J

Jabas
Champois des Jabas, lieu-dit de la commune de Malleray (District de Moutier, Jura bernois), avec un patronyme Jabas bien présent dans la région.

Jable
Gros Jable et Petit Jable, alpages, Sous Jable, lieu-dit, et Col de Jable, 1884m, à la frontière avec Berne (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud). En français, jable désigne la rainure faite au fond d´un tonneau pour arrêter le fond. Est-ce ici une allusion à la Douve, montagne qui domine ces alpages ? En ancien français jable signifie aussi « façade, fronton d´une maison », peut-être une allusion aux parois rocheuses au-dessus de ces alpages.

Jacallaz, Jaccard, Jaccarde, Jaccaudes, Jaccod,
Jaccoude, Jacky, Jacob, Jacot, Jacoterie,
Jacquat, Jacquemins, Jacqueraude, Jacques, Jacquet,
Jacquettes, Jacquis, Jaqua, Jaquemard, Jaquement,
Jaquemin, Jaquemoux, Jaques, Jaquet, Jaquetan,
Jaquetta, Jaquettes, Jaqueule, Jaquier, Jaquillarde
Patronymes ou dérivés de patronymes issus du prénom Jacob ou d´une des variantes de Jacques, prénom réputé très courant dans la paysannerie, sobriquet donné anciennement aux paysans.
Prénom biblique Jacob, hébreu Ya'agobh, « Dieu supplante » :
Puits de Jacob, probablement par allusion au puits de Jacob où Jésus rencontre la Samaritaine [Jean 4, 5-15], lieu-dit (Sainte-Croix, district de Grandson, Vaud).

Patronymes issu du prénom Jacques :
Champ Jacques, lieu-dit (Malleray, district de Moutier, Jura bernois) ;
Essert Jacques, lieu-dit (Bassecourt, district de Delémont, Jura) ;
La Jaqua, par féminisation de Jaque, hameau (Attalens, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Bois à Mr. Jaques, forêt (Vuarrens, district d´Echallens, Vaud) ;
Prise Jaques, forêt (L´Auberson, Sainte-Croix, district de Grandson, Vaud) ;
Jacquis, lieu-dit en forêt aux Voirons (Boëge, Vallée Verte, Haute-Savoie).

Hypocoristique :
Carrière Jacky, maisons isolées (La Chaux-de-Fonds, Neuchâtel).

Hypocoristique ou patois comtois jacot, jacquot, « geai » :
Plan Jacot, maison isolée (Bevaix, district de Boudry, Neuchâtel) ;
La Jacoterie, par féminisation du patronyme Jacot, hameau (Bassecourt, district de Delémont, Jura).

Diminutifs avec le suffixe -et, parfois utilisé pour désigner certains animaux, en particulier l´écureuil :
Le Jacquet, hameau (Saint-Jean-de-Couz, Chartreuse, Savoie) ;
Creux Jaquet, lieu-dit en forêt (Provence, district de Grandson, Vaud) ;
Jaquetan, cas régime de Jaquet, lieu-dit (Villeneuve, district d´Aigle, Vaud).

Avec le suffixe diminutif jurassien -at :
Combe Jacquat, lieu-dit (Saicourt, district de Moutier, Jura bernois).

Par féminisation :
Les Jacquettes, hameau (Saint-Jean-de-Couz, Chartreuse, Savoie) ;
La Jaquetta Dessous et La Jaquetta Dessus, maisons isolées (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Jaquettes, maison isolée (Vuisternens-devant-Romont, district de la Glâne, Fribourg).

Patronyme Jaccard :
Granges Jaccard, alpage (La Chaux, Sainte-Croix, district de Grandson, Vaud) ;
La Vy Jaccard, forêt, (Sainte-Croix, district de Grandson, Vaud) ;
La Jaccarde, par féminisation de Jaccard, maison isolée (Lignerolle, district d´Orbe, Vaud).

Patronyme Jaccod, bien attesté dans la vallée d´Aoste :
Jaccod, maisons isolées en clairière (Morgex, vallée d´Aoste).

Probablement par féminisation d´un patronyme Jacau :
La Jacallaz, maison isolée (Céligny, Genève).

Par féminisation du patronyme Jaccaud :
Les Jaccaudes, maisons isolées (Montherod, district d´Aubonne, Vaud).

Par féminisation du patronyme Jaccoud :
La Jaccoude, maison isolée (Corcelles-le-Jorat, district d´Oron, Vaud).

Probablement par féminisation d´un patronyme Jacqueroud attesté :
La Jacqueraude, alpage (Rougemont, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Par féminisation d´un patronyme Jacquillard attesté :
La Jaquillarde, alpage (Rougemont, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Autre patronymes dérivés :
Les Jacquemins, hameau (Saint-Etienne-du-Bois, Revermont, Ain) ;
Lui Jaquement, lieu-dit (Ovronnaz, Leytron, district de Martigny, Valais) ;
Jaquemin, maison isolée (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Perey Jaquemoux, lieu-dit (Avenches, Vaud) ;
Jaquemard, maison isolée (Forel, district de Lavaux, Vaud) ;
Jaqueule, lieu-dit en forêt (Monthey, Valais) ;
Pré Jaquier, maison isolée (Fontanezier, district de Grandson, Vaud).


Jacob, Jacob-Bellecombette
Jacob-Bellecombette, commune (Cognin, arrondissement de Chambéry, Savoie), formé par la réunion en 1497 des villages de Jacob, Ecclesia de Jacob en 1250, et de Bellecombette.

Jacquicourt
Chapelle de Jacquicourt, sur la Montagne de Loex (Verchaix, Faucigny, Haute-Savoie), aux confins des Gets et de Taninges, dont le nom vient du propriétaire d´une parcelle, « le sar de Jacquier Curt », convoitée par les trois communes en 1313 lors de la fixation des limites des communes (Verchaix fit partie de Samoëns jusqu´en 1865). Cette parcelle fut l´enjeu d´un procès qui dura 366 ans.

Jaffa
Alpage de la commune de Bessans (Haute-Maurienne, Savoie), issu de *Chaffa par sonorisation du [ch] en [j] [Gros].

