H

Habère-Lullin, Habère-Poche
Anciennement Cura de Aberes vers 1344, puis Haberes, plus récemment Les Habères, nom qui dériverait de Abère, « abreuvoir » par prosthétique selon [Dauzat], voir Abériaux.
Habère-Lullin, du nom de la famille Lullin qui en possédait le château aux XIIème et XIIIème siècles, commune et village (Boëge, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie) ;
Habère-Poche, peut-être aussi avec un patronyme, commune et village (Boëge, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie).

Habert, Haberts
Dans le Dauphiné, un abert est un abri en pierre où les vachers logent et fabriquent le fromage, parfois accompagné d´une deuxième construction servant de grange et d´étable. Dérivé du burgonde *hariberga, voir abergeage. Le H initial est un ajout des topographes. Le nom générique abert est encore utilisé couramment en Chartreuse.
Habert de Chamechaude, alpage (Chartreuse, Isère) ;
Habert de Saint-Vincent, mansus de Arcella au XIVème siècle, alpage (Sainte-Marie-du-Mont, Grésivaudan, Isère) ;
Haberts de Marcieu, Arcellas au XIVème siècle, ruines d´alpage (Saint-Bernard, Grésivaudan, Isère).

Hade
La Hade, lieu-dit de la commune de Montignez, district de Porrentruy (Jura), de l´allemand Halde « versant d´une colline, pente » [Prongué], germanique *hlido, même sens.

Haegli
Forêt déclive de la commune de Pleigne, district de Delémont (Jura), diminutif alémanique de l´allemand Haag « haie » [Prongué], du germanique *haga, « haie, enclos [entouré d´une haie] », voir Age.

Haie, Haies, Hayes
Français haie, du bas latin agia, hagia, « portion de forêt », francique *hagja, germanique *haga, « haie, enclos [entouré d´une haie] », racine indo-européenne *kagh-, kogh-, « saisir ; border, encadrer ».
La Haie, alpage, nom monté à la Pointe de la Haie, 3452m (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Les Haies, lotissement (Saint-Etienne-du-Bois, Revermont, Ain) ;
Bois des Haies, forêt (Marboz, Bresse, Ain) ;
Derrière les Haies, maison isolée (La Brévine, district du Locle, Neuchâtel) ;
Les Quatre Haies, lieu-dit (Miribel, Dombes, Ain) ;
Les Hayes, lieu-dit (Pont-d´Ain, Bresse, Ain) ;
Les Hayes, Les Aies au XVIIIème siècle, hameau (Saint-Savin, La Tour-du-Pin, Isère).
Voir aussi Adze.


Halla, Halle, Halles
Halle, du francique *halla, germanique *hallô, « halle, vaste emplacement couvert », désignait en particulier un lieu abritant un marché, ou une grande étable.
La Halla, maison isolée en clairière (La Roche, district de la Gruyère, Fribourg) ;
L´Halle ou La Halle, hameau (Romont, district de la Glâne, Fribourg) ;
Bois de l´Halle et Crêt du Bois de l´Halle, maisons isolées (La Brévine, district du Locle, Neuchâtel).
En Savoie, « étable d´alpage pour abriter les bêtes » :
Les Halles, alpage (Villard-sur-Doron, Beaufortain, Savoie) ;
Les Halles, alpage (Aime, Tarentaise, Savoie).


Hameau
Le Hameau, hameau de la commune de Megève (Haut-Faucigny, Haute-Savoie), terme générique, « groupe de maisons de petite dimension en milieu rural, n´ayant pas de rôle administratif ». Ancien français hamel, diminutif de ham, « petite agglomération de maisons », francique *haim, « domicile, foyer », germanique *haima, « foyer, village, patrie ».

Hardies
Les Hardies, château et hameau de la commune de Genouilleux (Dombes, Ain), français hardi, « audacieux, courageux », participe passé de l´ancien verbe *hardir, « rendre dur, devenir hardi », francique *hardjan, « devenir dur ».

Harmalière
Lieu-dit de la commune de Sinard (Trièves, Isère), villa de Armalleriis au XIVème siècle, de l´ancien français armaille, etc., « bêtes à cornes », voir Armaille, avec le suffixe collectif -ière, et par la suite un h prosthétique.

Harnaz
Les Harnaz, lieu-dit de la commune de Dardagny (Genève), le rapport avec le roman harnas, harnaz, « harnais, bagages », n´est pas évident.

Harpe
Ile de la Harpe, îlot au large de Rolle (Vaud), nommée ainsi en 1844 en l´honneur de Frédéric César de La Harpe (1754-1838), opposant à l´occupation bernoise.

Harroz
Lieu-dit de la commune de Chalais (District de Sierre, Valais), ancien *Les Carroz, avec mutation de s suivi du son [k] en h fortement aspiré.

Hartes
Les Hartes, lieu-dit de la commune de Miège (District de Sierre, Valais), forme locale de Cartes, avec mutation de s suivi du son [k] en h fortement aspiré.

Hasenburg
Maison isolée de la commune de Courroux (District de Delémont, Jura), nom allemand signifiant « château du lièvre ».

Hasenschell
Lieu-dit en forêt de la commune de Movelier (District de Delémont, Jura), nom allemand signifiant « clochette du lièvre ».

Haudères, Haudes
Pourraient dériver de l´ancien français houde, heude, « cabane, maison », germanique *halda [Guex].
Haudes, alpage (Mayens de Conthey, Conthey, Valais).
Avec le suffixe collectif -ère :
Les Haudères, Oudeires et Ouderres au XIIIème siècle, Oudeire vers 1250, Houdeyres vers 1280, village (Evolène, district d´Hérens, Valais).


Haut, Haute, Hautes, Hauteur, Hauto
Endroit se trouvant au-dessus d´un autre, partie la plus élevée d´un territoire. Haut est très souvent une remotivation de Au, Aulp, Aup, « alpage ».
Le Haut, hameau (Châtonnaye, district de la Glâne, Fribourg) ;
Haut de la Croix, colline avec une croix, 517m (Les Montets, district de la Broye, Fribourg) ;
Haut des Champs, lieu-dit (Vuisternens-devant-Romont, district de la Glâne, Fribourg) ;
Champ de l´Haut, lieu-dit (Vuissens, district de la Broye, Fribourg) ;
La Haute, maisons isolées sur une colline (Corgémont, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Les Hautes, hameau (Evionnaz, district de Saint-Maurice, Valais).
Forme patoise :
Hauto d´Avo, maisons isolées en clairière (Saint-Jean-d´Aulps), et Hauto derrière et Plan d´Auto, pâturages déclives (Montriond, Chablais, Haute-Savoie).

