).

Formes patoises avec les suffixes diminutifs -ottaz, -otte :
Veullottaz, maison isolée en clairière (La Salle, vallée d´Aoste) ;
Villottaz, alpage (Morgex, vallée d´Aoste) ;
Villottes, alpage (Morgex, vallée d´Aoste).

Mot régional vellaz, « village, ville » [Pégorier] :
La Vellaz, hameau (Copponex, Genevois, Haute-Savoie) ;
La Vellaz, La Ville sur la Carte IGN, hameau (Verthemex, Avant-Pays savoyard, Savoie) ;
La Vellaz, hameau (Saint-Martin-de-Bavel, Bugey, Ain).

Mot régional velle, « ville » (Franche-Comté) [Pégorier] :
La Neuve Velle, maison isolée, et Pâturage de la Neuve Velle, lieu-dit (Le Bémont, district des Franches-Montagnes, Jura).

Voir aussi les nombreux dérivés composés avec villa et ville en préfixe ou en suffixe.


Vellerat, Vieillard, Vilaret, Vilars, Villair,
Villaire, Villar, Villard, Villard-Bonnot, Villard-de-Lans,
Villard-d´Héry, Villardière, Villardières, Villard-Léger, Villard-Notre-Dame,
Villard-Reculas, Villard-Reymond, Villard-Saint-Christophe, Villard-Sallet, Villards-sur-Thônes,
Villard-sur-Chamby, Villard-sur-Doron, Villard-Tacon, Villardy, Villaret,
Villarey, Villaron, Villars, Villars-Bozon, Villars-Bramard,
Villars-Burquin, Villars-Dame, Villars d´Avry, Villarsel-le-Gibloux, Villarsel-sur-Marly,
Villars-Epeney, Villars-Gremard, Villars-le-Comte, Villars-le-Grand, Villars l´Eperd,
Villars-les-Dombes, Villars-les-Joncs, Villars-les-Moines, Villars-Mendraz, Villars-Sainte-Croix,
Villars-sous-Champvent, Villars-sous-Mont, Villars-sous-Yens, Villars-sur-Glâne, Villars-sur-Ollon,
Villars-Tiercelin, Villarzel, Villeret, Villers, Villeyre,
Villier, Villiers
Noms de localités dérivés du bas latin villare, franco-provençal velar. vilar, « hameau ».
Vilars, in Vilar en 1191, village (Fenin-Vilars-Saules, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Villar Enson, hameau (La Salle, vallée d´Aoste) ;
Villars, village (Lussery-Villars, district de Cossonay, Vaud) ;
Villars ou Villars-sur-Marly, hameau (Pierrafortscha, district de la Sarine, Fribourg) ;
Villars-Bozon, Vilar boson en 1015, willare Bosono en 1018, Villar Bosun en 1278, Villar Bozon en 1386, selon Perrenot le nom primitif est *Villarium Bosonis, « villars de Boson », voir Bozon, village (L´Isle, district de Cossonay, Vaud) ;
Villars-Bramard, Villa balmal en 1155, Villar Bremar vers 1180, Villabramar en 1184, Villars Bramar en 1394, selon Jaccard d´un anthroponyme germanique Ballomar, d´où Balmar, Barmar, Bramar, commune et village (District de Payerne, Vaud) ;
Villars-Burquin, Villars burquin au XVIIème siècle, aussi Chez-le-Roy, Villars-Bourquin, patronyme Burquin dérivé de bourg, commune et village (District de Grandson, Vaud) ;
Villars-Dame, Villar Sancte Marie en 1319, Vilar en 1332, Villarium Beate Marie en 1528, Villards Nostre Dame en 1573, Villars-Notre-Dame au XVIIIème siècle, nom actuel attesté en 1847, hameau (Versonnex, Pays de Gex, Ain) ;
Villars d´Avry, hameau et ancienne commune (Pont-en-Ogoz, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Villars-Epeney, Espiney en 1177, Villars-Espiney en 1549, commune et village (District d´Yverdon, Vaud) ;
Villars-Gremard, avec le patronyme Gremard, lieu-dit (Molondin, district d´Yverdon, Vaud) ;
Villars-le-Comte, Vilario Comitis en 1147, Villare comitis en 1168, Villari Comite en 1182, Vilar le Conte au XIIIème siècle, commune et village (District de Moudon, Vaud) ;
Villars-le-Grand, Vilario en Williex à la fin du XIIème siècle, Uilar en 1246, appelé aussi Villars-en-Vully jusqu´au XVIIIème siècle, nom allemand Großwiler, commune et village (District d´Avenches, Vaud) ;
Villars l´Eperd, Villars le Perd au XIXème siècle, probablement Villarper au XIIème siècle, de l´ancien français esperdre, « perdre complètement », lieu très éloigné, hameau (Chesalles-sur-Moudon, district de Moudon, Vaud) ;
Villars-les-Dombes, Vilars en 1139, Villa de Vilaris en 1267, De Vilariis en 1298, Vilars et Villars en 1299-1369, Velars en 1394, canton, commune et village de la Dombes (Arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
Villars-les-Joncs, nom allemand Übewil, faubourg de Fribourg (Guin, district de la Sarine, Fribourg) ;
Villars-les-Moines, Vilar les Moinos en 1228, ancien nom allemand Münchenwyler, actuellement Münchenwiler (District de Laupen, Berne) ;
Villars-le-Terroir, Villart le Terrioux en 1438, Villar le Terreux et Villars loz Terrour en 1453, Villar le terricor en 1536, Villar le Terriau en 1668, Villard le Terreau en 1794, ancien mot régional terriau, « terroir », latin vulgaire *terratorium, déformation du latin territorium, « territoire », commune et village (District d´Echallens, Vaud) ;
Villars-Mendraz, Vilar Mundri en 1235, Villarmendra en 1450, selon Perrenot le nom primitif est *villa Munderici, du nom propre Munderic, voir Cormondrèche, commune et village (District de Moudon, Vaud) ;
Villars-Sainte-Croix, sancta Crucem et Sainte-Croix en 1227, Villaret en 1543 (District de Morges, Vaud) ;
Villars-sous-Champvent, autrefois La Grange-de-Champvent, commune et village (District d´Yverdon, Vaud) ;
Villars-sous-Mont, Villare Sismont, vers l´an mil, avec l´anthroponyme germanique Sigismund Vilare sis Mont en 1235, Vilarsimont en 1269, Villar Symon en 1335, Vilarsymont en 1359, Villardsymon en 1514, Villarsimont en 1555, devenu par remotivation Villar sur Mont en 1668, nom allemand Wiler am Berg, ancienne commune et village (Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Villars-sous-Yens, Villar subtus Yens en 1349, commune et village (District de Morges, Vaud) ;
Villars-sur-Glâne, Vilar en 1143, Vilar lo Torel en 1228, Vilar le Terriour en 1366, Wyler ob der Glanen en 1652, enfin Villars ou Villars-sur-Glâne dès 1789, noms allemands Glanewiler et Wiler bei Matran, commune et village (District de la Sarine, Fribourg) ;
Villars-sur-Ollon, village et station (Ollon, district d´Aigle, Vaud) ;
Villars-Tiercelin, Vilar Tiecelin et Vilar Tiezelin en 1225, Villar Thiercelin en 1668, avec un anthroponyme dérivé du germanique *þeudô, « peuple », commune et village (District d´Echallens, Vaud).
Diminutifs avec les suffixes -et, -ey, ancien provençal vilaret, « petite ferme », mot régional dauphinois villaret, « hameau de dix à douze maisons » :
Vilaret, de Vilario en 1143, hameau (Saint-Blaise, district de Neuchâtel) ;
Villaret, hameau (Saint-Jorioz, Annecy, Haute-Savoie) ;
Le Villaret, Villars-Frelon en 1154, hameau (Belmont-sur-Yverdon, district d´Yverdon, Vaud) ;
Le Villaret, cabannaria de Altovilar au XIIème siècle, Altum Villarium et Alvillar sans date, Le Villard en 1921, hameau (Theys, Belledonne, Isère) ;
Villarset, lieu-dit (Sâles, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Villarey, hameau (Montagny, district de la Broye, Fribourg).

Avec le suffixe diminutif -el :
Villarsel-le-Gibloux, anciennement Villarzel-le-Gibloux, anciens noms castrum de Vilarsel vers 1212, Vilarsel subtus Giblour avant 1278, Villari Salleti en 1403, nom allemand Villarsel am Gibel, hameau et ancienne commune (Le Glèbe, district de la Sarine, Fribourg) ;
Villarsel-sur-Marly, noms allemands Villarsel ob Mertenlach et Willischert, commune et village (District de la Sarine, Fribourg) ;
Villarzel, Vilarsel en 1228, autrefois Villarzel-l´Evêque, commune et village (District de Payerne, Vaud).

Avec le suffixe -on :
Le Villaron, hameau (Saint-Etienne-de-Cuines, Maurienne, Savoie).

Dérivés de l´adjectif bas latin villarius, « du domaine rural » :
Villair Dessous, Villair Dessus, hameaux (Courmayeur, vallée d´Aoste) ;
Villair et Pré Villair, hameaux (Morgex, vallée d´Aoste) ;
La Villaire, hameau (Léchelles, district de la Broye, Fribourg) ;
Villeyre, hameau (Montagny, district de la Broye, Fribourg).

Forme fautive Villard, peut-être sous l´influence du suffixe -ard :
Villard, Cura de Vilario in Boegio vers 1344, commune et village de la Vallée Verte (Boëge, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie) ;
Villard, Apud villarium Cluse en 1401, Villar de la Cluse en 1554, Les Villars au XVIIIème siècle (Collonges, Pays de Gex, Ain) ;
Villard, Villareth en 1166, Villar en 1258, Apud Villarium en 1437 (Divonne-les-Bains, Pays de Gex, Ain) ;
Le Villard, de Villario et Villar de Alamognia en 1397 Le Villars en 1872 (Thoiry, Pays de Gex, Ain) ;
Villard-Bonnot, ecclesia de Vilar Bonold au XIème siècle, parrochia de Villare Bonaldi au XIIème siècle, avec un anthroponyme germanique Bonold, commune et village du Grésivaudan (Domène, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Villard-de-Lans, canton, commune et village du Vercors, nom latin Ardua villa, latin ardua, « élevé, haut », voir Ardille, ecclesia del Vilar et Vilar juxta Lanz au XIème siècle, Villarium de Lans au XIVème siècle, (Arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Villard-d´Héry, commune et village de la Combe de Savoie (Montmélian, arrondissement de Chambéry, Savoie) ;
Villard-Notre-Dame, Vilar Aimon au XIème siècle, Villard-Eymont au XVIIIème siècle, Villard-Eymond au XXème siècle, commune et village de l´Oisans (Le Bourg d´Oisans, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Villard-Reculas, mistralis de Villario Recula au XIIIème siècle, capellanus de Vilario Reculati au XVème siècle, bas latin reculatus, « éloigné, reculé », franco-provençal recula, « lieu isolé au début d'une vallée », commune et village de l´Oisans (Le Bourg d´Oisans, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Villard-Reymond, Vilarus Remondus au XIVème siècle, Vilarium Romondi au XVème siècle, Villard Raymont en Oysans au XVIIIème siècle, commune et village de l´Oisans (Le Bourg d´Oisans, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Villard-Léger, commune et village du Val Gelon (Chamoux-sur-Gelon, arrondissement de Chambéry, Savoie) ;
Villard-Saint-Christophe, ecclesia Sancti Christofori del Vilar au XIème siècle, parrochia Cristofori de Vilario et parrochia de Vilario Sancti Christophori au XIIIème siècle, Villaris Sancti Christophori in Matassena au XVème siècle, commune et village de la Matheysine (La Mure, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Villard-Sallet, anciennement Villarsalliet, commune et village du Val Gelon (La Rochette, arrondissement de Chambéry, Savoie) ;
Les Villards-sur-Thônes, Les Villards jusqu´en 1860, commune et village des Bornes (Thônes, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie) ;
Villard-sur-Chamby (Montreux, district de Vevey, Vaud) ;
Villard-sur-Doron, anciennement Villard et Villard-de-Beaufort, commune et village du Beaufortain (Beaufort-sur-Doron, arrondissement d´Albertville, Savoie) ;
Villard-Tacon, Villarium Taconis en 1528, Villard Tacon en 1573 (Ornex, Pays de Gex, Ain) ;
Villardy, hameau (Châtillon-sur-Chalaronne, Dombes, Ain).

Probablement de même origine :
Vieillard, Viellard en 1605, hameau (Jujurieux, Haut-Bugey, Ain).

Avec le suffixe collectif -ière :
Villardière, maison isolée (Meximieux, Bresse, Ain) ;
Villardière, maison isolée (Bizonnes, Bièvre, Isère) ;
Château de la Villardière (La Frette, Bièvre, Isère) ;
Les Villardières, La Villardière en 1650, maisons isolées (Marlieux, Dombes, Ain).

Formes jurassiennes Villers, Villiers :
Bois de Villers, forêt déclive (Epauvillers, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Villers, hameau (Bâgé-la-Ville, Bresse, Ain) ;
Villiers, Villier en 1191, commune et village (District du Val-de-Ruz, Neuchâtel).

Avec le suffixe diminutif -et :
Villeret, Velleret en 1330, commune et village (District de Courtelary, Berne).

Avec le suffixe diminutif jurassien -at :
Vellerat, commune et village (District de Delémont, Jura).

De même origine ou du patronyme Villier, nom de métier, ancien français villier, « fabricant de vrilles » :
Le Villier, Les Villiers en 1911, maisons isolées (Biziat, Dombes, Ain) ;
Le Villier, lieu-dit (Château-Gaillard, Bugey, Ain) ;
Les Villiers, Villier sur la Carte de Cassini, hameau (Saint-Julien-sur-Veyle, Dombes, Ain).

Voir aussi Arvillard, Bonvillard, Grandvillard, Neuvillard.


Velou
Velou, forêt de la commune de la Neuveville (Jura bernois), aussi Viloux, nom qui signifierait « velours », et Fontaine de Velou, source, avec un premier bassin construit en 1764.

Vence
Du gaulois *avantia, aventia, « rivière, source ».
La Vence, cours d´eau de la Chartreuse, affluent de l´Isère à Saint-Egrève ;
Vence, molendinum de Vencia au XIIIème siècle, Venchia et Vensia au XVème siècle, en Vency au XVIème siècle, hameau sur la Vence (Corenc et Quaix-en-Chartreuse, Chartreuse, Isère) ;
L´Autre Côté de Vence, L´Envers de Vence en 1921, hameau de l´autre côté de la Vence pour Quaix-en-Chartreuse, et Le Château de Vence, hameaux (Quaix-en-Chartreuse, Chartreuse, Isère).

Vencières
Hameau de la commune de Desingy (Genevois, Haute-Savoie), Venteres en 1295.

Vendelin, Vendeline, Vendlincourt
De l´anthroponyme germanique *Wandelin ou Wendelin, qui signifie en ancien haut allemand « de la tribu des Vandales ».
Crêt Vendelin, petite colline (Fiez, district de Grandson, Vaud).
Avec le suffixe -court :
Vendlincourt, nom allemand Wendelinsdorf et Wandeleincurt en 1136, Wandelencurt en 1139, Wandelencurtl en 1230, Wandelencourt en 1284, Wendelsdorf en 1266, etc, Vendelincourt en 1906, avec le latin cortis, commune et village (District de Porrentruy, Jura) ;
Vies de Vendlincourt, hameau (Coeuve, district de Porrentruy, Jura).

Par féminisation :
La Vendeline ou La Vendline, affluent de la Coeuvatte qui prend sa source à Vendlincourt (District de Porrentruy, Jura).

Voir aussi Saint-Vendelin.


Vendôme
Hameau de la commune de La Rippe (District de Nyon, Vaud), probablement du gallo-roman Vendocinum, « montagne blanche », gaulois uendo, « blanc », comme Vendôme dans le Loir-et-Cher.

Venéresses, Venerie
De l´ancien français vener, « chasser, poursuivre à la chasse », latin venari, « faire la chasse, chasser ».
Vieux français [terres] véneresses, « [terres] propres à la chasse » :
Les Venéresses, hameau (Bex, district d´Aigle, Vaud).

Ancien français venerie, « ensemble de tout ce qui concerne la chasse au chien courant » :
Bois de la Venerie et Ruisseau de la Venerie, affluent de la Sarine (Rossinière, district du Pays-d´Enhaut, Vaud).


Vénérieu
Commune et village des Balmes Dauphinoises (Crémieu, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), Veneries au XIIIème siècle, Veneres, Venayres et Veneyries au XIVème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme Venerius.

Venettes, Vennes
Patois venna, ancien français venne, « haie, clôture, lieu entouré de haies », du gaulois venna, même sens et aussi « barrage » [Jaccard]. Une dérivation de l´ancien haut allemand winne, « pâturage », est aussi possible, voir Vanne.
Vennes, Vennas en 967, Venes en 1224, et Grand Vennes, quartiers (Lausanne, Vaud) ;
Vennes, Usque ad Vennas en 1464, Locus Vennarum en 1487, et Les Petites Vennes, quartiers (Bourg-en-Bresse, Ain) ;
Les Grandes Vennes, lieu-dit (Bourg-Saint-Christophe, Bresse, Ain) ;
Communal des Vennes, lieu-dit (Corveissiat, Revermont, Ain) ;
Les Vennes Nuées, lieu-dit (Leyment, Bugey, Ain) ;
Prés de Vennes, lieu-dit (Pressiat, Revermont, Ain).
Diminutif avec le suffixe -ette :
Les Venettes, lieu-dit (Villarvolard, district de la Gruyère, Fribourg).