Jailla, Jaille, Jailles, Jaillet, Jayet
Lieu marécageux, bourbeux, vieux français jaille, « marécage », ou présentant des tachetures, bicolore, du patois dzaillè, « tacheté ».
La Jailla, hameau (Saint-Martin, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Roche Jaille, sommet (Saint-Michel-de-Maurienne, Savoie) ;
Pointe de la Roche Jaille, sommet des Alpes Grées (Montvalezan, Tarentaise, Savoie) ;
Jailles, lieu-dit (Vercorin, Chalais, district de Sierre, Valais).
Avec le suffixe diminutif -et ou patronyme Jaillet :
Jaillet, lieu-dit (Borex, district de Nyon, Vaud) ;
Col de Jaillet, 1723m, et Torrent de Jaillet, affluent de l´Arrondine (La Giettaz, Val d´Arly, Savoie) ;
Marais Jayet, anciennement Marais Jayai, lieu-dit (Crémines, district de Moutier, Jura bernois).


Jailleta, Jaillets
D´un patronyme Jaillet attesté, soit duieux français jaille, « marécage », ou présentant des tachetures, bicolore, du patois dzaillè, « tacheté », ou encore ancien français jail, jal, « coq ».
Les Jaillets, hameau (Etaux, Bornes, Haute-Savoie).
Par féminisation patoise :
La Jailleta, maison isolée (La Chaux-de-Fonds, Neuchâtel).


Jailleu, Jailleux
D´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Jalliacum, d´un plus ancien *Galliacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Gallius, formé sur le surnom Gallus, « coq ».
Jailleu, Jaliacum au XIIème siècle, ancien village qui fait maintenant partie de Bourgoin-Jallieu, et Le Marais de Jailleu, lieu-dit dans la même commune ;
Jailleux, hameau de la commune de Montluel (Dombes, Ain), De Jalleyo en 1168, In Jalliaco en 1183, Ecclesia de Jailleu vers 1250, Jaillieu en 1323.

Jallet
Maison isolée de la commune de Poliez-le-Grand (District d´Echallens, Vaud), d´un patronyme Jallet, diminutif avec le suffixe -et de jal, « coq », ou de l´ancien français jalaie, jalet, « mesure de capacité ou mesure agraire ».

Jaluse
La Jaluse, sommet, 997m, et quartier du Locle (Neuchâtel), Jaluse en 1429, Jaleuze en 1531, Jaleuze en 1906, de jaluza, « partie tendre du roc du calcaire du jurassique supérieur » [Jaccard] ou portlandien.

Jaman
Alpage de la commune de Montreux, district de Vevey (Vaud), Gémant et Gément en 1340, Géman en 1402, Zamant en 1453, pourrait venir d´un anthroponyme germanique comme *Gaman [Guex], nom monté au Col de Jaman, 1512m, et à la Dent de Jaman, sommet, 1875m.
Voir aussi Dzéman.


Jambaz, Jambe
Mot français jambe, utilisé pour désigner un terrain allongé. Du bas latin gamba, « paturon du cheval ».
Jambe du Commun, quartier (Le Locle, Neuchâtel).
Forme patoise :
Jambaz de ça et Jambaz de là, Gembe à la fin du XIème siècle, Gembam au XIIème siècle, Gembaz au XIIIème siècle, hameaux, et Col de Jambaz, 1027m (Bellevaux, Chablais, Haute-Savoie).

Voir aussi Chamba.


Jameyzieu
Hameau de la commune de (Tignieu-Jameyzieu, L´Isle-Crémieu, Isère), Jamaseu et parrochia de Jameyseu au XIVème siècle, Jameysiacum au XVème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine dérivé avec le suffixe -acum d´un nom d´homme, peut-être Gemmatus traité comme Gemmatius [Nègre 1990].

Janière, Janire, Janires
Selon Bossard, Janire est issu de ij anires par agglutination de l´article patois ij, et de anires, forme patoise d´« anières ». Il en est probablement de même pour Janière.
Colluère Janire et Janires, lieux-dits (Ayent, district d´Hérens, Valais) ;
La Janière, ruines en forêt (Boëge, Vallée Verte, Haute-Savoie).

Janneyrias
Commune et village de L´Isle-Crémieu (Pont-de-Chéruy, arrondissement de Vienne, Isère), Janeyria au XIVème siècle, Janneria au XVème siècle, Janneyriat au XVIème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Janariacum, dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme romain Janarius issu de Janus [Nègre 1990].

Jarboudières
Les Jarboudières, hameau de la commune de Saint-Etienne-de-Cuines (La Chambre, Maurienne, Savoie), anciennement Les Garboudières, par féminisation d´un patronyme Garboud, variante de Gerbaud, de l´anthroponyme germanique Gerbald, « audacieux avec la lance », de l´ancien haut allemand gêr, « lance, javelot », et bald, « audacieux ».

Jarcieu, Jarsy
Noms de domaine d´origine gallo-romaine *Garciacum, Gerciacum, dérivés avec le suffixe -acum du nom d´homme romain *Gericus [Nègre 1990].
Jarcieu, Jarcianum, à lire probablement *Jarciacum au Xème siècle, Jarceu au XIème siècle, commune et village de la Bièvre (Beaurepaire, arrondissement de Vienne, Isère) ;
Jarsy, Jarsiacum en 1192, Jargiacum en 1216, Cura de Jarzier vers 1344, Apud Jarziacum en 1357, de Jarciaco en 1360, commune et village (Bauges, Savoie).

Jardil, Jardils, Jardy, Jordil, Jordillet,
Jordillon, Jordils, Jordy, Jourdies, Jourdil,
Jourdillets, Jourdils, Jourdit, Jourdy
Ancien français jardil, jordil, « jardin », dérivé du franco-provençal Gerdil.
Le Jardil, lotissement (Thielle-Wavre, Neuchâtel) ;
Chemin des Jardils (Cornaux, Neuchâtel) ;
Le Jardy, hameau (Châtel, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Le Jordil, hameau de Mannens (Montagny, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Jordils, lieu-dit (Bournens, district de Cossonay, Vaud) ;
Grands Jordils, lieu-dit (Font, district de la Broye, Fribourg) ;
Le Jordy, hameau (Novel, Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Jourdies, lieu-dit, zône industrielle (Saint-Pierre-en-Faucigny, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Jourdil, hameau (Saint-Jean-d´Aulps, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Les Jourdils, lieu-dit (Marignier, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Jourdit, quartier (Cran-Gevrier, Annecy, Haute-Savoie) ;
Le Jourdy, hameau (Mieussy, Faucigny, Haute-Savoie).
Avec le suffixe diminutif -et :
Au Jordillet, hameau (Arconciel, district de la Sarine, Fribourg) ;
Les Jourdillets, hameau (Saint-Jeoire, Faucigny, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif -on :
Jordillon, maisons isolées (Villette, district de Lavaux, Vaud).