Français hauteur, « lieu élevé » :
La Hauteur, maison isolée (Corcelles, district de Moutier, Jura bernois).


Hautains, Hautins, Hutins, Huttins
Hautains, hautins ou hutains, vigne cultivée en hautins : vigne grimpante cultivée en association avec des arbre, vigne haute s´agrippant à des arbres ou à des treillages, ancien français [h]autin, « arbre le long du tronc et des branches duquel on fait pousserla vigne », dérivé de haut, hautin, du latin altus, « haut », par réfection analogique sous l´influence du francique *hoh, même sens. Ces vignes pouvaient être cultivées en association avec d´autres cultures : céréales, etc.
Les Hautains, lieu-dit (Ferney-Voltaire, Pays de Gex, Ain) ;
Grands Hautains, lieu-dit (Massignieu-de-Rives, Bugey, Ain) ;
Les Hautins, hameau (Moëns-Prévessin, Pays de Gex, Ain) ;
Grands Hautins, lieu-dit (Ambléon, Bugey, Ain) ;
Les Hutins, lieu-dit (Douvaine, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Hutins-Greniers, vignes (Collex-Bossy, Genève) ;
Les Hutins Vieux, hameau (Sciez, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Huttins, Utins en 1751, lieu-dit (Boudry, Neuchâtel) ;
Les Huttins, Hutains en 1911, ferme isolée (Priay, Bresse, Ain).
Voir aussi Uttins.


Hautaudon
Hautaudon, alpage ruiné de Montbovon (Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg), nom monté à la Dent de Hautaudon, 1872m, nom composé de Haut et Audon.

Haut Crêt
Hameau de la commune des Tavernes, district d´Oron, écrit aussi Hautcrêt, où se trouvait une abbaye cistercienne nommée Altacrista en 1134 lors de sa fondation, du latin alta crista, « haute crête », puis Sancta Maria Altecrescentis en 1137, Alcrest en 1164, Abbatia de Alcrest en 1228, puis Altocresth, Altcrest, Altcrest, Altecrescentis, Aucrest, etc.

Hautecombe
Abbaye fondée en 1125 par les moines de Citeaux au bord du lac du Bourget (Saint-Pierre-de-Curtille, Chautagne, Savoie), Terra que olim Charaia et Exendilles et nunc autem Altacumba nuncupatur vers 1140, voir Combe. Cette abbaye porte le nom d´un plus ancien établissement situé dans l´Albanais. Voir aussi les noms anciens de ce lieu, Charaia et Exendilles.

Hautecour, Haute-Cour, Hautecourt
Du latin alta, « haute », et de cortis plutôt que de curia [Gros].
Hautecour, Altacuria vers 1140, Ecclesia de Altacurte vers 1170, Haultecour en 1544, commune (Moûtiers, arrondissement d´Albertville, Savoie), et Hautecour-la-Basse, hameau, Forêt de Hautecour, dans la même commune ;
Haute-Cour, Altacort en 1235, Autecort en 1245, Autacort en 1248, Autracort en 1250, Ault[r]acort en 1266, domaine viticole (Mont-sur-Rolle, district de Rolle, Vaud) ;
Hautecourt, Alta Curia en 1299-1369, Artacourt au XIIIème siècle, Autacort en 1304, Parochia Altae Curiae en 1417, Haultecour en 1655, Hautecour en l´an X, village et ancienne commune (Hautecourt-Romanèche, Revermont, Ain).

Hautefin
Hameau de la commune de Schmitten, district de la Singine (Fribourg), composé du français haute et de Fin, nom allemand Hohenzelg, patois Hohi Zelg, même sens.

Hautefort
Hameau de la commune de Saint-Nicolas-de-Macherin (Pays voironnais, Isère), fortalicium Altoforti, villa de Altoforti et Altum Fortis au XIVème siècle, mandamentum Altofortis et castellania Altofortis au XVème siècle, du latin altus, « haut », et fortis, « fort, robuste ; audacieux ».

Hauteluce
Commune et village du Beaufortin (Beaufort-sur-Doron, arrondissement d´Albertville, Savoie), in parrochia Alte Lucie au XVIIIème siècle, du latin alta, « haute », et du nom primitif de Beaufort, nommé Lucia à la fin du XIIème siècle.

Haute Pierre
Château Haute Pierre, hameau de la commune de Crémieu (L´Isle-Crémieu, Isère), Alta Petra in insula Crimiaci au XIVème siècle, du latin alta, « haute », et Pierre, « rocher ».

Hauterive
Composé du français haute, latin alta, et rive, latin ripa, « rive, terre en pente ».
Hauterive, Altarippa en 1143, commune et village (District de Neuchâtel, Neuchâtel) ;
Abbaye de Hauterive, consacrée le 25 février 1138 sous le nom de abbatia sancte Maria de Altaripa, monastère cistercien au bord de la Sarine, en face des falaises de la rive droite, ancien nom allemand Altenryf (Hauterive, district de la Sarine, Fribourg) ;
Hauterive, commune fribourgeoise du district de la Sarine, qui regroupe les anciennes communes d´Ecuvillens et de Posieux ;
Hauterive, Villa Altae Ripae en 1268, Apud Altam Rippam en 1299-1369, Aute Rive en 1385, Aulterive en 1589, hameau (Saint-Jean-le-Vieux, Haut-Bugey, Ain).

Haute-Savoie
Département de la région Rhône-Alpes, composé de Haute et de Savoie à cause de son élévation moyenne plus grande.

Haute Serve, Haute-Serve
Latin alta, « haute », et Serva « forêt, bois, bosquet ».
Bois de la Haute Serve, forêt (Courtenay, L´Isle-Crémieu, Isère) ;
Haute-Serve, Alta Serva en 1401, Haulte-Serve en 1563, hameau (Saint-Jean-sur-Reyssouze, Bresse, Ain).

