I

Iblet
Bois Iblet, forêt de la commune de Ménières, district de la Broye (Fribourg), d´un ancien prénom attesté au XIIIème siècle.

Icogne
Commune et village valaisans du district de Sierre, Ucognez et Ucogni en 1234, Ucogny en 1250, Hucogny en 1339, Hucongny en 1394, pourrait être de même origine que Ecône.
Lac d´Icogne, petit lac (Lens, district de Sierre, Valais).

If
If (Taxus baccata), arbre de la famille des Taxacées, du gaulois ivos.
Sex de l´If, rocher en forêt (Evionnaz, district de Saint-Maurice, Valais).

Ifala
Pointe de l´Ifala, 2651m (Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais), d´un mot local ifala, « ancelle », par métaphore.

Ignes
Les Ignes, pâturage de la commune d´Evolène (District d´Hérens, Valais), dans les Aiguilles Rouges d´Arolla, Glacier des Ignes et Col des Ignes, 3181m, du latin ignis, « feu », par allusion à la couleur de cet endroit au soleil levant [Jaccard].

Igrec
L´Igrec, maison isolée de la commune de l´Abbaye (Vallée de Joux, Vaud), probablement par analogie de forme avec la lettre Y, voir Y.

Ila, Ilages, Ile, Iles, Illette,
Ilon, Ilots, Isle, Isles
Ile, presqu´île, ou simplement terrain parfois inondable situé le long d´une rivière. Mot régional îles, « buissons et graviers sur les bords d´une rivière » [Pégorier]. Patois ila, vieux français isle, latin vulgaire *isula, latin insula, « île ».
Les Ilages, lieu-dit au bord de l´Arve (Bonneville, Faucigny, Haute-Savoie) ;
L´Ile, insula Gebennensis en 1258, in Insula en 1274, île sur le Rhône où était édifié le Château de l´Ile, Munitio en 1219, Castellanum Insule en 1285 (Genève) ;
L´Ile, L´isle en 1847, Lille en 1911, maisons isolées (Saint-Cyr-Sur-Menthon, Bresse, Ain) ;
La Vieille Ile, sur le Rhône (Cressin-Rochefort, Bugey, Ain) ;
Les Iles, versus Insulas en 1497 (Collonges, Pays de Gex, Ain) ;
Iles Neuves et Iles Vieilles, lieux-dits au bord du Rhône (Collonges, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Les Iles, eix Illes et Yles en 1441, es Ylles en 1530, es Isles en 1545, les Isles en 1693, hameau sur l´Areuse (Boudry, Neuchâtel).
Vieux français isle :
Les Isles, ferme près des îles du Rhône (Collonges, Pays de Gex, Ain) ; Chemin des Isles conduisant aux Iles (Boudry, Neuchâtel) ;
L´Isle, localité construite sur les anciennes îles de la Venoge, Insula de Chablie en 1299, Lylaz en 1324, Lile en 1343, Lille vers 1355, Lila en 1357, Lilaz en 1446, Lyla en 1542 et Lylle en 1409, commune et village (District de Cossonay, Vaud) ;
L´Isle, hameau près des îles du Rhône (Saint-Benoît, Bugey, Ain) ;
L´Isle d´Abeau, Insula villa au Xème siècle, Islata au XIIème siècle, Isle au XVIIème siècle, Isle Darthas au XVIIème siècle, Isle de Beau en 1690, canton, commune et village (Arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère) ;
L´Isle-Crémieu, in insula Crimiaci au XIVème siècle, région de l´Isère limitée au Nord Ouest et au Nord-Est par le Rhône, et au Sud par des dépressions mal drainées, jadis inondables, d´où son nom.

Français îlet, ancien français illet, illette, « très petite île », avec le suffixe diminutif -ette :
Illette, lieu-dit (Penthalaz, district de Cossonay, Vaud).

Diminutifs avec le suffixe -on :
L´Ilon, Islon en 1906, maisons isolées (Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Ilons, Illions en 1696, Isellions en 1906, hameau (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais).

Français îlot, vieux français islot, « très petite île », avec le suffixe diminutif -ot :
Les Ilots, lieu-dit au bord du Rhône (Saillon, district de Martigny, Valais).

Patois valdôtain ila, « île » :
L´Ila, hameau au bord du Buthier (Bionaz, vallée d´Aoste).


