F

Fabrique
Vieux français fabrique, « atelier, chantier, lieu de travail », du latin fabrica, « boutique, atelier, forge ».
La Fabrique, hameau (Randens, Basse-Maurienne, Savoie).

Fabry
Patronyme de même origine que Favre.
Champs Fabry, lieu-dit (Collex-Bossy, Genève) ;
Moulin Fabry, maisons isolées (Satigny, Genève).

Face, Faces, Fache, Fâche, Faches,
Faisceaux, Faisses, Faissoles, Feiche, Feisse,
Fesse, Fesses
Bande de terre horizontale allongée entre deux rochers, étroite dans le sens de la pente, vieux français fasce, du latin fascia, « bande ».
Ancien français face, « bande de terre » :
Pas de la Face, passage dans les rochers (Sembrancher, district d´Entremont, Valais) ;
Les Faces, lieu-dit (Salvan, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Combe des Faces, ravin (Martigny-Combe, district de Martigny, Valais) ;
Pointe des Faces, 2683m (Saint-Rhémy-en-Bosses, vallée d´Aoste) ;
Pointe des Faces, 2452m (Ollomont et Valpelline, vallée d´Aoste).

Ancien français fesche, « bande de terre » :
La Fache, maisons isolées (Saint-Martin, district d´Hérens, Valais) ;
La Fâche, lieu-dit (Vallon de Réchy, Nax, district d´Hérens, Valais) ;
Les Faches, lieu-dit (Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Rochers de la Feiche du Loup, lieu-dit (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie).

Patois de la Maurienne et ancien français feisse, fesse, « bande de terre » :
Crêt de la Feisse, petit sommet (Albiez-Montrond, Maurienne, Savoie) ;
La Fesse, hameau (Albiez-le-Jeune, Maurienne, Savoie) ;
La Fesse d´en Bas et La Fesse du Milieu, maisons isolées (Lanslevillard, Haute-Maurienne, Savoie) ;
La Grande Fesse, lieu-dit (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Les Fesses, hameau (Panossas, L´Isle-Crémieu, Isère) ;
Fesses de Noé, lieu-dit en montagne (Bonneval-sur-Arc, Haute-Maurienne, Savoie).

Mots régionaux faisse, faysse, « bande de terre étroite, petite parcelle allongée » (Ain, Isère) [Pégorier], ancien français faisse, « bande de terre » :
Les Faisses, Les Granges de Feysse en 1847, maisons isolées (Boyeux-Saint-Jerôme, Haut-Bugey, Ain).

Avec le suffixe diminutif -ole :
Faissoles, Fayssolles en 1416, Feyssoles en 1442, hameau (Courtes, Bresse, Ain).

Probablement par attraction paronymique avec le français « faisceau » :
Faisceaux de la Loye, lieu-dit (Lanslevillard, Haute-Maurienne, Savoie).

Voir aussi Belleface.


Faceballa, Facebelle, Facibellaz
Formes patoises de Belleface.
Faceballa, alpage, nom monté au Col de Faceballa, 2646m (Ollomont et Etroubles, vallée d´Aoste) ;
Mont Faceballa, 2516m (Ollomont et Valpelline, vallée d´Aoste) ;
Mont Facebelle, 2621m (Ayas, vallée d´Aoste) ;
Facibellaz, alpage (Valtournenche, vallée d´Aoste).

Fagne, Fange, Fangères, Feignes, Fennes
Endroit marécageux, fangeux, français fange, vieux français fagne, feigne, ancien français faignas, « cloaque », roman fanga, faigna, fagna, bas latin famica, latin vulgaire fania, « boue », de l´ancien haut allemand fenna, fennî, germanique *fanja, « marais ».
La Grande Fagne et La Petite Fagne, maisons isolées (Civrieux, Dombes, Ain) ;
La Fange, maison isolée (Saint-Nizier-le-Désert, Dombes, Ain) ;
En Fagne, lieu-dit (Bière, district d´Aubonne, Vaud) ;
Les Feignes, forêt (Asuel, district de Porrentruy, Jura) ;
Siernes es Fennes, chalets (Rougemont, Pays-d´Enhaut, Vaud).
Avec le suffixe collectif -ère, ancien français fangiere, « bourbier, marécage » :
Les Fangères, lieu-dit (Montherod, district d´Aubonne, Vaud).


Fahy, Fahyn, Fahys, Faignets, Failat,
Failly, Fairy, Faix, Faoug, Fau,
Faug, Fauges, Faux, Fay, Fayard,
Fayards, Fayat, Fayaula, Fayaulaz, Fayaule,
Fayaux, Faye, Fayé, Fayel, Fayen,
Fayère, Fayes, Fayet, Fayets, Fayettaz,
Fayette, Fayeux, Fayi, Fayis, Fayole,
Fayolet, Fayolle, Fayolles, Fayot, Fays,
Faz, Féole, Fetelay, Feu, Feug,
Feux, Fey, Feyat, Feyla, Fiay,
Fieu, Fieuty, Fieux, Fiolaz, Fiole,
Fioles, Fiolet, Fiolets, Fiolettes, Fiollages,
Foitaloup, Fol, Folière, Fols, Fotelas,
Fou, Fouâche, Foué, Fouetelet, Fouettaz,
Fouetteley, Foug, Fougzet, Fouitelley, Fous,
Foussy, Foutaz, Foutey, Foux, Fouyet,
Foy, Foyard, Foyards, Foyat, Foyère,
Foyères, Foyires, Foyis
Noms dérivés des anciens noms du hêtre (Fagus sylvatica), latin fagus, grec fagos, gaulois bagos, racine indo-européenne *bhagos, « hêtre ».
Du nom commun régional du hêtre fayard, foyard, ancien français faiar, faiart, failhard, de l´ancien français faie, « hêtre », formé avec le suffixe -ard, bas latin faia :
Le Fayard, maison isolée (L´Abergement-Clémenciat, Dombes, Ain) ;
Fontaine de Fayard, Font de Fayart sur la Carte IGN, maison isolée, abri (Chevaline, Pays de Faverges, Haute-Savoie) ;
Les Fayards, forêt (Chésopelloz, district de la Sarine, Fribourg) ;
Le Foyard, maisons isolées en clairière (Vouvry, district de Monthey, Valais) ;
Les Foyards, maisons isolées (Vionnaz, district de Monthey, Valais).

Nom dérivé du roman faignas, « hêtre », avec le suffixe collectif se rapportant à la flore -et :
Les Faignets, forêt déclive (Epauvillers, district des Franches-Montagnes, Jura).

Noms issus de l´ancien français fau, faug, fay, fayan, fayant, roman fau :
Les Faix, hameau (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Faoug, Fol en 1228, Fols en 1491, nom allemand Pfauen, « paon », commune et village (District d´Avenches, Vaud) ;
Combe du Faoug, alpage (La Rippe, district de Nyon, Vaud) ;
Champ du Fau, hameau (Vulliens, district d´Oron, Vaud) ;
Chemin de Faug (Jongny, district de Vevey, Vaud) ;
Les Fauges, lieu-dit en forêt (Marlens, Pays de Faverges, Haute-Savoie) ;
Les Faux, maisons isolées (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Grange des Faux, maison isolée, et Montagne des Faux, 1995m (Les Houches, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Le Fay, hameau (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Fays, hameau (Martigny-Combe, district de Martigny, Valais) ;
Fays d´en bas, lieu-dit (Troistorrents, district de Monthey, Valais) ;
Le Faz, forêt (Peney-le-Jorat, district d´Oron, Vaud) ;
Le Fiay, forêt déclive (Arzier, district de Nyon, Vaud).

Avec le suffixe diminutif -elle :
Fayselle, forêt déclive (Vouvry, district de Monthey, Valais).

Noms issus de l´ancien français feu, feuch, feug, fey :
Le Feu, hameau (Vailly), nom monté au Col du Feu, 1120m (Lullin, Chablais, Haute-Savoie) ;
Feu Courbe, maisons isolées (Chevenoz, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Le Feug ou Le Feu, hameau (Combloux, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Feux, forêt déclive (La Chapelle-d´Abondance, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Fey, bois (Ferlens, district d´Oron, Vaud) ;
Fey et Plan Fey, hameaux (Nendaz, district de Conthey, Valais) ;
Le Feyat ou Le Fayat, forêt (Trient, district de Martigny, Valais) ;
La Feyla, forêt (Le Mouret, district de la Sarine, Fribourg) ;
Le Fieu, maisons isolées en clairière (Saint-Cergues, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Fieux, lieu-dit (Cordon, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Tête des Fieux, sommet, 1722m (Vacheresse, Val d´Abondance, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif -y :
Bois de Fieuty, forêt (Dingy-Saint-Clair, Bornes, Haute-Savoie).

Noms issus de l´ancien français fo, fol, fou, foug, foul, foy, roman fou :
Plan de la Fiole, maison isolée, peut-être de même origine (Cortébert, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Les Fioles, forêt déclive (Péry, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Champ du Fol, hameau (Chevenez, district de Porrentruy, Jura) ;
Blanc Fol, lieu-dit en forêt (Goumois, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Fin des Fols, lieu-dit (Fenin-Vilars-Saules, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Le Fou, petit sommet, 2606m (Riddes et Isérables, district de Martigny, Valais) ;
Le Plan du Fou, lieu-dit (Nendaz, district de Conthey, et Isérables, district de Martigny, Valais) ;
Le Foué, hameau (Marignier, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Foug, maisons isolées (Queige, Beaufortain, Savoie) ;
Le Foug, maisons isolées (Moye, Albanais, Haute-Savoie), nom monté à la Montagne du Gros Foug, 1001m (Motz, Chautagne, Savoie, et Moye, Albanais, Haute-Savoie) ;
Les Fous, alpage (Les Brenets, district du Locle, Neuchâtel) ;
Croix des Fous, lieu-dit avec une croix (Les Montets, district de la Broye, Fribourg) ;
Sentier du Crêt-de-Foux (Lutry, district de Lavaux, Vaud) ;
Les Foux, maison isolée (Siviriez, district de la Glâne, Fribourg) ;
Grand Foy et Petit Foy, forêt clairsemée (Bex, district d´Aigle, Vaud).

Noms collectifs : forêt de hêtres, lieu planté de hêtres :

Avec les suffixes collectifs se rapportant à la flore -et, -ette :
Le Fiolet, lieu-dit en forêt (Fleurier, district du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
Les Fiolets, lieu-dit (Saint-Brais, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Les Fiolettes, maison isolée (Savigny, district de Lavaux, Vaud) ;
Le Fougzet, forêt (Saint-Luc, Val d´Anniviers, Valais).

Avec le suffixe collectif -age :
Les Fiollages, lieu-dit (Marcellaz, Faucigny, Haute-Savoie).

Avec le suffixe -ache :
Fouâche, lieu-dit (Rue, district de la Glâne, Fribourg).

Avec le suffixe collectif patois -az :
Fiolaz, hameau (Eloise, Genevois, Haute-Savoie).

Noms collectifs issus du vieux français fouteau, ancien français foteau, fousteau, « hêtre » :

Avec le suffixe collectif patois -az :
La Foutaz, maison isolée (Verchaix, Faucigny, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif -ey :
Foutey, en Fotey et en Foutey en 1441, en Fautel et en Fottey en 1530, au champ du Fouté, Foutei et en Foutel en 1600, quartier (Bôle, district de Boudry, Neuchâtel).

De l´ancien français foutelaie, fouetelee, « lieu planté de hêtres », noms collectifs dérivés de foteau, fousteau, « hêtre » :
Le Fetelay, habitat dispersé (Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
Ruisseau de Foitaloup, qui devient en aval après un parcours souterrain Ruisseau de la Baume, affluent de l´Arbogne, a certainement cette origine plutôt que celle proposée par la tradition locale « fouette le loup » (Corcelles-près-Payerne, district de Payerne, Vaud, et Russy, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Fotelas, lieu-dit en forêt (Courtemaîche, district de Porrentruy, Jura) ;
Le Fouetelet, maison isolée (Ugine, Val d´Arly, Savoie) ;
La Fouettaz, alpage (Demi-Quartier, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Fouettaz, hameau (Esserts-Blay, Basse-Tarentaise, Savoie) ;
La Fouettaz, Fuesta en 1350, La Fuettaz en 1935, aison isolée (Marthod, Val d´Arly, Savoie) ;
Le Fouetteley, forêt déclive, (Bullet, district de Grandson, Vaud) ;
Le Fouitelley, maison isolée en clairière (Trient, district de Martigny, Valais).

Noms collectifs dérivés de l´ancien français fau, faug, fay, « hêtre », avec les suffixes collectifs -aux, -i[s], etc. :
Le Failat, lieu-dit en forêt (Damvant, district de Porrentruy, Jura) ;
Fairy, peut-être de même sens, bois (Brenles, district de Moudon, Vaud) ;
Fayaux, habitat dispersé (Blonay, district de Vevey, Vaud) ;
Le Fayi, lieu-dit en forêt (Sembrancher, district d´Entremont, Valais) ;
Les Fayis, forêt (Cheiry, district de la Broye, Fribourg).

Avec le suffixe diminutif -ot :
Fayot, grand pâturage maintenant avec lotissement, et Torrent de Fayot, (Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais).

Noms collectifs dérivés de l´ancien français fo, fol, fou, foug, foul, foy avec les suffixes collectifs -at, -et, -ey, -is, -y :
Foussy, forêt (Autigny, district de la Sarine, Fribourg) ;
Le Fouyet, hameau (Saint-Jean-d´Aulps, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Plan Foyat, maisons isolées en clairière (Bovernier, district de Martigny, Valais).

Avec le suffixe collectif -is :
Les Foyis, lieu-dit (Tanay, Vouvry, district de Monthey, Valais).

Noms collectifs issus du vieux français faye, ancien français faye, bas latin fagia, faia, latin fagea [silva], et du vieux français fayet, ancien français faget, collectif latin fagetum :
Fahy, Fahyl en 1177, Fahyt en 1438, commune et village (District de Porrentruy, Jura) ;
Le Fahy, forêt (Bonfol, district de Porrentruy, Jura) ;
Champ Fahy, hameau, pourrait aussi être un patronyme (La Neuveville, Jura bernois) ;
Les Fahys, lieu-dit en forêt (Monthey, Valais) ;
Le Failly, cacographie de Fahy, hameau (Siviriez, district de la Glâne, Fribourg) ;
La Faye, maison isolée, Bois de la Faye, forêt et Crêt de Faye, lieu-dit (Mézières, district de la Glâne, Fribourg) ;
Le Faye, bois (Bière, district d´Aubonne, Vaud) ;
Le Fayé, colline boisée (Saint-Oyens, district d´Aubonne, Vaud) ;
Fayel, lieu-dit (Bournens, district de Cossonay, Vaud) ;
Plain Fayen, hameau, Droit du Plain Fayen et Envers du Plain Fayen, forêts déclives, nom qui s´écrit aussi Fahyn (Perrefitte, district de Moutier, Jura bernois) ;
Bois des Fayes, forêt clairsemée (Mollens, district d´Aubonne, Vaud) ;
Forêt des Fayeux (Saint-Sulpice, Valdaine, Isère).

Noms collectifs formés avec le suffixe collectif -ère, du bas latin fageria :
La Fayère, forêt (Estavannens, Bas-Intyamon, district de la Sarine, Fribourg) ;
Col de la Folière, 1908m, entre la Haute-Savoie et le Valais (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais, et Châtel, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
La Foyère, forêt déclive (La Perrière, Tarentaise, Savoie) ;
Les Foyères, alpage (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Les Foyires, pâturage (Vallon de Van, Salvan, district de Saint-Maurice, Valais).

Avec le suffixe collectif se rapportant à la flore -et :
Le Fayet, Le Fayet du Milieu et Le Fayet d´en Haut, hameaux (Saint-Gervais-les-Bains, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Fayets, hameau (La Baume, vallée de la Dranse, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif patois -at :
Le Fayat, forêt (Saint-Jean-le-Vieux, Haut-Bugey, Ain).

Noms collectifs issus du vieux français faye, avec les suffixes diminutifs -ettaz, -ette :
La Fayettaz, quartier (Attalens, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Fayette, bois (Vulliens, district d´Oron, Vaud).

Noms collectifs issus du vieux français faye, avec les suffixes diminutifs -aulaz, -aule, -ole :
Fayaula, lieu-dit (Dompierre, district de la Broye, Fribourg) ;
La Fayaulaz (Villarepos, district du Lac, Fribourg) ;
Fayaule, lieu-dit (Servion, district d´Oron, Vaud) ;
Fayole, Fayola en 1301, hameau (Chalamont, Dombes, Ain) ;
Fayolle, hameau (Chevroux, Bresse, Ain) ;
Fayolles, Apud Fayolaz en 1401, Feola en 1475, Fayole en 1911, hameau (Chevroux, Bresse, Ain) ;
La Féole, Fayola en 1272, La Feole en 1466, la Fyole en 1612, La Fiolle en 1847, lieu-dit (L´Abergement-Clémenciat, Dombes, Ain).

Avec le suffixe diminutif -et :
Fayolet, Fayollet en 1911, hameau (Saint-Trivier-de-Courtes, Bresse, Ain).

Voir aussi Béfou, Belfaux.


Faita
Ce terme patois est probablement à rapprocher du français faîte, « partie la plus élevée d´un bâtiment, d´une construction », réfection analogique, d´après le latin fastigium, « toit à deux pentes, faîte », de l´ancien français fest, issu du francique *first.
Grossa Faita, lieu-dit en forêt (Hauterive, district de la Sarine, Fribourg) ;
Faita, colline, 810m (Le Glèbe, district de la Sarine, Fribourg).

Faivelies, Faivry, Fava, Favalles, Favasset,
Favaule, Favaz, Fave, Faveau, Faveires,
Favery, Favesses, Faveux, Favière, Favières,
Favires, Favouay, Favouet, Favules, Fèves,
Févières, Fove
Lieu où poussent des fèves. Latin faba, fava, « fève, haricot ».
Les Fèves, alpage (Lignières, Neuchâtel).
Patois romand fava :
La Fava, lieu-dit (Nax, district d´Hérens, Valais) ;
La Fava, anciennement Sex de la Faba, sommet, 2612m, par métaphore (Sanetsch, Conthey, Valais) ;
La Favaz, maisons isolées, peut-être par un patronyme (Saint-Aubin, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Faves, maisons isolées en clairière (Bovernier, district de Martigny, Valais).

Avec le suffixe -eux :
Faveux, maison isolée (Le Petit-Bornand-les-Glières, Faucigny, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif -alle :
Les Favalles, lieu-dit (Delley-Portalban, district de la Broye, Fribourg).

Avec les suffixes diminutifs -aule, -ule :
Favaule, Favaulaz en 1906, maison isolée (Broc, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Favules, lieu-dit (Reignier, Genevois, Haute-Savoie).

Forme valdôtaine :
Fove, hameau (Saint-Marcel, vallée d´Aoste).

Nom collectif dérivé du latin fabassetum, « favière » :
Le Favasset, hameau (Saint-Pierre-d´Albigny, Combe de Savoie, Savoie).

Noms collectifs dérivés du collectif fabetum, avec les suffixes -ay, -et :
Le Favouay, maisons isolées en clairière (Leytron, district de Martigny, Valais) ;
Le Favouet, maisons isolées (Nendaz, district de Conthey, Valais).

Noms collectifs issus du français favière, « champ de fèves », ancien français faviere, febviere, latin fabaria, « favière », avec les suffixes -eire, -ière, -ery :
Faivry, lieu-dit (Grandfontaine, district de Porrentruy, Jura) ;
Les Faveires, hameau (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Favery, hameau (Rue, district de la Glâne, Fribourg) ;
La Favière, hameau (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Les Favières, maisons isolées en clairière (Bellevaux, Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Favires, lieu-dit (Ballaison, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Févières, lieu-dit (Massongy, Bas-Chablais, Haute-Savoie).

Patronyme Faveau, de même origine :
La Faveau, petite forêt (Ubine, vallon de Bise, Chablais, Haute-Savoie).

Patois jurassien faivatte, faive, faiviôle :
Les Faivelies, forêt déclive (Corban, district de Delémont, Jura).

Avec le suffixe de féminisation -esse, mais Favesse est aussi un patronyme rare :
Les Favesses, hameau (Cordon, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Voir aussi Favresses.


Faivre
Jean Faivre, maison isolée de la commune de Corgémont (District de Courtelary, Jura bernois), patronyme, variante de l´ancien français fevre, nom de métier, « ouvrier en métal, celui qui travaille le fer, forgeron, maréchal, armurier ; ouvrier, artisan en général ».

Falaise
Terme générique « falaise », de l´ancien français falelse, falise, francique falisa, ancien haut allemand felisa, germanique *falisa, « rocher ».
La Falaise, lieu-dit (Gland, district de Nyon, Vaud).

Falat, Fallat
Mot du patois jurassien falat, fallat, qui signifierait « [de couleur] fauve ». Fallat est aussi un patronyme.
Falat, lieu-dit (Bure, district de Porrentruy, Jura) ;
Falat, lieu-dit (Seleute, district de Porrentruy, Jura) ;
Côte du Fallat, forêt déclive (Ocourt, district de Porrentruy, Jura).

Falcon, Falconneaux, Falconnet, Falconnière, Falquet,
Falquets, Farcon, Farcounet, Farquets, Farquettaz,
Faucon, Fauconnex, Fauconnière, Fauconnières
Du français faucon, ancien français falcun, du bas latin falconem, accusatif du latin falco, que l´on retrouve en ancien haut allemand, peut-être dérivé de falx, falcis, « faux, faucille » en raison de la courbure de son bec ou de ses griffes.
Des patronymes Falcon, Falconneau, Falconnet :
Plan Falcon ou Plan Farcon, maison isolée (Corbeyrier, district d´Aigle, Vaud) ;
Plan Falcon, lieu-dit (Saint-Martin-de-la-Porte, Maurienne, Savoie) ;
Les Falconneaux, lieu-dit (Vionnaz, district de Monthey, Valais) ;
Falconnet, hameau (Sulignat, Dombes, Ain) ;
Chez Falconnet, maisons isolées (Annecy, Haute-Savoie).

Patronyme Farcon, dérivé par rhotacisme :
Au Farcon, lieu-dit, patronyme Farco attesté au Sépey en 1332 (Le Sépey, Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Champs Farcon, lieu-dit (Argonay, Annecy, Haute-Savoie).

Du patronyme Farconet, diminutif de Farcon :
Farcounet, pâturage et ruine, pré acheté en 1355 par un Marquil Farconetus du Sépey [Jaccard] (Vallon de l´Hongrin, Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud).

Patronymes Faucon, Fauconnex dérivés par vocalisation :
Pré Faucon, lieu-dit (Annecy-le-Vieux, Haute-Savoie) ;
Fauconnex, forêt (Panex, Ollon, district d´Aigle, Vaud).

Patronyme Falquet, probablement issu de l´ancien haut allemand falco :
Falquet, Farquet en 1841, ferme isolée (Condeissiat, Dombes, Ain) ;
Le Falquet, hameau (Villette-sur-Ain, Dombes, Ain) ;
Grange-Falquet, lieu-dit (Chêne-Bougeries, Genève) ;
Le Pré Falquet, lieu-dit (Lathuile, Pays de Faverges, Haute-Savoie) ;
Chemin des Falquets (Cologny, Genève).

Patronyme Farquet, dérivé par rhotacisme :
Rue des Farquets (Martigny, Valais).

Par féminisation patoise :
La Farquettaz, alpage (Megève, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Endroit où l´on élevait des faucons, noms dérivés avec le suffixe collectif -ière, ou par féminisation de Falconnier, Fauconnier, noms attestés, dérivés du nom de métier fauconnier, « dresseur de faucons, chasseur au faucon » :
La Falconnière, In Falconeria et Domus sita in Farconeria en 1475, maison isolée (Orelle, Maurienne, Savoie) ;
La Falconnière, Falconeria en 1447, La Falconniere en 1536, château et hameau (Saint-André-d´Huiriat, Bresse, Ain) ;
La Fauconnière, lieu-dit en forêt (Meillerie, Chablais, Haute-Savoie) ;
Grandes Fauconnières et Petites Fauconnières, maisons isolées (Provence, district de Grandson, Vaud).

Voir aussi Montfalcon.


Falita
Col Falita, 2557m, et Pointe Falita, 2623m, entre les communes d´Avise et de La Salle (Vallée d´Aoste), probablement à rapprocher du participe passé féminin fallita de l´italien fallire, dont l´un des sens serait « aller à la montagne ».

Fallavaux
Hameau de la commune du Beaumont de La Salette-Fallavaux (Corps, arrondissement de Grenoble, Isère), bordaria del Faf au XIIIème siècle, Falavellus au XVème siècle, probablement de l´anthroponyme germanique *Falhawils.

Famenan
Lieu-dit de la commune d´Orges (District d´Yverdon, Vaud), Famenaz en 1906, du patois famena, « famine », pour une terre improductive [Jaccard].

Famolens
Famolens, domaine viticole de la commune d´Essertines-sur-Rolle, et Le Famolens, cours d´eau affluent du Léman (District de Rolle, Vaud), nom probablement d´origine burgonde.

Fang
Hameau valaisan de la commune de Chandolin, Val d´Anniviers, anciennement Fans, nom qui viendrait du latin fames, « disette, manque de vivres, famine ». Pour Jaccard ce nom viendrait d´un ancien haut allemand fâhan, germanique *fanh, fanhan, « saisir », dans le sens de « terrain clos ».
Torrent de Fang, affluent de la Navizence (Chandolin, Val d´Anniviers, Valais).

Fangles, Fingles
Noms issus de Sangle, Single par mutation du son [s] initial en [f] [Künzi 1997].
Du patois savoyard sangle :
Les Fangles, lieu-dit dans les parois rocheuses, ou les parois elle-mêmes (Vallée des Ardoisières, Morzine, Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Fangles, maisons isolées, et Ruisseau des Fangles, affluent du Risse (Mégevette, Faucigny, Haute-Savoie).

Du patois valaisan single :
Les Fingles, les Cengles au XVIIIème siècle, lieu-dit en bordure des falaises de Saint-Maurice (Vérossaz, district de Saint-Maurice, Valais).


Fantôme, Fantômes
Mot français dérivé du grec tardif *phantauma, altération de *phantagma, du grec classique phantasma, « apparation, vision », aussi en ancien français fantosme, « chose extraordinaire, merveilleuse, trompeuse ».
Sur la Roche Fantôme, lieu-dit (Ecublens, district de la Glâne, Fribourg) ;
Les Fantômes, forêt (Neyruz, district de la Sarine, Fribourg).