Jardin, Jardins
Français jardin, « lieu découvert, ordinairement clos de murs, de fossés, de haies, et joignant généralement les maisons, dans lequel on cultive des légumes, des fleurs, des arbres à fruits, etc. », du francique *gart, *gardon, du germanique garda, « jardin ».
Jardin, commune et village du Pays viennois (Arrondissement de Vienne, Isère) ;
Les Jardins, lieu-dit près du village (Certines, Bresse, Ain).
Par métaphore, ce toponyme désigne dans les Alpes un endroit gazonné en altitude, souvent situé sur une moraine :
Jardin des Chamois, en patois o courti di tsamo, lieu-dit, nom monté à la Pointe du Jardin des Chamois, sommet, 3260m (Chanrion, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Jardin de Talèfre, éminence caillouteuse qui émerge du Glacier de Talèfre, nommée en patois Le Courtil [Boyer], nom monté à l´Aiguille du Jardin, 4035m (Massif du Mont-Blanc, Haute-Savoie) ;
Jardin du Miage, lieu-dit à l´extrémité inférieure du Glacier du Miage (Val Veny, vallée d´Aoste).


Jardin
Commune et village du Pays viennois (Arrondissement de Vienne, Isère), Jarzin superior au Xème siècle, Garzinum au XIème siècle, Gartianum au XIIème siècle, Jarzinis au XIIIème siècle, curatus Jardini au XVème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine dérivé avec le suffixe -anum du nom d´homme romain Garsias [Nègre 1990], avec attraction de Jardin.

Jargonnant
Place de Jargonnant et rue de Jargonnant, en ville de Genève, Gergunant en 1368, Gergonant en 1480 et 1670, nom d´origine inconnue ;
Nant de Jargonnant, nantum de Gergunant en 1475, ancien cours d´eau issu de Florissant (Genève).

Jarguet
Le Jarguet, lieu-dit déclive au-dessus de Plaine Joux (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie), probablement d´un ancien patronyme Jarguet.

Jarre, Jarrie
D´un franco-provençal jarria, oïl jarrie, « terre inculte » [Nègre 1990].
Le Jarre, hameau (La Léchère, Tarentaise, Savoie) ;
Jarrie, Jaria au XIIème siècle, Jarria et prioratus de Jaria au XIIIème siècle, commune du Pays grenoblois (Vizille, arrondissement de Grenoble, Isère), Basse Jarrie, ecclesia Sancte Marie de Jaria au XIème siècle, Jarriez au XVIIIème siècle, Haute Jarrie, ecclesia Sancti Stephani de Jarria au XIIIème siècle, Jarrie au XIVème siècle, Alta Jarria au XVIème siècle, villages dans la même commune.

Jarrier
Commune et village de l´Arvan (arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie), In villa Garriaci, Garriacum, In Garriaco aux XIème et XIIème siècles, Ecclesia de Jarriaco en 1184, Jariaci en 1417, nom de domaine d´origine gallo-romaine Garriacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Garrius [Gros].

Jas, Jasse
Espace herbeux plat pour parquer le bétail pour la nuit, enclos ou non de pierres sèches, plus généralement endroit où le bétail se repose ; bergerie, étable à brebis. Franco-provençal masculin jas, « petite bergerie de montagne », féminin jasse, « grande bergerie », latin populaire *jacium, « bergerie », du latin jacere, « gésir, être étendu ».
Le Jas des Lièvres, sommet, 2325m (Belledonne, Isère) ;
Cime de la Jasse sommet, 2478m (Belledonne, Isère) ;
La Jasse, alpage (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Jasse Vieille, ruines d´alpage (Argentine, Basse-Maurienne, Savoie).
Voir aussi Ayas, Gias, Jasseplagne.


Jassans
Nom d´origine burgonde.
Jassans, attesté en 1389, Jassens en 1491, ancienne commune jusqu´en 1880 et village (Jassans-Riottier, Dombes, Ain) ;
Jassans, hameau (Saint-Nizier-le-Bouchoux, Bresse, Ain).

Jasseplagne
Lieu-dit de la commune d´Arvillard (Val Gelon, Savoie), composé de Jasse et Plagne.

Jasseron
Commune et village du Revermont (Ceyzériat, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), Silva Jasseronis en 1084, Jasseron vers 1335, de même origine que Jasse selon l´étymologie populaire, mais plus probablement d´un anthroponyme germanique, au vu de l´ancienneté et de la constance du nom.

Jaune
De couleur jaune ou jaunâtre, du latin galbinus, dérivé de galbus, « vert pâle, jaune ».
Dent Jaune, anciennement Dent Rouge, un des sommets des Dents du Midi, 3186m (Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais).

Jaunin
Maison isolée de la commune d´Ormont-Dessous, district d´Aigle (Vaud), patronyme.

Jaux, Jeur, Jeurasse, Jeure, Jeurema,
Jeurs, Jeux, Joëux, Joie, Jor,
Jora, Joran, Jorasse, Jorasses, Jorat,
Joratel, Jorats, Joratte, Joraz, Joret,
Joreta, Joretta, Jorettaz, Jorette, Jorettes,
Jorogne, Jorraz, Jouèré, Jours, Joux,
Jur, Jura, Jurasse, Jurat, Jure,
Juret
Ancien mots locaux jeur, jore, joure, joux, jure, etc., désignant une forêt de haute futaie des régions montagneuses, du latin médiéval juria, jurim, joria [Chessex], bas latin juria, gaulois *jor, juris, « hauteur boisée ».
Damoz la Jaux, alpage (Vailly, Chablais, Haute-Savoie) ;
Jeur Derrey, forêt (Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Plan la Jeur, pâturage (Bovernier, district de Martigny, Valais) ;
Six Jeur, sommet, 2040m (Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais) ;
La Jeure, forêts (Lignières, Neuchâtel, et Nods, district de La Neuveville, Jura bernois) ;
Les Jeurs, maisons isolées (Massongex, district de Saint-Maurice, Valais) ; Crête des Jeurs, maisons isolées (Vérossaz, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Arp du Jeux, alpage (Saint-Rhémy-en-Bosses, vallée d´Aoste) ;
Plan la Jeux, lieu-dit (Torgon, Vionnaz, district de Monthey, Valais) ;
Les Jeux, lieu-dit et maison isolée (Valmeinier, Maurienne, Savoie) ;
Joëux, clairière (Marlens, Pays de Faverges, Haute-Savoie) ;
Jor (Les Avants, Montreux, district de Vevey, Vaud) ;
Le Jora, forêt déclive (Les Praz de Chamonix, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Le Joran, hameau (Corminboeuf, district de la Sarine, Fribourg) ;
Les Jorraz, lieu-dit en forêt (Reyvroz, Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Jours, alpage (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
La Joux, Jour en 1301, villa de la Joux en 1339, Villa Jurie en 1527 village et ancienne commune (Vuisternens-devant-Romont, district de la Glâne, Fribourg) ;
Chalets de Joux Plane, alpage, et Col de Joux Plane, 1712m (Verchaix, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Jure, pâturage (Bovernier, district de Martigny, Valais).
Forme alémanisée :
Jur, lieu-dit en forêt (Boujean, district de Bienne, Berne).