Vengeron
Le Vengeron, cours d´eau affluent du Léman, appelé plus en amont Marquet, puis Le Gobé, et lieu-dit à son embouchure, Vingeron en 1375, Veygeyron en 1376, aussi Vangeron en 1906 (Bellevue, Genève), soit de vengeron, nom régional du gardon, soit d´un anthroponyme, comme Vingirons attesté en 1227.

Venoge, Venogette
La Venoge, Affluent du lac Léman, dans le canton de Vaud, Venobia en 814, Venubia en 937, Vinogia fluvius au XIIème siècle, Venopia en 1313, Venogy en 1316, nom probablement d´origine celtique.
Diminutif avec le suffixe -ette :
La Venogette, cours d´eau affluent de la Venoge (L´Isle, district de Cossonay, Vaud).


Venoir
Hameau de la commune d´Aymavilles (Vallée d´Aoste), contraction d´un ancien Vers-les-Noir, du nom d´une famille d´Aymavilles disparue.

Venon
Commune de Belledonne (Eybens, arrondissement de Grenoble, Isère), ecclesia de Venone au XIème siècle, Vennonem au XIIème siècle, du nom d´homme gaulois Venno[n].

Vénosc
Commune et village de l´Oisans (Le Bourg d´Oisans, arrondissement de Grenoble, Isère), Venosch au XIème siècle, parrochia de Vennoch au XIIIème siècle, parrochia de Vennasco et cura de Venesco au XIVème siècle, du bas latin vena, « lit de cours d´eau, canal, petit cours d´eau », latin vena, « filet d´eau, veine d'eau, eau », avec le suffixe -oscus [Nègre 1990].

Vens, Vinzel
Pourraient dériver du théonyme Vintius, divinité gauloise locale des eaux assimilée à Pollux, protecteur des marins.
Vens, colline au confluent du Fier et du Rhône où se trouvait un sanctuaire dédié à Vintius Pollux, avec l´inscription DEO VINTIO POLLVCI (Seyssel, Haute-Savoie) ;
Vens, nom attesté vers 1110, Veins en 1200, hameau (Conthey, Valais) ;
Vens, nom attesté en 1212, Vence par la suite, village (Vollèges, district d´Entremont, Valais) ;
Vens, hameau (Saint-Nicolas, vallée d´Aoste) ;
Vinzel, Vinzels en 1145, Vincet ou Vinset en 1219, Vinseyz et Vinzeus en 1224, Vinsel en 1299, Vinsez en 1335, commune et village (District de Rolle, Vaud).

Vent
Le terme Vent désigne un vent du Sud-Ouest, et par extension la direction du Sud-Ouest.
Bochérage de Vent, forêt (Mont-la-Ville, district de Cossonay, Vaud).
Voir aussi Bise.


Venthon, Venthône
Noms d´origine inconnue, probablement avec un suffixe issu du gaulois dunon, « forteresse ».
Venthon, anciennement Venton, commune et village de la Combe de Savoie (Albertville-Nord, arrondissement d´Albertville, Savoie) ;
Venthône, commune et village (District de Sierre, Valais) Venthona en 1131, Ventona en 1202, Ventonnaz en 1210, Ventuna en 1268, Venthonna en 1305, Venthone en 1438, nom allemand Venthen.

Ventreuse
La Ventreuse, hameau de la commune de Bonneville (Faucigny, Haute-Savoie), probablement par féminisation d´un sobriquet Ventreux, de l´adjectif vieux français ventreux, « ventru, dont le ventre est gros, disproportionné », latin ventriosus, même sens.

Verare, Verarey, Veratre
Du nom d´une plante vénéneuse de la famille de Liliacées, le varaire ou vératre (Veratrum album L.), ancien français veraire, appelée faussement « hellébore », parfois confondue avec la gentiane jaune ou grande gentiane.
Corne du Verare, lieu-dit en forêt (Saint-Légier-La-Chiésaz, district de Vevey, Vaud) ;
Le Veratre, Le Veratroz en 1906, lieu-dit (Vallorbe, district d´Orbe, Vaud).
Lieu où poussent des varaires, avec le suffixe collectif -ey :
Le Verarey, lieu-dit en forêt (Les Marécottes, Salvan, district de Saint-Maurice, Valais).


Verbant
Vigne de la commune de Bardonnex (Genève), En Bans en 1539, Vers Ban en 1611, au Verbant et vers Ban en 1730, composé de la préposition vers et de ban.

Verbier
Village de la commune de Bagnes (District d´Entremont, Valais), Verbyer en 1271, Verbiez en 1287, Verbyez en 1290, Verbie en 1294, pourrait signifier « vers les bisses » [Jaccard], voir le mot régional bisse.

Verbois
Lieu-dit et hameau de la commune de Russin (Genève) peut-être un composé de « vers [les] bois » ou « vert bois », ou plus probablement d´une racine ver- dérivée du mot régional verne, « aulne glutineux », et « bois ».

Vercaires, Verchère, Verchères, Verchière, Verchières,
Verchire, Vertchières
Terre attenante à une ferme, enclose et particulièrement bien entretenue, synonyme d´oche. Ancien français berchiere, verchere, verchiere, verchire, « terre attenant à la ferme », franco-provençal verchère, vercheyri, verchiere, « terre cultivée, terre joignant la maison d´habitation, verger », latin médiéval vercaria, vercheria, avergaria, du gaulois vercaria, « terrain cultivé ; jardin clos ; verger », de werko, « travail ».
« Verchere, s.f. (Jurisp.) vercheria ; terme usité dans quelques provinces, comme en Auvergne, pour exprimer un verger, ou lieu planté d´arbres & de légumes. Quelques - uns ont cru mal - à - propos que verchere signifioit un fonds donné en dot à une fille, sous prétexte que dans quelques anciennes chartes il est parlé de vercheres qui avoient été données en dot, le terme verchere désignant la qualité de la culture du bien, & non le titre auquel il est donné » [Diderot]. Bossard et d´autres continuent à propager cette interprétation. Pégorier fait une distinction entre verchères, « terre cultivée, verger, clos attenant à la maison (Dombes) », et verchière, « fonds de terre assigné en dot à une femme (Lyon anc.) ».
Du latin médiéval vercaria, « terrain cultivé » :
Les Vercaires, hameau (Saint-Sigismond, Faucigny, Haute-Savoie).

De l´ancien français verchere, verchiere, verchire, « terre attenant à la ferme » :
La Verchère, hameau (Poncin, Haut-Bugey, Ain) ;
La Verchère, Loco dicto in Vercheria et Loco dicto en la Verchiry en 1538, En les Verchires au XVème siècle, ancien hameau (Bâgé-la-Ville, Bresse, Ain) ;
La Grande Verchère, lieu-dit (Feillens, Bresse, Ain) ;
Verchères, hameau (Faverges, Haute-Savoie) ;
Les Verchères, lieu-dit (Onnens, district de Grandson, Vaud) ;
Les Verchères, hameau (Taninges, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Verchière, lieu-dit (Les Montets, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Verchières, maisons isolées (Granges, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Verchire, hameau (Montet, district de la Glâne, Fribourg) ;
Les Vertchières, probablement une forme patoise, habitat dispersé (Nendaz, district de Conthey, Valais).

Voir aussi Berchère.


Vercel
Commune et village du département du Doubs, Vercellis en 1148.

Verchaix
Commune et village de la vallée du Giffre (Samoëns, arrondissement de Bonneville, Haute-Savoie), Warchays en 1305, Verchey au XIVème siècle. Pour Boyer ce serait une variante de Verchère.

Verchaux
Maison isolée de la commune de Botterens (District de la Sarine, Fribourg), nom pour lequel Aebischer propose l´étymologie « vers Chaux ».

Verchiez
Hameau de la commune d´Ollon, district d´Aigle (Vaud), Verchy en 1835, Verchi en 1861. Toutefois, on trouve la mention d´un lieu habité Chiex, Chiez, aussi Verschiex et Vers Chiez en 1734, désignation reprise par Dufour et Siegfried. C´est donc un dérivé de l´ancien français chiés, « dans la maison de », du latin casis, pluriel de casa, « maison », qui a donné la préposition Chez [Jaccard].

Vercieu
Hameau de la commune de Montalieu-Vercieu (L´Isle-Crémieu, Isère), villa Vertiaco au XIème siècle, ecclesia de Verciaco au XIIème siècle, Verceu au XIIIème siècle, Vercie au XVème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Verciacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Vercius [Nègre 1990].

Vercorin
Village de la commune de Chalais (District de Sierre, Valais), Vercoreins en 1241, Vercorens de 1249 au XIXème siècle, Vercoren en 1806, Vercorins en 1906, pourrait être un nom d´origine burgonde ;
Bisse de Vercorin, cours d´eau (Vercorin, Chalais, district de Sierre, Valais) ;
Mayens de Vercorin, alpage (Vercorin, Chalais, district de Sierre, Valais).

Vercors
Le Vercors est une région montagneuse située à cheval sur les départements de l´Isère et de la Drôme. Son nom viendrait d´une tribu gauloise qui occupait cette région, les Vertacomicorii.
Le Vercors, hameau (Pinsot, Belledone, Isère).

Vercosin
Hameau de la commune de Belmont-Luthézieu (Valromey, Ain), de Vercosino vers 1340, Vercosins en 1345, Verconssin en 1670, nom probablement d´origine burgonde.

Verda, Verdaines, Verdalet, Verdan, Verdans,
Verdat, Verdau, Verdeau, Verdel, Verdelet,
Verdennes, Verdet, Verdets, Verdette, Verdeuse,
Verdignolaz, Verdignolettaz, Verdilloud, Verdisse, Verdon,
Verdonaz, Verds, Verdy, Verdzas, Verger,
Vergerat, Vergers, Verteau, Vertet, Vertillat
Verger, lieu verdoyant, lieu abondant en arbres et en plantes, ou pâturage, jardin, du latin viridis, « verdoyant, vert ».
Français verger, « lieu planté d'arbres fruitiers », du latin viridiarum :
Le Verger, maisons isolées (Echallens, Vaud) ;
Le Verger, du Vergier en 1443, hameau (Montcet, Bresse, Ain) ;
Le Grand Verger, hameau (Bons-en-Chablais, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
Grands Vergers, lieu-dit (Etoy, district de Morges, Vaud).

Avec le suffixe diminutif jurassien -at :
Le Vergerat, lieu-dit (Miécourt, district de Porrentruy, Jura).

Ancien français verdaine, « moisson encore verte » :
Les Verdaines, lieu-dit (Anières, Genève) ;
Les Verdennes, lieu-dit (Orny, district de Cossonay, Vaud).

Patois féminin verda, « verte » :
La Verda, alpage (Rougemont, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Dérivés de l´ancien français verd, « vert » :
Verds, pâturage, nom monté à la Tête des Verds, petit sommet, 2128m (Flaine, Grand Massif, Faucigny, Haute-Savoie).

Avec le suffixe -an, ou plus probablement du patronyme Verdan :
Verdan, hameau (Bossonnens, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Verdan, lieu-dit en forêt (Troistorrents, district de Monthey, Valais) ;
Les Verdans, hameau (Gingins, district de Nyon, Vaud).

Avec le suffixe -on :
Verdon, localité disparue, attestée en 1332 (Pays de Gex, Ain).

Avec le suffixe collectif patois -az :
Verdonaz et Tsa de Verdonaz, alpages, Torrent de Verdonaz, affluent du Buthier de Valpelline, dans la Comba de Verdonaz, nom monté à la Pointe de Verdonaz, 2868m (Oyace, vallée d´Aoste).

Avec les suffixes diminutifs -au, -eau, -el :
En Verdau, hameau (Autigny, district de la Sarine, Fribourg) ;
En Verdeau (Faoug, district d´Avenches, Vaud) ;
Sur le Verdel, maison isolée (Bulle, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Verteau, maisons isolées en clairière, et Verteau dessous, lieu-dit en forêt (Ville-en-Sallaz, Faucigny, Haute-Savoie).

Par féminisation du patronyme Verdel :
Les Verdelles, lieu-dit (Lovagny, Annecy, Haute-Savoie).

Double diminutif avec le suffixe -et :
Au Verdalet, maison isolée (Ursy, district de la Sarine, Fribourg).

Avec un patronyme Verdelet de même origine :
Champ Verdelet, lieu-dit (Baneins, Bresse, Ain).

Avec les suffixes diminutifs -et, -ette :
Verdet, maison isolée (La Sarraz, district de Cossonay, Vaud) ;
Les Verdets, lieu-dit, nom monté à la Tête des Verdets, sommet, 2389m (Bostan, Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Verdette, hameau (Notre-Dame-de-Bellecombe, Val d´Arly, Savoie).

Avec le suffixe diminutif jurassien -at :
Verdat, lieu-dit (Bressaucourt, district de Porrentruy, Jura).

Avec le suffixe collectif -isse :
Verdisse, hameau (Fillinges, Genevois, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif -y, patois verdie, « verger », peut-être aussi un patronyme :
Le Verdy, alpage (Bellegarde, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Verdy, Vardy sur la Carte Nationale, lieu-dit (Avully, Genève).

Avec le suffixe -euse :
Verdeuse, lieu-dit (Combe de l´A, Liddes, district d´Entremont, Valais).

Ancien français verdillon, « bois vert » :
Verdilloud, forêt (Corminboeuf, district de la Sarine, Fribourg).

Diminutif du français vert, avec le suffixe -et, peut aussi être un patronyme :
En Vertet, maisons isolées (Ecublens, district de Morges, Vaud) ;
Pra Vertet, lieu-dit (Massonnens, district de la Glâne, Fribourg).

Avec le suffixe diminutif jurassien -at :
Vertillat, lieu-dit (Alle, district de Porrentruy, Jura).

Peut-être une forme patoise de même origine :
Les Verdzas, alpage (Villars-sous-Mont, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg).

Peut-être une forme patoise valdôtaine de même origine :
Verdignolaz, alpage, Torrent de Verdignolaz, affluent du Buthier de Valpelline, dans la Comba de Verdignolaz (Valpelline, vallée d´Aoste).

Avec le suffixe diminutif patois -ettaz :
Verdignolettaz, hameau de la Comba de Verdignolaz(Valpelline, vallée d´Aoste).

Voir aussi Ferden, Vauverdanne, Vert.


Verdevant
Hameau de la commune de Taninges (Faucigny, Haute-Savoie) anciennement Verdevens, composé de la préposition vers et de Devens, « mis en défens ».

Verdière
Etendue de bois soumise à la juridiction d´un verdier (garde-forestier). Latin viridarium, « bosquet, parc », de viridia, « arbustes verts, verdure, bosquet », viridis, « verdoyant, vert », ou féminisation d´un patronyme Verdier, nom de métier.
Verdière, maisons isolées, et Bois de Verdière, forêt (Les Montets, district de la Broye, Fribourg).

Véréna
Maison isolée de la commune de Montet (District de la Glâne, Fribourg), francisation du prénom germanique Verena, « honnête, véridique, loyale ; soucieuse », du latin verus, « qui dit la vérité, sincère, franc ».

Verfey
Verfey, lieu-di et ferme de la commune de Saint-Paul-de-Varax (Dombes, Ain), Verfay en 1250, et Tour de Verfey, Castrum de Verfay en 1299-1369, ruine, probablement composé de la préposition vers et de Fey, « hêtre ».

Verge
La Verge, maisons isolées de la commune de Vienne (Isère), pourrait venir de l´ancien français verge, mesure linéaire de terre correspondant à un quart d´arpent, soit 1276 m.

Vergloz
Hameau de la commune de Seynod (Arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie), Virilgum en 867, curtemque Verilico en 879, aussi La Vergle au XIXème siècle.

Vérizieu
Hameau de la commune de Briord (Bugey, Ain), de Viriseio en 1148-1152, Virizeu en 1318, Virisiacus en 1429, Virisieu en 1563, puis Verisieux, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Virisiacum, dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme Virisius dérivé de Virius.

Verjon, Verjonnière
Verjon, commune et village de la Bresse (Coligny, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), Medietas Vertionis villae cum ecclesi en 937-962, in agro Vircionis au Xème siècle, Verjon en 1236, Verjons vers 1250, de Vergeone vers 1350, probablement d´un anthroponyme Virtius.
Forme adjective Verjonnière :
Château de la Verjonnière, La Verjonniere en 1355 (Verjon, Bresse, Ain), Domaine de la Verjonnière, maisons isolées, et Forêt de la Verjonnière, dans la commune voisine (Courmangoux, Revermont, Ain).


Verjus
Les Verjus, lieux-dits des communes de Lancy et Plan-les-Ouates (Genève), du français verjus, « suc acide extrait du raisin vert », composé de vert, « aigre », et français jus, latin jus, juris, même sens.