Fapresses
Les Fapresses, hameau de la commune des Montets (District de la Broye, Fribourg), pourrait être une féminisation d´un ancien patronyme Fapre, dérivé par assourdissement de [b] en [p] de Fabre, variante de Favre.

Fara, Faratte, Faraz, Fare, Farette,
Farettes
Du roman fara « domaine familial », voir Faramans.
Fara, hameau (Vufflens-la-Ville, district de Cossonay, Vaud) ;
La Fara ou La Faraz, quartier (La Tour-de-Peilz, district de Vevey, Vaud) ;
Fare, hameau (Essertines-sur-Yverdon, district d´Echallens, Vaud) ;
Haute Fare, Altafara et Autafara au XIIIème siècle, Hautefarre en 1921, hameau (Pommiers-la-Placette, Pays voironnais, Isère).
Avec le suffixe diminutif -ette :
Farette, hameau (Albertville, Combe de Savoie, Savoie) ;
Farettes, alpage (Saint-Rhémy-en-Bosses, vallée d´Aoste).

Avec le suffixe diminutif jurassien -atte :
Dos Faratte, (Courroux, district de Delémont, Jura) ;
Château-Faratte, lieu-dit, motte castrale (Nogna, Conliège, arrondissement de Lons-le-Saunier, Jura).


Faramande, Faramans, Fermens
Le terme faramanni, fêramanni désigne des hommes faisant partie, par suite de leurs liens consanguins, de la même fère, cf. longobard fara « lignée, famille », ou un groupe de Germains installés en pays romain en ordre compact et non dispersé, équivalente de la gens romaine, aussi du burgonde *faramanni, « compagnons de voyage », burgonde *faran, « voyager », germanique *fara, « parcours, trajet », et burgonde *manni, « les gens », germanique *mana, manna, « homme ». Le mot fara a pris en roman le sens de « domaine familial ». Les noms suivants peuvent être issus d´un anthroponyme germanique *Faraman de même origine.
Faramans, ancien campement burgonde, Faramans en 1201, Pharamanz vers 1250, Faramantz vers 1325, Faramanx vers 1365, commune et village des Dombes (Meximieux, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
Faramans, Faramannis villa et Farammanum au Xème siècle, castellania de Faramancio au XVème siècle, commune et village de la Bièvre, site occupé par les Burgondes au Vème siècle (La Côte Saint-André, arrondissement de Vienne, Isère) ;
Fermens maisons isolées en clairière, et Forêt de Fermens, pourraient avoir la même origine (Apples, district d´Aubonne, Vaud).
Peut-être par féminisation d´un patronyme Faramand :
La Faramande, ferme isolée (Saint-Eloi, Bresse, Ain).


Fardallet, Fardelay
Noms à rapprocher de l´ancien français fardelet, fardelot, « petit paquet », du verbe fardeler, « empaqueter ».
Le Fardallet, alpage (La Giettaz, Val d´Arly, Savoie) ;
Les Fardelay, hameau (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie).

Fareins
Village et commune de la Dombes (Saint-Trivier-sur-Moignans, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), Farenx en 943, Farencus en 998, Farens en 1149-1156, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Faringos, « chez les Faringi », dérivé du nom propre Fara, voir Faramans [Perrenot] ou Farro [Nègre 1990].

Farges, Farvageux, Favagette, Favararges, Favarge,
Favarges, Favargettes, Faverge, Faverges, Faverges-de-la-Tour,
Favergette, Favoirgeatte, Forge, Forgean, Forges
Lieu où se trouvait une forge ou lieu où l´on ferrait les chevaux. Latin médiéval fabricina, « forge liée au manse », latin fabrica, « forge, fabrique, atelier ».
La Forge, hameau (Le Châble, Genevois, Haute-Savoie) ;
Vers la Forge, hameau (Pont-en-Ogoz, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Forges, maisons isolées (Peney-le-Jorat, district d´Oron, Vaud).
Cas régime :
Forgean, Forgean en 1712, Forjan et Forjean en 1737, ancien lieu-dit (Bôle, district de Boudry, Neuchâtel).

Ancien français farge, « forge » :
Farges, Apud Farges en 1337, De Fargiis en 1397, Mensura de Farges en 1497 (Collonges, Pays de Gex, Ain).

Ancien français favarge, « forge » :
Les Favararges, lieu-dit (Concise, district de Grandson, Vaud) ;
La Favarge, quartier (Neuchâtel) ;
Les Favarges, Farvages en 1906, hameau (Hauteville, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Favarges, hameau (Les Ponts-de-Martel, district du Locle, Neuchâtel).

Diminutif avec le suffixe -ette :
Les Favargettes, lieu-dit (Coffrane, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel).

Avec syncope :
La Favagette, Farvagettaz en 1906 (Vuadens, district de la Gruyère, Fribourg).

Avec le suffixe d´abondance -eux et avec métathèse :
Farvageux, hameau (Delley-Portalban, district de la Broye, Fribourg).

Ancien français faverge, « forge » :
La Faverge, hameau et ancien moulin (Champagne-en-Valromey, Valromey, Ain) ;
Chalets de la Faverge, alpage, Bois de la Faverge, forêt déclive, Montagne de la Faverge, alpage (Hautecour, Tarentaise, Savoie) ;
Faverges, Castro quod dicitur Fabricas en 1112 en raison de la présence de forges, puis *Faveriga, canton, commune et village du Pays de Faverges (Arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie) ;
Les Faverges, Fabricae et Fabricas en 1137, vineam de Favergiis en 1169, Favargiis en 1216, Favarges en 1232, Faverge en 1906, maisons isolées du vignoble (Saint-Saphorin, district de Lavaux, Vaud) ;
Les Faverges, chaînon, 2971m, par métaphore (Mollens, district de Sierre, Valais, et Berne) ;
Faverges-de-la-Tour, villa ad Fabricas au IXème siècle, commune et village (Arrondissement de La Tour-du-Pin, Isère).

Diminutif avec le suffixe -ette :
Favergette, hameau (Faverges, Haute-Savoie).

Peut-être de même origine, avec le suffixe diminutif jurassien -atte :
Favoirgeatte, incertain, forêt (Pleigne, district de Delémont, Jura).

Voir aussi Favary, Favraz.


Fargout
Bois de Fargout, forêt de la commune de Chancy (Genève), d´un patronyme Fargout qui serait une variante de Férréol.

Fargueusaz
La Fargueusaz, hameau de la commune de Bogève (Chablais, Haute-Savoie), peut-être à rapprocher de l´ancien français farge, « forge », cf l´occitan fargar, « forger ».

Farinet
Farinet, alpage, Pointe Farinet, 2949m, Comba Farinet, vallon arrosé par le Torrent Farinet, d´après le patronyme Farinet attesté dans la région, peut-être en l´honneur de Joseph-Samuel Farinet, faux-monnayeur et contrebandier né en 1845 dans la commune de Saint-Rhémy-en-Bosses. Du latin farina, « farine », surnom de meunier ou de boulanger.

Farnaises
Les Farnaises, hameau de la commune de Bonne (Annemasse, Haute-Savoie), d´un patronyme Farnais ou Farnaise.

Farniers
Les Farniers, hameau de la commune de Saint-Offenge-Dessous (Bauges, Savoie), du patronyme Farnier, dérivé du nom de métier farinier, « marchand de farine, parfois aussi meunier ».

Farquès
Les Farquès, alpage de la commune d´Evolène (District d´Hérens, Valais), peut-être une forme patoise de Parc, avec mutation de p en f après un s.

Farvagny, Farvagny-le-Grand, Farvagny-le-Petit
Nom gallo-roman [fundus] *Fabriniacus, du nom d´un colon romain Fabrinius, avec le suffixe -acus [Stadelmann]. Anciennes formes : villam Favernein en 1082, Fauarniaco, Fauarniei et Fauernie au XIIème siècle, fauerniei en 1143, ecclesia de fauerni en 1177, Favernie en 1228, Favarnye en 1285, fauarnier en 1342, Fauarnye en 1445, Faruagnie en 1668, nom allemand Favernach, anciennement Fauernachen en 1555, Fauernach en 1578.
Farvagny, nouvelle commune qui regroupe les anciennes communes de Farvagny-le-Grand, Farvagny-le-Petit, Grenilles et Posat (District de la Sarine, Fribourg) ;
Farvagny-le-Grand, Favarnye le grand en 1482, nom allemand Großfavernach, village, ancienne commune (Farvagny, district de la Sarine, Fribourg) ;
Farvagny-le-Petit, Favarnie lo Pitet en 1263, Favernie lo Pitet en 1294, Farvanie lo Pitet en 1315, Favarnye le pittet en 1482, ancien nom allemand Kleinfavernach, village, ancienne commune (Farvagny, district de la Sarine, Fribourg).

Fâtre
Le Fâtre Dessous et Le Fâtre Dessus, maisons isolées de la commune de Cornol (District de Porrentruy, Jura), pourrait venir du mot régional Fatre, « père ».

Fatta, Fattaz, Fatte, Fattes
Ce terme désigne une dépression, une cuvette du terrain, mot régional fattaz, « poche du sol ; creux profond dans un marais » [Pégorier], du franco-provençal fatta, « poche [d´un vêtement] », par métaphore, mot d´origine burgonde.
La Fatta, hameau (Novalaise, Avant-Pays savoyard, Savoie) ;
La Fattaz, hameau (Sciez, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Bois de la Fattaz, petite forêt (Arenthon, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Fatte, maisons isolées (Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
Les Fattes, lieu-dit, pentes raides (Taninges, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Fattes, lieu-dit en forêt déclive (Les Clefs, Bornes, Haute-Savoie) ;
Les Fattes, lieu-dit (Thorens-Glières, Bornes, Haute-Savoie) ;
Nant des Fattes, cours d´eau affluent de l´Arly, et Cascade des Fattes, sur ce cours d´eau (Cohennoz, Val d´Arly, Savoie) ;
Rocher des Fattes, colline boisée (Pralognan-la-Vanoise, Vanoise, Savoie) ;
Ruisseau des Fattes (Charvonnex, Vallée de la Filière, Haute-Savoie).

Faubourg
Le plus souvent comme terme générique, altération de fors bourg, partie de l´habitat située en dehors du bourg (fortifié).
Faubourg, hameau (La Neuveville, Jura bernois) ;
Le Faubourg, hameau (Torny, district de la Glâne, Fribourg).

Faucemagne
Probablement de Faux et magna, « grande ».
Faucemagne, lieu-dit (Châbles, district de la Broye, Fribourg).

Fauchère
La Fauchère, lieu-dit de la commune d´Evolène, district d´Hérens (Valais), d´un patronyme Fauchère, ancienne famille d´Evolène.

Fauchette
La Fauchette, maison isolée de la commune de Villeret (District de Courtelary, Jura bernois), par féminisation d´un patronyme Fauchet, de l´ancien français fauchier nom de métier, « faucheur », plutôt que de l´ancien français fauchette, « broussaille ».

Faucigny
Faucigny, ancienne province et baronnie de Haute-Savoie, Focignacum en 1012, Fulciniacum en 1059, Fulcignacum en 1119, Fulcinie en 1208, Faucignacum en 1292, Falcignacum, Faucignacum et Falciniacum aux XIIème et XIIIème siècles, Cura de Fucignier vers 1344, etc., d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Falciniacum, dérivé avec le suffixe -iacum du gentilice Falcinius.
Haut Faucigny, région du Faucigny correspondant à la vallée de l´Arve en amont de Sallanches ;
Faucigny, village et commune du Faucigny (Arrondissement de Bonneville, Haute-Savoie), où se trouve l´ancien château de Faucigny.

Faucille, Faucilles
Peut-être de même origine que Face, avec le suffixe diminutif -ille, et par remotivation.
Col de la Faucille, 1320m, et La Vieille Faucille, hameau (Mijoux, Valserine, Pays de Gex, Ain) ;
Les Faucilles du Chantet, falaises (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie).

Faugère, Fédière, Fégière, Fégire, Fégirepos,
Feigère, Feugière, Feugières, Feugiers, Feydey,
Fiaudire, Fiaugères, Fiauges, Fiaugire, Fidérot,
Fidjire, Fidjîre, Fieudière, Figes, Figues,
Fillière, Fillières, Fiodeyres, Fiogère, Fiogères,
Fiogey, Flaugire, Flaugy, Flégère, Flogère,
Foigeret, Foigière, Fouchies, Fougère, Fougeres,
Fougères, Fudjière
Fougère, nom de plusieurs plantes cryptogames vasculaires qui poussent en abondance dans les terrains humides, lesbois, les terrains sablonneux, sur certains murs, et dont les feuilles, larges et très découpées, portent des sporanges sur leur face inférieure. Aussi, endroit planté de fougères. Ancien français feugiere, fouchière, foulgière, du nom collectif latin populaire *filicaria, « fougeraie », dérivé du latin impérial filix, filicis, « fougère » avec le suffixe collectif -aria.
La Fougère, hameau (Flumet, Val d´Arly, Savoie) ;
Les Fougeres, lieu-dit (Vétroz, district de Conthey, Valais) ;
Les Fougères, lieu-dit (Le Mont-sur-Lausanne, district de Lausanne, Vaud).
Nombreuses formes dialectales issues du patois fiaudja, fiaudze, fiaudzîre, etc. :
Faugère, lieu-dit (Val d´Isère, Haute-Tarentaise, Savoie) ;
La Fédière, lieu-dit (Lessoc, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
La Fégière, lieu-dit (Les Geneveys-sur-Coffrane, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Passerelle Fégire et Pont de Fégire, ponts sur la Veveyse de Fégire, Feygueres en 1511, Fégières en 1861, Feigire et Feygire en 1906, (Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Fégirepos, avec un suffixe non identifié, peut-être un anthroponyme, lieu-dit (Provence, district de Grandson, Vaud) ;
Feigères, in villa Felgerias en 912, Villa de Feygeres en 1289, Feygieres en 1554, Fegères en 1911 (Péron, Pays de Gex, Ain) ;
Feigères, Faygneres en 1302, Cura de Feigeres vers 1344, anciennement Faigères et Feygières, aussi Fiegeres sur la Carte de Cassini, commune et village du Genevois (Arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie) ;
Les Feugiers, maisons isolées en clairière (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
La Feugière, La Feugeri en 1295, lieu-dit (Condamine, Haut-Bugey, Ain) ;
La Feugière, La Feugieri en 1437, lieu-dit (Montréal-la-Cluse, Haut-Bugey, Ain) ;
Les Feugières, Les Feugieres en 1315, lieu-dit (Conand, Bugey, Ain) ;
Fiaudire, alpage avec maisons isolées (Les Avants, Montreux, district de Vevey, Vaud) ;
Fiaugères, Felgeria vers 1150, Fiougiere en 1273, Villa dou bos es fyougires en 1488, hameau, ancienne commune, et Haut de Fiaugères, colline (Saint-Martin, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Fiauges, forêt (Montpreveyres, district d´Oron, Vaud) ;
Fiaugire, lieu-dit en forêt (Hermenches, district de Moudon, Vaud) ;
Le Fidérot, lieu-dit (Vouvry, district de Monthey, Valais) ;
La Fidjire, alpage (Grandvillard, district de la Gruyère, Fribourg) ;
La Fidjîre, maison isolée (Grandvillard, district de la Gruyère, Fribourg) ;
La Fieudière, lieu-dit (Leytron, district de Martigny, Valais) ;
Les Figes, lieu-dit (Bercher, district d´Echallens, Vaud) ;
La Fillière, cours d´eau affluent du Fier (Genevois, Haute-Savoie) ;
Les Fillières, maison isolée (Essert-Romand, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Fiodeyres, maisons isolées (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
La Fiogère, forêt déclive (Lavey-Morcles, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Fiogères, lieu-dit (Ependes, district d´Yverdon, Vaud) ;
Bois de Fiogey, forêt (Marin, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Flaugire, lieu-dit (Croy, district d´Orbe, Vaud) ;
Le Flaugy, colline boisée (Saint-Martin, district de la Veveyse, Fribourg) ;
La Flégère, alpage, et Montagne de la Flégère, pâturage, Lac de la Flégère (Aiguilles Rouges, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
La Flogère, hameau (Yens, district de Morges, Vaud).

Du patois jurassien fouedgiere [Prongué] :
La Foigière, forêt (Montignez, district de Porrentruy, Jura).

Avec le suffixe collectif -et :
Foigeret, forêt (Chevenez, district de Porrentruy, Jura).

Peut-être de même origine :
Feydey, de même origine selon Jaccard, hameau (Leysin, district d´Aigle, Vaud) ;
Bois des Figues, plutôt que du fruit du figuier, bois (Grandcour, district de Payerne, Vaud) ;
Les Fouchies, incertain, peut-être par un patronyme Fouchie, maison isolée (Courtételle, district de Delémont, Jura) ;
Fudjière, probablement de même origine, alpage (Mayens de Conthey, Conthey, Valais).

Voir aussi Fieudzeret.


Fauteuil des Allemands
Nom récent donné par métaphore à une combe raide située au dessous de l´Aiguille de Peuterey, celle-ci figurant le dossier et les Mont Noir et Rouge de Peuterey les accoudoirs.

Faux
La faux est une mesure locale de superficie correspondant à environ 33 ares [Prongué] ; ancien français fauch, faulx, faus, fauz, « mesure de terre ; droit de fauche ».
Les Trois Faux, lieu-dit en forêt (Fleurier, district du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
Faux d´Enson, éminence, 927m (Roche-d´Or, district de Porrentruy, Jura) ;
La Ronde Faux, lieu-dit (Diesse, district de la Neuveville, Jura bernois).

Favarger
Patronyme Favarger, nom de métier, « forgeron », ancien français favarge, « forge », voir Favarge.
Champ Favarger, hameau (Lignières, Neuchâtel).

Favary, Favrands, Favrats, Favrays, Favre,
Favresses, Favrins, Favroz
Patronyme Favre, nom de métier, ancien français favre, « ouvrier en quelque métal, celui qui travaille le fer, forgeron, maréchal », patois fâvro, latin faber, « fabricant, forgeron ».
Le David Favre, maisons isolées (La Chaux-de-Fonds, Neuchâtel) ;
Dent Favre, sommet, 2917m (Ovronnaz, Leytron, district de Martigny, Valais, et Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
Pâquiers Favre, lieu-dit en forêt (Mutrux, district de Grandson, Vaud) ;
Taille à Favre, lieu-dit en forêt (Fontanezier, district de Grandson, Vaud).
Forme patoise masculine :
Pro Favroz, maisons isolées (Morgins, Troistorrents, district de Monthey, Valais).

Diminutifs Favary, Favrat, Favray, Favrin :
Favary, maisons isolées (Champtauroz, district de Payerne, Vaud) ;
Les Favrats, hameau (Orcier, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Favrays, hameau (Notre-Dame-de-Bellecombe, Val d´Arly, Savoie) ;
Favrins, maisons isolées (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud).

Autre patronyme Favrand, rare :
Les Favrands, faubourg de Chamonix (Vallée de Chamonix, Haute-Savoie).

Par féminisation du patronyme Favre, ou encore de l´ancien français favresse, « celle qui forge » :
Les Favresses, maisons isolées (Les Montets, district de la Broye, Fribourg).


Favraz
Forge, du bas latin *fabra, latin faber, « fabricant, forgeron ».
Favraz, Apud Faveras en 1231, Apud Favras en 1244, Faverie en 1265, Fauraz en 1630, hameau et château (Saint-Jeoire-Prieuré, La Ravoire, Chambéry, Savoie).

Faye, Fayes, Fée, Fées, Feyes
Brebis ; étable, pâturage pour les brebis. Patois faille, fâye, ancien français faye, « brebis », latin feta, « femelle pleine », puis « brebis ayant porté ». Au masculin, Faye peut aussi désigner une hêtraie, vieux français faye, fayet, voir Faye.
La Faye et Petite Faye, maisons isolées (Moudon, Vaud) ;
Tsa di Faye, pâturage élevé, et Lapis de Tsa di Faye, lieu-dit (Savièse, district de Sion, Valais) ;
Parc des Fayes, alpage (Cerniat, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Plan aux Fayes, clairière (La Sagne, district de la Chaux-de-Fonds, Neuchâtel) ;
Tsè des Fayes, pâturage, Pierre des Fayes, lieu-dit (Mauvoisin, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Sex du Parc aux Feyes, sommet rocheux (Corbeyrier, district d´Aigle, Vaud).
Peut aussi désigner une fée, du vieux français féer, latin fatare, « enchanter », du latin fata, « Parque, déesse des destinées » :
Le Château des Fées, lieu-dit en forêt, serait un ancien camp romain en-dessus de l´ancienne voie gauloise puis romaine qui passait par Loisin, Chilly, le Bourg, Massongy, Prailles, Marignan et Sciez (Massongy, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Grotte aux Fées, lieu-dit (Vallorbe, district d´Orbe, Vaud).


Fayerou
Plan Fayerou, lieu-dit du Val Ferret, commune d´Orsières, district d´Entremont (Valais), du patois fayerou, « chevrier » [Guex].

Feaux, Féaux
Noms issus du patronyme Féau ou Féaux, ancien français feal, « loyal, fidèle ».
Les Feaux, ruines (La Bâthie, Tarentaise, Savoie) ;
Les Féaux, maisons isolées (Mont-Saxonnex, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Prés Féaux, lieu-dit (Saint-Jean-le-Vieux, Haut-Bugey, Ain).

Féchy
Commune et village vaudois du district d´Aubonne, Fechie au XIIème siècle, Fescheio en 1188, Feschi en 1204, Feschie en 1221, Cura de Fechie vers 1344, Feschier en 1467, nom de domaine d´origine gallo-romaine *Fesciacum ou Fisciacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice *Fescius ou Fiscius [Jaccard].

Féclaz, Fècles, Féclets, Ficlaz, Ficle,
Ficles
Terme régional fècle, ficle « faille, fente, crevasse, brèche ».
La Féclaz, hameau (Les Déserts, Bauges, Savoie) ;
Barre des Fècles, falaises avec fossé d´effondrement (Nantua, Haut-Bugey, Ain) ;
La Ficlaz, alpage (Bellevaux, Chablais, Haute-Savoie) ;
Ficle du Currian, faille profonde (Le Fer à Cheval, Haut-Giffre, Haute-Savoie) ;
Les Ficles, lieu-dit (Ressachaux, Morzine, Chablais, Haute-Savoie).
Avec le suffixe diminutif -et :
Chemin de Féclets (Hermance, Genève).


Fecon
Fecon, alpage de la commune de Morgins (Troistorrents, district de Monthey, Valais), Montagne de Fecon, grand pâturage, Pas de Fecon, 1826m (Morgins, Troistorrents, district de Monthey, Valais, et Châtel, Val d´Abondance, Haute-Savoie), pourraient venir d´un patronyme Falcon, cf. Jean Falcon, de Troistorrents, vicaire de Liddes, attesté en 1512.

Féguelena, Féguelenets
Dérivés d´un patronyme Fégueli ou Féguely, [Aebischer], probablement une francisation de Vögeli, patronyme alémanique signifiant « petit oiseau ».
La Féguelena, ferme isolée, par féminisation du patronyme (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Féguelenets, ferme isolée (Cerniat, district de la Gruyère, Fribourg).

Feillens, Fillinges
Noms d´origine burgonde qui dériveraient d´un primitif *Filingo, « chez les Filingi », dérivé du nom propre Filo, hypocoristique de Filibertus, Feletheus, etc., formés avec le burgonde *filu, cf. radical gothique filo-, « beaucoup » [Perrenot].
Feillens, in villa Felins en 996-1008, Felinz en 1206, Felienz en 1343-1358, Fellens en 1300, Felliens en 1402, commune et village de la Bresse (Bâgé-le-Châtel, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
Fillinges, Filennis en 1012-1019 serait une forme populaire, Fillingiaco et Fillingio en 1039, Filinco en 1119, Filingium en 1196, Cura de Filingio vers 1344, anciennement Filinge et Fillinge, commune et village du Faucigny (Reignier, arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie) ;
Le Pont de Fillinges, hameau, pont sur la Menoge (Fillinges, Genevois, Haute-Savoie).
Voir aussi Granges-Philing.


Felleta
La Felleta, ferme isolée de la Combe de Mijoux, commune de Gex (Pays de Gex, Ain), par féminisation du patronyme Fellet.

Félon
Au Félon, maisons isolées de la commune d´Autigny (District de la Sarine, Fribourg), ancien français felon, « celui qui est infidèle à une convention », en particulier « celui qui rompt un contrat de vassalité ».

Fémaz, Femettes, Femma
Pré ou pâturage engraissé avec du fumier, du patois femà, « fumer [un champ] » [Constantin].
La Fémaz, alpage, nom monté aux Côtes de la Fémaz (Mont-Cenis, Lanslebourg-Mont-Cenis, Haute-Maurienne, Savoie) ;
La Femma, anciennement la Femaz, la Femmaz et la Fumaz, alpage (Termignon, Haute-Maurienne, Savoie).
Avec le suffixe diminutif -ette :
Les Femettes, pâturage (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie).


Fénace, Fenadze, Fénage, Fenalet, Fenets,
Feneyres, Fenière, Fénière, Fenys, Fonnalet
Champ de foin, grange à foin, noms dérivés du latin fenum, « foin ».
Mot régional fenière et ancien français fenier, feniere, « grenier à foin », latin fenarius, « relatif au foin » :
Feneyres, hameau (Chavanod, Annecy, Haute-Savoie) ;
La Fenière, lieu-dit (Collex-Bossy, Genève) ;
Fénières, Fayneres en 1298, Feneres en 1401, Fenieres en 1554, Fenyres en 1571 (Thoiry, Pays de Gex, Ain).

Ancien français fenage, fennage, « fenaison » :
Fénage, lieu-dit en forêt (Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais).

Forme patoise valaisanne avec mutation du son [j] en [dz] :
Fenadze (Vallon de la Lizerne, Conthey, Valais).

Diminutif avec le suffixe -et de l´adjectif ancien français fenal, « relatif au foin, à la fenaison » :
Le Fenalet (Saint-Gingolph, district de Monthey, Valais) ;
Châble du Fenalet, lieu-dit (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais) ;
Fonnalet, lieu-dit en forêt, probablement de même sens (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais).

