D

Daille [n. f.]
Pin sylvestre (Pinus sylvestris), patois daye.

Daille [n. f.]
Faux (outil), patois dalie, vieux français dail, même sens.

Damassine [n. f.]
Jura (Ajoie) : 1. sorte de prune appelée aussi prune de Damas.
La Damassine, joyau des vergers ajoulots. (Sur la Toile).
2. La boisson distillée qui en découle, dans la région de La Baroche.
Une seule demande d´AOC pour la damassine vient d´être déposée à l´OFAG. (Sur la Toile).


Darbel [n. m.]
Jeune sapin, patois savoyard darbè, « sapin rabougri qui croît dans les endroits rocailleux », darbèlè, « forêt de sapins petits ou rabougris », patois romand darbé, darbi, derbé, « jeune sapin », ou, dans la Veveyse, « jeune sapin désséché ». Mot venu d´un radical préroman (peut-être celtique) darb, « bloc erratique », probablement parce que dans les endroits humides, ces arbres ne poussaient que sur des rochers.

Darbon, derbon, drabon [n. m.]
Taupe (Talpa europaea), du préroman et latin darbo, « taupe ».
Suivant une tradition forézienne, les fées s´étant révoltées contre Dieu, furent changées en darbons et condamnées à ne jamais voir le jour. (Sur la Toile).
Pourtant, il existe également une race de taupes bien plus détestables et plus dangereuses que les sympathiques derbons de nos jardins et de nos campagnes. (Sur la Toile).

Darbonnière, derbonnière [n. f.]
Taupinière.

Dare, darre [n. f. s.]
Jura : branches de conifère encore munies de leurs aiguilles et de leurs ramilles.
Autrefois, les charbonniers utilisaient des feuilles mortes, des fougères, de la dare ou autres végétaux récoltés sur place. (Sur la Toile).
Ils remplissent les ornières de cailloux, étalent de la darre sur le sol mou pour donner plus de prise aux roues (...) (Sur la Toile).

Dason [n. m.]
Branche de sapin prête à être brûlée.
Quand on va à la forêt, il ne faut pas avoir peur des dasons, quand on se marie, il faut s´attendre à avoir des enfants. [Pierrehumbert].

De [prép.]
Très souvent employé comme explétif.
Un homme rouge de figure. Je n´en sais de rien.

Débattre [v. tr.]
Suisse romande : battre, mélanger, délayer.
Débattre le tout et remettre la viande en brassant sans arrêt jusqu´à ce que la sauce prenne une couleur légèrement brune. (Sur la Toile).

Débattue [n. f.]
Suisse romande : onglée.
Lorsque les mains sont exposées au froid (air ou eau) elles deviennent blanches, insensibles (doigts morts) pour devenir plus tard rouges, chaudes et douloureuses (débattue) lorsque la température remonte. (Sur la Toile).

Déboquer [v. tr.]
Jura : battre dans un concours, une compétition. Enlever de sa place.
Les sites indésirables ou à déboquer sont à signaler à Alexandre Kaiser. (Sur la Toile).

Débranler [v. intr.]
Suisse romande : quitter un endroit, bouger, sortir.
C est clair que se faire débranler à la maison devant un public venu tout de même nombreux ( week end du 15 aout ) et étant malgrès tout enthousiaste ca fait mal au coeur ! (sic) (Sur la Toile).

Débrosse [n. f.]
Neuchâtel : Récupération de bois de chauffage.
Les pâturages boisés font partie de mon patrimoine. C´est dans ce milieu que j´ai grandi, que j´y ai mes racines et que j´ai plaisir à y perpétuer la tradition de la débrosse ou de la torrée. (Sur la Toile).

Décapadiot [n. m.]
Savoie : grande personne peu agile de ses membres (personne suffisament grande pour décaper (décrocher) les diots pendus au plafond des caves.)
Tout ce dont je me souviens c´est que je suis du genre décapadiot ..... (Sur la Toile).

Décaper [v. tr.]
Savoie : détacher, décrocher.

Déci [n. m.]
Suisse romande : abbréviation de décilitre.
« Mademoiselle, trois décis de blanc ! ». Du « vaudois » comme il se doit. (Sur la Toile).

Décroît [n. m.]
Savoie : atrophie d´un membre.
Mon frère a le décroît au bras gauche.

