L

La
En La ou Le Lâ, maisons isolées de la commune de Belfaux (District de la Sarine, Fribourg), adverbe de position.

Labalme
Commune et village du Haut-Bugey (Poncin, arrondissement de Nantua, Ain), Balmensis en 1116-1118, Balma en 1164, La Barma en 1341, La Balma sur Cerdon en 1536, La Balme-Sapel en 1670, La Balme sur Cerdon sur la Carte de Cassini, dérivé de La Balme par agglutination de l´article.

Là-Bas, là-bas
Adverbe de lieu là-bas, à l´origine « en tel endroit situé plus bas », maintenant « en tel endroit plus ou moins éloigné », composé de « là », du latin illa, illac, « par là », et bas.
Bois de là-bas, petite forêt (Faucigny, Haute-Savoie) ;
Là-Bas, Apud Labam en 1324, Labaz en 1442, aussi L´Abas, L´Abaz, écart, (Curienne, Bauges, Savoie), probablement d´un patronyme dérivé de abas, variante d´abbas, « abbé » [Gros], voir Abbaye, devenu Là-Bas par attraction paronymique avec l´adverbe.

Labergement
Dérivé de L´Abergement par agglutination de l´article.
Labergement-Sainte-Marie, commune et village (Mouthe, Doubs).

Labérieu
Dérivé de L´Abérieu par agglutination de l´article.
Chalets de Labérieu ou L´Abérieu, alpage (Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie).

Labiaz
La Labiaz, quartier de la ville de Chambéry (Savoie), mentionné en 1345, serait dérivé de l´abbie, une ancienne forme de l´abbaye, par agglutination de l´article [Gros].

Labie, Labié, Labies, Labiez
Patois valdôtain labie, « ardoise, lauze, dalle de shiste », probablement de même origine que Lapie par sonorisation du [p].
Crot de Labie, alpage (Breuil, Valtournenche, vallée d´Aoste) ;
Becque Labié, aussi Becca Labie, sommet, 3463m (Alpes Pennines, Bagnes, district d´Entremont, Valais, et Bionaz, vallée d´Aoste) ;
Crot des Labies, alpage (Torgnon, vallée d´Aoste) ;
Mont Labiez, 2629m (Etroubles et Gignod, vallée d´Aoste).

Laborat, Labory, Lavoret, Louverot
Champ labouré, du latin laboratus, « labouré », participe passé de laborare, « travailler », puis « labourer ».
Patois laborâ, « labourer » :
Laborat, lieu-dit (Lussery-Villars, district de Cossonay, Vaud) ;
Le Labory, hameau (Gingins, district de Nyon, Vaud).

Patois lavorer, « labourer » :
Le Lavoret, lotissement (Anthy-sur-Léman, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Le Louverot, anciennement Lavouret, Louvaret et Laveret, commune et village (Voiteur, arrondissement de Lons-le-Saunier, Jura).


Labram
Prés Labram, lieu-dit de la commune de Provence (District de Grandson, Vaud), « prés [de] l´Abram », avec agglutination de l´article, du patronyme ou prénom Abram, nom hébreu signifiant « père vénéré », premier nom du patriarche biblique Abraham, « père d´une multitude ».

Lac, Lacs
Terme générique français lac, « grande étendue d´eau entourée de terres », latin lacus, « réservoir, bassin ». Ce terme est utilisé abusivement pour désigner des étangs, des mares, même de petites dimensions.
Le Lac, cura de Lacu vers 1344, hameau près de l´ancien lac de Servoz (Les Houches, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Pré-du-Lac, lieu-dit (Les Brenets, district du Locle, Neuchâtel) ;
Arête des Lacs, Couloir des Lacs et Pente des Lacs, lieux-dits au-dessus des Lacs d´Anthème (Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais) ;
Becca des Lacs, 3470m (Bionaz, vallée d´Aoste).

Lacerandes
Les Lacerandes, lieu-dit de la commune de Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont (Valais), dérivé de *La Cerande par agglutination de l´article, d´un mot patois cerande, variante de cenande, « endroit où l´on donne aux vaches leur repas du soir ». Gérondif cenandum du verbe latin cenare, « dîner ». Nom monté à la Pointe des Lacerandes, sommet, 2776m.

Lacha, Lachal, Lachat, Lachau, Lachaud,
Lachaux, Lachaz, Latchat, Léchau, Léchaud,
Leschaud, Leschaux, Leschay
Dérivés de La Cha, etc, avec agglutination de l´article.
Mot régional lachat, ou mieux lacha, « hauteur caillouteuse avec buissons ou herbe maigre » [Pégorier] :
Mont Lacha (Grand-Bornand, Bornes, Haute-Savoie) ;
Crête de Lacha, croupe (Albiez-le-Jeune, Maurienne, Savoie) ;
Pointe de la Lacha, sommet, 1422m (Leytron, district de Martigny, et Chamoson, district de Conthey, Valais) ;
Lachal, hameau (Saint-Martin-le-Vinoux, Pays grenoblois, Isère) ;
Lachal, Calma au XIIIème siècle, Calma de Varsia au XVème siècle, lieu-dit (Varces-Allières-et-Risset, Pays grenoblois, Isère) ;
Ruisseau de Lachal, affluent du Ruisseau de l´Edioulaz (Fontcouverte-la-Toussuire, Maurienne, Savoie) ;
Mont Lachat de Châtillon, 2050m (Le Grand-Bornand, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Lachat, hameau et alpage, et Granges de Lachat, alpage, nom monté au Mont Lachat, 2023m (Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
Lachat, probablement La Chaz en 1935, Montagne de la Chiaz en 1781, alpage (Saint-Martin-de-Belleville, Tarentaise, Savoie) ;
Lachat, Lachat de Aquablanca en 1260, hameau (Aigueblanche, Tarentaise, Savoie) ;
Plan Lachat, Plan de la Chal, Plan de l´Achat et Plan de l´Achatte en 1564, Plan de la Chatte au XXème siècle, alpage ruiné (Valloire, Maurienne, Savoie) ;
Pointe de Lachau, 1962m (Vallon de Bise, Chablais, Haute-Savoie) ;
Lachaud, hameau, et Bois de Lachaud, forêt (Lucinges, Annemasse, Haute-Savoie) ;
Sur Lachaud, lieu-dit en forêt (La Côte d´Arbroz, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Mont Lachaux, épaule, 2140m, nom monté de La Chaux, pâturage voisin (Lens et Randogne, district de Sierre, Valais) ;
Lachaz, hameau (Saint-Gervais-les-Bains, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Léchau, alpage (Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais) ;
Léchaud, hameau (Salins-les-Thermes, Tarentaise, Savoie) ;
Mont Léchaud, 2805m (Vallon de la Lex Blanche, Val Vény, vallée d´Aoste) ;
Pointe Léchaud, 3128m, sommet des Alpes Grées, et Passage de Léchaud, 2973m (Vallée des Glaciers, Les Chapieux, Savoie, et vallée de la Thuile, vallée d´Aoste) ;
Leschaud, hameau (Francin, Combe de Savoie, Savoie).

Mot régional leschaux, « sol inculte au-dessus de la forêt » [Pégorier] :
Leschaux, hameau (Vacheresse, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Leschaux, de Calcibus en 1292, commune et village (Seynod, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie), nom monté au Col de Leschaux, 897m, et aux Chalets de Leschaux, alpage dans la même commune ;
Rochers de Leschaux, lapiaz culminant à 1936m (Le Petit-Bornand-les-Glières et Mont-Saxonnex, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Leschay, alpage (Les Clefs, Bornes, Haute-Savoie).

Probablement une variante patoise :
Sur Latchat, lieu-dit en forêt (Court, district de Moutier, Jura bernois).


Lachat, Lassy
Probablement d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Laciacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Lattius [Gros].
Lachat, in villa Lachiaco en 979-1046, Lâchât au XIXème siècle, hameau et Sous Lachat, maisons isolées en clairière (Bonne, Annemasse, Haute-Savoie) ;
Lassy, hameau (Saint-Germain-la-Chambotte, Albanais, Savoie) ;
Lassy, hameau (Allinges, Bas-Chablais, Haute-Savoie).
Peut-être de même origine :
Lassy, hameau (Val Vény, vallée d´Aoste) ;
Tête de Lassy, petit sommet, 1653m (Sallanches, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).


Lâche, Lacherels, Laichère, Layché, Léchaire,
Léchaires, Lèche, Léchelles, Léchère, Lécheré,
Lécherel, Léchères, Lécherette, Lecherettes, Lécherola,
Lécherolle, Lécheron, Léchêrot, Lécheru, Lèches,
Léchière, Léchières, Léchire, Léchires, Léchoe,
Leschère, Leschères, Lescherette, Lescheroux, Lessières,
Leuchey, Lichère, Liches, Lichière, Lischera,
Lischeren
Lieu où poussent des laîches (Carex sp., plante des lieux humides), mauvaise terre, lieu humide, patois léçhe, liçhe, latin populaire lisca, « laîche », du germanique *liska, « laîche, herbe de marais ». Les laîches étaient fauchées pour servir de litière.
La Lâche, lieu-dit (Bure, district de Porrentruy, Jura) ;
Lèche, alpage (Val Ferret, vallée d´Aoste) ;
Lèche, alpage, nom monté au Col de Lèche, 2588m (Quart, vallée d´Aoste) ;
La Lèche, alpage (Châtel, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Plan de la Lèche, lieu-dit (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Les Lèches, lieu-dit (Gollion, district de Cossonay, Vaud) ;
Les Lèches, Ad leschas de Evogiis en 1213, lieu-dit (Evosges, Bugey, Ain) ;
Liches, hameau (Vercorin, Chalais, district de Sierre, Valais).
Noms collectifs, patois létsire, vieux français laichère, ancien français leschere, latin populaire liscaria, « cariçaie, terrain humide, marécageux », noms formés avec le suffixe collectif -ère :
La Laichère, alpage (Beaufort-sur-Doron, Beaufortain, Savoie) ;
Chemin de la Léchaire (Bernex, Genève) ;
Les Léchaires, hameau (Villorsonnens, district de la Glâne, Fribourg) ;
Léchelles, Leschières en 1243, Leschièles en 1327, nom allemand Leitern, « échelles », par métraduction du nom français actuel, commune et village (District de la Broye, Fribourg) ;
La Léchère, Territorium de Leschiery en 1397 (Saint-Genis Pouilly, Pays de Gex, Ain) ;
La Léchère, alpage (Vallée de la Manche), nom monté à la Pointe de la Léchère, 2173m, à la frontière franco-suisse (Champéry, district de Monthey, Valais, et vallée de la Manche, Morzine, Chablais, Haute-Savoie) ;
La Léchère, Lescheria et rivus Lecherie en 1475, hameau (Valmeinier, Maurienne, Savoie) ;
Léchère, hameau, et Lacs de Léchère (Bionaz, vallée d´Aoste) ;
Les Léchères, lieu-dit (Vufflens-la-Ville, district de Cossonay, Vaud) ;
Lécheru, hameau (Hauteluce, Beaufortain, Savoie) ;
La Léchière, lieu-dit (Les Montets, district de la Broye, Fribourg) ;
Bois des Léchières (Panex, Ollon, district d´Aigle, Vaud) ;
La Léchire, maison isolée (Enney, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Léchires, lieu-dit (Moiry, district de Cossonay, Vaud) ;
La Leschère, cours d´eau affluent de la Reyssouze (Certines et Tossiat, Bresse, Ain) ;
Leschères, hameau (Villemotier, Bresse, Ain) ;
Les Lessières, In Lecheriis en 1514, lieu-dit (Modane, Maurienne, Savoie) ;
La Lichère, alpage (Val Ferret, vallée d´Aoste) ;
La Lichière, lieu-dit (Hérémence, district d´Hérens, Valais).

Avec les suffixes diminutifs -el, -elle :
Les Lacherels de Bise et Les Lacherels de Vent, Lescheri en 1266, Lacherelles en 1906, maisons isolées, et Bois des Lacherels, forêt déclive (Travers, district du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
Lécherel, lieu-dit (Cugy, district de la Broye, Fribourg).

Avec le suffixe collectif se rapportant à la flore -é :
Lécheré, lieu-dit en montagne (Les Diablerets, Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud).

Avec le suffixe diminutif -ette :
Lecherettes, alpage (Bionaz, vallée d´Aoste) ;
La Lécherette, hameau (Vallon de l´Hongrin, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Chalet de Lescherette, maison isolée (Saint-Rémy-de-Maurienne, Basse-Maurienne, Savoie).

Avec les suffixes diminutifs -ola, -olle :
Lécherola, hameau (Lully, district de la Broye, Fribourg) ;
La Lécherolle, ferme isolée (Mijoux, Valserine, Pays de Gex, Ain) ;
Lécherolle, lieu-dit (Crémieu, L´Isle-Crémieu, Isère).

Avec le suffixe -on :
Lécheron, alpage (Les Clefs, Bornes, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif -ot :
Léchêrot, hameau (Neuvecelle, Chablais, Haute-Savoie).

Avec le suffixe -oux :
Lescheroux, Lescherous en 1231, Lescerous en 1548, commune et village de la Bresse (Saint-Trivier-de-Courtes, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain).

Probablement une forme patoise de même origine :
Le Léchoe, lieu-dit (Saint-Jean-d´Aulps, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Leuchey, alpage (Val Ferret, vallée d´Aoste).

Patois valdôtain leitze, « laichère » :
Layché, Laissail ou Leiche au XVIIème siècle, hameau (Saint-Marcel, vallée d´Aoste).

Formes alémanisées :
Lischera, hameau (Cormondes, district du Lac, Fribourg), et Lischerafeld, lieu-dit, avec l´allemand Feld, « champ » (Cormondes, district du Lac, Fribourg) ;
Lischeren, pluriel, lieu-dit (Ried, district du Lac, Fribourg).

Voir aussi Echereuse.


Lachemonde
Lachemonde, lieu-dit, et Col de Lachemonde, 2709m (Vanoise, Savoie), d´un patronyme [Gros].

Lachenal
Dérivé de La Chenal par agglutination de l´article, c´est aussi un patronyme.
Lachenal, hameau (Manigod, Bornes-Aravis, Haute-Savoie).

Lachiores
Les Lachiores, alpage de la commune d´Evolène (District d´Hérens, Valais), alpe qui dicitur Laces en 1250, alpem de Lacces et alpem de Acces vers 1280, aussi Latiores (carte Dufour) et Lassiores (carte Siegfried) [Jaccard], nom d´origine inconnue.

Lachon
Le Lachon, grande cuvette humide avec des petits lacs dans les lapiaz (Savièse, district de Sion, Valais), peut-être un diminutif de lac avec le suffixe -on.

Laconnex
Commune et village du canton de Genève, Laconay en 1225, Lacunay en 1231, Laconex sur la Carte de Cassini, nom de domaine d´origine gallo-romaine *Laconiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Laconius.

Lacoux
Lieu-dit de la commune d´Oyonnax (Haut-Bugey, Ain), dérivé de *La Coux par agglutination de l´article.

Lacoux
Ancienne commune jusqu´en 1964 et village (Hauteville-Lompnes, Bugey, Ain), Villa qui nomen est Cotis en 1169, La Cou, Ad locum qui Cotis sive Li Cous appellatur et Ab ipsa Cote en 1213, grangia de Couz en 1270, De laz Couz en 1495, Lacou en 1650, La Cous sur la Carte de Cassini, de l´anthroponyme gaulois Cotus, nom du chef de la cavalerie de Vercingétorix.

Ladoye-sur-Seille
Commune et village (Voiteur, arrondissement de Lons-le-Saunier, Jura), dérivé de *La Doye par agglutination de l´article.

Lady
Lady, hameau, et Bois de Lady, forêt de la commune de Megève (Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ; si ce nom est ancien il peut s´agir d´un dérivé de *La Duy par agglutination de l´article.

Laffrey
Commune et village de la Matheysine (Vizille, arrondissement de Grenoble, Isère), molendinum de la Frea au XIIIème siècle, rochassium de la Frey au XVème siècle, de l´anthroponyme germanique *Leitfrid latinisé en Lafridus [Bouvier] ;
Grand Lac de Laffrey, lac de la Frey au XVIIIème siècle, dans les communes de Cholonges, Laffrey et Saint-Théoffrey.

Laga, Laiz, Lay, Laya, Layas,
Layat, Layaz, Laye, Layen, Layets,
Layette, Layeux, Lays, Léal, Léaz,
Légeret, Leigier, Ley
Mots régionaux laix, lay, laye, lex, « bois taillis, forêt » [Pégorier]. De l´ancien français laie, laye, « réserve dans une forêt, partie de bois, quelquefois le bois lui-même », laie, laiee, layee, « route en forêt », verbe laier, layer, leyer, « faire dans les bois taillis de petits chemins droits », bas latin legia, lagia, laia, lia, « sentier rectiligne en forêt », du germanique *laidô, « chemin, chemin [dans la forêt] », puis « forêt » par synecdoque. Certains de ces noms peuvent venir de Adze, etc. par agglutination de l´article.
Combe du Laga, lieu-dit en forêt (Gorgier, district de Boudry, Neuchâtel) ;
Laiz, Lai en 1119, Laz en 1136, Lais en 1152, Layz en 1186, Lays en 1250, etc., commune et village de la Bresse (Pont-de-Veyle, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
Le Lay, hameau (Vallorcine, vallée de l´Eau Noire, Haute-Savoie) ;
La Laya, maison isolée en clairière (Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
La Laya, maison isolée en clairière, et Pont de la Laya, sur le Bon Nant (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Pierre à Laya, blocs erratiques (Arâches-la-Frasse, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Laye, Leya vers 1409, hameau (Saint-Didier-d´Aussiat, Bresse, Ain) ;
Le Lays, hameau (Arâches-la-Frasse, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Ley, Laya en 1279, Laye au XIXème siècle, hameau (Mieussy, Faucigny, Haute-Savoie).
Forme adjective :
Layen, maison isolée (Puidoux, district de Lavaux, Vaud).

Avec le suffixe diminutif -et, -ette :
Les Layets, lieu-dit (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
La Layette, clairière allongée (Sainte-Croix, district de Grandson, Vaud) ;
Le Légeret, probablement un diminutif de legia, lieu-dit (Evolène, district d´Hérens, Valais).

Avec le suffixe collectif -ier :
Le Leigier, lieu-dit en forêt (Nax, district d´Hérens, Valais).

Avec le suffixe -eux :
Route des Layeux (Villars-sur-Ollon, Ollon, district d´Aigle, Vaud).

Mot régional layat, « taillis, mauvais bois, forêt » (Ain, Isère) [Pégorier] :
Laya, Nemus de Laya en 1285, ancien bois (Saint-Jean-de-Thurigneux, Dombes, Ain) ;
La Laya, lieu-dit (Château-Gaillard, Bugey, Ain) ;
En Laya, lieu-dit (Villemotier, Bresse, Ain) ;
Les Layas, forêt (Treffort-Cuisiat, Revermont, Ain) ;
Layat, hameau (Boissey, Bresse, Ain) ;
Layat, L´Aya au XIIIème siècle, L´Ay au XIVème siècle, Ayaz au XVIIIème siècle, L´Ayat en 1921, hameau (Pommiers-la-Placette, Pays voironnais, Isère) ;
Bois de Layat, forêt (Domène, Pays grenoblois, Isère) ;
Bois de Layaz, forêt (Moissieu-sur-Dolon, Bièvre, Isère) ;
Laye, Laya en 1325, Laye en 1398, Leya en 1490, maison isolée (Neuville-les-Dames, Dombes, Ain) ;
Les Layes, petite forêt (Serrières-sur-Ain, Haut-Bugey, Ain) ;
Léal, Domus de Laya en 1272, Domus fortis de Layaco en 1447, Leal en 1536, hameau (Saint-Bénigne, Bresse, Ain) ;
Léaz, Villa et ecclesia de Laio en 1123, villam de Laia en 1183, Leya en 1272, Laya en 1285, Aya en 1441, Aye en 1460, Lya et Lyaz en 1553, Leal en 1650, Léaz en 1850, commune et village (Collonges, Pays de Gex, Ain).

Avec le suffixe diminutif -et, -ette :
La Layette, lieu-dit (Port, Haut-Bugey, Ain).

Voir aussi Bellelay, Désaley, Legettaz.


Lagec, Laget
Dérivés de Aget par agglutination de l´article. Grand Laget, sommet entre les communes de Bagnes et Liddes (District d´Entremont, Valais), 3133m, variante de Grand Aget.
Avec le suffixe patois valaisan -ec :
Route de Lagec, entre Evolène et Les Haudères (Evolène, district d´Hérens, Valais).


Lagneux, Lagniat, Lagnieu, Latigny
Du nom de domaine d´origine gallo-romaine Latiniacus, dérivé avec le suffixe -acu du gentilice Latinius, de Latinus, « latin, du Latium ».
Lagneux, Lagniacum en 1524, hameau (Yenne, Avant-Pays savoyard, Savoie) ;
Lagniat, Ladiniacus en 954-962, Lagnia et Lagniacus en 1393, hameau (Cruzilles-lès-Mépillat, Bresse, Ain) ;
Lagnieu, primitivement Calonnia, a fonte qui Calonna vocabatur, du nom d´un cours d´eau Calonna devenu Fons Latinus et Les Fontaines d´Or, puis villa Latiniacus au VIIème ou VIIIèmesiècle, Laaniacus vers 1128, Latiniacus en 1149, Villa Latiniaci en 1267, Laanieu en 1213, Lannyacus en 1238, Laniacus en 1242, Lanyeu en 1247, Laigniacus et Laigneu vers 1250, Lanieu en 1263, Lagniacus en 1275, Laygneu en 1289, Laygniacus en 1337, Latigniacus en 1339, Layneu vers 1365, Lagneu en 1390, Lagnieu en 1578, Laynieu en 1587, Laignieu en 1609, Lanieu en 1650, Lagnieux en 1743, Lagnieu en 1793, ville, commune et canton du Bugey (Arrondissement de Belley, Ain) ;
Latigny, lieu-dit (Juriens, district d´Orbe, Vaud) ;
Ruisseau de Latigny, affluent du Talent (Cugy, district d´Echallens, Vaud).