Ilettes
Les Ilettes, lieu-dit, zône industrielle (Monthey, Valais), es Lites et Littes en 1296, es Lettes en 1743, probablement *es y lettes, avec la préposition patoise y, « au, en », et Lettes.

Illars, Illarsaz
« Aux mélèzes », préposition patoise y, « au, en », et Larses.
Les Illars, lieu-dit (Bullet, district de Grandson, Vaud) ;
Illarsaz, Illarza en 1288, Ylarsa en 1351, au Village d´Illarse et au Village Dy Larse en 1696, hameau (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais).

Illens, Irlens
nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Illingos, « chez les Illingi », dérivé du nom propre Illo, d´un ancien norrois illr, « mauvais » [Perrenot], ou d´un radical Itil- [Stadelmann].
Illens, Itlens en 1179, Icliens en 1181, Ytlens en 1190, Illens au XIIème siècle, Hylleins en 1251, yllens en 1324, Yllans en 1350, Chastel dirllain, grange dirlens en 1475, nom allemand Illingen attesté en 1477, Yllingen en 1397, ancienne commune, hameau et château ruiné (Rossens, district de la Sarine, Fribourg) ;
Illens, Ullens en 1155, Hellens et Heslens en 1154, Illens en 1157, Itlens en 1179, Icliens en 1182, Ylleins en 1234, Illeins en 1238, Hyllens en 1251, Yllans en 1350, Irlens en 1388, Yrlens en 1419, Irlains en 1475, lieu-dit et château ruiné, dont subsistent Champ d´Illens, lieu-dit (Le Flon, district de la Veveyse, Fribourg), et Crêt d´Irlens, Crêt d´Illens sur la Carte Nationale, hameau (Chapelle, district de la Glâne, Fribourg).

Illiat
Commune et village de la Dombes (Thoissey, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), Ecclesia d´Illie vers 1250, Yllia en 1285, Curatus de Illia vers 1325, Illiacus en 1365, Yllies en 1506, Illiat en 1612, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Iliacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice *Ilius.

Ima
Forêt d´Ima, forêt de la commune de Mieussy (Faucigny, Haute-Savoie), sur le Plateau de Sommand, dont le nom viendrait directment de l´adjectif latin féminin ima, « tout à fait en bas, le plus bas ; tout à fait au fond » et serait mal placé sur la carte [Künzi 1997].

Impart
Hameau de la commune de Hauteville (District de la Gruyère, Fribourg), sans doute synonyme de « indivis », ancien français impartable, impartible, « qui ne peut être divisé » ;
Communs d´Impart, forêt déclive (Hauteville, district de la Gruyère, Fribourg).


Increne
Patois inkrena, « entaille, encoche », voir Encrène.
Croix d´Increne, petite éminence, 1839m (Champéry, district de Monthey, Valais) ;
Les Increnes, parois rocheuses (Vallon d´Emaney, Salvan, district de Saint-Maurice, Valais).

Incrota
Chalet Incrota, maison isolée de la commune de Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse (Fribourg), probablement par agglutination de in crota « dans le creux », voir Crot et le mot régional encrotter.

Inden
Commune et village valaisans du district de Loèche, Indes en 1242, Yndes en 1250, nom d´origine romande inconnue, peut-être Andains, alémanisé au XVème siècle.

Indévis, Indivis, Indivise
Bien possédé et exploité en commun par plusieurs propriétaire, et qui ne peut être divisé, ou qui n´a pas encore été partagé.
Les Indévis, hameau (Maracon, district d´Orbe, Vaud) ;
Les Indivis, hameau (Chapelle, district de la Glâne, Fribourg) ;
Les Indivis, forêt déclive (Orcier, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
Forêt Indivise de Vaulnaveys (Vaulnaveys-le-Haut, Belledonne, Isère).

Index
Index de la Glière, 2595m, et Col de l´Index, 2549m (Aiguilles Rouges, vallée de Chamonix, Haute-Savoie), par métaphore, monolithe pointant vers le ciel.

Infernet
Ancien français inferne, « infernal », avec le suffixe diminutif -et, voir Enfer.
L´Infernet, hameau (Ugine, Val d´Arly, Savoie) ;
Col de l´Infernet, 2098m (Maurienne, Savoie).

Infloria
Probablement un lieu défriché, dérivé de Floria avec agglutination de la préposition en.
L´Infloria, alpage, et Chalet de l´Infloria, chalet d´alpage (Savièse, district de Sion, Valais).