Dérivé de fenum avec les suffixes collectifs -et, -y :
Les Fenets, lieu-dit (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Fenys, lieu-dit (Vérossaz, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Les Fenys Communaux, lieu-dit (Vuadens, district de la Gruyère, Fribourg).

Avec le suffixe -ace :
La Fénace, lieu-dit (Marcellaz, Faucigny, Haute-Savoie).


Fenasse, Fenasses
A Genève, prairie à graminées, dérivé du latin fenum, « foin », avec le suffixe collectif -asse [Bossard]. Voir le mot régional fenasse.
La Fenasse, lieu-dit (Cologny, Genève) ;
Chemin des Fenasses (Corsier, Genève).

Fenatte, Fenattes, Fenetta, Fenette, Fin,
Finet, Fineta, Finges, Fini
1. En ancien français fin, « frontière, limite, par extension territoire », et en Suisse Romande (Fribourg, Neuchâtel, Vaud), « étendue de terre arable ». Dans le Jura et la Franche-Comté, ce terme est synonyme de finage. Le mot « fin » aurait aussi désigné une terre cultivée par rotation, souvent selon un rythme de trois ans.
Bout de la Fin, maison isolée (Péry, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Grosse Fin, lieu-dit (Epauvillers, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Petit Fin, lieu-dit (Cortébert, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Plaine Fin, lieu-dit (Romont, district de Courtelary, Jura bernois).
Avec le suffixe diminutif -et :
Le Finet, lieu-dit (Saulcy, district de Delémont, Jura).

Avec le suffixe diminutif patois -eta :
Fineta, lieu-dit (Cormondes, district du Lac, Fribourg).

Avec le suffixe diminutif -ette, patois -etta :
La Fenette, maisons isolées (Torny, district de la Glâne, Fribourg) ;
La Fenetta, lieu-dit (Ponthaux, district de la Sarine, Fribourg).

Avec le suffixe diminutif jurassien -atte :
La Fenatte, lieu-dit (Alle, district de Porrentruy, Jura) ;
Les Fenattes, maison isolée (Grandval, district de Moutier, Jura bernois).

2. Terrain situé en limite de territoire, ou au bord d´une rivière. Latin finis, « borne, fin, limite ».
La Grande Fin, lieu-dit dans une boucle de l´Arve (Veyrier, Genève) ;
Fini, maison isolée en clairière (Nendaz, district de Conthey, Valais) ;
Les Fins, lieu-dit (Ville-en-Sallaz, Faucigny, Haute-Savoie).

Forme alémanisée au XVème siècle, cf. Pfyn (Thurgovie), ad Fines sur l´Itinéraire d´Antonin :
Finges, Fingio en 1321, Fynio en 1376, Finges en 1417, nom allemand Pfyn, forme alémanisée d´un ancien [ad] fines [Rhetiae], hameau (Loèche, Valais), et Bois de Finges, lieu-dit, Forêt de Finges (Sierre, Valais).

Voir aussi Malafin.


Fendues
Les Fendues, lieu-dit de la commune de Delley-Portalban (District de la Broye, Fribourg), du participe passé du verbe français fendre.

Fenestral, Fenestroz, Fenêtre, Fenêtres
Col escarpé, endroit ouvert en montagne, col ayant vue sur les deux versants, latin fenestra, « fenêtre, trou, ouverture, brèche, accès, voie ».
La Fenêtre, col, 2182m, et Mont de la Fenêtre, 2304m (Nus et Torgnon, vallée d´Aoste) ;
Col de la Fenêtre, 2245m, redondance, nom passé au Plan de la Fenêtre, lieu-dit (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Fenêtre de Ferret, 2698m, et Fenêtre d´en Haut, 2724m, cols, et Lacs de Fenêtre (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
Hautes Fenêtres, 2841m, lieu-dit au Grand Chavalard (Fully, district de Martigny, Valais).
Ancien français fenestral, « fenêtre, ouverture » :
Fenestral, Fenestralis en 1324, alpage en-dessous du Col de Fenestral, 2451m, Chaux de Fenestral, pâturage, nom monté aussi à la Dent de Fenestral, sommet, 2579m, (Salvan, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Col de Fenestral, 2453m (Fully et Saillon, district de Martigny, Valais) ;
Fenestroz, Fenestrau en 1756 (Puygros, Bauges, Savoie).


Féni, Fenil, Fénil, Fenille, Fenillet,
Fenilletaz, Fenillets, Fenillia, Fénillons, Fenin,
Fénis
Grange à foin, fenil, ancien franco-provençal fénix, latin faenile, fenile, de faenum, fenum, « foin ».
Fenil, hameau (Corsier-sur-Vevey, district de Vevey, Vaud) ;
Le Fenil, lieu-dit maintenant en forêt (Ollon, district d´Aigle, Vaud) ;
Fénil ou Fenis, nom allemand Vinelz, anciennement Vinels, Fenis en 1072, Feni en 1093, Finis en 1195, Finils en 1215, Fenis en 1228, Finins ante Cellie en 1286, Vinils en 1300, Finilis en 1309, etc., commune et village (District de Cerlier, Berne) ;
Fenille, château (Saint-Martin-le-Châtel, Bresse, Ain) ;
Fenille, hameau (Valgrisenche, vallée d´Aoste) ;
Les Fenils, lieu-dit, et Vallée des Fenils, où coule le
Fenils Derrey, maison isolée (Lessoc, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Crêt des Fenils, lieu-dit en forêt (Lucinges, Annemasse, Haute-Savoie) ; Ruisseau des Fenils, à la frontière bernoise, nom allemand Grischbach, affluent de la Sarine (Rougemont, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Fenin, de Finilis en 1191, Fenis en 1228, village (Fenin-Vilars-Saules, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel).
Avec le suffixe diminutif -et :
Le Fenillet, maison isolée en clairière (Les Planches, Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Fenillets, forêt (Villarvolard, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Fenilletaz, alpage (Brusson, vallée d´Aoste).

Avec le suffixe diminutif -on :
Les Fénillons, hameau (Bellevaux, Chablais, Haute-Savoie).

Avec apocope :
Féni, maisons isolées (Puidoux, district de Lavaux, Vaud) ;
Fénis, commune et village (Vallée d´Aoste) ;
Petit Fénis, hameau (Nus, vallée d´Aoste) ;
Les Fénis, lieu-dit (Saint-Luc, Val d´Anniviers, Valais).

Forme patoise :
Fenillia, hameau (Brusson, vallée d´Aoste).

Voir aussi Fenives.


Feniveis, Fenives, Finive
Ces noms pourraient être des termes patois de même origine que Fenil.
Grands Feniveis d´Amont et Grands Feniveis d´Avau, alpages (Estavannens, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Fenives, lieu-dit (Leysin, district d´Aigle, Vaud) ;
Pointe de la Finive, sommet, 2838m, aussi Fenive en 1906 (Finhaut et Salvan, district de Saint-Maurice, Valais, et Sixt, Faucigny, Haute-Savoie), et Torrent de la Finive, affluent du lac du Vieux Emosson issu du Glacier de la Finive (Salvan, district de Saint-Maurice, Valais).

Fennaz
La Fennaz, hameau de la commune de Termignon (Haute-Maurienne, Savoie), soit du patois savoyard fenna, « faîne » ou « fouine », soit plus probablement du patois savoyard fena, « descendre au village le foin qu´on a retiré en été dans les chalets d´alpage » [Constantin].

Fenouillettes
Les Fenouillettes, hameau de la commune de Saint-Martin-du-Mont (Bresse, Ain), pourrait dériver de fenouillet, fenouillette, « variétés de pomme qui ont le goût du fenouil ».

Fer
Peut évoquer la présence de mines de fer.
Montagne du Fer, pentes rocheuses escarpées, et Chalets du Fer, maison isolée en clairière (Les Houches, vallée de la Diosaz, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Col du Fer, 1484m (Marlens, Pays de Faverges, Haute-Savoie).

Fer, Fers
Selon Jaccard, Le Fer est une déformation de L´Essert avec mutation de [ss] en [f].
Le Fer, alpage, nom monté à la Crête du Fer (Leysin, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Fers, lieu-dit en forêt (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Bois des Fers, forêt (Lucinges, Annemasse, Haute-Savoie).

Fera, Fors, Fort, Four, Fours
Désigne un lieu éloigné, retiré, ou en-dehors, mot régional foran, « éloigné, à l´écart » [Pégorier], de l´ancien français feur, for, fors, fuers, « hors, dehors », latin foris, « hors, dehors », et par mécoupure de defour, etc.
Pra de Fera, maison isolée (Grangettes, district de la Glâne, Fribourg) ;
Les Fors, lieu-dit éloigné (Derborence, Conthey, Valais) ;
Champ Fort, lieu-dit (Courfaivre, district de Delémont, Jura) ;
Mont Fort, sommet, 3328m, Petit Mont Fort, sommet, 3135m (Nendaz, district de Conthey, et Bagnes, district d´Entremont, Valais), Glacier du Mont Fort et Glacier du Petit Mont Fort (Nendaz, district de Conthey, Valais), Lac du Petit Mont Fort (Bagnes, district d´Entremont, Valais) ; ;
Bourg-de-Four, Burgum Foris au XIVème siècle, Borg de Feur en 1680, le « château du dehors, hors les murs », qui appartenait au Comte de Savoie, par opposition au château intérieur, en l´Ile, qui appartenait à l´évêque, maintenant une place et un quartier (Ville de Genève) ;
Champ du Four, hameau, peut-être du français four (Grangettes, district de la Glâne, Fribourg) ;
Combe des Fours, lieu-dit (Le Reposoir, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Névé des Fours, lieu-dit (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Sex des Fours, sommet éloigné, 2566m (Savièse, district de Sion, Valais).
Voir aussi Feurtille.


Fer à Cheval
1. Fond de vallée dont la forme semi-circulaire évoque celle d´un fer à cheval.
Fer à Cheval, cirque rocheux sous le Sex des Branlettes (Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
Le Fer à Cheval, cirque entouré de montagnes élevées (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Fer à Cheval, lieu-dit en montagne (Lavaldens, Valbonnais, Isère) ;
Tête du Fer à Cheval, sommet, 2404m (Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie).
2. Virage serré en fer à cheval.
Fer à Cheval, lieu-dit (Develier, district de Delémont, Jura).


Ferden
Commune et village valaisans du district de Rarogne, Verdan en 1380, nom alémanisée au XVème siècle, voir Verdan.

Férédetse
Férédetse, alpage, et Chaux de Férédetse, ruine d´alpage de la commune de Charmey, district de la Gruyère (Fribourg), cacographie d´un nom d´alpage nommé Sore Deschi en 1146, Soredeschi en 1239, composé de sore, « au-dessus », latin supra, et de Deschi, ancien nom de l´alpage nommé Audèche par Jaccard, et qui pourrait dériver d´un *desca, disca de sens inconnu [Aebischer].

Férey, Ferrachet, Ferret, Ferreule
Fertile, riche en fourrage. Vieux français feurre, « fourrage, paille », bas latin ferratus, latin fertus, « productif ».
Dérivés avec les suffixes collectifs -et, -ey :
Le Férey, maison isolée (Burtigny, district de Rolle, Vaud) ;
Le Ferret, sommet, 2940m (Nendaz, district de Conthey, Valais) ;
Ferret, Ferray en 1190, Ferrex en 1228, Ferrey en 1395, Ferrex en 1906, hameau, et Forêt de Ferret, Nemus de Ferrea en 1189, bois, Val Ferret, vallée,
Dranse de Ferret, cours d´eau affluent de la Dranse d´Entremont, Grand Col Ferret, 2537m, Petit Col Ferret, 2490m, Fenêtre de Ferret, 2698m, passages vers la vallée d´Aoste, Tête de Ferret, 2714m (Orsières, district d´Entremont, Valais), et Mont Ferret, 2977m (Combe de l´A, Liddes, et Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais).

Avec le suffixe dépréciatif -ache et le suffixe diminutif -et :
Ferrachet, Ferrache sur la Carte IGC, ruines d´alpage (Val Ferret, vallée d´Aoste).

Avec le suffixe diminutif -eule :
Ferreule, lieu-dit (Sorvilier, district de Moutier, Jura bernois).


Ferlens
nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Fêrilingos, « chez les Fêrilingi », dérivé du nom propre Ferila, diminutif créé sur *fera, « contrée » (incertain) [Perrenot]. Selon Stadelmann le primitif pourrait être Ferhil-.
Ferlens, nom actuel attesté en 1146, Fellens en 1180, Ferlyn, Ferlin et Ferlens en 1330, commune et village (District d´Oron, Vaud) ;
Ferlens, Fellens en 1367, hameau (Massonnens, district de la Glâne, Fribourg).

Ferme, Fermes
Mot français ferme, « exploitation agricole », anciennement « bail, convention », déverbal de fermer, « confirmer », latin firmare, « rendre ferme, fortifier, confirmer ».
Grande Ferme et Petite Ferme, maisons isolées (Pizy, district d´Aubonne, Vaud) ;
Les Fermes, hameau du vignoble (Grimisuat, district de Sion, Valais).

Fernasse, Fernay, Ferney-Voltaire, Fernus, Fernuy
Probablement d´un bas latin farnetum, collectif de farnus, variante de fraxinus, « frêne », voir Frace. Godefroy donne pour l´ancien français farne la définition erronée « sorte de chêne ».
Avec le suffixe -asse :
La Fernasse, bois (Versoix, Genève).

Avec le suffixe collectif -ey :
Le Fernay, lieu-dit (Montmin, Bornes, Haute-Savoie) ;
Ferney-Voltaire, nom latin Fernejum, devenu Fernay en 1236, Ferney en 1526, Fernex en 1670, devenue Ferney-Voltaire en 1793, à nouveau Ferney à la Restauration, et Ferney-Voltaire en 1881 , commune et village (Pays de Gex, Ain).

Avec le suffixe collectif patois -u :
Les Fernus, forêt (Romairon, district de Grandson, Vaud).

Avec le suffixe collectif -y :
Le Fernuy, hameau, le Fernuy d´en haut, maisons isolées, et Combe du Fernuy, Plan du Fernuy, lieux-dits (La Clusaz, Bornes-Aravis, Haute-Savoie).


Férouse
Férouse, lieu-dit de la commune de Grandfontaine, district de Porrentruy (Jura), peut-être dérivé de « fer, ferreux » [Prongué].

Ferpècle, Ferpicle, Ferpicloz
Du latin frigidum, « froid », et du bas latin pensulum, « pendant » dans le sens de pente, devenu peslum puis pesclum [Aebischer], ou de pasculum, « pâturage », devenu pesclum [Jaccard].
Ferpècle, Freytpiclo vers 1280, grand alpage, et Glacier de Ferpècle (Evolène, Val d´Hérens, Valais) ;
Le Ferpicle, Le Ferpiclos sur la Carte Nationale, maison isolée (Pont-la-Ville, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Ferpicloz, Frigidum pesclum au XIIème siècle, Ferpehclou en 1269, Ferpecles en 1270, Ferpecloz en 1300, nom allemand Pichlen, commune et village (District de la Sarine, Fribourg).

Ferradze, Ferrage, Ferrages, Ferrajo
Lieu où l´on ferrait les chevaux (le ferrage consiste à poser un fer sur le sabot du cheval), ancien français ferrage, « action de ferrer », dérivé du verbe ferrer avec le suffixe d´action -age, ou plus probablement lieu planté de diverses céréales, vieux français farrage, farrago, « mélange de diverses espèces de graines qu´on laisse croître en herbe pour le fourrage », ancien français farrage, « mélange de fourrage ou de grain », farragiere, « terre où l´on sème le farrage », latin médiéval ferragium, « mélange de diverses céréales » [Jaccard].
Ferrage, maisons isolées (Morgins, Troistorrents, district de Monthey, Valais) ;
Le Ferrage, hameau (La Chaux, district de Cossonay, Vaud) ;
Les Ferrages, hameau (Fillinges, Genevois, Haute-Savoie) ;
Ruisseau des Ferrages, cours d´eau affluent du lac de Morat (Vallamand, district d´Avenches, Vaud).
Formes patoises :
Le Ferrajo, anciennement Le Ferrajoz, maisons isolées (Le Flon, district de la Veveyse, Fribourg).

Avec mutation du son [j] en [dz] :
Le Ferradze, lieu-dit du vignoble (Savièse, district de Sion, Valais).


Ferraire, Ferreire, Ferrère, Ferrière, Ferrières
Du bas latin forraria, variante de fodraria, « fourrière, bâtiment où l´on serre le fourrage », de fodrum issu du germanique *fôþra, fôdra, « fourrage ». Pégorier mentionne un mot régional de Suisse romande forrière, « pâturage de printemps », ancien français forrere, « pâture ».
Ferraire, lieu-dit (Belmont-sur-Yverdon, district d´Yverdon, Vaud) ;
Chemin de la Ferreire, d´un ancien pâturage (L´Isle, district de Cossonay, Vaud) ;
Ferrère, alpage (Bionaz, vallée d´Aoste) ;
La Ferrière, commune et village (District de Courtelary, Jura bernois) ;
Basse Ferrière et Haute Ferrière, hameaux (La Ferrière, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Les Ferrières, lieu-dit (Plagne, district de Courtelary, Jura bernois).
De même origine, ou du patronyme Ferrière, ou par féminisation d´un patronyme Ferrier :
La Ferrière, alpage (Abondance, Val d´Abondance, Haute-Savoie).


Ferran, Ferrana, Ferrand, Ferrande, Ferrandes,
Ferrandière, Ferrands
D´un anthroponyme Ferrand, du nom d´homme médiéval Ferrandus, plus anciennement Ferranus, soit d´origine germanique et apparenté à Ferdinand, métathèse de Fredinand, ancien haut allemand fridu, germanique *friþu, « paix », et ancien haut allemand nand, germanique *nanþa, « courage, témérité » ; soit de l´ancien français ferrand, « gris de fer, grisonnant », du latin ferrum, « fer », ou encore de ferreus, « dur, insensible, inflexible, impitoyable, inhumain, cruel ; indifférent, impassible ; fort, vigoureux, robuste ».
Maula Ferran, lieu-dit (Montreux, district de Vevey, Vaud) ;
Rez de Ferrana, par féminisation du patronyme Ferranus, maison isolée (Estavannens, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Ferrand, lieu-dit, et Ruisseau de Ferrand, affluent de la Sarine (Estavannens, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Clos Ferrand, alpage (Vallée de la Thuile, vallée d´Aoste) ;
Le Ferrand, lieu-dit en forêt (Bellecombe-en-Bauges, Bauges, Savoie) ;
Chez Ferrand, hameau (Bernex, Genève) ;
Les Ferrands, hameau (Sermoyer, Bresse, Ain).
Par féminisation du patronyme Ferrand :
La Ferrande, lieu-dit (Bâgé-la-Ville, Bresse, Ain) ;
Les Ferrandes, forêt déclive (Pralognan-la-Vanoise, Vanoise, Savoie) ;
Les Iles Ferrandes, forêt au bord du Rhône (Chessel, district d´Aigle, Vaud).

Formes adjectives :
Ferrandière, In Lecheria prope Ferranderiam en 1421, maison isolée (Saint-Jean-d´Arves, Maurienne, Savoie) ;
La Ferrandière, hameau (Perrex, Bresse, Ain).

Voir aussi Auferrand, Champferrand, Chapuiferrand, Montferrand.


Ferret
Patronyme Ferret, nom de métier, personne qui travaille le fer, ou homme dur, ou encore grisonnant.
Champs Ferret, lieu-dit (Fenin-Vilars-Saules, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Champs Ferret, pâturage, nom monté à la Pointe des Champs Ferret, sommet, 2742m (Nendaz, district de Conthey, Isérables et Riddes, district de Martigny, Valais).

Ferreyres, Ferrière, Ferrières, Ferrolière
Emplacement de mines de fer et d´exploitations sidérurgiques, du vieux français ferrière, « mine de fer », ancien français ferriere, « endroit où l´on forge le fer », franco-provençal ferraria, latin ferraria, « mine de fer », ou d´une forge, latin ferreria, « forge ».
Ferreyres, Forrarias en 814, Ferrieris en 978, villa Ferrerias en 981, Ferrarias en 1049, Ferrerias en 1096, Ferreria en 1141, Ferreres en 1174, où se trouvent les fours à fer des Bellaires ; pour Perrenot ce nom dériverait d´un nom primitif *Fodrarias, voir Ferraire, commune et village (District de Cossonay, Vaud) ;
La Ferrière, Ferraria villa au XIème siècle, commune et village de Belledonne avec d´anciennes mines de fer (Allevard, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
La Ferrière, Apud Ferreriam en 1307, Ferrières en 1650, hameau (Beaupont, Bresse, Ain) ;
Les Ferrières, Cura de Ferreriis vers 1344, ancienne commune et village (Pringy, Haute-Savoie) ;
Ferrières, In Ferreriis vers 1165, Versus Ferrerias en 1309, Fereres en 1249, Ferreres en 1256, Ferrieres en 1306, hameau (Corcelles, Haut-Bugey, Ain) ;
La Ferrolière, La Ferroliry vers 1410, apud Ferroleriam en 1416, peut-être par par féminisation d´un patronyme Ferrolier nom de métier de celui qui travaille le fer, hameau (Pressiat, Revermont, Ain).

Fert
Pra Fert, maisons isolées de la commune d´Avry (District de la Sarine, Fribourg), avec un patronyme Fert, d´un nom de métier, vieux français fertier, artisan qui travaille le fer.

Feschel
Village de la commune de Guttet-Feschel (District de Loèche, Valais), Veselli et Vexli en 1267, Veselly au XIVème siècle, Vesselli en 1357, Vexelly en 1363, nom alémanisée au XVème siècle, Veschil en 1619, nom d´origine inconnue.

Fessarde
Tête Fessarde, petit sommet (1756m) du vallon de Bérard (Aiguilles Rouges, vallée de l´Eau Noire, Haute-Savoie), par métaphore, en raison de sa forme.

Fessu
Patois fetu, « ensemble de graminées grossières », ancien français festu, « paille », bas latin festucum, « tige, brin d´herbe, brin de paille », latin festuca, « brin de paille » [Bossard].
Forme patoise où le [ss] est censé rendre le son patois [th] :
Fessu Derrière, alpage de la commune de Rougemont (Pays-d´Enhaut, Vaud), et Fessu Devant, Festu en 1889, alpage voisin (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg).


Fessy
Nom de domaine d´origine gallo-romaine *Fessiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Fessius.
Fessy, hameau (Pont-en-Ogoz, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Fessy, anciennement Fessiacus, Feisie [Régeste Genevois], Cura de Fessie vers 1344, commune et village de la Côte en Chablais (Douvaine, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie).

Fêta d´Août
Nom de plusieurs alpages du Val d´Anniviers où les bêtes montent lors des grandes fêtes des 15 et 16 août, qui sont l´Assomption et la fête de saint Théodule, évêque du Valais vers l´an 349.
Fêta d´Août, alpage (Zinal, Val d´Anniviers, Valais) ;
Fêta d´Août de Châteaupré, pâturage (Val de Moiry, Grimentz, district de Sierre, Valais) ;
Fêta d´Août de Moiry, pâturage (Val de Moiry, Grimentz, district de Sierre, Valais).

Fétan
nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Fastingos, « chez les Fastingi », dérivé du nom propre Fasto, du germanique *fastan, « jeûner, observer » [Perrenot].
Fétan, Festans en 1285, Festan au XIIIème siècle, Fetans en 1299-1369, château (Villieu-Loyes-Mollon, Dombes, Ain) ;
Fétan, Fetans en 1299-1369, château (Trévoux, Dombes, Ain).

Féternes
Commune et village du Pays de Gavot (Evian-les-Bains, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie), in Castellania de Fisterna en 1322, Cura de Fisternu vers 1344, Fisterne en 1392, viendrait de l´augmentatif allemand fester, « plus solide », germanique *fasta, « solide », dans le sens de « lieu fortifié » ;
Féternes Vieux, hameau dans la même communs.

Fétigny
Commune et village fribourgeois du district de la Broye, Festignei en 1142, Fistiney en 1184, fistignier, fitigny et fitignier en 1380, Fetignie en 1577, Fettigny en 1755, ancien nom allemand Fetenach, ancien [fundus] *Festiniacus, d´un cognomen gallo-romain Festinus, « qui se hâte, prompt, rapide » [Stadelmann].

Fétiuère
La Fétiuère, lieu-dit de la commune de Bernex (Chablais, Haute-Savoie), probablement du patois fétuire, « moule à fromage », soit un endroit où l´on moule le fromage, soit un endroit où l´on fabrique ces moules. Nom formé avec le suffixe d´action -ère.

Feuillasse, Feuillasses, Feuillée, Feuillées, Feuillerats,
Feuillère, Feuilleresse, Feuilles, Feuilletières, Feuillets,
Feuilleuse, Feuillits, Feulatière, Foglietta, Foillet,
Foillêts, Foilleuse, Foillex, Folatière, Folatières,
Fole, Folet, Foliaz, Folie, Foliet,
Foliouse, Folisses, Follat, Follataire, Follataires,
Follatères, Follatière, Follâts, Folles, Follet,
Folliachut, Folliard, Folliat, Folliau, Folliausa,
Folliaz, Follié, Folliè, Follier, Follièrage,
Follière, Follières, Folliesse, Folliet, Folliets,
Follieuse, Follieux, Folliouse, Folljeret, Folly,
Follys, Fouillis, Fouillou, Fouilloux, Foulet,
Foully, Fouly, Fulateire, Fulet, Fullie,
Fully, Fullys, Fuly
Terrain planté d´arbres feuillus, souvent des hêtres, par opposition aux résineux. Bas latin folia, du pluriel neutre latin pris pour un féminin de folium, « feuille ».
Français feuille :
Les Feuilles, hameau (Villereversure, Revermont, Ain) ;
Lac des Feuilles, étang de montagne (Sarre, vallée d´Aoste).

Français feuillée, ancien français foillée, foillie, « couvert, abri formé par le feuillage des arbres » :
La Feuillée, lieu-dit (Soral, Genève) ;
Les Feuillées, les Foillies en 1246, de Foilliis en 1273, Les Follies vers 1320, Apud Folias vers 1440, hameau, ancienne commanderie de l´ordre de Malte (Châtenay, Dombes, Ain).

Ancien français feuille, foillie, « bois fourré » :
Les Feuilles, Apud les Foillies en 1366, hameau (Bâgé-la-Ville, Bresse, Ain).