Lagots, Lanvoésets, Lanvouisset, Laouchet, Laouchets,
Laouissalet, Lauchellets, Lessy, Loclat, Locle,
Louché, Louchelet, Louchire, Lucel, Luche,
Luché, Luchelette, Luissalet, Luissel, Luisset,
Lussy
Petit lac, petit étang, marais, souvent en montagne. Diminutifs bas latin *lacellus, lacu[s]cellus du latin lacus, « eau dormante, lac, étang », lacusculus, « fossé, fosse, flaque d´eau », même origine que le gaulois locu, lacu, « lac, étang », racine indo-européenne *laku-, « trou d´eau, lac, mer ».
Lac de Lessy, lac de montagne, et Chalets de Lessy, Le Pont de Lessy, alpages (Le Petit-Bornand-les-Glières, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Lac Louché, redondance, petit lac (Lens, district de Sierre, Valais) ;
Le Louché, petit lac du Vallon de Réchy, nom monté au Col de Louché, 2923m (Nax, district d´Hérens, et Grimentz, district de Sierre, Valais) ;
Louché, hameau et pâturage, près du Lac Bleu (Arolla, Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
La Louchire, hameau (Carrouge, district d´Oron, Vaud) ;
La Luche, Lusche en 1619, lieu-dit (Bôle, district de Boudry, Neuchâtel) ;
Luché, petit lac (Ayent, district d´Hérens, Valais) ;
Lussy, lieu-dit, et Lac de Lussy, gros étang dans une zône de marais (Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg).
Avec les suffixes diminutifs -et, -ette :
Lanvoésets, petites mares (Au de Tanay, Vouvry, district de Monthey, Valais) ;
Lanvouisset, actuellement un lieu humide (Salanfe, Evionnaz, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Le Laouchet, lac de montagne (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Laouchets, deux lacs de montagne (Désert de Platé, Sixt, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Laouissalet, lieu-dit (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Lauchellets, lieu-dit (Val de Moiry, Grimentz, district de Sierre, Valais) ;
Le Locle, Losculo vers 1150, Loclo en 1350, Loucle en 1395, district, commune et village (Neuchâtel) ;
Grand Locle, Locloz vers 1150, ou Locle en 1280, lieu-dit (Corcelles-Cormondrèche, district de Boudry, Neuchâtel) ;
Côte du Locle, lieu-dit en forêt (Sonceboz-Sombeval, district de Courtelary, Jura bernois).
Louchelet, maison isolée en clairière au-dessus de petits lacs (Nax, district d´Hérens, Valais) ;
Louchelet, pâturage près d´un petit lac (Zinal, Val d´Anniviers, Valais) ;
Luchelette, alpage (Saint-Martin, district d´Hérens, Valais) ;
Le Luissalet, zône forestière avec d´anciens lacs (Gryon, district d´Aigle, Chablais vaudois) ;
Le Luisset, petit lac de montagne (Vionnaz, district de Monthey, Valais).

Avec le suffixe diminutif -ot :
Les Lagots, maison isolé d´alpage (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud).

Avec les suffixes diminutifs -el, -elle :
Plan-Lucel, maisons isolées (Arolla, Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Le Luissel, hameau (Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
Col du Luissel, 1835m, et Combe du Luissel, lieu-dit (Leysin, district d´Aigle, Vaud).

Diminutif formé avec le suffixe jurassien -at :
Le Loclat, petit lac (Saint-Blaise, Neuchâtel).

Voir aussi Ouché.


Lai
Jura : article défini féminin « la ».
Lai Boverie, forêt (Bure, district de Porrentruy, Jura).

Laidefeur, Leydefeur, Ley de Feur
Mot signifiant « là dehors », du patois lé, « là », et Defeur, « dehors ».
Laidefeur, Leydefeur en 1906, hameau (Bossey, Genevois, Haute-Savoie) ;
Leydefeur, maisons isolées (Givrins, district de Nyon, Vaud) ;
Ley de Feur, maisons isolées (Burdignin, Vallée Verte, Haute-Savoie).

Laigetta, Légettaz, Légette, Lègette, Lezette
Petit terrain boisé, petite forêt, de l´ancien français laigete, diminutif de laie, laye, voir Laga.
Avec le suffixe -ette :
Col de la Légette, 1776m (Hauteluce, Beaufortain, Savoie) ;
Légette du Mirantin, sommet, 2353m (Beaufortain, Savoie).
La Lègette, lieu-dit (Bozel, Tarentaise, Savoie) ;
Col de la Lezette, 1785 (Hauteluce, Beaufortain, Savoie).

Avec le suffixe diminutif patois -etta, -ettaz :
La Laigetta ou La Legettaz, maison isolée (Sainte-Foy-Tarentaise, Savoie) ;
La Légettaz, lieu-dit (Val d´Isère, Haute-Tarentaise, Savoie).


Laire, Lairette
Dérivé de L´Aire par agglutination de l´article.
Laire, L´Aire sur la Carte IGN, maisons isolées en clairière (La Bâthie, Tarentaise, Savoie).
Mot régional de Savoie laire, « lit des cours d´eau souvent desséchés » [Pégorier] :
La Laire, cours d´eau (Genève et Viry, Genevois, Haute-Savoie).

Diminutif avec le suffixe -ette :
Ruisseau de Lairette, cours d´eau temporaire (Vénosc, Oisans, Isère).


Laises, Laisières, Lex, Lias, Lisa,
Loex, Loëx, Loëze, Loups, Luex,
Luth, Lye, Lys
Terrain humide, boueux. Gaulois luto-, lutevo-, luteno-, « marais, marécageux » [Delamarre], et latin luteus, lutosus, « boueux, bourbeux », de lutum, « boue, limon, fange, vase », racine indo-européenne *leu-, lu-, « boue »., ancien français luer, « enduire de boue ». Certains de ces toponymes peuvent être à rapprocher de Lé, « pierre plate, dalle, falaise ».
Les Laises, lieu-dit (Le Noirmont, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Ruisseau du Lex, petit cours d´eau affluent de la Corbassière (Villars-Tiercelin, district d´Echallens, Vaud) ;
Le Lias, maison isolée en forêt (Cons-Sainte-Colombe, Pays de Faverges, Haute-Savoie) ;
Lisa, lieu-dit (Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais) ;
Les Loex, pâturage (Vionnaz, district de Monthey, Valais) ;
Montagne de Loex, pâturages et forêts (Taninges, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Loëx, Loes au XIVème siècle, hameau (Bernex, Genève) ;
Loëx, Loyas en 1012-1019, Loes en 1275, Lues en 1339, Cura de Loes vers 1344, aussi Loyes, Loy, Loye, hameau, ancienne commune jusqu´en 1972 (Bonne, Annemasse, Haute-Savoie) ;
Les Luex, lieu-dit (Trélex, district de Nyon, Vaud) ;
Luth, hameau, et Les Granges de Luth, maisons isolées en clairière (Magland, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Lye, lieu-dit (Miribel, Dombes, Ain) ;
Grandes Lyes et
Petites Lyes, lieux-dits (Servignat, Bresse, Ain) ;
Longes Lyes, lieu-dit (Arbigny, Bresse, Ain) ;
En Lys, marécage (Albeuve, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg), nom monté au Col de Lys, 1783m, et à la Dent de Lys, sommet, 2014m (Albeuve, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, et Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Arête de la Lys, chaînon de montagnes, et Col de la Lys, 2703m (Martigny-Combe, district de Martigny, Valais) ;
Le Praz de Lys, Lyex au XIIIème siècle, ancien alpage, station de sport (Taninges, Faucigny, Haute-Savoie).
Avec le suffixe collectif -ière :
Les Laisières, lieu-dit (Muriaux, district des Franches-Montagnes, Jura).

Du latin lutea [aqua], « [eau] boueuse » [Nègre 1990] :
La Loëze, Juxta Luaisiam, Versus Luayssan et Luaysia en 1344, Ripparia de Luayse en 1538, Loise sur la Carte de Cassini, affluent du ruisseau de Manziat (Bresse, Ain) ;
Loëze et Grand Loëze, Loasia en 1096-1124, Loaisia en 1167-1184, Luase vers 1200, Loasi vers 1203, Loisi en 1213, Loisie en 1223, Luasi en 1238, Louayse en 1251, Luaysi en 1255, Luaisi en 1272, Luaisia en 1344, Loysy en 1355, etc., maisons isolées, et La Petite Loëze, cours d´eau (Bâgé-la-Ville, Bresse, Ain) ;
Ruisseau de Loëze, Ripparia d´Oisy en 1359, affluent de La Pérouse
Loëze, maison isolée (Jayat, Bresse, Ain).

Peut-être de même origine :
Les Loups de Brénod, In loco qui vocatur es lous au XIIIème siècle, marais (Brénod, Haut-Bugey, Ain).


Laissalet, Laitalets, Laité, Lata, Latay,
Laty, Laytiré, Lêtelet, Leyssalets, Leyta,
Leyte, Leytels, Leyti
Selon Jaccard ces toponymes d´origine inconnue désigneraient des alpages. On peut peut-être les rapprocher de Leytivaz, ancien nom de L´Etivaz, dont le sens est « frontière, limite ». Pour Bossard, certains de ces noms désignent un petit étang ou un trou d´eau, voir Laouissalet, et le Lac Ter, anciennement Laytel, alors que d´autres viendraient du gaulois *lokta, de *loke, « pente lisse ».
Le Laité, hameau (Manigod, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Le Lata du Vaz, petit lac temporaire (Villard-sur-Doron, Beaufortain, Savoie) ;
Le Latay, maisons isolées en forêt (Champéry, district de Monthey, Valais) ;
Laty, lieu-dit (Commeire, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
Laytiré, sommet, 2727m (Vallée de la Thuile, vallée d´Aoste) ;
La Leyta, pâturage (Rougemont, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
La Leyte, ferme isolée (Vallée du Motélon, Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Leytels, hameau (Rossinière, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Le Leyti, ferme isolée d´alpage (Rougemont, Pays-d´Enhaut, Vaud).
Avec le suffixe diminutif -et :
Le Laissalet, pâturage (Montbovon, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg, et Rossinière, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Les Laitalets, alpage (Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Le Lêtelet, alpage (Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
Les Leyssalets (Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud).


Laissard, Lesserte, Leyssard
Dérivés de L´Essart, Esserte par agglutination de l´article.
Laissard, l´Eyssart en 1283, Leyssart en 1284, Leysart en 1359, Apud Exertum en 1401, l´Exart en 1439, Leyxart en 1493, Laissart en 1636, hameau (Dommartin, Bresse, Ain) ;
Lesserte, hameau (Dingy-Saint-Clair, Bornes, Haute-Savoie) ;
Leyssard, Leyssart en 1250, De Essart en 1325, De Exarto en 1356, Lessart en 1365, L´Essart en 1671, commune et village du Haut-Bugey (Izernore, arrondissement de Nantua, Ain).

Laissaud
Commune et village de la Combe de Savoie (Montmélian, arrondissement de Chambéry, Savoie), Lessoz en 1250 et 1339, du pluriel du franco-provençal sòt, « trou, fossé », d´origine préceltique [Nègre 1990], avec agglutination de l´article.

Laisse, Leisse, Lesse, Leysse
Dérivés de Axia avec agglutination de l´article.
Torrent de la Leisse, La Leysse en 1935, cours d´eau affluent de l´Arc, Côtes de la Leisse et Côtes de la Leisse dessus, pâturages, Lac de la Leisse dessus, Glacier de la Leisse, dans le Vallon de la Leisse (Termignon, Haute-Maurienne, Savoie), et Col de la Leisse, 2761m, Lacs de la Leisse, Chalet de la Leisse, alpage (Tignes, Haute-Tarentaise, Savoie) ;
La Leysse, cours d´eau issu des Bauges et affluent du lac du Bourget, Flumen Lesie en 1044, Aqua que appellatur Lisia au XIème siècle, supra Leyssiam en 1232, Lessia en 1234, Ultra Leissiam en 1248 (Chambéry, Savoie) ;
Leysse, Villa de Lesse en 1234, hameau sur la Leysse (Saint-Alban-Leysse, Chambéry, Savoie) ;
Ruisseau de la Leysse, affluent du Lac d´Aiguebelette (Nances, Avant-Pays savoyard, Savoie).
Peut-être de même origine :
Le Plan de Lesse, maisons isolées en clairière, et
Nant de Lesse, cours d´eau affluent de la Dranse (Saint-Jean-d´Aulps, vallée de la Dranse, Haute-Savoie).

De même origine ou du français laisse, « atterrissement, alluvion » :
Aiguille de Laisse ou Roc de la Balme, 2879m (Saint-Sorlin-d´Arves, Arvan, Savoie, et Vaujany, Oisans, Isère) ;
La Grande Laisse, La Petite Laisse et Cros de la Laisse, pâturages, et Ruisseau de la Laisse, affluent de la Bonne (Valjouffrey, Valbonnais, Isère) ;
Crête de la Laisse et Ruisseau de la Laisse, affluent du ruisseau de la Croix de la Plane (Obiou, Cordéac, Trièves, Isère).


Laissy
La Laissy, alpage (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud), sans doute du patronyme Laissy.

Lait, Laux, Lod, Lou, Loup
Mot régional (provençal alpin) lau, laus, « lac », roman lai, laus, du latin lacus, même sens [Gros]. Mots régionaux laus, lay, lo, lou, « lac » [Pégorier].
Lac du Lait, par redondance, le t de lait étant apparu par attraction paronymique avec le français « lait » (Termignon, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Montagne des Sept Laux, anciennement montagne Sept Lacs, lieu-dit où se trouvent sept petits lacs alpins, Col des Sept Laux, 2184m, Cascade des Sept Laux, sur le Ruisseau des Sept Laux, rivus de Septibus Laquibus au XVème siècle (La Ferrière, Belledone, Isère) ;
Lod, Lot sur la Carte Nationale, hameau au bord du Lac de Lod (Antey-Saint-André, vallée d´Aoste) ;
Lou, hameau au bord du Lac du Lou (Chamois, vallée d´Aoste) ;
Lac du Lou et maison isolée le Lou, les Los en 1200, Cuardum del Lo et Montes Escombrorum et dou Los en 1204, La montagne du Loz en 1558, Lac du Loup en 1935 (Saint-Martin-de-Belleville, Tarentaise, Savoie) ;
Lac du Loup et hameau le Loup, par attraction paronymique avec le français « loup » (Montaimont, La Chambre, Maurienne, Savoie).

Laitemaire, Létemaire
Peut-être composé de laite, léte, « alpage », voir Leyte, et de maire, « plus grande », du latin major, pour désigner un grand alpage.
La Laitemaire, alpages (Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Létemaire et Cretté Létemaire, lieux-dits mentionnés comme Les Temaires ou Les Temayres par Jaccard, qui y voit un lieu où pousse le thymier, patois temé, voir Temela (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais).

Laitraz
Hameau de la commune d´Onnion (Faucigny, Haute-Savoie), pourrait être issu de *L´Aitraz, forme patoise de Aitres, par agglutination de l´article.

Laives, Lave
Patois jurassien laive, lave, « grandes pierres plates de calcaire, naturelles ou travaillées » [Roche], équivalent de Lapiaz et de même origine. On s´en servait pour couvrir les toits.
Aux Laives, lieu-dit (Moutier, Jura bernois) ;
Dô les Laives, hameau (Lajoux, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Pâturage des Laives, forêt déclive (Soubey, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
La Lave, maisons isolées (Dannemarie-Lès-Glay, Hérimoncourt, Doubs).

Laivra, Levratte, Lèvre, Lèvres, Levrette,
Levrettes, Levri, Levrière, Levron, Leyvra,
Lièvre, Lièvres
Lièvre, mammifère de la famille des Léporidés (Lepus europaeus). Latin lepus (lepor), leporis, « lièvre ».
Français lièvre, ou patronyme Lièvre :
Bois du Lièvre, forêt (Abondance, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Le Coin du Lièvre, Coing de la Lyèvre en 1579, quartier (Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie) ;
Pâquier au Lièvre, alpage (Rossinière, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Le Pas du Lièvre, lieu-dit en forêt (Nances, Avant-Pays savoyard, Savoie).
Les Lièvres, lieu-dit (Cossonay, Vaud) ;
Lièvres, anciennement Chez-les-Lièvres, hameau (L´Abergement-de-Varey, Bugey, Ain) ;
Champs aux Lièvres, lieu-dit (Vuarrens, district d´Echallens, Vaud) ;
Crête des Lièvres, lieu-dit (Nax, district d´Hérens, Valais).

En français, la levrette est la femelle du lévrier, celle du lièvre étant la hase. Toutefois, les noms suivants se réfèrent probablement à la femelle du lièvre :
La Levratte, diminutif formé avec le suffixe -atte, quartier (Ville de Nyon, Vaud) ;
La Levrette, ruine d´alpage (Morzine, Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Levrettes, lieu-dit (Bournens, district de Cossonay, Vaud).

Avec le suffixe collectif -ière :
Cime de la Levrière, sommet (Saint-Martin-de-Belleville, Tarentaise, Savoie).

Ancien français levron, diminutif de lévrier, mais ici l´origine est différente :
Levron, Le Levron en 1250, in Levrona et Liwrone en 1451, probablement un [vicum] leporinum, « vicus des lièvres » [Jaccard], village (Vollèges, district d´Entremont, Valais) ;
Basset de Levron, lieu-dit (Grimentz, district de Sierre, Valais).

Patois féminin leivra :
Chenet de la Laivra ou Tsenet de la Laivre, lieu-dit en forêt (Champex, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
Plan Levri, alpage (Saint-Martin, district d´Hérens, Valais) ;
La Leyvra, lieu-dit, et Ruisseau de la Leyvra, cours d´eau sous-affluent de la Sarine (Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Par remotivation du patois féminin leivra :
Cheseau Lèvre, maison isolée (Hauteville, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Lèvres, maisons isolées (Vérossaz, district de Saint-Maurice, Valais).

Voir aussi Sodoleuvre.


Lajeur, Lajoux
Dérivé de La Jeur, La Joux par agglutination de l´article.
Plan Lajeur, alpage (Randonne, Fully, district de Martigny, Valais) ;
Lajoux, La Joux Mertenat en 1404, d´après un anthroponyme, voir Mertenant, commune et village, et Champs Lajoux, lieu-dit sur la commune de Lajoux (District des Franches-Montagnes, Jura).

Laljet
Maison isolée et hameau de la commune d´Albinen (District de Loèche, Valais), probablement une forme légèrement alémanisée au XVème siècle de *La Liet avec agglutination de l´article.

Lallex
Lallex, La Lais en 1212, Lalays en 1270, Lalex en 1316, L´Allex en 1906, hameau de la commune de Grandvaux (District de Lavaux, Vaud), dérivé de La Lay, avec agglutination de l´article.

Lalley
Commune et village du Trièves (Clelles, arrondissement de Grenoble, Isère), domus del Aloe et mansus Aloes au XIIIème siècle, Lale au XVIIème siècle, Laley au XVIIème siècle, soit de l´alleu par agglutination.

Lalleyriat
Commune et village du Haut-Bugey (Arrondissement de Nantua, Ain), Cura de Alleyria vers 1344, Aloyria, lire Aleyria en 1365, Alleriacus en 1492, Alleyrias au XVIème siècle, Laleyriat en 1768, L´Alleyriat en 1790, Lalleyriaz sur la Carte de Cassini, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine, soit *Al[l]eriacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Al[l]erius si l´on en croit la forme de q492, soit *villa Aleria ou *villa Alleria, par féminisation même gentilice.
Voir aussi Alleyriat.


Lallier
Dérivé de L´Allier par agglutination de l´article, et patronyme Lallier.
Lallier, L´Allier et L´Allière en 1856, maisons isolées en clairière (Saint-Jean-de-la-Porte, Combe de Savoie, Savoie) ;
Pierre Lallier, lieu-dit en forêt (Puygros, Bauges, Savoie).

Lalliou
Dérivé de L´Allou par agglutination de l´article.
Lalliou, ruines (Vollèges, district d´Entremont, Valais).

Lally
Dérivés de L´Ally, avec agglutination de l´article.
Lally, hameau (Blonay, district de Vevey, Vaud) ;
Lally, maison isolée (La Chapelle-Saint-Maurice, Annecy, Haute-Savoie).

Lambert
Lieu-dit de la commune d´Oulens-sous-Echallens, district d´Echallens (Vaud), patronyme issu de l´anthroponyme médiéval masculin d´origine germanique *Lambert « le brillant [possesseur du] pays », du germanique *land « pays, terre ferme », et *berhta, « brillant, célèbre ».
Lambert, lieu-dit (Oulens-sous-Echallens, district d´Echallens, Vaud) ;
Champs Lambert, lieu-dit (Bullet, district de Grandson, Vaud) ;
Combe à Lambert, lieu-dit (L´Auberson, Sainte-Croix, district de Grandson, Vaud) ;
Mont Lambert, colline (Senarclens, district de Cossonay, Vaud) ;
Prés Lambert, lieu-dit (Corcelles-sur-Chavornay, district d´Orbe, Vaud).
Voir aussi Chalembert, Fort Lambert.


Lamboing
Commune et village du district de La Neuveville (Jura bernois), Lamboens en 1178, Lambuens en 1251, nom allemand Lamlingen et in Lamblingen en 1290, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Lamdbodingus, « chez les Landbodingi », dérivé du nom propre Landebod, « envoyé du pays » [Perrenot], du germanique *landa, « pays, terre ferme », et du burgonde *buda, germanique *budan, « messager ».

Lamonieren
Maisons isolées de la commune d´Agarn (District de Loèche, Valais), certainement une forme alémanisée au XVème siècle du patois valaisan la mounire, « la meunière », voir Meunière.

Lance
La Lance, cours d´eau de la commune de Concise (District de Grandson, Vaud), affluent du lac de Neuchâtel, aussi appelé Dia, aquam, rivum de Lancea en 1194, la Lanci en 1215, Lancy en 1317, déverbal du verbe lancer, probablement en raison de la vitesse de l´eau ou de la cascade située sur ce cours d´eau ;
Fin de Lance, lieu-dit près de la Lance ;
Couvent de la Lance, ancien couvent de chartreux fondé en 1317 sur l´emplacement d´un couvent du XIIème siècle, nommé d´après le cours d´eau la Lance, domus sancti Loci de Lancea, « maison du saint Lieu de la Lance », voir locus.

Lance, Lances, Lancet, Lanche, Lancher,
Lanchéron, Lanchers, Lanches, Lanchet, Lanchette,
Lanchettes, Lanchon, Lanchy, Lanchys, Lanciers,
Landchérus, Lantse, Lantses, Lantsettes
Terrain, pré en pente, propice aux avalanches, lisière de terrain, qui était en général impropre à l´exploitation. Mots régionaux lanche, lanchi, « langue herbeuse dans un sol en pente entre deux ravinements ; contrefort de montagne » [Pégorier]. Patois savoyard lançhe, « langue de terre offrant une grande déclivité ; couloir de montagne qui se rétrécit vers le bas », lançhi, « bosquet ou taillis de forme allongée, reserré entre des rochers ou entre des berges abruptes, implique généralement l´idée d´un terrain en pente ; endroit herbu étroit, mais étroit dans le sens horizontal et long dans le sens de la pente » [Constantin] ; patois savoyard lanche, lantse, « langue de terre. couloir de montagne ou petite vallée dénudée très en pente et se rétrécissant vers le bas, couloir où naissent les avalanches ; bande de terre longue et étroite, terrain long et étroit ; petit plateau long, étroit et très en pente sur le flanc d´une montagne, entre deux ravins, au-dessus d´une falaise ou d´un ressaut, couvert de bois ou de prés » [Viret]. Vieux français lanche, « pièce de terre longue et étroite », bas latin lanchia, gaulois *lanca, « lit de rivière », ou, selon Guex, d´un mot prélatin lanca, « prairies en pente, couloir rocheux ».
La Lance des Marmottes, lieu-dit (Bourg-Saint-Maurice, Tarentaise, Savoie) ;
Les Lances de Malissard, sommet, 2045m (Saint-Pierre-d´Entremont, Chartreuse, Isère) ;
La Lanche aux Brebis et la Lanche aux Veaux, pâturages déclives (Saint-Jean-d´Aulps, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Lanche Close, sommet, 1791m (Chevaline, Bauges, Haute-Savoie) ;
Lanche de Perte, lieu-dit, passage raide entre des falaises (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Lanche des Ravines, lieu-dit déclive (Champéry, district de Monthey, Valais) ;
Grand Lanche, lieu-dit déclive (Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Les Lanches, couloir boisé (Monthey, Valais) ;
Les Grandes Lanches, pentes raides (Alex, Haute-Savoie).
Avec les suffixes diminutifs -et, -ette ou collectif -et, -ette :
Le Lancet, lieu-dit en forêt (Vionnaz, district de Monthey, Valais) ;
Le Lanchet, lieu-dit (Les Rousses, Morez, arrondissement de Saint-Claude, Jura) ;
La Lanchette, forêt déclive (Saint-Gingolph, Chablais, Haute-Savoie) ;
Lanchettes, forêt déclive (Vouvry, district de Monthey, Valais) ;
Pointe des Lanchettes, 3085m, Aiguille des Lanchettes, 3073m, Glacier des Lanchettes, Ruisseau des Lanchettes, affluent du Torrent des Glaciers, et Le Bouillu des Lanchettes, alpage (Vallée des Glaciers, Les Chapieux, Savoie).