Hauteville
Du latin Altavilla, de alta, « haute, située en hauteur », et villa.
Hauteville, Auta-vila en 1228 (District de la Gruyère, Fribourg) ;
Hauteville, ancien nom de la localité de Altavilla, Alta villa en 1340, germanisé en Altenfüllen au XVIème siècle (Morat, district du Lac, Fribourg) ;
Hauteville, Altavilla et Autavila au XIIIème siècle, lieu-dit et château (Saint-Légier-La-Chiésaz, district de Vevey, Vaud) ;
Hauteville, Alta villa en 1137, Aute Ville en 1563, ville (Hauteville-Lompnes, Bugey, Ain) ;
Hauteville, Villa que dicitur Altavilla en 1097, Ecclesia Altevilla en 1129, commune et village du Val Gelon (Chamoux-sur-Gelon, arrondissement de Chambéry, Savoie).

Hautigny
L´Hautigny, hameau de la commune de Corsier-sur-Vevey (District de Vevey, Vaud), dérivé de Autigny par prosthétique, sans doute avec influence de haut.

Haut-Intyamon
Nouvelle commune du district de la Gruyère (Fribourg), créée en 2002, qui regroupe les anciennes communes d´Albeuve, de Lessoc, de Montbovon et de Neirivue, voir Intyamon.

Heitenried
Commune et village fribourgeois du district de la Singine, Essers en 1228, colonisé par les Alémans, renommé Riede, « marais », en 1296.

Hellgraben
Maison isolée de la commune de La Roche (District de la Gruyère, Fribourg), allemand Hell, « enfer », et Graben, « fossé, tranchée ».

Helvétia
L´Helvétia, maisons isolées de la commune de la Brévine (District du Locle, Neuchâtel), à la frontière française, de la figure allégorique Helvétia, nom issu de l´ethnonyme helvète, tribu celte qui occupait la Suisse occidentale.

Hennens
Hameau de la commune de Billens-Hennens (District de la Glâne, Fribourg), henens en 1403, ennens en 1432, henyn en 1475, Enens en 1578, Inens en 1638, Ennens en 1653, Henens en 1668, Innens en 1755, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Inningos, « chez les Inningi », dérivé du nom propre Inno, du burgonde *Ingildus [Perrenot].

Henniez
Commune et village vaudois du district de Payerne, Ennyt en 1380, Enny en 1578, Ignie en 1668, Ingniez en 1781, Igny au XVIIIème siècle, probablement d´un anthroponyme romain Hinius, Inius [Stadelmann], forme latinisée de l´anthroponyme germanique *Hino.

Henriolettes
Les Henriolettes, maison isolée de la commune de Sainte-Croix (District de Grandson, Vaud), par féminisation d´un patronyme Henrioux, dérivé du prénom Henri, de l´anthroponyme germanique Heinrich, « celui qui règne sur le foyer, le village, la patrie », de *haima, « foyer, village, patrie », et *rîka, rîkia, « puissant, celui qui règne ».

Henripolis
Nouvelle ville marchande et portuaire qui aurait dû être créée entre Wavre et La Tène, liée à un projet de canal du Rhône au Rhin. Conçue par Henri II d´Orléans-Longueville en 1626, pour rivaliser avec Neuchâtel, elle ne fut jamais réalisée. Du prénom Henri et du grec polis, ville.

Hépetauda
L´Hépetauda Dessous et L´Hépetauda Dessus, ou Epetaudaz, fermes isolées de la commune de Charmey (District de la Gruyère, Fribourg), par féminisation approximative d´un mot patois èpeto, « hôpital », ancienne propriété de l´Hôpital de Bulle, qui l´avait reçue d´un Pierre Glasson [Aebischer, Bossard].

Hérans
Collet d´Hérans et Prés d´Hérans, lieux-dits de la commune de Saint-Jean-d´Hérans (Mens, Trièves, Isère), de l´ancien nom du village, ecclesia de Arun et locus Eron au XIème siècle, Eroneium villa et de Deronz au XIIème siècle, sacerdotus de Rontz et villa de Ronz au XIIIème siècle, parrochia de Erons au XIVème siècle peut-être à rapprocher de Hérens.

Herbage
Hameau de la commune de Saint-Jean-de-Thurigneux (Dombes, Ain), Illi de Albarges en 1256, Albages au XVIème siècle, probablement du bas latin albergum, « maison, baraque », voir Alberges.

Herbagères, Herbarias, Herbause, Herbe, Herbette,
Herbeys, Herbues
Terrain utilisé pour la production de fourrages, pâturage maigre. Du français herbe, latin herba, « herbe, herbage, plante ».
Français herbe, « plante non ligneuse, vivace ou annuelle, qui perd ses parties aériennes chaque hiver » :
L´Herbe, hameau (Chavanod, Annecy, Haute-Savoie) ;
La Verte Herbe, auberge (Goumois, district des Franches-Montagnes, Jura).

Avec le suffixe collectif -ey :
Herbeys, Ecclesia Sancti Victoris de Herbisium au XIème siècle, Erbisium en 1191, Herbeis, Erbeis, Herbeys en 1260, Erbesium en 1300, Arbetium au XIVème siècle, Herbeis en 1757, commune et village du Pays grenoblois (Eybens, arrondissement de Grenoble, Isère).

Vieux français herbette, « herbe courte et fine », diminutif avec le suffixe -ette :
L´Herbette d´en Bas et L´Herbette d´en Haut, maisons isolées (Saint-Jeoire), et Bois de l´Herbette, forêt (La Tour, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Tête de l´Herbette, sommet, 2261 (Charmey, Bas-Intyamon et Grandvillard, district de la Gruyère, Fribourg).

Substantif issu de l´adjectif vieux français herbagère, « pour l´engraissement des bovins » :
Les Herbagères, Les Zerbazières en 1906, alpage (Tête de Balme, Trient, district de Martigny, Valais).

Français herbeux, « où l´herbe pousse », ancien français herbous, « gazon, pré, prairie » :
L´Herbause, sommet, 1152m (Botterens et Châtel-sur-Montsalvens, district de la Gruyère, Fribourg).