Déçu en bien [loc.]
Vaud : agréablement surpris.
Son maître était quand même content, déçu en bien comme on dit ici. (Sur la Toile).

Décuchaiser [v. intr.]
Suisse romande : bouger, tomber.
(...) les commercants ci-dessous, qui vous feront décuchaiser de rire si, par bonheur, vous franchissez leur pas-de-porte... (Sur la Toile).

Dédite [n. f.]
Dédit, révocation d´un contrat, par exemple de bail. Pénalité due en cette occasion.
Ensuite, le Code des obligations vous accorde un délai de dédite incontournable de sept jours. (Sur la Toile).
En cas de retrait d´une candidature avant le début du cycle/cours, il sera perçu une dédite de fr.200.- (Sur la Toile).

Défaire (se) [v. pron.]
Enlever son manteau, se mettre à l´aise.
Défaites-vous seulement !

Dégreuber [v. tr.]
Suisse romande : nettoyer, enlever la boue. Voir greube.
Un bon tuyau ne rouille pas, ne se dévisse jamais, reste souple pour l´arrosage, ne fendille pas au soleil, ne s´emberlificote pas quand on veut le dérouler... ne fait pas de noeud quand on dégreube la bagnole, ne s'obstrue pas au moindre objet contondant, reste poli avec les dames, ne met pas ses coudes sur la table et surtout... surtout... apporte des solutions à géométrie variable lorsque nous sommes confronté à un problème (Sur la Toile).

Déguille [n. f.]
Neuchâtel : frayeur. Vaud : fou-rire.

Déguiller [v. tr.]
Abattre, faire tomber un objet élevé, par extension tuer. Antonyme de aguiller.
Les acteurs, qui pensaient gagner facilement leur cachet, se retrouvent aux prises avec un homme déguisé en loup, un dingue qui veut absolument les déguiller... (Sur la Toile).

Déguiller [v. intr.]
Dégringoler, tomber de haut.
Je l´ai vu déguiller au fond, mais je pouvais plus rien faire. (Sur la Toile).

Déhotter [v. intr.]
Partir brusquement, par métaphore : mourir subitement. Littéralement : vider une hotte.
La Toinette, ella a déhotté la semaine dernière.

Déjeûner [n. m. et v. intr.]
Prendre le repas du matin. Le petit déjeûner.
Nous nous sommes réveillés à 7h45. En arrivant au déjeûner, nous avons trouvé le message suivant : (...) (Sur la Toile).

Délice [n. m.]
Suisse romande : pâtisserie au beurre, salée.
Délice au beurre (pain saumuré garni au beurre), 2.20/pce. (Sur la Toile).

Dématiner (se) [v. pron.]
Vaud : se lever très tôt, de bon matin.

Déménageuse [n. f.]
Suisse romande : Camion, véhicule de déménagement.
Comme déménageuse, un simple char à bancs d´autrefois, traîné par deux chevaux, (...) (Sur la Toile).

Démontagnée [n. f.]
Descente des troupeaux de la montagne vers la fin de l´été.
Dès fin septembre, l´herbe devenant rare et la neige refaisant son apparition, le troupeau et les alpagistes redescendent dans la vallée pour passer l´hiver. C´est la « démontagnée », la fin de la saison d´alpage. (Sur la Toile).

Démontagner [v. tr.]
Savoie : descendre de la montagne, avec le troupeau.
Une seule fois, le 26/09/74, l´hiver est arrivé durablement, ce qui les a obligés à démontagner. (Sur la Toile).

Dénioter [v. tr.]
Suisse romande : découvrir, trouver. De niotte.
Pour dénioter des bonnes adresses, il faut garder l´esprit vigousse et prendre son temps. (Sur la Toile).

Dent-de-lion [n. f.]
Pissenlit (Taraxacum officinale), par remotivation de l´ancien français dandele, « pissenlit ».
Les connaisseurs ont encore au jardin des cardons de la dent-de-lion et de l´endive. (Sur la Toile).

Départoir [n. m.]
Savoie : outil métallique tranchant utilisé pour fendre le bois dans le sens du fil.
Les tuiles de bois étaient fendues pendant l´hiver à partir de morceaux d´epicéa ou de mélèze à l´aide d´un outil métallique appelé « départoir ». (Sur la Toile).