Avec le suffixe diminutif -on :
Lanchon, forêt déclive (Tanay, Vouvry, district de Monthey, Valais).

Avec le suffixe collectif -y :
Le Lanchy, lieu-dit en forêt (Saint-Jean-de-Sixt, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Les Lanchys, lieu-dit en forêt (Saint-Gingolph, district de Monthey, Valais).

Patois savoyard lancher, « endroit où il y a des lanches » [Viret], avec les suffixes collectifs -er, -ier :
Torrent du Lancher, affluent du Bon Nant (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Les Grands Lanchers, forêt déclive (Saint-Ferréol, Bornes, Haute-Savoie) ;
Les Lanciers, Subtus les Lancies en 1475, maison isolée (Saint-Martin-d´Arc, Maurienne, Savoie).

Avec le suffixe diminutif -on :
Lanchéron, lieu-dit déclive (Sallanches, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Formes patoises avec mutation du son [ch] en [ts] :
Forêt de la Lantse, forêt déclive (Liddes, district d´Entremont, Valais) ;
Les Lantses ou Les Lantzes, lieu-dit déclive (Trient, district de Martigny, Valais).

Avec le suffixe diminutif -ette :
Les Lantsettes, lieu-dit (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais).

Peut-être de même origine, cacographie :
Les Landchérus, lieu-dit déclive (Cordon, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Voir aussi Corbalanche, Lanchenaire, Lancheverne.


Lancebranlette
Pic de Lancebranlette, sommet de la Haute-Tarentaise (Savoie), à la frontière italienne, 2936m, nom composé de Lance et de Branlette.

Lancessey
Ancien nom du lieu-dit La Charité. In Ancesseto en 1306, du nom latin Ancessetum, composé de an, latin in, « dans », et de cessetum, variante de sessetum, bas latin saxetum, « amas de rochers », latin saxum, « rocher ». Le nom Lancessey dérive de In Ancesseto par agglutination de l´article.

Lancey, Lancy
Nom de domaine d´origine gallo-romaine Lanciacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice d´origine gauloise Lancius.
Lancey, Lanceu au XIème siècle, Lanciacom au XIIème siècle, village (Villard-Bonnot, Grésivaudan, Isère) ;
Lancy, commune, et Grand-Lancy, Petit-Lancy, villages urbanisés du canton de Genève, Lanciaco en 1097 et 1295, Lanciei en 1179, Lancie en 1190, Lancye en 1264, Lancier en 1303, Lanci sur la Carte de Cassini.

Lanchâtra, Lanchâtre
Lanchâtre, village, chef-lieu de la commune du Trièves de Miribel-Lanchâtre (Monestier-de-Clermont, arrondissement de Grenoble, Isère), Ecclesia in castris au XIIème siècle, avec l´ablatif latin in castris, devenu *en châtre, puis L´Enchâtre et Lanchâtre par agglutinations successives.
De même origine :
Lanchâtra, Anchastres sans date, hameau, nom monté à L´Aiguille de Lanchâtra, 2489m, au Glacier du Vallon de Lanchâtra, au Col du Vallon de Lanchâtra, 3100m, et au Col de la Coche de Lanchâtra, 2179m (Saint-Christophe-en-Oisans, Oisans, Isère).

Voir aussi Anchâtre.


Lanchenaire, Lanche Noire
« Lanche noire », voir Lanche et Noire ou la forme patoise Naire.
Lanchenaire ou Lanche Naire, alpage, non monté à la Pointe de Lanchenaire, 2347m (Cornettes de Bise, Chablais, Haute-Savoie et Valais) ;
Arête de Lanche Noire, crête rocheuse, et Nant de la Lanche Noire, sous-affluent du Fier (La Balme-de-Thuy, Bornes, Haute-Savoie).

Lancheverne
Hameau de la commune des Avanchers-Valmorel, canton de Moûtiers (Tarentaise, Savoie), composé de Lanche et Verne.

Lanciau, Lanciaux, Lançoir
Endroit où l´on lançait les troncs dans la pente, en espérant les récupérer en bon état en bas, quand il n´était pas possible de les transporter. Du français lancer, bas latin lanceare, « jeter [une lance] », de lancea, « lance, pique ». Ces termes peuvent prendre le sens plus général de forte pente.
Avec le suffixe indiquant l´endroit où se fait une action -oir :
Le Lançoir, lieu-dit (Sallanches, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Lançoir du Dézaley, couloir en forêt (Berolle, district d´Aubonne, Vaud).

Formes patoises :
Le Lanciau, alpage (Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Les Lanciaux, alpage (Saint-Cergue, district de Nyon, Vaud).


Lancien
Aiguille de Lancien, 3485m (Bionaz, vallée d´Aoste), avec un patronyme issu d´un sobriquet l´ancien par agglutination de l´article.

Lancinges
Les Lancinges, lieu-dit de la commune d´Engollon (District du Val-de-Ruz, Neuchâtel), nom d´origine burgonde.

Lancrans
Commune et village (Collonges, Pays de Gex, Ain), Lancrenz vers 1344 et 1365, Lancrans en 1460, Lancran en 1607, Lancrens en 1790, nom d´origine burgonde, dériverait d´un primitif *Langredingos, « chez les Langredingi », dérivé du nom propre Langrid, gothique laggs, « long (pour le temps) », ou germanique *lengan, lang, « réussir », et germanique *rêda, « conseil » [Perrenot].

Lancrenaz
Dérivé de L´Encrenaz par agglutination de l´article.
Roc Lancrenaz, sommet (Thônes, Bornes, Haute-Savoie).

Land
De l´allemand Land, « campagne », germanique *landa, « pays, terre ferme ».
Le Land, maison isolée (Le Mouret, district de la Sarine, Fribourg) ;
Sur le Land, maisons isolées (La Roche, district de la Gruyère, Fribourg).

Landar, Landard
Anthroponyme germanique Landard, germanique *landa, « pays, terre ferme », et *hardu, « dur, fort ».
Le Landar, hameau (Lutry, district de Lavaux, Vaud) ;
Mont Landard, lieu-dit (Saint-Pierre-de-Curtille, Chautagne, Savoie).

Lande, Landeron, Landerons, Landeyeux, Landoux
Etendue de terre où ne croissent que certaines plantes sauvages. Germanique *landa, « pays, terre ferme », du gaulois *landa, « lande, terrain non utilisé », de l´indo-européen *londh-, *lendh-.
Les Landes, alpage (Saint-Cergue, district de Nyon, Vaud).
Diminutifs avec le suffixe -on :
Le Landeron, Landerun et Landiron vers 1209, Landeron en 1325, noms allemands Landern, Langern (Neuchâtel) ;
Bief du Landeron, Landeyron et L´eguy de Landeyrons au XIVème siècle, cours d´eau affluent de l´Ange (Montréal-la-Cluse, Haut-Bugey, Ain) ;
Landerons, maison isolée (Hermenches, district de Moudon, Vaud).

Avec les suffixes -eux, -oux :
Landeyeux, peut-être de même origine, hameau, hôpital (Boudevilliers, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Les Landoux, forêt déclive (Vissoie, district de Sierre, Valais).


Landecy
Hameau de la commune de Bardonnex (Genève), Landissiacum en 1201, Landissie en 1290, Landessy en 1730, Landessi en 1780, nom de domaine d´origine gallo-romaine dérivé avec le suffixe -acum.

Landelière
Maison isolée de la commune de Saint-Nicolas-la-Chapelle (Val d´Arly, Savoie), par féminisation d´un patronyme Landelier rare.

Landins
Les Landins, hameau de la commune de Sâles, district de la Gruyère (Fribourg), dérivé de L´Andins par agglutination de l´article [Aebischer].

Landry
Commune et village de la Tarentaise (Aime, arrondissement d´Albertville, Savoie), Ecclesia de Landriaco vers 1170, Ecclesia de Landric en 1184, Ecclesia de Landrea en 1258, de Landrico en 1297, Ecclesia de Landris au XIVème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Landriacum, dérivé avec le suffixe -acum de l´anthroponyme germanique Landarius [Gros].

Lâne
Combe de Lâne, lieu-dit (Liddes, district d´Entremont, Valais), et Col de Lâne, 3033m, entre les communes de Bagnes et de Liddes, d´un ancien *Col de l´Ane par agglutination de l´article.

Lanfrey
Lanfrey ou Lanffrey, lieu-dit de la commune de Romainmôtier-Envy (District d´Orbe, Vaud), à l´emplacement d´un hameau attesté au XIVème siècle, disparu au siècle suivant, d´un patronyme Lanfrey, issu de l´anthroponyme germanique *Landfried, du germanique *landa, « pays, terre ferme », et *friþu, « amour, paix ».

Langarde, Langards
Patronyme Langard, de l´anthroponyme germanique Langhard, germanique *lengan, lang, « réussir », et *hardu, « dur, fort ».
Les Langards, lieu-dit (Flaine, Magland, Faucigny, Haute-Savoie).
Par féminisation du patronyme Langard :
Langarde, maison isolée(Chézery-Forens, Pays de Gex, Ain).


Lange, Langes, Langets
Patronyme latin Langius.
Lange, de Langes en 1202, de Langiis en 1439, maisons isolées (Saint-Sulpice, Bresse, Ain) ;
Mont de Lange, Ecclesia Sancti Mauritii de Langiis en 1191, Apud Langias en 1223, Langes en 1225, Mont de Lange sur la Carte de Cassini, Mont-de-Lange ou Langes en 1911, hameau (Torcieu, Bugey, Ain).
Patronyme français Lange :
Chez les Langes, maisons isolées (Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie).

Patronyme Langet, diminutif de Lange avec le suffixe -et :
Les Langets, hameau (Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie).


Langefan, Longefan, Longefans
Composé de Longe et d´un dérivé du latin vulgaire fania, « boue » [Gros], voir Fagne.
Langefan, hameau (Motz, Chautagne, Savoie) ;
Longefan, lieu-dit (Villeneuve, district d´Aigle, Vaud) ;
Longefan, quartier (Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie) ;
Longefans, Longefan en 1911, hameau (Saint-Germain-de-Joux, Michaille, Ain).

Langin
Langin, hameau de la commune de Bons-en-Chablais (La Côte en Chablais, Haute-Savoie), Langeaco vers 1135, Langiaco en 1180, Langinum en 1302, Langins en 1225, et Tour de Langin, vestige du château du même nom, qui pourrait venir de l´anthroponyme gallo-romain *Langius, gaulois Langus, avec un suffixe -inum, ou être d´origine burgonde. Les formes antérieures seraient des fantaisies.

Languetine
La Languetine, maison isolée de la commune de Lignerolle (District d´Orbe, Vaud), par féminisation d´un patronyme Languetin attesté dans la région, famille des Clées et de Lignerolle d´origine française, soit d´un ancien anthroponyme germanique *Ansketeln, « chaudron de Dieu », germanique *ansu, « dieu », et *katila, « chaudron », ou par francisation d´un lieu-dit *Langeten ou d´un patronyme Langenstein, « pierre longue ».

Languières
La Languières, maison isolée de la commune du Grand-Bornand (Bornes-Aravis, Haute-Savoie), par féminisation d´un patronyme Languier.

Längweide
Pâturage de la commune de Barberêche (District du Lac, Fribourg), nom allemand signifiant « longue pâture », allemand lang, « long », et Weide, « pâture ».

Lans, Lans-en-Vercors
Lans-en-Vercors, commune et village du Vercors (Villard-de-Lans, arrondissement de Grenoble, Isère), Lans, Lanz, Lanceum et Lancensis au XIème siècle, Lanche, Lantium et Lancis au XIIème siècle, Lantz au XIIIème siècle, Lans jusqu´en 1947, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine [fundus] Lancius, avec le gentilice Lancius ;
Clos de Lans, forêt dans la même commune.
Voir aussi Villard-de-Lans.


Lanslebourg
Village de la Haute-Maurienne, chef-lieu de la commune de Lanslebourg-Mont-Cenis (Arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne, Savoir), Lanzo en 1025, Lanzlobor au XIIème siècle, Ecclesia de Lanzo burgo en 1129, Ecclesia de Lance en 1153, Apud Lanceumburgum en 1314, Lanceum Burgum au XIVème siècle, Lainebourg en 1518, Laignebourg en 1533, aussi Lanebourg et Lans-le-Bourg, d´un patronyme Lanzo, forme romane du gentilice Lantius [Gros].

Lanslevillard
Commune et village de Haute-Maurienne (Savoie), In superiori Lancio en 1093, Ecclesia de Lanzo superiore en 1126, Ecclesia de Villario en 1151, Ecclesia de superiori Lancio en 1204, de Lancio Villario en 1293, Parrochia Lancei Villaris in Mauriana en 1357, Lanslevilar en 1729, aussi Lans-Le-Villard, même origine que Lanslebourg, avec Villard [Gros].

Lantaney, Lantenay, Lantines
De lantane, « viorne lantane » ou « viorne mansienne » (Viburnum lantana), arbuste très commun.
Les Lantines, hameau (Gilly, district de Rolle, Vaud).
Noms collectifs dérivés de lantanetum, « lieu où poussent des viornes lantanes ou viornes mansiennes », avec le suffixe collectif -ey :
Le Lantaney, lieu-dit (Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
Lantaney, alpage (La Magdeleine, vallée d´Aoste).

Peut-être de même origine :
Lantenay, Capellanus de Lentenai en 1205, Lentenais vers 1250, Lentenay en 1265, Lenthenay en 1299-1369, Lentheney en 1430, commune et village du Haut-Bugey (Brénod, arrondissement de Nantua, Ain).


Lanversin, Lanversing
Dérivés de l´Enversin avec agglutination de l´article.
Lanversin, hameau (Reyvroz, Chablais, Haute-Savoie) ;
Lanversing, lieu-dit en forêt (Seytroux, vallée de la Dranse, Haute-Savoie).

Lanvuissel
Maisons isolées de la commune de Torny (District de la Glâne, Fribourg), nom qui dérive du patois anvoué, « orvet », avec agglutination de l´article, voir le mot régional Lanvoui et le toponyme Envuissel.

Là Outre, Léoutre, Lioutre, Loutraz
Français là ou préfixe patois lé, « là », et Outre, « au delà, de l´autre côté », du latin ultra, « au delà ».
Là Outre, maisons isolées situées de l´autre côté, par rapport au village (Giez, district de Grandson, Vaud).
Formes patoises :
Léoutre, hameau situé de l´autre côté de l´Avançon par rapport à Frenières (District d´Aigle, Vaud) ;
Lioutre, hameau, de l´autre côté de l´Arve par rapport aux Chosalets (Argentière, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Loutraz, anciennement Amodanette et Saint-Martin-Outre-Arc, hameau situé de l´autre côté de l´Arc par rapport à Modane (Modane, Maurienne, Savoie).


Lapaz, Lapé, Lâpes, Lapi, Lapia,
Lapiaz, Lapie, Lapiers, Lapies, Lapiés,
Lapieu, Lapis, Lapisa, Laples, Lapye,
Leipes
Roches calcaires ravinées, éboulis, pierres plates. Mot régional lapiaz, « ciselure superficielle d´un relief, résultant du ruissellement des eaux calcaires » [Pégorier]. Patois lapié, pluriel lapiaz, « éboulis, pierrier », latin lapis, « pierre », celtique *lapia, « dalle de pierre », racine indo-européenne *lep-, « pierre, roche ».
Torrent de Lapaz ou La Paz sur d´anciennes cartes, Lapaz attesté au XVIIIème siècle, affluent de l´Arve, dans le Ravin de Lapaz, et aussi Pointe de Lapaz, 2312m (Chamonix et Les Houches, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Le Lapé, alpage, Chaux du Lapé, pâturage, et Forêt du Lapé(Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Contour des Lâpes, lieu-dit (Gimel, district d´Aubonne, Vaud) ;
Lapi di Bou, nom allemand Verlornenberg, « montagne perdue » (District de Conthey, Valais) ;
Lapia des Ontanettes, lieu-dit (Grandvillard, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Pont de la Lapiaz, sur l´Arrondine (Flumet, Val d´Arly, Savoie) ;
Les Lapiaz, zône de dalles déclives (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Lapie, alpage (Abondance, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Le Lapie et le Lapie Envers, lieux-dits (Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Lapie de Zerjona, lieu-dit en forêt (Nendaz, district de Conthey, Valais) ;
Lapiers Rouges, lieu-dit (Le Flon, Vouvry, district de Monthey, Valais) ;
Luche Lapies (Monnetier-Mornex, Genevois, Haute-Savoie) ;
Les Lapiés, lieu-dit (Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Chalet du Lapieu, alpage (Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Lapis de Mié, lieu-dit (Sanetsch, Conthey, Valais) ;
Le Lapisa, alpage (Champéry, district de Monthey, Valais) ;
Les Laples, alpage (Rochefort, district de Boudry, Neuchâtel) ;
Bois de Leipes et Pré des Leipes, lieux-dits (Bassins, district de Nyon, Vaud) ;
La Lapye, lieu-dit (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais).

Lapeyrouse
Commune et village de la Dombes (Villars-les-Dombes, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), Ecclesia de Petrosa en 1184, Li Perusa en 1247, La Perouse vers 1350, La Peyrouze en 1850, issu par agglutination de l´article du latin petrosa, « pierreuse, rocheuse », peut-être d´une ancienne [via] petrosa, « [voie] pierreuse », qui désigne un ancien chemin empierré, une route, voire une ancienne voie romaine, voir Pérouse.

Laprau, Lapraz
Issus par agglutination de l´article de La Prau, La Praz, « le pré ».
Laprau, hameau (Lugrin, Chablais, Haute-Savoie) ;
Lapraz devant et Vers Lapraz, hameaux (Mieussy, Faucigny, Haute-Savoie).

Laquais, Laquets
Patronyme Laquais, Laquet, nom de métier, ancien français laquais, variante laquet « sorte de soldat, valet d´armée », peut-être du turc ulaq, « valet d´armée », par l´italien olacho.
Le Laquais, alpage (La Clusaz, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Les Laquets, maison isolée en clairière (Taninges, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Laquets, lieu-dit (Saint-Pierre-en-Faucigny, Faucigny, Haute-Savoie).

Laraignée
Maison isolée de la commune d´Attignat-Oncin (Chartreuse, Savoie), issu de L´Araignée, « sablière », par agglutination de l´article.

Laravoire
Hameau de la commune d´Aoste (Vallée d´Aoste), par agglutination de l´article de La Ravoire.

Lare, Laret, Larre, Larret, Larrets,
Larrit
Ces noms dérivent de l´ancien français laris, lariz, larris, « lande, bruyère, terrain en friche, en général inégal et montueux », et désignent une lande, une friche, ou un sol incultivable, très souvent à flanc de coteau, du bas latin larricium, celtique *larris, « lande, bruyère, friche ». Pour Bossard, l´origine est le latin latericius, « flanc de coteau ».
Plan au Lare, lieu-dit (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Le Larre, lieu-dit (Vullierens, district de Morges, Vaud) ;
Larrit, lieu-dit (Mont-la-Ville, district de Cossonay, Vaud).
Avec les suffixes diminutifs -et, -it :
Le Laret, maisons isolées (Siviriez, district de la Glâne, Fribourg) ;
Les Larets, habitat dispersé (Leysin, district d´Aigle, Vaud) ;
Le Larret, lieu-dit (Léchelles, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Larrets, maison isolée (Bioley-Magnoux, district d´Yverdon, Vaud) ;
Larrit, lieu-dit (Mont-la-Ville, district de Cossonay, Vaud).


Largeley, Larges, Largey, Larioz, Larith,
Laroz, Lars, Larsa, Larschen, Larschi,
Larses, Larset, Larsettes, Larsey, Larsoley,
Larzay, Larze, Larzes, Larzet, Larzettes,
Larzey, Larzeyé, Larzolay, Larzolet, Lazey
Mélèze (Larix decidua), forêt de mélèzes. Patois valaisan et savoyard féminin lardze, lare, large, laro, larre, larze, vieux français larege, ancien français larice, larix, latin larix, laricem, « mélèze », mot d´origine pré-indo-européenne (alpine).
Patois large, larse, larza :
Les Larges, lieu-dit (Hautecour, Tarentaise, Savoie) ;
Plan des Larges, lieu-dit en forêt (Gorges du Trient, Martigny-Combe, district de Martigny, Valais) ;
Chalet du Lars, ruines (Montmin, Bornes, Haute-Savoie) ;
La Jeux Larsa, lieu-dit (Torgon, Vionnaz, district de Monthey, Valais) ;
Larses, lieu-dit (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Larze, forêt déclive, et Ravin de la Larze, lieu-dit (Les Houches, vallon de la Diosaz, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Plan des Larzes, pâturage (Conthey, Valais).

Avec les suffixes collectifs -ay, -et, -ette, -ey, bas latin laricetum :
Largeley, forêt (Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Tête du Largey, lieu-dit (Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Larset Damon et Larset Dèsot, alpages (Nus, vallée d´Aoste) ;
Les Larsettes, lieu-dit (Vallorcine, vallée de l´Eau Noire, Haute-Savoie) ;
Larsey, lieu-dit (Val d´Hérens, Valais) ;
Larsoley, ancien nom du hameau appelé maintenant Chez-Petit (Liddes, Val d´Entremont, Valais) ;
Larzay, alpage (Chamoson, district de Conthey, Valais) ;
Le Larzet, lieu-dit (Sembrancher, district d´Entremont, Valais) ;
Les Larzettes, lieu-dit en forêt (Buitonnaz, Fully, district de Martigny, Valais) ;
Le Larzey, forêt déclive (Lavey-Morcles, district d´Aigle, Vaud) ;
Le Larzeyé, forêt (Liddes, district d´Entremont, Valais).

De Larzey, avec syncope du [r] :
Lazey, maisons isolées en clairière (La Salle, vallée d´Aoste).

Avec le suffixe diminutif -ole et les suffixes collectifs -ay, -et :
Forêt du Larzolay ou Forêt du Larzolet (Commeire, Orsières, district d´Entremont, Valais).

Avec le suffixe diminutif patois -oz :
Larioz, lieu-dit (Col de la Forclaz, Les Houches, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Laroz, hameau (Chatillon-sur-Cluses, vallée de l´Arve, Haute-Savoie).

Forme alémanisée au XVème siècle :
Larschen, lieu-dit (Salquenen, district de Loèche, Valais) ;
Larschi, ou clou dou larsy au XVème siècle, forme alémanisée, hameau, et Larschiwald, forêt, avec l´allemand Wald, « forêt » (Inden, district de Loèche, Valais).

Autre dérivation :
Le Larith, Carreria du Laris, « Cours du Mélèze » en 1382, aussi Posterla Laritii, « Poterne du Mélèze », Le Laret, quartier de la ville de Chambéry (Savoie).