Infranchissable
Col Infranchissable, 3349m, qui s´atteint facilement du côté français, mais fut longtemps réputé infranchissable du côté italien. Il fut franchi la première fois en 1870 [Boyer].

Injoux
Ancienne commune et village de la commune d´Injoux-Génissiat, en Michaille (Bellegarde-sur-Valserine, arrondissement de Nantua, Ain), Ecclesia Ingiaci en 1198, Cura de Ingiou vers 1344, Villaige d´Ingioux en 1563, probablement « en Joux ».

Innimond
Commune et village du Bugey (Lhuis, arrondissement de Belley, Ain), Mons Inimontis vers 1105, Sanctus Petrus Inimontis en 1112, Mons que Inimons antiquitus appellatur au XIIIème siècle, Domus Ynimontis en 1200, Ecclesia Inimontis en 1202, Territorium Hynimontis en 1212, De Ynimonte en 1339, Ynimont en 1580, Innimond en 1703, Ennemond en 1784 (par attraction paronymique avec le prénom Ennemond), Inimond en l´an X, Innimont en 1911. Le nom primitif paraît être In[n]imons, composé de mons et d´un anthroponyme germanique Inno [Förstemann].

Insarles
Dzeu des Insarles, « forêt des ancelles », d´un mot patois insarle, « bardeau » correspondant au mot régional ancelle [Fellay], donc une forêt exploitée pour faire des bardeaux (Bruson, Bagnes, district d´Entremont, Valais).

Inson
Préfixe latin in, « dans, sur, en », et Son, « sommet ».
Inson, alpage (Grône, district de Sierre, Valais) ;
Inson, forêt, et Cabane d´Inson, maison isolée (Bulle, district de la Gruyère, Fribourg).

Intrets
Arête des Intrets, crête rocheuse au-dessus d´Avoriaz (Morzine, Chablais, Haute-Savoie), peut-être une forme patoise de entre.

Intriat
Hameau de la commune d´Izernore (Haut-Bugey, Ain), Heyntriacus en 1306, E[n]trya en 1394, Yntria et apud Eyntriacum en 1419, Entria en 1440, De Entriaco en 1483, Entriaz en 1503, Intria sur la Carte de Cassini, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine indéterminé, les noms anciens étant déjà déformés.

Introd
Commune et village de la vallée d´Aoste, dont le nom dériverait du latin intra, « à l´intérieur », selon l´étymologie courante, en raison de sa position entre la Doire de Rhêmes et le torrent Savara. La tradition populaire voit même dans le suffixe -od le français « eaux », donc Introd signifierait « entre les eaux » ! On préfère y voir un dérivé d´un nom de personne avec le suffixe de possession -od.

Intyamon
Nom régional de la Haute-Gruyère, « là en amont », patois inquie, « là », et Amont.

Invau
Préfixe latin in, « dans, sur, en », et Vau.
Invau, hameau (Ursy, district de la Sarine, Fribourg).

Invergnaou, Inverniers, Invers, Inversants, Inversins,
Invessanes
Variante de Envers.
Les Inverniers, lieu-dit (Vallée du Versoyen, Les Chapieux, Savoie) ;
Les Invers, lieu-dit déclive orienté au nord (Chandolin, Val d´Anniviers, Valais) ;
Forêt des Invers, forêt déclive orientée au nord (Saint-Luc, Val d´Anniviers, Valais) ;
Les Inversants, lieu-dit orientée au nord (Lescheraines, Bauges, Savoie) ;
Les Inversins, lieu-dit, marais (Burtigny, district de Nyon, Vaud) ;
Les Invessanes, peut-être de même sens, avec mutation du son [rs] en [ss], forêt sur l´envers d´une colline (La Sonnaz, district de la Sarine, Fribourg).
Patois valdôtain :
Invergnaou, alpage, nom monté au Cormet d´Invergnaou, sommet, 2607m, et à la Becca d´Invergnaou, sommet, 2967m (Bionaz et Oyace, vallée d´Aoste).


Invouardieux, Invuardes
Préfixe latin in, « dans, sur, en », et dérivés de Vuardes.
Les Invuardes, En Wardes en 1258, aussi Les Envuardes en 1906, quartier de Payerne, ancien hameau (Payerne, Vaud) ;
Bois des Invuardes, forêt (Cugy, district de la Broye, Fribourg).
Avec le suffixe -eux :
Les Invouardieux, forêt déclive (Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais).