Avec le suffixe collectif -ère :
Route de la Feuillère (Lausanne, Vaud) ;
La Feuillère, hameau (Cluses, Faucigny, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif -eresse :
Feuilleresse, bois (Delémont, Jura).

Avec le suffixe collectif patois -at :
Les Feuillerats, lieu-dit en forêt (Morillon, Faucigny, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif -asse :
Feuillasse, Follacia en 1286, Foliaciz en 1297, Feullasse sur la Carte de Cassini, château et hameau (Meyrin, Genève) ;
Bois de Feuillasse, Foliacum en 1305, et Nant des Bois de Feuillasse, cours d´eau affluent du Rhône (Satigny, Genève) ;
Bois des Grandes Feuillasses, forêt (Meillerie, Chablais, Haute-Savoie).

Patois folië, follhe, folly, « bois feuillu », vieux français folia, « feuillée », ancien français foillie, foli, follye, folye, « bois fourré » :
La Fole, lieu-dit (Molondin, district d´Yverdon, Vaud) ;
Bois Folet, petite forêt (Loisin, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Route de Foliaz (Bardonnex, Genève) ;
La Folie, lieu-dit (Avusy, Genève) ;
Les Folisses ou Les Follisses, forêt (Arolla, Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Ruisseau des Folles, affluent de la Grande Eau (Leysin, district d´Aigle, Vaud) ;
Grand Follié, forêt (Sainte-Foy-Tarentaise, Savoie) ;
Le Folliè et Les Folliès, lieux-dits (Lourtier, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Le Folly, bois (Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Follys, alpage (Morillon, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Follys, lieu-dit en forêt (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Follys Dessous et Les Follys Dessus, alpages (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Les Follys, forêt déclive, nom monté à la Pointe des Follys, 1674m (Abondance, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Les Follys de Lens, lieu-dit en forêt (Abondance, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Chalet des Follys, alpage, nom monté à la Pointe des Follys, 1674m et aux Raies des Follys, crête, 1873m (Abondance, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Montagne des Follys, forêt, Chalets des Follys, alpage, nom monté au Col des Follys, 1652m (Bellevaux et Saint-Jean-d´Aulps, Chablais, Haute-Savoie) ;
Tête des Follys, Pointe des Follys, 1713m, Arête des Follys, 1768m, et Col des Follys, 1668m (Mégevette et Onnion, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Fouillis, aussi Le Fouilly, anciennement Foully, et Le Follier au XVIIème siècle, hameau (Les Houches, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Fouillou, alpage, nom monté au Col de Fouillou, 2437m (Valpelline, vallée d´Aoste) ;
Le Fouilloux, maison isolée (Sainte-Croix, Dombes, Ain) ;
La Foully, hameau (Saint-Paul-en-Chablais, Chablais, Haute-Savoie) ;
La Fouly, La Folly jusqu´au XXème siècle, hameau (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais), Alpage de la Fouly et Arpalle de la Fouly, alpages, nom monté au Mont de la Fouly, 2871m (Val Ferret, Orsières, et Combe de l´A, Liddes, district d´Entremont, Valais) ;
La Fouly, La Fully en 1375, maisons isolées (Montherod, district d´Aubonne, Vaud) ;
Fulet, lieu-dit (Broc, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Bois de la Fullie, forêt déclive (Ecole, Bauges, Savoie) ;
La Fully, hameau (Villard, Vallée Verte, Haute-Savoie) ;
Les Fullys, graphie ancienne de follies, lieu-dit (Colombier, district de Morges, Vaud) ;
La Fuly, lieu-dit (Sottens, district de Moudon, Vaud).

Avec le suffixe -ard :
En Folliard, hameau (Etoy, district de Morges, Vaud).

Avec les suffixes collectifs -er, -ière :
Le Follier, alpage (Mex, district de Saint-Maurice, Valais) ;
La Follière, hameau (Les Houches, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Les Follières, alpage (Megève, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif -age :
Follièrage ou Feuillerage, maison isolée du vignoble (Perroy, district de Rolle, Vaud).

Avec le suffixe de féminisation -esse :
Folliesse, lieu-dit (Evolène, Val d´Hérens, Valais).

Avec le suffixe diminutif -au :
Folliau, maison isolée et forêt (Vallon de l´Eau Froide, Villeneuve, district d´Aigle, Vaud).

Forme alémanisée au XVème siècle :
Folljeret, forêt (Loèche-les-Bains, district de Loèche, Valais).

Dérivés du latin foliosus, « garni de feuilles, feuillu », avec les suffixes -euse, -ouse :
La Feuilleuse, lieu-dit (Bassins, district de Nyon, Vaud) ;
La Foilleuse, sommet, 1820m (Morgins, Troistorrents, district de Monthey, Valais) ;
Foliouse, Becium de Fol[l]iousa en 1437, cours d´eau (Montréal-la-Cluse, Haut-Bugey, Ain) ;
La Folliausa, forêt déclive (Bursins, district de Rolle, Vaud) ;
La Follieuse, hameau (La Roche-sur-Foron, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Nant de la Follieuse, affluent de la Menoge (Bonne et Lucinges, Annemasse, Haute-Savoie) ;
Folliouse, lieu-dit (Prangins, district de Nyon, Vaud).

Dérivés du bas latin folletus, « feuillé, feuillu », latin foliatus, « garni de feuilles, feuillu », avec les suffixes collectifs se rapportant à la flore -et, -ex, patois -at :
Les Feuillets, lieu-dit en forêt (Jussy, Genève) ;
Les Feuillits, forêt (Taninges, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Pointe de la Foglietta, forme italienne de feuillette, sommet (Sainte-Foy-Tarentaise, Savoie) ;
Foillet, maison isolée (Mex, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Les Foillêts, lieu-dit (Commeire, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
Foillex, alpage (Vallée de la Thuile, vallée d´Aoste) ;
Le Foliet, maison isolée (Mieussy, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Folliat, La Foilla sur la Carte Nationale, hameau (La Folliaz, district de la Glâne, Fribourg) ;
La Folliaz, commune issue de la fusion de Lussy et Villarimboud (District de la Glâne, Fribourg) ;
Folliet, ancienne maison forte, Domus forte de Folliet en 1397 (Péron, Pays de Gex, Ain) ;
Bois de Folliet, forêt déclive (Plateau d´Andey, Bonneville, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Château de Folliet, anciennement de Foliato, Follieto, puis Folet en 1225, aussi Follet et Feuillet au XIXème siècle (Alex, Bornes, Haute-Savoie) ;
Croix du Folliet, pâturage (La Salle, vallée d´Aoste) ;
Les Folliets, peut aussi être le patronyme Folliet, hameau (Amancy, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Follats, forêt (Sottens, district de Moudon, Vaud) ;
Les Follâts, lieu-dit, Glacier des Follâts, nom probablement monté (Massif des Combins, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Le Foulet, peut aussi être le patronyme Foulet, lieu-dit, et Arête du Foulet, croupe partiellement boisée (La Chaux-de-Fonds, Neuchâtel).

Avec le suffixe -eux :
Route des Follieux (Sallanches, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

De même origine ou du patronyme Follet, d´un sobriquet signifiant « un peu fou, petit fou » :
Follet, lieu-dit (Ferpècle, Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Le Creux Follet, maison isolée (Misery-Courtion, district du Lac, Fribourg).

Noms collectifs dérivés de Feuillat, Follat, etc. avec les suffixes -aire, -ère, -ière, « lieu broussailleux, couvert de buissons feuillus » :
Les Feuilletières, Les Feuillatières en 1906, lieu-dit au bord de l´Allondon (Russin, Genève) ;
La Feulatière, petite forêt (Salvagny, Sixt, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Folatière, hameau (Polliat, Bresse, Ain) ;
La Folatière, hameau, ancienne commune réunie avec Le Pont-de-Beauvoisin en 1964 (Le Pont-de-Beauvoisin, Vallée du Guiers, Isère) ;
Grotte de la Folatière, lieu-dit (Chartreuse, Isère) ;
Les Folatières, hameau (Cordon, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Ruisseau des Folatières, temporaire (Massongy, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Follataire, Foullateriis en 1723, Feulataire en 1906, lieu-dit, et Chemin des Follataires (Vionnaz, district de Monthey, Valais) ;
Châble des Follataires, lieu-dit (Roche, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Follatères, Fullateriis en 1232, Follaterres en 1906, lieu-dit (Dorénaz, district de Saint-Maurice, et Fully, district de Martigny, Valais) ;
La Follatière, hameau (La Ravoire, Chambéry, Savoie) ;
La Fulateire, forêt (Villarepos, district du Lac, Fribourg).

Autre dérivé :
Folliachut, maisons isolées (Queige, Beaufortain, Savoie).

Voir aussi Combe Fallet, Effeuillés.


Feurtille
Forêt de la commune de Baulmes (District d´Orbe, Vaud), serait un composé de l´ancien français feur, « hors, dehors », voir Fors, et du patois tille, « tilleul », voir Tille, soit une forêt de tilleul en-dehors [du village].

Feusiers
Patronyme Feusier, nom de métier, variante du vieux français fusier, « artisan fileur travaillant au fuseau », du latin fusus, « fuseau ».
Côte aux Feusiers, lieu-dit (Châtelat, district de Moutier, Jura bernois).

Feuves, Fia, Fiatte, Fie, Fies,
Fivaz, Five, Fives, Fuattes, Fuet,
Fuey, Fuves, Fy
Patois feva, fiva, five, fuve, « sapin rouge ou épicéa commun » (Picea abies), mot d´origine celtique peut-être apparenté à l´allemand Fichte, même sens.
Les Feuves, maison isolée (Le Cerneux-Pequignot, district du Locle, Neuchâtel) ;
La Fivaz ou La Five, maison isolée (Saint-Saphorin-sur-Morges, district de Morges, Vaud) ;
La Five, maisons isolées (Vaulion, district d´Orbe, Vaud) ;
Les Fives, lieu-dit en forêt (Haut-Vully, district du Lac, Fribourg) ;
Bois de Fives, forêt (Agiez, district d´Orbe, Vaud) ;
Les Fuves, maison isolée (Le Sentier, district de la Vallée, Vaud).
De la forme patoise fua :
Grand Fuey, forêt (Gimel, district d´Aubonne, Vaud) ;
Fy, maisons isolés (Gryon, district d´Aigle, Vaud).

Forme patoise neuchâteloise fia, fie :
Grande Fia et Petite Fia, alpages (Les Geneveys-sur-Coffrane, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Haute Fie, Fia en 1906, maison isolée (La Chaux-de-Fonds, Neuchâtel) ;
Combe des Fies, Combe des Fias en 1906, alpage (Rochefort, district de Boudry, Neuchâtel).

Patois jurassien fiatte, fuatte, « épicéa » :
La Fiatte, lieu-dit (Fahy, district de Porrentruy, Jura) ;
Les Fuattes, lieu-dit en forêt (Mervelier, district de Delémont, Jura) ;
Le Fuet, gros hameau (Saicourt, district de Moutier, Jura bernois).


Février
Cime de Février, 2056m, sommet de la commune du Reposoir, antécime de la Pointe d´Almet (Faucigny, Haute-Savoie), dont le nom évoque le mois de février, mais la raison n´en est pas connue.

Fey, Fiez, Fiez Pittet
Nom de domaine gallo-romain *Fidiacum formé avec le suffixe -acum sur le gentilice Fidius.
Fey, Fei en 1228, Fiez en 1453 (District d´Echallens, Vaud) ;
Fiez, Figiaco en 885, Fiacum en 888, de Feiaco en 1049, Fyx en 1179, Fie en 1228, Fyes en 1299, Fyez en 1342, commune et village (District de Grandson, Vaud) ;
Fiez, vigne (Meinier, Genève) ;
Fiez Pittet, anciennement parvum Fiacum, hameau (Grandson, Vaud).

Feycler
Bois de Feycler, forêt de la commune d´Yvoire (Bas-Chablais, Haute-Savoie), avec un patronyme Feycler attesté au Grand-Duché de Luxembourg en 1861.

Fiard, Fiarda, Fiarde, Fiardière, Fiardonnet,
Fiards
Patronyme Fiard, peut-être du latin fides, « foi », fidere, « avoir confiance »,
Ferme Fiard, ferme isolée (La Côte-Saint-André, Bièvre, Isère) ;
Les Fiards, maison isolée(Jarrie, Pays grenoblois, Isère).
Par féminisation :
La Fiarde, lieu-dit (Seynod, Annecy, Haute-Savoie).

Par féminisation patoise :
Fiarda, hameau (Saint-André-le-Gaz, Vallée du Guiers, Isère).

Avec le suffixe de propriété -ière :
La Fiardière, hameau (Fréterive, Combe de Savoie, Savoie).

Avec les suffixes diminutifs -on et -et :
Le Fiardonnet, lieu-dit déclive en forêt (Attignat-Oncin, Chartreuse, Savoie).


Fief, Fios
Voir fief.
Le Fief, maisons isolées (Chéserex, district de Nyon, Vaud) ;
Le Fief, maison isolée (La Ferrière, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Gros Fief et Peit Fief, lieux-dits en forêt (Lajoux, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Les Fios, forme patoise anniviarde [Guex], lieu-dit (Mission, Ayer, Val d´Anniviers, Valais).

Fief-du-Chapitre
Chemin du Fief-du-Chapitre (Petit-Lancy, Genève), sur un territoire ayant appartenu au moyen âge au fief du Chapitre cathédral de Saint-Pierre.

Fier
Le Fier, cours d´eau affluent du Rhône, Cier et Ciers au Xème siècle, Gyer en 1288, Cyers vers 1291, serait une métathèse du gaulois isara, voir Isère, ou issu d´une racine préceltique *cier [Nègre 1990] ; la forme actuelle serait due à une attraction paronymique avec l´adjectif fier, par mutation du son [s] initial en [f].

Fiesch
Commune et village valaisans du district de Conches, Viu en 1196, Vius en 1239, Viox en 1233, Viosca en 1268, Vios en 1277, Vies et Vyes en 1323, aussi Viesch en 1906, mom d´abord italianisé par des familles nobles issues du Novarais, puis alémanisé au XVème siècle, nom de même origine que Viuz, latin vicus.

Fieudzeret
Le Fieudzeret, pâturage de Chanrion (Bagnes, district d´Entremont, Valais), pourrait être une forme patoise dérivée de l´ancien français feugiere, « fougeraie », voir Faugère.

Figneroles
Lieu-dit de la commune de Cuarny, district d´Yverdon (Vaud), Firiroles vers 1100, Fillerolles et Fillirolles en 1174, Fignerolles en 1867, sur l´emplacement d´une ancienne localité disparue, nom d´origine inconnue.

Filasses
Les Filasses, lieu-dit, et Tête des Filasses, sommet, 2157m, et Lac des Filasses, étang temporaire de la région d´Anzeindaz (Bex, district d´Aigle, Vaud), nom qui viendrait d´un patois fila, « cascade le long d´un chenal amenant les eaux en aval » [Jaccard].

Filature
La Filature, maison isolée de la commune de Dully (District de Rolle, Vaud).

Filiaude
La Filiaude, ferme isolée de la Combe de Mijoux, commune de Gex (Pays de Gex, Ain), peut-être par féminisation d´un patronyme Filiaud, rare, ou Filliaud.

Fille, Filles
Désignait autrefois une fée.
Bonne Fille, « bonne fée », lieu-dit en forêt (Premier, district d´Orbe, Vaud) ;
La Croix aux Filles, sommet, 1504m (Vailly, Chablais, Haute-Savoie).

Fille-Dieu
La Fille-Dieu, couvent de cisterciennes de la commune de Romont (District de la Glâne, Fribourg), fondé en 1269, nom latin Filia Dei.

Fillieux
Joux de Pra Fillieux, lieu-dit en forêt de la commune de Riaz (District de la Gruyère, Fribourg), patronyme Fillieux, du latin filiolus, « filleul, petit-fils ».

Fillistorfena
La Fillistorfena, ferme isolée de la commune de La Roche (District de la Sarine, Fribourg), par féminisation d´un patronyme Fillistorf attesté dans la région.

Filly
Nom de domaine gallo-romain Filliacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Fillius.
Filly, Fillié en 1311, Filiaco en 1413, hameau (Saint-Jorioz, Annecy, Haute-Savoie) ;
Filly, villa Fillez en 1032, Filiacum en 1154, Fylie en 1191, de Filiaco villa en 1268, Abbas Filliaci vers 1344, aussi Fideliaci, hameau et ancienne abbaye de chanoines de l´ordre de Saint Augustin, et Ruisseau de Filly, affluent du Léman (Sciez, Bas-Chablais, Haute-Savoie).

Filon
Filon, ruines d´alpage, Plan du Filon, pâturage, et Torrent du Filon, nom monté à l´Arête du Filon, crête rocheuse (Ollomont, vallée d´Aoste), à la Tête du Filon, sommet, 3306m, et au Col du Filon, 3251m, à la frontière suisse, probablement par allusion à d´anciennes mines.

Finage
Territoire sur lequel une communauté paysanne s´installe, travaille et exerce ses droits agraires. Il comprend donc le village et le terroir, qui est l´espace que le groupe rural défriche, cultive, exploite à des fins agricoles ou pastorales. En ancien français, finage signifie « étendue d´une juridiction ou d´une paroisse ; borne, limite », aussi « circonscription sur laquelle un seigneur ou une ville avait un droit de juridiction ». Dans le Jura et la Franche-Comté, où ce terme est d´un usage courant : « territoire d´une commune, ensemble des terres cultivables morcelé en petites parcelles sans clôture ; ensemble des parcelles cultivées d´un territoire communal (champs et prés), par opposition aux pâturages communaux et aux forêts ». Du bas latin finagium, du latin fines agrorum [Diderot].
Grand Finage et Petit Finage, pâturages (Soubey, district des Franches-Montagnes, Jura).

Findelbach, Findeln
Findeln, hameau de la commune de Zermatt (District de Viège, Valais), anciennement Finelen, et Findelen en 1906, ancien nom français Fenalet, nom alémanisé au XVème siècle ;
Findelbach, cours d´eau affluent de la Mattervispa (Zermatt, district de Viège, Valais).

Findrol
Hameau de la commune de Contamine-sur-Arve (Faucigny, Haute-Savoie), que Künzi 1997 dérive d´un patois findri, « cendrier », adjectif findrolâ, « souillé de cendres », qui serait dû à la présence d´une ancienne charbonnière.

Fingères
Les Fingères d´en Bas et les Fingères d´en Haut, hameaux de la commune de Cordon (Haut-Faucigny, Haute-Savoie), probablement d´un patronyme Fingère rare.

Finhaut
Commune et village valaisans du district de Saint-Maurice, Finyaux en 1293, Feniaz en 1307, probablement de même origine que Fenil. La graphie actuelle Finhaut et la prononciation « fin-haut » sont dues à une récente remotivation [Guex].

Fion, Fioux, Flan, Flon, Flonzaley,
Flonzel, Flonzières, Flumau, Flumeaux, Flumen,
Flumet, Flumy
Noms dérivés de l´ancien français flem, fleu, fleum, flom, flon, flu, flum, flun, roman flon, latin flumen, « eau courante, cours d´eau, courant », de fluere, « couler ».
Patois fion, flon, « ruisseau » [Constantin], du roman flon :
Le Fion, hameau (Chevenoz, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Ruisseau de Fion (Sergy, Pays de Gex, Ain) ;
Le Flon, quartier (Lausanne, Vaud) ;
Le Flon, cours d´eau affluent de la Broye (District de la Veveyse, Fribourg), qui a donné son nom à une nouvelle commune du district de la Veveyse, qui regroupe les anciennes communes de Bouloz, Pont et Porsel ;
Le Flon, cours d´eau (Vesancy, Pays de Gex, Ain) ;
Le Flon, anciennement aqua Saveria, Saveyrot, affluent du Rhône (Traize et Yenne, Avant-Pays savoyard, Savoie) ;
Pra du Flon, maison isolée (Forel, district de Lavaux, Vaud) ;
Le Flon, lo Flon do Miez en 1281, hameau (Vouvry, district de Monthey, Valais).

Patois savoyard fioux, « ruisseau » [Boyer] :
Le Fioux, alpage (Bionnassay, Saint-Gervais-les-Bains, Val Montjoie, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif -ière :
Flonzières, lieu-dit (Vich, district de Nyon, Vaud).

Ancien français flum, « cours d´eau » :
Ruisseau de Flumy, Flumier en 1603, Flumi en 1906, cours d´eau affluent de la Sarine (Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Avec le suffixe diminutif -eau :
Le Flumau, Flumeau en 1906, ruisseau affluent de l´Aubonne (Lavigny, district de Morges, Vaud) ;
Les Flumeaux, maison isolée (Gimel, district d´Aubonne, Vaud).

Latin flumen, « eau courante, cours d´eau, courant » :
Flumen, cours d´eau, et Gorges du Flumen, lieu-dit (Septmoncel, arrondissement de Saint-Claude, Jura) ;
Ruisseau de Flumy, Flumier en 1603, Flumi en 1906, cours d´eau affluent de la Sarine (Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Dérivé du diminutif latin fluminetum, « petit cours d´eau » :
Flumet, ad nantum de Flumeto en 1290, Castellania et mandamentum Flumeti en 1444, dont le nom latin Flumetum est une abbréviation du diminutif fluminetum, commune et village du Val d´Arly (Ugine, arrondissement d´Albertville, Savoie) ;
Flumet d´Aval, hameau (Saint-Nicolas-la-Chapelle, Val d´Arly, Savoie).

Dérivés du diminutif latin flumicellus, « petit cours d´eau » :
Le Flonzaley, Flonzalet en 1906, hameau (Puidoux, district de Lavaux, Vaud) ;
Le Flonzel, cours d´eau affluent du ruisseau des Vaux (District d´Yverdon, Vaud).

Probablement de même origine :
Le Flan, cours d´eau affluent de la Fillière (Thorens-Glières, Faucigny, Haute-Savoie).

Voir aussi Afflon, Vion.


Fionnay
Village valaisan de la commune de Bagnes (District d´Entremont, Valais), Syonen en 1328, Cyonens et Syonnen au XVIème siècle, puis Fiorens, Firren, Fioren, Fionnen jusqu´en 1884, nom d´origine inconnue.

Fischerboden
Lieu-dit de la commune de Pleigne (District de Delémont, Jura), nom allemand qui signifie terre du pêcheur, ou terre de Fischer, avec un patronyme.

Fitignieu
Village et ancienne commune, réunie en 1974 à la commune de Sutrieu (Valromey, Ain), Futignyou, Fitigniacus et Fittigneou en 1345, Fitigniou en 1563, Fitignieu en 1634, Fitignieux en 1790, Fitigneux en l´an X, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Fustiniacus, dérivé avec le suffixe -acus du gentilice Fustinius issu de Fustius [Philipon], ou Festinius [Nègre 1990].

Fitilieu
Commune et village de la Vallée du Guiers (Le Pont-de-Beauvoisin, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), Fistiliacum in pago Salmoriacense au IXème siècle, parrochia Fitilliaci au XIIème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Festuliacum, dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme romain Festulus traité comme *Festulius.

Fiz, Fys
Mot patois savoyard fys, « bandes de terrain dans le sens de la pente » [Boyer].
Les Fys, lieu-dit en forêt (Saint-Jean-d´Aulps, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Les Fys, alpage (Morzine, Chablais, Haute-Savoie).
Probablement de même origine :
Les Fiz, falaises sous l´Aup de Véran (Flaine, Grand Massif, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Rochers des Fiz, chaînon (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie).

Flache, Flachère, Flachères, Flaches, Flaschen,
Flassin, Fléchère, Flèchère, Fléchères, Fléchière,
Flés
Terrain boueux, marécageux, où poussent des laîches. Patois flache, de flat, « laîche, foin de marais », ou de l´ancien français flache, « lieu plein d´eau et de boue », soit du latin flaccus, « mou », soit de l´allemand flach, germanique *flaka, « plat », tous les deux d´une racine indo-européenne *plak-.
La Flache, lieu-dit (Forel, Vernay, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Flaches, hameau (Saint-Martin, district d´Hérens, Valais).
Patois fla, « foin de marais » [Künzi 1997] :
Combe des Flés, hameau (Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie).

Mot régional flachère, « roselière » [Pégorier], avec les suffixes collectifs -ère, -ière, ancien français flachier, « mare d´eau » :
La Flachère, Flachieyri au XIIIème siècle, Flacheria au XVIIIème siècle, commune et village du Grésivaudan (Le Touvet, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
La Flachère, Villa de Flacheria en 1171, Fléchère en 1935, hameau (Saint-Jean-de-Belleville, Moûtiers, Tarentaise, Savoie) ;
Flachères, commune et village de la Bièvre (Le Grand-Lemps, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère) ;
Les Flachères, lieu-dit (Montmin, Bornes, Haute-Savoie) ;
La Fléchère, hameau (Saint-Jean-de-Tholome, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Flèchère, La Fléchère en 1847, hameau (Chavannes-sur-Reyssouze, Bresse, Ain) ;
Fléchères, Flacheres en 1298, Flacheria en 1390, Flachiri en 1401, Fleschère en 1567, château (Fareins, Dombes, Ain) ;
La Fléchière, pâturage (Le Reposoir, Bornes-Aravis, Haute-Savoie).

Forme alémanisée au XVème siècle :
Flaschen, lieu-dit (Albinen, district de Loèche, Valais).

Peut-être de même origine :
Flassin, Flassin Dèsot et Tsa de Flassin, alpages (Saint-Rhémy-en-Bosses, vallée d´Aoste), nom monté au Col de Flassin, 2605m, et au Mont de Flassin, 2772m (Avise et Saint-Rhémy-en-Bosses, vallée d´Aoste).


Flagnesse, Flanesses, Flans
Dérivés de Plan par mutation de p en f après un s. Les Flans, hameau (Ayent, district d´Hérens, Valais).
Avec le suffixe diminutif ou le suffixe de féminisation -esse :
Flagnesse, maisons isolées (Mâche, Hérémence, district d´Hérens, Valais) ; Les Flanesses, diminutif, en patois Les Flanès, lieu-dit (Evolène, district d´Hérens, Valais).


Flaine
Ancien alpage au-dessus des Carroz (Arâches-la-Frasse et Magland, Faucigny, Haute-Savoie), Flénoz en 1730, maintenant une station de ski, pourrait venir d´un patois savoyard flané, issu de Planet par la même mutation du son [p] en [f] qu´on trouve en Valais [Boyer].
Lac de Flaine, petit lac dans la Plaine du Lac, près de Flaine (Magland, Faucigny, Haute-Savoie).