Voir aussi Lazier.


Largin
Le Largin, bande de terre en France, commune de Bonfol (District de Porrentruy, Jura), et ancienne auberge, aussi extrémité Est de la ligne de front pendant la première guerre mondiale, probablement d´un patronyme Largin.

Larines
Les Larines, lieu-dit de Saint-Triphon (Ollon, district d´Aigle, Vaud) serait un dérivé de l´ancien français araine, areine, arigne, « sable », voir Araignys, avec agglutination de l´article [Bossard].

Larite
Alpage de la commune de Gessenay (Berne), de La Rite par agglutination de l´article, francisation de l´alémanique Rüti, voir Ruti.

Larmont
Montagne du Larmont, lieu-dit de la commune de Pontarlier (Doubs), Armont en 1382, Larmont en 1383, de Armont avec agglutination de l´article.

Larnay
Larnay et Grand Larnay, hameaux de la commune de Dommartin (Bresse, Ain), De Laronai en 1239, De Larrenaco en 1284, Laronay en 1401, La Renay en 1439, Larenay au XVème siècle, pourrait être dérivé de Arenay par agglutination de l´article.

Larnin
Hameau de la commune de Brénaz (Valromey, Ain), Larnins et Larnyns en 1345, Apud Larnianum en 1502, nom d´origine burgonde.

Larrens, Larringes
Larringes, commune et village du Pays de Gavot (Evian-les-Bains, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie), ad ladrinio en 892, Larringis en 1170 et vers 1344, larrinio en 1188, Cura de Larringio vers 1344, nom d´origine burgonde, dériverait d´un primitif *Laderingo, « chez les Laderingi », dérivé du nom propre Lader (Ladaar, Ladahar), « le guerrier qui provoque [au combat] » [Perrenot], germanique *laþon, laden, « inviter », et burgonde *harja, harjis, germanique *harja, « guerrier ».
Larrens, Larin en 1906, hameau, probablement de même origine (Chavannes-sur-Moudon, district de Moudon, Vaud).

Larron
Combe au Larron, lieu-dit de la commune de Cronay (District d´Yverdon, Vaud), soit d´un sobriquet Larron, du latin latro, latronis, « voleur », soit de l´ancien français larris, avec le suffixe -on, voir Larre.

Larsenex
Hameau de la commune de Saint-Jean-de-Tholome (Faucigny, Haute-Savoie), d´un ancien l´Arsenex par agglutination de l´article, nom de domaine d´origine gallo-romaine Arseniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Arsenius.

Larteron
Lieu-dit du Val Ferret, commune d´Orsières, district d´Entremont (Valais), par agglutination de l´article de l´ancien nom L´Arteron, serait apparenté selon Guex au patois artayèrè, « rhinanthe ou cocriste » (Rhinanthus crista-galli) ou serait une variante de tartayèr, tartari, terterya « cirse des champs ou chardon des champs » (Cirsium arvense), plante parasite du fourrage.

Larzeboua
Probablement « bois de mélèzes », voir Larze, « mélèze », et Boua, « bois ».
Larzeboua, alpage(Chamoson, district de Conthey, Valais).

Lassé
Maison isolée de la commune de Mont-la-Ville, district de Cossonay (Vaud), probablement par agglutination de l´assé, voir Asse.

Lasserra
Hameau de la commune de Germagnat Revermont, Ain(), La Serre en 1536, La Serra sur la Carte de Cassini, La Serraz en 1911, par agglutination de La Serra.

Lassieu
Maison isolée de la commune de Peyrieu (Bugey, Ain), Lassieux sur la Carte de Cassini, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Lassiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Lassius.

Lassignieu
Hameau de la commune de Virignin (Bugey, Ain), Lacigniou en 1343, Lassigniacus en 1361, Lassigneux en 1808, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Lassiniacum, dérivé avec le suffixe -acum du patronyme Lassinius.

Lathuile
Commune et village du Pays de Faverges (Faverges, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie), nom dérivé de La Thuile par agglutination de l´article.

Latta, Lattaz, Latte, Lattes, Latty,
Lette, Lettes, Letton, Lettons, Lettres,
Lite, Litemard, Liti, Litou, Lity
1. Bande gazonnée située au-dessus de bancs rocheux [Guex], probablement de l´ancien haut allemand lista, germanique *lîstôn, « bordure, coin », cf. latin littus, litus, « rive, bord (d´un lac, d´une rivière) », racine indo-européenne *lit-s-ta.
La Latta, alpage (Zinal, Val d´Anniviers, Valais) ;
Pas de la Latte, passage escarpé (Bostan, Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Lattaz, alpage (Quart, vallée d´Aoste) ;
Rochers de la Latte, lieu-dit (Tour de Famelon, Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Lattes, lieu-dit (Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Forêt des Lattes, lieu-dit (Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais) ;
Le Latty, lieu-dit en forêt (Draillant, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
La Lette ou La Letta, alpage (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais) ;
Les Lettes, lieu-dit (Vallon de Javerne, district d´Aigle, Vaud) ;
Lettes Dessous et Lettes Dessus, pâturages (Collonges, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Plan des Lettres, probablement par remotivation, lieu-dit (Zinal, Val d´Anniviers, Valais) ;
Lite Marie, alpage en haut d´un couloir herbeux, avec le prénom Marie (Estavannens, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Litemard, alpage (Estavannens, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Le Liti, alpage (Estavannens, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Comba Litou (Rougemont, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Le Lity, alpage (Lessoc, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg).
Avec le suffixe diminutif -on :
Letton des Perrons, lieu-dit (Salvan, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Les Lettons, lieu-dit (Les Granges, Salvan, district de Saint-Maurice, Valais).

2. Longue pièce de bois, planche étroite, ancien haut allemand Latte, « latte », germanique *latto, « planche, latte ».
Les Lattes, lieu-dit (Meyrin, Genève) ;
Chalet des Lattes, alpage (Villiers, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Bois des Lattes, forêt (Les Ponts-de-Martel, district du Locle, Neuchâtel).


Laudon
Ces noms pourraient venir de L´Audon par agglutination de l´article.
Laudon, hameau (Quintal, Annecy, Haute-Savoie) ;
Le Laudon, cours d´eau du Semnoz affluent du lac d´Annecy.

Laufon
Commune, village et district du canton de Bâle, nom allemand Laufen, du verbe allemand laufen, « courir », par allusion aux rapides de la Birse selon [Jaccard].

Laurent, Laurentière, Laurents
Patronyme ou prénom Laurent, du nom latin Laurentius ou Laurentinus, « de Laurente » (ville du Latium).
Chez Laurent, hameau (Thonon-les-Bains, Haute-Savoie) ;
Les Laurents, maisons isolées en clairière (Morillon, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Chez les Laurents, hameau (Saint-Paul-en-Chablais, Chablais, Haute-Savoie).
Avec le suffixe de propriété -ière :
La Laurentière, maisons isolées (Saint-Victor-de-Morestel, L´Isle-Crémieu, Isère).

Voir aussi Champ-Laurent, Vrandière.


Laurier Noir
Col du Laurier Noir, 3295m (Bionaz, vallée d´Aoste), d´un arbuste de la famille des lauréacées.

Lausan, Lausanne, Lauzenettaz, Losanna
Du celtique *Los, Laus, et gaulois onna, « cours d´eau, source ».
Etang Lausan, étang (Sandrans, Bresse, Ain) ;
Lausanne, chef-lieu du canton de Vaud, aussi commune et district, sur l´emplacement du vicus gallo-romain de Lousonna, dont le nom vient de l´ancienne appellation de la rivière Louve, appelée flumen Laus en 1538 et Loue jusqu´au XIXème siècle. Noms latins Lausanna au Vème siècle [Anonyme de Ravenne], pagus Lausannensis en 1005, Lausenna, Lausona, Lausonium, Losana et Losonia, nom allemand Losanen.
Lausanne, ruines en forêt (Valmeinier, Maurienne, Savoie) ;
La Losanna, maisons isolées (Bollion, Lully, district de la Broye, Fribourg) ;
Comba Losanna, lieu-dit en forêt (Granges, district de la Veveyse, Fribourg).
Avec le suffixe diminutif patois -ettaz :
Lauzenettaz, Lausanneta en 979-1046, Losoneta en 1289, hameau (Allinges, Bas-Chablais, Haute-Savoie).


Lausé, Lauses, Lauzaz, Lauze, Lauzette,
Lauzettes, Lauzière, Lose, Loserette, Loses,
Losière, Losières, Louze, Loze, Lozes,
Lozière, Lozières
Roche schisteuse utilisée comme couverture des toits, voir le mot régional lauze.
Lausé, habitat dispersé (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Rochers des Lauses, crête rocheuse (Val d´Isère, Haute-Tarentaise, Savoie) ;
Sur la Lauzaz, alpage (Fontcouverte-la-Toussuire, Maurienne, Savoie) ;
La Lauze, alpage (Beaufort-sur-Doron, Beaufortain, Savoie) ;
Col de la Lose, 2957m, sur la frontière avec l´Italie (Val d´Isère, Haute-Tarentaise, Savoie) ;
Roche des Loses, lieu-dit (Val d´Isère, Haute-Tarentaise, Savoie) ;
La Louze, maison isolée (Saint-Guérin, Beaufort, Savoie) ;
Pic de la Loze, sommet (Chaîne des Hurtières, Savoie) ;
Les Lozes, lieu-dit (Aussois, Haute-Maurienne, Savoie).
Avec le suffixe diminutif -et ou collectif -et :
La Lauzette, alpage (Valloire, Maurienne, Savoie) ;
Pointe des Lauzettes, sommet (Valloire, Maurienne, Savoie) ;
La Loserette, lieu-dit en pente (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie).

Avec le suffixe collectif -ière :
La Lauzière d´en bas et La Lauzière d´en haut, maisons isolées, nom monté au Grand Pic de la Lauzière, sommet, et à la Chaîne de la Lauzière, massif montagneux (Basse Maurienne et Tarentaise, Savoie) ;
La Losière, forêt déclive (Saint-Bon-Tarentaise, Tarentaise, Savoie) ;
Les Losières, alpage (Bonneval-sur-Arc, Haute-Maurienne, Savoie) ;
La Lozière, alpage (Jarrier, Maurienne, Savoie) ;
La Lozière, Loseria en 1416, La Losiery en 1439, La Leuzière en 1911, maison isolée (Saint-Trivier-de-Courtes, Bresse, Ain) ;
Lac des Lozières (Vanoise, Savoie).


Lausenette, Lauseney
Peut-être dérivés de lauze, voir Lauze.
Lausenette, lieu-dit en forêt (Meillerie, Chablais, Haute-Savoie) ;
Lauseney, lieu-dit en forêt (L´Abergement, district d´Orbe, Vaud).

Lautaret, Lautarets, Lautharet
Dérivé de L´Autaret par agglutination de l´article.
Lautaret ou Lauteret, alpage (Montreux, district de Vevey, Vaud) ;
Lautaret, sommet en forêt, 1298m (Corrençon-en-Vercors, Vercors, Isère) ;
Col du Lautaret, chemin de Autaretum au XVème siècle, 994m (Les Adrets et Laval, Belledonne, Isère) ;
La Croix du Lautaret, alpis del Autaret au XIIIème siècle, alpis Altareti et mons Altaretum au XIVème siècle, sommet, 1951m (Chichilianne, Trièves, Isère, et Treschenu-Creyers, Drôme) ;
Nant des Lautarets, affluent du Ruisseau du Dou (Beaufort-sur-Doron, Beaufortain, Savoie) ;
Lautharet ou L´Autaret, hameau (Saint-Ferréol, Bornes, Haute-Savoie).

Lavachet, Lavanche, Lavanché, Lavancher, Lavancheret,
Lavanchers, Lavanches, Lavanchier, Lavanchies, Lavanchy,
Lavantier, Lavantiers, Laveintse, Lavencher, Laventiers,
Lavinchaix, Lavincherot, Lavintser, Levanche, Levanches,
Lévanchy
Couloir d´avalanche, éboulement de terrain. Patois lavantsi, vieux français lavanche, lavange au XVIème siècle, latin labina, labinca, « avalanche, glissement de terrain », de labes, labis, « chute, éboulement, effondrement », labi, « glisser », racine indo-européenne *la :b-, « pendre en étant faiblement retenu ».
Mots régionaux lavanche, levanche, « avalanche » :
Lavanche, hameau (Nus, vallée d´Aoste) ;
La Lavanche, Lavenches en 1413, hameau (Anglefort, Bugey, Ain) ;
La Lavanche, maison isolée (Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg) ;
La Lavanche, Lavanchia au XIIème siècle, maison isolée (Chavornay, Valromey, Ain) ;
Bois de la Lavanche, forêt déclive (Châtillon-en-Michaille, Michaille, Ain) ;
Les Lavanches, lieu-dit en forêt (Chézery-Forens, Pays de Gex, Ain) ;
Grange des Lavanches, maisons isolées en clairière (Saint-Ferréol, Bornes, Haute-Savoie) ;
La Levanche, maison isolée (Hauteville, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Levanches, maisons isolées (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg).

Dérivés avec les suffixes collectifs -aix, -y, couloir d´avalanche, lieu où les avalanches sont fréquentes :
Le Lavanchy, Lavanchi en 1867, aussi un patronyme, hameau (Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Lavanchy, pâturage déclive (Saint-Jean-d´Aulps, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Les Lavinchaix, forêt déclive (Gruffy, Albanais, Haute-Savoie) ;
Le Lévanchy, alpage, nom monté à la Tête du Lévanchy, sommet, 1880m (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Avec le suffixe collectif -ier, couloir d´avalanche, lieu où les avalanches sont fréquentes :
Lavancher, alpage (Nus, vallée d´Aoste) ;
Le Lavancher, hameau, et Combe du Lavancher, sur la trajectoire de l´avalanche dite de la Verte, qui descend en réalité de l´Aiguille à Bochard (Argentière, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Lavanchers, hameau (Morgex, vallée d´Aoste) ;
Lavanchier, lieu-dit (Troistorrents, district de Monthey, Valais) ;
Lavantier, alpage (Nendaz, district de Conthey, Valais) ;
Les Lavantiers, couloirs en forêt (Chandolin, Val d´Anniviers, Valais) ;
Le Lavencher, lieu-dit, et Torrent du Lavencher, affluent de la Dranse d´Entremont (Bourg-Saint-Pierre, Val d´Entremont, Valais) ;
Forêt des Laventiers, forêt déclive (Hérémence, district d´Hérens, Valais).

Forme patoise valaisanne lavintsè ou valdôtaine laveintse « avalanches » avec mutation du son [ch] en [ts] :
La Laveintse, anciennement Le Lavintsié, lieu-dit (Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Le Lavintser, couloir en forêt (Bovernier, district de Martigny, Valais).

Avec le suffixe diminutif -et :
Le Lavachet ou rarement Le Lavanchet, village (Tignes, Haute-Tarentaise, Savoie) ;
Le Lavancheret, pentes raides (Vallon de Bérard, Aiguilles Rouges, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif -ot :
Lavincherot, couloir en forêt (Le Trétien, Salvan, district de Saint-Maurice, Valais).

Avec les suffixes collectifs -é, -ie, couloir d´avalanche, lieu où les avalanches sont fréquentes :
Le Lavanché, lieu-dit (Vallorcine, vallée de l´Eau Noire, Haute-Savoie) ;
Les Lavanchies, forêt déclive (Vallée de la Manche, Morzine, Chablais, Haute-Savoie).

Voir aussi Evalanche, Vintsiè.


Laval, Lavalet, Lavalla, Lavalou, Lavaloux,
Lavart, Lavau, Lavaux, Lavod, Lesvaux
La vallée, dérivé de L´Aval ou La Val et de La Vaux, Le Vaux par agglutination de l´article. Aussi : ancien français laval, « en bas, à terre ».
Laval, de Valli au XIIIème siècle, La Val au XVIIème siècle, commune et village de Belledone, et Ruisseau de Laval, rivus de Valle au XIVème siècle, rivus Vallis au XVIIIème siècle, affluent de l´Isère (Domène, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Laval, hameau (Nâves-Parmelan, Bornes, Haute-Savoie) ;
Laval, Laval en 1344, Apud Vallem en 1399, De Valle en 1439, La Val en 1911, hameau (Bâgé-la-Ville, Bresse, Ain) ;
Laval, de Valle en 1443, La Val sur la Carte de Cassini, hameau (Vonnas, Dombes, Ain) ;
Laval Dessous et Laval Dessus, hameaux (Saint-Germain-la-Chambotte, Albanais, Savoie) ;
Basse Laval et Haute Laval, hameaux (Foissiat, Bresse, Ain) ;
Lavalla, Lavallaz en 1843, La Valla en 1911, et Sur Lavalla, maisons isolées (Le Grand-Abergement, Valromey, Ain) ;
Lavau, maison isolée (Forel, Vernay, district de la Broye, Fribourg) ;
Bois de Lavau, forêt (Farvagny, district de la Sarine, Fribourg) ;
Lavaux, anciennement Vallis de Lustriaco, « Vallée de Lutry », aussi La Vaux en 1867 district (Vaud) ;
Lavaux, la Vaul en 1441, le Vaulx en 1487, la Vaulx en 1530, la Vaux en 1545, ravin du Merdasson (Bôle, district de Boudry, Neuchâtel) ;
Lavod, hameau (Valpelline, vallée d´Aoste) ;
Lesvaux, hameau (Féternes, Chablais, Haute-Savoie).
Avec les suffixes -ou, -oux :
Lavalou, lieu-dit (Massignieu-de-Rives, Bugey, Ain) ;
Lavaloux, lieu-dit en forêt (Outriaz, Haut-Bugey, Ain).

Dérivé par rhotacisme :
Lavart, La Val en 1563, Lavar en 1911, maisons isolées (Montagnat, Bresse, Ain).

Avec un patronyme Lavalet de même origine :
Rippe Lavalet, lieu-dit (Vescours, Bresse, Ain).


Lavaldens
Commune et village du Valbonnais (Valbonnais, arrondissement de Grenoble, Isère), de Valle Dentis au XIIème siècle par remotivation, Lavaudenz au XIIIème siècle, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Valdingos, « chez les Valdingi », dérivé du nom propre Valdus.

Lavanchon
Le Lavanchon, ruisseau affluent du Drac (Varces-Allières-et-Risset, Pays grenoblois, Isère), probablement d´un primitif *L´Avanchon par agglutination de l´article, voir Avançon.

Lavando
Le Lavando, lieu-dit de la commune de Sévaz (District de la Broye, Fribourg), peut-être un champ de lavande (Lavandula sp.).

Lavant
Hameau de la commune de Thézillieu (Bugey, Ain), Lavans en 1911, nom peut-être d´origine burgonde.

Lavapesson
Lieu-dit du village fribourgeois de Granges-Paccot, district de la Sarine, où, selon la tradition, les gens de Morat, venant vendre leurs poissons à Fribourg, s´arrêtaient pour les rincer au ruisseau, d´où Lavapesson, « lave-poissons » [Aebischer].

Lavari
Lieu-dit du Val Ferret, commune d´Orsières, district d´Entremont (Valais), anciennement Le Lavarit, L´Avary, pourrait venir de La Varie, « la marmotte » par agglutination de l´article, voir Vare [Guex].

Lavars
Commune et village du Trièves (Mens, arrondissement de Grenoble, Isère), Lavargum et Lavagiis en 1080, aussi Lavarticum, Lavargium, Lavargus, Lavarcs et Lavarx, probablement d´un anthroponyme comme Lavarus avec un suffixe -icus.

Lavarsay
Le Lavarsay, lieu-dit du Val Ferret, commune d´Orsières, district d´Entremont (Valais), selon Guex ce pourrait être un dérivé par métathèse de *arvasse, « arole rabougri », voir Arevassey, avec agglutination de l´article.

Lavassey
Nom qui désigne un endroit où abondela rhubarbe des moines ou oseille des Alpes (Rumex alpinus), ou la bardane (Alpium sp.), dont le nom régional est lavasse.
Lavassey et Lavassey Damon, alpages (Ayas, vallée d´Aoste) ;
Lavassey, alpage (Brusson, vallée d´Aoste).

Lavasson
Le Lavasson, cours d´eau affluent de la Dullive (District de Nyon, Vaud), peut-être de laver, plus probablement une cacographie de L´Avançon.

Lavenire
Dérivé de L´Avenière avec agglutination de l´article.
Lavenire, lieu-dit (Montana, district de Sierre, Valais).

Laveta
La Laveta, abri forestier de la commune des Bayards (District du Val-de-Travers, Neuchâtel), par féminisation d´un patronyme Lavet.

Lavey
Lavey, commune et village vaudois du district d´Aigle, a Laver, in pago caput lacense en 1016, Alaver en 1051, Lavetum en 1180, que l´on fait dériver du latin lavare, lavatum, « laver », en raison de la source thermale qui s´y trouve. Toutefois cette source, découverte en 1831, ne semble pas avoir été connue des Romains. Ce nom pourrait dériver du latin labes, labis, « chute, éboulement, effondrement », dont est issu le français lave.
Lavey, hameau (Le Petit-Bornand-les-Glières, Faucigny, Haute-Savoie).

Laviau, Laviaux, Lavoir, Lavoirs, Lavouet,
Lavouets, Lavours, Lavous
Lavoir, vieux français laviour, ancien français lavoir, du bas latin lavatorium, « lavoir », latin lavare, « laver ». Soit un endroit où l´on lavait le linge, soit un emplacement proche d´une fonderie où l´on lavait le minerai pour le débarasser de ses impuretés.
Le Lavoir, lieu-dit (Givrins, district de Nyon, Vaud) ;
Les Lavoirs, où se trouvait un patouillet, mécanisme mû par une roue hydraulique ou un manège à chevaux et qui servait à laver le minerai (Saint-Ursanne, district de Porrentruy, Jura).
Ancien français lavouer, « lavoir » :
Lavours, Lavatorium vers 1135, Lavourt en 1345, Lavors en 1346, Apud Lavorum en 1460, Lavour en 1670, commune et village du Bugey (Arrondissement de Belley, Ain) ;
Les Lavous, où l´on lavait le minerai de fer (Corcelles, district de Moutier, Jura bernois).

Formes patoises :
Laviau, lieu-dit (Torny, district de la Glâne, Fribourg) ;
Le Laviau, hameau (Gruyères, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Vers le Laviau, lieu-dit (Rovray, district d´Yverdon, Vaud) ;
Les Laviaux, maisons isolées (Morlon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Le Lavouet, hameau sur le Brevon (Vailly, Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Lavouets, hameau, et Ruisseau des Lavouets, affluent de la Menoge (Habère-Poche, Vallée Verte, Haute-Savoie).

Voir aussi Lavoret.


Lavigny
Commune et village vaudois du district de Morges, Lauiniaco en 1145, Lavinei en 1177, de Lavinniaco en 1179, Laviniaco en 1188, Lavigni en 1210, Lavinie en 1228, Lavigniaco en 1269, Lavignye en 1322, Lavignyer en 1335, Lavigniacum en 1477, nom de domaine d´origine gallo-romaine Laviniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Lavinus, Lavinius, de Lavinium, ville du Latium fondée par Enée.

Lavillat
Hameau de la commune de Corveissiat (Revermont, Ain), La Villiat sur la Carte de Cassini, aussi Avuillat ou La Vuillat en 1911, de La Villat avec agglutination de l´article.