Verlière
La Verlière, maisons isolées de la commune de Pirajoux (Bresse, Ain), du patronyme Verlière ou par féminisation d´un patronyme Verlier, ou de Berlière par bêtacisme.

Vermeilley, Vermelle, Vermillères
Ancien français vermeil, « endroit où le sanglier a remué la terre pour y chercher sa nourriture », verbe vermillier, « fouiller la terre pour y trouver des vers, en parlant du sanglier », de vermil, « ver », latin vermiculus, « petit ver ».
Le Vermeilley, maison isolée (Arzier, district de Nyon, Vaud) ;
Les Vermillères, La Vermillière en 1911, maisons isolées (Chaneins, Dombes, Ain).
Peut-être de même origine :
Vermelle, ecclesia de Vermaella au XIIème siècle, Vermella, de Vermiselli et de Vermeello au XIIIème siècle, et Bas Vermelle, hameaux (Nivolas-Vermelle, La Tour-du-Pin, Isère).


Vermes
Commune et village jurassiens du district de Delémont, cella Verteme en 769, Vertima en 849, Vermunt en 1308, Vernmont en 1317, Vertemon en 1325, du gaulois vertima, « sommet » [Besse], ancien nom allemand Pferdmund, « bouche de cheval », remotivation de Vertemon.

Vermondins
Les Vermondins, lieu-dit de la commune de Boudry (Neuchâtel), déjà cité en 1282, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Warmundingos, « chez les Warmundingi », dérivé du nom propre Warmund, du burgonde *warja, « défenseur » et *munds, « abri, protection ».

Vernamiège
Commune et village valaisans du district d´Hérens, Vernamesia à la fin du XIème siècle, Vernamiesi en 1203, Vernimiesi en 1224, Vernamiesia en 1227, Vernamyesy en 1250, Vernameisi en 1255, Vernamiesa en 1300, Warnamesia en 1389, Vernamisia en 1476, Vernamies en 1516, Vernamisii en 1519, dont le nom signifie « milieu des vernes », voir Verna, et latin medius, « qui est au milieu », grec mésos, même sens.
Lac de Vernamiège, dans la même commune.

Vernand, Vernant
Soit un lieu planté de vernes, voir Vergnaule, soit par composé de vers Nant, soit encore de l´adjectif ancien français vernant, « du printemps ».
Vernand, lieu-dit au bord de l´Arve (Annemasse, Haute-Savoie) ;
Vernand-Camarès, Vernand-Dessous et Vernand-Dessus, hameaux, Vernant en 1184, (Romanel-sur-Lausanne, district de Lausanne, Vaud) ;
Vernant, lieu-dit en forêt (Féternes, Chablais, Haute-Savoie) ;
Vernant, forêt, et Chalets de Vernant, alpage (La Tour, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Chalet de Vernant, alpage, Lac de Vernant, nom monté au Col de Vernant, 1967m (Arâches-la-Frasse, Faucigny, Haute-Savoie).

Vernange
Vernange, château de la commune de Saint-André-de-Corcy (Dombes, Ain), Mansus de Vernangis en 1299-1369, et Etang de Vernange, Vernanges en 1530, étang voisin (Civrieux, Dombes, Ain), nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Wârningas, « chez les Warningi », voir Cuarnens [Perrenot].

Vernière
La Vernière, alpage de la commune du Pâquier (District du Val-de-Ruz, Neuchâtel), probablement par féminisation d´un patronyme Vernier, nom de métier, ancien français vernier, « celui qui cultive ou vend des fruits du printemps », ou issu de l´anthroponyme germanique Warnierus, voir Bovernier.

Verpillère, Verpillères, Verpillière, Verpillières, Vorpeillère,
Vorpet, Vorpilles, Vorpillière, Vuarpillière, Vuarpillières,
Vulpellière, Vulpilière, Vulpillière, Vulpillières, Vurpillat
Ancien français verpil, vorpil, voulpil, vulpil « renard », bas latin *vulpeculus, vulpiculus, latin vulpecula, formes diminutives de vulpes, « renard ».
Le Vorpet, lieu-dit (Les Brenets, district du Locle, Neuchâtel) ;
Vorpilles, alpage (Breuil, Valtournenche, vallée d´Aoste).
Mots régionaux verpillière, volpillière, vulpilière, « lieu fréquenté par les renards », ancien français vulpilliere, latin vulpiliens, avec le suffixe collectif -ière ; certains de ces toponymes peuvent être des féminisation d´un patronyme de même origine :
La Verpillère, La Verpillière en 1911, lieu-dit en forêt (Lantenay, Haut-Bugey, Ain) ;
Les Verpillères, maisons isolées (Choulex, Genève) ;
La Verpillière, de Vulpilleri au XIIIème siècle, Vulpilleria et Verpoleya au XVème siècle, Verpillyat au XVIIIème siècle, canton, commune et village (Arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère) ;
Les Verpillières, lieu-dit (Vandoeuvres, Genève) ;
Vorpeillère, lieu-dit (Etroubles, vallée d´Aoste) ;
La Vorpillière, hameau (Massongex, district de Saint-Maurice, Valais) ;
La Vuarpillière, lieu-dit (Nyon, Vaud) ;
Les Vuarpillières, lieu-dit en forêt (Les Gets, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Vulpellière, hameau (Saint-Rhémy-en-Bosses, vallée d´Aoste) ;
La Vulpilière ou La Vulpillière, maisons isolées (La Folliaz, district de la Glâne, Fribourg) ;
La Vulpillière, hameau, et Bois de la Vulpillière, forêt (Puidoux, district de Lavaux, Vaud) ;
La Vulpillière, hameau (Magland, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Vulpillière, Vulpilleria en 1416, Vulpillieria en 1439, La Verpillère sur la Carte de Cassini, hameau (Curciat-Dongalon, Bresse, Ain) ;
Les Vulpillières ou Les Vulpilliaires, hameau (Cottens, district de la Sarine, Fribourg).

Avec le suffixe collectif patois -at :
En Vurpillat, lieu-dit en forêt (Corbonod, Bugey, Ain).


Verrerie, Verrier, Verrière
Français verrier, « ouvrier qui fait du verre et des ouvrages de verre ».
Chez le Verrier, maisons isolées (Vermes, district de Delémont, Jura).
Lieu où l´on fabriquait le verre, verrerie, vieux français verrière, ou carrière dont on tire le sable pour faire le verre, avec les suffixes d´action -erie, ière :
La Verrerie, hameau et nouvelle commune fribourgeoise du district de la Veveyse, qui regroupe les anciennes communes du Crêt, de Grattavache et de Progens ;
La Vieille Verrerie, ancienne verrerie (Alex, Bornes, Haute-Savoie) ;
La Verrière, carrière (Le Chenit, Vallée de Joux, Vaud).

Voir aussi Veyras.


Verres
Pointe des Verres, sommet de la Chaîne des Aravis (Haute-Savoie), 2532m, dont le nom est certainement une remotivation.

Verrès
Commune et village de la vallée d´Aoste, Vitricium sur l´Itinéraire d´Antonin, Vitricio sur la Table de Peutinger, nom qu´on rapproche du latin vitrius, « de verre », et qui indiquerait la présence d´une ancienne verrerie.

Verrières, Verrières-de-Joux
Ce toponyme pourrait être un dérivé de *verraria, issu de vernaria par assimilation de rn en r[r].
Les Verrières, anciennement Mijoux, Mi-Joux dit ès Verrières, Verreyres et bonna villa de Verreriis en 1344, correspond peut-être au Vernenae sive locus qui dicitur Vereria du testament de la comtesse Isabelle de Neuchâtel du 27 novembre 1394, commune et village (District du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
Les Verrières, au lieu dit la Verriere en 1545 [Michaud], vignes (Bôle, district de Boudry, Neuchâtel) ;
Les Verrières-de-Joux, commune et village (Pontarlier, Doubs).

Verrue
La Verrue, maison isolée de la commune de Saint-Germain-sur-Renon (Dombes, Ain), probablement de l´ancien français verrue, « caprice, fantaisie ».

Vers
Préposition utilisée soit en composition, soit avec un nom, soit avec la préposition chez. Du latin versus, « vers ».
Vers les Granges, lieu-dit (Larringes, Chablais, Haute-Savoie) ;
Vers-chez-Perrin, hameau (Payerne, Vaud).

Vers
Vers, Cura de Ver vers 1344, commune et village du Genevois (Saint-Julien-en-Genevois, arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie) ;
Vers, Apud Vert en 1299-1369, Apud Vers en 1440, Vert en 1510, hameau (Nurieux-Volognat, Haut-Bugey, Ain).

Versailles
Lieu-dit de la commune de Moudon (Vaud), nom qui signifierait « terres défrichées, labourées », de verser, ancien français versal, « renversé », du latin versare, « renverser », décrivant l´action de la charrue qui renverse la terre, avec le suffixe collectif ou péjoratif -aille.
Plus probablement, de l´ancien français versail, « endroit uni et débarassé des mauvaises herbes pour servir de place de tir à l´arbalète ».

Versailleux
Commune et village de la Dombes (Chalamont, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), Ecclesia de Vassalliaco en 1103, Petrus de Vassaliaco en 1145, Vassaleu en 1191, Vassailliacus en 1258, Castrum de Vassaliaco en 1299-1369, Vassaliacus vers 1401, Vassaleu en 1191, Vassalieu et Vassailieu en 1226, Vassaillieu en 1243, Vassalie en 1250, Vassailliacus en 1258, Vassayliacus en 1272, Versalieu en 1699, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Vassaliacum, dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme Vassalius, latin vassalius, « vassal, individu lié par serment au seigneur » ; pour Nègre 1990 ce nom dérive avec le suffixe -iacum de l´anthroponyme germanique Wacili, avec plus tard attraction de Versailles.

Versannes
1. Ancien français versaine, versane, « terre qui se repose après avoir donné deux récoltes ; terre préparée pour la semence ; mesure de longueur variable, espace parcouru par le laboureur sans qu'il revienne sur ses pas ». Dérivé de verser.
Les Versannes, lieu-dit où se trouve un bloc erratique (Farvagny, district de la Sarine, Fribourg).
2. En Valais, ancienne méthode de culture par provinage, par creusement de tranchées.
Chemin des Versannes (Grimisuat, district de Sion, Valais).


Versant
Le Grand Versant, lieu-dit de la commune de Veyrier-du-Lac (Bornes, Haute-Savoie), côté du Mont Baron qui domine le lac d´Annecy ; français versant, « chacune des pentes d´une chaîne de montagnes ».

Versé
Peut-être synonyme de « versant », du latin versare, « tourner ».
Le Versé, En Versé en 1764, hameau (Lignerolle, district d´Orbe, Vaud).

Versegères
Village valaisans de la commune de Bagnes, district d´Entremont, Vercheseres en 1228, Verchisiri en 1235, Verchisieri en 1338, Verschiscery et Verschiserie en 1359, composé de vers, « près de », du latin versus, et d´un second terme de même origine que Chesières.

Vers Ensier
Hameau de la commune de Troistorrents (District de Monthey, Valais), vers en Siez en 1696, « dans les rochers », voir Siex.

Vers-les-Prés
Hameau de la commune d´Aymavilles (Vallée d´Aoste), remotivation d´un ancien Vers-les-Praz du nom d´une riche famille d´Aymavilles, les Praz.

Versoie, Versoix, Versoye, Versoyen
Vieux français versoi ou bersoye, « repaire, maison de chasse », ancien français bersoier, « chasser », d´un bas latin bersa, « treillis d'osier ; parc, [forêt] enclose ».
La Versoie, cours d´eau affluent du Léman (Thonon et Pays de Gavot, Chablais, Haute-Savoie) ;
La Versoie, hameau (Allinges) et Marais de la Versoie (Thonon, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Versoix le Bourg, castrum quod vocatur versoi en 1022, Versoya en 1264, Berseya en 1277, castrum de Versoya en 1278, Versoy en 1291, Cura de Versoia vers 1344, village et Versoix la Ville, hameau de la commune de Versoix (Genève), et La Versoix, Aqua Versoye en 1319, Supra Versoyam en 1497, Versois en 1730, Versoie en 1906, cours d´eau affluent du Léman (Pays de Gex, Ain, puis Vaud et Genève) ;
Versoye-les-Granges, maisons isolées (Bourg-Saint-Maurice, Tarentaise, Savoie).
Avec le suffixe -en :
Le Versoyen, cours d´eau (Bourg-Saint-Maurice, Tarentaise, Savoie).


Versonnex
Peut-être d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Verseniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Versenius.
Versonnex, Versenay en 1200, Versenai en 1234, de Versenayco en 1279, Versonay en 1300, Versonex en 1528, Versonex en 1697, commune et village (Pays de Gex, Ain) ;
Versonnex, Cura de Versonay vers 1344, commune et village de l´Albanais (Rumilly, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie).

Versoud
Du bas latin versatorium, « [canal] déversoir ».
Le Versoud, ecclesia de Versatorio au XIème siècle, Versaour au XIIIème siècle, commune et village du Grésivaudan (Domène, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Le Versoud, cours d´eau affluent de l´Isère (La Rivière, Vercors, Isère) ;
Le Versoud, lieu-dit (Brénod, Haut-Bugey, Ain).

Versvey
Hameau de la commune d´Yvorne, district d´Aigle (Vaud), probable Vershuit en 1770, Vers-Vey et Vervey en 1906, pourrait signifier « vers la route » [Jaccard], voir Vy.

Vert, Verte, Vertes, Verts
De couleur verte, français vert, verte, « qui est d´une couleur semblable à celle des feuilles, des herbes », ancien français verd, verde, vert, verte, latin viridis, « verdoyant, vert ».
Lac Vert, petit lac (Les Crosets, Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais) ;
Gouille Verte, marais (Martigny-Combe, district de Martigny, Valais) ;
Moulin de Vert, lieu-dit (Cartigny, Genève) ;
Pra Vert, maison isolée (Le Flon, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Forêt Verte, lieu-dit (Riddes, district de Martigny, Valais) ;
Gouille Verte, étang (Mâche, Hérémence, district d´Hérens, Valais) ;
La Vallée Verte, bassin versant de la Menoge (Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Verts, pâturage (Sallanches, Haut-Faucigny, Haute-Savoie), nom monté au Col des Verts, 2499 et à la Pointe des Verts, 2555m, et passé sur l´autre versant à la Combe des Verts, lieu-dit (Chaîne des Aravis, Haute-Savoie).
Adjectif qualifiant des montagnes, soit en raison de la couleur de la glace ou des rochers, soit parce qu´il s´agit de montagnes herbeuses :
Col Vert, 3394m, nom probablement descendu de l´Aiguille Verte voisine (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais, et vallée d´Aoste) ;
Aiguille Verte, sommet, 3489m (Massif du Mont-Blanc, Haute-Savoie) ;
Aiguille Verte, sommet, 4122m (Massif du Mont-Blanc, Haute-Savoie) ;
Aiguille Verte, sommet, 2045m (Bargy, Massif des Bornes, Haute-Savoie) ;
Tête Verte, sommet, 2857m, appelée aussi Babylone (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais et vallée d´Aoste) ;
Aiguilles Vertes, 2140m (Le Petit-Bornand-les-Glières, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Dents Vertes, chaînon, 1812m (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg).

Voir aussi Verda.


Verthier
Commune et village de la commune de Doussard (Pays de Faverges, Haute-Savoie), du nom de la Villa Vetri, avec le gentilice gallo-romain Vetrius, variante de Veturius.
Bois de Verthier, forêt déclive au-dessus de Verthier.

Vertrieu, Vétreuse, Vétroz
D´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Vertriacum, dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme gaulois Vertros.
Vertrieu, Vertrieu au XIIIème siècle, Vertriacum au XIVème siècle, commune et village de L´Isle-Crémieu (Crémieu, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère) ;
Vétroz, Vertriacum vers 1100, Vertres en 1146, Vertro en 1170, Vertroz en 1178, Vétro en 1203, Vertru en 1269, Vertrey en 1272, commune et village (District de Conthey, Valais) ;
Vétreuse, lieu-dit, peut-être un alpage ayant appartenu à Vétroz (Ovronnaz, Leytron, district de Martigny, Valais).

Verville
Lieu-dit de la commune de Ponthaux (District de la Sarine, Fribourg), patronyme.

Vesan, Vesenand, Vésenand, Vésenau, Vesenaud,
Vésenaz, Vesin, Vésinaz, Vésine, Vésines,
Vesonne, Veysonnaz, Visinant, Voisinage, Voisinal
Toponymes ayant le sens de « lieu voisin [du village], voisinage », dérivés du latin vulgaire *vecinus, latin vicinus, « voisin, proche, prochain », issu de vicus, « bourg, village ».
Français voisinage, « proximité d´un lieu à l´égard d´un autre » :
Le Voisinage, hameau-rue, Sous le Voisinage, lieu-dit (Les Ponts-de-Martel, district du Locle, Neuchâtel).

Hameau au voisinage du village, ancien français voisinal, « voisin, proche » :
Voisinal, hameau (Oyace, vallée d´Aoste).