Flamine
Hameau de la commune de Châtonnaye (District de la Glâne, Fribourg), Flamina sur la Carte Nationale, peut-être de flamine, « prêtre romain attaché au culte d´un dieu particulier ».

Flanmayens
Les Flanmayens, hameau de la commune d´Evolène, district d´Hérens (Valais), composé de Flans, « plans », et Mayens.

Flanthey
Hameau de la commune de Lens (District de Sierre, Valais), eys Plantaes en 1313, latin plantatis, « [lieux] plantés [de vignes] », devenu Flanthey par mutation de p en f après un s.

Flatière, Flatières
Soit une forme patois de Platière avec la même mutation du son [p] en [f] qu´on trouve en Valais, soit, selon Boyer, une variante de Flachère
La Flatière, hameau (Les Houches, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Les Flatières, alpage (Saint-Sigismond, Faucigny, Haute-Savoie).

Flaxieu
Commune et village du Bugey (Virieu-le-Grand, arrondissement de Belley, Ain), Flaceu, Flaceou et Flaciou en 1346, Flaciacus en 1429, Flaxiacus en 1495, Flaxieu en 1563, Flaccieu en 1650, Flaxieux en 1790, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Flaciacus, dérivé avec le suffixe -acus du gentilice Flaccius.

Flendruz
Flendruz, hameau, et Ruisseau de Flendruz, affluent de la Sarine, commune de Rougemont (Pays-d´Enhaut, Vaud), Flandru en 1115, nom d´origine inconnue.

Flérier, Fleurier, Fleurieux, Fleyriat, Flies
Nom de domaine gallo-romain Floriacum, formé avec le suffixe -acum sur le gentilice Florius dérivé du cognomen Florus, du latin flos, floris, « fleur ».
Flérier, Fleyrye en 1303, Cura de Fleyrier vers 1344, anciennement Flori, et Flairier, aussi Fleyrié au XIXème siècle [Régeste Genevois], hameau (Taninges, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Fleurier, Flurye en 1284, Flurié en 1372, Florye en 1380, commune et village, et Le Fleurier, ruisseau qui arrose ce village (District du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
Fleurieux, Ecclesia de Floriaco en 1096-1120, Floriacus en 1118, De Fluire en 1250, Fluires au XIVème siècle, Fluyriacus vers 1325, Fluyrieu en 1463-1468, village (Châtillon-sur-Chalaronne, Dombes, Ain) ;
Fleurieux, Flureu en 1299-1369, Fluyreu en 1324, Flurieu et Fleurie en 1662, Flurieux en 1847, hameau (Mogneneins, Dombes, Ain) ;
Fleyriat, Ecclesia de Floriaco en 1184, Flories vers 1250, Floyriacus en 1312, Floyria en 1335, village et ancienne commune (Viriat, Bresse, Ain).
Peut-être de même origine :
Flies, Fleye en 1277, Fleyer en 1314, Flyer et Flyez en 1572, Flyes en 1911, hameau (Saint-Genis Pouilly, Pays de Gex, Ain) ;
Flies, hameau (Crozet, Pays de Gex, Ain).


Fleuret, Fleuri, Fleuriat, Fleurie, Fleuriers,
Fleuries, Fleurs, Fleury, Floray, Flore,
Florettaz, Florettes, Floreyres, Floria, Floriette
Souvent associé à un pâturage, à un pré bien fleuri, mais peut signifier aussi défriché. Ce peut aussi être une terre de bonne qualité, dans le sens où « fleur » est un précieux produit, un premier choix, comme dans « fleur de farine ». Latin flos, floris, « fleur ». En montagne, ce sont des prés fauchés car trop raides pour être pâturés, du patois flloria, « récolte de foin d´un pré ».
Prés Fleurets, pâturage (Belprahon, district de Moutier, Jura bernois) ;
Mont Fleuri, 2511m (Chaîne des Aravis, Haute-Savoie) ;
Pra Fleuri, maison isolée (Grandvillard, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Pré Fleuri, lieu-dit, et Arête de Pré Fleuri, crête rocheuse (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais) ;
Pro Fleuri (District de Conthey, Valais) ;
Lui Fleuriat et Lui Fleurie, pâturages (Ovronnaz, Leytron, district de Martigny, Valais) ;
La Chaux Fleurie, pâturage, nom monté à la Pointe de Chaux Fleurie, sommet (Vallon de Montriond, Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Fleuries, alpage (Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Fleurs, lieu-dit du vignoble (Grône, district de Sierre, Valais) ;
Pointe du Haut Fleury, 1981m (Sommant, Mieussy, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Flore, alpage (Conthey, Valais).
Forme patoise :
Floray, pâturage déclive, nom monté au Col de Floray, 1955m (Vallon de Darbon, Vacheresse, Chablais, Haute-Savoie) ;
La Floria, lieu-dit, nom monté à l´Aiguille de la Floria, 2888m, à la Petite Aiguille de la Floria, 2826m, au Col de la Floria, 2752m, au Glacier de la Floria, et est aussi passé au Torrent de la Floria, affluent de la Diosaz (Aiguilles Rouges, Haute-Savoie).

Diminutifs avec le suffixe -ette :
Les Florettes, maisons isolées (Puidoux, district de Lavaux, Vaud) ;
Floriette, alpage (Les Diablerets, Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud).

Avec le suffixe diminutif patois -ettaz :
La Florettaz, hameau (Chéserex, district de Nyon, Vaud).

Avec le suffixe collectif -ier :
Les Fleuriers, alpage déclive (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif -eyre :
Floreyres, quartier (Yverdon-les-Bains, district d´Yverdon, Vaud).

Voir aussi Chauffes Floras.


Fleury
Patronyme Fleury, « [au teint] fleuri ».
Les Prés Fleury, lieu-dit (Lajoux, district des Franches-Montagnes, Jura).

Fleuta
La Fleuta, alpage de la commune de Rougemont (Pays-d´Enhaut, Vaud), peut-être de la racine germanique *fleuta, « rapide ».

Flives
Forme patoise anniviarde de Clives, « terrain en pente » [Bossard].
Flives, lieu-dit (Grimentz, district de Sierre, Valais) ;
Chemin des Flives (Vercorin, Chalais, district de Sierre, Valais).

Flochets, Flot, Flottuwald
De l´ancien français floc, « touffe de laine, de poils », latin floccus, « locon de laine, poil », par métaphore [Jaccard].
Le Flot, colline boisée (Leysin, district d´Aigle, Vaud) ;
Le Flot de Crête, colline boisée (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud).
Avec le suffixe diminutif -et :
Les Flochets, lieu-dit (Le Landeron, district de Neuchâtel).

Forme alémanisée au XVème siècle :
Flottuwald, forêt, pourrait être une forme alémanisée avec l´allemand Wald, « forêt » (Salquenen, district de Loèche, Valais).

Voir aussi Efflot.


Florimont
Lieu-dit de la commune de Gex (Pays de Gex, Ain), ancien château, Castra de Gaio (Gex) et de Florido Monte en 1353 , latin floridus, « fleuri, en fleur ».

Fochau, Fochaux, Fossal, Fossalets, Fossard,
Fossats, Fossau, Fossaulion, Fossaz, Fosse,
Fossé, Fosses, Fossey, Fossiau, Fossiaude,
Fossu, Fossy, Foussaz
Fossé, creux, lieu encaissé, torrent creusant ses rive, tombes. Patois fossa, patois jurassien fôsse, « fosse, tombe », vieux français fossau, fossaul, fossaz, foussaz, ancien français fosseal, fossel, fosset, « fossé », foissele, fossele, « fosse », bas latin fossatum, « fossé, rivière », latin fossa, « creux, fosse, sillon, tranchée, fossé, rigole, canal », dérivé de fodere, « creuser ».
Français fosse, « cavité large et profonde creusée dans la terre » :
Sur Fosse, lieu-dit (Chevenez, district de Porrentruy, Jura) ;
La Fosse au Loup, maison isolée (Chevroux, Bresse, Ain) ;
Fosse Loveresse, « fosse pour attraper les loups » [Bossard], lieu-dit (Vullierens, district de Morges, Vaud) ;
Les Fosses, clairière (Ocourt, district de Porrentruy, Jura) ;
Combe des Fosses, ravin (Villeret, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Le Plan des Fosses, probablement des lapiaz (Conthey, Valais).

Français fossé, « excavation creusée en longueur » :
Bois du Fossé, forêt (Belfaux, district de la Sarine, Fribourg) ;
Le Grand Fossé, canal dérivé de la Petite Glâne (Saint-Aubin, district de la Broye, Fribourg).

Vieux français fossa, fossaul, fossaz, foussaz, « fossé » :
Le Fochau, Fossaulx en 1579, lieu-dit (Bretonnières, district d´Orbe, Vaud) ;
Fochaux, in Fossau et ou Crouz de Fossauz en 1339, in Fossaut en 1416, ou Fossaut en 1418, en Fossaulx en 1441, en Fossiaulx en 1506, en Foussaulx et en Fuchaux en 1545, en Fossaux en 1598, en Fauchaux en 1869, lieu-dit (Boudry, Neuchâtel) ;
Le Fochaux, cours d´eau affluent de la Glâne (Siviriez, district de la Glâne, Fribourg) ;
Ruisseau du Fochaux, affluent de l´Arbogne (Prez-vers-Noréaz, district de la Sarine, Fribourg) ;
Fossal, hameau (Saint-Marcel, vallée d´Aoste) ;
Les Fossats, hameau (Juvigny, Annemasse, Haute-Savoie) ;
Fossau, lieu-dit (Rovray, district d´Yverdon, Vaud) ;
Le Fossau, cours d´eau affluent du Rhône (Vallon du Flon, Vouvry, district de Monthey, Valais) ;
Fossaz Dessous et Fossaz Dessus, hameaux (Saint-Nicolas, vallée d´Aoste) ;
Fossaz, lieu-dit (Satigny, Genève) ;
Le Nant de Fossaz, cours d´eau (Collonge-Bellerive, Genève) ;
La Foussaz ou La Foussa, lieu-dit (Corcelles-près-Payerne, district de Payerne, Vaud).

Avec le suffixe diminutif -et :
Les Fossalets, alpage de la vallée du Motélon (Gruyères, district de la Gruyère, Fribourg).

Avec le suffixe -ard :
Fossard, hameau (Thônex, Genève) ; Le Fossard, lieu-dit, et cours d´eau affluent de la Sarine, cours inférieur du Dâ (Grandvillard, district de la Gruyère, Fribourg).

Avec le suffixe diminutif -au :
Fossiau, hameau (Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg).

Avec le suffixe -aude :
Fossiaude, lieu-dit (Ropraz, district d´Oron, Vaud).

Diminutifs avec le suffixe -on :
Fossaulion, diminutif, lieu-dit (Blonay, district de Vevey, Vaud).

Noms collectifs avec les suffixes -ey, -y :
Fossey, hameau (Penthalaz, district de Cossonay, Vaud) ;
Le Fossy, cours d´eau affluent de la Dullive (District de Rolle, Vaud).

Patois valdôtain fossu, « fossé » :
Le Fossu, cours d´eau affluent du Torrent du Cervin (Breuil, Valtournenche, vallée d´Aoste).


Fodéra
Le Fodéra, alpage de L´Etivaz (Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud), probablement un bâtiment où l´on serre le fourrage, du moyen bas allemand « fôder », germanique *fôþra, fôdra, « fourrage ».

Foge, Foges, Fouge, Fougemagne
Le terme foge dériverait du latin fovea, « trou, excavation, fosse, tanière, caverne ».
Foge, lieu-dit (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais) ;
La Foge (Clarens, Montreux, district de Vevey, Vaud) ;
Les Foges, lieu-dit en forêt (Travers, district du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
Combe des Foges, lapiaz, nom passé aux Chalets des Foges, alpage (Grand Massif, Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie).
Le mot régional fouge, « étang ; gorge profonde » [Pégorier] est probablement de même origine :
Canyon de la Fouge et Cascade de la Fouge, lieux-dits (Cerdon, Haut-Bugey, Ain).

Avec le suffixe -magne, « grande » :
Fougemagne, Nemora de Foucimagni et Fougimagni en 1425, étang et forêt (Coligny, Bresse, Ain).


Foirausaz, Foirause, Foires, Foiroux, Fouéreuses
Patois fouairau, fouairausa, « foireux, qui a la diarrhée », vieux français foire, latin foria, « diarrhée », désigne par métaphore un terrain fangeux, humide, ou un cours d´eau boueux.
La Foirausaz, alpage (Bière, district d´Aubonne, Vaud) ;
La Foirause, La Foirausaz en 1906, aussi La Foyrausaz, cours d´eau affluent du Sauteru (Rueyres et Bercher, district d´Echallens, Vaud) ;
Les Bonnes Foires, maisons isolées (Forel, district de Lavaux, Vaud) ;
Foiroux, maison isolée (Chancy, Genève) ;
Foiroux, lieu-dit déclive (Manigod, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Foiroux, alpage (La Giettaz, Val d´Arly, Savoie) ;
Les Fouéreuses, Les Foireuses en 1906, lieu-dit dans les rochers (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais).

Foissiat, Fossieu, Fussy
Ces noms pourraient venir d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Fusciacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Fuscius, du latin fuscus, « brun [de peau], basané » [Jaccard].
Foissiat, in quarta Fulciacense, lire in quarta Fusciacense en 925, Castrum Foyssiaci en 1249, Ecclesia de Foissia vers 1250, Foyssiacus en 1268, Foissiacus en 1312, Foysiacus vers 1335, Foyssiacus en 1355, Foyssia en 1468, Foissia en 1535, etc., commune et village de la Bresse (Montrevel-en-Bresse, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
Fossieu, Fossieu en 1345, Fossieux en 1847, hameau (Sutrieu, Valromey, Ain) ;
Fussy, lieu-dit (Champvent, district d´Yverdon, Vaud) ;
En Fussy, hameau (Estavayer-le-Lac, district de la Broye, Fribourg).

Follaz, Folon, Foulaz, Foule, Foules,
Foulon
Foule, foulon : moulin, appareil entraîné par l´eau pour le feutrage du drap par foulage. Latin fullo, « celui qui presse les étoffes, dégraisseur d´étoffes », du latin populaire *fullare, « fouler, presser ».
Français foulon, « moulin à foulon, machine servant à fouler le drap », du latin fullonem, accusatif de fullo :
Le Foulon, hameau (Laiz, Bresse, Ain) ;
Le Foulon, cours d´eau (Bugey, Ain).

Ancien français foule, « moulin à fouler les draps » :
La Foulaz ou La Foule, hameau (Gorgier, district de Boudry, Neuchâtel) ;
La Foule, hameau (La Sarraz, district de Cossonay, Vaud) ;
Moulin de la Foule, maisons isolées (Croy, district d´Orbe, Vaud) ;
Vieille Foule, maison isolée (Payerne, Vaud) ;
La Foule, ruisseau affluent de la Birse (Moutier, Jura bernois) ;
Sur les Foules, lieu-dit (Moudon, Vaud).

Formes patoises :
La Follaz d´Avaux, anciennement la Follaz davaux et la foule decharlens, ancien artifice (Echarlens, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Chemin de la Follaz, dans le quartier de la Foule (Marly, district de la Sarine, Fribourg) ;
Le Folon, hameau (La Table, Val Gelon, Savoie).

Pourrait aussi être une variante de Folliaz :
La Follaz, ruisseau affluent du Brévon (Lullin, Chablais, Haute-Savoie).

Voir aussi Foulaverna.


Folliéran, Folliu, Folly
Selon Aebischer, ces termes d´origine inconnue désignent des sommets.
Le Folliu, lieu-dit escarpé (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Folliu Borna (Albeuve et Montbovon, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Le Folly, sommet, 1730m (Montreux, district de Vevey, Vaud).
Peut-être un cas régime :
Dent de Folliéran, sommet, 2340m, (Charmey et Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg), et Les Morteys de Folliéran, pâturage (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg).


Folpotat
Métairie de Folpotat, maison isolée de la commune de Soulce, district de Delémont (Jura), curieuse combinaison de fol, « hêtre », et du patois jurassien potat, « pot » [Prongué]. Aussi Droit de Folpotat, forêt déclive, et Le Folpotat, nom du ruisseau de Soulce en amont de cette localité.

Foncenex
Village de la commune de Veigy-Foncenex (Douvaine, Bas-Chablais, Haute-Savoie), nommé successivement Fansunay et Fassunaj en 1220, Fansonay en 1231, puis Fassonay, Fonssonai, Fansonex, Fansoney, Foncenex dès 1663, et Foncenai sur la Carte de Cassini. C´est un nom d´origine gallo-romaine, dérivé avec le suffixe -acum d´un gentilice comme Foncius.

Foncet
Le Foncet, maisons isolées de la commune d´Orvin (District de Courtelary, Jura bernois), à rapprocher de l´ancien français foncel, « vallon, ravin ».

Fond, Fondement, Fonds
Fond, extrémité, aussi fonds de terre, bien, ferme, propriété, domaine, ancien français masculin fons, « terre dont quelqu´un est propriétaire, qui est cultivée ou sur laquelle on bâtit », latin fundus, la distinction entre fond et fonds ne datant que du XVIIème siècle.
Fond peut aussi être une variante de Font.
Fond de Plambuit, habitations à l´extrémité de la clairière de Plambuit (Ollon, district d´Aigle, Vaud) ;
Marais du Fond, lieu-dit (Treycovagnes, district d´Yverdon, Vaud) ;
Fonds des Prés, lieu-dit (Champoz, district de Moutier, Jura bernois) ;
Les Deux Fonds, lieu-dit (Bernex, Genève) ;
La Chaux-de-Fonds, la Chaz de Fonz vers 1350, Chault de Font en 1378, voir Chaux (Neuchâtel) ;
Combe des Fonds et Glacier des Fonds, près du Ruan (Salvan, district de Saint-Maurice, Valais).
Ancien français fondement, « fonds de terre » :
Le Fondement, maisons isolées au bord de la Gryonne (Ollon, district d´Aigle, Vaud).


Fond de Vaux, Fondeval
Fond de vallée, voir Val.
Fond de Vaux, lieu-dit (Chevenez, district de Porrentruy, Jura) ;
Le Fondeval, maison isolée (Saint-Brais, district des Franches-Montagnes, Jura).

Fondras, Fondrins
Du patois jurassien fondrayie, « mare » [Prongué], français fondrière, ancien français fondrer, « enfoncer ; s´effondrer », fondril, « fond, creux », latin funderis, « fond ».
Le Fondras, forêt (Les Genevez, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Les Fondras, forêt (Seleute, district de Porrentruy, Jura) ;
Les Fondrins, maison isolée (Bonfol, district de Porrentruy, Jura).

Fonge
Désigne un terrain humide, marécageux, fongueux [Prongué]. Ancien français fongeux, « spongieux », nom masculin fonge, « champignon », du latin fungus, « champignon ».
La Fonge, hameau (Soubey, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Les Fonges, maisons isolées (Les Bois, district des Franches-Montagnes, Jura).

Fonjales
Les Fonjales, lieu-dit dans les rochers à 2000m (Savièse, district de Sion, Valais), d´un mot patois signifiant « source gelée », latin fons, voir Font, et gelatus, « glacé, gelé ».

Font, Fonteil, Fontillon, Fontin, Fonts
Emplacement de sources, de fontaines. Vieux français féminin font, ancien français féminin fons, « fontaine », roman féminin fons, latin masculin fons, fontis, « source, fontaine, eau de source ».
Font, font regale castellum en 1011, Fonz en 1142, Fons en 1154, commune et village (District de la Broye, Fribourg) ;
La Font, Sur la Fond en 1906, hameau au-dessus des sources de la Raisse (Buttes, district du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
Chalets des Fonts, alpage dans le Cirque des Fonts, cirque de montagnes abruptes avec de nombreuses sources, appelé improprement Chalets des Fonds, etc. sur la Carte IGN (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie).
Diminutif avec le suffixe -in :
Fontin, alpage d´où serait originaire le fromage appelé fontine (Quart, vallée d´Aoste).

Avec le suffixe diminutif -eille :
Fonteil, hameau (Quart, vallée d´Aoste).

Double diminutif avec le suffixe -illon :
Fontillon, alpage en clairière (Roisan, vallée d´Aoste).

Voir aussi Autafond, Bellefont, Clarafond, Fontcouverte, Longefont.


Fontagneu, Fontagneux, Fontaignous, Fontaine, Fontaines,
Fontaines-sur-Grandson, Fontana, Fontanalla, Fontanalle, Fontanalles,
Fontanasc, Fontanasse, Fontanasson, Fontanay, Fontanaz,
Fontane, Fontanelle, Fontanelles, Fontânes, Fontanesse,
Fontanet, Fontanets, Fontanette, Fontanettes, Fontanex,
Fontaney, Fontanezier, Fontanieu, Fontanil, Fontanille,
Fontanin, Fontaniou, Fontanious, Fontanis, Fontanna,
Fontanney, Fontanoux, Fontanus, Fontany, Fontanys,
Fontenailles, Fontenais, Fontenale, Fontenattes, Fontenelle,
Fontenettes, Funtani
Source, endroit où l´on devait puiser l´eau, et par synecdoque village remarquable pour ses nombreuses sources. Du bas latin fontana, dérivé de l´adjectif féminin fontana [aqua], de fons, fontis, « fontaine, source ».
Fontaine, maisons isolées en clairière (Charmoille, district de Porrentruy, Jura) ;
Fontaine, chef-lieu de canton, commune et village du Pays grenoblois (Arrondissement de Grenoble, Isère) ;
La Fontaine Couverte, hameau (Thonon-les-Bains, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Sur la Fontaine, aussi La Fonteyne au XIXème siècle, anciennement de Fontana, hameau (Abondance, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Fontaines, Fontanes en 1228, commune et village (District du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Fontaines-sur-Grandson, Fontanes en 1011, commune et village (District de Grandson, Vaud) ;
Forêt des bonnes Fontaines (La Heutte, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Fontana Rossa (Verbier, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Trois Fontaines, maisons isolées (Saint-André-sur-Vieux-Jonc, Bresse, Ain) ;
Les Trois Fontaines, trois sources en montagne (Cevins, Combe de Savoie, Savoie) ;
Les Trois Fontaines, In costa des Tribus Fontibus en 1419, ruines en clairière (Oyonnax, Haut-Bugey, Ain) ;
Fontanaz-Seulaz (Gryon, district d´Aigle, Vaud).
Formes patoises issues de fontanna, « fontaine » :
Plan des Fontanes, lieu-dit (Saint-Jean-d´Aulps, Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Fontânes, pâturage (Lourtier, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Fontanna Bion, hameau (Thierrens, district de Moudon, Vaud) ;
Fontanna David, avec un patronyme, alpage (Blonay, district de Vevey, Vaud).

Avec le suffixe de féminisation -esse :
Les Fontanesses, pâturage (Arolla, Evolène, district d´Hérens, Valais).

Avec le suffixe augmentatif ou péjoratif -asse :
Fontanasse, maisons isolées (Evionnaz, district de Saint-Maurice, Valais).

Avec le suffixe augmentatif ou péjoratif -asse et le suffixe diminutif -on :
Fontanasson, lieu-dit (Suchy, district d´Yverdon, Vaud).

Avec le suffixe collectif -aille :
Les Fontenailles, maison isolée (Margencel, Bas-Chablais, Haute-Savoie).

Forme collective :
Fontanezier, Fontanisy en 1403, trois sources, commune et village (District de Grandson, Vaud).

Forme alémanisée au XVème siècle :
Funtani, lieu-dit du vignoble (Loèche, Valais).

Diminutifs issus de l´ancien français fontainele, fontainelle, fontainette, fontainiele, fontainielle, fontanele, fontanelle, fontanette, fontenale, fontenele, fontenette, fontenil, fontenis, etc., « petite fontaine » :

Avec le suffixe -ale, -alle :
Fontanalle, lieu-dit (Lovatens, district de Moudon, Vaud) ;
Les Fontanalles, hameau (Arconciel, district de la Sarine, Fribourg) ;
Fontenale, lieu-dit en forêt (Mex, district de Saint-Maurice, Valais).

Forme patoise :
Fontanalla, hameau (Murist, district de la Broye, Fribourg).

Diminutif avec le suffixe -ette :
Fontanette ou Fontanetta, lieu-dit (Courlevon, district du Lac, Fribourg) ;
La Fontanette, lieu-dit en forêtc(Servoz, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Fontanettes, maisons isolées (Buchillon, district de Morges, Vaud) ;
Les Fontenettes et Les Fontenettes Dessus, alpages (La Brévine, district du Locle, Neuchâtel).

Avec le suffixe diminutif -elle :
Fontanelle, Fontanallé sur la Carte Nationale, lieu-dit (Vallon, district de la Broye, Fribourg) ;
Fontanelle, alpage (Bionaz, vallée d´Aoste) ;
Domaine de Fontanelle, De Fontanellis en 1226, Fontaneles en 1259, Fontanelles en 1334, maison isolée (Ambérieux-en-Dombes, Dombes, Ain) ;
Les Fontanelles, maison isolée (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Pointe des Fontanelles, 3384m (Bionaz et Valtournenche, vallée d´Aoste) ;
Fontenelle, hameau (Villette, Bagnes, district d´Entremont, Valais).

Avec les suffixes diminutifs -il, -ille :
Fontanil, lieu-dit (Morette, Sud du Grésivaudan, Isère) ;
Fontanil-Cornillon, Fontanil au XIVème siècle, commune et village du Pays grenoblois, issue de la réunion en 1818 des anciennes communes de Cornillon-près-Fontanil et de Fontanil (Saint-Egrève, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Le Fontanil, hameau (Vacheresse, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Fontanille, lieu-dit du vignoble (Satigny, Genève) ;
Fontanille, hameau (Courtenay, L´Isle-Crémieu, Isère).

Diminutif avec le suffixe -in :
Fontanin, ruine d´alpage (Allein, vallée d´Aoste).

Avec le suffixe diminutif jurassien -atte :
Les Fontenattes, lieu-dit (Montignez, district de Porrentruy, Jura).

Avec le suffixe -asc :
Fontanasc, hameau (Brusson, vallée d´Aoste).