Lavouille, Lavouillon
Dérivé de l´Avouille, l´Avouillon par agglutination de l´article.
Tré Lavouille (non localisé, Haute-Savoie).
Avec le suffixe -on :
Lavouillon, lieu-dit (Emaney, Salvan, district de Saint-Maurice, Valais).


Lavy
Soit un nom composé de La Vy, soit un patronyme.
Lavy, maison isolée (Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais) ;
Lavy, hameau (Viuz-la-Chiésaz, Albanais, Haute-Savoie).

Lax
Commune et village valaisans du district de Conches, Lacx en 1295 et 1333, Lax en 1308, peut-être de l´ancien français lac, « caverne, fossé » [Jaccard].

Laydevant
Composé de Lay, « bois taillis, forêt », et Devant. soit « qui est en avant », soit plus probablement « dont l´accès est défendu ».
Laydevant, hameau (Arâches-la-Frasse, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Laydevant, hameau (Montagny-les-Lanches, Annecy, Haute-Savoie) ;
Le Laydevant, hameau (Essert-Romand, vallée de la Dranse, Haute-Savoie).

Laye
Probablement d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine, par féminisation du nom d´homme Ayus.
Laye, villa Aya au XIVème siècle, maisons isolées (Château-Bernard, Trièves, Isère) ;
Laye, villa Aya au XIVème siècle, lieu-dit (Pierre-Châtel, Matheysine, Isère) ;
Laye Chante-Bot, villa Aya au XIVème siècle, hameau (Saint-Paul-lès-Monestier, Trièves, Isère).

Layju
Lieu-dit de la commune d´Onnens (District de Grandson, Vaud), composé de du patois lé, « là », et de l´adverbe ancien français ju, jus, « en bas », bas latin jusum, « en bas, à terre », du latin deorsum, « vers le bas ».

Lazier
Le Lazier, hameau de la commune d´Arbaz (District de Sion, Valais), Lasier et Leysier en 1324, Lagier et Lazier en 1906, Lazière en patois, pourrait être un *Larzier avec syncope du r, voir Larze [Jaccard].


Patois valaisan lé, « lac » [Guex].
Gouille du Lé, Grand Lé et Petit Lé, trois lacs de la combe de Drône, et Grand Lé, pâturage, nom monté à la Pointe du Grand Lé, sommet, 2815m (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais) ;
Bella Lé, alpage avec un petit lac (Ayer, Val d´Anniviers, Valais).

Lé, Leisse, Leisses, Lex, Ley,
Leysettes, Li, Ly
Paroi rocheuse, dalle de rocher. Patois chablaisien lé, celtique lica, licca, « pierre plate, dalle, falaise », dérivé par aphérèse de *plka, d´une racine *pelk-, *plak-, « plat, surface plane » [Delamarre].
La Lé, pâturage, Plat de la Lé, lieu-dit, nom monté au Col de la Lé, 3061m, aux Aiguilles de la Lé, 3190m, et au Pigne de la Lé, sommet, 3396m (Zinal, Val d´Anniviers, Valais) ;
La Lé, alpage, Creux de la Lé, lieu-dit, Chalet de la Lé, alpage, et Chaux de la Lé, pâturage (Savièse, district de Sion, Valais) ;
La Lé, Leyx et Loyx en 1287, alpage (Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
Pointe Leisse ou Pointe Leysser, 2771m, et Comba Leysser (Avise et Saint-Pierre, vallée d´Aoste) ;
Les Leisses, pâturage déclive (Zinal, Val d´Anniviers, Valais) ;
Lex Blanche Damon, Lex Blanche Dèsot, alpages du Vallon de la Lex Blanche, nom monté à l´Aiguille de la Lex Blanche, L´Allée Blanche pour de Saussure, sommet, 3697m, au Glacier de la Lex Blanche, et au Col de la Lex Blanche, 3555m (Val Veny, vallée d´Aoste) ;
Châble du Ley, couloir rocheux (Arbaz et Savièse, district de Sion, Valais) ;
La Li Blanche, paroi schisteuse, 2190m (Catogne, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
Sur la Li, lieu-dit (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
La Ly, pâturage (Lourtier, Bagnes, district d´Entremont, Valais).
Diminutif avec le suffixe -ette :
Les Leysettes ou Les Leyzette et Lesetes en 1294, lieu-dit (Les Marécottes, Salvan, district de Saint-Maurice, Valais).

Voir aussi Allée, Allex, Eslex, Solalex.



Adverbe patois lé, « là ».
Pra Lé Avau, « pré là en-bas », maison isolée (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg).

Léamont
Préfixe patois lé, « là », et amont.
Léamont, « là en haut », hameau (Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais).

Léard, Liardaz, Liardère, Lyaud
Des patronyme Léard, Liard, formes contractées de Léotard, issu de l´anthroponyme germanique Leodhard, du germanique *leudi, « peuple, gens », et *hardu, « dur, fort ».
Léard, hameau (Jarrier, Maurienne, Savoie).
Par féminisation patoise :
La Liardaz, maison isolée (Le Grand-Bornand, Bornes-Aravis, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif -ère :
La Liardère d´en Bas et La Liardère d´en Haut, maisons isolées en clairière (Saint-Maurice, Valais).

Peut-être de même origine, c´est aussi un patronyme ; pour Nègre 1990 c´est un dérivé de l´anthroponyme germanique *Lealdus :
Le Lyaud, commune et village (Arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie).


Léat
Roc du Léat ou Croix du Léat, Altus Mons au XIVème siècle, et Lac du Léat, lac de montagne (La Ferrière, Belledonne, Isère).

Léchans
Chalets de Léchans, alpage, et Ruisseau de Léchans, affluent de l´Arc (Bonneval-sur-Arc, Haute-Maurienne, Savoie), dérivé de les champs, dans le sens de Cha, par agglutination.

Lécharenne, Lécheraine, Lescheraines
Dérivés de écherêne, « crête de montagne », par agglutination de l´article, voir Echerenne. Pour Pégorier, lescheraines, « éboulis ravinés ».
Lécharenne, alpage (Bonneval-sur-Arc, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Lécheraine, Rivus de Escarena en 1279, La Cheraine en 1694, Lescheraine en 1935, hameau (Lanslebourg-Mont-Cenis, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Lescheraines, Lascharena en 1108, Escarena en 1215, Escherena en 1238, Lescherène en 1278, Cura de Escherana vers 1344, Lescheraines-en-Savoye en 1732, commune et village des Bauges (Le Châtelard, arrondissement de Chambéry, Savoie).

Léchellier
Alpage de la commune de Hauteluce (Beaufortain, Savoie), dérivé de L´Echellier par agglutination de l´article.

Lechepre
Alpage de la commune de Saint-Martin-de-la-Porte (Maurienne, Savoie), probablement en Leschapour en 1562, La Chapour en 1935, serait à rapprocher de Chapoux avec agglutination de l´article selon Gros.

Léchoir, Lèchoir, Léchoirs
Peut-être un endroit où les bêtes lèchent le rocher.
Rocher du Léchoir, lieu-dit en montagne, et Ruisseau du Léchoir, affluent de l´Isère (Val d´Isère, Haute-Tarentaise, Savoie) ;
Les Léchoirs du Charbonnier, lieu-dit en montagne (Termignon, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Le Lèchoir, lieu-dit en montagne (Val d´Isère, Haute-Tarentaise, Savoie).

Lederrey, Léderrey, Leyderry, Liderrey
« Là derrière », préfixe patois lé, ley, li, « là », et Derrey, Derry, « derrière ».
Pra Lederrey, par un patronyme répandu, maison isolée (Ecublens, district de la Glâne, Fribourg) ;
Léderrey, hameau situé derrière l´Argentine par rapport à Solalex (Bex, Préalpes vaudoises, district d´Aigle, Vaud) ;
La Leyderry, maison isolée (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Liderrey, hameau et cours d´eau affluent de la Jogne (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg).

Ledzan
Alpage de la commune de Valtournenche (Vallée d´Aoste), du patois valdôtain ledza, « luge, traîneau ».

Leiretta
Lieu-dit en forêt de la commune de Nax (District d´Hérens, Valais), forme patoise de L´Airette avec agglutination de l´article.

Lélex
Commune et village de la Valserine (Arrondissement de Gex, Ain), Les Loyes en 1322, Leslay en 1670, du mot régional de l´Ain loie, loye, « ruisseau » [Pégorier].

Léman
Lac Léman, nom grec lemanè limnè [Strabon, 63 av. J.C. - 19 ap. J.C.], lemanos limnè [Dion Cassius, 155 - 240 ap. J.C.], nom gallo-romain Lacus Lemanus [J. Caesar, De Bello Gallico, 58 av. J.C.], d´une racine proto-indo-européenne qui signifie Lac. On trouve Lacum Losonne sur la Table de Peutinger, et Lacu Lausonio dans l´Itinéraire d´Antonin, Lemanni laci en 580-600, ad mare Rhodani en 839. Autres noms latins lacus Losanete Lausanius lacus, Lausinius lacus et Lausonius lacus. Le nom Lac de Lausanne a été utilisé jusqu´au milieu de XIXème siècle, alors que Lac de Genève se rencontre encore.

Lembe, Limbi
Situé en bordure, latin limbus, « bord, bordure, bande » [Jaccard].
La Lembe, La Limbaz en 1906, cours d´eau affluent de la Broye (Vaud et Fribourg) ;
Proz Limbi, lieu-dit au pied d´une parois rocheuse (Valsorey, Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais).

Lémenc, Leyment
Viendraient du gaulois lemo, « orme », racine indo-européenne *el-, ol-, « rouge, brun (dans les noms de plantes et d´animaux) » avec un suffixe -enc[i]um.
Lémenc, Leminco sur la Table de Peutinger, Lemmengis et Lemmingis en 1016, Villa Lemensis au XIème siècle, Monasterium de Lamenes vers 1110, Monasterium Sancti Petri de Lemenco en 1138, Parrochia Lemensis en 1199, Lemens en 1445, Lemencum en 1488, quartier de la ville de Chambéry (Savoie) ;
Leyment, Lemencium en 1115, Leimenz en 1212, Leimen en 1222, Lemenz en 1250, Castra Sancti Germani et de Laymenco en 1314, commune et village du Bugey (Lagnieu, arrondissement de Belley, Ain).

Lémont, Liamon, Liamont
« Là en amont », préfixe patois lé, li, « là » et Amont.
Le Lémont, colline boisée, 505m (Bassecourt, district de Delémont, Jura) ;
Champ Liamon, lieu-dit (Lovatens, district de Moudon, Vaud) ;
Liamont, lieu-dit (Villorsonnens, district de la Glâne, Fribourg) ;
Bois Liamont, lieu-dit (Etagnières, district d´Echallens, Vaud) ;
Clos Liamont, lieu-dit (Lessoc, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg).

Lemps, Lens, Lentiol, Liens
Termes de L´Isle-Crémieu qui désignent des zônes humides ou des étangs, soit du gaulois lindon, « liquide », puis spécialement « étang » [Delamarre], soit du latin lentus, « visqueux ».
Le Lemps, Lemps au XVème siècle, Lempt au XVIIIème siècle, hameau (Four, La Tour-du-Pin, Isère) ;
Le Lemps, Lemp au XXème siècle, maisons isolées (La Chapelle-de-Surieu, Pays viennois, Isère) ;
Le Lemps, Bois de Lemps au XVIème siècle, hameau (Moras, L´Isle-Crémieu, Isère) ;
Le Lemps, lieu-dit en forêt (Trept, Les Balmes Dauphinoises, Isère) ;
Etang de Lemps, étang (Saint-Baudille-de-la-Tour, L´Isle-Crémieu, Isère) ;
Le Petit Lemps, lieu-dit (Ville-sous-Anjou, Pays viennois, Isère) ;
Vie de Lemps, lieu-dit (Sillans, Bièvre, Isère) ;
Les Lemps, lieu-dit (Auberives-sur-Varèze, Pays viennois, Isère) ;
Lens et Vers Lens, lieux-dits (Frontonas, L´Isle-Crémieu, Isère) ;
Le Grand Liens, étang temporaira, et Le Petit Liens, lieu-dit (Notre-Dame-de-l´Osier, Sud du Grésivaudan, Isère).
Avec le suffixe diminutif -iol :
Lentiol, domus de Lente au XIIIème siècle, dominus de Lentyo au XIVème siècle, Lenthioz au XVème siècle, Lentioz au XVIIème siècle, commune et village du Chambaran (Roybon, arrondissement de Grenoble, Isère).

Voir aussi Grand-Lemps.


Lénage, Lenèche, Lunages, Lune, Luneire,
Lunerie
Du vieux français lunage, lunaire, dénomination d´une mesure agraire [Aebischer], bas latin lunaticum, latin lunarius, « lunaire », c´est l´étendue de terrain que l´on peut cultiver en un mois lunaire.
Les Lunages, lieu-dit (Cessens, Albanais, Savoie) ;
La Luneire, maisons isolées (Vuisternens-devant-Romont, district de la Glâne, Fribourg) ;
La Lunerie, maison isolée en forêt (Villeneuve, district d´Aigle, Vaud).
Patois lenage, même sens :
Le Lénage, maison isolée (Lutry, district de Lavaux, Vaud) ;
La Lenèche, hameau (Penthéréaz, district d´Echallens, Vaud).

Peut-être de même origine :
Champ de Lune, lieu-dit (Sévaz, district de la Broye, Fribourg).


Lenda
Francisation de l´allemand Linde, « tilleul ».
Rue de la Lenda (Ville de Fribourg, district de la Sarine).

Lens
Commune et village du Valais, Lens et Lenz en 1199, Lent en 1392, nom allemand Leis, dont le nom dérive du gentilice Lentinus ou Lentius.
Forêt de Lens, forêt déclive (Grône, district de Sierre, Valais).

Lent
Commune et village de la Bresse (Péronnas, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), Lentis villam vers 853, Ecclesia de Lentis en 984, De Lent en 1100, Ville de Lentz en 1337, du cognomen Lentus, latin lentus, « souple, tenace, lent, impassible, etc ».
Probablement de même origine :
Le Lent, De Lento en 1230, hameau (Saint-Martin-du-Mont, Bresse, Ain).


Lentigny
Village de la commune de La Brillaz (District de la Sarine, Fribourg), ancienne commune, Lintiniei en 1142, Lentiniei en 1150, Lentinie au XVIIème siècle, Lintinie en 1254, Lintignye en 1285, Lintignie en 1290, Lintigny en 1320, lentignie en 1445, Lentigniez en 1555, Lentignie en 1668, nom allemand Lentenach attesté dès 1578, à l´origine *[fundus] Lentiniacus, nom dérivé avec le suffixe -acus du gentilice Lentinius [Stadelmann].

Lentillère, Lentillères
Lieu où poussent des lentilles (Lens esculenta ou culinaris), plante de la famille des Papilionacées, du latin lenticula, « lentille (plante ou graine) », diminutif de lens, même sens, nom formé avec le suffixe collectif -ière.
La Lentillère, maintenant un lieu-dit en forêt (Chézery-Forens, Pays de Gex, Ain) ;
Chemin des Lentillères (Crissier, district de Lausanne, Vaud).
Voir aussi Nandillier.


Lentine
Vignes de la commune de Sion (Valais), Lentina de 1230 à 1906, ancienne villa Lentina, avec le cognomen Lentinus.

Léonaz
Alpage de la commune de Saint-Nicolas (Vallée d´Aoste), d´une forme féminine du prénom Léon, ou par féminisation patoise d´un patronyme Léon.

Lépinay
Lépinay, lieu-dit de la commune de Cras-sur-Reyssouze (Montrevel-en-Bresse, Bresse, Ain), L´Epinay au XVIIIème siècle (Carte de Cassini), L´Epiney en 1911, de L´Epinay par agglutination de l´article.

Lépin-le-Lac
Commune et village de l´Avant-Pays savoyard (Pont-de-Beauvoisin, arrondissement de Chambéry, Savoie), Ecclesia de Lepino en 1140, Lespenes en 1278, Prioratus de Lepins en 1308, Parrochia de Lespins au XIVème siècle, L´Epin en 1729, Lépin en 1732, du latin spinus, « prunier sauvage », avec agglutination de l´article.

Lerèche
La Lerèche, pâturage du Vallon de Réchy (Nax, district d´Hérens, Valais), peut-être par mauvaise compréhension de La Rèche, lieu-dit voisin.

Lérettaz
Maisons isolées en clairière de la commune de Saint-Paul-sur-Isère (Tarentaise, Savoie), L´Airette sur la Carte IGN, forme patoise L´Erettaz avec agglutination de l´article, voir Eretta.

Léseneys
Les Léseneys, forêt de la commune de La Rippe (District de Nyon, Vaud), d´un patronyme Léseney.

Lésine
Dans le Jura, fissure dans le terrain.
Lésine du Champ-Guillobot, grotte (Poligny, arrondissement de Lons-le-Saunier, Jura).

Lespeneux
Lieu-dit de la commune de Chevry (Pays de Gex, Ain), probablement dérivé de L´Espeneux par agglutination de l´article, voir Epineux.

Lessoc
Ancienne commune et village (Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg), Del Suc en 1115, Lessoz en 1231, les Soz en 1238, Lessot en 1352, dérivé de Suc.

Lessus
Le Lessus, hameau près de Saint-Triphon, commune d´Ollon, district d´Aigle (Vaud), composé de lé sus, « là-dessus » [Jaccard].

Lestal
Fort de Lestal, aussi l´Estal, sur la commune de Marthod (Ugine, Val d´Arly, Savoie), serait selon Gros une variante de l´ostal, l´oustal, forme méridionale de hostel, dans le sens de « maison d´habitation », bas latin hospitalis (domus), « lieu de refuge, d´acceuil », voir Hôpital.

Létivan
Lieu-dit de la commune de Vaulruz, district de la Gruyère (Fribourg), peut-être un ancien *L´Etivan, voir Estivage, par agglutination de l´article ;
Ruisseau de Létivan, affluent de la Sionge (District de la Gruyère, Fribourg).

Létraz, Létroz
Dérivé de L´Etraz par agglutination de l´article.
Létraz, hameau (Domancy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Létraz, hameau (Sévrier, Annecy, Haute-Savoie).
Peut-être de même origine :
Létroz, quartier (Thonon-les-Bains, Bas-Chablais, Haute-Savoie).


Letron
Haut Letron, maison isolée de Neirivue (Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg), peut-être d´un patronyme Letron.

Leuchelette, Loche, Lôche, Lochette, Lotze,
Louche, Louchette, Lousse, Luche
Dérivés de L´Oche, etc., par agglutination de l´article.
Loche, hameau (Chevaline, Pays de Faverges, Haute-Savoie) ;
Lôche, hameau (Puidoux, district de Lavaux, Vaud) ;
La Louche, habitat dispersé (Belmont-sur-Lausanne, district de Lausanne, Vaud) ;
En Louche, quartier (Perly-Certoux, Genève) ;
La Luche et La Luche du Crot, lotissements (Nernier, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Luche Lapies (Esserts-Salève, Haute-Savoie).
Diminutif avec le suffixe -ette :
Rue de Leuchelette (Sierre, Valais) ;
Chemin de Lochette (Bellevue, Genève) ;
La Louchette, domaine (Cologny, Genève).

Par mutation patoise du son [ch] en [tz] :
La Lotze, lieu-dit (Oleyres, district d´Avenches, Vaud).

Forme valaisanne :
Rue de Lousse (Hérémence, district d´Hérens, Valais).


Leuchu
Forme patoise jurassienne de « là-dessus » selon [Jaccard].
Clos Leuchu, lieu-dit (Rossemaison, district de Delémont, Jura) ;
Clos Leuchu, lieu-dit (Montsevelier, district de Delémont, Jura) ;
Champ Leuchu, maison isolée (Eschert, district de Moutier, Jura bernois).

Leuilly
Mas de Leuilly, maisons isolées en clairière de la commune de Quaix-en-Chartreuse (Chartreuse, Isère), per agglutination de *l´euilly, allusion à l´Aiguille de Quaix, voir Oeilly.

Leuta, Leutaz, Leutraz, Lieutraz
Du patois savoyard lieutra, « myrtille ».
Leutraz, hameau (Les Villards-sur-Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
Lieutraz, hameau (Brizon, Faucigny, Haute-Savoie).
Avec syncope du r :
Le Leuta, alpage (La Giettaz, Val d´Arly, Savoie) ;
Le Leutaz, hameau (Megève, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).


Levanna
La Levanna, sommet et glacier de la commune de Bonneval-sur-Arc, (Maurienne, Savoie), de *L´Evanna, augmentatif de L´Eve avec agglutination de l´article [Gros].

Levaux
Terre de niveau, lieu-dit situé sur un terrain plat, ancien français liveau, livel, « nivellement », latin libella, « niveau (instrument) ».
Les Levaux, Les Grands Levaux en 1776, maisons isolées (Vouvry, district de Monthey, Valais).

Levée, Levées
Ancien français levee, « tombe ; revenu ; récolte ; impôt ; charge », latin levare, « lever, élever, soulever, enlever, soulager ».
La Levée, la Leva en 1299-1369, maison isolée en clairière (Ceignes, Haut-Bugey, Ain) ;
Les Levées, lieu-dit (Pérouges, Dombes, Ain).
Le français levée paraît désigner ici une élévation naturelle :
Bas de la Levée, maison isolée de la commune de la Brévine (District du Locle, Neuchâtel).


Lévêque
Pâquier à Lévêque, lieu-dit de la commune de Boudevilliers (District du Val-de-Ruz, Neuchâtel), avec probablement un patronyme Lévêque, issu de l´évêque par agglutination, soit un sobriquet, soit un nom lié à une fonction au service d´un évêque. Voir l´étymologie d´Evêque.

Levette
De L´Evette avec agglutination de l´article [Gros].
La Levette, lieu-dit (Aubonne, Vaud) ;
La Levette, lieu-dit (Modane, Maurienne, Savoie).

Lèvremont
En Lèvremont, lotissement de la commune d´Apples, district d´Aubonne (Vaud), composé de leivra, « lièvre » et de Mont.

Leymiat
Village de la commune de Poncin (Haut-Bugey, Ain), Leymiacus en 1299-1369, Leymiaz en 1604, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Lemiacum, dérivé avec le suffixe -acum du patronyme Lemius.

Leyriat, Leyrieu
D´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Lariacum, dérivé avec le suffixe -acus du nom propre Larius.
Leyriat, Layriat en 1847, maisons isolée en clairière (Montanges, Michaille, Ain) ;
Leyrieu, Leyreu au XIIIème siècle, Leyriacum au XIVème siècle, commune et village de L´Isle-Crémieu (Crémieu, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère).

Leysin
Commune et village touristiques des Ormonts (Alpes vaudoises), Leissins en 1232, Lasin vers 1250, Leisins en 1352, Lesin et Lisin en 1355, Leysins en 1402. nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Leisingos, « chez les Leisingi », dérivé du nom propre Leiss, « celui qui marche », du radical lais, « marcher » [Perrenot]. Selon la tendance actuelle, certains y voient un dérivé avec le suffixe -anum du gentilice Latius ou Lesius.

Leytron
Commune et village valaisans du district de Martigny, Leitrun en 1219, Leytrun en 1231, Leitron en 1262, Letron en 1291, pourrait venir d´un patronyme gaulois Leiturron [Jaccard].