Vieux français herbu, « où l´herbe pousse en abondance », substantif féminin herbue, « surface de terre maigre qui ne peut servir que de pâturage », ancien français herbu, « herbage », herbue, « terrain rempli d´herbe » :
Les Herbues, lieu-dit (Beurnevésin, district de Porrentruy, Jura).

Peut-être d´un pluriel pris pour un féminin herbaria du neutre herbarium :
Herbarias, pâturage (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie).


Herbetan, Herbetan-le-Mort, Herbetan-le-Vif, Herretang
Hydronymes : noms issus de albitta, diminutif du latin alba, « blanche » avec le suffixe -itta, voir Albanne, avec rhotacisme.
L´Herbetan-le-Mort, Herbettaz le Mort et rif d´Herbettaz la Morte au XVIIème siècle, Herbetan le Mort et Arbetta la Morte au XVIIIème siècle, cours d´eau affluent de l´Herbetan-le-Vif ;
L´Herbetan-le-Vif, aqua Albeta au XIVème siècle, rif d´Herbeta au XVIIème siècle, Arbeta, Arbeta la Vive, in Albetano, Albete, Albetoux, rif d´Herbettaz et ruisseau de l´Herbette sans date, ruisseau affluent du Guiers Mort (Saint-Pierre-de-Chartreuse, Chartreuse, Isère) ;
L´Herbetan, Albeta en 1139, rivus de Albeta en 1308, aqua Albeta en 1314, ruisseau affluent du Guiers Vif (Saint-Pierre-d´Entremont, Chartreuse, Savoie) ;
L´Herretang, mansus de Albeta au XIIème siècle, rivus de Albeta au XIVème siècle, Albetanum sans date, Hérétan, Héréttaz et Herettan au XVIIème siècle, Hérétang en 1921, ruisseau affluent du Guiers Mort, Canal de l´Herretang et Tourbières de l´Herretang (Saint-Laurent-du-Pont, Chartreuse, Isère).

Herbevache
Hameau et château de la commune de Reyrieux (Bresse, Ain), Alba Vacca, « vache blanche » au XIIIème siècle.

Herbouilly
Grande clairière de la commune de Villard-de-Lans (Vercors, Isère), comba Arbossyllyone au XIVème siècle, comba Arboyllysium sans date, nom d´origine inconnue.

Hérémence, Hermance, Hermenches
Noms d´origine burgonde, dériveraient d´un primitif *[H]arimôdingos, « chez les [H]arimôdingi », dérivé d´un nom propre [H]arimôd, qui aurait donné *Armoenges, puis *Ermoenges, enfin Ermenges, etc. [Perrenot]. Ce nom pourrait être issu du burgonde *harja, harjis, germanique *harja, « guerrier », et du burgonde *moþs, « courage », germanique *môda, « humeur ».
Hérémence, Aremens en 1195, Eremeinci au XIIème siècle, Heremeins en 1200, Herementia en 1211, Heremencia en 1248, Ermencia et Heremence en 1329, vallée, commune et village (Valais), et Pointe d´Hérémence, 2692m (Ayent, district d´Hérens, Valais) ;
Hermance, anciennement Ermentia, Eremencia en 1271, Hermencia en 1326, Hermanche sur la Carte de Cassini, village sur l´emplacement d´un ancien castrum, commune et cours d´eau affluent du Léman (Genève) ;
Hermance, alpage, et Bois d´Hermance, forêts (Saint-Gervais-les-Bains, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Hermenches, Ermenges en 1254, villa de Ermenges en 1340, Hermainge en 1453, Hermenges au XVIIème siècle, commune et village (District de Moudon, Vaud).

Hérens
Val d´Hérens, vallée et district du Valais, Eringerthal et Eroens en 1100, Eruens en 1195, Heruens en 1211, Herens en 1224, Eroins en 1256, Heruens en 1274 (ancien nom du village actuel de Saint-Martin), nom allemand Ering, nom d´origine burgonde, probablement d´un primitif *Haroingos, « chez les Haroingi », dérivé du nom propre Haro, du burgonde *harja, harjis, germanique *harja, « guerrier ». Nom monté la à Dent d´Hérens, 4171m, au Plateau d´Hérens, plateau glaciaire, au Col d´Hérens, 3480m, à la frontière italienne (Evolène, district d´Hérens, Valais, et Bionaz, vallée d´Aoste).

Héris, Héry, Héry-sur-Alby, Heyriat, Heyrieux
Nom de domaine d´origine gallo-romaine Ariacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Arius [Gros].
Les Héris et Les Héris dessous, Ariacum au Moyen Age, hameaux (Mercury-Gémilly, Combe de Savoie, Savoie) ;
Héry, Ecclesia de Aerio en 1245, Prioratus Heyrie au XIVème siècle, prior Heyriaci en 1337, Prior de Heyrie supra Uginam vers 1344, Hery en 1407, village et ancienne commune de Héry ou Héry-sur-Ugine, rattachée à Ugine en 1971 (Ugine, Val d´Arly, Savoie) ;
Héry-sur-Alby, Ariacum en 867, Cura de Heyrie versus Albiez vers 1344, commune et village de l´Albanais (Alby-sur-Chéran, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie) ;
Heyriat, Ayria, Eyria et Eyriacus en 1299-1369, Eria en 1394, Heyria en 1395, Castrum Eyriaci en 1419, Eyriaz en 1483, Heyriacus en 1500, Heyriaz en 1503, etc., hameau (Sonthonnax-la-Montagne, Haut-Bugey, Ain) ;
Heyrieux, villa Ariacum au IXème siècle, Heyreu au XIVème siècle, villa Heyriaci et Heirieu au XVIème siècle, canton, commune et village du Pays viennois (Arrondissement de Vienne, Isère).

Hérisson, Hérissons
Mammifère (Erinaceus europaeus), du latin [h]ericius, même sens.
Cascade du Hérisson (Le Frasnois, arrondissement de Lons-le-Saunier, Jura) ;
Les Hérissons, maisons isolées en forêt (Notre-Dame-des-Millières, Combe de Savoie, Savoie).