Noms dérivés du latin vulgaire fontanetum, « emplacement de sources, lieu riche en sources » :
Fontanay, lieu-dit (Monthey, Valais) ;
Fontanet, pâturage (Sarreyer, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Les Fontanets, pâturage (Verbier, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Fontanex, hameau (Marin, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Fontaney, lieu-dit (Corbeyrier, district d´Aigle, Vaud) ;
Fontaney et Tsa de Fontaney, alpages de Nus, nom monté à la Becca de Fontaney, 2972m (Nus et Quart, vallée d´Aoste) ;
Les Fontanis, lieu-dit en forêt au-dessus de la Dranse (Reyvroz, Chablais, Haute-Savoie) ;
Fontanney, hameau (Aigle, Vaud) ;
Fontany, hameau (Vacheresse, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Les Fontanys, alpage (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Fontenais, Fonteneis en 1148, puis Fontanet et Fontenois, commune et village avec de nombreuses sources (District de Porrentruy, Jura).

Noms collectifs dérivés du latin fontanous, « lieu où abondent les sources », probablement tiré d´un adjectif fontaneus, fontanus :
Fontagneu, lieu-dit (Aime, Tarentaise, Savoie) ;
Combe de Fontanieu, vallon, et Col de Fontanieu, 1481m (Saint-Pierre-d´Entremont, Chartreuse, Isère) ;
Les Fontanieux, forêt, et Pas des Fontanieux, passage (Saint-Thibaud-de-Couz, Chartreuse, Savoie) ;
Fontaniou, maison isolée (Termignon, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Les Fontanious, alpage (Pontamafrey-Montpascal, Maurienne, Savoie) ;
Fontanoux, hameau (Echarlens, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Fontanus, maisons isolées (Beaufort-sur-Doron, Beaufortain, Savoie).

Noms issus de l´ablatif ou datif pluriel latin en -ibus :
Les Fontagneux, in Fontanellibus au XVème siècle, hameau (Saint-Etienne-de-Cuines, Maurienne, Savoie) ;
Les Fontaignous, Locus de Fontanilibus en 1496, hameau (Termignon, Haute-Maurienne, Savoie).

Voir aussi Bellefontaine, Bonnefontaine, Fontaine-André, Fontaine des Malades, Fontainemelon, Fontanabran, Fontanivent, Oisonfontaine, Septfontaines.


Fontaine à Moïse
Source, avec le prénom biblique Moïse, hébreu mosheh, « sauvé des eaux », selon l´étymologie populaire.
Fontaine à Moïse, source où l´eau jaillit du rocher (Collonges, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Fontaine à Moïse, source (Salanfe, Evionnaz, district de Saint-Maurice, Valais).

Fontaine-André
Ancienne abbaye de Prémontrés, maintenant à Neuchâtel, sur le site d´une source dédiée à saint André, fontana Andree en 1143, Abbatia Fontis Andree en 1228, plus tard Fons Andree, Fontana Andree, Funtana Andree, Fontanandré, Fontanne Andrez, Fontainne Andrez et Fontainne Andrey.

Fontaine des Malades
Source censée avoir des vertus curatives.
Fontaine des Malades, source (Treffort-Cuisiat, Revermont, Ain) ;
Ruisseau de la Fontaine des Malades, affluent du Rhône (Villes, Michaille, Ain).

Fontaine Jules César
Ancienne source de la commune d´Etrembières (Annemasse, Haute-Savoie), surmontée d´une arcade de pierres formant une grotte.

Fontaine-le-Puits
Commune et village de Tarentaise (Moûtiers, arrondissement d´Albertville, Savoie), Terroir du Puis et de Fontaine en 1575, de Fontaine et d´un dérivé du latin podium, voir Puy, qui serait la graphie correcte [Gros].

Fontainemelon
Commune et village neuchâtelois du district du Val-de-Ruz, Fontainnemelom en 1350, Fontannamillon ou Fontannamillum en 1358, « mille fontaines », en raison de la présence de nombreuses sources jaillissant à cet endroit, ou d´un patronyme Millon selon Jaccard, voir Fontaine.

Fontainemore
Commune et village de la vallée d´Aoste, nom composé de Fontaine et d´un terme terme More pouvant signifier « sombre comme un More », c´est-à-dire une source d´eau de couleur sombre, bien qu´une telle source n´ait pas été identifiée. Une étymologie populaire en fait une « fontaine de mort », et une autre tout aussi invraisemblable une « fontaine de Saint-Maur ».

Fontanabran
Fontanabran, sommet, 2703m, composé de Fontaine, et du patois et vieux français bran, « excrément », ou selon Guex « fontaine d´Abram », voir Bran, et Lac de Fontanabran (Salvan, district de Saint-Maurice, Valais).

Fontanivent
Hameau de la commune de Montreux (District de Vevey, Vaud), peut-être « fontaine au vent ».

Fontaramiel
Hameau de la commune de Lescheroux (Saint-Trivier-de-Courtes, Bresse, Ain), Apud Fontem mellis en 1442, avec le latin mella, « eau miellée, hydromel », Fontaramie au XVIIIème siècle (Carte de Cassini), Fontalamier en 1845, « fontaine à l´eau miellée ».

Fontcouverte
Source ou fontaine couverte, nom latin Fons Coopertus, voir Font.
Fontcouverte-la-Toussuire, Ecclesia de Fonte cooperto en 1184, Parrochia Fontiscoperti en 1244, Parrochia Fontiscooperti en 1270, Fontcouverte jusqu´en 1987, ommune et village (Arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie).

Fonts Crevas
Maisons isolées de la commune de Prez-vers-Noréaz (District de la Sarine, Fribourg), « sources crevées », de Font, et patois creva, « crevé ».

For
Ban du For, lieu-dit en forêt de la commune de Trient (District de Martigny, Valais), où For peut être une apocope de Forêt, ou une forme de Four ou de Four, ou encore le terme juridique for, « juridiction compétente dans une matière déterminée ; franchise, exemption, privilège qu´un souverain concède à une communauté ».

Foradrai
Hameau de la commune de Glovelier, district de Delémont (Jura), peut-être un composé de l´ancien français for, « en dehors », et de Adrai, « adret » [Prongué].

Foralla, Foré, Forel, Forel-sur-Lucens, Forestas,
Forêt, Foretaille, Forey, Foreyre, Forez,
Fory
Forêt, ancien français foreez, forel, forest, foreste, forestier, forez, fories, foriest, « forêt », latin médiéval forestum, foristum, « bois, terrain de chasse réservé à l´usage du seigneur », bas latin foresta silva, « forêt hors de l´enclos, forêt, vaste étendue boisée », de forestare, « bannir, prohiber, mettre dehors », du latin foris, « dehors », ou encore du bas latin [silva] forestis, « [forêt] relevant de la Cour de justice du roi », dérivé du latin classique forum, « forum », puis « tribunal ». Ces noms peuvent désigner non seulement la forêt elle-même, mais aussi une localité voisine de celle-ci.
Français forêt, « vaste étendue couverte d'arbres ; l´ensemble de ces arbres » :
La Forêt, hameau (Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
La Forêt, Forest et Foret en 1596, Lafforest en 1600, forêt (Bôle, district de Boudry, Neuchâtel) ;
La Forêt, La Forest en 1911, Mansus de Foresta en 1279, hameau (Cormoranche-sur-Saône, Bresse, Ain) ;
Forêt de l´Etat, lieu-dit (Champoz, district de Moutier, Jura bernois).

Ancien français forel, « forêt » :
Forel, Fores en 1274, nom actuel attesté en 1300, commune et hameau (District de Lavaux, Vaud) ;
Forel-sur-Lucens, Forest en 1239, Fores en 1342, Forex en 1354, commune et village (District de Moudon, Vaud).

Formes patoises :
Foralla, hameau (Forel, district de Lavaux, Vaud).

Ancien français forest, foreste, « forêt » :
Forestas, lieu-dit (Chens-sur-Léman, Bas-Chablais, Haute-Savoie).

Ancien français forez, « forêt » :
Forez, bois (Chavornay, district d´Orbe, Vaud).

Dérivés avec le suffixe collectif ou péjoratif -aille :
Foretaille, forêt (Pregny-Chambésy, Genève) ;
La Foretaille, forêt (Collex-Bossy, Genève).

Autres dérivés :
Les Forés, forêt déclive (Fang, Chandolin, district de Sierre, Valais) ;
La Forey, clairière (Randogne, district de Sierre, Valais) ;
La Foreyre, alpage (Estavannens, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
La Fory, lieu-dit en forêt (Sembrancher, district d´Entremont, Valais).

Voir aussi Forestal.


Forand
Patronyme Forand, probablement dérivé du latin foris, « hors, dehors », ancien français forain, « étranger ».
Forand, hameau (Ville-la-Grand, Annemasse, Haute-Savoie) ;
Praz de Forand ou Praz-Forand, hameau (Montreux, district de Vevey, Vaud).

Forane
La Forane, maison isolée en clairière de la commune de Champéry (District de Monthey, Valais), probablement « [situé] en dehors », ancien français forain, forin, fouran, « du dehors, étranger ; extérieur », bas latin foranus, « qui dépasse à l´extérieur », du latin foris, « hors, dehors ».

Forca, Forcel, Forchex, Forchiaz, Forchies,
Forchis, Forchy, Forcla, Forclaz, Forcle,
Forcles, Forcletta, Forclette, Fortsey, Fourche,
Fourché, Fourches, Fourchette, Fourchis, Fourchu,
Fourchy, Fourcla, Fourtse, Furka
Petit col en forme de fourche, montagne fourchue, en plaine bifurcation de routes, habitat situé à une bifurcation, français fourche, ancien français forche, furche, « fourche », du latin furca, « fourche, bois fourchu ; instrument de supplice ».
Français fourche, « qui a ou rappelle la forme d´une fourche » :
Grande Fourche, sommet, 3610m, Petite Fourche, sommet, 3470m, et entre les deux le Col des Fourches, 3409m (Argentière, vallée de Chamonix, Haute-Savoie, et Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais).

Avec le suffixe diminutif -ette :
Fourchette, col, 2207m (Brusson, vallée d´Aoste).

Formes patoises valaisannes avec mutation du son [ch] en [ts] :
La Fortsey, maisons isolées (Mollens, district de Sierre, Valais) ;
Fourtse, lieu-dit (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais).

Ancien français fourchee, « croisement, carrefour » :
Le Fourché, lieu-dit en forêt (Courtelary, Jura bernois) ;
Le Fourché, lieu-dit (Vaumarcus, district de Boudry, Neuchâtel).

Dérivés du diminutif latin furcula, « petite fourche » :
Forcel, hameau (Broc, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Grande Forcla et Petite Forcla, alpages (Estavannens, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
La Forcla, alpage, Glacier de la Forcla, Lac de la Forcla et Col de la Forcla, 2612m (Chamoson, district de Conthey, Valais) ;
La Forclaz, Cura de Forcla vers 1344, commune et village de la Vallée d´Aulps (Le Biot, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie) ;
La Forclaz, grand hameau (Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
La Forclaz, maisons isolées, et Col de la Forclaz, 1528m (Trient, district de Martigny, Valais) ;
Combe de la Grande Forclaz, lieu-dit et Passage de la Grande Forclaz, 2311m (Chaîne des Aravis, Haute-Savoie) ;
La Forcle, ferme d´alpage (Lavey-Morcles, district d´Aigle, Vaud) ;
La Forcle, petit col (Zinal, Val d´Anniviers, Valais) ;
Col de Forcle, lieu-dit (Ovronnaz, Leytron, district de Martigny, Valais) ;
Les Forcles, lieu-dit (Verbier, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Fourcla, hameau (Evolène, district d´Hérens, Valais).

Avec le suffixe diminutif -ette :
Les Forclettes, maison isolée (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud).

Avec le suffixe diminutif patois -etta :
Forcletta, col, 2874m, nom allemand Furggilli, et Pointe de la Forcletta, 3076m, nom allemand Hirsihorn (Ayer, Val d´Anniviers, Valais).

Dérivé du diminutif ancien français forchière, « petite fourche » :
La Fourchy, aussi La Forchire en 1906, hameau (Riddes, district de Martigny, Valais).

Dérivés du collectif latin furcetum :
Forchex, Forchez en 1338, hameau (Ollon, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Fourchis, lieu-dit (Montriond, Chablais, Haute-Savoie) ;
Forchy, maison isolée (Mollens, district d´Aubonne, Vaud).

Adjectif fourchu, « qui forme une fourche » :
Le Fourchu, forêt déclive, nom qui rappelle peut-être un arbre fourchu (La Balme-de-Thuy, Bornes, Haute-Savoie).

Forme patoise :
Forchiaz, lieu-dit en forêt (Marnaz, Faucigny, Haute-Savoie).

Forme alémanisée :
Furka, hameau sur le Forkòbach, (Gaby, vallée d´Aoste).

Italien forca, « fourche » :
Ghiacciaio della Forca, glacier (Breuil, Valtournenche, vallée d´Aoste).

De l´adjectif ancien français forchie, « fourchue » :
Les Vies Forchies, « les chemins fourchus », maisons isolées (Montsevelier, district de Delémont, Jura) ;
Les Forchis, ruine (Onnion, Faucigny, Haute-Savoie).

Voir aussi Fourchon, Furcil, Furgay.


Forchat, Forchet, Fourchon
Montagne présentant deux sommets voisins et d´altitudes comparables, du latin furca, « fourche ».
Ancien français forchat, « bâton fourchu » :
Mont Forchat, 1539m, sommet qui forme une fourche avec Très la Paraz, 1513m, et Sous le Forchat, alpage (Lullin, Chablais, Haute-Savoie) ;
Mont Forchet, épaule (Bionnay, Saint-Gervais-les-Bains, Val Montjoie, Haute-Savoie).

Ancien français fourchon, « petite fourche » :
Mont Fourchon, 2902m, qui forme une fourche avec le Pain de Sucre, et Col du Fourchon, 2698m (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais, et Saint-Rhémy-en-Bosses, vallée d´Aoste).


Forchau, Fourchau, Fourchaux, Frochais, Frochaux,
Frochex
Dérivés de l´ancien français fro, froc, froux, froz, etc., « terre inculte », aussi « chemin près de la ville, place communale ».
Plaches Frochais, avec un premier terme non déterminé, peut-être une cacographie de Flaches, lieu-dit (Glovelier, district de Delémont, Jura) ;
Frochaux, Froischaud en 1397, Forchau en 1670, hameau (Cressier, Neuchâtel) ;
Frochex, aussi Froschex en 1906, maison isolée (Syens, district de Moudon, Vaud).
Avec métathèse du r :
La Forchau, au Forchaux en 1906, lieu-dit (Cernier, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Forchaux, hameau (Treyvaux, district de la Sarine, Fribourg) ;
La Fourchau et Haute Fourchau, Forchaut en 1345, forêts déclives (Boveresse, district du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
La Fourchaux, maison isolée (Saint-Imier, district de Courtelary, Jura bernois).


Forches, Fourches
Fourches patibulaires : endroit en général élevé où l´on exposait les corps de ceux qui avaient été pendus. Du latin furca, « fourche », qui signifie aussi « fourche patibulaire, gibet, potence ».
Les Fourches, colline (Cugy, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Fourches, lieu-dit où se dressait un gibet détruit à la Révolution (Lullier, commune de Jussy, Genève) ;
Champ des Fourches, lieu-dit (Villorsonnens, district de la Glâne, Fribourg).
Ancien français forche, « fourche » :
Les Forches, lieu-dit (Saint-Pierre-en-Faucigny, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Bois des Forches, petite forêt (Peillonnex, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Plan des Forches, hameau (Bellentre, Tarentaise, Savoie).


Forens
Hameau de la commune de Chézery-Forens (Pays de Gex, Ain), in cumba Forensi en 1146, Forans en 1670, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Fôringos, « chez les Fôringi », dérivé du nom propre Fôra, « celui qui part en guerre » [Perrenot].

Forestal, Forestallaz, Forestel, Forétallaz, Forétalle,
Forétella
Petite forêt, diminutifs ancien français forestal, forestel, forestelle, du latin médiéval forestella, voir l´étymologie de Forel.
Derrière Forestal et Devant Forestal, lieux-dits (Avusy, Genève) ;
La Forestallaz, lieu-dit (Blonay, district de Vevey, Vaud) ;
Forestel, lieu-dit (Forel, Vernay, district de la Broye, Fribourg) ;
La Forétallaz, lieu-dit, petite forêt (Céligny, Genève) ;
Les Forétalles ou Forêtalles (Saint-Blaise, Neuchâtel) ;
Forétella, lieu-dit (Boussens, district de Cossonay, Vaud).

Forestay
Adjectif vieux français forestai, « forestier, entouré de bois, dans les bois », voir l´étymologie de Forel.
Le Forestay, La Ruvina en 1341, cours d´eau affluent du lac Léman (District de Lavaux, Vaud).

Forestier
Chex le Forestier, maison isolée en clairière de la commune des Pommerats (District des Franches-Montagnes, Jura), nom de métier.

Forgnon, Forgnons, Forna, Fornail, Forneire,
Fornel, Fornés, Fornet, Forney, Forneyra,
Forniri, Fornis, Fornolles, Forny, Fornys,
Fort Lambert, Four, Fournées, Fournieux, Fournis,
Fournoutse, Fours
Lieu où se trouvait un four, souvent un four à chaux ou à minerai, ou un four à fabriquer le charbon de bois, ou aussi des bas fourneaux, ou un endroit particulièrement chaud et ensoleillé, ou encore un endroit où l´on pratiquait l´écobuage. Patois forni, « four », ancien français forn, fornel, forniere, fournel, fourniere, « four », fornage, fornaige, « four, fournaise », fornais, fornaz, forneys, « fournaise », latin fornax, « four, fourneau », fornus, « four à pain ».
Certains de ces noms sont aussi des patronymes, voir Forneret.
Français four, « ouvrage de maçonnerie voûté, comportant une ouverture à l´avant, dans lequel on fait cuire le pain, la pâtisserie, etc » :
Four, Fornis villa au IXème siècle, Forn et Fors au XIIème siècle, Fours sans date, commune et village (La Verpillière, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère) ;
Le Four, hameau (Leytron, district de Martigny, Valais) ;
Le Four, pâturage encaissé et exposé plein sud (Arbaz, district de Sion, Valais) ;
Four Chaisel, lieu-dit, avec un patronyme (Prémillieu, Bugey, Ain) ;
Sur le Four, maison isolée (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais) ;
Bois du Four, lieu-dit en forêt, ancien four à charbon de bois (Boudry, Neuchâtel) ;
Les Fours, pâturage, Gouille des Fours, étang, Torrent des Fours, affluent de la Sallanches et Cascade des Fours (Sallanches, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Fours, lieu-dit (Torgon, Vionnaz, district de Monthey, Valais) ;
Plan des Fours, pâturage, nom monté à la Tête Nord des Fours, 2757m, à la Tête Sud des Fours, 2716m, et au Col des Fours, 2665m (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie, et Vallée des Glaciers, Les Chapieux, Savoie) ;
Fours de la Baume, lieu-dit (Cronay, district d´Yverdon, Vaud).

Français four à chaux, « grand four à cuire la chaux », voir aussi Chaufour et Raffour :
Le Four à Chaux, maison isolée (Cruseilles, Genevois, Haute-Savoie) ;
Le Four à Chaux, maison isolée (Miribel, Dombes, Ain) ;
Le Four à Chaux, maisons isolées (Saint-Trivier-de-Courtes, Bresse, Ain).

Ancien français fornel, « four » :
Le Fornel, deux alpages (Le Pâquier, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel).

Ancien français forn, fornet, fournet, « fourneau, poêle », aussi par les patronymes Fornet, Forney :
Essert Forna, forêt (Villars-le-Comte, district de Moudon, Vaud) ;
Les Fornés, forêt déclive (Mervelier, district de Delémont, Jura) ;
Le Fornet ou Le Fournet (Bauges, Savoie) ;
Fornet Dessus, Fornals et Fornaz en 1181, hameau (Lajoux, district des Franches-Montagnes, Jura), et Fornet Dessous, hameau voisin (Châtelat, district de Moutier, Jura bernois) ;
Pointe du Fornet, 3066m (Vallée de la Thuile, vallée d´Aoste) ;
Crâ Forney (Le Glèbe, district de la Sarine, Fribourg) ;
Les Fournées, lieu-dit (Ballaison, Bas-Chablais, Haute-Savoie).

Patois forni, « four » :
Les Gros Fornis et Les Petits Fornis, maisons isolées (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Forny, aussi Fornex, hameau (Liddes, district d´Entremont, Valais) ;
Les Fornys, probablement par un patronyme Forny, maison isolée (Ursy, district de la Glâne, Fribourg) ;
Les Fournis, lieu-dit en forêt (Saint-Eustache, Annecy, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif ou péjoratif -ail :
Fornail, hameau (Quart, vallée d´Aoste).

Avec le suffixe collectif -eire, ancien français forniere, « four » :
La Forneire, faubourg (Lovatens, district de Moudon, Vaud).

Avec le suffixe diminutif -olle :
Torrent Fornolles, affluent de l´Evançon (Brusson, vallée d´Aoste).

Formes patoises :
Forneyra, hameau (Chavanod, Annecy, Haute-Savoie) ;
Forniri, alpage (Anzère, Ayent, district d´Hérens, Valais).

Par confusion entre Four et Fort, les deux se disant fouâ en patois [Aebischer] :
Fort Lambert, hameau, avec un patronyme Lambert (Vuisternens-devant-Romont, district de la Glâne, Fribourg).

Avec les suffixes d´abondance -eux, -oux :
Le Fournieux, Fournieu en 1662, hameau (Chaleins, Dombes, Ain) ;
Fournoutse, Fournoutz en 1906, alpage, et Chaux de Fournoutse, pâturage, tous deux appartenant à la commune de Bovernier (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais).

Peut-être de même origine, ou d´un patronyme Forgnon, forme francisée de Forgnone :
Forgnon, maison isolée, et Chaux de Forgnon, pâturage (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais) ;
Forgnon, maison isolée en clairière (Pontey, vallée d´Aoste) ;
Les Forgnons, lieu-dit (Fionnay, Bagnes, district d´Entremont, Valais).

Voir aussi Chaufour, Raffor.


Formangueires, Fromental, Fromentau, Fromentaux, Fromentes,
Fromentey, Fromentière, Fromentières
Lieu où l´on peut cultiver le froment (blé), vieux français fromentière, terre fromentale, « terre qui produit du froment », ancien français formantee, fromentee, « terre à froment », du latin frumentum, « céréales, grain, blé ». Aussi : mot régional de Savoie fromentouse, « sarrasin ».
Fromentes, dominus Fromentarum en 1383, hameau (Neuville-sur-Ain, Bresse, Ain).
Noms issus de l´adjectif ancien français formentaul, formentel, formentelle, fourmental, fromental, fromentel, frumental, « relatif au froment », dans les expressions terre formentaul, terres formentelles :
Fromental, hameau (Chevroux, Bresse, Ain) ;
Fromentau, lieu-dit (Crans-près-Céligny, district de Nyon, Vaud) ;
Fromentaux, Ou Fromentaz et En Fromentalles en 1344, Fromentalia en 1439, ancien lieu-dit (Replonges, Bresse, Ain) ;
Fromentey, maison isolée (Sâles, district de la Gruyère, Fribourg).

Noms collectifs formés avec les suffixes -eire, -ière, ancien français fromentiere, fourmentiere, « marché au blé », du latin médiéval frumentaria, « fromentière », adjectif latin frumentarius, « qui concerne le blé, riche en blé » :
Formangueires, Villa Fromondeiri, Fromendeire en 1294, Fromenderie en 1363, Fromendeyri en 1431, Fromendery en 1445 [Aebischer], hameau, ancienne commune (La Sonnaz, district de la Sarine, Fribourg) ;
La Fromentière, maison isolée, peut-être par féminisation d´un patronyme Fromentier, nom de métier (Le Reposoir, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Les Fromentières, hameau (Villarembert, Maurienne, Savoie).


Formans
Le Formans, cours d´eau affluent de la Saône (Ain), aqua Folmoda vers 980, devenu au cas oblique Rivus de Formoan en 1264, et Formans en 1300.

Formaz
La Formaz, lieu-dit de Sixt (Faucigny, Haute-Savoie), patronyme Formaz, nom de métier, « fromager », vieux français fourme, « fromage », du latin forma, « forme ».

Fornache, Fornaches, Fournache, Fournaches
Endroit où l´on pratique le fournachage ou écobuage, qui consiste à enlever les mottes et à les brûler en tas, pour fertiliser ensuite le sol avec les cendres ; selon Gros, ces termes désignent des fours, en particulier des fours à chaux. Ancien français fornais, fornaz, forneys, « fournaise », du latin médiéval furnus, latin fornax « four ».
La Fornache, chemin (Villars-Sainte-Croix, district de Morges, Vaud) ;
Les Fornaches, habitat dispersé d´alpage (Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
La Fournache, ad Fornachiam seu in molario Fornachie en 1457, hameau (Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie) ;
Les Fournaches, lieu-dit (Arandas, Bugey, Ain) ;
Les Fornaches, lieu-dit (Les Adrets, Belledonne, Isère).

Forneret, Fornet, Fornets, Fornières, Fournets,
Fourniers
Patronymes Forneret, Fornet, Fornier, Fournet, Fournier, d´un nom de métier, patois romand fornâ, vieux français fornier, fournier, « boulanger chargé de l´exploitation du four », plus souvent « chaufournier, responsable du four à chaux », ancien français fornerat, fournerat, « celui qui cuit au four », forneron, fourneron, « garçon boulanger », fornier, fournier, furnier, « celui qui tient un four banal, boulanger, pâtissier »,
Forneret, maison isolée (Forel, district de Lavaux, Vaud) ;
Pointe Fornet, sommet, 2214m (Mex et Vérossaz, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Les Fornets, Prés des Fornets et Sur les Fornets, lieux-dits (Marchissy, district d´Aubonne, Vaud) ;
Pointe des Fornets, sommet, 2298m (Champéry, district de Monthey, Valais, et Haute-Savoie) ;
Les Fornières, par féminisation de Fornier, ruines (Argentine, Basse-Maurienne, Savoie) ;
Les Fournets, lieu-dit (La Léchère, Tarentaise, Savoie) ;
Les Fourniers, maison isolée (Saint-Jean-de-Couz, vallée du Guiers, Savoie).