Patois vesin, « voisin », du latin vicinus, même sens :
Vesin, Visins en 1223, commune et village (District de la Broye, Fribourg) ;
Gros Vesin, colline boisée (Romairon, district de Grandson, Vaud) ;
Vésine, hameau (Chapeiry, Albanais, Haute-Savoie) ;
Vésines, Villam Eniscum et Osam majorem en 946, Eniscus et Enescus vers 950, villam Aniscum en 1017-1025, Aisina en 1293, Ennes en 1427, Enes en 1463, Veysine en 1679, Aine en 1734, Aynes ou Vesine en 1790, Aisne et Vesine en l´an X, commune et village de la Bresse (Bâgé-le-Châtel, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain).

Probablement une forme patoise de même origine :
Vesan, hameau (Torgnon, vallée d´Aoste).

Patois féminin vesena, « voisine » [Bridel] et [Constantin], du latin vicina, même sens :
Vésenaz, Vysinaz en 1336, Vessenaz sur la Carte de Cassini, village (Collonge-Bellerive, Genève) ;
Vésinaz, ruine d´alpage, nom monté au Col de Vésinaz, 1802m (Bellevaux, Chablais, Haute-Savoie) ;
Vesonne, Vesona en 1016-1018, hameau (Faverges, Haute-Savoie) ;
Veysonnaz, in Visinado en 983, Veisona vers 1200, Vesona en 1243, Vesonna en 1299, Vysona en 1321, Veysona en 1322, Visona en 1352, etc., Vaissonaz en 1861, commune et village (District de Sion, Valais).

Patois *vesenant, visinant, « voisinant », ancien français vicinance, visinance, « voisinage », latin tardif vicinatus, « voisinage » :
Ruisseau Vesenand, cours d´eau affluent de la Broye (Semsales, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Vésenand, hameau (Vouvry, district de Monthey, Valais) ;
Le Visinant, quartier (Font, district de la Broye, Fribourg).

Dérivé de l´adjectif latin vicinalis, « de voisin » :
Vesenaud ou Vésenau, Vecenali en 1486, hameau (Choëx, Monthey, Valais) ;
Vésenau, Visinal en 1343, Vicinali en 1365, Visinaux vers 1720, appelé aussi Vésenaz en 1906, hameau (Vérossaz, district de Saint-Maurice, Valais).


Vesancière, Vesancy, Vissenche
Probablement d´un nom gallo-romain *[villa] Vicentia, par féminisation du gentilice Vicentius.
La Vesancière, chalet sur la commune de Vesancy, par féminisation du nom de la commune ;
Vesancy, Vizencie vers 1200, Visencie en 1256, Vissencie en 1297, Visencier en 1298, Visenciez en 1526, Vesanci en 1589, Vesency en 1730 et sur la Carte de Cassini, Vesancy en 1734, commune et village du Pays de Gex (Arrondissement de Gex, Ain) ;
La Vissenche, La Vesenchy en 1493, domaine viticole ayant selon Jaccard appartenu aux donzels de Vesancy : domicellos de Vicencie, Visincie, mentionnés dans un acte pour des terres à Gilly (Gilly, district de Rolle, Vaud).

Vescours
Commune et village de la Bresse (Saint-Trivier-de-Courtes, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), in villa Vescurtis au Xème siècle, Vecors vers 1325, Vescors vers 1350, Vecours en 1656, nom composé de l´anthroponyme germanique Wiso, ancien haut allemand wisen, « conduire diriger », et de curtis.

Vesegnin
Village de la commune de Prévessin (Pays de Gex, Ain), Visignyns en 1332, Visignien et Visignins en 1397, Visignin en 1526, Vesegnin en 1730, Vesignin en 1844, peut-être un nom d´origine burgonde.

Vésenex
Village de la commune de Vésenex-Crassy (Arrondissement de Gex, Ain), Versenai au XIIIème siècle, Visinai en 1238, apud Visinay en 1437, Vesenay en 1730, Vesenex en 1846, Vésenez-Crassy en 1847, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Verseniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Versenius.

Vesinclos
Le Vesinclos, lieu-dit de la commune de Pont-la-Ville, district de la Gruyère (Fribourg), probablement « le clos voisin », composé de Vesin et de Clos.

Vésonne, Vézeronce
Hydronyme qui dériverait d´une racine préceltique *vis-, avec des suffixes prélatin *-ar et *-ontia [Nègre 1990].
La Vézeronce, Vezerons sur la Carte de Cassini, hameau dans la Combe de la Vézeronce, lieu-dit (Le Grand-Abergement, Valromey, Ain) ;
La Vézeronce, Le ruisseau de Véseronce en 1650, Vezeronce sur la Carte de Cassini, ruisseau affluent du Rhône (Lhôpital, Michaille, Ain) ;
Vézeronce, ecclesia in Veseroncia au Xème siècle, bastida de Veseruntia et Veseruncia au XIVème siècle, ancien village qui fait maintenant partie de Vézeronce-Curtin, chef-lieu de la commune de L´Isle-Crémieu du même nom, commune jusqu´en 1973, L´Etang de Vézeronce, lieu-dit, et La Vézeronce, cours d´eau affluent du Rhône non nommé sur la Carte IGN (Morestel, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère).
D´une racine préceltique *vis-, avec des suffixes prélatin *-ar et *-onna [Nègre 1990] :
La Vésonne, Veserona au Xème siècle, cours d´eau affluent du Gère à Estrablin (Pays viennois, Isère).


Vessières, Vessieu, Vichères
Ancien français vesciere, « lieu où l´on cultive des vesces » (Vicia sativa), aussi appelées poisettes [Jaccard].
Les Vessières, maisons isolées (Saint-Aupre, Pays voironnais, Isère) ;
Le Vessieu, hameau (Morlon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Vichères et Petit Vichères, Vescheria en 1259, Vechieres au XVIème siècle, Veschiere vers 1720, hameaux (Liddes, district d´Entremont, Valais).

Vessignat
Hameau, chef-lieu de la commune de Bohas-Meyriat-Rignat (Revermont, Ain), Vessigna sur la Carte de Cassini, probablement d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Vesiniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Vesinius.

Vessy, Vétan
Noms de domaines d´origine gallo-romaine dérivés du gentilice Vescius ou Vetius, issu du cognomen Vetus, « vieux ».
Avec le suffixe -acum :
Vessy, Vessiacum ou Vesciacum en 1303, Vessier en 1368, hameau (Veyrier, Genève).

Avec le suffixe -anus :
Vétan, hameau (Saint-Pierre, vallée d´Aoste).


Vétraz, Vitriat, Vitrieu
Noms dérivés du nom d´homme Vitrius ou Victor, Victorius.
D´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Vitriacum, dérivé avec le suffixe -acum, cf. Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), Victoriacum au IXème siècle et Vitriacum en 1200 :
Vétraz, Vitraz en 1203, village de la commune de Vétraz-Monthoux, commune jusqu´en 1818 (Arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie) ;
Vitriat, anciennement Vitriacus, Vitria sur la Carte de Cassini, Vitriaz en 1872, hameau (Curciat-Dongalon, Bresse, Ain).

Dérivé avec le suffixe -oscus :
Vitrieu, hameau dispersé de la commune de Vernioz (Pays viennois, Isère), in Vitrosco au Xème siècle, devenu de Vitriaco au XIVème siècle, par échange avec le suffixe -acum.


Veuralays
Les Veuralays, lieu-dit du Val Ferret, commune d´Orsières, district d´Entremont (Valais), nom qui dériverait du patois veura, forme locale de Oura, « vent », pour désigner le souffle des avalanches.

Veuvier, Vevay, Vevie, Viveret, Vivier,
Viviers, Viviers-du-Lac, Vivy, Vivys
Vivier, étang à poissons, ce toponyme a pu survivre à l´assèchement de l´étang originel. Aussi : « garenne, réserve de chasse ». Au Moyen Age, étang construit à proximité d´un château pour améliorer sa défense et servir de réserve à poissons en temps de paix. Latin vivarium, « garenne, vivier ».
Français vivier, « pièce d´eau courante ou dormante, dans laquelle on nourrit, on conserve du poisson », ancien français vivier, « étang » :
Le Vivier, lieu-dit (Suchy, district d´Yverdon, Vaud) ;
Le Vivier, lieu-dit (Lhuis, Bugey, Ain) ;
Etang du Vivier, source du Boiron (La Rippe, district de Nyon, Vaud) ;
Etang Vivier, étang (Meximieux, Dombes, Ain) ;
Le Pré du Vivier, lieu-dit (Saint-Etienne-sur-Chalaronne, Dombes, Ain) ;
Les Viviers, maisons isolées (Delémont, Jura) ;
Viviers-du-Lac, Viveria en 1488, Le Viviers jusqu´en 1956, commune et village (Aix-les-Bains-Sud, arrondissement de Chambéry, Savoie).

Ancien français viveret, « vivier, étang » :
Viveret, Viveretum en 1399, Locus de Vivereto en 1538, hameau (Bâgé-la-Ville, Bresse, Ain).

Formes patoises :
Plan Veuvier, lieu-dit avec un étang semi-artificiel (Aymavilles, vallée d´Aoste) ;
Derrière le Vevay, biel du vevé en 1683, maison isolée (Roches, district de Moutier, Jura bernois) ;
Vevie, point d´eau (Courchapoix, district de Delémont, Jura) ;
Grand Vivy, aussi Vieux Vivy, podium de Veteri Viver en 1293, château et ferme, et Petit Vivy, hameau et château, castrum de viver et turris en 1293, les deux nommés viuirs en 1153, Viviers en 1173, Viuiers au XIIème siècle, Vivers et Viviers en 1203, Vivier en 1378, Viviers en 1441, Viffers en 1578, noms allemands Klein-Vivers, Groß-Vivers (Barberêche, district du Lac, Fribourg) ;
Les Vivys, lieu-dit (Mont-la-Ville, district de Cossonay, Vaud).


Vevey, Veveyse
Vevey, ville, commune et district du canton de Vaud, sur les rives du Lac Léman, à l´emplacement d´une bourgade romaine située à la bifurcation des routes reliant l´Italie aux places fortes de Genève et d´Avenches, Vibisco dans l´Itinéraire d´Antonin, Vivisco sur la Table de Peutinger, Bibiscon au Vème siècle [Anonyme de Ravenne], Viviscum en 1011, Vivesium en 1017, apud Vives en 1142, Vivois en 1163, Vivex au XIIème siècle, Viveis en 1225, autres noms latins Bibiscum et Viviacum, nom allemand Vivis, nom qui dérive soit de l´ethnonyme Vivisci, nom d´une tribu celtique, soit du patronyme d´un Celte Vibius ou Vivius, avec le suffixe -acum. Selon André de Giuli [in litt.] l´origine serait biviscum, dérivé de bi, « deux », et viae, « routes », cf. le latin bivium, « bifurcation », la terminaison -cum venant du suffixe -iacum, Vevey se trouvant à un bifurcation. Toutefois cette interprétation de heurte au fait que le suffixe -iacum ne se rencontre qu´avec des noms de personnes. D´autres auteurs pensent qu´à l´origine du nom est la rivière, dont le nom viendrait d´un *uiuis, la « rivière double », nom composé d´un préfixe *ui-, « double », et d´une racine *uis-, signifiant « cours d´eau », par allusion à la Veveyse de Châtel et celle de Feygire.
Par féminisation :
La Veveyse, aquas que Vivesia et Baia dicitur en 1257, Viveysiz en 1536, Vivaise en 1668, nom allemand Vivisbach, cours d´eau affluent du Léman, nommée d´après la ville de Vevey qu´elle traverse - à moins que ce soit l´inverse, voir ci-dessus, et district fribourgeois.


Vêvres, Voivre, Voivres, Vouèvre
Mot régional vèvre, voivre, « bois, broussailles » [Pégorier].
Les Vêvres, lieu-dit (Pont-de-Vaux, Bresse, Ain) ;
En Voivre, ancien lieu-dit (Samognat, Haut-Bugey, Ain) ;
Les Voivres, ancien lieu-dit (Boyeux-Saint-Jerôme, Haut-Bugey, Ain) ;
La Vouèvre, Waivre en 1332, Le Voivre en 1906, forêt (Damphreux et Lugnez, district de Porrentruy, Jura).

Vex
Commune et village valaisans du district d´Hérens, Ves, Vies, Voes et Veiz vers 1200, Vico en 1239, probablement du latin vicus, noms allemands Fäsch, Vesch.

Vey, Veyâ
Endroit où les bergers devaient veiller (en patois veye) les vaches, en particulier en l´absence d´étable [Fellay].
Le Vey, lieu-dit (Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
Le Veyâ, lieu-dit (Bagnes, district d´Entremont, Valais).

Veyges
Hameau de la commune de Leysin (District d´Aigle, Vaud), feudum Viegi en 1232, Veges en 1315, Veiges en 1906, nom d´origine inconnue.

Veyle
Probablement du nom primitif de Pont-de-Veyle, Vela en 1096, patois bressan vela, veyla, « village ».
La Veyle, Ab amne Vele en 948-955, In ripa Vele en 1018-1030, In amne Vela en 1074-1096, a rivulo Vela en 1096-1124, in riparia Veile en 1219, Rivus de Veyla en 1285, La rivière de Veyle en 1612, cours d´eau affluent de la Saône (Bresse, Ain) ;
La Petite Veyle, Bez en 1272, bras secondaire de la Veyle à son embouchure (Grièges, Bresse, Ain).
Noms de lieux dérivés du nom de la rivière Veyle :
Bois de Veyle, maisons isolées (Chaveyriat, Dombes, Ain) ;
La Grande Veyle et La Petite Veyle, lieux-dits (Grièges, Bresse, Ain) ;
Grange de Veyle, Le Veyle sur la Carte de Cassini, La Veyle au XVIIIème siècle, Grange des Villes en 1841, Veyles en 1911, maisons isolées (Illiat, Dombes, Ain) ;
Pré de Veyle, lieu-dit à l´embouchure de la Veyle (Grièges, Bresse, Ain).

Voir aussi Dompierre-sur-Veyle, Pont-de-Veyle, Saint-Jean-sur-Veyl, Saint-Julien-sur-Veyle.


Veyras
Commune et village valaisans du district de Sierre, Veras et Verace en 1612, aussi Veirasse et Veyraz en 1906, dont le nom pourrait provenir du patois local veyré, « verrerie », mais la mention de Variaco en 1084 fait plutôt penser à un domaine gallo-romain *Variacum, appartenant à un homme portant le cognomen de Varius, voir Veyrin.

Veyre, Veyret, Veyron
Mot régional du Sud-Est veyre, « friche, terrain pierreux » [Pégorier]. Probablement du prélatin *vara, « terrain délaissé par l´eau », racine préceltique *var-, liée à l´eau. Le patronyme Veyre est issu du toponyme.
Veyre, maisons isolées (Saint-Trivier-sur-Moignans, Dombes, Ain) ;
Sous Veyre et Sur Veyre, lieux-dits (Villereversure, Revermont, Ain) ;
Pré du Veyre, lieu-dit en forêt (Ambel, Beaumont, Isère) ;
Veyre de Brian, lieu-dit (Corps, Beaumont, Isère) ;
Les Veyres, lieu-dit (Tréminis, Trièves, Isère) ;
Côtes Veyres, lieu-dit en forêt (Saint-Michel-les-Portes, Trièves, Isère) ;
Ruisseau des Veyres, affluent du Ruisseau des Sagnes (Saint-Jean-d´Hérans, Trièves, Isère).
Diminutifs avec les suffixes -et, -ette, et patronyme Veyret, issu du toponyme :
Champ Veyret, lieu-dit (Bizonnes, Bièvre, Isère) ;
Bas Veyret, hameau (Bossieu, Bièvre, Isère) ;
Les Veyrets, hameau (Izeron, Royans, Isère).

Diminutifs avec le suffixe -on, et patronyme Veyron, issu du toponyme :
Combe Veyron, hameau (Belmont-Tramonet, vallée du Guiers, Savoie) ;
Le Veyron, hameau (La Buisse, Pays voironnais, Isère) ;
Maison Veyron, hameau (Savas-Mépin, Pays viennois, Isère) ;
Maison Veyron, maisons isolées (Villeneuve-de-Marc, Pays viennois, Isère) ;
Cours-le-Veyron, hameau (Saint-Geoirs, Bièvre, Isère).

Voir aussi l´hydronyme Veyron.