Herlionnaz
Lieu-dit de la commune de Mieussy (Faucigny, Haute-Savoie), Erlina en 1358, Arlionnaz au XXème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine [villa] Erlina, par féminisation du nom d´homme Erlinus attesté dans la région.

Herme, Hermineur, Herms, Hermy, Hirmentaz
Vieux français herm, erm, terrain inculte ou en friche, qui était moins imposable qu´un champ cultivé. Latin eremus, grec erêmos, « désert, inhabité ».
L´Herme (La Placette, Voreppe, Pays voironnais, Isère) ;
Herms, ad Heremum au XIème siècle, nom qui apparait dans Saint-Julien-de-l´Herms ;
Hermy, hameau, et Côte d´Hermy, lieu-dit, est aussi un patronyme (Marnaz, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Hirmentaz, station de sport, Chalets d´Hirmentaz, alpage, Montagne d´Hirmentaz, pâturage, anciennement Hermente, Hérémentaz, Irminte (Bellevaux et les Habères, Chablais, Haute-Savoie).
Sobriquet qui pourrait dériver de l´ancien français hermine, « terre inculte » :
L´Hermineur, hameau (Arâches-la-Frasse, Faucigny, Haute-Savoie).


Hermite, Hermites
Ancien français hermite, « ermite », voir Ermite.
Chemin de l´Hermite (Forel, district de Lavaux, Vaud) ;
Les Hermites, hameau (Serraval, Bornes, Haute-Savoie).

Hermone
Mont d´Hermone, 1413m (Orcier et Vailly, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) anciennement Montagne des Armones ou Montagne des Armonnes ; ce nom, du patois savoyard armôna, « aumône » [Viret], aurait été donné par des Chartreux [Künzi 1997].
Notre-Dame d´Hermone, chapelle sur la crête du Mont d´Hermone.

Hermont
Cras d´Hermont, sommet, 537m, et maison isolée, commune de Courgenay, et lieu-dit de Porrentruy, et Bas d´Hermont, lieu-dit de la commune de Courgenay, district de Porrentruy (Jura), avec l´anthroponyme ancien haut allemand Harimund, « protecteur des guerriers » [Prongué], ancien haut allemand hari, « guerrier », et germanique *mundi, « protection ».
Voir aussi Airmont, Ermont.


Hérouil
Hameau de la commune de Jarrier (Maurienne, Savoie), Irivuel en 1284, Esrivuel et Eyrivel en 1432, In campo Iruelli en 1464, Apud Iruvel en 1470, en Ruvel en 1486, Irevueil et En Erevueil en 1605, Eruil en 1677, En Hyrivuil en 1690, Iruvil en 1708, En Heyrüil au XVIIIème siècle, aussi Hiruil, Irouil et Iruil au XXème siècle. Gros fait dériver ce nom d´un primitif *ruel, du bas latin *ruvellus, analogue à rivel, du latin rivulus, « ruisseau », d´où *In Ruvello, devenu *Iruvello, Iruel, Irivuel, Iruvuel, etc.

Herpettaz
L´Herpettaz, maisons isolées en clairière de la commune d´Habère-Lullin (Chablais, Haute-Savoie), probablement une cacographie d´Arpettaz [Künzi 1997].

Herse, Herses
Du français herse, « instrument mobile pourvu de pointes courtes et rapprochées, et travaillant à faible profondeur », latin vulgaire *herpex, latin herpix, même sens.
Chemin de la Herse (Aïre, Genève).
De même origine, ou peut-être une cacographie de Arse avec attraction paronymique du français herse :
Bois de l´Herse, forêt (Chevaline, Pays de Faverges, Haute-Savoie) ;
Les Herses, hameau (La Chaux-de-Fonds, Neuchâtel).


Hêtraz, Hêtres
Hêtre (Fagus sylvatica), hêtraie, forêt de hêtres. Du francique *haistr, « arbuste », germanique *haistra, « jeune pousse [de hêtre] ».
L´Hêtraz, maisons isolées (Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
Bois des Hêtres, forêt déclive (Talloires, Bornes, Haute-Savoie).

Heu
La Heu, lieu-dit de Fionnay (Bagnes, district d´Entremont, Valais), syncope de *L´alleu [Bossard].

Heuille
Anciens comté et château de la vallée du Gelon (Savoie), Château de Leuille au XVIème siècle, voir Huile.

Heures
Par métraduction du patois oûra, « vent », et attraction paronymique avec le français « heures », voir Oures, ou par déglutination du patois deseure, « au-dessus », du latin de super [Bossard].
Joux des Heures, remotivation de Joux des Oures, forêt (Montbovon, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Grandes Heures, alpage (Vacheresse, Val d´Abondance, Haute-Savoie).

Heureux Retour
Rocher de l´Heureux Retour, près des Petites Montées (Mont Blanc, Haute-Savoie), nommé ainsi par H.-B. de Saussure au retour de son ascension du Mont Blanc en 1787 [Boyer].

Heurtous
Les Heurtous, lieu-dit de la commune de Grandval, district de Moutier (Jura bernois), ce nom désignerait un « outil de charretier placé à l´arrière du char pour éviter le recul en forêt » [Roche]. Même origine que le français heurtoir, du francique *hurt, bélier.

Heutatte, Heutte
Mot patois heutte, « hutte », emprunté à l´ancien haut allemand hutta, germanique *hudjô, « hutte, cabane ».
La Heutte, Zur Hütte, Glas-Hütte « verrerie » en 1370, Hütte en 1393, La Heutte en 1727, commune et village (District de Courtelary, Jura bernois).
Diminutif formé avec le suffixe jurassien -atte :
La Heutatte, maison isolée en clairière (Soubey, district des Franches-Montagnes, Jura).



Hières-sur-Amby
Commune et village de L´Isle-Crémieu (Crémieu, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), castrum de Heras au XIIIème siècle, apud Heries au XIVème siècle, occitan hiera, « aire [à battre] ».

Himelette
L´Himelette, maison isolée de la commune de Saint-Imier (District de Courtelary, Jura bernois), probablement par féminisation d´un patronyme Himel, variante alémanique de l´allemand Himmel, « ciel ».