Foron, Furans
Mot régional foron, « torrent » [Pégorier]. Nom de nombreux cours d´eau de Haute-Savoie, dont l´origine est incertaine. Pour Jaccard, il faut y voir un *Soron, avec une mutation de F en S courante en Savoie, qu´il rattache à la même origine gauloise que Sarine, etc., cf. La Serine, Sorona en 1259. Pour Taverdet [Un tabou étymologique : le [f] en gaulois, HIERONYMUS I (2007), 5-11], cette mutation remonterait à la romanisation de noms gaulois, et les noms de cours d´eau Foron, Furans seraient de même origine que Séran, Suran, etc.
Le Foron, Ferons en 1269, cours d´eau affluent de l´Arve (Genève et Haute-Savoie) ;
Le Foron, cours d´eau affluent du Léman (Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Le Foron, cours d´eau affluent du Giffre, et Le Foron d´en Bas, hameau, Foron du Milieu et Foron d´en Haut, alpages, nom monté au Col de Foron, 1832m (La Côte d´Arbroz, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Grand Foron et Le Petit Foron, dont le confluent forme le Foron du Reposoir, cours d´eau affluent de l´Arve (Le Reposoir et Scionzier, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Furans, Aqua mater de Furans en 1290, Aqua de Furan en 1399, Le Furans en 1844, Le Furens en 1887, cours d´eau affluent du Rhône (Bugey, Ain) ;
Furans, hameau sur le Furans (Brens, Bugey, Ain).

Forteresse
Français forteresse, « lieu fortifié pour résister aux attaques d'un ennemi ».
Francisation du franco-provençal fortalessa, fortaressa, « forteresse » :
La Forteresse, capella Fortaressa au XIème siècle, Fortaretia au XIIème siècle, Fortarescia au XIVème siècle, domus fortis de Fortaressia au XVème siècle, Fortallicium sans date, commune et village de la Bièvre (Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs, arrondissement de Grenoble, Isère).

Par métaphore :
La Forteresse, un des sommets des Dents du Midi, 3164m (Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais) ;
La Forteresse, sommet, 2442m (Epierre, Basse-Maurienne, Savoie).


Fortin
Mont Fortin, 2758m (Vallon de la Lex Blanche, Val Vény, vallée d´Aoste), peut-être par métaphore, mais probablement du patronyme Fortin.

Fort l´Ecluse
Fort au-dessus du Rhône, contrôlant la cluse située entre le Jura et le Vuache (Léaz, Pays de Gex, Ain), anciennement castrum de Clusa en 1277, Clusa de Gaio (i. e. Gex) en 1286, La Cluse de Gaz en 1292, Domus fortis de Clusa de Gaio en 1305, Fort-de-la-Cluse au XVIIIème siècle, le nom actuel provenant d´une provection.

Forts
Peut-être par métaphore, français fort, « endroit fortifié », latin fortis, « fort, robuste ».
Les Forts, rochers près de Chanrion (Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Les Forts de Platé, lapiaz (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Hauts Forts, sommet, 2466m (Vallée de la Manche, Morzine, Chablais, Haute-Savoie).

Fortuna, Fortune, Fortunoz
Toponyme rappelant un évènement heureux : héritage, bonne acquisition, terre de bon rapport, etc.
La Fortuna, clairière (Nax, district d´Hérens, Valais) ;
Fortune, lieu-dit dans les vignes (Saxon, district de Martigny, Valais) ;
La Fortune, hameau, et Bois de la Fortune, forêt (Villorsonnens, district de la Glâne, Fribourg) ;
La Fortune, hameau (Allinges, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Fortunoz, aussi Fortunau, et Fortunaux, Fortuno en 1906, hameau (Ayent, district d´Hérens, Valais).

Forvey
Lieu-dit de la commune de Romanel-sur-Morges (District de Morges, Vaud), pourrait venir de l´ancien français forsveisé, « éloigné », apparenté au verbe forveer, « se fourvoyer ».

Fosseret
Hameau de la commune de Morgex (Vallée d´Aoste), patronyme Fosseret attesté dans la région, nom de métier, probablement de l´ancien français fosserier, « laboureur ».

Fou, Fous
Aiguille du Fou, 3501m, nom donné par le guide Michel Servioz, qui pensait que le premier qui en ferait l´ascension ne pourrait être qu´un fou (ce furent E. Fontaine, Jean et Joseph Ravanel en 1901). Nom descendu au Col du Fou, 3365m. (Aiguilles de Chamonix, massif du Mont-Blanc, Haute-Savoie) ;
Tour des Fous, sommet, 2579m, nommé ainsi probablement pour la même raison (Saint-Rhémy-en-Bosses, vallée d´Aoste).

Fouages
Les Fouages, lieu-dit de la commune de Saint-Alban-des-Villards (Vallée des Villards, Maurienne, Savoie). Le fouage était le droit de ramasser du bois de chauffage, variante de affouage, voir Affouages.

Fougentets
Gros Fougentets et Petits Fougentets, maisons isolées de la commune de Vaulion (District d´Orbe, Vaud), peut-être du verbe fouger, « déraciner des plantes, des fougères », pour un sanglier, mot dérivé de fougère.

Fougueux
Hameau de la commune de Perrignier (La Côte en Chablais, Haute-Savoie), d´un patronyme ou sobriquet Fougueux.

Fouine
Mammifère de la famille des Mustélidés, nom latin Martus foina, dont le nom, en ancien français faïne, foïne, vient du latin populaire mustela *fagina, « martre des hêtres », du latin fagus, « hêtre », le nom actuel ayant subi l´influence du vieux français fou, « hêtre ».
Pare à la Fouine, lieu-dit (Villeneuve, district d´Aigle, Vaud).

Foulaverna
Maisons isolées de la commune de Bussy-sur-Moudon (District de Moudon, Vaud), Foulaverney en 1906, « foule à Verney », avec un patronyme Verney [Jaccard].

Foullemagne
Alpage de la Vallée d´Aoste, nom composé d´un premier terme probablement issu du bas latin folia, voir Foully, avec un suffixe -magne, « grande », qui désignerait une grande forêt de feuillus.

Founex
Commune et village vaudois du district de Nyon, Fosnai en 1224, Founai en 1251, Fonay en 1295, nom de domaine d´origine gallo-romaine *Fus[i]niacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Fusinius. Cf. l´ancienne abbaye cistercienne Fusniacum, aujourd'hui Foigny (Aisne, France).

Four-à-Chaux
Montée du Four-à-Chaux, emplacement d´un ancien four à chaux ou à briques (Saint-Jean-le-Vieux, Haut-Bugey, Ain).

Fourgon
Maisons isolées de la commune de Sédeilles (District de Payerne, Vaud), ancien français fourgon, « tige de métal servant à disposer les braises », du latin vulgaire *furico, « instrument pour fouiller », peut-être ici un patronyme.

Fourmi, Fourmic, Fourmis, Fremies, Fremy,
Frumic
Fourmi, insecte hyménoptère, patois romand fremi, patois valaisan fourmic, ancien français formi, formigue, formique, formy, fourmi, fremi, fremy, furmi, du latin vulgaire *formicus, latin formica.
La Fourmi, hameau (Puidoux, district de Lavaux, Vaud) ;
Forêt de la Fourmic (Saint-Martin, district d´Hérens, Valais) ;
Teppe des Fourmis, lieu-dit (Fourneaux, Maurienne, Savoie) ;
Frumic, lieu-dit dans la forêt de la Fourmic, probablement de même sens (Saint-Martin, district d´Hérens, Valais).
Probablement par un patronyme Fremy, surnom d´une personne de petite taille :
Fremies, hameau (Saint-Vincent, vallée d´Aoste) ;
Fremy, lieu-dit (Duillier, district de Nyon, Vaud) ;
La Fremy, maisons isolées (Saint-Gingolph, district de Monthey, Valais).


Fourmière, Fourmilières, Fourmillières
Sans doute un endroit où les fourmis abondent. Ancien français formiere, fromiere, frommiere, latin *formicaria, de formica, « fourmi ».
Les Fourmilières, lieu-dit (Ferreyres, district de Cossonay, Vaud) ;
Les Fourmillières, forêt déclive (Lignerolle, district d´Orbe, Vaud).
Ancien français fourmiere, « fourmilière » :
Fourmière, alpage (Sarre, vallée d´Aoste).


Fourneaux
Du vieux français fornel, fournel, latin furnellus, diminutif de furnus, « four ».
Fourneaux, Apud Fornellos en 1325, Curatus Fornellorum au XIVème siècle, Village des Fourneaulx en 1590, dont le nom vient de la présence d´un haut fourneau dès le XVIIème siècle, commune et village, et Forêt de Fourneaux (Modane, Maurienne, Savoie) ;
Les Fourneaux, lieu-dit, peut-être un endroit où l´on faisait du charbon de bois (Les Verrières, district du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
Combe des Fourneaux, vallon en forêt (Hermillon, Maurienne, Savoie) ;
La Combe des Fourneaux, lieu-dit (Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie) ;
Cras des Fourneaux, lieu-dit (Develier, district de Delémont, Jura) ;
Sur les Fourneaux, maisons isolées (Abondance, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Les Trois Fourneaux, hameau (Valeins, Dombes, Ain) ;
Les Vieux Fourneaux, lieu-dit en forêt (Epierre, Basse-Maurienne, Savoie).

Fournieux
Hameau de la commune de Montailleur (Grésy-sur-Isère, Combe de Savoie), Fourviex en 1677, Fourvieux en 1784, de furnus, « four », ou bien forum, « bourg », et vetus, « vieux » [Gros].

Fourquevaux
Hameau et château de la commune de Trévoux (Dombes, Ain), Forquevaux en 1567, nom donné par François de Reverdi, seigneur de Fourquevaux, dans le Toulousain (aujourd´hui en Haute-Garonne), au château qu´il avait reçu en fief de Charles de Bourbon, seigneur de Dombes. Le nom Fourquevaux signifie « vallée fourchue », du latin furca, « fourche », et vallis, « vallée ».

Fra
Fra et Or de Fra, alpages d´Avise, nom monté à la Tête des Fra ou Testa dei Fra, Testa de Fra, Tête d´Eifra, Testa d´Eifra, 2818m (Avise et La Salle, vallée d´Aoste), avec fra, « frère », surtout au sens religieux probablement par remotivation.

Frace, Fracette, Fragna, Fragnière, Fragnire,
Fragnolet, Frais, Franay, Frâne, Frané,
Franelet, Franex, Franey, Franiecs, Franier,
Franière, Frano, Franois, Franoz, Frasne,
Frasnée, Frasnois, Frasse, Frassenaye, Frasses,
Frasset, Frassettaz, Frassette, Frassettes, Frassies,
Frassillet, Frassiney, Frassis, Frécheux, Fregnire,
Fregnolay, Fregny, Frégny, Frénay, Frênay,
Frêne, Frênes, Frênet, Freney, Fréney,
Frêney, Fréneys, Frenière, Frénière, Frénois,
Frênois, Fresnay, Fresne, Fresney
Frêne (Fraxinus excelsior), arbre forestier de la famille des Oléacées, à feuilles composées, dont le bois clair et fibreux est très utilisé en menuiserie, du latin fraxinus, « frêne », qui serait un diminutif d´un plus ancien fraxus, avec le dérivé fraxia, et l´adjectif latin fraxineus, « de frêne ».
Français frêne :
Le Frêne, hameau (Bellevaux, Chablais, Haute-Savoie) ;
Jeur du Frêne, lieu-dit en forêt (Savièse, district de Sion, Valais) ;
Les Frênes, hameau (Serraval, Bornes, Haute-Savoie).

Ancien français frasne, « frêne » :
Le Frâne, lieu-dit (Lens, district de Sierre, Valais) ;
Frasne, fiscum Frascinum en 953, ville et commune (Levier, département du Doubs) ;
Frasne-lès-Meulières, commune et village (Montmirey-le-Château, arrondissement de Dole, Jura).

Ancien français fresne, « frêne » :
Saint-Martin-du-Fresne, Sanctus Martinus de Fraxino en 1144, Sanctus Martinus del Fraino en 1234, Villa Beati Martini del Fresno, Villa Beati Martini du Fraisne en 1270, Saint Martin du Fresno en 1394, canton, commune et village du Haut-Bugey (Arrondissement de Nantua, Ain).

Patois fraino, fragno, franio, fréno, ancien français fraigne, fregne, « frêne » :
Le Fragna, maison isolée (Villard-sur-Doron, Beaufortain, Savoie) ;
Le Frano, maison isolée (Montricher, district de Cossonay, Vaud) ;
Chemin du Franoz (Bercher, district d´Echallens, Vaud).

Avec les suffixes collectifs se rapportant à la flore -ay, -et :
Le Fragnolet, maison isolée (Enney, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Le Fregnolay, village (Lourtier, Bagnes, district d´Entremont, Valais).

Du vieux français fraisse, frasse, « frêne », ancien français fraisseau, « variété de frêne », roman fraisse, frayshe, latin fracia, fraxea, frascia, frassia, « frêne » ; certains de ces toponymes peuvent désigner des défrichements, voir Frasse :
Bois de la Frace, forêt (Féternes, Chablais, Haute-Savoie) ;
Le Frais, maisons isolées en clairière (Villard-sur-Doron, Beaufortain, Savoie) ;
La Fraissière, maisons isolées (Saint-André-sur-Vieux-Jonc, Bresse, Ain) ;
La Frasse, de Fracia en 1517, forêt déclive (Saint-Alban-des-Villards, vallée des Villards, Maurienne, Savoie) ;
La Frasse, hameau et ancienne commune de l´arrondissement de Bonneville, rattachée à la commune d´Arâches en 1973 pour former la commune d´Arâches-la-Frasse (Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Frasse, hameau (Nancy-sur-Cluses, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Frasse aux Femmes, forêt déclive (Saint-Jean-de-Sixt, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
En la Frasse, Frassy en 1357 (L´Isle, district de Cossonay, Vaud) ;
Frasses, Fraces et Frasces en 1142, hosp. S. Marie in Frescin en 1225, hosp. de Frescein en 1228, commune et village (District de la Broye, Fribourg) ;
Frasses, nom allemand Fräschels, Fraschels et Freschens en 1276, Freschols en 1302, commune et village (District du Lac, Fribourg) ;
Les Frasses, La Fracy aloz en 1208, Cura de Fracia vers 1344, ancienne commune et village (Alby-sur-Chéran, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie) ;
Les Frasses, Decima Fraschiarum en 1195, In Fraciis de Morbez en 1242, hameau (Notre-Dame-de-Bellecombe, Val d´Arly, Savoie) ;
Les Frasses, village (Salins-les-Thermes, Tarentaise, Savoie) ;
Marais des Grandes Frasses, Les Fraisses en 1345, bas-marais (Le Grand-Abergement, Valromey, Ain).

Avec le suffixe collectif se rapportant à la flore -aye :
Frassenaye, alpage (Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais).

Avec le double suffixe diminutif -illet :
Le Frassillet, maison isolée (Cerniat, district de la Gruyère, Fribourg).

Noms collectifs dérivés du vieux français fraisse, frasse, avec les suffixes collectifs se rapportant à la flore -et, -ette, -ies, -is, « bois de frênes, frênaie » :
Fracette, lieu-dit (Torgon, Vionnaz, district de Monthey, Valais) ;
Frasset, forêt (Hermenches, district de Moudon, Vaud) ;
La Frassettaz, maisons isolées (Manigod, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Frassette (Vionnaz, district de Monthey, Valais) ;
Les Frassettes, maison isolée en clairière (Les Villards-sur-Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
Les Frassies, maison isolée en clairière (Praz-sur-Arly, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Frassis, lieu-dit (Villeneuve, district d´Aigle, Vaud).

Avec le suffixe -eux :
Les Frécheux, lieu-dit en forêt (Le Noirmont, district des Franches-Montagnes, Jura).

Noms collectifs dérivés de l´ancien français fragnee, fraigne, fraignee, franoi, frasnoi, fregnee, fresnaie, fresnee, fresnoi, « frênaie », avec les suffixes collectifs se rapportant à la flore -ay, -et, -ex, -ey, -ois, -y ou -é, -ée, du latin fraxineta, pluriel pris pour un féminin du neutre latin fraxinetum, « lieu planté de frênes, frênaie » :
Franay, lieu-dit (Bière, district d´Aubonne, Vaud) ;
Le Frané, lieu-dit (Mannens, Montagny, district de la Broye, Fribourg) ;
Franelet, lieu-dit (Berolle, district d´Aubonne, Vaud) ;
Franex, Frasnei en 1242, Frasnaj en 1243, franey en 1343, Frane en 1665, Franex en 1668, hameau et ancienne commune (Murist, district de la Broye, Fribourg) ;
Franey, lieu-dit (Mézières, district d´Oron, Vaud) ;
Franey, commune et village (Audeux, Doubs) ;
Franois, commune et village (Audeux, Doubs) ;
La Frasnée, commune et village (Clairvaux-les-Lacs, arrondissement de Lons-le-Saunier, Jura) ;
Le Frasnois, commune et village (Clairvaux-les-Lacs, arrondissement de Lons-le-Saunier, Jura) ;
Frassiney, hameau (Rhêmes-Saint-Georges, vallée d´Aoste) ;
Le Fregny, de Freygneto en 1532, anciennement Frégney, Freigny, hameau (Jarrier, Maurienne, Savoie) ;
Le Frégny, hameau (Albiez-Montrond, Maurienne, Savoie) ;
Frénay, hameau (Alex, Bornes, Haute-Savoie) ;
Le Frênay, hameau en clairière (La Forclaz, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Le Frênet, maison isolée (Curienne, Bauges, Savoie) ;
Le Freney, Rivus Fraxineti en 1190, Freysnet vers 1350, Frenoy en 1407, Frenetum en 1499, Le Frenay en 1935, commune et village de la Maurienne (Modane, arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie) ;
Le Freney-d´Oisans, ecclesai S. Aeigii in Fraxeneto au XIème siècle, commune et village de l´Oisans (Le Bourg-d´Oisans, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Fréney, lieu-dit en forêt (Vernayaz, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Les Fréneys, maison isolée en clairière (Massongex, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Le Frêney, maisons isolées (Flumet, Val d´Arly, Savoie) ;
Frénois, maison isolée (Undervelier, district de Delémont, Jura), et Côte de Frénois, forêt déclive (Bassecourt, district de Delémont, Jura) ;
Le Frênois d´en Bas, maison isolée, Le Frênois d´en Haut, maison isolée, et Le Frênois du Milieu, ruine (Saint-Claude, département du Jura) ;
Granges du Fresnay, maisons isolées en clairière (Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
Le Fresney, hameau (Châtillon-sur-Cluses, Faucigny, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif patois valaisan -ec :
Forêt des Franiecs, forêt déclive (Chandolin, Val d´Anniviers, Valais).

Noms collectifs dérivés avec les suffixes collectifs -ier, -ière, -ire, du latin fraxinaria, pluriel pris pour un féminin du neutre latin fraxinarium, « bois de frênes, frênaie » :
La Fragnière, quartier (Haute-Nendaz, district de Conthey, Valais) ;
La Fragnire, forêt (Hauteville, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Le Franier, maison isolée (Sainte-Foy-Tarentaise, Savoie) ;
Franière, maisons isolées (Rossinière, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
La Fregnire, maison isolée (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Frenières, Fregnière en 1764, hameau (Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
La Frénière, Freynaria en 1344, Apud la Freygnière en 1356, hameau (La Motte-en-Bauges, Savoie).

Voir aussi Balafrasse, Fernasse, Frâche, Frasserands, Frasseville, Longefrasse.


Frâche, Fracherets, Fraches, Frachet, Frachette,
Frâchette, Frachey, Frachiez, Frachy, Fragits,
Frasse, Frasses, Frassot, Fratchi, Fratsay,
Fratses, Fratset, Fratsi, Fréchaux, Frèche
1. Cassure, brèche, couloir d´éboulis. Patois frache, « cassure », du latin fractus, « brisé ».
2. Coupe de bois, défrichement, même origine, que l´on retrouve dans l´anthroponyme Fracheboud, anciennement Frachibos, Frachiboz, avec bos, boz, « bois ». Mot régional frache, « broussailles le long des torrents » [Pégorier], patois savoyard fraçhi, « couper [des arbres] à ras de terre » [Constantin].
Frasse Bluffy, maisons isolées en clairière (Les Villards-sur-Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
Frasse Longue, clairière (Le Grand-Bornand, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Plaine Frasse, maisons isolées en clairière (Les Villards-sur-Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
Les Frasses, clairière (Saint-Jean-de-Sixt, Bornes-Aravis, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif -ot :
Le Frassot, maisons isolées en clairière (Les Villards-sur-Thônes, Bornes, Haute-Savoie).

3. Frêne, frênaie, roman frayshe, latin fracia, fraxea, frascia, frassia, « frêne », voir Frasse.

Les noms suivants répondent à l´une ou l´autre de ces définitions :
La Frâche, maisons isolées en clairière (Champéry, district de Monthey, Valais) ;
Les Fraches, lieu-dit, et Ruisseau des Fraches (Chichilianne, Trièves, Isère) ;
Bois des Fraches, forêt (Cevins, Combe de Savoie, Savoie) ;
Cime des Fraches, 1942m (Chamrousse, Belledonne, Isère) ;
Grandes Fraches, lieu-dit (Saint-Maurice-l´Exil, Pays viennois, Isère) ;
En la Fraches, lieu-dit (Lavey-Morcles, district d´Aigle, Vaud) ;
La Frèche, ruines, nom monté au Col de la Frèche, 2183m, et à la Pointe de la Frèche, 2268m (Saint-Rémy-de-Maurienne, Basse-Maurienne, Savoie).

Avec les suffixes collectifs se rapportant à la flore -ay, -et, -ette, -ey, -ez et -i :
Les Frachets, maisons isolées (Mont-Saxonnex, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Frachette, maison isolée (Praz-sur-Arly, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Frâchette, alpage (Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais) ;
Frachey, hameau, peut aussi être un patronyme (Ayas, vallée d´Aoste) ;
Le Frachey, maison isolée (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Au Frachiez, lieu-dit (Lavey-Morcles, district d´Aigle, Vaud) ;
Le Frachy, forêt (Cerniat, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Le Fratchi, alpage (Bex, district d´Aigle, Vaud).

Formes patoises valaisannes avec mutation du son [ch] en [ts] :
Fratsay, forêt, et Couloir de Fratsay, lieu-dit (Champex, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
Les Fratses, hameau (Martigny-Combe, district de Martigny, Valais) ;
Forêt du Fratset, Six du Fratset, rochers (Liddes, district d´Entremont, Valais) ;
Fratsi, petit sommet, 1765m (Tanay, Vouvry, et Port-Valais, district de Monthey, Valais).

Avec le suffixe -aux :
Fréchaux, forêt (Gimel, district d´Aubonne, Vaud).

Avec le suffixe collectif se rapportant à la flore -et, probablement d´un latin *fraxeretum, « lieu planté de frênes » :
Les Fracherets, lieu-dit (Gryon, district d´Aigle, Vaud).

Peut-être de même origine :
Pointe des Fragits, 1768m (Seytroux, vallée de la Dranse, Haute-Savoie).

Voir aussi Planafrâche.


Fraîche Fontaine
Français fraîche, ancien français fresche, féminin de freis, frois, du francique *frisk, « frais », en parlant de la température.
Fraîche Fontaine, maison isolée (Ecublens, district de la Glâne, Fribourg) ;
Fraîche Fontaine, source (Romont, district de Courtelary, Jura bernois).

Fraichère
Nom dérivé du français fraîche, ancien français fresche, féminin de freis, frois, francique *frisk, « frais », avec le suffixe -ère, désignant un lieu frais ou une source d´eau fraîche.
Plan de la Fraichère, alpage (Valloire, Maurienne, Savoie).

Fraidaigue, Freidaigue
Du latin frigida aqua, « eau froide », voir Fraide, et le suffixe -aigue.
Fraidaigue, lieu-dit (Saint-Prex, district de Morges, Vaud) ;
Freidaigue, Frigida aqua en 1468, Freydegue en 1563, hameau (Bény, Bresse, Ain).

Fraide, Frei, Freida, Freyty, Friand,
Frioland, Frioud, Froid, Froidan, Froide,
Froides, Froidets, Froidière, Froids, Fry
Français froid, du latin frigidus, même sens.
Français froid, froide :
Froid Lieu, quartier (Thonon-les-Bains, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Froide Combe, lieu-dit en forêt (Corgémont, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Froide Fontaine, maison isolée (Pomy, district d´Yverdon, Vaud) ;
La Fontaine Froide, lieu-dit (Megève, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Fontaine Froide ou Fontanna frèda, source (Vallorcine, vallée de l´Eau Noire, Haute-Savoie) ;
Les Fontaines Froides, sources captées (Vallée de la Manche, Morzine, Chablais, Haute-Savoie) ;
Fonts Froides, sources (Valjouffrey, Valbonnais, Isère) ;
Champs Froids lieu-dit (Marlens, Pays de Faverges, Haute-Savoie).

Avec le suffixe -an :
Froidan, lieu-dit en forêt (Montcel, Bauges, Savoie).

Avec le suffixe diminutif -et :
Les Froidets, lieu-dit marécageux en forêt (Chens-sur-Léman, Bas-Chablais, Haute-Savoie).

Avec le suffixe -ère :
La Froidière, La Frèdière en 1847, maisons isolées (Chalamont, Dombes, Ain).

Roman freit, frei, « froid » :
Sex Frei, sommet, 2755m (Hérémence, district d´Hérens, Valais) ;
Tour du Freyty, sommet, 2429m (Bionaz, vallée d´Aoste) ;
Col de la Croix Fry, 1467m (Manigod, Bornes-Aravis, Haute-Savoie).

Patois friolan, « froid » :
Frioland, lieu-dit (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Patois valdôtain freida, « froide » :
Torrent de Val Freida, affluent du Buthier de Valpelline (Valpelline, vallée d´Aoste) ;
Pointe Fontana Freida, 2513m (Chamois et Valtournenche, vallée d´Aoste).

Autres formes patoises :
Dzeu Fraide, « forêt froide » (Lourtier, Bagnes, district d´Entremont, Valais).
Le Friand, maisons isolées (Ballaigues, district d´Orbe, Vaud) ;
Mont Frioud, maison isolée (Hermenches, district de Moudon, Vaud).

Voir aussi Ailefroide, Fraidaigue, Fréjus, Froideval, Froideville, Gottefrey, Montfrioud, Mourfrey, Patiéfray, Val Froide.