Veyriat, Veyrier, Veyrier-du-Lac, Viriat, Virieu,
Virieu-le-Grand, Virieu-le-Petit, Virieux, Viry
Du nom romain [fundus] Viriacus ou [fundus] Veriacus, domaine d´un Gallo-Romain Virius ou Verius, nom formé avec le suffixe -acus.
Veyrier, Vayrie en 1201, Voiriey en 1257, Veyrier en 1273, Veyrie en 1290, Vairie au XIVème siècle, Veyry en 1650, Very sur la Carte de Cassini, Veiri en 1817, Veirier en 1890, commune et village, et Le Petit Veyrier, hameau (Genève) ;
Veyrier-du-Lac, Voyriey en 1257, Vairier d´Annecy jusqu´en 1901, commune et village des Bornes, au bord du lac d´Annecy (Annecy-le-Vieux, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie), nom monté au Mont Veyrier, 1291m, dans la même commune ;
Viriat, Viriacus vers 1170, Ecclesia de Vyriaco en 1184, Viries vers 1250, Parrochia de Viria en 1272, Viriaz, Viriac en 1563, Viriat et Viriatz en 1564, commune et village de la Bresse (Arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
Virieu, Viriacum au XIème siècle, canton, commune et village, et Château de Virieu du XIème siècle (Arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère) ;
Virieu-le-Grand, Apud Viriacum majorem en 1149, Vireu en 1200, Viriacus en 1247, Viriacus Magnus en 1345, Viriou en 1385, commune et village du Bugey, Lac de Virieu, et Grande Montagne de Virieu, 1056m (Arrondissement de Belley, Ain) ;
Virieu-le-Petit, Viriacus vers 1146, Cura de Viriou parvo vers 1344, Viriacus parvus en 1345, commune et village du Valromey (Champagne-en-Valromey, arrondissement de Belley, Ain).
Le Virieux Martin, maisons isolées (Corbonod, Bugey, Ain) ;
Canton de Virieux, lieu-dit en forêt (Miribel, Dombes, Ain) ;
Viry, Viriacum et Virie au XIIIème siècle, Cura de Virier vers 1344, Viri sur la Carte de Cassini, commune et village du Genevois (Arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie).
Probablement de même origine :
Veyriat, en Veyria en 1299-1369, maison isolée (Cerdon, Haut-Bugey, Ain) ;
Grand Veyriat et Petit Veyriat, villa de Vairia en 1246, Vayria en 1442, Veriat sur la Carte de Cassini, hameaux, Moulin de Veyriat, maisons isolées, et Pont de Veyriat, sur la Reyssouze (Lescheroux, Bresse, Ain).

Voir aussi Veyras.


Veyrie
Dauphinois véhérie, bas latin veheria, veyeria, vejaria, office, jurisdiction ou district du véhier, viguier ou vicaire, bas latin veherius, lieutenant du seigneur, qui pouvait avoir le droit de basse-justice.
La Veyrie, Vearia au XIVème siècle, Velaria sans date, hameau (Lavars, Trièves, Isère) ;
La Veyrie, hameau, Veyeria B. Leobardi au XIIIème siècle, Veerius de Brenigno au XIVème siècle, Veyeria de Bregnino et Veherie de Bregnino au XVème siècle, La Véhérie au XXème siècle, et Château de la Veyrie (Bernin, Grésivaudan, Isère).

Veyrin, Veyrins
D´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *fundus Varianus, dérivé avec le suffixe -anus du cognomen Varius signifiant « fécond en idées, mobile, changeant, inconstant, capricieux ».
Veyrin, Apud Veyrinum en 1429, Veyrin en 1577, hameau, et Forêt de Veyrin (Saint-Bois, Bugey, Ain).
Avec un s adventice :
Veyrins, Vayrin au XIIIème siècle, Verinum au XIVème siècle, village, commune jusqu´en 1973, chef-lieu de la commune de L´Isle-Crémieu de Veyrins-Thuellin (Morestel, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), avec Petit Veyrins et Sous Veyrins, hameaux.


Veyron
Hydronymes issus d´un préceltique *vario[n], avec une racine préceltique *var-, liée à l´eau, et un suffixe gaulois -io [Nègre 1990].
Le Veyron, cours d´eau affluent de la rive droite de la Venoge, li Voirons en 1257 (Districts d´Aubonne et de Cossonay, Vaud) ;
Le Veyron, Riperia Veyronis en 1337, cours d´eau affluent de l´Ain (Cerdon, Haut-Bugey, Ain) ;
Le Veyron, Ripparia de Vayron en 1376, Veron sur la Carte de Cassini, cours d´eau affluent du Longevent, et Veyron, lieu-dit à proximité (Saint-Eloi, Bresse, Ain).

Veyssilieu
Commune et village de L´Isle-Crémieu (Crémieu, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), Vassillieu, Vaissilleu et Vessilieu au XIVème siècle, Vassiliacum au XVème siècle, du nom d´homme gaulois Vecilius traité comme Veccillus.

Veytaux
Commune et village vaudois du district de Vevey, Veytour en 1332, qui signifie « vieille tour », vieux français vey, latin vetus, « vieux ».

Veytay
Domaine agricole et forêt de la commune de Mies (District de Nyon, Vaud), Veytay en 1564, probablement « vieux tilleul », vieux français vey, latin vetus, « vieux », et tey, « tilleul », voir Tey [Nègre 1990].

Veytrens
Village de la commune de Bassy (Seyssel, Semine, Haute-Savoie), nom d´origine burgonde, dériverait d´un primitif *Withaharingos, « chez les Withaharingi », dérivé du nom propre Withahar (Witaar, Witer), « l´adversaire » [Perrenot], germanique *viþr, « contre, opposé », et burgonde *harja, harjis, germanique *harja, « guerrier ».

Vez, Viez
Adjectifs substantivés, patois fribourgeois veit, vez, ancien français viez, « vieux ».
Gros Vez et Petit Vez, fermes isolées (Cerniat, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Le Viez, maison isolée (Le Vaud, district de Nyon, Vaud).



Vi, Vieille, Vieilles, Vielle, Vieux,
Viou
Français vieux, bas latin veclus, latin vetulus, « d´un certain âge », de vetus, « vieux, ancien ».
Vieux, hameau (La Magdeleine, vallée d´Aoste) ;
Gorge du Vieux, lieu-dit, et Col du Vieux, 2572m,à la frontière franco-suisse (Emosson, Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Le Vieux Logis, maisons isolées (Messery, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Roc Vieux, lieu-dit (Arolla, Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Chalets Vieux, alpage (Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Tête des Vieux, sommet, 2978m (Pré-Saint-Didier, vallée d´Aoste) ;
Vieille, hameau (Verrayes, vallée d´Aoste) ;
Bois de la Vieille, petite forêt (Chevroux, Bresse, Ain) ;
Chalet de la Vieille, alpage (Demi-Quartier, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Torrent des Maisons Vieilles, affluent de la Borne (Saint-Martin, district d´Hérens, Valais).
Peut-être de l´ancien français vieille, « meule de foin, de paille » :
Pré de la Vieille, pâturage (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais) ;
Les Vieilles, alpage (Torgon, Vionnaz, district de Monthey, Valais) ;
Haut des Vieilles, maison isolée (La Ferrière, district de Courtelary, Jura bernois).

Probablement par mécoupure de l´A Vieille :
Vieille, alpage (Ayas, vallée d´Aoste) ;
La Vieille, pâturage (Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
La Vieille, et la Vieille d´en Haut, alpages (Morillon, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Vieille, alpage, et Torrent de la Vieille, affluent du Torrent Marmore (Breuil, Valtournenche, vallée d´Aoste).

Patois vi, « vieux » :
Vi Chalet Dessous et Vi Chalet Dessus, maisons isolées (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg).

Patois valdôtain viou, « vieux » et vielle, « vieille » :
Vielle, alpage (Ollomont, vallée d´Aoste) ;
Comba Vielle lieu-dit (Valpelline, vallée d´Aoste) ;
Moline Vielle, ruine d´alpage (Ollomont, vallée d´Aoste) ;
Viou, alpage de Saint-Christophe, nom monté à la Becca de Viou, sommet, 2856m (Saint-Christophe et Valpelline, vallée d´Aoste).

Voir aussi Mortavieille, Pissevieille.


Viager
Le Viager, ferme de la commune de Saint-Jeoire-Prieuré (La Ravoire, Chambéry, Savoie), adjectif français viager, « [rente] qui dure toute la vie », ancien français viage, « temps de la vie », de vie, latin vita.

Vial, Vials, Viaux, Vieillière, Vioz
D´un patronyme Vial, Viaux, Vioz, variantes de Vidal, du prénom latin Vitalis, « plein de vie ».
Vial, hameau (Polliat, Bresse, Ain) ;
Les Vials, hameau (Saint-Hilaire, Grésivaudan, Isère) ;
Les Viaux, aussi Les Vioz au XIXème siècle, maisons isolée d´alpage (Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Vioz, hameau (Les Diablerets, Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Vioz, pâturage, nom monté à la Pointe des Vioz, 2461m (Aiguilles Rouges, Chamonix, Haute-Savoie).
Dérivé de Vial avec le suffixe de propriété -ière :
La Basse Vieillière, La Vieillière-Basse en 1847, et La Haute Vieillière, La Vieillière-Haute en 1847, Apud domum Vitalis en 1307, Les Viallière ou Les Viellière en 1911, hameaux (Beaupont, Bresse, Ain).


Vianoz
Ancien patronyme Vianoz attesté par exemple dans les archives de l´Abbaye de Saint-Maurice.
Vianoz ou Lo Vianoz, hameau (Bionaz, vallée d´Aoste).

Viard, Viarde, Viardes, Viards
D´un patronyme Viard issu de l´anthroponyme germanique Widhard, Withard, « dur comme le bois », germanique *vidu, « arbre, bois, forêt », et *hardu, « dur, fort ».
Le Viard, lieu-dit (Crottet, Bresse, Ain) ;
Les Viards, hameau (Faucigny, Haute-Savoie).
Par féminisation du patronyme Viard :
La Viarde, clairière (Mauborget, district de Grandson, Vaud) ;
Les Viardes, hameau (Thénésol, Combe de Savoie, Savoie).


Vich, Viche, Vicques, Vieu-d´Izenave, Vif,
Viuz, Viuz-en-Sallaz, Viuz-la-Chiésaz
Noms qui dérivent du latin vicus, ou bas latin viculus, « hameau ».
Vich, Ecclesia de Vizo vers 1164, Viz en 1204, Vyz en 1303, commune et village (District de Nyon, Vaud) ;
Sous les Viches, lieu-dit (Vernier, Genève) ;
Vicques, mentionné sous le nom de Vicum en 866, devenu Vich en 1141, Vix en 1308, Vic en 1317, Vicq en 1435, Vick en 1443, ancien nom allemand Wix, commune et village (District de Delémont, Jura) ;
Vieu-d´Izenave, De Vico en 1185, Vicus d´Isinava vers 1250, Viu de Ysinava en 1288, Vyu en 1299-1369, Vyeu en 1313, Vic d´Ysenava vers 1350, Viou en 1394, apud Vicum en 1416, Viuz en 1433, commune et village du Haut-Bugey (Brénod, arrondissement de Nantua, Ain) ;
Vif, ecclesia quatuor Vicus villa en 1035, canton, commune et village du Pays grenoblois (Arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Viuz, nom latin Casuaria, Vyu en 1211, Viu Fabricis en 1275, Prior de Vyu in fabricis vers 1344, hameau, et Roc de Viuz, lieu-dit (Faverges, Haute-Savoie) ;
Viuz-en-Sallaz, Viu en Salaz en 1250, Cura de Vyu vers 1344, commune et village du Faucigny (Saint-Jeoire, arrondissement de Bonneville, Haute-Savoie) ;
Viuz-la-Chiésaz, Vivi supra Albiacum en 1275, Prior de Vyu versus Albiez vers 1344, anciennement Vieux-la-Chiésa, commune et village de l´Albanais (Alby-sur-Chéran, arrondissement d´Annecy, Savoie).
Voir aussi Fiesch, Saint-Jean-le-Vieux.


Vichiesso, Vieux Chiesso
« Le vieux Chiesso ».
Vieux Chiesso, pâturage (Chandolin, Val d´Anniviers, Valais).
Avec le patois vi, « vieux » :
Le Vichiesso, alpage (Zinal, Val d´Anniviers, Valais).


Victorine
La Victorine, maison isolée de la commune de la Brévine (District du Locle, Neuchâtel), du prénom féminin Victorine ou par féminisation d´un prénom masculin Victor, Victorin.

Vidies
Les Vidies, maison isolée de la commune d´Essertines-sur-Rolle (District de Rolle, Vaud), d´un patronyme Vidie.

Vidolet
Le Vidolet, quartier de la ville de Genève, signifie « chemin, petit chemin », peut-être apparenté à violet, voir viole.

Vidonne
Hameau de la commune de Loisin (Bas-Chablais, Haute-Savoie), patronyme, probablement un sobriquet, variante de vidomne, voir Pravidondaz.

Vidy
Quartier de la ville de Lausanne, curiam de Vitis en 1148, Vizi en 1227, Viti en 1228, Vizy en 1488, pourrait dériver de [villis] Vitis, « aux [domaines] de Vitus », avec le datif-ablatif pluriel du nom gaulois latinisé Vitus [Jaccard].

Vie Dentie
Lieu-dit de la commune de Develier (District de Delémont, Jura), sur la route de Bourrignon, de Vie et d´un adjectif dentie, « munie de dents ».

Viège
Viège, district, commune et village valaisans, Vespia en 1100, Vesbia en 1213, Vyes en 1348, nom allemand Visp ou Vispach, et La Viège, cours d´eau affluent du Rhône, nom allemand Vispa. Nom d´origine française alémanisé au XVème siècle. Ce pourrait être un dérivé d´une racine gauloise *uis-, signifiant « cours d´eau ».

Vienne, Viennois
Vienne, sous-préfecture, canton et commune (Isère), agglomération la plus importante des Allobroges, mentionnée en l´an 10 par Strabon, colonia Julia Vienna au Ier siècle av. J.-C., colonia Julia Vienna Allobrogum [Pline l´ancien, 77 ap. J.-C.], Colonia Viennensium et Viena au Ier siècle, Vienna Gallorum, et Metropolis civitatis Viennensium en 305-405, Ouienna [polis] au IIIème siècle, Biennysius au VIème siècle, du gaulois *Vindobona, « ville blanche, ville brillante », gaulois *vindos, « blanc, brillant » et bona, « fondation, mur, village ».
La ville a donné son nom à la région le Viennois, provincia Biennensis au IIIème siècle, Viennensis provincia [Ammien Marcellin, 354], Viennensis pagus au VIIIème siècle.

Vierge, Virgine
Adjectif français vierge, « qui n'a jamais été touché, qui est intact ».
Fontaine Vierge, source en forêt (Saint-Egrève, Pays grenoblois, Isère).
Terrain qui n´est pas en culture :
La Vierge, lieu-dit (Lent, Bresse, Ain).

Lieu ou édifice consacré à la Sainte Vierge, ou nommé d´après celle-ci :
La Vierge, maisons isolées (Saint-Just, Bresse, Ain) ;
La Vierge d´Anglefort, statue (Anglefort, Bugey, Ain) ;
Vierge de Carmier, statue (Cerdon, Haut-Bugey, Ain) ;
Vierge de Chauffon, colline boisée, 824m (Charix, Haut-Bugey, Ain) ;
Vierge du Crêt, statue (Le Poizat, Haut-Bugey, Ain) ;
Vierge du Mont Nat, statue (Lalleyriat, Haut-Bugey, Ain) ;
La Vierge Noire, hameau (La Tronche, Pays grenoblois, Isère) ;
Mont de la Vierge, 1386m (Aillon-le-Jeune, Bauges, Haute-Savoie) ;
Source de la Vierge, source en forêt (Seythenex, Bauges, Haute-Savoie) ;
Source de la Vierge, source en forêt (Cognin-les-Gorges, Sud du Grésivaudan, Isère).

Ancien français virgine, « vierge » :
La Virgine, ruines (Prémeyzel, Bugey, Ain).

Rocher ou sommet rocheux ayant une vague ressemblance avec une statue de la Sainte Vierge, par métaphore : Du latin virgo, même sens.
La Vierge, petit sommet, 3232m (Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
La Vierge, sommet, 2641m (Evionnaz, district de Saint-Maurice, Valais) ;
La Vierge, petit sommet, 3244m (Glacier du Géant, Chamonix-Mont-Blanc, Haute-Savoie) ;
Pic de la Vierge, 2928m (Bionaz, vallée d´Aoste).


Vierre, Vierres
Mot régional bressan vierre, « terrain stérile » [Pégorier]
Le Vierre, lieu-dit (Mogneneins, Dombes, Ain) ;
Le Vierre, lieu-dit (Montceaux, Dombes, Ain) ;
Vierre du Loup, lieu-dit (Civrieux, Dombes, Ain) ;
Les Vierres, lieu-dit (Biziat, Dombes, Ain) ;
Vierres Cropet, lieu-dit (Saint-Julien-sur-Veyle, Dombes, Ain).

Vies Forchies, Vyfourches
Bifurcation de chemins, de Vie, Vy, « chemin », et Forchies, Fourches « bifurcation ».
Les Vies Forchies, Les Vies forches en 1906, maisons isolées (Montsevelier, district de Delémont, Jura) ;
Les Vyfourches, Viffourches et Vifourches en 1906, hameau près du Séchey (Le Lieu, Vallée de Joux, Vaud).

Vieu
Commune et village du Valromey (Champagne-en-Valromey, arrondissement de Belley, Ain), Venetonimagienses sur une inscription romaine, Vyu en 1267, Viuz en 1345, Apud Viomum (i.e. Vico-magum), In loco Viomi en 1460, Vieu en 1634, Vieu-en-Valromay en 1911, d´un primitif *Venetoni-magus [Philipon], composé de l´ethnonyme Vénètes, peuple gaulois établi entre la Loire et la Seine, et magus, « marché, bourg commerçant ».