« Joux noire », en général une forêt d´épicéas ou de sapins :
Jeur Noire, lieu-dit en forêt (Forêts de Monthey, Valais) ;
Joux Noire, forêt (Semsales, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Chalet des Joux-Noires, alpage (Corbeyrier, district d´Aigle, Vaud).

« Joux verte », en général une forêt de feuillus, par opposition à la « Joux noire » :
Jeur Verte, lieu-dit en forêt (Charrat, district de Martigny, Valais) ;
La Joux Verte, forêt déclive et Col de la Joux Verte, 1762m (Vallon de Montriond, Chablais, Haute-Savoie).

Diminutifs avec les suffixes -et, -eta, -etta, -ette :
Lui Joret, lieu-dit (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
Mont Joret, lieu-dit (Mézières, district de la Glâne, Fribourg) ;
La Joreta, lieu-dit, arbres clairsemés (Buttes, district du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
La Joretta, maison isolée (Cerniat, district de la Gruyère, Fribourg) ;
La Jorettaz, lieu-dit en forêt (Les Houches, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
La Jorette, lieu-dit (Vionnaz, district de Monthey, Valais) ;
Les Jorettes, lieu-dit (Bellevaux, Chablais, Haute-Savoie) ;
Fin de Juret, peut-être avec un patronyme, lieu-dit (Huémoz, Ollon, district d´Aigle, Vaud).
Les Jurets, probablement d´un patronyme, lieu-dit (Choulex, Genève).

Avec le suffixe diminutif jurassien -atte :
La Joratte, lieu-dit (Le Chenit, Vallée de Joux, Vaud).

Avec le suffixe péjoratif -asse (selon Guex il s´agit d´un composé de Jor et Asse, pour « forêt brûlée », mais une telle interprétation ne semble pas nécessaire) :
La Jeurasse, lieu-dit en forêt (Derborence, district de Conthey, Valais) ;
La Jorasse, forêt déclive (Le Montenvers, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Jorasses, forêt déclive (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Jurasse, lieu-dit (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais).

Avec le suffixe péjoratif -ogne :
Mont Jorogne, lieu-dit (Gryon, district d´Aigle, Vaud).

Dérivés avec les suffixes collectifs -at, az :
Le Jorat, in fine Juranense en 516, Jorat en 1142, Joret en 1177, Jorath en 1182, Joreth en 1190, Jurat vers 1776, nom allemand Jurten, grande région boisée (District d´Oron, Vaud) ;
Bois du Grand Jorat, forêt (Savigny, district de Lavaux, Vaud) ;
Petit Jorat, forêt (Forel, district de Lavaux, Vaud) ;
Le Jorat d´en Bas et Le Jorat d´en Haut, alpages, et Col du Jorat, 2210m (Evionnaz, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Les Jorats, forêt (Chézard-Saint-Martin, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Le Joraz, lieu-dit (Bogève, Vallée Verte, Haute-Savoie) ;
Les Jurats, hameau (Vallorbe, district d´Orbe, Vaud).

Avec le suffixe diminutif -el :
Joratel, maison isolée (Bussigny-sur-Oron, district d´Oron, Vaud) ;
Le Joratel, hameau, Sous le Joratel, marais (Brot-Plamboz, district du Locle, Neuchâtel).

Autres dérivés :
La Joie, ruisseau, et Combe de la Joie, lieu-dit, probablement issu de joux par remotivation (Chéserex, district de Nyon, Vaud) ;
Le Jouèré, anciennement Le Djouerez, pâturage boisé avec maisons isolées (Le Noirmont, district des Franches-Montagnes, Jura).

Nom issu directement du gaulois *jor, juris, « hauteur boisée » :
Le Jura, Monte Jura altissimo, qui est inter Sequanoe et Helvetios en -52 [Jules César, De bello gallico], silvam quae vocatur Juris en 862, chaîne de montagnes (France et Suisse).

Probablement de même origine :
La Jeurema, forêt déclive, nom passé au Couloir de la Jeurema, ravin (Argentière, vallée de Chamonix, Haute-Savoie).

Voir aussi Arsajoux, Dzeure, Gériton, Juriens, Lajeur, Mijoux, Zour.


Javrex, Javroz
Le Javroz ou Javro, cité comme aqua que dicitur Juauros en 1134, Jauro en 1294, Juauro en 1295, Jaure en 1577, cours d´eau affluent de la Jogne, commune de Cerniat, district de la Gruyère (Fribourg), du préroman Gabarus, racine hydronymique gauloise *gaba selon Aebischer.
Le Javrex, lieu-dit sur le Javroz (Cerniat, district de la Gruyère, Fribourg).

Jayat
Commune et village de la Bresse (Montrevel-en-Bresse, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), de Jaiaco en 1074-1096, In villa de Jaya en 1210, Jeia vers 1250, Geya en 1271, Geyacus en 1496, Jayes en 1548, Gayat en 1656, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Gaiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Gaius, voir Gex.
Prairie de Jayat, lieu dit de la commune de Jayat.

Jayer
Hameau de la commune de Saint-Marcel (Vallée d´Aoste), pourrait venir du latin vulgaire *jacium, « bergerie », voir Jas, Jasse, « endroit où le bétail se repose ».

Jean, Jeanne, Jeannet, Jeannetaz, Jeannottat,
Jeans, Juan
Prénoms et patronymes Jean, Jeanne, du nom hébreu yôhanan, « Dieu est miséricordieux », de yô, « Yaveh », et hanan, « miséricordieux ».
Jean des Bois, maisons isolées (Arnex-sur-Nyon, district de Nyon, Vaud) ;
Praz-Jean, hameau (Saint-Martin, district d´Hérens, Valais) ;
Les Saignes Jeanne, lieu-dit (La Chaux-du-Milieu, district du Locle, Neuchâtel) ;
La Grande Jeanne et La Petite Jeanne, lieux-dits (Annecy, Haute-Savoie) ;
Les Jeans ou Les Jean, hameau (Vers-l´Eglise, Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud).
Diminutif avec le suffixe -et :
Champ Jeannet, lieu-dit (Mathod, district d´Yverdon, Vaud).