Fraidière, Frédière, Freydière, Froidier, Frudière
Noms dérivés du français froid, roman freit, frei, latin frigidus, « froid », avec le suffixe -ier, -ière, et désignant le plus souvent une source d´eau fraîche.
La Fraidière, hameau (Saint-Christophe-sur-Guiers, Chartreuse, Isère) ;
La Frédière, Freyderia en 1414, lieu-dit (Albiez-Montrond, Maurienne, Savoie) ;
La Combe Frédière, alpage (Albiez-le-Jeune, Maurienne, Savoie) ;
Freydière d´en bas et Freydière d´en haut, hameaux (Châteauneuf, Chamoux-sur-Gelon, Val Gelon, Savoie) ;
Le Froidier, alpage (Jarrier, Maurienne, Savoie).
Patois valdôtain freidera, freideré, freidia, « local à demi-enterré pour la conservation du beurre et du fromage » :
Frudière, alpage, et Lacs de Frudière, nom monté au Col de Frudière, 2271m (Brusson, vallée d´Aoste).


Fraises, Fraisier
Français fraise, fruit du fraisier, du latin fragum, de même sens.
Les Fraises, lieu-dit (Tramelan, district de Courtelary, Jura bernois).
Avec le suffixe désignant une plante fruitière -ier :
Le Fraisier, maison isolée (Quintal, Annecy, Haute-Savoie).


Frais Pertuis
Lieu-dit de la commune d´Aiton (Aiguebelle, Basse-Maurienne, Savoie), Freypertuis en 1935, voir Frey et Pertuis.

Frambois
Lieu-dit de la commune de Vernier (Genève), nom composé de franc, « libre » et bois, nom qui désigne une forêt qui n´est pas à ban, donc libre d´accès.

Français, Francey, Françon, Francoz
Noms issus du patronyme François, ancien français françois, « franc, noble », dérivé de l´ethnonyme Francus, « Franc ».
Champ Françon, lieu-dit (Alle, district de Porrentruy, Jura) ;
Francoz, anciennement Franco, hameau (Orelle, Maurienne, Savoie).
Par remotivation : Bois Français, hameau (Les Bois, district des Franches-Montagnes, Jura).

Patronyme Francey, vieille forme romande du prénom François, du latin Franciscus, « relatif aux Francs », puis « franc, libre, sincère » :
Plan Francey, alpage (Gruyères, district de la Gruyère, Fribourg).


Franc Castel
Ruines d´un château-fort érigé vers 1319 par Hugues Ier de Chalon-Arlay pour empêcher Pierre II de Grandson de créer un nouveau passage à travers le Jura par Sainte-Croix (La Chaux, Sainte-Croix, district de Grandson, Vaud), de franc, « libre, exempt d´imposition et de charges », et de l´ancien français castel, du latin castellum.

France
Becca France, sommet, 2312m (Sarre et Saint-Pierre, vallée d´Aoste), dont le nom est probablement une Métraduction du patois valdôtain frantze, « franc, solide » ; contrairement à ce qualificatif, la partie orientale de cette montagne s´est effondrée le 6 juillet 1534 sur le hameau de Thouraz, faisant quelque 500 morts.

Francheleins
Commune et village de la Dombes (Saint-Trivier-sur-Moignans, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), Franchineins en 1120, Franchelens en 1147, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Frankiningos, « chez les Frankiningi », dérivé de Francin, cas oblique du nom propre Franco, « Franc » [Perrenot].

Franches-Montagnes
Région et district du Jura. La charte de peuplement de 1384 d´Imier de Ramstein, Prince-Evêque de Bâle, valait aux défricheurs de cette région du Jura, appelée alors Montagne des Bois, le privilège d´être exempts de toute fiscalité onéreuse, d´où son nom. Nom allemand Freiberge, même sens, anciennement Waldberge, puis Falkenberge, « montagnes du faucon ».

Franchevaux
Lieu-dit de la commune de Meyrin (Genève), de franche, « exemptée d´un impôt ou d´une corvée » ou « possédée en tout propriété », du francique frank, « libre », dérivé de l´ethnonyme Frank, « Franc », et vaux.

Franchise, Franchises
Français franchise, « privilège, exemption, accordée à certaines personnes ou collectivités ».
La Franchise, maison isolée (Dompierre-sur-Veyle, Bresse, Ain) ;
Les Franchises, hameau (Fareins, Dombes, Ain).

Francin
Commune et village de la Combe de Savoie (Montmélian, arrondissement de Chambéry, Savoie), Parrochia de Francinis vers 1100, Apud Francyens en 1260, de Francino en 1303, Francinum en 1488, d´un primitif *Francianum, nom de domaine dérivé avec le suffixe -anum d´un gentilice romain Francius, formé sur l´ethnonyme latinisé Francus, « Franc ».

Franclens
Commune et village de la Semine (Seyssel, arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie), in villa Franiens en 947-968, Franclin sur la Carte de Cassini, nom d´origine burgonde, dériverait d´un primitif *Frankilingos, « chez les Frankilingi », dérivé du nom propre Frankila, diminutif issu de l´ethnonyme Franci, « les Francs », ou de l´adjectif germanique *fraka, freka, « capable, actif » [Perrenot].

Franclieu
Hameau de la commune de Marboz (Bresse, Ain), Fran-lieu en 1536, nom composé de franc, « libre, exempt d´imposition et de charges », et Lieu.

Francs-Sujets
Chemin des Francs-Sujets, chemin en forêt de la commune de Cressier (Neuchâtel). « En 1627, Henri Il affranchit tout ce qui restait de main-mortables qui à ce moment formaient le tiers des habitants du Val-de-Travers. Tous furent affranchis sous le nom de francs-sujets, moyennant le paiement d´une somme égale à la sixième partie de leur bien, un léger cens personnel et l´obligation de ne pas prendre bourgeoisie, ni marier leurs filles uniques à des étrangers » [Rub Yannick, sur la Toile].

Frangy
Canton, commune et village de la vallée des Usses (Arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie), Frengiaco en 1119, Frangiaco en 1162, Fringie en 1198, Fringiaco en 1235, Cura de Fringier vers 1344, puis Fringe et Frangy, d´un nom d´origine gallo-romaine formé avec le suffixe -iacum. Certains voient dans Frengiacum un plus ancien *Firmiacum, d´un gentilice Firmius issu du latin firmus, « solide ».

Franquemont
Ancien château de la commune de Goumois (District des Franches-Montagnes, Jura), dont il ne subsiste que des ruines. Mont des Francs ou Mont franc.

Frans
Commune et village de la Dombes (Trévoux, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), Frencs en 984, Frens en 1177, Frenz en 1225, Freins en 1331, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Fredingos, « chez les Fredingi », dérivé du nom propre Fredo, voir Freydon. Pour Longnon, c´est un nom issu d´un primitif Franci ou ad Francos, de l´ethnonyme Franci, « les Francs ».

Franzoseholz
Forêt de la commune de Charmey (District du Lac, Fribourg), « bois français ».

Fraret
Chez Fraret, hameau de la commune d´Evionnaz (District de Saint-Maurice, Valais), du patronyme Fraret très répandu dans la région en combinaison avec Gay, diminutif du patois frare, « frère », avec le suffixe -et.

Frarie
Vieux français frarie, « compagnie, confraternité », du latin fratria, « phratrie », attesté en latin ecclésiastique au sens de « confrérie ».
Bois de la Frarie, forêt (Ambérieu-en-Bugey, Bugey, Ain) ;
Source de la Frarie, source (Montagnieu, Bugey, Ain).

Frasserands
Les Frasserands, hameau d´Argentière (Vallée de Chamonix, Haute-Savoie), patronyme Frasserand, mentionné comme Frasserem et Fraxerem en 1528, probablement « qui habite la Frasse », nom très courant dans la vallée.

Frasseville
Maisons isolées en clairière de la commune d´Onnion (Faucigny, Haute-Savoie), nom composé de Frasse et Ville.

Frédérique
La Frédérique, maison isolée de la commune de Montricher (District de Cossonay, Vaud), par féminisation d´un patronyme Frédéric, « celui qui règne avec la paix », ancien haut allemand fridu, « paix », germanique *friþu, « amour, paix », et ancien haut allemand rîchi, rîhhi, « puissant », germanique *rîka, rîkia, « puissant, celui qui règne ».

Fregiécourt
Commune et village jurassiens du district de Porrentruy, Frigiscurth en 1136, Frigiscort en 1180, Frigiecourt en 1221, villa qui romano dicitur Frigiecort, teutonice Fridestorf en 1237, Frigiecurt en 1305, de *Frigis Curtis, avec un anthroponyme germanique *Frigis, « l´homme libre armé de l´épieu », germanique *frija, « libre », et burgonde *gaisus, germanique gaiza, « épieu, javelot ». Nom allemand actuel Friedlinsdorf, anciennement Fridestorf en 1237, Friderstoff en 1295, Friedrichsdorf en 1308, de l´anthroponyme germanique *Friedar, composé de « Friede-har », du vieil haut allemand fridu, « paix », germanique *friþu, « amour, paix », et hari, « guerrier », avec l´ancien haut allemand dorf, « village ».

Fréjus
Pointe du Fréjus, 2932m, et Col du Fréjus, 2551m, In Frejurio et Tertia pars Frejuri en 1202, « joux froide », du roman frei, « froid », et du latin médiéval juria, voir Joux (Haute Maurienne, Savoie) [Gros].

Frémont
Maison isolée de la commune de Courtelary (Jura bernois), patronyme Frémont.

Frénalet
Chalets de Frénalet, alpage de la commune de Sixt (Faucigny, Haute-Savoie), du mot régional frénale, « herbe aux goutteux » Aegopodium podagraria, avec le suffixe collectif -et.

Frénod
Les Frénods, hameau de la commune de La Motte-en-Bauges (Le Châtelard, Bauges, Savoie), d´un patronyme Frénod, cacographie de Fréneau, variante de Frénel, latin fravinellus, « petit frêne ».

Frères
Bois des Frères, bois, et Moulin des Frères, lieu-dit de la commune de Vernier (Genève) ayant appartenus aux Frères prêcheurs ou Dominicains de Plainpalais [Jaccard] ;
Les Deux Frères, ruines au Col de Tricot (Bionnassay, Saint-Gervais-les-Bains, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Les Trois Frères, trois sommets voisins, 3259m, métaphore (Alpes Pennines, Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais, et Val d´Ollomont, vallée d´Aoste).

Fresens, Frezin
Fresens, commune et village neuchâtelois du district de Boudry, Fresens en 1268, Fresain en 1290, villa de Fressens en 1340, nom d´origine burgonde (nécropole mérovingienne au Tombet). Ce nom dériverait d´un primitif *Frîgîsingos, « chez les Frîgîsingi », dérivé du nom propre *Frigis, « [l´homme] libre [armé] de l´épieu », germanique *frija, « libre », et burgonde *gaisus, germanique gaiza, « épieu, javelot » [Perrenot]
Frezin, maison isolée, pourrait avoir la même origine (Yvonnand, district d´Yverdon, Vaud).

Fréta, Fréte, Frète, Frête, Frêtes,
Fréteux, Frette, Frettes, Fréty
Patois jurassien fréte, « faîte, sommet », patois savoyard freta, « crête, sommet », mais plus souvent « pâturage pauvre en montagne », vieux français frête, « crête, arête de montagne », antérieurement freste, ancien français festre, « faîte, comble de maison ; sommet en général », issu de fest, feste. Germanique fersti, « sommet, crête », ancien haut allemand first, « faîte », ou ancien français frainte, « chose brisée », de fraindre, « briser », latin fractus, « brisé ». En allemand contemporain, First, « crête, arête, » est un toponyme très répandu. Ces toponymes peuvent désigner des pâturages situés près d´une crête.
Fréta, lieu-dit (Hérémence, district d´Hérens, Valais) ;
La Fréta, colline boisée (Murist, district de la Broye, Fribourg) ;
Fréte, lieu-dit (Boussens, district de Cossonay, Vaud) ;
La Frète, alpage (Sallanches, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Frête ou La Frétaz, La Frêtaz, hameau (Bullet, district de Grandson, Vaud) ;
Col de la Frête, 1347m, et Pointes de la Frête, 1913m et 1967m (Magland, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Montagne des Frêtes, croupe boisée (Plateau des Glières, Thorens-Glières, Bornes, Haute-Savoie) ;
La Frette, ecclesia de la Fraita au XIIème siècle, La Frayta au XIVème siècle, La Frête et La Frette au XVIème siècle, La Fret au XVIIIème siècle, commune et village de la Bièvre (Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs, arrondissement de Grenoble, Isère).
Les Frettes, crête (Le Tour et Vallorcine, Haute-Savoie) ;
Mont Fréty, épaule, nom monté au Glacier du Mont Fréty (La Palud, val Ferret, vallée d´Aoste).
Remarque :
Les Frêtes, anciennement Les Fraittes, et Bas des Frêtes (Les Brenets, district du Locle, Neuchâtel) ont probablement une autre origine.

Avec le suffixe diminutif -eta :

Avec le suffixe -eux :
Fréteux, maison isolée (Fontenais, District de Porrentruy, Jura).


Fréterette, Fretereule, Fréterolle, Frétire, Frêtreta,
Fruit, Fruitière, Fruitières, Fruitiers
Mot régional fruit, « production de l´industrie laitière dans les alpages ».
Cave du Fruit, ruine (Les Allues, Vanoise, Savoie) ;
Chalet du Fruit, alpage, nom monté au Col du Fruit, 2516m, à l´Aiguille du Fruit, 3052m, et au Vallon du Fruit (Méribel, Les Allues, Tarentaise, Savoie) ;
Montagne du Fruit Commun, alpage exploité en coopérative (Les Menuires, Saint-Martin-de-Belleville, Tarentaise, Savoie).
Mot régional fruitière, « laiterie, en particulier d´alpage » :
La Fruitière, maison isolée (Bottens, district d´Echallens, Vaud) ;
Les Fruitières de Nyon, deux alpages, Chalet Derrière et Chalet Devant (Saint-Cergue, district de Nyon, Vaud).

Du nom de métier fruitier, « fromager », peut-être par un patronyme :
Crêt aux Fruitiers, lieu-dit en forêt (Montricher, district de Cossonay, Vaud) ;
Les Fruitiers, maisons isolées m(La Table, La Rochette, Val Gelon, Savoie).

Avec le suffixe collectif -ire :
La Frétire, colline boisée (Bofflens, district d´Orbe, Vaud).

Diminutif avec le suffixe -ette :
La Fréterette, maison isolée (Arzier, district de Nyon, Vaud).

Avec le suffixe diminutif patois -eta :
La Frêtreta, alpage (Rochefort, district de Boudry, Neuchâtel).

Avec les suffixes diminutifs -eule, -ole :
Fretereule, apud Fructurules en 1247, Fretereules et Fructereules en 1346, Fruteroules en 1380, hameau (Brot-Dessous, district de Boudry, Neuchâtel) ;
Fréterolle, Fruyterolaz en 1438, ferme isolée de la vallée de la Manche (Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie).


Fréterive
Commune et village de la Combe de Savoie (Saint-Pierre-d´Albigny, arrondissement de Chambéry, Savoie), Ecclesia de Fracta ripa vers 1100, Parrochie Fraite rippe en 1332, Frayta Rippa au XIVème siècle, Freta ripa en 1488, Freta Rippa en 1497, Fretta riva en 1665, latin fracta ripa, « rive rompue », latin fracta, « brisée, rompue », et ripa, « rive, terre en pente » [Gros].

Frette
Ferté, frette désignent à l´époque mérovingienne un lieu enclos de murs, une place forte ou une ferme fortifiée, aussi une forteresse médiévale. Du latin firmitas, « solidité, fermeté, force, aussi place forte, fortifiée », devenu en vieux français fermeté, puis fermté et enfin ferté ou frette.
La Frette, commune et village de la Bièvre (Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs, arrondissement de Grenoble, Isère).
Voir aussi Malafretaz.


Freu
Ancien français freu, « corbeau ». Toutefois, ce toponyme semble généralement désigner un col.
Le Freu d´Ablon, passage (Dingy-Saint-Clair, Bornes, Haute-Savoie) ;
Col du Freu, 1694m (Plateau des Glières, le Petit-Bornand-les-Glières, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Sur le Freu, alpage (Le Bouchet, Bornes-Aravis, Haute-Savoie).

Freybonne
Freybonne ou Freybonna, Freybonnaz et Frebonaz en 1548, lieu-dit de la commune de Corcelles-près-Payerne (District de Payerne, Vaud), probablement « bonne [terre] froide », voir Frei et Bonna.

Freydevaz
Alpage du Vallon du Sapin (Courmayeur, vallée d´Aoste), nom composé de freyde, « froide », et d´un terme signifiant peut-être « vallée », voir Vaz.

Freydon
Dérivés de l´anthroponyme d´origine germanique Fredo, hypocoristique de noms propres comme Fredemund, Fredericus, etc [Perrenot], avec un premier terme issu du germanique *friþu, « amour, paix », ancien haut allemand fridu, « paix ».
Chalet de Freydon, anciennement Terra Fredoni, nom monté au Pas de Freydon, et à la Pointe de Freydon, 2442m (Massif de la Belledone, Savoie).

Frezillon
Le Frezillon, lieu-dit de la commune de Vallorbe, district d´Orbe (Vaud), nom populaire du troène (Ligustrum vulgare).

Fribourg
Ville et commune du district de la Sarine, chef-lieu du canton du même nom. Ville neuve fondée en Nuithonie par Berthold IV en 1157, Friboura en Nuithonie, nom allemand Freiburg, de l´allemand frei, « libre » et germanique burg, « lieu fortifié ». Noms latins Friburgum Nuithonum, Friburgum Aventicorum et Friburgum Helvetiorum.

Friburge
Hameau de la commune de Champagny-en-Vanoise (Bozel, Vanoise, Savoie), d´un anthroponyme féminin germanique Fredeburga, [Gros] « protectrice dans/de la paix », ancien haut allemand fridu, « paix », et burg, « lieu fortifié, protection ».

Friche
La Friche de Pététoz, lieu-dit (Bellevaux, Chablais, Haute-Savoie), français friche, « terrain qui n´a jamais été cultivé ou dont la culture a été abandonnée », probablement emprunté du néerlandais virsch [lant], « [terre] fraîche », qui désigne une terre gagnée sur la mer à l´aide de digues.

Frience, Fruence
Noms d´origine préromane dérivés avec le suffixe -entia d´une base indéterminée [Aebischer].
Frience, alpage (Gryon, district d´Aigle, Vaud) ;
Fruence, de castello Friuvencie en 1095, Friwenci au XIIème siècle, Fruenci en 1228, Fruentia en 1255, village (Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg).

Frienisberg
Métairie de Frienisberg, ferme d´alpage de la commune de Villiers (District du Val-de-Ruz, Neuchâtel), du nom d´un hameau de la commune de Seedorf (District d´Aarberg, Berne).

Fringes
Crête des Fringes, lieu-dit en forêt de la commune de Conthey (Valais), peut-être de l´ancien français fringe, fringue, « saut », ou du verbe fraindre, freindre, « rompre, briser » [Jaccard].

Frinvillier
Hameau de la commune de Vauffelin, district de Courtelary (Jura bernois), Frunwelier en 1393, Freyvilliers en 1403, nom allemand actuel Friedliswart, et Friderichswart en 1311, Fridelischwart en 1906, nom allemand formé de l´anthroponyme germanique Friderich, « puissant pour la paix », de l´ancien haut allemand fridu, « paix », germanique *friþu, « amour, paix », et ancien haut allemand rîchi, rîhhi, « puissant », germanique *rîka, rîkia, « puissant, celui qui règne », et de l´ancien haut allemand warta, « garde », germanique *vardô. Le nom français a remplacé cette terminaison par le suffixe -villier.

Frique, Friques
Les Friques, hameau de la commune de Saint-Aubin (District de la Broye, Fribourg) qui jouxte le village vaudois de Villars-le-Grand, et ancienne commune, Villard en Vully devers le vent en 1429, Villars des Friques en 1584. Le nom primitif signifierait « village des [hommes] joyeux, hardis », du vieux français frique, « gai, vif », gothique *frik ;
La Frique, lieu-dit, peut-être de même origine (Moudon, Vaud).

Froges
Commune et village du Grésivaudan (Goncelin, arrondissement de Grenoble, Isère), in Frodias en 1040, ecclesia Frodgis au XIème siècle, Frotgias au XIIème siècle, mons de Frogetis au XIVème siècle, de l´anthroponyme germanique Frotgius [Nègre 1990].

Froideval, Froidevaux
Vallée froide, vallon froid, voir vaux, et aussi un patronyme.
Froideval, lieu-dit (Montavon, Boécourt, district de Delémont, Jura) ;
Froideval, lieu-dit (Corcelles, district de Moutier, Jura bernois) ;
Froidevaux, hameau (Soubey, district des Franches-Montagnes, Jura).

Froideville
Commune et village vaudois du district d´Echallens (Vaud), Frigida Villa en 1284, latin frigida, « fraîche, froide, glacée », Freydevilla en 1502.
Froideville, lieu-dit (Courgevaux, district du Lac, Fribourg) ;
Froideville, hameau (Hauterive, district de la Sarine, Fribourg).

Fromaget
Maisons isolées de la commune de Saint-Jean-de-Sixt (Bornes-Aravis, Haute-Savoie), patronyme Fromaget, nom de métier, producteur ou marchand de fromage.

Froment, Fromentin
Patronyme Froment, du latin frumentum, « céréales, grain, blé », sobriquet donné à un homme blond comme les blés.
Pré Froment, lieu-dit (Bursins, district de Rolle, Vaud).
Patronyme Fromentin, diminutif avec le suffixe -in :
Plan Fromentin, lieu-dit des Diablerets (Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud), avec un patronyme Fromentin attesté dans la région déjà en 1402.


Fromont
Fromont, maison isolée, Côte de Fromont, forêt déclive (Les Bois, district des Franches-Montagnes, Jura), par hapaxépie de l´anthroponyme germanique *Frodimund, « le sage protecteur », du germanique *frôda, « sage, avisé », et mund, « protection », et du latin mons [Prongué].

Frontenex, Frontonas
Nom de domaine d´origine gallo-romaine *Frontenacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Frontinus, Fronto variantes de Frontius.
Frontenex, villa gallo-romaine construite entre les années 50 et 80 pour un important trésorier romain, Titus Riccius Fronto, devenu Frontunay en 1309, Frontenay en 1438, quartier (Eaux-Vives, Genève) ;
Frontenex, Frontenay en 1325, quartier (Annecy-le-Vieux, Haute-Savoie) ;
Frontenex, Frontenay en 1255, commune et village de la Combe de Savoie (Grésy-sur-Isère, arrondissement d´Albertville, Savoie).
De même origine selon Nègre 1990 :
Frontonas, Frontanas villa au IXème siècle, parrochia Frontonax au XIVème siècle, Frontenasium au XVème siècle, commune et village de L´Isle-Crémieu (Crémieu, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère).


Frontières
Les Frontières, pâturage déclive sous la Pointe de Nantaux (Saint-Jean-d´Aulps, Chablais, Haute-Savoie), probablement dans le sens de l´ancien français frontiere, « façade ». Latin frons, frontis, « front ; partie antérieure d´un objet ».

Froquenats
Les Froquenats, lieu-dit de la commune de Movelier (District de Delémont, Jura), peut-être un dérivé de l´ancien français froc, « terre inculte », voir Forchau.

Frossardière
La Frossardière, maison isolée de la commune de Lullin (Chablais, Haute-Savoie), dérivé avec le suffixe -ière du patronyme Frossard, variante Froissard, « homme violent », ancien français froit, « violent, emporté ».

Frots
Les Frots, clairière de la commune de Thônes (Bornes, Haute-Savoie), pourrait être une déformation patoise de Prots, avec mutation de p en f après un s.

Froumi
Le Froumi, hameau de la commune de Saint-Martin, district de la Veveyse (Fribourg), du patois froumi, « fourmi » [Jaccard].

Frût
Le Frût, maisons isolées de la commune de Chexbres (District de Lavaux, Vaud), peut-être du latin frustum, « morceau ».

Fully
Commune et village valaisans du district de Martigny, Fuliacum au XIème siècle, Fullie et Fullye en 1250, Fulli au XIVème siècle, domaine gallo-romain *Foliacum, Fulliacum, nom dérivé du gentilice Folius ou Fullius, avec le suffixe -acum. Nom monté à la Montagne de Fully, alpage, aux Lac Inférieur de Fully et Lac Supérieur de Fully, et à la Dent de Fully, sommet dans la même commune, 2778m.

Furcil
Le Furcil, hameau de la commune de Noiraigue (District du Val-de-Travers, Neuchâtel), pourrait venir de furcula, diminutif du latin furca, « fourche », mais on aurait plutôt o, ou et non u.

Furgay
Le Furgay, maison isolée de la commune de Chardonne (District de Vevey, Vaud), pourrait dériver du collectif furcetum, du latin furca, « fourche ».

Fusine
Emplacement d´une fonderie de fer, cf. l´italien fucina, « fonderie ».
Fusine, forge (Val d´Ayas, vallée d´Aoste) ;
Fusine, hameau (Orelle, Maurienne, Savoie).

Fusterie
1. Tonnelerie, endroit où l´on fait des tonneaux, des fûts, patois fuste, « fût, futaille », bas latin fustallum, même sens.
La Fusterie, avec le suffixe d´action -erie, place (Ville de Genève).
2. Endroit où l´on fait des constructions faites en rondins de bois brut ou fûts, ajustés les uns sur les autres. Du patois fusta, « poutre », vieux français fustier, « marchand de bois », roman fustieri, « charpentier », du roman fusta, « poutre », fust, « bois », latin fustuarius, « relatif au bâton », de fustis, « bois coupé, bûche, pieu, gaule », d´une possible racine celtique *fust, « bois ».


Fût
Du roman fust, « bois », latin fustis, « bois coupé » [Gros].
Le Fût, Le Fust en 1935, alpage, Chalet du Fût, maison isolée d´alpage, nom monté à la Grande Combe du Fût et au Mont du Fût (Saint-Jean-de-Belleville, Moûtiers, Tarentaise, Savoie).

Fuyens
Hameau fribourgeois de la commune de Villaz-Saint-Pierre, district de la Glâne, ancienne commune, Fuiens au XIIème siècle, fuens en 1360, nom d´origine burgonde, dériverait d´un primitif *Fugilingos, « chez les Fugilingi », dérivé du nom propre Fugila [Perrenot], peut-être du germanique *fugla, « oiseau ».