Vieux Jonc
Le Vieux Jonc, cours d´eau affluent de l´Irance (Bresse, Ain), ripperia de Vioujon en 1378, La rivière de Vioujon en 1564, le ruisseau de Vieuson au XVIIIème siècle, Le Vieujon en 1911, nom d´origine inconnue, le nom actuel est une remotivation de Vieujon.

Vièze
La Vièze, cours d´eau du Val d´Illiez affluent du Rhône (District de Monthey, Valais), par mutation patoise du son [j] en [z] de l´ancien nom La Viège, aqua Viesie en 1352, nom d´origine inconnue.

Village
Groupe d´habitations rurales, villagium au XIIIème siècle, de villa, avec le suffixe collectif -age.
Village-Dessous et Village-Dessus, hameaux qui font partie d´Estévenens (Vuisternens-devant-Romont, district de la Glâne, Fribourg) ;
Village Suisse, hameau (Corminboeuf, district de la Sarine, Fribourg) ;
Forêt sur le Village, forêt déclive (Plagne, district de Courtelary, Jura bernois).

Villangeaux
Hameau de la commune d´Ecublens, district de la Glâne (Fribourg), ancienne commune, villa que dicitur Willangas en 1161, diminutif du nom du village vaudois voisin de Vulliens.

Villaraboud
Village de la commune de Siviriez (District de la Glâne, Fribourg), ancienne commune, Vilarrabot en 1223, Vilar Rabot en 1228, Vilar Rabor en 1262, Vilarraboth en 1291, Villaraboz en 1453, Vilarabor en 1458, Villarabou en 1668. Selon Perrenot, le nom primitif serait *Villa Radbodi, d´un nom propre Radebod, « le messager rapide », de l´ancien haut allemand hrad, « rapide », germanique *hraþa, hrada, « leste, preste », et de l´ancien haut allemand boto, germanique *budan, « messager », ou Ratbold, de l´ancien haut allemand rât, germanique *rêda, « conseil », et de l´ancien haut allemand bald, germanique *balda, « audacieux, fort » Jaccard.

Villaranon
Hameau de la commune de Siviriez (District de la Glâne, Fribourg), ancienne commune, Villarnon et Villarranon en 1668, selon Jaccard ce pourrait être un ancien Randonvico, Rantwico mentionné en 855, soit le vicus de Rando, anthroponyme burgonde, voir Randens.

Villarbeney
Hameau de la commune de Botterens (District de la Gruyère, Fribourg), ancienne commune, Villarbene au XIIIème siècle, Villarbeney en 1325, Villarbegney en 1492, Villar benoit en 1668, Villars-Beney en 1906, du bas latin villare, avec l´anthroponyme patois Beney.

Villarbéringer
Village de la commune d´Aigueblanche, canton de Moûtiers (Tarentaise, Savoie), Villare Berengerii en 1051, anciennement Villard-Béranger, composé de villare, et de l´anthroponyme Béranger.

Villardens
Lieu-dit et ancien château du district de la Glâne (Fribourg), Walardens au XIIIème siècle, Valardens en 1314, Villardin au XVIIème siècle, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Walahardingos, « chez les Walahardingi », dérivé du nom propre Walahard, « fort au combat », du germanique *vala, « champ de bataille », et *hardu, « dur, fort ». [Perrenot].

Villarembert
Commune et village de l´Arvan (arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie), de Amberto en 739, Curtis de Villamberto et Curtis de Villaramberto en 1038, Ecclesia de Villario Raimberti en 1184, sacerdos Vilarii Raimberti en 1198, d´un nom de domaine *villa Amberti, devenu *villare Amberti puis Villarambert, avec un anthroponyme germanique Ambert.

Villarepos
Commune et village fribourgeois du district du Lac, villarrepo, vilar repo et vilarrepot en 1332, Villarrepo, villar reppo et villa repos en 1336, vilarrepo en 1359, villar Ripport, villar Rippoz, villa Rippoz et Villareppoz en 1396, villarippo, villarrepo, villar Rippo et villar Reppo en 1418-1424, signifie Villa de Rotpold, nom propre alémanique dérivé de la forme primitive Hrodbald, du germanique *hrôþi, « gloire », et *balda, « audacieux, fort ». Le nom allemand actuel est Ruppertswil, Ruoperswyll et Rupertswyl en 1578, Rupperswyl au XVIIIème siècle [Stadelmann].

Villargiroud
Village de la commune de Villorsonnens (District de la Glâne, Fribourg), ancienne commune, Villargirod ou Villargirot en 1259, Villars-Gisot en 1271, Villargiroz en 1305, Villargiro en 1539, Villergeru en 1578, Villargerod en 1668, Villargiros en 1770. Selon Perrenot le nom primitif est *Villa Geroldi, du nom propre Gerold, « celui qui règne avec la lance », de l´ancien haut allemand gêr, « lance, javelot », et *valdan, « celui qui règne », apparenté à Gaisaldus, « celui qui règne par l´épieu », du germanique *gaiza, « épieu, javelot », et *valdan, « celui qui règne ».

Villariaz
Hameau de la commune de Vuisternens-devant-Romont (District de la Glâne, Fribourg), ancienne commune, Vil[l]ar Roart en 1148, Vilare Rohardi et Villar Rohart en 1154, Villarriard en 1255, Villarriat en 1668. Selon Perrenot le nom primitif serait *Villa Rohardi, du nom propre romanisé Rohard, de Hrohhart, du germanique hrôþi, « gloire », et *hardu, « dur, fort ».

Villarimboud
Village de la commune de la Folliaz (District de la Glâne, Fribourg), ancienne commune, Villarrimolth en 1142, Villarrembout en 1145, Vilar Rembolt et Vilar Reinbold au XIIème siècle, Vilarrobot en 1228, Villaraymboz en 1453, Villarrembloz en 1490, Villarimbo en 1668. Selon Perrenot le nom propre serait Rimbald, avec le radical rim, simplifié du gothique rimis, germanique *remiz, « repos », et du germanique *balda, « audacieux, fort ».

Villarlod
Village de la commune du Glèbe (District de la Sarine, Fribourg), ancienne commune, Vilar Aloz en 1231, Vilaralot en 1290. Selon Perrenot le nom primitif est *Villa Aloldi ou Arloldi, du nom propre Alold ou Arlold, du radical arl-, en rapport d´apophonie avec erl-, « homme », et germanique *valdan, « celui qui règne ».
Joux de Villarlod, forêt (Le Glèbe, district de la Sarine, Fribourg).

Villarsiviriaux
Village de la commune de Villorsonnens (District de la Glâne, Fribourg), ancienne commune, Villar Severor au XIIème siècle, Villar Sewrioz en 1233, Vilarseverice en 1238, Villar Siverioux en 1278, Villar siviriaux en 1668, serait un villarem superiorem, « Villars d´en Haut » [Bossard].

Villarvassaux
Maison isolée de la commune de Pont-en-Ogoz, district de la Gruyère (Fribourg), du bas latin villare et d´un patronyme ou sobriquet vassaux [Aebischer].

Villarvolard
Commune et village fribourgeois du district de la Gruyère, Vilierbalart en 1179, Vilar Vualar et Vilar Vollar en 1228, Vilarwalar en 1285, Villarvaular en 1453, Villar volard en 1668. Selon Perrenot le nom primitif serait Villarium Walaharii, d´un nom propre Walaharius, voir Vuachère.

Villavit
Hameau de la commune du Grand-Bornand (Bornes-Aravis, Haute-Savoie), composé de Villa et probablement d´un patronyme.

Villebois
Commune et village du Bugey (Lagnieu, arrondissement de Belley, Ain), Villa en 1116-1118, Villa Bosci en 1117, Parrochia Vilebuxi, de Buxis vers 1220, Villabois en 1220, Villabusy en 1234, Villaboys en 1242, Vila Boys en 1249, composé de Villa et du bas latin boscus, voir Bois.

Villefontaine
Commune et village (L´Isle d´Abeau, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), Villa subtus Falaverium au XVIème siècle, Ville près la Verpillière au XVIIIème siècle, nom composé de Ville et Fontaines.

Villefranche
Village et chef-lieu de la commune de Quart (Vallée d´Aoste), nom composé de Ville et du français franche, « fondée avec franchise de certains droits féodaux ».

Villemoirieu
Commune et village de L´Isle-Crémieu (Crémieu, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), Villa et Meyreux au XIVème siècle, du nom de deux hameaux de la commune, Ville et Moirieu.

Villemotier
Commune et village de la Bresse (Coligny, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), où se trouvait un prieuré de Bénédictins, Villa Monachorum en 858, Ecclesia de Villa Monasterii en 1184, Villamotiers vers 1250, Villa Mostier en 1323, Villa Moutier et Villa Mosterii vers 1325, Villemostier en 1613, Villemoustier en 1650, nom composé de Villa et du latin monasterium, voir Motier.

Villeneuve, Villeneuve-de-Marc
Nouveau village (créé souvent à l´époque des grands défrichements) pourvu d´un statut juridique et de privilèges par le seigneur (rois, comtes, châtelains, établissements). Du latin villa, et nova, « nouvelle, récente ».
Villeneuve, commune et village, sur l´emplacement de la localité de Pennelucos, latin Penni locus, Penni lucus, Pennolucos sur la Table de Peutinger, Pennolocus au Vème siècle [Anonyme de Ravenne] (voir Chablais), reconstruite après l´éboulement du Tauredunum sous le nom de Compengiez. La cité actuelle fut créée vers 1214 par le comte Thomas de Savoie et appelée Villanova Chillionis, « Ville Neuve de Chillon », Villanova en 1228, Villenove en 1256 (District d´Aigle, Vaud) ;
Villeneuve, Villanova en 1250, Villa Nova en 1373, Ville Nove en 1441, Villeneufve en 1608, commune et village de la Dombes (Saint-Trivier-sur-Moignans, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
Villeneuve, Villa nova en 1272, Villenove en 1572, hameau (Crozet, Pays de Gex, Ain) ;
Villeneuve-de-Marc, castellanus de Villana nova au XIIIème siècle, Villana nova del Mare au XIVème siècle, commune et village du Pays viennois (Saint-Jean-de-Bournay, arrondissement de Vienne, Isère), et château, castrum de Villanova au XIIIème siècle, dans la même commune.

Villereuse
Quartier de la ville de Genève, du nom d´une ancienne chapelle où officiait l´évêque de Genève quand il habitait au Pré l´Evêque peut-être de villare avec le suffixe -euse.

Villereversure
Commune et village du Revermont (Ceyzériat, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), Apud Villam Reversuram en 1285, Curatus de Villareversura vers 1325, Villereversure en 1536, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine, avec un adjectif latin féminin reversura formé sur le futur du verbe revertor, « retourner, rentrer à la maison », le sens de villa reversura, pouvant être« maison de campgne agréable au retour, qu´on aime revoir » ; pour Nègre 1990, le terme reversura serait à rapprocher de l´ancien français renverseüre, « action de renverser, de se renverser », le sens de villa reversura serait alors probablement « villa renversée ».

Villieu, Villy, Villy-le-Bouveret, Villy-le-Pelloux
Probables dérivés d´un ancien [fundus] Villiacus, domaine d´un gallo-romain Villius, avec le suffixe -acus.
Villieu, Vilieu en 1191, Villeu vers 1350, Villiacus en 1492, Villieu en 1650, Villieux en 1911, village et ancienne commune (Villieu-Loyes-Mollon, Dombes, Ain) ;
Villy, [curtis] Villiacum en 516, Villier et Villiey en 1231, Villiez en 1320, hameau (Ollon, district d´Aigle, Vaud) ;
Villy, Villye en 1262, hameau (Riddes, district de Martigny, Valais) ;
Villy, pâturage, Chalets de Villy, alpage, nom monté aux Frêtes de Villy, croupe, 2494m, et à la Tête de Villy, sommet, 2481m (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
En Villy, lieu-dit (Ursy, district de la Glâne, Fribourg) ;
Villy-le-Bouveret ou Villy, Cura de Villie lu boveres vers 1344, commune et village du Genevois (Cruseilles, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie) ;
Villy-le-Pelloux, Cura de Villie lu peillioux vers 1344, commune et village (Annecy-le-Vieux, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie).

Villius
Les Villius Dessous, maisons isolées en clairière, Les Villius Dessus, lieu-dit en forêt de la commune de Gruyères (District de la Gruyère, Fribourg), du patronyme d´origine gallo-romaine Villius.

Villorsonnens
Nouvelle commune du district fribourgeois de la Glâne (Fribourg), regroupant les anciennes communes de Chavannes-sous-Orsonnens, Orsonnens, Villargiroud et Villarsiviriaux, nom formé avec le ébut de ces deux derniers villages composé avec Orsonnens, monstruosité toponymique.

Vimines
Commune et village (Cognin, arrondissement de Chambéry, Savoie), Vimene en 1488, puis Vimène, d´un primitif Vimenis, Viminis, du gallo-roman vimina, « oseraie », latin vimen, viminis, « osier, saule ».

Vimont
Colline (488 m) de la commune de Vufflens-la-Ville, district de Cossonay (Vaud), peut_être « Mont du chemin », patois vi, « chemin ».

Vimoulin
Lieu-dit de la commune de Vufflens-la-Ville (District de Cossonay, Vaud), « vieux moulin », avec le patois vi, « vieux ».

Vinche
Ce mot pourrait désigner le saule (Salix sp.), du bas latin vincium, « saule », vincetum, « saulnaie ».
Ruisseau des Vinches (Grandvaux, district de Lavaux, Vaud).

Vincy
Vincy, hameau de la commune de Gilly, district de Rolle (Vaud), villa qui dicitur Vinciacus en 1040, Vynciel en 1145, Vincei en 1179, Vinsie en 1265, Vinsye en 1276, Vinsiez en 1284, Vinsier en 1365, Vinsyer en 1436, nom de domaine d´origine gallo-romaine *Vinciacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Vincius ou Vintius, voir pour ce dernier Vens ;
Flon de Vincy. cours d´eau affluent du Léman qui arrose Vincy (Gilly, district de Rolle, Vaud).

Vingras
Nom français du village bernois de Wingreis (Douanne, district de Nidau).

Vingt Huit
Le Vingt Huit, alpage au-dessus du lac de Mauvoisin (Bagnes, district d´Entremont, Valais), en patois valaisan vintëvoue, lentyvuyt au XVème siècle [Fellay]. Le nom évoquerait le 28 juin, jour où le bétail arrive traditionnellement à cet alpage.

Vintsiè
Patois valaisan vintsiè, « avalanche » [Fellay], issu de lavintsè par aphérèse, voir Laveintse.
Le Vintsiè, hameau en clairière, Vintsiè Rodze, couloir en forêt (Bruson, Bagnes, district d´Entremont, Valais).

Vio
Mot de patois valaisan et savoyard signifiant « vieux ».
Vio, hameau (Hérémence, district d´Hérens, Valais) ;
Dena Vio, pâturage (Nendaz, district de Conthey, Valais) ;
Tsalet Vio (Nendaz, district de Conthey, Valais).

Violat, Viole, Violes, Violet, Violette,
Violles
Ancien français viole, latin viola, « violette », diminutif violette, (Viola odorata), avec le suffixe -ette.
Violat, diminutif formé avec le suffixe -at, maisons isolées (Courroux, district de Delémont, Jura) ;
La Viole, ancienne gravière (Delémont, Jura) ;
Les Violes, lieu-dit (Grandson, Vaud) ;
Les Violes, lieu-dit en forêt (Seytroux, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Sur le Crêt Violet, lieu-dit (Evosges, Bugey, Ain) ;
La Violette, colline boisée (Sévery, district de Cossonay, Vaud) ;
Grotte de la Violette, et Pont de la Violette sur l´Albarine (Chaley, Bugey, Ain) ;
Praz des Violles, ruine d´alpage (Les Praz de Chamonix, vallée de Chamonix, Haute-Savoie).

Violetta
La Violetta, ferme isolée de la commune de Mézières (District de la Glâne, Fribourg), par aphérèse de Avioletta, diminutif du prénom Aviola [Aebischer].

Violettes
Ces toponymes pourraient être des remotivations d´un patois Vyelye Au, « vieille alpe ».
Cabane des Violettes (Randogne, district de Sierre, Valais) ;
Tsè des Violettes, lieu-dit près de Chanrion où Guex mentionne un toponyme Vyelye Au disparu.

Vion, Vions
Du germanique *vidu, « arbre, bois, forêt », gaulois *vidus, racine indo-européenne *u_idhu-, « arbre », ou *weidh, « séparé (du monde habité) », ou de l´anthroponyme germanique *Wido, Widonis de même origine.
Vions, Prior de Vyone vers 1344, Prioratus de Vione en 1351, Prieuré de Vyon en 1558, plus tard Vyons, commune et village de la Chautagne (Ruffieux, arrondissement de Chambéry, Savoie), aussi Mollard de Vions, colline boisée, 397m, et Iles de Vions, sur le Rhône, dans la même commune.
De même origine ou de Fion par sonorisation de [f] en [v] :
Le Vion, petit cours d´eau (Massongy, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Combe Vion, petit cours d´eau affluent de l´Isère (Montgirod, Tarentaise, Savoie).


Vionnaz
Commune et village valaisans du district de Monthey, Viano en 1177 (incertain), Viona en 1282, Viana en 1342, Viona et Vyona en 1345, Vione en 1723, serait un dérivé d´un nom gaulois *uituna, « Bois-de-Saules », de uitu-, « saule, branche de saule » [Delamarre].
Voir aussi Evionnaz, Onna.