Hinter Rohrberg
Maison isolée de la commune de Courroux (District de Delémont, Jura), signifie en allemand « derrière la montagne des roseaux ».

Hippocampes
Crête des Hippocampes, arête rocheuse des Rochers des Fiz (Faucigny, Haute-Savoie), peut-être y a-t-on trouvé des hippocampes fossiles. Du grec hippos, « cheval », et kampê, « courbure », c´est le seul poisson dont la tête fait un coude avec le corps.

Hires
Les Hires, forêt déclive de la commune d´Allèves (Albanais, Haute-Savoie), peut-être de l´ancien français hire, « grognement d´un chien ».

Hirondelles
Français hirondelle, nom de plusieurs oiseaux de la famille de Passereaux ; anciennement le petit de l´hironde, ancien français aronde, latin hirundo. Ces appellations sont récentes, le nom hirondelle n´apparaissant qu´au XVIème siècle.
Les Hirondelles, quartier (Saint-Maurice-de-Beynost, Dombes, Ain) ;
Gorge des Hirondelles, formée par le Merdaret (Theys, Belledonne, Isère) ;
Pointes des Hirondelles, 3524m, et Col des Hirondelles, 3480m, près desquels Sir Leslie Stephen (1832-1904) et ses compagnons auraient trouvé une vingtaine d´hirondelles mortes disposées en arc de cercle, lors de la première traversée du col en 1873 ;
Rocher des Hirondelles, falaise (Chézery-Forens, Pays de Gex, Ain) ;
Rocher des Hirondelles, crête rocheuse (Epierre, Basse-Maurienne, Savoie).

Hiver, Hivernage, Hivernières
Sans doute un endroit particulièrement froid. Ancien français ivern, du bas latin hibernum, abréviation de la locution du du latin classique hibernum tempus, « saison d´hiver ». Aussi lieu où sont semées les céréales d´hiver, latin médiéval hibernaticum.
Montagne de l´Hiver, pâturage, et Croix de l´Hiver, sommet, 2155m (Alpages de Monthey, Val d´Illiez, district de Monthey, Valais), Portes de l´Hiver, petit col, 2090m (Les Crosets, Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais).
Ancien français hivernage, « labourage d´hiver, blé qui se sème en hiver » :
Hivernage, En Yvernajo en 1345, ancien lieu-dit (Songieu, Valromey, Ain).

Avec le suffixe collectif -ère :
Les Hivernières, Mansus de Yverneres en 1248, Mansus de les Iverneres en 1260, ancien mas (Saint-Paul-de-Varax, Dombes, Ain).


Hivernanches
Les Hivernanches, maisons isolées en clairière des Voirons (Lucinges, Annemasse, Haute-Savoie), probablement Les Vernanches en 1279. Ce serait alors un dérivé de verne, « aulne », avec le suffixe -anche, voir Vernenche.


Hobel, Hobelet, Houbel, Hubeli
Francisations du nom allemand Hübel, « colline ».
Hobel, hameau (Barberêche, district de la Sarine, Fribourg) ;
Le Houbel, maison isolée (Courtelary, Jura bernois).
Avec le suffixe diminutif -et :
Hobelet, hameau (Barberêche, district de la Sarine, Fribourg).

Francisations du diminutif alémanique Hübeli, « petite colline » :
Le Hubeli, maison isolée (Sonceboz-Sombeval, district de Courtelary, Jura bernois).


Hoches, Houches, Houchettes, Huche, Huches
Variantes de Oche. Ancien français houche, « clôture », par synecdoque.
Les Hoches, Les Oches en 1730, hameau (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Les Houches, Ochiae au XIVème siècle, Les Ouches en 1840, commune et village de la vallée de Chamonix (Chamonix-Mont-Blanc, arrondissement de Bonneville, Haute-Savoie), nom monté à l´L´Aiguillette des Houches, 2285m ;
Les Houches, hameau (Sallanches, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
L´Huche, lieu-dit (Saint-Pierre-en-Faucigny, Faucigny, Haute-Savoie) ;
L´Huche Bonvard, lieu-dit, avec un patronyme Bonvard (Massongy, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Huches, hameau au bord du Léman (Excenevex, Bas-Chablais, Haute-Savoie).
Diminutif avec le suffixe -ette :
Les Houchettes, hameau (Saint-Gervais-les-Bains, Val Montjoie, Haute-Savoie).

Nord-occitan oucho, « dans les Alpes, terre peu inclinée et plate défrichée depuis longtemps » :
Les Hoches, lieu-dit en montagne (Saint-Christophe-en-Oisans, Oisans, Isère).


Hochmatt
Hochmatt, sommet, 2152m, et alpage, Petite Hochmatt, ruine d´alpage, Chaux de la Hochmatt, pâturage de la commune de Charmey (District de la Gruyère, Fribourg), allemand hoch, « haut », et Matte, « prairie ».

Hombes
Les Hombes, alpage de la commune de Saint-Jean (Val d´Anniviers, Valais), mot patois signifiant « les combes », par mutation de s suivi du son [k] en h fortement aspiré [Guex].

Homme, Homme Fort
1. Orme, du vieux français humel, olme, latin ulmus, « orme, ormeau », racine indo-européenne *el-, ol-, « rouge, brun (dans les noms de plantes et d´animaux) ».
L´Homme, Orme et Olme au XVIIème siècle,
Pic de l´Homme, Les Ormeaux au XVIIIème siècle, 2400m, Rocher de l´Homme, Ravin de l´Homme et Col de l´Homme de Bâton, 2292m (Livet-et-Gavet, Oisans, Isère) ;
L´Homme Fort, maisons isolées en clairière (Meillerie, Chablais, Haute-Savoie).
2. Sommet caractérisé par un empilement de pierres ou un cairn, ou ayant vaguement une forme humaine.
L´Homme, éminence (Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
Tête à l´Homme, petit sommet, 2132m (Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Vers l´Homme, sommet, 2356m (Salvan, district de Saint-Maurice, Valais), et autre sommet, 2499m (Vallon de Barberine, Salvan, district de Saint-Maurice, Valais).

Voir aussi Belhomme, Bonhomme, Omen Roso.