Invoué, Invuettes
Préfixe latin in, « dans, sur, en », et Vuettes.
L´Invoué, hameau (Ependes, district de la Sarine, Fribourg).
Avec le suffixe diminutif -ette :
Les Invuettes Dessous et Les Invuettes Dessus, es Invouettes en 1906, maisons isolées (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg).


Invua
Hameau de la commune de Hauterive, district de la Sarine (Fribourg), pour lequel [Aebischer] propose une signification « au gué », latin vadum, justifiée par sa position au bord de la Sarine.

Invues
Joux des Invues, forêt de Neirivue (Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg), nom composé de in, « en », et du suffixe -vue.

Iplens
Lieu-dit de la commune de l´Isle, district de Cossonay (Vaud), in Erplenae en 1002, villa que dicitur Erplens en 1009, Iplens au XIIème siècle, nom d´origine burgonde, dériverait d´un primitif *Erpilingos, « chez les Erpilingi », dérivé du nom propre Erpila, diminutif du germanique *arpa, erpa « brun, basané » [Perrenot].

Ique
L´adverbe patois ique, souvent suivi d´un autre adverbe, signifie « ici ». Latin hic, « ici ».
Ique Dessus, « ici dessus » (L´Abbaye, district de la Vallée, Vaud).

Iragnon, Irance, Ire
Hydronyme dont les nom seraient issu d´une racine préceltique *ir- [Nègre 1990].
L´Ire, cours d´eau affluent du lac d´Annecy (Doussard, Pays de Faverges, Haute-Savoie), dans la Combe d´Ire.
Avec le suffixe -ance :
L´Irance, Ripparia Herencie en 1467, cours d´eau affluent de la Veyle (Dombes, Ain).

Avec les suffixes -an et -on :
L´Iragnon, Juxta becium de Iregnion vers 1410, cours d´eau affluent de la Veyle (Dombes, Ain).


Ire, Ires, Iretta
Patois valaisan pour Aire.
Ire Menet, probablement avec un patronyme, habitat dispersé (Mayens de Conthey, Conthey, Valais) ;
Les Ires, hameau (Sarreyer, Bagnes, district d´Entremont, Valais).
Avec le suffixe diminutif patois -etta :
L´Iretta, le Yreta en 1250, Lirette en 1906, alpage (Saint-Jean, Val d´Anniviers, Valais).


Ireuse
Pointe d´Ireuse, 1890m, sommet de la commune de La Baume (Vallée de la Dranse, Haute-Savoie), peut-être de l´adjectif féminin vieux français ireuse, « colérique », soit à cause des colères de cette montagne, soit par un sobriquet.

Isard
Du patronyme Isard, germanique *aiza, « fer », et *hardu, « dur, fort », plutôt que de l´animal des Pyrénées du même nom.
Moulin Isard, hameau (Donneloye, district d´Yverdon, Vaud).

Isards, Isertan, Issart, Issarton, Issarts,
Issert
Roman et occitan issart, voir Essert.
Les Isards, Les Issars au XVIIIème siècle, Les Zizards au XIXème siècle par mécoupure, Les Izards en 1921, hameau (Saint-Martin-d´Uriage, Belledonne, Isère).
Isertan, Issertan en 1935, forêt déclive (Pralognan-la-Vanoise, Vanoise, Savoie) ;
Issart du Four, lieu-dit en forêt (Monestier-d´Ambel, Beaumont, Isère) ;
Les Issarts, maison isolée (Lans-en-Vercors, Vercors, Isère) ;
Les Issarts, Issards en 1921, ruines en clairière (Presles, Royans, Isère) ;
Les Issarts et Bois des Issarts, lieux-dits en forêt (Saint-Jean-d´Hérans, Trièves, Isère) ;
Issert, Exert en 1228, hameau (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais).
Avec le suffixe diminutif -on :
Issarton le Bas et Issarton le Haut, maisons isolées (Le Périer, Valbonnais, Isère).


Isenau
Isenau, Chalets d´Isenau, alpage, nom monté au Col d´Isenau, 2077m, lieux-dits des Diablerets, commune d´Ormont-Dessus, district d´Aigle (Vaud), Usinaux en 1279, puis Ezen d´Eaux, Oisenaux, Eisenaux, enfin Isenod en 1801, Isenoz vers 1900, nom d´origine inconnue, peut-être germanique.