Viplana
Hameau de la commune de Saint-Marcel (Vallée d´Aoste), serait un lieu d´où l´on « voit la plaine », mais cette interprétation est douteuse.

Virbe
La Virbe, sentier raide et zigzaguant de la commune de Saint-Aubin-Sauges (District de Boudry, Neuchâtel), probablement de même origine que le mot régional viorbe, « escalier à vis ».

Vire, Vires
Voir le mot régional vire.
La Grand Vire, lieu-dit (Collonges, district de Saint-Maurice, Valais), et Pointe de la Grand Vire, sommet, 2789m (Fully, district de Martigny, et Collonges, district de Saint-Maurice, Valais) ;
La Grand´Vire du Buet, lieu-dit (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Vires Grises, lieu-dit (Massif des Diablerets, Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud).

Viret
Le Viret, lieu-dit en forêt de la commune de Vailly (Chablais, Haute-Savoie), patronyme savoyard Viret, peut-être de l´italien viro, « homme ».

Virignin
Commune et village du Bugey (Arrondissement de Belley, Ain), Virignins en 1343, Virignin en 1645, Virignien en 1734, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Vironianum, dérivé avec le suffixe -anum du nom d´homme gaulois Vironius, Vironus, ou directement du nom d´homme gaulois Vironianus [Nègre 1990], du gaulois *viros, « homme ».

Viriville
Commune et village du Chambaran (Roybon, arrondissement de Grenoble, Isère), Veteris Ville en 902, Vera Villa et castrum Vetere Ville au XIIème siècle, Virivilla au XIIIème siècle, « ancien village » ou « village abandonné », latin vetus, veteris, « vieux ».

Virolet
Voir le mot régional virolet, « petit virage serré », anciennement « remous, moulin à vent ».
Le Virolet, cours d´eau affluent de la Saône (Feillens, Bresse, Ain) ;
Mon Virolet, lieu-dit (Mézériat, Dombes, Ain).

Visigny
Hameau de la commune de Morillon (Faucigny, Haute-Savoie), Visignie en 1317, Visignier en 1360, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Visiniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Visinius.

Vison
Hameau de la commune de Charrat (District de Martigny, Valais), attestée par le patronyme d´un Jean Visondis en 1224, nom d´origine inconnue.

Visperterminen
Commune et village valaisan du district de Viège, Terminon et Terminun au XIIIème siècle, Visperterbinen en 1906, composé de Visp, « Viège », et du vieux français termine, « bord, limite », voir Termen.

Visse, Vouisse, Vuisse
Noms qui pourraient venir de vicus [Jaccard].
Visse, alpage, et Pierriers de Visse, lieu-dit (Savièse, district de Sion, Valais) ;
Vouisse, maisons isolées en clairière (Saint-Martin, district d´Hérens, Valais) ;
Vuisse, Veiz en 1200, Vois en 1216, Vex de Chadroz en 1432, Vuys et Vuyt en 1446, aussi nommé Vouis et Vuis en 1906, village (Savièse, district de Sion, Valais) ;
Vuisse, alpage (Conthey, Valais).

Vissigen
Quartier de la ville de Sion (Valais), nom français Visse, anciennement Les Vuisses et les Vuissoz, au Moyen-Age Wissigen, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Wissingos, « chez les Wissingi », dérivé du nom propre Wiso, Wizo, du burgonde *wis, germanique *vîsa, « sage ».

Vissoie
Commune et village valaisans du district de Sierre, dans le val d´Anniviers, Vyssoy au XIIIème siècle, Vissohi en 1327, aussi Vissoye en 1906, nom allemand Esso, nom d´origine inconnue.

Vizille
Canton, commune et village du Pays grenoblois (Arrondissement de Grenoble, Isère), Visilia au Xème siècle, ecclesia de Visilia et Vigillensi ecclesia au XIème siècle, Vigillum et prior Vigillensis au XIIème siècle, Visilli et parrochia de Visillia au XIIIème siècle, Vigille au XIVème siècle, canton, commune et village (Arrondissement de Grenoble, Isère), et Château de Vizille, castrum de Visilia au Xème siècle, dans la même commune, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine comme *[villa] Visilia, avec le nom d´homme romain Visilius, avec remotivation suséquente en *Vigilia, latin vigilia, « veille ; poste ou sentinelle de nuit ».

Voëns
Hameau de la commune de Saint-Blaise, district de Neuchâtel, Win en 1143, Vohens en 1185, a romana lingua Weins, theotonica Vohens vers 1220, Voins en 1294, Voyn en 1345, Voing au XVIIème siècle, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Wôdingos, « chez les Wôdingi », dérivé du nom propre *Woda, du germanique *vôda, « furieux, possédé » [Perrenot].

Voërle
La Voërle, hameau de la commune d´Izernore (Haut-Bugey, Ain), Apud Yvuerlo en 1299-1369, de Yvuerloz en 1419, Vuerloz en 1613, Voelle sur la Carte de Cassini, Voerle en 1844, nom d´origine inconnue.

Vogland, Voglans
Noms d´origine burgonde, dériveraient d´un primitif *Wôkilingos, « chez les Wôkilingi », dérivé du nom propre Wokila, diminutif du gothique vôkrs, « intérêt », germanique *vôkra, « résultat, gain » [Perrenot].
Vogland, Voglens en 1345, Voglein en 1429, hameau (Belmont-Luthézieu, Valromey, Ain) ;
Voglans, anciennement Voglen, Vouglens, commune et village (Aix-les-Bains-Sud, arrondissement de Chambéry, Savoie).

Voigière
Terrain propice à la production de fourrage vert, mot dérivé du patois jurassien voidge, « verte » [Prongué].
La Voigière, lieu-dit (Vendlincourt, district de Porrentruy, Jura) ;
Les Voigières, maisons isolées (Orvin, district de Courtelary, Jura bernois).

Voillattes
Les Voillattes, lieu-dit de la commune de Roche-d´Or (District de Porrentruy, Jura), par féminisation d´un patronyme jurassien Voillat, dérivé avec le suffixe diminutif -at de l´anthroponyme germanique Wilhelm, voir Guillaume.

Voirmais
Pré Voirmais, maison isoléede la commune de Saulcy (District de Delémont, Jura), selon Prongué probablement un ancien patronyme.

Voiron
Voiron, canton, commune et village (Arrondissement de Grenoble, Isère), capella de Voirone au XIème siècle, mandamentum Voironis au XIIème siècle, et castrum Voironis au XIème siècle, castrum Vorionem au XIIème siècle, château, peut-être d´un nom d´homme romain comme Voronius.

Voirons
Les Voirons, Evoeron en 1456, montagne entre la Côte en Chablais et la Vallée Verte (Haute-Savoie), 1480m, nom contenant une racine patoise évoué, « eau », avec peut-être un suffixe diminutif -on, et un r épenthétique ; aussi Communaux des Voirons, lieu-dit en forêt, et Forêt Domaniale des Voirons (Saint-Cergues, la Côte en Chablais, Haute-Savoie), Le Signal des Voirons, lieu-dit, et Notre-Dame des Voirons, chapelle (Boëge, Vallée Verte, Haute-Savoie).

Voisons
Mot patois vouazon, « nom de l´herbe qui repousse dans un pré après que les vaches l´ont brouté », mot de même origine que gazon, du francique *waso, « motte de terre couverte d´herbe », ancien haut allemand waso, « terre humide », racine germanique *vas, « être humide ».
Les Voisons, lieu-dit (Savagnier, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel).

Voissant
Commune et village de la Valdaine (Saint-Geoire-en-Valdaine, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), Voissen au XIIème siècle, prior de Voissent et Voyssen au XIIIème siècle, Voissaneium au XVème siècle, curatus de Voissenco sans date, nom d´origine inconnue.

Volaille
Nom de deux lieux-dits de la commune vaudoise de Saint-Livres, district d´Aubonne. Ont-il un rapport avec la volaille ?

Volière
La Volière, maisons isolées de la commune de Tramoyes (Dombes, Ain), français volière, « grande cage où l´on élève, conserve des oiseaux ».

Vollèges
Commune et village valaisans du district d´Entremont, Villezo en 1178, Vullegio en 1179, Willegio en 1196, Vilueio en 1215, Vilogio en 1249, Vilagio en 1272, Vileogio en 1280, Vologium en 1296, Veluegi en 1328, Wollegii en 1425, Villugio en 1428, Vuège en 1602, Vollegiz au XVIIIème siècle, pourrait dériver de l´ancien français villagium, viloi, latin villaticum, « village » [Jaccard].

Vollien
Hameau de la commune de Cuzieu (Bugey, Ain), Volliens en 1911, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Vollianum, dérivé avec le suffixe -anum du nom d´homme Vollius.

Vollu, Volluz, Volon
De l´ancien adjectif veule, vole, « vide, inculte, improductif » [Guex]. Le patronyme Volluz est courant en Valais.
Le Vollu, es Volluez en 1606, Volues en 1819, Volluz en 1908, lieu-dit (Monthey, Valais) ;
Six Volluz, rocher (Orsières, district d´Entremont, Valais).
Peut-être de même origine, avec le suffixe diminutif -on :
Volon, hameau (Brusson, vallée d´Aoste).

Voir aussi Ouilison.


Volognat
Village de la commune de Nurieux-Volognat (Haut-Bugey, Ain), commune jusqu´en 1973, Mansus de Voloniaco vers 1165, Volumpnia, Vologniacus et Volognia en 1299-1369, Curatus de Voloignia vers 1325, Veloignies vers 1350, Voloigniacus en 1361, Volompniacus en 1483, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Volumniacus, dérivé avec le suffixe -acus du nom d´homme Volumnius [Philipon].

Volota
Lieu-dit de la commune de Le Vaud, district de Nyon (Vaud), sur l´emplacement d´un village disparu nommé Volattar, Vollatar ou Velotard, qui aurait été détruit par le feu après que la peste eut décimé la population.

Volovron
Volovron, pâturage, Ban de Volovron, Rocs de Volovron, Tsa de Volovron, pâturage, commune d´Evolène (District d´Hérens, Valais), Voluvron en 1250, Voloruns en 1267, Valovron en 1293, Volovron en 1346, Volevron en 1352, nom d´origine inconnue.

Voltolanaz
Alpage de la commune de Quart (Vallée d´Aoste), par féminisation patoise d´un patronyme comme Voltolino.

Vonderweire
La Vonderweire, ferme isolée de la commune de Charmey (District de la Gruyère, Fribourg), par féminisation nesapproximative d´un patronyme Vonderweid, nom d´une famille patricienne fribourgeoise, ancienne propriétaire de cette ferme [Aebischer].

Vongnes
Commune et village du Bugey (Virieu-le-Grand, arrondissement de Belley, Ain), Villa nomine Voonia vers 1135, Cura de Vognia vers 1344, Vongny en 1346, Vogny en 1359, Vognes en 1467, Vongne en 1734, peut-être d´un gentilice Von[n]ius.

Vonnas
Commune et village de la Dombes (Châtillon-sur-Chalaronne, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), Vulniacum en 842, de Vulna vers 1150, Ecclesia de Vonna vers 1250, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Volnatis ou *Vulnatis, dérivé avec le suffixe d´appartenance -atis d´un nom de personne Vulnius selon Philipon pour qui la forme Vulniacum résulte d´un changement de suffixe.

Vorbourg
Chapelle du Vorbourg, et Premier Vorbourg, Deuxième Vorbourg, fermes isolées de la commune de Delémont (Jura), du nom d´un ancien château médiéval aujourd´hui en ruines dont ne subsiste que la chapelle. Du nom allemand Vorburg, avec vor, « devant », et Burg, « forteresse » [Prongué], et aussi Creux du Vorbourg, lieu-dit en forêt, Loge du Creux du Vorbourg, maison isolée.

Vorgneux
Pâturage de la commune de Lignières (Neuchâtel), Vaux Regneux en 1702, « vallée [de] Regneux », avec un patronyme variante de Regnault [Jaccard], voir Renaudes.

Vorrages
Hameau de la commune de Saint-Rambert-en-Bugey (Bugey, Ain), De Vorragio en 1277, Vorragium en 1495, Lieu dit la Vorrage en 1779, Vorages en 1847, Vorrage en 1911, de l´ancien français vorage, voraige, « gouffre, abîme, tournant d´eau », latin vorago, « tourbillon [d´eau], gouffre ».
Voir aussi Voreppe.


Vouais, Vuites
Ces noms pourraient dériver du francique *wahton, germanique *vardô, « surveiller, garder », et pourrait désigner un poste de garde.
Vouais, Voyt en 1299-1369 et en 1536, Ueix en 1394, Voy et de Vacuo en 1419, hameau (Dortan, Haut-Bugey, Ain) ;
Les Vuites, maisons isolées (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Voualève
La Voualève, cours d´eau affluent de la Venoge (Ferreyres, district de Cossonay, Vaud), La Valévaz en 1906, nom d´origine inconnue, avec le suffixe -ève.

Vouarembert
Lieu-dit de Chesières, commune d´Ollon, district d´Aigle (Vaud), probablement une composé de Voua, « prairie gazonnée humide », et de l´anthroponyme germanique Rembert, du nom germanique *Ragnebert, « brillant conseiller », du germanique *ragina, « conseil », et *berhta, « brillant, illustre ».
Voir aussi Varembé.


Vouasse, Vouasson, Vuasset, Vuassons
Evoque un endroit bourbeux ou accessible en passant un gué. Patois valaisan vouassâ, vouaffâ, « passer un gué, marcher dans l´eau, patauger » [Guex].
Vouasse, alpage, Plan de Vouasse, pâturage, nom monté au
Clocher de Vouasse, sommet, 2821m (Combe de l´A, Liddes, district d´Entremont, Valais).
Avec le suffixe diminutif -et ou collectif -et :
Chemin du Vuasset (Préverenges, district de Morges, Vaud).

Avec le suffixe -on :
Vouasson, maisons d´alpage, nom monté au Glacier de Vouasson et à la Pointe de Vouasson, dans les Aiguilles Rouges, 3490m (Hérémence et Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Vuassons, lieu-dit (Montagny-près-Yverdon, district d´Yverdon, Vaud).


Vougy
Vougy, commune et village du Faucigny (Arrondissement de Bonneville, Haute-Savoie), selon Falc´hun serait un dérivé du gaulois uocaiton, uoceton, « sous-bois », mot composé de uo-, « sous », et *ceton, de *caiton, « bois ». Ce pourrait être aussi un nom d´origine gallo-romaine [fundus] *Vogiacus, *Vougiacus, d´un anthroponyme gallo-romain Valgius, avec le suffixe -acus ;
Fond de Vougy, hameau de la commune de Vougy.

Vouille, Vouillon
Probablement par déglutination de L´Avouille.
La Vouille, lieu-dit (Ugine, Val d´Arly, Savoie).
Par aphérèse de Avouillon, ou patronyme :
Vouillon, alpage (Cohennoz, Val d´Arly, Savoie).


Vouivre
La Vouivre, lieu-dit en forêt au-dessus de Buitonnaz, commune de Fully (District de Martigny, Valais), français vouivre, « animal fabuleux, serpent ailé », ancien français guivre, vuivre du latin vipera, « vipère, serpent ».

Voulte, Voute, Voûtes, Voutier
Français voûte, ancien français volte, voulte, latin vulgaire *volvita, du participe passé féminin latin voluta du verbe volere, « tourner, rouler ».
La Voulte, hameau (Léaz, Pays de Gex, Ain) ;
La Voute, La Voulte en 1872, village (Saint-Germain-de-Joux, Michaille, Ain) ;
Les Voûtes, falaises du Petit Salève (Etrembières, Annemasse, Haute-Savoie) ;
Le Voutier, lieu-dit en forêt (Undervelier, district de Delémont, Jura).

Vouvry
Commune et village valaisans du district de Monthey, Wovreia au VIème siècle, villa Woureia ou villa Wowreia en 921, Vobreium ou Vubreius en 1017, Vouverium en 1157, Wuriez en 1220, Wurie en 1241, Wuvrie en 1248, Wuriey en 1250, Vuvrier en 1272, Wuriacum en 1282, Vuvriaco en 1286, ces deux derniers par latinisation abusive, Vouvri en 1455, Vauvris et Vauvry en 1720, Vauvrier en 1861, aussi Vuvrium, Ovrie, Vouvriacum et Vouvray, serait un ancien *Vobriga, nom d´origine gauloise composé de la préposition vo, « en dessous de », et de briga, « colline [fortifiée] ».

Voyagère
La Voyagère, lieu-dit de la commune de Cervens (La Côte en Chablais, Haute-Savoie), probablement une remotivation de Vuagère.

Voyeboeuf
Voyeboeuf, lieu-dit de la commune de Fontenais (District de Porrentruy, Jura), et quartier de Porrentruy, pourrait avoir la même signification que Vuiteboeuf.

Vozerier
Hameau de la commune d´Amancy (Faucigny, Haute-Savoie), Vosoirie en 1202, Voserie en 1225, Voseyrie en 1295, Voseirier en 1335, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine.