Diminutif avec le suffixe féminin -etaz :
La Jeannetaz, ruines (Plateau des Glières, le Petit-Bornand-les-Glières, Faucigny, Haute-Savoie).

Double diminutif avec le suffixe jurassien -at :
Moulin Jeannottat, auberge au bord du Doubs (Les Pommerats, district des Franches-Montagnes, Jura).

Forme hispanique :
Champs Juan, lieu-dit (Courtelary, Jura bernois).

Voir aussi Prajean.


Jeanceyaz
Alpage de la commune de Quart (Vallée d´Aoste), par féminisation patoise d´un patronyme comme Jeancey.

Jeanjaquet
Château Jeanjaquet, château de la commune de Cressier (Neuchâtel), ancienne cure sur une éminence appelée autrefois Crêt de la Cure devenue le Château Jeanjaquet en 1872, du nom de Léo Jeanjaquet, son propriétaire dès 1872.

Jeizinen
Hameau de la commune de Gampel (District de Loèche, Valais), Jonczana en 1275, Joutzana en 1285 nom d´origine romande inconnue alémanisé au XVème siècle.

Jentes
Commune et village fribourgeois du district du Lac, Jentes et Juentes en 1340, Joentes en 1423, dont le nom allemand est Jeuss et Juus en 1423, serait un composé de Johannetus, diminutif du prénom Johannus.
Fin de Jentes, lieu-dit près de Jentes (Cressier, district du Lac, Fribourg).

Jérusalem
Hameau de la commune de la Chaux-de-Fonds (Neuchâtel), probablement une terre ayant appartenu à l´ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, du nom de la ville de Jérusalem, dont le nom originel Urushalimu signifierait « [Ville] fondation [du dieu cananéen] Shalimu ».

Jeu
Pourrait désigner un lieu où les chamois ou les coqs de bruyère s´ébattent, du latin jocum [Guex], ou une forêt de montagne, voir Jeux.
Plan du Jeu, alpage, et Chaux du Plan du Jeu, pâturage (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais).
Voir aussi Djoua.


Jeu de Quilles
Alpage de la commune de Charmey (District de la Gruyère, Fribourg), peut-être parce qu´il est exposé aux chutes de pierres de la Dent de Salvagny.

Jeunes
Français jeune, « qui est dans la première période de la vie », du latin vulgaire *jovenis, latin juvenis, de même sens.
Tête des Jeunes, 2978m, sommet près de la Tête des Vieux (Pré-Saint-Didier, vallée d´Aoste).

Jeur Brûlée, Joux Brûlée
Forêt défrichée par le feu ou, plus souvent, victime d´un incendie accidentel, voir Jeur, Joux, et Brûlée.
Jeur Brûlée, forêt déclive (Vallée du Trient, Salvan, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Joux Brûlée, maison isolée (Cerniat, district de la Gruyère, Fribourg).

Joconde
La Joconde, maison isolée de la commune de Provence (District de Grandson, Vaud), soit par féminisation d´un patronyme Jocond, nom d´un saint, ou d´un sobriquet, allusion au célèbre tableau de Léonard de Vinci. Du latin jucundus, jucunda, « agréable, qui plaît ».

Jogne, Jognins, Jougne, Jougnena, Jougnene,
Jungbach
Noms remontant à un ancien Jaunia, qui viendrait de *iag-onia, « la froide », du gaulois *iag(o)-, celtique *iag(i)-, « glace » [Aebischer et Delamarre].
Jogne, cours d´eau affluent de la Sarine, Jon, Jonia, Joune et Youn en 1397, Joun en 1577, en allemand Jaunbach, et Gorges de la Jogne, lieu-dit (District de la Gruyère) ;
En Jogne, hameau (Botterens, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Fin de Jogne, lieu-dit (Broc, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Jogne, alpage (Brot-Plamboz, district du Locle, Neuchâtel) ;
Ruisseau de Jogne, Jogny en 1403, Joigne en 1711, aussi Jaigne, cours d´eau affluent de la Glâne (Siviriez, district de la Glâne, Fribourg) ;
En Jogne, hameau (Siviriez, district de la Glâne, Fribourg) ;
Jognins Dessus et Jognins du Milieu, fermes isolées (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Jougne, apud Joniam en 1084, Joni en 1228, Joogne en 1260, Joigne en 1266, commune et village du département du Doubs, sur la rivière La Jogne ou La Jougnena, Jonnia en 1049, Jonia en 1158, Jonium en 1181, affluent de l´Orbe ;
La Jougnene, maison isolée et nom du cours d´eau affluent de l´Orbe, La Jougnena sur territoire suisse (Baulmes, district d´Orbe, Vaud).
Forme alémanique :
Jungbach, Jony en 1330, Jongynon en 1327, cours d´eau affluent de la Viège (Saint-Nicolas, district de Viège, Valais).


Joigny, Juvigny
Du nom de domaine d´origine gallo-romaine Juviniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Juvenius, dérivé de juvenis, « jeune », ou de Jovinius, « Jovien », nom dérivé de Jovis, génitif de Jupiter. Cf. Juviniacus, Ecclesia Sanctae Euphemiae de Juviniaco en 1183, ancien nom de la commune de Sainte-Euphémie (Reyrieux, Dombes, Ain).
Joigny, lieu-dit (Allinges, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Granges de Joigny, hameau, nom monté au Mont de Joigny, sommet (Entremont-le-Vieux, Chartreuse, Savoie) ;
Juvigny, Juvignie en 1306, commune et village (Annemasse-Nord, arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie), et Le Moulin de Juvigny, maisons isolées, centre équestre.

Jointes
Les Jointes, alpage de la commune des Clefs (Bornes, Haute-Savoie), probablement des propriétés qui ont été réunies, français joint, participe passé de joindre, latin jungere, « atteler », puis « lier, attacher, unir ».

Jolens, Joulens, Joulin
Noms d´origine burgonde qui dériveraient d´un primitif *Judilingos, « chez les Judilingi », dérivé du nom propre Judila, diminutif de l´ancien norrois *jodh, « lignée, race » [Perrenot].
Bois Jolens maison isolée (Montcherand, district d´Orbe, Vaud) ;
Joulens, Jolens en 1140 et 1213, Julens en 1182, Joleins et Jolins en 1238, hameau (Echichens, district de Morges, Vaud) ;
Joulin, en Joulens en 1330, Jolens en 1478, Jaulin en 1906, hameau (Riaz, district de la Gruyère, Fribourg).