Lézieu, Lizieux
D´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Lesiacus, dérivé avec le suffixe -acum du patronyme Lesius.
Lézieu, Leysiou en 1346, Leysieu en 1361, Apud Leysiacum en 1493, Leyzieu en 1911, hameau (Pollieu, Bugey, Ain) ;
Lizieux, Lasiacus en 1103-1104, Laysiacus en 1299-1369, Lezieu sur la Carte de Cassini, Lezieux en 1841, Lézieux en 1911, hameau (Civrieux, Dombes, Ain).

Lhôpital
Dérivé de L´Hôpital par agglutination de l´article.
Lhôpital, Hospitale de Chanei en 1195, Hospitalarius de Chanay vers 1265, Hospitium de Chanay vers 1344, Hospitale de Chanay vers 1365, L´Hospital en 1563, L´Hospital de Dorches en 1724, Lhopital en 1734, L´Hopital sur Dorches en 1789, L´Hôpital en 1911, commune et village de la Michaille (Bellegarde-sur-Valserine, arrondissement de Nantua, Ain).

Lhuis
Canton, commune et village du Bugey (Arrondissement de Belley, Ain), Villula Lolios en 859, Lueys en 1191, Lueis en 1202, Lues en 1209, Luyeis vers 1250, Loys et Luys en 1429, L´Huis au XVIIème siècle, Luis en 1655, Lhuis en 1670, d´un gentilice Lollius ; la dérivation du français huis, « porte », du bas latin ustium, latin ostium, basée sur une attraction paronymique récente, est fantaisiste.

Lia, Liaz
Selon Guex ces toponymes dériveraient de l´Alia, l´Aliaz par déglutination de l´article, voir Alliaz.
La Lia, pâturage, Marais de la Lia, lieu-dit, Ecurie de la Lia, alpage, nom monté à la Becca de la Lia, sommet, 3458m (Mauvoisin, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
La Liaz, hameau (Grand-Bornand, Bornes, Haute-Savoie).

Liaisettes, Lie, Lies, Liet, Liez,
Lisettes, Lites
Du patois gllèse, « glaise », prononcé avec un l mouillé, voir Glaise.
La Lie, La Ly en 1439, hameau (Replonges, Bresse, Ain) ;
Sous Lie, lieu-dit (Burtigny, district de Rolle, Vaud) ;
Les Petites Lies, lieu-dit (Boz, Bresse, Ain) ;
Les Lites, Terra appellata de les Lyes en 1475, Les Lies en 1911, lieu-dit (Boissey, Bresse, Ain).
Praz de Liet ou Champ du Liet, lieu-dit (Bremblens, district de Morges, Vaud) ;
Liez, hameau, Torrent de Liez, affluent de la Borgne (Saint-Martin, district d´Hérens, Valais) ;
Le Liez, hameau (Les Villards-sur-Thônes, Bornes, Haute-Savoie).
Avec le suffixe diminutif -ette :
Les Liaisettes, lieu-dit (Grandvaux, district de Lavaux, Vaud) ;
Ruisseau des Liaisettes, affluent de la Bressonne (Savigny, district de Lavaux, Vaud) ;
Les Lisettes, pâturage (Champéry, district de Monthey, Valais).


Liapallé, Liapay, Liapec, Liapes, Liapey,
Liapeys, Lyapet
Eboulis, pierrier, du celtique *clappa, « rocher plat, amas de rochers », voir Clapera.
Les Liapes, lieu-dit (La Chaux-de-Fonds, Neuchâtel).
Noms collectifs avec les suffixes -ay, -et, -ey :
Le Liapay, lieu-dit (Versegère, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Truche du Liapay (Muveran, Préalpes vaudoises) ;
Le Liapey, autre nom de l´éboulement des Diablerets (Derborence, Conthey, Valais) ;
Le Liapey, alpage et Glacier du Liapey (Val des Dix, Hérémence, district d´Hérens, Valais) ;
Liapey d´Enfer, lieu-dit (Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Liapeys de Grône, Glappey de la Grunnaz en 1346, Liappay de la Gronaz en 1906, lieu-dit (Martigny-Combe, district de Martigny, Valais) ;
Le Lyapet, lieu-dit déclive au-dessus de Chamonix (Vallée de Chamonix, Haute-Savoie).

Diminutif avec le suffixe -alle :
Le Liapallé, ferme isolée (Enney, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg).

Avec le suffixe collectif patois valaisan -ec :
Gros Liapec, alpage (Val de Moiry, Grimentz, district de Sierre, Valais).


Liaret, Lières, Liéry, Lire, Lires,
Lyret
Ces noms dérivent du latin glarea, « gravier », voir Glières.
Les Lières, lieu-dit (Boudry, Neuchâtel) ;
Gros Liéry et Liéry Odet, noms de même origine selon Aebischer, le second avec le patronyme Odet, alpages (Grandvillard, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Arêtes de Lire Rose, 3074m, Col de Lire Rose, 3115m, et Glacier de Lire Rose, et aussi Grande Lire, pâturage, Glacier de la Grande Lire, et Pointe de la Grande Lire, sommet, 3360m, Petite Lire, pierrier, Pointe de la Petite Lire, sommet, 3443m, et Col de la Petite Lire, 3325m, tous ces noms aussi orthographiés Lyre en 1906 (Chanrion, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Plan des Lires, alpage (Fionnay, Bagnes, district d´Entremont, Valais).
Avec le suffixe diminutif -et ou collectif -et :
Ravin du Liaret, lieu-dit (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Lyret, quartier de Chamonix près de l´Arve (Vallée de Chamonix, Haute-Savoie).


Liaval, Liavas, Liavau
composés du patois li, « là », et Avau, « en bas ».
Liaval, hameau (Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
Prés Liavas, lieu-dit (Bassecourt, district de Delémont, Jura) ;
Pra Liavau, alpage (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg).

Liciat
Lieu-dit en forêt de la commune d´Oyonnax (Haut-Bugey, Ain), juxta terras de Lissiaco et Lissia en 1410, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Lissiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Lissius.

Liddes
Commune et village valaisans du district d´Entremont, Leides en 1177, Ledes en 1199, Litdes en 1200, Leddes en 1228, Leydes en 1256, Ligdes en 1259, Lyddes en 1267, Lydes en 1296, Liddes en 1345 et dès 1470, Lides en 1381, nom d´origine inconnue.
Liddes, hameau (Sierre, Valais), nom d´origine inconnue.

Lidedin
Maison isolée de Pomeiron (Conthey, Valais), Lidedain en 1906, composé du patois li, « là », et dedin, « dedans ».

Lieffrens
Hameau de la commune de Vuisternens-devant-Romont (District de la Glâne, Fribourg), ancienne commune, Leifres en 1147, Lenfrens au XIIème siècle, Lifreins en 1247, liefrens en 1304, lieffrens et Lyeffrens en 1403, Leiferens en 1755, dériverait d´un primitif *Leudefredingos, « chez les Leudefredingi », dérivé du nom propre Leudefred, « paix du peuple », [Perrenot], du germanique *leudi, « peuple, gens », et *friþu, « amour, paix » ou du nom propre Leudfrid, même sens [Stadelmann].
Bois de Lieffrens, dans la même commune.

Liençon
Gros Liençon et Petit Liençon, Lienson en 1906, maisons isolées de la commune de Charmey, district de la Gruyère (Fribourg), patois li en Son, « là au sommet ».

Liène, Lienne, Lion, Lionne
Du gaulois *glanna.
La Liène ou La Lienne, anciennement aussi La Rière, cours d´eau affluent du Rhône (Ayent, district d´Hérens, Icogne et Saint-Léonard, district de Sierre, Valais) ;
Lienne, Lienne Dessous et Lienne Dessus, alpages dont le nom vient de La Lienne, ancien nom du ruisseau des Roches (La Roche, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Le Lion, cours d´eau affluent de l´Allondon (Pays de Gex, Ain) ;
Le Lion, ancien nom du Nozon ;
La Lionne, Leona en 1481, La Lionnaz en 1867, cours d´eau affluent du lac de Joux (L´Abbaye, district de la Vallée, Vaud).
Voir aussi Angolon, Glion.


Lieu, Lieudieu, Lieux, Locum
Ces toponymes, du latin locus, « lieu », marquent souvent la présence d´un établissement religieux.
Le Lieu, locus dompni Pontii heremitae en 1155, le Lieu Poncet en 1408, emplacement d´une communauté monastique qui aurait été fondée entre le Vème et le IXème siècle par l´ermite Poncet, en latin Pontius, Villagium appellatum Locus, vulgariter le Lieu Poncet, ex quo de primi Pontius heremita (District de la Vallée, Vaud) ;
Lieu Beugnat, avec le patronyme rare Beugnat, maisons isolées (Courroux, district de Delémont, Jura) ;
Lieu Péter, avec le patronyme Péter, forme francisée de Peter, « Pierre », forêt (Corban, district de Delémont, Jura) ;
Petit Lieu, hameau, emplacement de l´ancien prieuré de moniales cisterciennes Notre-Dame du Lieu fondé en 1150, devenu Abbaye du Petit Lieu à la fin du XIIIème siècle (Perrignier, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
Lieudieu, Locus Dei au XIIème siècle, Locus Dey au XVème siècle commune et village du Pays viennois (Saint-Jean-de-Bournay, arrondissement de Vienne, Isère) ;
Pas Lieux, lieu-dit (Vionnaz, district de Monthey, Valais).
Forme latine :
Locum, hameau qui fut détruit le 15 mai 1584 par un éboulement qui ensevelit 122 personnes (Meillerie, Chablais, Haute-Savoie).

Voir aussi Bonlieu.


Lieufranc
Lieu-dit de la commune d´Evolène (District d´Hérens, Valais), composé du français lieu et franc, pourrait être un lieu d´accès libre.

Lieulever
Hameau de la commune de Montsapey (Basse-Maurienne, Savoie), anciennement Lieu-Lever, l´Alever, d´un nom local du pin cembrot, voir Allévays [Gros].

Lignan, Ligneux, Lignod, Lingeat, Lingiaz,
Linod
Noms issus d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine dérivé du gentilice Linius.
D´un primitif *Liniacum, dérivé avec le suffixe -acum :
Ligneux, De Ligneio et Castellum de Ligniaco en 1186, Ligniacus en 1187, Lineu et Linheu en 1226, Lignieu en 1567, hameau (Saint-Jean-de-Thurigneux, Dombes, Ain) ;
Lingeat, Lingia et Lingiacus vers 1335, Lingiaz en 1468, Lingiatz en 1564, hameau (Viriat, Bresse, Ain) ;
Lingiaz, Lingiaz en 1400, Lingia en 1413, Apud Lingie en 1455, hameau (Injoux-Génissiat, Michaille, Ain).

Probablement de même origine :
Grand Ligneux et Petit Ligneux, hameaux (Rancé, Dombes, Ain) ;
Sur Ligneux, lieu-dit (Champagne-en-Valromey, Valromey, Ain).

D´un primitif *[fundus] Linianus, dérivé avec le suffixe -anus :
Lignan, hameau (Nus, Vallée d´Aoste).

Dérivé avec le suffixe valdôtain -od :
Lignod, village (Ayas, Vallée d´Aoste) ; selon l´étymologie populaire, ce nom viendrait du latin lignum, « bois », allusion aux forêts qui se trouvaient là avant la déforestation ;
Linod, Apud Linnouz en 1345, hameau (Vieu, Valromey, Ain).


Ligne
La Ligne, lieu-dit de la commune de Miécourt (District de Porrentruy, Jura), du mot régional comtois ligne, « chemin dans les bois ».

Lignerolle, Lignière, Lignières, Linage, Linière
Linière, plantation de lin, champ de lin, ancien français ligneraie, ligniere, liniere, « champ semé de lin », du pluriel neutre latin pris pour un féminin *linaria, de linarium,« terre où l´on cultive le lin », ou de l´adjectif féminin pluriel linarias, « [terres] à lin », de linarius, « de lin », latin linum, « lin », ou moins probable, terrain forestier, latin médiéval lignarum, « droit d´usage du bois mort », de lignum, « bois à brûler, arbre ».
La Lignière, hameau (Gland, district de Nyon, Vaud) ;
Lignières, Lignière en 1867, hameau (Saint-Saphorin, district de Lavaux, Vaud).
Lignières, hameau (Petit-Bornand, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Lignières, Linieres en 1178, Lignière en 1246, Lineres en 1297, Lignyeres en 1349, commune et village (Neuchâtel) ;
Le Linage, forêt (Les Geneveys-sur-Coffrane, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
La Linière, alpage (Chézard-Saint-Martin, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel).
Avec le suffixe diminutif -olle :
Lignerolle, Lineroles vers 1165, Lineroules en 1228, Linnierules et Linnirules en 1235, Lignierules et Ligniruoles en 1446, Glignyroules en 1485, Lignyrolaz en 1521, Ligneroules en 1525, Lignerolles en 1867, commune et village, du diminutif *linariola, tire son nom des linières qui s´y trouvaient (District d´Orbe, Vaud).


Lignon
Le Lignon, domaine de la commune genevoise d´Aïre, primitivement appelé Gourbattes, puis Grebattes du nom du nant qui le traversait. En 1791, Francis d´Ivernois acquit cette campagne et lui donna le nom du Lignon, en souvenir du roman pastoral « L´Astrée » d´Honoré d´Urfé, qui évoque le Lignon, petite rivière du Forez.

Lilignod
Ancienne commune jusqu´en 1973 et village de la commune de Champagne-en-Valromey (Valromey, Ain), Lignynot et Lygnino en 1345, Apud lignodum en 1502, Lilignod en 1634, nom d´origine inconnue.

Lillaz
Nom dérivé de l´ila, patois valdôtain ila, « île », par agglutination de l´article.
Lillaz, hameau (Cogne, vallée d´Aoste) ;
Lillaz, hameau (Saint-Marcel, vallée d´Aoste).

Lillianes
Commune et village de la vallée d´Aoste, probablement un ancien domaine d´origine romaine [Villa] *Laeliana, dérivé avec le suffixe -ana du gentilice Laelius.

Lilliat
Hameau de la commune de Matafelon-Granges (Haut-Bugey, Ain), Lillia en 1299-1369, Lilia en 1337, Liliaz en 1670, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Lilliacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Lillius.

Limace, Limaces, Limasse, Limassey, Limassiex
Limace, ancienne orthographe limasse, du latin populaire limaca, limacia, latin vulgaire *limacea, féminin de *limaceus, du latin classique limax, limacis, « limace, escargot », dérivé du bas latin limo, « boue », latin limus, « limon, argile, vase, boue, fange ». Ces nom peuvent dériver directement de limo et désigner un endroit boueux.
La Limace, alpage (Notre-Dame-de-Bellecombe, Val d´Arly, Savoie) ;
Plan de la Limace, alpage et ruines (Jarsy, Bauges, Savoie) ;
Les Limaces, maison isolée, peut-être un sobriquet (Courtételle, district de Delémont, Jura).
Vieux français limasse, même sens :
La Limasse, prel de la Limace en 1415, prato de la Lymacyz en 1516, Limace et Limasse en 1906, maison isolée, Joux de la Limasse, forêt (Baulmes, district d´Orbe, Vaud).

Avec les suffixes collectifs -ex, -ey :
Limassiex, Limassier en 1906, lieu-dit (Yvonand, district d´Yverdon, Vaud) ;
Limassey, alpage (Saint-Rhémy-en-Bosses, vallée d´Aoste).


Limanda
Le Limanda, hameau de la commune de Rancé (Dombes, Ain), Parrochia de Limandas en 1186, Lymandas en 1365, Limanda en 1655, Lymanda sur la Carte de Cassini, Limandas en 1911, du bas latin limo, « boue », latin limus, « limon, argile, vase, boue, fange », ou racine gaulois *lim-, « boue, limon, vase », avec le suffixe -ande.

Limargue
Hameau de la commune de Bonne (Annemasse, Haute-Savoie), in Limargo en 991-1025.

Limes
Terres situées en limite d´un territoire, du latin limes, limitis, « limite, borne, frontière », ou terres humides, du bas latin limo, « boue », latin limus, « limon, argile, vase, boue, fange ».
Les Limes Derrière, Les Limes du Bas et Les Limes du Haut, maisons isolées (Cormoret et Villeret, district de Courtelary, Jura bernois).

Linardes
Les Linardes, maison isolée (Cossonay, Vaud), par féminisation d´un patronyme Linard lui-même dérivé de lin, voir Linière.

Linda, Lindar, Lindaret, Lindarets, Lindars,
Lindion
Peut-être dérivés du gaulois lindon, « liquide », puis spécialement « étang » [Delamarre], racine indo-européenne *lendh-, « liquide, source ». Selon Bessat 2004, lindar, linde, « limite, seuil ; ressaut », du latin limitaris, « relatif aux limites, qui fait limite ; bordure ».
La Linda, maison isolée (La Roche, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Rond-Point du Lindar, lieu-dit en forêt, Le Lindar et Forêt du Lindar, forêts déclives, et Col du Lindar, 1187m (Aillon-le-Jeune et La Thuile, Bauges, Savoie) ;
Tête des Lindars, sommet, 2560m (Flaine, Passy, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Le Lindion, alpage, et Le Lindion du Milieu, ruines (La Balme-de-Thuy, Bornes, Haute-Savoie).
Avec le suffixe diminutif -et :
Les Lindarets, alpage, nom monté à la Tête de Lindaret, sommet, 1950m (Vallon de Montriond, Chablais, Haute-Savoie).


Lingent
Hameau de la commune de Saint-Jean-sur-Veyle (Bresse, Ain), Lingens en 1228, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Lingingos, « chez les Lingingi », dérivé du nom propre Lingo [Perrenot].

Lion
Tête du Lion, 3715m, Col du Lion, 3580m, sur l´arête Ouest du Cervin (Alpes Pennines, Zermatt, district de Viège, Valais, et Valtournenche, vallée d´Aoste), et Glacier du Lion, côté italien, probablement par métaphore.

Lionnière
Lionnière, hameau, et Moulin de la Lionnière, maison isolée de la commune de Saint-Etienne-du-Bois (Revermont, Ain), de Leunerias en 1131, Lioneres vers 1157, Lianneres en 1200, Lionneres en 1250, de Lyonnieres en 1272, de Lyanneriis en 1277, probablement d´un anthroponyme *Leonerius.

Lioson
Probablement « lieu du sommet », du patois liu, « lieu », et Son, « sommet », nom désignant les pâturages les plus élevés [Jaccard].
Lac Lioson, Lioson d´en Bas et Lioson d´en Haut, Lyuson en 1247, Liogson et Lyogson en 1249, Lyoson en 1252, Lusun en 1287, maisons isolées au pied du Pic Chaussy (Les Mosses, Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Lioson, Lioson et Liuson supra Herniola en 1242, Lyusun en 1248, Lyoson et Lyosum en 1252, Lyouson et Lyeson en 1255, pascua de Gloson en 1329, pâturage au pied de la tour de Mayen (Corbeyrier, district d´Aigle, Vaud).

Lirdge Mont
Colline boisée de la commune de Montsevelier (District de Delémont, Jura), « grand mont », du patois jurassien laîrdge, « grand, large ».

Lirec
Alpage de la commune d´Ayer (Val d´Anniviers, Valais), selon Guex c´est une agglutination de L´Irec, « la petite aire », avec le suffixe patois valaisan -ec, voir Airets. On y verra plutôt une forme anniviarde de Lire avec ce même suffixe.
Torrent de Lirec, affluent de la Navisence.

Lischilir
Lischilir ou aussi Lischelier, lieu-dit de la commune de Loèche-les-Bains (District de Loèche, Valais), probablement une forme alémanisée au XVème siècle de L´Echelier.

Liseraz
Ruisseau de la Liseraz, exurgence aujourd´hui captée de la commune de Moiry (District de Cossonay, Vaud), dérivé de l´Iseraz par agglutination de l´article, du gaulois isara, voir Isère.

Lisières
Crêt des Lisières, lieu-dit de la commune de Buttes (District du Val-de-Travers, Neuchâtel) à la limite du canton de Vaud, français lisière, « frontière, bord d´un terrain », peut-être du francique *lisa, « ornière ».

Litro
Hameau de la commune de Trient (District de Martigny, Valais), Lestrio en 1342, plus tard aussi Leytroz, dérivé de L´Itro par agglutination de l´article.

Livet
Hameau de la commune de l´Oisans de Livet-et-Gavet (Le Bourg-d´Oisans, arrondissement de Grenoble, Isère), peut-être de l´ivet, « le petit if » par agglutination de l´article.

Livron
Ce nom pourrait être issu d´un cognomen comme Liberus avec le suffixe -onem. Le patronyme Livron est encore bien présent.
Le Mont Livron, Livruns en 1227, Lyvron en 1397, lieu-dit (Collonges, Pays de Gex, Ain) ;
Livron, quartier (Vétraz-Monthoux, Annemasse, Haute-Savoie).

Lizerne
La Lizerne, cours d´eau affluent du Rhône (Ardon, district de Conthey, Valais), aquam de Lyserna en 1268, aquam que vocatur Yserna en 1304, Iserna en 1339, Isernia en 1457, du gaulois isara, « l´impétueuse, la rapide », voir Isère.

Lo, Loz
Dérivé de L´Ô, par agglutination de l´article.
Nant de Lo, cours d´eau (Vallorcine, vallée de l´Eau Noire, Haute-Savoie) ;
Montagne de Loz, pâturage, autre graphie pour la Montagne de L´Au (Tanay, Vouvry, district de Monthey, Valais).

Loaye, Loie, Louie, Louïe, Louvie,
Louye, Louyes, Loy, Loyat, Loye,
Loyer, Loyers, Loyes, Loyette, Loyettes,
Loyon
1. Patois romand louye, loye, vieux français loye, « maison de chasse », voir Loge.
Loye, tertia Lobii en 1411, quartier de Loèche (Valais).
2. Mots régionaux loy, loye, « pré humide » (Savoie), loye, « ruisseau » (Ain) [Pégorier]. Patois savoyard louia, « fondrière », louie, louyé, lôye, « prairie humide, flaque d´eau », du gaulois *lokos, *lokwa, « lac ».

Les noms suivants répondent à l´une ou l´autre de ces définitions :
Loaye, lieu-dit (Chermignon, district de Sierre, Valais) ;
La Loie, lieu-dit (Les Geneveys-sur-Coffrane, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
La Louie, alpage (Sainte-Foy-Tarentaise, Savoie) ;
Pont de la Louie, sur le Doron (Villard-sur-Doron, Beaufortain, Savoie) ;
Ruisseau de la Louie Blanche et Ruisseau de la Louie Sabota, affluents du Ruisseau de la Sassière (Tignes, Haute-Tarentaise, Savoie) ;
Pointe de la Louïe Blanche, 2939m, à la frontière italienne, Passage de la Louïe Blanche, 2524m (Montvalezan, Tarentaise, Savoie), Col de la Louïe Blanche, 2567m, à la frontière italienne, et Torrent de la Louïe Blanche (Sainte-Foy-Tarentaise, Savoie) ;
Louvie, pâturage, Lac de Louvie et son émissaire, la Dyure de Louvie, torrent affluent de la Dranse de Bagnes, nom monté aux Têtes de Louvie, chaînon, 2590m, et au Col de Louvie, 2921m. à la limite avec Nendaz (District de Conthey, Valais) ;
Louye, en la Loye en 1696, terrain marécageux au bord du Rhône (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais) ;
La Louye, lieu-dit (Rueyres-les-Prés, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Louyes, hameau (Prez-vers-Noréaz, district de la Sarine, Fribourg) ;
Loy, maison isolée (Troistorrents, district de Monthey, Valais) ;
Crot di Loy, alpage (Torgnon, vallée d´Aoste) ;
Loye, autrefois Loy, village (Grône, district de Sierre, Valais).