Honches, Honchets
Variante du vieux français onche, « jonchère », voir Onces.
Les Honches, maison isolée (Neuville-les-Dames, Dombes, Ain) ;
Les Honchets, hameau (Dompierre-sur-Chalaronne, Bresse, Ain).

Hone, Hône
Ces noms sont probablement issus du latin alnus, voir Aunes. Certains auteurs y voient plutôt un dérivé du gaulois onno, terme relatif à l´eau.
Créta d´Hone, lieu-dit (Châtillon, vallée d´Aoste) ;
Hône, commune et village (Vallée d´Aoste).

Hongrin
L´Hongrin, cours d´eau affluent de la Sarine, commune du Haut-Intyamon, district de la Gruyère (Fribourg), et Pays d´Enhaut (Vaud), Ongrim en 1294, Ongrin en 1392, puis Le Longrin au XVIIIème siècle, dériverait d´une racine indo-européenne *enq-, onq-, « soupirer, gémir » avec peut-être un deuxième terme de même origine que Rin ;
Lac de l´Hongrin, lac artificiel sur le cours de l´Hongrin ;
Petit Hongrin, affluent du lac de l´Hongrin puis de l´Hongrin (Ormont-Dessous et Villeneuve, district d´Aigle, Vaud).

Hôpital, Hôpital-de-Maconnex, Hôpitaux, Hospice, Hospitalet,
Hospitallières
Au Moyen Age, établissement religieux recevant les mendiants et les pèlerins, parfois aussi les malades ou les lépreux, ou grange, terre ayant appartenu à un tel établissement ; ancienne maison ayant appartenu aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem ou aux Templiers avant qu´elle ne passe aux Hospitaliers ; auberge. Ancien français ospital, bas latin hospitalia, « chambres pour les hôtes », bas latin hospitalis [domus], « lieu de refuge, d´acceuil », bas latin hospitale [cubiculum], « [chambre] pour les étrangers », latin hospitium, « toit hospitalier, logement, gîte », dérivé de hospes, hospitis, « hôte, étranger ».
Hôpital, alpage (Valpelline, vallée d´Aoste) ;
L´Hôpital et Sur l´Hôpital, lieux-dits, d´un hôpital mentionné en 1172 (Dompierre, district de la Broye, Fribourg) ;
L´Hôpital, Hospitale Hierosolymitanum de Confleto in glara en 1256, Hospitalis prope Conflentum au XIVème siècle, ancien hameau de Conflans, où se trouvait un établissement des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (Albertville, Combe de Savoie, Savoie) ;
Bois de l´Hôpital, forêt (Courtepin, district du Lac, Fribourg) ;
Nant de L´Hôpital, cours d´eau (Confort, Pays de Gex, Ain) ;
L´Hôpital-de-Maconnex, Hospital de Maconnay en 1400 (Ornex, Pays de Gex, Ain) ;
Ferme de l´Hôpital, maisons isolées, ancienne ferme de l´hôpital de Genève mentionnée en 1674, auberge puis restaurant après l´annexion (Bossey, Genevois, Haute-Savoie) ;
Les Hôpitaux, Hospitale en 1385, Lacs des Hôpitaux, et Cluse des Hôpitaux, lieu-dit (La Burbanche, Bugey, Ain).
Ancien français hospitalet, « petit hôpital », avec le suffixe diminutif -et :
L´Hospitalet, lieu-dit (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais).

Ancien français hospice, « gite » :
L´Hospice, maison isolée (Villeret, district de Courtelary, Jura bernois).

Ordre religieux marial des Hospitalières :
Les Hospitallières, maisons isolées (Villeneuve, district d´Aigle, Vaud).

Voir aussi Hépetauda, Lhôpital.


Horloge
Horloge, ancien français oriloge, latin horologium, grec horologion, « qui dit l´heure ».
L´Horloge, maison isolée (Renan, district de Courtelary, Jura bernois) ;
L´Horloge, maison isolée (La Brévine, district du Locle, Neuchâtel).

Hormont
L´Hormont, colline boisée de la commune de Siviriez, district de la Glâne (Fribourg), peut-être un Ormont, « mont de l´ours », devenu Hormont par prosthétique.

Horniberg
Maison isolée de la commune de Courroux (District de Delémont, Jura), de l´allemand Horn, « corne », ou patronyme Horni, et Berg, « montagne ».

Hors
Les Hors, pâturage de la commune d´Ayent (District d´Hérens, Valais), forme patoise de *les cors, avec mutation de s suivi du son [k] en h fortement aspiré, probablement dans le sens de Cor, « gouille » ; il y a un étang à cet endroit.

Hostel, Hostes, Hostiaz, Hotau, Hotaux,
Hôtel
Noms dérivés de l´ancien français hosteau, oste, ostel, « maison, logis, demeure, habitation ; hôtel, auberge », latin hospes, hospitis, « hôte, étranger ».
Français hôtel :
L´Hôtel, maisons isolées (Arconciel, district de la Sarine, Fribourg).

Ancien français ostel :
Hostel, Ostel en 1345, Domus fortis de Ostello en 1447, ancien château et hameau (Belmont-Luthézieu, Valromey, Ain).

Ancien français oste :
Les Hostes, hameau (Barberêche, district du Lac, Fribourg) ;
Hostiaz, In villa Hostias en 1120, Territorium Hostiarum en 1130, Ecclesia d´Ottiaz vers 1400, Hotiaz au XVIIIème siècle (Carte de Cassini), commune et village du Bugey (Saint-Rambert-En-Bugey, arrondissement de Belley, Ain).

Patois hotau, otau, « maison », ancien français hosteau :
Clos de l´Hotau, chemin (Murist, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Jean d´Hotaux, maisons isolées (Les Ponts-de-Martel, district de la Chaux-de-Fonds, Neuchâtel).

Les noms suivants sont probablement des noms récents liés à l´essor touristique :
L´Hôtel, quartier (Le Praz de Lys, Taninges, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Hôtelières, quartier (Les Gets, Faucigny, Haute-Savoie).


Hôtes
Nom donné par les populations locales aux Walsers établis en Haute-Savoie au Moyen Age.
Les Hôtes, hameau (Verchaix, Faucigny, Haute-Savoie).