Dépatrouiller (se) [v. pron.]
Se débrouiller, s´en sortir, se dépatouiller. Voir patrouille.
Pour se (sic) faire, et n´importe comment il s´agira de se dépatrouiller d´un fameux hochepot. (Sur la Toile).

Dépondre [v. tr.]
Séparer, détacher, décrocher, dépendre. Antonyme d´appondre.

Dérocher [v. intr.]
Tomber d´une parois de rocher, lâcher prise en escalade.
Neuf moutons ont déroché sous la cabane et 3 autres à la Comba Parron à environ 600 m des premières (sic). (Sur la Toile).

Dérupe [v. intr.]
Suisse romande : pente raide. De l´ancien français desrubier, « précipice », et latin rupes, rupis, « rocher, précipice ».
Deux murs de pierres sèches bordent une raide « dérupe » où le cheminement se répartit entre une simple pente et un escalier. (Sur la Toile).

Déruper, dérupiter [v. intr.]
Glisser, tomber en bas d´une pente, ancien français desrouper, « précipiter ».
Julien, ses goûts pour le sport se limitent dans le plaisir sadique de faire dérupiter en bas le talus de fervents coureurs. (Sur la Toile).

Désalpe [n. f.]
Descente de l´armailli et du troupeau des alpages en fin de saison.
La date de la désalpe est fixée selon les humeurs de la météo, vers la fin septembre, aux alentours de la St-Maurice. (Sur la Toile).

Désalper [v. tr. ou intr.]
Redescendre les troupeaux des alpages en fin de saison.
J´étais trop jeune pour avoir des souvenirs précis de cette période [octobre 1974], mais c´était un événement qui avait fortement marqué mon grand-père agriculteur qui se souvenait avoir dû désalper précipitamment son bétail dans des conditions dantesques... (Sur la Toile).

Descendre [v. intr.]
Lac Léman : se diriger vers le Petit Lac, vers Genève. Voir monter.

Dévaloir [n. m.]
1. Suisse romande, Savoie : synonyme de châble.
Après Boveau, la route fait mine de vouloir foncer sur Leysin, mais elle perd souffle au bout de cinq cents mètres de forêt et bute contre un dévaloir. (Sur la Toile).
2. Suisse romande : vide-ordures dans un immeuble.
Art. 18 - Toute chose jetée dans un dévaloir doit être soigneusement emballée. (Sur la Toile).


Dévestiture [n. f.]
Suisse romande : desserte d´un lieu.
Les chemins publics desservant cette zone restent considérés comme chemins de dévestiture. (Sur la Toile).

Deviser [v. tr.]
Suisse romande : établir un devis.
D´autres modèles sont disponibles, nous pouvons deviser votre réseau radio. (Sur la Toile).

Dézaley [n. m.]
1. Lac Léman : brise thermique nocturne du nord qui souffle de Cully à Rivaz, dans la région qui lui donne son nom.
Le Dézaley Orienté au Nord, il se lève le long des côtes en même temps que le Morget mais juste avant le Bisoton. (Sur la Toile).
2. Vin blanc, cépage de chasselas, provenant de la région vaudoise du Dézaley.
La défense et la promotion du Dézaley sont assurées par une association née le 12 juillet 1995 à Chexbres et qui se nomme « Appellation Dézaley Grand Cru ». (Sur la Toile).


Dézaquer [v. tr.]
Suisse romande, populaire : déshabiller.
Mais n´importe comment, pour essayer une de ces fringues, vous devrez vous dézaquer. (Sur la Toile).

Diâ, diot [n. f.]
1. Savoie : terre de mauvaise qualité, boue, terre glaise. Patois savoyard diò, « argile, terre marneuse, terre glaise » [Constantin].
Mais c´est ce petit coin de pays, ce « bout de diot » comme disent les Vaudois, qui « parfume l´univers » pour reprendre la jolie expression de Voltaire. (Gérard Ramseyer, sur la Toile).
2. Lac Léman : vase ou limon formant le fond du lac.


Diaffe [n. f.]
Genève : boue, neige sale et fondante.
Les gosses aiment gadrouiller dans la diaffe.

Dian [n. m.]
Un des surnoms du Soleil, mot patois pour le prénom « Jean ».
Quel dian avec cette canicule.
Voir aussi Jean Rosset.