Jolibach
Cours d´eau de la commune de Niedergesteln (District de Rarogne, Valais), affluent du Rhône, probablement un hybride du français joli et de l´allemand Bach, « ruisseau ».

Jolimont
Toponyme récent, composé du français joli, vieux français jolif, probablement de l´ancien norrois jôl, « fête païenne », et mont.
Jolimont, probablement l´ancien Mongify, Montgiffy (Cossonay, Vaud) ;
Jolimont, lieu-dit (Renan, district de Courtelary, Jura bernois).

Jolimont, Jolimontguet
Colline de la commune de Chules, district de Cerlier (Berne), Tschulimong dans le patois local, anciennement Julemont jusqu´en 1800, est une corruption de *Chules-mont, attesté par Chulimont au XVIIIème siècle, « mont de Chules ».
Jolimontguet, hameau dans une clairière du Jolimont, peut-être un diminutif influencé par le nom patois Tschulimong, ou par composé avec l´ancien français gait, voir Guette.

Jolival
Maisons isolées de la commune d´Essert-Pittet (District d´Yverdon, Vaud), composé du français joli, voir Jolimont, et de Val.

Joly
Patronyme Joly, ancienne variante de joli, « gai, joyeux ».
Cerneux Joly, hameau (Le Noirmont, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Creux Joly, lieu-dit (Saint-Imier et Sonvilier, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Mont Joly, 2525m, (Saint-Gervais-les-Bains, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Chalet du Joly, alpage, et Col du Joly, 1989m (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie).

Jon, Jonchay, Jonchère, Jonchères, Jonchets,
Jonchey, Jonchière, Joncière, Joncs, Jontière
Jonc, nom de diverses plantes des lieux humides, du latin juncus, « jonc », pré-latin *jauga.
Les Joncs, maisons isolées, et Lac des Joncs, étang (Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Les Joncs, lieu-dit (Avenches, Vaud) ;
Place des Joncs, clairière (Sâles, district de la Gruyère, Fribourg).
Noms collectifs : Jonchère, joncheraie : lieu planté de joncs, plus généralement marais couvert de roseaux ; jonchée : amas de branchages. Aancien français jonchiere, jonciere, latin juncaria, même sens, noms formés avec le suffixe collectif -ère :
La Jonchère, nommée aussi La Jonchière, Junchieres en 1291, Jouchière en 1413, hameau (Boudevilliers, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Les Jonchères, lieu-dit (Chaleins, Dombes, Ain) ;
Jonchière, Jonchires en 1906, maison isolée (Mézières, district d´Oron, Vaud) ;
La Joncière, lieu-dit (Ballaison, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Château de la Joncière, maison isolée (Gorrevod, Bresse, Ain) ;
La Jontière, lieu-dit (Commugny, district de Nyon, Vaud).

Dérivés avec les suffixes collectifs -ay, -et, -ey, français jonchaie, ancien français jonchay, du latin juncetum :
Le Jonchay, Le Jonchey en 1911, maisons isolées (Ambérieux-en-Dombes, Dombes, Ain) ;
Les Jonchets, forêt (Presinge, Genève) ;
Jonchey, localité disparue, mentionnée en 1397 (Saint-Genis Pouilly, Pays de Gex, Ain).

Avec apocope :
En Jon, hameau (Donneloye, district d´Yverdon, Vaud).

Nom collectif dérivé de jon, avec le suffixe -aire :
La Jonnaire, lieu-dit (Rennaz, district d´Aigle, Vaud).

Voir aussi Honchets, Onchets.


Jonc
Le Jonc, lieu-dit du Grand-Saconnex (Genève), corruption de l´Oujon, cette terre ayant appartenu à la chartreuse d´Oujon, qui l´avait reçue des nobles de Saconnex en 1215.

Jongieux, Jonzier
Nom de domaine d´origine gallo-romaine *Jucundiacus, dérivé avec le suffixe -acus du gentilice jucundius [Gros], issu de jucundus, « agréable, plaisant, qui fait plaisir, qui charme ».
Jongieux, Jongiacum en 1399, Parrochia de Jongiu au XIVème siècle, Jongieu en 1624, commune et village de l´Avant-Pays savoyard (Yenne, arrondissement de Chambéry, Savoie) ;
Jonzier, Junzie en 1300, Cura de Jonzier vers 1344, aussi Jonzy, village (Jonzier-Epagny, Genevois, Haute-Savoie).

Jongny
Commune et village vaudois du district de Vevey, Jaunie en 1168, aussi Jalnie et Galniei au XIIème siècle, Jongnye en 1373, Jongnyez en 1522, qui pourrait être issu d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Galliniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Gallinius.
Voir aussi Gélignieux.


Joppet
Quartier de la ville de Chambéry (Savoie), Pratum Jopertum en 1381, Préjoppé en 1625, de l´anthroponyme Jopertus, variante de Gosbert, de l´ethnonyme Goth et du germanique *berhta, « brillant, renommé ».

Jordagny
Lieu-dit en forêt de la commune de Montreux (District de Vevey, Vaud), nom de domaine d´origine gallo-romaine *Jordaniacum, dérivé avec le suffixe -acum de l´anthroponyme germanique Jordanus.

Jordan, Jourdan
Prénom et patronyme dérivés du nom du fleuve Jourdain, en hébreu Yarden.
Champ Jordan, hameau (Riaz, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Pra Jordan, maisons isolées (Ursy, district de la Glâne, Fribourg) ;
Villars Jordan, maison isolée (Gruyères, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Vers les Jordan, maison isolée (Montbovon, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg).
Peut-être de même origine :
Le Jourdan, A meridie Jordanis vers 1335, Jourdan et Le Jordan au XVIIIème siècle, Jourdans en 1911, cours d´eau affluent du Rhône (Culoz, Bugey, Ain).


Jordières
Les Jordières, lieu-dit dans un pente très raide, qui ne peut donc se rapporter à Jordil, « jardin », mais est plus probablement une féminisation d´un patronyme Jordier, Jordy.

Joressant
Hameau fribourgeois de la commune de Haut-Vully, district du Lac, Gerissens en 1319, Jeressans et Jeressens en 1350, Juriscens en 1373, Juriscein et Jurisce en 1378, Jerussens et Jorassens en 1409, gerissens, girissens en 1445, Jorens en 1558, Juressens en 1577, Jorussans en 1668, Jorissens en 1781, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Juderecingos, « chez les Juderecingi », dérivé du nom propre Juderic, « puissant par la race », de l´ancien norrois *jodh, « lignée, race » [Perrenot]. Pour [Aebischer], c´est un dérivé en -incos du gaulois jurassos, voir Joux.