Avec le suffixe collectif -er :
Le Loyer d´en bas et Le Loyer d´en haut, hameaux (Bons-en-Chablais, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Loyers, les Loviers en 1277, les Louyers en 1682, les Loïers et Loyers en 1730, hameau (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif -ette :
La Loyette, lieu-dit (Vuissens, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Loyettes, hameau (Villars-sous-Mont, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg).

Mot régional loie, loye, « ruisseau » (Ain) [Pégorier] :
Le Loyat, forêt (Sainte-Julie, Bugey, Ain) ;
Bois de Loyat, forêt (Lagnieu, Bugey, Ain) ;
Grand Loyat, lieu-dit (Saint-Maurice-de-Gourdans, Dombes, Ain) ;
Loyes, Lois et Loiarum en 1145, Loys en 1170, Loies en 1199, village et ancienne commune (Villieu-Loyes-Mollon, Dombes, Ain).

Diminutifs avec le suffixe -on :
Loyon, lieu-dit en forêt (Souclin, Bugey, Ain).

Avec le suffixe collectif -ette :
La Loyette, lieu-dit (Conand, Bugey, Ain) ;
Loyettes, Loietes en 1222, Loetes en 1230, Loyettes en 1250, Loyetes vers 1325, Loyetas en 1475, commune et village du Bugey (Lagnieu, arrondissement de Belley, Ain).


Lobatte
La Lobatte, lieu-dit de la commune de Corgémont (District de Courtelary, Jura bernois), probablement de même origine que Loge, francique laubja, « loge, hutte », avec le suffixe diminutif jurassien -atte.

Lobchez
Hameau de la commune de Soubey (District des Franches-Montagnes, Jura), Lo Besseal et Lo Bissel en 1178, Lobchey en 1179, Lobsey jusqu´au XVIème siècle, peut-être du latin bissius, « double ».

Loc, Luc
Du latin lucus, « bois sacré ; forêt, bois », issu du gaulois lucos, « taillis, clairière, bois sacré ».
Loc, Luch en 1267, Loc en 1342, Luz en 1454, hameau (Randogne, district de Sierre, Valais) ;
Luc, Lus en 1267, Luis en 1290, Lux en 1336, village (Ayent, district d´Hérens, Valais).
Voir aussi Saint-Luc.


Lochieu
Commune et village du Valromey (Champagne-en-Valromey, arrondissemnt de Belley, Ain), Lochiacus en 1244, Cura de Lochiou vers 1344, Lochyou en 1345, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Lochiacus, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Lochius.

Locras
Commune et village du district de Cerlier (Berne), Luscerat en 1277, nom allemand Lüscherz, nom d´origine inconnue.

Lods
Prés du Lods, lieu-dit de la commune de Soubey (District des Franches-Montagnes, Jura), vieux français et français régional lods, « droits de mutation », mot de même origine que alleu.

Lodze, Loge, Loges, Loget, Logette,
Logis
Galerie ou abri pour le bétail et les bergers, au Moyen Age hutte de branchages ou de fougères des bûcherons. Ancien français loge, « abri de feuillage, tente, petite maison, cabane », du francique laubja, « loge, hutte ».
La Loge, et Sous les Loges, maisons isolées (Lelex, Valserine, Pays de Gex, Ain) ;
Loge aux Boeufs, maison isolée (Eschert, district de Moutier, Jura bernois) ;
Les Loges, hameau (Fontaines, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel), et Bas des Loges, alpage (Fontainemelon, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Fontaine des Loges, lieu-dit en forêt (Les Montets, district de la Broye, Fribourg).
Diminutifs avec les suffixes -et, -ette :
Le Loget, maison isolée, mais c´est probablement un patronyme (Vailly, Chablais, Haute-Savoie) ;
Logette, hameau (Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Forme patoise valaisanne lodze, avec mutation du son [j] en [dz] :
Lodze et Chaux de Lodze, pâturages (Conthey, Valais).

Vieux français logis, « habitation, maison » :
Le Logis, hameau (Saint-Julien-sur-Veyle, Dombes, Ain) ;
Le Bon Logis, hameau (Mionnay, Dombes, Ain) ;
Le Grand Logis, lotissement (Mionnay, Dombes, Ain) ;
Logis des Trois Moineaux, lieu-dit (Francheleins, Dombes, Ain).

Voir aussi Loye.


Loèche
Loèche, district, commune et village valaisans, Leucam en 516, Luchia en 1017, Luechia au XIIème siècle, Louèche en 1906, nom allemand Leuk, pourrait dériver du gaulois leucos, « blanc ».
Loèche-les-Bains, commune et village valaisans, balneis Leuca en 1446, nom allemand Leukerbad, anciennement Boez et Buez en 1229, communitas de Buez en 1315, balnea de Boez en 1339, vallis de Bois en 1402, balnea magna in valle de Boës en 1405, Buex en 1421, voir Boet.

Loéne
La Loéne, hameau de la commune de Massongex (District de Saint-Maurice, Valais), du nom d´un cours d´eau affluent du Rhône, aqua dicta Aloygno en 1247, La Loenaz en 1906, nom d´origine inconnue.

Loërettes, Lorette, Lorettes
Endroit où poussent des lauriers (Laurus sp.), avec le suffixe collectif -ette.
Joux des Loërettes, forêt déclive (Leysin, district d´Aigle, Vaud) ;
Lorette, lieu-dit (Saint-Ursanne, district de Porrentruy, Jura) ;
Lorette, maisons isolées (Copponex, Genevois, Haute-Savoie) ;
Chapelle de Lorette, La Chapelle de Laurette en 1911, chapelle (Sainte-Julie, Bugey, Ain) ;
Les Lorettes, vigne (La Neuveville, Berne).

Loetschen
Val de Loetschen, en allemand Lötschental, vallée et commune (District de Rarogne, Valais), Lyehc en 1233, Liesch en 1290, Liech en 1477, Liec aux XIIIème et XIVème siècles, aussi vallis Illiaca superior dans les chartes, peut-être du celtique lica, licca, « pierre plate, dalle, falaise », voir Lé.

Lognan
Lointain, du bas latin longianum, même sens, adjectif formé sur le latin longe, « loin, au loin » Gros. Pour Berton, cité par Boyer, ce nom est un dérivés de logne, « bardane » avec le suffixe -an, voir Lognies, mais la forme ancienne de Coin Lognan, soit Cugneiolongian, étaie l´hypothèse de Gros.
Chalet de Lognan, alpage (Tignes, Haute-Tarentaise, Savoie) ;
Coin Lognan, Summitas de Cugneiolongian en 1393, du bas latin cuneus longianus, « coin lointain », Cuyn lognan en 1375, Mons de Cugneto lognian en 1392, Coin lognan en 1623, aussi nommé Le Grand Coin, sommet de la Montagne des Coins, 2729m, et Crête de Coin Lognan, qui culmine au Crêt Lognan, 2696m (Pontamafrey-Montpascal, Maurienne, et Saint-Martin-de-Belleville, Tarentaise, Savoie),
Montagne de Lognan, pâturage, nom monté au Glacier de Lognan (Argentière, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Plan de Lognan, alpage (Val Veny, vallée d´Aoste).
Voir aussi Pralognan-la-Vanoise.


Lognies
Lieu où abondaient les lognes, nom patois de la bardane (Arctium sp.) [Jaccard].
Dérivé avec le suffixe collectif -ie :
Les Lognies, vignoble (Luins, district de Rolle, Vaud).


Logras
Commune et village du département de l´Ain, commune de Péron (Pays de Gex), In Logratis villam en 912, Lograz en 1310, Logra en 1397, avec un anthroponyme *Logratus.

Loisieux
Commune et village de l´Avant-Pays savoyard (Yenne, arrondissement de Chambéry, Savoie), Loysiacum en 1404, Parrochia de Leysieu et Capellanus de Loysieu au XIVème siècle, nom de domaine d´origine gallo-romaine *Lausiacus, dérivé avec le suffixe -acus du gentilice Lausius [Gros].

Loisin, Loisinges, Lucens, Lucinge, Lucinges
Noms d´origine burgonde, dériveraient d´un primitif *Lausingos, « chez les Lausingi », dérivé du nom propre Lauso, d´un radical gothique laus, « libre » [Perrenot].
Loisinges, Losingis en 1263, hameau (Pers-Jussy, Genevois, Haute-Savoie) ;
Lucens, noms allemands Lobsingen et Losingen, in villa Losingus en 963, Locens en 1157, Lucens en 1217, commune et village (District de Moudon, Vaud) ;
Lucinge, hameau (Treffort-Cuisiat, Revermont, Ain) ;
Lucinges, in Luciniango en 991-1025, de Lusingo en 1078-1120, Lucinju et Lucingio en 1225, Lucinge en 1317, commune et village dont le nom pourrait aussi dériver d´une Villa Lucianicum, dérivé du gentilice Lucianius [Ch. Marteaux in Revue savoisienne, 1897, cité par Künzi 1997] (Annemasse-Nord, arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie).
Peut-être de même origine :
Loisin, commune et village du Bas-Chablais (Douvaine, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie).

Probablement par transfert :
Le Loisin, hameau (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).


Lombard, Lombarde, Lombarderie, Lombardes, Lombardière,
Lombardin, Lombardon, Lombards
D´après l´ethnonyme « Lombard », peuple germanique qui conquit l´Italie du Nord au VIème siècle. Au Moyen Age, les Savoyards appelaient Lombardie les territoires situés au-delà des Alpes. Le patronyme Lombard désignait à l´origine soit une personne originaire du Sud des Alpes, soit un prêteur sur gage, du nom de métier lombard.
Cerneux Lombard, maisons isolées (Le Noirmont, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Le Lombard, maisons isolées en clairière (Bovernier, district de Martigny, Valais) ;
Col Lombard, 3092m, entre les communes d´Albiez-Montrond (Maurienne, Savoie) et de La Grave (Hautes-Alpes) ;
Les Lombards, maison isolée (Veigy-Foncenex, Bas-Chablais, Haute-Savoie).
Par féminisation :
Les Lombardes, hameau (Saint-Jean-de-Sixt, Bornes-Aravis, Haute-Savoie).

Avec le suffixe de propriété -erie :
La Lombarderie, maison isolée en clairière (Bex, district d´Aigle, Vaud).

Avec le suffixe de propriété -ière :
La Lombardière, hameau (Sainte-Croix, Dombes, Ain) ;
Les Lombardières, lieu-dit (Bâgé-la-Ville, Bresse, Ain).

Diminutifs avec les suffixes -in, -on :
Lombardin, alpage (Ollomont, vallée d´Aoste) ;
Etang Lombardon (Ayent, district d´Hérens, Valais).

La Lombarde est aussi le nom d´un vent de sud-est en Maurienne :
La Lombarde, haute vallée d´Avérole (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie).


Lomenne
Lieu-dit de la commune de Saint-Ursanne (District de Porrentruy, Jura), dont le nom dériverait du latin locus communis, « place commune », et qui était primitivement une pâture ou un pré commun à tous les bourgeois de la ville.

Lomont
latin longus mons, « long mont ».
Lomont, bois de Loomont en 1308, petite chaîne de montagnes (District de Porrentruy, Jura) ;
Le Lomont, hameau (Damvant, district de Porrentruy, Jura).

Lompnas, Lompnès, Lompnieu, Lonay
Ces toponymes sont probablement tous des nom de domaine d´origine gallo-romaine issus du gentilice *Lonius.
Dérivés avec le suffixe -acum, noms primitifs *Lonniacum :
Lompnas, Lonnax en 1141, Ecclesia de Lomniaco en 1153, Lonnas en 1251, Lonnaz en 1339, Lompnacus, Lompnas et Lompnax en 1429, commune et village du Bugey (Lhuis, arrondissement de Belley, Ain) ;
Lompnieu, Cura de Logniou vers 1344, Parrochia de Longniou, Apud Longniacum et Ecclesia de Longniaco en 1345, Lognyou vers 1365, Lompniacus en 1520, commune et village du Valromey (Champagne-en-Valromey, arrondissement de Belley, Ain) ;
Lonay, nom actuel attesté en 1177, Losnai en 1213, commune et village (District de Morges, Vaud).

Dérivés du féminin pluriel *Lon[n]ae :
Lompnès, Lomnes en 1268, Castellum Lonnarum en 1277, Lompnes en 1281, Lomnis en 1286, Curatus Longnarum en 1313, Lumpnis en 1318, Cura de Lognes vers 1344, Longnes vers 1365, commune et village du Bugey (Hauteville-Lompnes, arrondissement de Belley, Ain).


Lona
Alpage de la commune de Grimentz (Val d´Anniviers, Valais), mentionné comme leonard au XIIIème siècle, pourrait venir de l´anthroponyme Léonard [Guex]. Nom monté au Pas de Lona, 2787m, col avec Saint-Martin (District d´Hérens), et à la Pointe de Lona, 2930m, et aussi Torrent de Lona, affluent de la Gougra, et Lac de Lona, et enfin Basset de Lona, 2792m.

Lonce
Ferme isolée de la commune du Mouret (District de la Sarine, Fribourg), patronyme Lonce, ancien prénom.

Loncy
Lieu-dit de la commune de Chavannes-sur-Moudon, district de Moudon (Vaud), paut-être d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Lonciacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Loncius.

Londge Roue, Longeraie, Longeraies, Longeray, Longeraye,
Longe Raye, Longerayes, Longe-Rey, Longes Rayes, Longue Raie,
Longue Raye, Longues Raies, Longues Rayes, Longues Roies, Longues Royes,
Lonzereyes
De Longe, « longue », et Raies, etc, « sillons dans un champ labouré », pour un champ de forme allongée.
La Longue Raie, lieu-dit (La Brévine, district du Locle, Neuchâtel) ;
Longue Raye, lieu-dit (Cheseaux-sur-Lausanne, district de Lausanne, Vaud) ;
Longues Raies, lieu-dit (Réclère, district de Porrentruy, Jura) ;
Longues Rayes, lieu-dit (Esserts, district du Lac, Fribourg) ;
Longues Roies, lieu-dit (Bonfol, district de Porrentruy, Jura) ;
Longues Royes, lieu-dit (Chevenez, district de Porrentruy, Jura).
Avec le vieux français longe, « longue » :
Longeraie, lieu-dit (Corcelles-sur-Chavornay, district d´Orbe, Vaud) ;
Longeraies, hameau (Le Mont-sur-Lausanne, district de Lausanne, Vaud) ;
Longeray, Longy Reys en 1460, Longirey en 1553, hameau (Léaz, Pays de Gex, Ain) ;
Longeraye, hameau (Forel, Vernay, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Longerayes, lieu-dit (Gy, Genève) ;
Longe Raye, hameau (Russy, district de la Broye, Fribourg) ;
Longe-Rey, En la Longy Rey en 1397 (Saint-Genis Pouilly, Pays de Gex, Ain) ;
Longes Rayes, lieu-dit (Noville, district d´Aigle, Vaud).

Forme patoise :
Lai Londge Roue, lieu-dit au bord du Doubs (Ocourt, district de Porrentruy, Jura).

Par mutation patoise du son [j] en [z] :
Les Lonzereyes, lieu-dit du vignoble (Randogne, district de Sierre, Valais).


Londzorne
Londzorne Derrey et Londzorne Devant, fermes isolées d´Enney (Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg), Longeornes en 1906, nom composé du patois londze, avec mutation du son [j] en [dz], voir Longe, et ancien français orne, patois orna, latin orda, « bande de terre ou rangée de ceps, sillon ».

Lône, Lônes
Mot régional du Lyonnais lône, « petit bras de rivière entouré de terrains vagues, où l´eau est dormante ; ancien lit de rivière envahi par les roseaux, les saules » [Pégorier].
La Lône, canal entre le Rhône et un de ses bras (Salaise-sur-Sanne, Pays viennois, Isère) ;
Lône de la Chaume, Lône du Content et Lône du Grand Gravier, bras du Rhône (Balan, Dombes, Ain) ;
Lône de Moiroud et Lône de la Vieille Ile, bras du Rhône (Cressin-Rochefort, Bugey, Ain) ;
Plan d´Eau des Lônes, au bord de l´Isère (Pontcharra, Grésivaudan, Isère).

Long, Longe, Longeole, Longeon, Longes,
Longs, Longue, Longues
Français long, longue, vieux français longe, « longue », du latin longa ou ancien français longé, « au long de ». Patois jurassien londge, patois valaisan lonze. Ces adjectifs s´appliquent à des terrains soit de forme allongée, soit situés par exemple le long d´un cours d´eau.
Etang Long, lieu-dit (Lens et Chermignon, district de Sierre, Valais) ;
Six Long, pâturage (Conthey, Valais) ;
Le Long Pré, maison isolée au bout d´une longue clairière (Vermes, district de Delémont, Jura) ;
Longs Bois, forêt allongée (Cudrefin, district d´Avenches, Vaud) ;
Les Longs Prés, lieu-dit (Domdidier, district de la Broye, Fribourg) ;
Longue Roche, crête rocheuse en forêt (Goumois, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Longues Parties, lieu dit (Cudrefin, district d´Avenches, Vaud).
Avec l´adjectif vieux français et franco-provençal longe, « longue » :
Chaux Longe, pâturage (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais) ;
Maison Longe, alpage (Vallée des Glaciers, Les Chapieux, Savoie) ;
Longe Perche, lieu-dit (Saint-Triphon, Ollon, district d´Aigle, Vaud) ;
Longe Planche, maison isolée (Estavannens, Bas-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Longe Verne, lieu-dit (Pampigny, district de Cossonay, Vaud) ;
Longe Vy, Longevy en 1554, lieu-dit (Arnex-sur-Orbe, district d´Orbe, Vaud) ;
Bois à la Longe, forêt déclive (Le Locle, Neuchâtel) ;
Longes, Domus fortis de Longua en 1288, château (Sulignat, Dombes, Ain) ;
Les Longes, forêt déclive (Ugine, Val d´Arly, Savoie) ;
Longes Pièces, maisons isolées (Sâles, district de la Gruyère, Fribourg).

Diminutif de Longe avec le suffixe -ole :
Longeole, lieu-dit (Virieu-le-Grand, Bugey, Ain).

Diminutif de Longe avec le suffixe -on, soit un patronyme ou un sobriquet, soit une petite parcelle de terrain allongée :
Longeon, hameau (Emarèse, Vallée d´Aoste).

Diminutif de l´ancien français alonge, « allongement », avec le suffixe -on :
La Longeon, Alonjon en 1419, Alongeon sur la Carte de Cassini, ruines en forêt (Izernore, Haut-Bugey, Ain).

Voir aussi Crêtalonze, Londge Roue, Londzorne, Longbroye, Longeaigue, Longeau, Longebonne, Longeborgne, Longecha, Longechenal, Longefont, Longefrasse, Longemale, Longennes, Longeverne, Longeville, Longevoy, Longive, Lonvernay.


Longbroye
Lieu-dit de la commune de Payerne, (Vaud), du français long et de Broye, pour désigner des terrains situés le long de la Broye.

Longchamp, Long Champ, Longschamps, Longs Champs
Français long et champ.
Longchamp, Ecclesia Longi Campi en 1250, vers Lung Champ et Vers Lonc Champ en 1285, Longo Campo en 1335, ancienne commune et hameau (Lent, Bresse, Ain) ;
Long Champ, hameau (Puidoux, district de Lavaux, Vaud) ;
Les Longschamps, es Longs Champs en 1441, es Long Champs en 1530, es Longchamps et au Long Champ en 1596, es Long Champts, es Long Champtz et es Longs Champz en 1600 [Michaud], lieu-dit (Bôle, district de Boudry, Neuchâtel) ;
Longs Champs, lieu-dit (Orny, district de Cossonay, Vaud).

Longeaigue, Longe Aigue
De l´ancien français longé, « au long de », avec aigue, « eau ».
Longeaigue, lieu-dit le long du Buttes (Buttes, district du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
Longe Aigue, lieu-dit le long du Bey (Avenches, Vaud).

Longeat
Dos Longeat, hameau de la commune de Coeuve (District de Porrentruy, Jura), avec le patronyme Longeat, variante jurassienne du diminutif Longet.

Longeau
Commune et village bernois du district de Büren, dont l´église est mentionnée comme Sancti Germani e longa aqua, « Saint Germain sur la longue eau », qui a donné Longiewa en 1228, Longeau en 1262. Nom allemand Lengnau, anciennement Lengenach en 990, Lengowe en 1180.

Longebonne
Hameau de la commune de Mercury (Combe de Savoie, Savoie), bonne pièce de terre allongée, composé de l´adjectif substantivé Longe, et de bonne. Voir aussi Longemale.

Longeborgne
Ermitage construit en 1522 dans les gorges de la Borgne (Sion, Valais), Longe Borny en 1448, de l´ancien français longé, « au long de », et du nom de la Borgne.

Longecha
Lieu-dit de la commune de Saint-Jean-de-Belleville, canton de Moûtiers (Tarentaise, Savoie), composé de Longe et Cha.

Longechenal
Commune et village de la Bièvre (Le Grand-Lemps, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), villa de Longi Chanal au XIIIème siècle, parrochia de Longe Canali et capella Longi Canalem au XIVème siècle, Longii Canalis sans date, composé de Longe et Chenal.

Longecombe
Composé de Longe et Combe.
Longecombe, Longa Cumba en 1130, Longecomba en 1385, Longacomba en 1433, village et ancienne commune (Hauteville-Lompnes, Bugey, Ain).

Longecour
Hameau de la commune de Dommartin (Bresse, Ain), Longa Curtis en 920, Lunga Curia en 1359, Longycort en 1401, Longecort en 1636, Longecourt en 1911, du latin longus, « long, étendu », et de curtis.

Longefont
Ecart du village d´Autavaux (Vernay, district de la Broye, Fribourg), de l´ancien français longé, « au long de », et Font, pour un lieu-dit situé près d´une source ou d´un ruisseau.

Longefrasse
Forêt de Longefrasse, forêt déclive de la commune de Saint-Jean-de-Belleville, canton de Moûtiers (Tarentaise, Savoie), composé de Longe et Frasse.

Longemale, Longemâle, Longemalle
Mauvaise pièce de terre allongée, de l´adjectif substantivé Longe, et du suffixe -male. C´est le contraire de Longebonne. Le deuxième terme pourrait aussi venir de la racine préromane *malla, « boue » [Bossard], voir Maley
Longemale, hameau (Marlens, Pays de Faverges, Haute-Savoie) ;
Longemâle, maison isolée (Mézières, district d´Oron, Vaud) ;
Longemalle, anciennement Aula longua, Longimala en 1278, Longamala en 1298, Longamalla au XIVème siècle, in domo de Malalonga en 1303, in domo Male longe en 1305, apud longam malam en 1309, quartier et place de la ville de Genève, ancienne bande de terre marécageuse qui avançait dans le lac à l´Est de la baie du Molard, baie qui s´enfonçait jusqu´aux Rues-Basses.
Longemalle, lieu-dit (Cartigny, Genève) ;
Longemalle, maisons isolées en clairière (Saint-Gervais-les-Bains, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Fin de Longemalle, lieu-dit (Montagny, district de la Broye, Fribourg).

Longemont
Colline allongée de la commune d´Aclens, district de Morges (Vaud), composé de Longe et de Mont.