Dian-dian [n. m.]
Savoie : un benêt. Pas de compétition destructive pour moi, on est tous l´ignare de service pour quelque-chose et on a tous le droit de vouloir en savoir plus sans être traité d´inculte ou ... d´étudiant dian dian (Sur la Toile).

Dicastère [n. m.]
Suisse romande : chacun des services administratifs d´un canton, d´une commune. A l´origine terme écclésiastique.
Champion de l´ascèse, le dicastère des travaux, des bâtiments et de l´aménagement se sert (sic) la ceinture de plusieurs crans (...) (Didier Page, La Gruyère, sur la Toile).

Dîner [n. m. et v. intr.]
Prendre le repas de midi, déjeûner. Le repas lui-même.
(...) une bonne organisation est nécessaire afin que les élèves puissent dîner à l´heure habituelle (11h30-12h). (Sur la Toile).

Diot [n. m.]
1. Savoie : sorte de saucisse aux choux. On écrit aussi diau. Ce nom viendrait du latin digitus, « doigt ».
(...) on retrouve la polenta dans les plats cuisinés de terroir accompagnant par exemple des diots au vin blanc (saucisse savoyarde). (Sur la Toile).

Direct [adv.]
Vaud : directement.
On est reparti et au lieu d´aller direct à la maison, malgré l´heure du déjeuner on a fait un crochet (...) (Sur la Toile).

Discussion [n. f.]
Vaud : faire discussion signifie « faire faillite ».
Ce bâtiment a abrité l´hôpital de 1633 à 1698, puis le cabaret ou logis de la Vigne, autorisé par LL.EE. en 1663. En 1629, Piccot, le propriétaire, fait discussion et la Ville acquiert la maison. (Monuments historiques de Cully, Rue de l´indépendance 2, Sur la Toile).

Dix-heures [n. m. inv.]
Collation que l´on prend vers dix heures.
Les dix-heures paysans. Buffet en guise de petit déjeuner, (...) (Sur la Toile).

Djesse [n. f.]
Vaud : avoir de la djesse, avoir du nerf.

Djinguer [v. tr. et intr.]
Jura : se déplacer rapidement. Patois savoyard diengâ, « bouger, ressauter » [Constantin].
Ça a fini par énerver le père au Tutu qui, ayant ouvert la fenêtre renvoya son baromètre anéroïde djinguer sur la route en disant : - Bougre d´euvermorre, va regarder dehors, le temps qu´il fait. (Sur la Toile).

Doigts de mort [n. m. pl.]
Salsifis (Tragopogon porrifolius) ou scorsonères (Scorzonera hispanica).

Dôle [n. f.]
Variété de vin rouge du canton du Valais, assemblage de Pinot Noir et de Gamay pour 80% et d´un autre cépage, comme l´Humagne Rouge, pour les 20% restant. Selon Bossard, un vigneron du lieu-dit Dolle (Gilly, district de Rolle, Vaud) aurait planté des chapons tombés d´un char venant de France, et ce plan nommé dole serait à l´origine de la dôle valaisanne.
La Dôle est un vin mêlant la charpente du Pinot Noir et la couleur et le fruité du Gamay. (Sur la Toile).

Dôle blanche [n. f.]
Vin rouge du canton du Valais, vinifié en rosé.
La Dôle Blanche est associée aux vins rosés, non pas en raison de sa robe, qui est claire, mais de son origine. En effet, elle est le produit d´un mariage de baies rouges : Pinot et Gamay. Vinifiée sitôt après le pressurage, sans cuvaison, la Dôle s´apparente à un blanc par la couleur, à un rouge par la structure. Pinot et Gamay sont deux cépages traditionnels de la vallée du Rhône, et la Dôle un assemblage coutumier. (Sur la Toile).

Dommage (pas) [adj.]
Que l´on peut utiliser sans crainte de le détériorer, qui ne craint rien.
Depuis le 15 mai 1991 cette situation (...) définit une politique d´Etat au terme de laquelle les « pas-dommage » n´ont pas le droit de prétendre séjourner chez nous. (Sur la Toile).