Isérable, Isérables
Nom commun régional de l´érable champêtre (Acer campestre). Franco-provençal iserâblo, izerablo, bas latin acerabulus, nom composé du latin acer, « érable », racine indo-européenne *ak-, ok-, « pointu, aigu », et du gaulois abolos, « pommier », racine indo-européenne *abol-, abel-, « pomme ».
L´Isérable, maisons isolées (Nangy, Genevois, Haute-Savoie) ;
L´Isérable, En l´Eyserablu et En l´Eysirablo en 1397, lieu-dit (Saint-Genis-Pouilly, Pays de Gex, Ain) ;
L´Isérable, maisons isolées (Saint-André-d´Huiriat, Bresse, Ain) ;
L´Isérable, colline boisée (Sonthonnax-la-Montagne, Haut-Bugey, Ain) ;
L´Isérable, juxta l´Ayserable en 1285, lieu-dit (Rignieux-le-Franc, Bresse, Ain) ;
Isérables, Aserablos en 1277, Heyserablo en 1250, Yserablo en 1266, Heserablo en 1267, Aserablo en 1322, Acere en 1490, commune et village (District de Martigny, Valais) ;
Les Isérables, lieu-dit (Oleyres, district d´Avenches, Vaud).

Iseran, Isère, Izeron
L´Isère, rivière affluent du Rhône, O Isaras [Polybe, IIème siècle avant notre ère], Isar potamos [Ptolémée, IIème siècle], Para ton Isara [Dion Cassius, IIIème siècle], Isara flumen [Cicéron], Fluvius Ysera vers l´an 1000, Ysara en 1036, Aqua Iserie en 1424, et dont le nom vient du gaulois isara qui signifie « l´impétueuse, la rapide », racines indo-européennes *veis-, « couler », et *eis-, « se déplacer rapidement ». Pour Nègre 1990, Isara dérive d´une racine hydronymique préceltique *is-, avec un suffixe *-ara à l´origine atone.
Isère, département de la régine Rhône-Alpes nommé d´après la rivière Isère.
Avec le suffixe -an :
Mont Iseran, Le mont Isère en 1572, Montisarus en 1623, Montiseran en 1667, In Monte Isarano en 1682, mont Isseran en 1777, Mont Iserant en 1801, Mons Isaranus en 1802, L´Isaran en 1804, massif montagneux culminant au Signal de l´Iseran, 3241m, et aussi Col de l´Iseran, 2770m, Vallon de l´Iseran (Val d´Isère, Haute-Tarentaise, Savoie).

Avec le suffixe diminutif -on :
Izeron, castrum Isironis au XIème siècle, parrochia de Isirone au XIIème siècle, turris de Iserone au XIVème siècle, commune et village du Royans (Pont-en-Royans, arrondissement de Grenoble, Isère), nommée d´après un petit affluent de l´Isère, et Pont d´Izeron, sur l´Isère.


Iserin
Pâturage de la commune de Gsteig (District de Gessenay, Berne), serait une forme alémanisée du latin acerinus, « d´érable, de bois d´érable », voir Azerin.

Isières
Alpage de la commune d´Ardon (District de Conthey, Valais), campo Dysyery apud Arduns en 1250, Ysieri apud Ardum en 1306, Izigières sur la carte Dufour, origine inconnue.

Isieux, Izieu
D´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Isiacus, dérivé avec le suffixe -acus du nom propre Isius ou Isis.
Isieux, ancien lieu-dit (Sault-Brénaz, Bugey, Ain) ;
Izieu, Isiacus vers 1125, Yssiacus en 1287, Egieu en 1354, Ysiacus en 1444, Yssiou en 1498, Eysieu en 1577, commune et village du Bugey (Arrondissement de Belley, Ain).

Islan
L´Islan, domaine sur une éminence dans un marais (Bavois, district d´Orbe, Vaud), de [fundus] insulanus, latin insulanus, « insulaire ».

Issalet
Lieu-dit en forêt avec des petits lacs, commune de Saint-Légier-La-Chiésaz (District de Vevey, Vaud), par aphérèse de Lissalet.

Issime
Commune et village de la vallée d´Aoste, anciennement Ixima, probablement par féminisation d´un nom de personne latin Iccius.

Issogne
Commune et village de la vallée d´Aoste, anciennement Isonia, Cionia et Essyogni, probablement dérivé avec le suffixe -onia d´un nom de personne latin comme Iccius.