Vrandière
La Vrandière, maison isolée de la commune de Varambon (Bresse, Ain), Al mas de Lauranderi vers 1341, La Laurendière en 1911, et Bois de la Vrandière, forêt voisine dans la commune de Druillat, par mécoupure du patronyme Laurent, avec le suffixe de propriété -ière.

Vrille
Grange de la Vrille, maison isolée de la commune de Montmin (Bornes, Haute-Savoie), français vrille, « pousse en spirale avec laquelle la vigne et d´autres plantes grimpantes s´attachent aux corps qui sont près d´elles », et par analogie « outil de fer terminé par une sorte de vis, qui sert à faire des trous dans le bois », du latin viticula, « cep de vigne », dérivé de vitis, « vigne ».


Vua, Vuaz
Mots régionaux vua, vuaz, « gué, endroit d´un cours d´eau où l´eau est assez basse pour qu´on puisse le traverser à pied », latin vadum. Les gués étaient souvent pavés. Ou noms de même origine que Vuat. Voir aussi Gaz.
Le Vua, maison isolée (Attalens, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Vuaz, maisons isolées (Forel, district de Lavaux, Vaud) ;
Champ du Vuaz, lieu-dit près de la Broye (Lucens, district de Moudon, Vaud) ;
Vuaz, hameau, et Pont du Vuaz, sur la Fillière (Aviernoz et Thorens-Glières, Bornes, Haute-Savoie) ;
Ruisseau du Vuaz (Etaux, Bornes, Haute-Savoie).

Vuache
Mont Vuache, Vaschium en 1173-1178, Montagne aux Vaches sur la Carte de Cassini, montagne du Genevois (Haute-Savoie), et Château du Vuache, autre nom du Château de Vulbens, fortis de Vaschio en 1296, castrum de Vaschio en 1306, peut-être à rapprocher du bas latin guachium, « sentinelle, veilleur ».

Vuacon
Lieu-dit de la commune de Villars-le-Comte (District de Moudon, Vaud), de l´ancien français wacon, « cailloux, gravier » [Jaccard].

Vuadens
Nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Wadingos, « chez les Wadingi », dérivé du nom propre Wada, du germanique *vad, vadan, « marcher » [Perrenot].
Vuadens, [curtis] Wadingum en 516, in curte Vuadingis en 929, Uadengis en 1017, Wadens en 1145, Vadens en 1247, Waddens en 1276, Wadin en 1471, Vuadens en 1578, noms allemands Wüadingen et Wüdingen, commune et village (District de la Gruyère, Fribourg) ;
Vuadens, Vuaden en 1402, Vadens en 1242, Waddens en 1276, alpage (Villeneuve, district d´Aigle, Vaud).

Vuagnard, Vuagnoz
Patronymes Vuagnard, Vuagnoz, noms de métier, « laboureur », patois romand vuagne, « terre labourée et ensemencée, généralement de céréales », voignâre, vuagnâre, « laboureur, semeur », vieux français gaaigneor, « laboureur », voir l´étymologie à Gagnerie.
Sagne-Vuagnard, (Le Pont, district de la Vallée, Vaud) ;
Les Vuagnoz, forêt (Siviriez, district de la Glâne, Fribourg).

Vuagneries
Les Vuagneries, maisons isolées en clairière de la commune d´Assy (Haut-Faucigny, Haute-Savoie), dérivé du mot régional vuagne, « terre labourée et ensemencée, généralement de céréales », avec le suffixe collectif -erie.

Vuarin
Sur Vuarin, maison isolée de la commune d´Ormont-Dessous, district d´Aigle (Vaud), du patronyme Vuarin.

Vuarmarens
Commune et village fribourgeois du district de la Glâne, uilla uualmarengi en 996, Walmarens en 1334, vuarmarens en 1403, Warmarens en 1578, Varmarans en 1668, nom d´origine burgonde, dériverait d´un primitif *Walamêringos, « chez les Walamêringi », dérivé du nom propre Walamer, « célèbre au combat », du germanique *vala, « champ de bataille », et burgonde *meris, *mêria, « célèbre » [Perrenot].

Vuarrengel, Vuarrens
nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Waringos, « chez les Waringi », dérivé du nom propre Wara, « [l´homme] vigilant » [Perrenot], burgonde *wars, « prudent, circonspect ».
Vuarrens, Vuarens et Warens en 1147, Wareins en 1234, Vuarans en 1668, commune et village (District d´Echallens, Vaud) ;
Vuarrens, lieu-dit (Pampigny, district de Cossonay, Vaud).
Diminutif de Vuarrens, hameau voisin de cette localité, avec le suffixe -el :
Vuarrengel, Warrengel en 1184, Warengel et Warenjel en 1236 (Vuarrens, district d´Echallens, Vaud).


Vucherens
Commune et village vaudois du district de Moudon, Wisserens en 1215, Wichereins en 1251, Wicherens en 1364, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Wisharingos, « chez les Wisharingi, Wisiharingi », chez les proches de Wisihar, « le sage guerrier » [Perrenot], du burgonde *wis, germanique *vîsa, « sage », et burgonde *harja, harjis, germanique *harja, « guerrier ». Ce nom est connu au IXème siècle en Gaule sous la forme de Wicharius.

Vue de Genève
Lieu-dit de la commune du Chenit (Vallée de Joux, Vaud), élévation (1495m) d´où l´on aperçoit Genève.

Vue des Alpes
Hameau de la commune de Fontaines (District du Val-de-Ruz, Neuchâtel), col à 1283m d´où l´on jouit d´une vue sur la chaîne des Alpes.

Vuetaz, Vuète, Vuette, Vuettes
Mots régionaux vuettaz, vuette, « lieu de guet » [Pégorier].
Chemin de la Vuetaz (Savigny, district de Lavaux, Vaud) ;
Vuète, lieu-dit (Corcelles-près-Concise, district de Grandson, Vaud) ;
La Vuette, lieu-dit (Saint-Aubin, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Vuettes, maison isolée (Corserey, district de la Sarine, Fribourg).

Vuey
Prairie gazonnée humide, voir Vuat, ou gué, voir Vua, ou peut-être du vieux français vey, latin vetus, « vieux ».
Le Vuey, maison isolée (Lessoc, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Le Vuey, hameau (Treyvaux, district de la Sarine, Fribourg).

Vufflens-la-Ville, Vufflens-le-Château
Nom de deux localités vaudoises, d´origine burgonde qui pourrait dériver d´un primitif *Wulfilingos, « chez les Wulfilingi », du nom propre Wulfilo, diminutif du burgonde *wulfs, germanique *vulfa, « [qui a le courage du] loup ».
Vufflens-la-Ville, probablement Villare Wolferii en 1094, Villare Wolferio vers 1200, puis Vuolflinges en 1002, ville de Vulflens en 1154, Wofflens li vila en 1228, Wlflens la vila en 1233, nom allemand Wolflingen, commune et village (District de Cossonay, Vaud) ;
Vufflens-le-Château, Wuolflinges en 1011, Wolflens en 1096, Wuoflens en 1108, Volflens et Vorflens en 1142, Wuolflens en 1175, Vorflens en 1216, Vouflens en 1225, Woflens et Wulflens castrum en 1228, Wfleins en 1238, Wfleyns en 1282, commune et village (District de Morges, Vaud).

Vuibroye
Vuibroye, Wibra en 516, Vibris au Xème siècle, Valbroia, Valbruia, Vaubroia et Walbroia au XIIème siècle, Walbroie en 1213, Wobrui en 1273, signifierait « Val de la Broye », ou serait un composé de l´ancien nom Vibris et de Broye, commune et village (District d´Oron, Vaud) ;
Vuibroye, lieu-dit (Rue, district de la Glâne, Fribourg).

Vuichouda, Vuichoude
Maisons isolées, par féminisation d´un patronyme Vuichoud attesté dans la région de Blonay (District de Vevey, Vaud).
Vuichouda, alpage (Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg) ;
La Vuichoude d´en Bas et La Vuichoude d´en Haut, alpages (Vallon de l´Hongrin, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Vuidier, Vuidière
Du patois vuido, « vide », verbe ancien français vuidier, « laisser vide, abandonner », de vuide, « sans culture, en jachère », latin vulgaire *vocitus, latin archaïque vocuus, variante de vacuus, « vide », avec les suffixes collectifs -ier, -ière.
Pra Vuidier, maison isolée (Saint-Martin, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Vuidière, lieu-dit (Grandcour, district de Payerne, Vaud).

Vuillafans
Commune et village du département du Doubs, sur la rivière de la Loue, Vilafains en 1189.

Vuillaude
La Vuillaude, lieu-dit de la commune de Grandcour (District de Payerne, Vaud), par féminisation d´un patronyme Vuillaud, dérivé de l´anthroponyme germanique Wilhelm, voir Guillaume.

Vuillebrande
La Vuillebrande, Vuillebrandaz en 1906, maison isolée de la commune de Gilly (District de Rolle, Vaud), probablement par francisation et féminisation d´un patronyme Willebrand.

Vuillème, Vuillerme
Par féminisation d´un patronyme de même origine que Guillaume.
Le Vuillème, maison isolée (La Chaux-de-Fonds, Neuchâtel) ;
Quartier des Vuillème, faubourg (Les Bayards, district du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
La Vuillerme, ferme isolée (Combe de Mijoux, commune de Gex, Pays de Gex, Ain).

Vuillerez
Lieu-dit de la commune de Chessel, district d´Aigle (Vaud), patronyme pouvant être une francisation de Willer, de l´anthroponyme germanique Willihari, ancien haut allemand willo, « volonté », et hari, « guerrier ».

Vuillonnex
Quartier du village de Confignon (Genève), Willonai en 1113, Viloneracum au XIIIème siècle, Veillenay en 1264, Villionay en 1289, Vuillionnay en 1303, Wullenay en 1306, Avullyonay en 1307, Vulyonay, Cura de Vullionay vers 1344, Vilionacum, Vulliniacum et Avulunay au XIVème siècle, nom de domaine d´origine gallo-romaine *Willonacum, dérivé avec le suffixe -acum de l´anthroponyme germanique Willo, ancien haut allemand willo, germanique *veljan, « volonté », latinisé en Willonus [Jaccard].

Vuipey
Vuipey d´en Bas et Vuipey d´en Haut, aussi Vuipay, maisons isolées de la commune de Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse (Fribourg), du patois vuipa, « guèpe », avec le suffixe collectif -ay, -ey, « lieu envahi de guèpes » [Aebischer].

Vuippens
Ancienne commune et village de la commune de Marsens (District de la Gruyère, Fribourg), Uinpedingus et Uipedingus en 855, Wippens en 1228, Vuipens en 1285, Wippeins en 1378, nom allemand Wippingen attesté en 1255, Wippiggin en 1245, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Winibadingos, « chez les Winibadingi », dérivé du nom propre Winibad, « ami du combat », du germanique *veni, « ami », et burgonde *badus, germanique *badvô, « combat » [Perrenot].

Vuissens
Nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Wikingos, « chez les Wikingi », dérivé du nom propre Wika, d´un radical *wik-, wih-, « combattre » [Perrenot]. Pour Stadelmann, le nom propre primitif dérive de la racine Wiss-.
Vuissens, Guicens au XIIèmesiècle, Vicens au XIIIème siècle, vuicens en 1403, Wicens en 1453, Vuicens en 1462, Wissens et Vuiscens en 1464, Vuissens en 1578, Vuycens en 1668, commune et village (District de la Broye, Fribourg) ;
Vuissens, lieu-dit et alpage (Provence, district de Grandson, Vaud).

Vuisternaz, Vuisternens-devant-Romont, Vuisternens-en-Ogoz
Nom d´origine burgonde. Selon Perrenot il y aurait eu substitution de winit par wist, le primitif étant *Winitarningos, « chez les Winitarningi », dérivé du nom propre Winitarn, de l´ethnonyme Winita, le Wende, et du germanique *arni, « sûr, solide », Winitarn signifiant « décidé comme un Wende » (les Germains dénommaient collectivement Wenden, d´après un terme celtique signifiant « blond », un ensemble de peuplades d´origine slave qui occupaient des premiers siècles de notre ère jusqu'au Xème siècle une vaste région située entre la frontière tchèque et polonaise de l´ancienne Allemagne de l´Est).
Pour Stadelmann ce nom dérive de l´ancien haut allemand winistar, germanique *venistra, « gauche », d´où Winistara, Winistarn. Pour une autre source citée par Aebischer, le nom primitif serait Wistreningos influencé par le germanique *ventru, « hiver ».
La Vuisternaz, maison isolée, dérivé du village voisin de Vuisternens-en-Ogoz, peut-être par l´intermédiaire d´un patronyme d´une personne venant de ce village *Vuisternenaz (Vuisternens-en-Ogoz, district de la Sarine, Fribourg) ;
Vuisternens-devant-Romont, in Winterningis en 929, Wisternegus au XIIème siècle, Wistarnens en 1198, Wisternens en 1453, nom allemand Winterlingen bei Remund, commune et village (District de la Glâne, Fribourg) ;
Vuisternens-en-Ogoz, Wistarneins en 1142, Wisternens en 1162, Guisternens vers 1170, Wistarnens en 1177, Wisternans en 1223, Wintarneins en 1228, Vuisternens en 1668, puis Vuisternens devant Pont, nom allemand Winterlingen im Hochgau, commune et village (District de la Sarine, Fribourg).

Vuiteboeuf
Commune et village vaudois du district d´Orbe, Vaitibo en 1024, Voytibau en 1336, Vuitebo en 1405, Vuetibouf en 1446, Viteboeuf en 1668, dont le nom signifie « garde-boeufs », voir Vuites, et latin bos, bovis, « boeuf, vache ».

Vulbens
Commune et village du Genevois (Arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie), villa Wulbeengi en 979-1046, Virbens en 1259, Cura de Vurbens vers 1344, et Vulbin sur la Carte de Cassini. Selon Perrenot Wulbeengi serait une cacographie de Wilbedengi, issu d´un plus ancien Wilbadingi, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Willibadingos, « chez les Willibadingi », dérivé du nom propre Willibad, du burgonde *wilja, « volonté », et *badus, « combat ».

Vulliens
Commune et village vaudois du district d´Orbe, Wilens en 1142, Willens en 1154, Willeyns vers 1160, Villeins en 1184, Vulens au XIIème siècle, Vulleins en 1220, Willayns en 1264, Vylliens et Wyliens en 1331, Vuilliens ou Williens au XIVème siècle, nom d´origine burgonde, qui dériverait d´un primitif *Willingos, « chez les Willingi », dérivé du nom propre Willa, du burgonde *wilja, germanique *veljan, « volonté » [Perrenot].

Vullierens
nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Willeringos, « chez les Wiliharingi », dérivé du nom propre Willihar, « le guerrier d´une volonté inébranlable », du burgonde *wilja, germanique *veljan, « volonté », et burgonde *harja, harjis, germanique harjis, « guerrier » [Perrenot].
Vullierens, Vuilerens en 1047, Wilerens en 1049, Willerens en 1221, Willereins vers 1250, Wulierens en 1263, Willierens en 1345, commune et village (District de Morges, Vaud) ;
Les Vullierens et Les Vullierens d´en Haut, habitats dispersés (Bonvillars, district de Grandson, Vaud) ;
Bois de Vullierens, forêt déclive (Onnens, district de Grandson, Vaud).

Vulliette
Par féminisation d´un patronyme Vulliet.
La Vulliette, habitat dispersé (Le Chalet-à-Gobet, Lausanne, Vaud) ;
La Vulliette, alpage (La Rippe, district de Nyon, Vaud).

Vully
Région située entre les lacs de Morat et Neuchâtel, anciennement Vuilly, pagus Wisliacensis en 962, Vuisliacense en 968-985, in comitatu vuisliacense en 1011, Williex en 1192, Willie en 1228, Villiaco et Wistillacho en 1266, Williey en 1330, Vuillie en 1334, Wuilliacum et Vuilliez en 1453, nom allemand Wistenlach, anciennement Wifflisgau vers 1001, pagus de Wistellacho en 1266, nom latin Pagus Wistiliacus, dérivé du nom d´un colon gallo-romain Vistilius, avec le suffixe -acus [Stadelmann].
Bas-Vully, commune (District du Lac, Fribourg) ;
Haut-Vully, ancien nom allemand Oberwistenlach, commune et village (District du Lac, Fribourg) ;
Moille Vully, maison isolée (Corcelles-le-Jorat, district d´Oron, Vaud) ;
Mont-Vully, nom allemand Wistenlacher Berg 625m (Bas-Vully et Haut-Vully, district du Lac, Fribourg) ;
La Vaux Vully, hameau, Bois de la Vaux Vully, forêt (Orbe, Vaud), et La Vaux Vully, lieu-dit (Arnex-sur-Orbe, district d´Orbe, Vaud).

Vurvian
Hameau de la commune de Saint-Marcel (Vallée d´Aoste), nom dérivé avec le suffixe -anus d´un nom de personne romain indéterminé.

Vy
La Vy, hameau près des Contamines (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie), pourrait dériver de vicus ou de villa et désigner un hameau satellite d´une plus grande agglomération [Boyer].

Vyneuves
Lieu-dit de la commune de Vaulion (District d´Orbe, Vaud), composé de Vy et du français neuves, « les nouvelles voies ».