Donner [v. intr.]
Donner à manger (aux bêtes).
La nuit elles étaient confinées au grenier dans leur cagibit en briques nues, sans eau courante, un lit en fer, une chétie ampoule électrique au plafond, l´hiver grelotant de froid (« la chaleur monte » disait Aristide) et les nuits d´été sans pouvoir dormir ; levées dès potron-minet, gagnant aussitôt leur domaine de prédilection la cuisine, café léger pour l´un, serré pour l´autre, lait chaud avec ou sans chocolat, chicorée, tartines plus ou moins grillées, après quoi le ménage et dieu sait si la maison est grande, le repas de midi qui mijote après avoir pelé émincé les légumes, le service à suivre, la vaisselle à faire, le linge à laver chaque mercredi dans la buanderie, le linge à repasser, les bocaux de viandes l´hiver, les conserves de fruits l´été, les confitures, le repas du soir après avoir été donner aux poules, aux lapins, ou gaver les oies, sinon les commissions en ville deux fois la semaine ; et justement pendant la guerre des emplettes autrement particulières, des dizaines de kilomètres à bicyclette avec la valise, légère à l´aller lourde au retour, gorgée de victuailles de chez Germaine, Clémentine, Célestine, Vébert et les autres avec le risque fou de se faire arrêter, en s´exposant de devoir payer un droit de passage dans les fourrés alentour ; et pour finir la sainte journée domestique cette seule plage de sérénité bien gagnée qui consiste à s´évader tard dans la nuit dans la lecture de « Nous deux » et « Intimité » histoire de tenir le coup et reprendre des forces vives... (Sur la Toile).

Donner le tour [loc. v.]
Suisse romande : passer, s´atténuer, pour une maladie, un malaise.
Le matin, je n´éprouvais pas de bonnes sensations. Mais dès que j´ai pu transpirer à l´échauffement, cela a donné le tour. (Sur la Toile).

Dorin [n. m.]
Vin blanc vaudois.
Le dorin est issu d´un cépage de Chasselas.

Doron [n. m.]

Mais lorsque nous le voyions partir sans la musette, c´est qu'il allait pêcher les environs, soit un nant soit un doron, et nous le suivions discrètement, en se cachant, de peur qu´il nous surprenne et nous rosse, (...) (Sur la Toile).

Drâche, drâchée [n. f.]
Résidu froid du beurre fondu.
Voici donc un savoureux classique qu´on ferait bien de remettre à la mode : le gâteau à la drâche, qui est le pendant du merveilleux gâteau au beurre des Neuchâtelois. (Sur la Toile).

Dré, drè [adv.]
Savoie : tout droit.
Attaquer drè dans le pentu (à ski), descendre en schuss.

Droguer [v. i.]
Attendre avec impatience. Faire droguer : faire attendre longuement.
Tourterot, à César. - Sais-tu que nous t´attendons depuis ce matin... tu nous as fait droguer. (Eugène Labiche).

Droit [adv.]
Jura : cet adverbe a un sens explétif : directement, tout de suite, exactement, justement, vraiment.
Non sans déconner, je suis un chouia ecolo alors ca (sic) fait droit chier de perdre son temps sur les routes pour s´acheter une paire de chouzes. (Sur la Toile).

Droite [n. f.]
N´en faire pas une de droite, équivalent du français familier « faire des coups tordus, ne faire rien de bon ».
Le Gniolu (...) CONSTATE que Christian Ferrazino n´en fait pas une de droite avec l´immeuble maudit - à 40 millions - de la rue du Stand. Le marquis rouge devra fermer sa cantine démago-bio-tiersmondaine (à défaut de tiers-mondialisme). Il s´en fiche, c´est le contribuable qui boit la tasse. (25 janvier 2007, sur la Toile).

Drose [n. m.]
Nom savoyard de l´aulne vert (alnus viridis).

Dzet [n. m.]
Suisse romande : énergie, ressort.
Une golée de pinard donne du dzet. (Sur la Toile).

Dzo [loc. adv.]
Vaud : à dzo : à cheval, perché, juché, monté sur. Patois romand dzô, « juchoir des poules ».

Dzodzet, dzodzette [adj. et n.]
Suisse romande : fribourgeois. Du patois fribourgeois et vaudois dzosè, « Joseph ».
Ce qui a fait dire au journaliste dzodzet que les manifestants étaient presque aussi nombreux que le petit nain. (Sur la Toile).