Italiennes
Les Italiennes, alpage de la commune de Cerniat (District de la Gruyère, Fribourg), probablement par féminisation d´un sobriquet Italien.

Itiers
Les Itiers, maison isolée de la commune de Quet-en-Beaumont (Beaumont, Isère), de Asteriis au XIVème siècle, du nom d´homme romain Asterius.

Itravers
Hameau de la commune de Grône (District de Sierre, Valais), « en travers », nom composé de la préposition patoise y, « au, en », et de Travers, devenu Nitraverd (carte Dufour), et Nitravers (carte Siegfried).

Itre, Itro
Abri de bergers, patois valaisan et savoyard îtro, êtro, voir Etre. « Bâtisses de 30 m2 environ, avec murs de pierres sèches et toitures de lauzes, servant de fromageries temporaires » [Fellay].
Itre du Bouis, alpage (Ardon, district de Conthey, Valais) ;
Itre du Torrent Noir, maison isolée en clairière (Ardon, district de Conthey, Valais) ;
Plan Itre Joyat, avec le patronyme Joyat, lieu-dit (Trient, district de Martigny, Valais) ;
L´Itro Neu, alpage (Chanrion, Bagnes, district d´Entremont, Valais).

Ittens
Hameau de la commune de La Chaux, district de Cossonay (Vaud), Villa Ittinges en 964, Idens en 1005, Itteins en 1238, Ittens en 1387, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Ittingos, « chez les Ittingi », dérivé du nom propre Itto [Perrenot], du burgonde *iþs, « travail, ouvrage ».

Ivoex, Ivoray
Lieu où poussent des ifs (Taxus sp.). Gaulois ivos, « if », avec les suffixes collectifs se rapportant à la flore -ay, -ex.
L´Ivoex, Livoex en 1906, lieu-dit (Assens, district d´Echallens, Vaud) ;
Ivoray, hameau (Mieussy, Faucigny, Haute-Savoie).

Ivoues, Ivoués, Ivouette, Ivuex
Dérivés du patois ive, « eau ».
Les Ivoues, lieu-dit (Som la Proz, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
Les Ivoués, alpage (Nendaz, district de Conthey, Valais).
Avec le suffixe diminutif -ette :
L´Ivouette, aussi Ivette en 1906, cours d´eau affluent de l´Avançon (Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
Bonne Ivouette, lieu-dit avec sources (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Avec le suffixe diminutif collectif -ex :
L´Ivuex, hameau (Prahins, district d´Yverdon, Vaud).


Izeaux
Commune et village du Pays voironnais (Rives, arrondissement de Grenoble, Isère), ad Izellos au XIème siècle, Ysel au XIIème siècle, Izeuz au XIIIème siècle, peut-être de l´anthroponyme germanique Iseldis [Nègre 1990], avec attraction du suffixe diminutif latin -ellus.

Izenave
Commune et village du Haut-Bugey (Brénod, arrondissement de Nantua, Ain), Parochia de Ysinava en 1258, Isinava en 1299-1369, Yssinava en 1463, Apud Ysinavaz en 1484, Isinave en 1650, Isenave en 1655, Yzenave en 1789. La seconde partie de ce nom pourrait venir du gaulois *naua, « ravin, vallée encaissé ; vallée fertile entre les montagnes », et la première pourrait se rattacher, mais c´est douteux, à isara, voir Isère, ou à isarnon, « fer ».

Izernon
Maison isolée de la commune de Nurieux-Volognat (Haut-Bugey, Ain), pourrait être un *lsarnodunum, « forteresse de fer », gaulois isarnon, « fer », et dunum.

Izernore
Commune et village du Haut-Bugey (Arrondissement de Nantua, Ain), bourgade gauloise puis gallo-romaine d´*lsarnodurum, « Portes de Fer », gaulois isarnon, « fer », racine indo-européenne *esro-no-, « rouge, métal sanglant ( ?) », ou *ayos-, *ayes-, « métal », et durum. lsarnodori au VIIIème siècle, De Ysarnodero et De Ysernodero en 1299, Yzernore vers 1350, Apud Yzernodorum en 1419, Apud Yssernorum en 1500, Isernorum en 1587, Ysarnoroz en 1606, D´Izernoron en 1613, Isarnore en 1650, Izarnore en 1780, Izernore en l´an X.