Hotonnes
Commune et village du Valromey (Brénod, arrondissement de Nantua, Ain), Cura de Othona vers 1344, Osthona et Ostona en 1345, Hostonaz en 1387, Otona en 1399, Hostona et Otthona en 1413, Hostonne en 1556, Hotonne en 1734, probablement d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *villa Othona ou villa Ottona, par féminisation d´un anthroponyme Othonus ou Ottonus.

Houille
La Houille, maison isolée de la commune de Bellevaux (Chablais, Haute-Savoie), serait une remotivation d´un nom primitif comme Louie, « prairie humide, flaque d´eau » [Künzi 1997].

Houlés
Les Houlés, lieu-dit de la commune de Randogne, district de Sierre (Valais), pourrait être une forme patoise valaisanne de Coulées, avec un h fortement aspiré résultant d´une mutation du son [k] après s.

Hucel
Le Hucel, hameau de la commune de Thollon-les-Mémises (Chablais, Haute-Savoie), pourrait être le Luissel mentionné dans le Régeste Genevois, de Lusiliaco en 1208, par déglutination.

Huémoz
Village de la commune d´Ollon, district d´Aigle (Vaud), Oësmoz en 1629, origine inconnue.

Huez
Commune et village de l´Oisans (Le Bourg-d´Oisans, arrondissement de Grenoble, Isère), Uesius au XIème siècle, parrochia de Hueis au XIIIème siècle, mistralis de Hues au XIVème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *[fundus] Hosius, avec le nom de personne Hosius.

Hugon, Hugonin, Hugonnières
Patronyme Hugon, hypocoristique du prénom Hugo, du germanique *hugi, hugu, « esprit, intelligence ».
Fin Hugon, maison isolée (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg).
Avec le suffixe de propriété -ière :
Les Hugonnières, maison isolée (Marlieux, Dombes, Ain).

Patronyme Hugonin, avec le suffixe diminutif -in :
Hugonin, alpage (Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg).

Voir aussi Lugon.


Huguenots
Français huguenot, « appellation sous laquelle on désignait autrefois, en France, les Calvinistes », du vieux genevois eyguenot, de l´alémanique Eidgenossen, « confédérés ».
Les Huguenots, maison isolée (Bâgé-la-Ville, Bresse, Ain) ;
Grotte des Huguenots, lieu-dit (Injoux-Génissiat, Michaille, Ain).

Huile
Territoire dont font partie les communes de Bourget-en-Huile, du Pontet et de la Table (Val Gelon, Savoie), Petrus de Acus en 1153, Apud Acum en 1298, monte Acus au XIVème siècle, l´Heuille en 1729, l´Huille et l´Hullie en 1731, Ullies en 1825, Les Huiles en 1935, nom qui désignait l´actuel Pic de l´Huile où se trouvait le château de l´Heuille, à l´extrémité du Plateau de l´Huile. Ces noms dérivent par le patois ulyi, « aiguille », pluriel ulyé, du latin vulgaire *acucula, diminutif du latin acus, « aiguille », racine indo-européenne *ak-, « pointu ».

Huilieux
Hameau de la commune de Groslée (Bugey, Ain), Ecclesia de Oleiaco au XIème siècle, Apud Aulleu, lire Oulleu en 1272, Ullieu en 1438, Apud Uliacum subtus Grolea en 1469, Huilieu en 1911, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Ulliacus [Philipon], dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Ullius.

Humbert, Humberts
Patronyme Humbert, du germanique *hûna, « jeune [ours] », et *berhta, « brillant, renommé ».
Combe d´Humbert, maison isolée (Sonvilier, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Prés Humbert, au praz Humbert en 1696, lieu-dit (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais) ;
Les Humberts, hameau (Saint-Étienne-sur-Chalaronne, Dombes, Ain).

Humilimont
Ancienne abbaye de Prémontrés, maintenant clinique psychiatrique sur la commune de Marsens (District de la Gruyère, Fribourg), nom latin Humilis Mons, « colline peu élevée », par la suite Humblemont, nom allemand Niederberg, même sens.

Humilly
Pourrait dériver d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Humil[l]iacum, dérivé avec le suffixe -acum d´un gentilice Humil[l]ius d´un cognomen Humilis, « petit, humble, faible, de basse condition ».
Humilly et Humilly d´Amont, Cura de Humillier vers 1344, hameaux (Viry, Genevois, Haute-Savoie) ;
Bois d´Humilly, forêt (Plan-les-Ouates, Genève).

Hurtières
De urteria, forme romane du latin urticaria, « lieu où poussent des orties », du latin urtica, « ortie ». Voir Ortie.
Hurtières, anciennement Urtières, massif montagneux qui fait partie de la chaîne de Belledone, Urteria en 1262, dominus Urteriarum en 1276, de Urteriis en 1287, Vallis Urteriarum en 1296 (Basse-Maurienne, Savoie) ;
Hurtières, Ecclesia de Urtigeriis au XIème siècle, ad Urtieires au XIIIème siècle, parrochia Urteriarum sans date, commune et village de Belledonne (Goncelin, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Hurtières, Urtieyres au XIVème siècle, castrum Urteriarum au XVème siècle, hameau, et Ruisseau d´Hurtières, rivus de Urtieres au XIVème siècle, affluent de l´Isère (Tullins, Pays voironnais, Isère) ;
Col d´Hurtières, foliolum de Urtieriis et ad folleil Urticarum au XIIème siècle, Urteres et Urtières au XVIème siècle, 1769m (Pommiers-la-Placette, Pays voironnais, Isère) ;
Col d´Hurtières, collis de Urtier au XIIIème siècle, collis Urterii au XVème siècle, Col d´Hurtière au XXème siècle, 1827m (Entraigues et La Salette-Fallavaux, Valbonnais, Isère) ;
Col d´Hurtières, 871m (Les Adrets, Belledonne, Isère) ;
Goulet d´Hurtières, passage en falaise (Saint-Pierre-de-Chartreuse, Chartreuse, Isère).

Hyère
Du latin area, voir Aires.
L´Hyère, cours d´eau affluent de la Leysse (Chambéry, Savoie).