Jornaux, Jornevette, Jorniva, Journal, Journaux,
Journée, Journière, Journières
Le journal est une mesure de superficie d´environ un tiers d´hectare, étymologiquement une étendue de terre qui peut être travaillée (labourée ou fauchée) en un jour, l´étendue qu´un attelage laboure en une journée. Cette mesure a été par la suite étendue à tous les biens fonciers. Ce terme peut aussi désigner la superficie de pâturage nécessaire à la consommation journalière du bétail, ou un pâturage où le troupeau reste tout le jour. Patois romand dzorniva, même sens, ancien français jornaulx, journal, du latin diurnalis, diurnus, « de jour, journalier ».
Ancien français jornaulx, journal :
Jornaux, maison isolée (Troistorrents, district de Monthey, Valais) ;
Le Journal, lieu-dit en forêt (Arâches-la-Frasse, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Plain Journal, pâturage (Grandval, district de Moutier, Jura bernois) ;
Les Journaux, lieu-dit (Champoz, district de Moutier, Jura bernois) ;
Les Journaux, hameau (Grand-Bornand, Bornes, Haute-Savoie) ;
Les Quatre Journaux, lieu-dit (Rocourt, district de Porrentruy, Jura) ;
Les Huit Journaux, lieu-dit (Miécourt, district de Porrentruy, Jura).

Ancien français journel, journex :
La Belle Journée, maison isolée (Rebeuvelier, district de Delémont, Jura) ;
Pointe de la Grande Journée, sommet (Beaufortain, Savoie) ;
La Large Journée, maisons isolées (Les Bois, district des Franches-Montagnes, Jura).

Avec le suffixe collectif -ière :
La Journière, ruines en forêt (Sévrier, Annecy, Haute-Savoie) ;
Les Journières, pâturage déclive (Les Plans, vallée de Chamonix, Haute-Savoie).

Patois romand dzorniva :
Jorniva, lieu-dit (Vérossaz, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Jorniva, sommet, 1998m (Mex et Vérossaz, district de Saint-Maurice, Valais).

Avec le suffixe diminutif -ette :
La Jornevette, pâturage (Vallon d´Emaney, Salvan, district de Saint-Maurice, Valais).

Voir aussi Dzorneau.


Jossières
Les Jossières, hameau de la commune de Lyaud (Bas-Chablais, Haute-Savoie), par féminisation d´un patronyme Jossier attesté.

Jotte, Jottis, Jotto, Jotty
Le nom jotte désigne plusieurs plantes, comme la bette (Beta vulgaris), la moutarde des champs (Sinapis arvensis), et le radis ravenelle (Raphanus raphanistrum).
La Jotte-Dessous et La Jotte-Dessus, pâturages avec maisons isolées (Travers, district du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
Fontanna Jotto, forêt (Thierrens, district de Moudon, Vaud).
Avec le suffixe collectif -is :
Les Jottis, alpage et Pâturage des Jottis, nom monté à la Pointe des Jottis, 1546m (Mégevette, Faucigny, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif -y :
Le Jotty, hameau, Rochers du Jotty, crête rocheuse, et Lac du Jotty, lac artificiel sur la Dranse de Morzine (La Vernaz, vallée de la Dranse, Haute-Savoie).


Joudron
Le Joudron, Jeudrons vers 1173, A rivo Jeutronis et ad rivum Geutronis en 1212, Geutron en 1221, Comba Joudronis en 1339, cours d´eau affluent du Gelon (La Rochette, Val Gelon, Savoie), d´un primitif *Jeutro, dérivé de l´anthroponyme germanique *Jeutrudis, [Gros], variante de Gertrudis, « forte avec la lance ».

Journans
Journans, commune et village de la Bresse (Pont-d´Ain, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), Jornant en 1613, Jornens en 1650, Journens en 1670, dérivé du nom propre Jorannus, d´un plus ancien Judhramnus [Perrenot].
Peut-être de même origine :
Le Journans, cours d´eau affluent du Lion, Aqua de Jornan en 1397, Le Journan en 1730 (Pays de Gex, Ain).


Jouttes
Les Jouttes, hameau de la commune d´Evolène, district d´Hérens, (Valais), que Guex écrit en patois Maen dèj Outtè, « mayen des huttes », nom ayant subi une provection.

Jouvernaisinaz
Jouvernaisinaz, anciennement aussi Jouvernesinaz, hameau de la commune d´Orcier (La Côte en Chablais, Haute-Savoie), toponyme qui pourrait être composé du terme Joux, « forêt », et d´un terme dérivé de verne, « aulne » [Künzi 1997].

Jouvernex
Hameau de la commune de Margencel (Bas-Chablais, Haute-Savoie), Gevernay en 1261, Jouvernay en 1347, pourrait dériver d´un plus ancien *Giverniacum, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Gabriniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Gabrinius.

Jouxtens
Commune et village vaudois du district de Lausanne, Jotens en 1223, Jothens en 1227, Joutens en 1228, Joctens et Jouctens au XIVème siècle, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Juthingos, « chez les Juthingi », dérivé du nom propre Jutha, Juthingi étant aussi le nom d´un peuple [Perrenot].

Jovençan, Jovençanaz
Ancien domaine d´origine gallo-romaine *Juventianum, dérivé avec le suffixe -anum du nom d´un prétorien Juventius.
Jovençan, commune et village (Vallée d´Aoste) ;
Jovençan et Or de Jovençan, alpages (Avise, vallée d´Aoste).
Peut-être d´une [Villa] *Juventiana :
Jovençanaz, hameau (Saint-Denis, vallée d´Aoste).


Jovet, Jovets
Patois jovet, « terre inculte », ou patronyme Jovet diminutif de Jouve, Jove.
Le Jovet dessous et Le Jovet dessus, hameaux (Thyez, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Jovet, lieu-dit en montagne, Ruisseau du Jovet, nom monté au Col du Jovet, 2404m, et au Mont Jovet, 2558m (Bozel et Notre-Dame-du-Pré, Tarentaise, Savoie) ;
Le Mont Jovet, ruines (Valloire, Maurienne, Savoie) ;
Plan Jovet, pâturage, Chalets de Jovet, alpage, nom monté aux Lacs Jovet, petits lacs de montagne, et aux Monts Jovet, sommets, 2468m pour le plus élevé (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Les Jovets, maison isolée (Onnion, Faucigny, Haute-Savoie).
Voir aussi Montjovet.


Joyère
La Joyère, maison isolée de la commune du Grand-Bornand (Bornes-Aravis, Haute-Savoie), par féminisation d´un patronyme Joyer attesté.

Joyeuses, Joyeux
D´un patronyme ou sobriquet Joyeux.
Plan Joyeux, lieu-dit (Morgins, Troistorrents, district de Monthey, Valais).
Par féminisation :
Les Joyeuses, vigne (Cortaillod, district de Boudry, Neuchâtel).


Joyeux
Commune et village de la Bresse (Meximieux, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), Joiacus en 1070-1090, De Joiaco en 1212, Joyacus en 1250, Joyeu en 1285, etc., nom de domaine d´origine gallo-romaine, dérivé avec le suffixe -acus du gentilice Joius.


Jugements
Les Jugements, maisons isolées de la commune de Founex (District de Nyon, Vaud), peut-être un bien attribué à la suite d´une décision de justice.

Jugny
Lieu-dit de la commune d´Arnex-sur-Orbe (District d´Orbe, Vaud), probablement un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Juniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Junius, « de juin ».

Juifs, Juis
Ethnonyme Juif du latin Judaeus, « de Judée, juif, judaïque ».
Combe aux Juifs, lieu-dit (Porrentruy, Jura) ;
La Combe aux Juifs, lieu-dit (Lathuile, Pays de Faverges, Haute-Savoie) ;
Cras aux Juifs, hameau (Asuel, district de Porrentruy, Jura) ;
Quartier des Juifs, Rue des Juifs en 1841, hameau (Lurcy, Dombes, Ain) ;
Juis, In villa qui dicitur Judaeis en 969-970, Ecclesia ad Judeos en 1149-1156, Juex en 1278, Jueys en 1283, Juey en 1289, Juyes et Castrum de Juys en 1299-1369, Juys en 1365, Juis et Juifs en 1567, hameau et château (Savigneux, Dombes, Ain).

Juillarde, Julliards
Des patronymes Juillard, Julliard très répandu, dérivés de Jules.
Les Julliards, hameau (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).
Par féminisation de Juillard : La Juillarde, maison isolée (Sonvilier, district de Courtelary, Jura bernois).


Jujurieux
Commune et village du Bugey (Poncin, arrondissement de Nantua, Ain), Ecclesia S. Stephani Gisiriaci au Xème siècle, Prior Jusiriaci vers 1115, Jusireus en 1250, Jusireu vers 1325, Jusiria vers 1365, Jusuriacus en 1436, Jujuriacus en 1529, Jusurieu en 1587, Juserieu en 1660, Jussurieu en 1670, Jujurieu en 1738, d´un nom de domaine *Gisiriacum, dérivé avec le suffixe -acum d´un anthroponyme germanique comme *Gisahar, « le guerrier à l´épieu », du germanique *gaiza, « épieu, javelot », et harja, « guerrier ».

Juleta
La Juleta, maison isolée de la commune de la Brévine (District du Locle, Neuchâtel), par féminisation d´un patronyme Julet, rare, ou Jules.

Jumeaux, Jumelles
Ces termes désignent en général des sommets voisins et de même apparence, du latin gemellus, « jumeau, gémeau ».
Les Jumeaux, sommets, 3875m (Bionaz, vallée d´Aoste) ;
Les Jumeaux de Planpraz, sommets, 2231m (Aiguilles Rouges, Chamonix, Haute-Savoie) ;
Les Jumelles, anciennement Les Séreux, sommets, 2182m et 2215m (Saint-Gingolph et Vouvry, district de Monthey, Valais) ;
Les Jumelles, sommets, 2692m (Rochers des Fiz, Faucigny, Haute-Savoie).

Juments
Français jument, « femelle du cheval » ou ancien français jument, « bête de somme », du latin jumentum, « bête de somme ou de trait ».
Chalet des Juments, alpage, et Combe des Juments, lieu-dit (La Clusaz, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Combe des Juments, lieu-dit (Bionnassay, Saint-Gervais-les-Bains, Val Montjoie, Haute-Savoie).

Juré
Bien promis avec serment. Aussi, synonyme de Banal.
Bois Juré, anciennement Juratum Nemus, même signification (Vendlincourt, district de Porrentruy, Jura) ;
Combe Juré, vallon boisé (Bourrignon, district de Delémont, Jura).

Jurens
Hameau de la commune de Dingy-en-Vuache (Genevois, Haute-Savoie), nom d´origine burgonde, serait d´après Perrenot un ancien *Jurrens, composé de *Juderens, qui dériverait d´un primitif *Judaharingos, « chez les Judaharingi », dérivé du nom propre Judahar, de l´ancien norrois *jodh, « lignée, race », et du germanique *harja, « guerrier », voir aussi aussi Joressant, Juriens.

Juriens
Commune et village vaudois du district d´Orbe, Jurians en 1263, du nom d´un colon burgonde Juringos, nom issu du celtique *juris, voir Jeur, ou selon Perrenot d´un primitif *Judariingos, *Juderecingos, même dérivation que pour Joressant.

Jussy, Jutane
Nom de domaine d´origine gallo-romaine Jussiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Justius issu du cognomen Justus, « juste, équitable, doux, modéré, bon » ;
Jussy, commune du canton de Genève, avec Jussy le Château et Jussy l´Eglise, villages de cette commune, Jussiacum Episcopi en 1180, Jussei en 1181, de Jusseio en 1188, Jussie en 1208, Jussye en 1261, Jussier en 1273, etc. ;
Jussy, hameau (Andilly, Genevois, Haute-Savoie) ;
Jussy, hameau (Sciez, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Jussy, Gissiaco en 1339, Cura de Gissier vers 1344, village (Pers-Jussy, Genevois, Haute-Savoie).
Ancienne [villa] Justana, dérivé du cognomen Justus avec le suffixe -anus :
Jutane, anciennement La Justane, maison isolée, et Bief de la Jutane, aqua Justana en 994-1032, cours d´eau affluent du Porcelet (Ozan, Bresse, Ain).


Justice, Justices
Lieu généralement isolé et élevé où le gibet (bois de justice) était dressé lorsqu´un condamné était exécuté.
Justice, ancien lieu-dit (Challex, Pays de Gex, Ain) ;
La Justice, hameau (Chavannes-sur-Reyssouze, Bresse, Ain) ;
Les Justices, hameau (Saint-Jean-sur-Reyssouze, Bresse, Ain).

Jutteninges
Jutteninges le Grand et Jutteninges le Petit, hameaux de la commune de Taninges, Faucigny (Haute-Savoie), Jutiningis en 1411, nom d´origine burgonde, dériverait d´un primitif *Juthaningum, « chez les Juthaningi », dérivé du nom propre Iutha, voir Jouxtens [Perrenot].