Longennes, Longines
Terrains, champs, parcelles allongés, voir Longe.
Les Longennes, lieu-dit (Cornol, district de Porrentruy, Jura) ;
Les Longines, hameau, manufacture (Saint-Imier, district de Courtelary, Jura bernois).

Longeret
La Longeret, maisons isolées de la commune du Bouchet (Bornes-Aravis, Haute-Savoie), soit un patronyme Longeret, soit un petit terrain de forme allongée, soit encore une cacographie de Longeraie.

Longet
Variante de longuet, diminutif de « long », peut désigner un petit terrain allongé, mais c´est aussi un sobriquet devenu un patronyme Longet.
Le Longet, hameau et cours d´eau affluent du Rhône (Chancy, Genève) ;
Pra Longet, hameau (Villars-Mendraz, district de Moudon, Vaud).

Longevaux
Longue vallée, composé de Longe et Vaux.
Longevaux, alpage (Rochers de Nayes, Villeneuve, district d´Aigle, Vaud).

Longevavre
Etang de la commune de Chalamont (Dombes, Ain), Longivavra en 1407, composé de Longe et vavre, voir Vaivre.

Longeverne, Longevernes, Long Vernex
« Longue aulnaie », composé de Longe et de dérivés de verne.
Longeverne, lieu-dit (Combremont-le-Grand, district de Payerne, Vaud) ;
Longevernes, lieu-dit (Apples, district d´Aubonne, Vaud) ;
Long Vernex, lieu-dit (Chevroux, district de Payerne, Vaud).

Longeville
Probablement un ancien domaine gallo-romain Longa villa, « le long domaine ».
Longeville, Longavilla en 1261, hameau (Orges, district d´Yverdon, Vaud) ;
Longeville, De Longa Villa en 1436, Longueville en 1670, hameau (Ambronay, Bugey, Ain).

Longevit
Lieu-dit de la commune de Chabrey (District d´Avenches, Vaud), de l´ancien français longé, « au long de », et Vit, « chemin ».

Longevoy
La Longevoy, cours d´eau de la commune de Sergy (Pays de Gex, Ain), A Juria fluit aqua de Longevoy et Juxta nantum de Longevum en 1397.

Longirod
Commune et village vaudois du district d´Aubonne, Longirot en 1267, Longiro en 1391, 1441 et 1472, nom d´origine inconnue.

Longive, Longive-de-Prouvin, Longivue
Hydronymes qui signifient la « la longue eau », voir Longe, « longue », et les suffixes -ive, -ivue.
Longive, hameau (Puidoux, district de Lavaux, Vaud) ;
La Longive, affluent de la Broye (District d´Oron, Vaud) ;
La Longive-de-Prouvin, cours d´eau affluent de la Longivue (District de la Sarine, Fribourg) ;
La Longivue ou La Longive, cours d´eau affluent de la Glâne (District de la Sarine, Fribourg).

Lonnaz, Lornaz
Nom issu de L´Ornaz, par agglutination de l´article.
Lornaz, lieu-dit en forêt (Verchaix, Faucigny, Haute-Savoie).
Dérivé de Lornaz par assimilation de rn en nn :
Bois de Lonnaz, forêt (Allinges, Bas-Chablais, Haute-Savoie), et Sur Lonnaz, hameau voisin (Armoy, Bas-Chablais, Haute-Savoie).


Lons-le-Saunier
Arrondissement, canton, commune et village du département du Jura, nom celtique *Ledo, auquel les Romains ajoutèrent le qualificatif Salinarius, en raison des salines et sources thermales.

Lonvernay
Lieu-dit de la commune de Maxilly-sur-Léman (Chablais, Haute-Savoie), probablement composé de long, et Vernay.

Lonza
Cours d´eau affluent du Rhône (District de Rarogne, Valais), Lodentza en 1304, Lodenza en 1307, nom d´origine inconnue.

Loquette
Lieu-dit en forêt de la commune de Boudry (Neuchâtel), peut-être du latin lucus, « bois sacré, taillis, forêt, clairière, petit bois », avec le suffixe diminutif -ette.

Lordel
On pourrait supposer que ce nom est une agglutination de l´ordel, où ordel est une forme ancienne ou patoise de orvale, « désastre, catastrophe », voir Orvales.
Lordel, hameau (Enges, district de Neuchâtel).

Lorge
La Lorge, lieu-dit de la commune de Misery-Courtion (District du Lac, Fribourg), peut-être per agglutination de l´article d´un ancien l´orge.

Loriaz
Chalets de Loriaz, alpage, Loria sur la Carte Nationale, Montagne de Loriaz, pâturage, Nant de Loriaz, affluent de l´Eau Noire, nom monté à l´Aiguille de Loriaz, 2752m, et aux Cornes de Loriaz, 2726m, à l´origine Mont Royal de Vallorcine, devenu Mont Real, puis Laurea et enfin Loriaz selon Bossus cité par Boyer. En revanche, [Bessat 2007], qui cite des formes anciennes Leaux Royal et Leaux Reyal, y voit un ancien L´Au Riaz, avec Au, « alpage », et un terme Riaz à rapprocher de Raies, « rigole, sillon ».

Loriol
Maison isolée de la commune de Confrançon (Bresse, Ain), nom attesté en 1536, patronyme issu de l´ancien français oriol, « loriot », du latin aureolus, « doré », par agglutination de l´article.

Lormay
Lormay, hameau, et Lanches de Lormay, pentes raides (Grand-Bornand, Bornes, Haute-Savoie), dérivé de L´Ormay par agglutination de l´article.

Lornard
Hameau de la commune de Saint-Jorioz (Annecy, Haute-Savoie), Villornaz en 1391, Villorna en 1407, Vilornaz en 1708, du nom de domaine d´origine gallo-romaine *Villa Ornata, du cognomen Ornatus, latin ornatus, « beau, splendide ; distingué, honoré, considéré ».

Lornier
Lieu-dit en forêt de la commune de Massongy (Bas-Chablais, Haute-Savoie), pourrait être issu par agglutination de l´article de l´ornier, variante de orne, nom vulgaire du frêne orne (Fraxinus ornus L., Fraxinus florifera ou Ornus europaea), du latin ornus, « orne, frêne », par dissimilation du gaulois onno-, « frêne ».

Lortier, Lourtier, Lurtier
Noms dérivés de Ourtier, etc, par agglutination de l´article.
Lortier, hameau (Entremont, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Lourtier, nom patois vourtye, « orties », village (Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Lurtier, lieu-dit (Panex, Ollon, district d´Aigle, Vaud).

Lorzier, Lossy
Nom d´origine gallo-romaine, dérivé avec le suffixe -acum d´un nom de personne indéterminé [Stadelmann], ou d´un gentilice Loscius, Lossius [Jaccard].
Lossy, lozchie en 1228, lozie en 1229, Lochie en 1267, Lotzie en 1294, locie en 1363, Locye en 1445, village de la commune de la Sonnaz (District de la Sarine, Fribourg), ancienne commune ;
Lossy, in Luxuviaco ou in Luxuniaco en 991-1025, aussi anciennement Lochy, hameau (Cranves-Sales, Annemasse, Haute-Savoie).
Probablement de même origine :
Lorzier, de Losserio en 1140, Lorsie en 1309, aussi Lossiacus [Régeste Genevois], et Lorsier au XIXème siècle (Viuz-en-Sallaz, Faucigny, Haute-Savoie).


Losanche, Loz
Ces noms pourraient venir d´un patois valdôtain lo, lod, lo, lot, loz, correspondant au français l´eau, avec agglutination de l´article.
Loz, hameau (Valtournenche, vallée d´Aoste).
Avec le suffixe -anche :
Losanche, hameau (Valtournenche, vallée d´Aoste).


Losentse
La Losentse, cours d´eau affluent du Rhône (District de Conthey, Valais), Agensi en 1177 et 1218, Azenchy en 1325, aquam de Ausenches en 1339, devenu Losenze, Lozenche, puis Losentse par agglutination de l´article, nom d´origine inconnue formé avec le suffixe -entse.

Losiardes
Les Losiardes, anciennement Lozia, Lozeardes, lieu-dit à Montblesson (Lausanne, Vaud), d´un ancien patronyme Delozéa, nom d´un réfugié huguenot [Bossard].

Lotrey
Habitat dispersé de la commune d´Evolène (District d´Hérens, Valais), de l´autre côté de la Borgne par rapport au village, probablement dérivé de l´autre [côté] ou de lé outre, « là outre, de l´autre côté », voir Léoutre.

Lots
Français lot, « portion d´un bien divis, d´une propriété foncière que l´on vend par parcelles », probablement issu du francique *lot.
Les Lots du Bouchet, et Lots des Bourses, forêts près de Chamonix (Vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Les Grands Lots, forêt déclive (Bonneville, Faucigny, Haute-Savoie).

Lottafon
Lieu-dit de la commune de Marchissy (District d´Aubonne, Vaud), serait selon Jaccard une cacographie de Autafond, avec agglutination de l´article.

Louchet
Maisons isolées de la commune de Flumet (Val d´Arly, Savoie), patronyme Louchet, sobriquet d´un homme qui louche.

Loue, Louve
Ancien français loue, de oue, « ruisseau », par agglutination de l´article. Oue dériverait du latin odoanna, formé de *od, « torrent », et du gaulois onno, « cours d´eau, source ». Loue est devenu Louve par attraction paronymique.
La Loue, maison isolée (Gruyères, district de la Gruyère, Fribourg) ;
La Loue, anciennement La Louve (Département du Doubs) ;
Place de la Louve (Lausanne, Vaud).

Loué, Louère, Louérettes, Loués, Louettes,
Luan, Lues, Lués, Luesse, Luette,
Lui, Luis, Luisettes, Luisin, Luiton,
Luys
Couloir herbeux raide entre deux arêtes, montagne présentant de tels couloirs. Mots régionaux lex, loé, louex, luex, lui, luy, « paroi de rochers ou pente très déclive » [Pégorier]. Patois loé, lui, « forte pente herbeuse », celtique *loke, *loc, *luic, *leigh, « pente lisse, paroi rocheuse ».
La Loué, pâturage déclive (Savièse, district de Sion, Valais) ;
La Louère, alpage (Mase, district d´Hérens, Valais) ;
Les Loués, pâturage (Saint-Gingolph, district de Monthey, Valais) ;
Luan, alpage avec habitat dispersé (Corbeyrier, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Lues, lieu-dit (Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Les Lués, lieu-dit (Salanfe, Evionnaz, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Les Lués Rares, pâturage (Tortin, Nendaz, district de Conthey, Valais) ;
La Luesse, lieu-dit (Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
La Grande Lui, sommet, 3509m, et Col de la Grande Lui, 3419m (Val Ferret, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
Lui Dolly, avec un nom propre, pâturage (Conthey, Valais) ;
La Lui Dessous et La Lui Dessus, pâturages avec maisons (Derborence, Conthey, Valais) ;
Les Luis, alpage (Verbier, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Luis Blanches, lieu-dit (Arbaz, district de Sion, Valais) ;
Les Luys, hameau d´Anzère (Ayent, district d´Hérens, Valais).
Diminutif avec le suffixe -in :
Le Luisin, sommet, 2786m (Evionnaz et Salvan, district de Saint-Maurice, Valais).

Diminutifs avec le suffixe -ette :
Les Louérettes, sommet, 3069m (Nendaz, district de Conthey, et Hérémence, district d´Hérens, Valais) ;
Les Louettes Econdouè, barre de rochers, 2786m (Nendaz, district de Conthey, Valais) ;
La Luette, sommet, 3548m, Col de la Luette, 3369m (Fionnay, Bagnes, district d´Entremont, et Val des Dix, Hérémence, district d´Hérens, Valais), et Glacier de la Luette (Val des Dix, Hérémence, district d´Hérens, Valais) ;
La Luette, Lueth en 1322, hameau, Torrent de la Luette, affluent de la Borgne, et Bella Luette, alpage (Saint-Martin, district d´Hérens, Valais) ;
Les Luisettes, lieu-dit et sommet, 3443 (Alpes Pennines, Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais et Val d´Ollomont, vallée d´Aoste).

Avec le suffixe -on :
Le Luiton, lieu-dit (Grimisuat, district de Sion, Valais).

Voir aussi Luidefour, Malalui.


Louennaz, Louennette, Loup, Loups, Louvarin,
Louvatière, Louverin, Louvière, Louvin, Lovaret,
Lovarey, Lovataire, Lovateyre, Lovatière, Lovatières,
Lovaty, Lovayre, Lovégno, Lovére, Lovereche,
Loveresse, Loveresses, Lovières, Lovin, Lovreylaz
Loup, mammifère carnassier de la famille des Canidés (Canis lupus), latin lupus, « loup ».
Le Loup, anciennement le Lau, hameau (Saint-Etienne-de-Cuines, Maurienne, Savoie) ;
Le Champ au Loup, lieu-dit (Fillinges, Genevois, Haute-Savoie) ;
Le Coin du Loup, lieu-dit en montagne (Vénosc, Oisans, Isère) ;
Crêt du Loup, sommet, 1864m, pourrait être une remotivation d´un nom monté d´un alpage Crevelout (La Clusaz, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Creux du Loup, maisons isolées au bord de la Sarine (Marly, district de la Sarine, Fribourg) ;
La Grange au Loup, hameau (Larringes, Chablais, Haute-Savoie) ;
Gros Loup, Grosloup en 1570, maison isolée (Replonges, Bresse, Ain) ;
L´Oreille du Loup, sommet, 2291m (Saint-Honoré et Lavaldens, Matheysine, Isère) ;
Pas du Loup, lieu-dit (Plateau des Glières, Entremont, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Peau de Loup, maisons isolées (Cessieu, La Tour-du-Pin, Isère) ;
Pierre au Loup, hameau (Chevilly, district de Cossonay, Vaud) ;
Le Pont du Loup, sur le Viaison (Reignier, Genevois, Haute-Savoie) ;
Tête du Loup, petit sommet, 1665m (Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais) ;
La Cache aux Loups, lieu-dit en forêt ; (Saint-Sulpice, district du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
Grotte aux Loups, lieu-dit en forêt (Perrignier, la Côte en Chablais, Haute-Savoie).
Par métaphore :
Dent du Loup, sommet, 2151m (Cornettes de Bise, Chablais, Haute-Savoie).

Lieu fréquenté par les loups ou piège à loup, patois neuchâtelois et ancien français lovière, « tanière à loup, piège à loup », patois comtois louvière, « piège à loup », latin luparia, luperia, « louvière » :
La Louvière, hameau (Presinge, Genève) ;
Lovaret, maison isolée en clairière (Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
Lovarey, lieu-dit (Aime, Tarentaise, Savoie) ;
Les Lovayres, lieu-dit (Praz-de-Fort, Orsières, district d´Entremont, Valais) ;
La Lovére, clairière avec maisons isolées (Bassecourt, district de Delémont, Jura) ;
Loveresse, Loveresce en 1148, Loverezo en 1179, Loverasse en 1225, commune et village, Moulin de Loveresse, hameau, et Bergerie de Loveresse, maisons isolées (District de Moutier, Jura bernois) ;
Les Loveresses, marécage (Villars-sur-Ollon, Ollon, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Lovières, lieu-dit (Tramelan, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Lovreylaz, Loverelle en 1545, Louverela en 1688 [Michaud], quartier (Bôle, district de Boudry, Neuchâtel).

Forme patoise avec mutation de [ss] en [ch] :
Route de Lovereche (Miège, district de Sierre, Valais).

Diminutif avec le suffixe -in :
Louvarin, alpage (Chamois, vallée d´Aoste) ;
Le Louverin, maison isolée (Les Geneveys-sur-Coffrane, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel).

Adjectif vieux français louvin, lovin, « du loup », ou patronymes Lovin, Louvin de même origine :
Bois de Louvin, et Finage de Louvin, lieu-dit (Prêles, district de la Neuveville, Jura bernois) ;
Bochat Lovin, lieu-dit (Siviriez, district de la Glâne, Fribourg).

Avec le suffixe collectif -y :
Lovaty, alpage (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg).

Probablement un lieu où les louves mettent bas, avec les suffixes collectifs -aire, -eyre, -ière, ou dans certains cas du patronyme Louvat, Lovat, avec le suffixe de propriété -ière :
La Louvatière, lieu-dit en forêt (Massongy, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
La Lovataire, lieu-dit (Seiry, Lully, district de la Broye, Fribourg) ;
La Lovateyre, ou La Lovataire sur la Carte Nationale, hameau (La Folliaz, district de la Glâne, Fribourg) ;
La Lovatière, alpage, Ruisseau de la Lovatière, nom monté au Col de la Lovatière, 2417m (La Plagne, Tarentaise, Savoie) ;
Les Lovatières, lieu-dit en forêt (Combloux, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Autres dérivés des patois leu, lou, « loup », leuva, louva, « louve » :
La Louennaz, alpage (Châtel, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
La Louennette, lieu-dit (Châtel, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Lovégno, Loveno en 1339, alpage, Alpe de Lovégno, pâturage, nom monté à la Becca de Lovégno, sommet, 2860m (Mase, Nax et Saint-Martin, district d´Hérens, Valais), et au Pas de Lovégno, 2695m (Nax et Saint-Martin, district d´Hérens, Valais).

Voir aussi Loup Pendu, Pralovin.


Louge
Dérivé de Ouge par agglutination de l´article.
La Louge, maison isolée (Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Loumonts
Les Loumonts, lieu-dit et Forêt des Loumonts, forêt déclive de la commune de Villeret (District de Courtelary, Jura bernois), d´un patronyme Loumont.

Loup, Loups
Patronyme Loup, qui est aussi un prénom.
Champ Loup, lieu-dit en forêt (Injoux-Génissiat, Michaille, Ain) ;
Les Champs Loup, lieu-dit (Buttes, district du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
Pré Loup, lieu-dit (Monthey, Valais) ;
Les Loups, hameau (Loisin, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Les Enfants Loups, lieu-dit (Injoux-Génissiat, Michaille, Ain).

Loure
La Loure, hameau de la commune de Jussy (Genève), pourrait être dérivé de *L´Alloure, variante de alleu, voir Allou.

Lourtens
Commune et village fribourgeois du district du Lac, Lurtens en 1620, nom allemand Lurtigen et Lurtingen en 1558, d´un patronyme issu du latin Laurentius [Perrenot].

Lousine
Alpage de la commune de Fully (District de Martigny, Valais), aussi Loursine en 1906, dérivé de l´oursine, latin [comba] ursina, « [combe] des ours », par agglutination de l´article, voir Ours.

Loussot
Derrière Loussot, lieu-dit de la commune de Molondin (District d´Yverdon, Vaud), d´un patronyme Loussot français.

Lovagny, Lovenex, Luponnas
Noms issus d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine comme *Lupaniacum ou *Lupiniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Lupanius ou Lupinius, du latin lupus, « loup ».
Lovagny, Lovaniacus en 1032-1044, ecclesia Sanctae Mariae Lovaniensis en 1107, Loagneu en 1123, Prior de Lovagnie vers 1344, commune et village (Annecy Nord-Ouest, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie) ;
Lovenex, alpage, Lac de Lovenex (Saint-Gingolph, district de Monthey, Valais), et Pas de Lovenex, 2091m (Saint-Gingolph et Vouvry, district de Monthey, Valais) ;
Luponnas, Lupiniacus en 843, Loponas vers 1250, De Lopona vers 1325, De Loppona en 1433, Luppona en 1492, Lupponas en 1670, Luponas en 1671, hameau (Vonnas, Dombes, Ain).

Lovat, Lovats, Lovet, Lovettes
Patronymes Lovat, Lovet, de l´ancien français lovat, lovet, « louveteau ».
Le Lovat, lieu-dit (Sottens, district de Moudon, Vaud) ;
Aux Champs Lovats, lieu-dit (Yverdon-les-Bains, district d´Yverdon, Vaud) ;
Bois Lovet, forêt (Boussens, district de Cossonay, Vaud) ;
Pra Lovet, maison isolée (Essertines-sur-Yverdon, district d´Echallens, Vaud).
Par féminisation du patronyme Lovet :
Les Lovettes, lieu-dit (Montricher, district de Cossonay, Vaud).


Lovatens
Commune et village vaudois du district de Moudon, Lovatingis en 996-1017, Lovartens au XIIIème siècle, aussi Lovattens jusque vers 1900, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Laudewaldingos, « chez les Laudewaldingi », dérivé du nom propre Laudewald, « celui qui règne par sa stature », d´un radical laudan, « croître » et du germanique *valdan, « celui qui règne » [Perrenot].

Lovens
Village de la commune de La Brillaz (District de la Sarine, Fribourg), ancienne commune, Louens au XIIème siècle, Lovains en 1215, Loveins en 1254, nom actuel attesté au XIIème siècle, noms allemands Loving et Lowing, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *Lovingos, « chez les Laubingi », dérivé du nom propre Lauba, apparenté à l´ancien haut allemand lob, germanique *luba, « louange » [Perrenot], ou d´une racine Loba-, cf. les noms attestés Loba, Lobo, Lopus [Stadelmann].

Löwenbourg
Hameau et ancien prieuré de la commune de Pleigne (District de Delémont, Jura), en allemand Löwenbourg, « forteresse du lion », du nom du château construit au XIIIème siècle par Henri de Löwenbourg sur d´anciennes fortifications de bois du Xème siècle et abandonné au XVIème siècle.

Loyon, Loyons
Patronyme ou sobriquet Loyon, hypocoristique de Louis.
Planches à Loyon, lieu-dit (Villorsonnens, district de la Glâne, Fribourg) ;
Les Loyons, maisons isolées (Marboz, Bresse, Ain).

Lucelle
Village de la commune de Charmoille, district de Porrentruy (Jura), nom allemand Lützel et Lucicella en 1125, Lucella en 1136, Lucela en 1139, Lucila en 1175, Monasterio de Luciscella en 1189, Lucella en 1300, siège d´une ancienne abbaye cistercienne, près de l´étang et du cours d´eau du même nom ; selon Jaccard c´est un nom hybride, formé de l´ancien haut allemand luz[z]il, germanique lutila, « petit », qui correspond au nom allemand Lützel, du moyen haut allemand lützel, « petit, limité », et du latin médiéval cella, « établissement religieux » ; le nom aurait été changé par les moines en Lucis cella, « maison de lumière ». D´autres dérivations, du latin lucus, « taillis, clairière, bois sacré », ou du bas latin *lacuscellus, « petit étang », ne sont pas confirmés par la forme la plus ancienne.
La Lucelle, cours d´eau affluent de la Birse (Bourrignon et Pleigne, district de Delémont, Jura) ;
Etang de Lucelle, sur le cours de la Lucelle (Pleigne, district de Delémont, Jura) ;
Mont Lucelle, maison isolée et Prés de Lucelle, clairière (Charmoille, district de Porrentruy, Jura).

Luche
Luche, hameau de la commune de Taninges (Faucigny, Haute-Savoie), probablement de L´Uche par agglutination de l´article.

Lugnez
Commune et village du canton du Jura, probablement Luguniacum pagus Alsinsis au VIIIème siècle, Lunigie en 1181, puis Lugney en 1316, Leugney au XVème siècle, vico Lugdanico dans la Vie de Saint-Imier au XVème siècle, aussi vico Lugduniaco. Ce nom se rapproche de celui de Lyon, Lugdunum, « colline sacrée (dunon) du dieu gaulois *Lug », avec le suffixe -iacum, et a pu être apporté par les premiers évangélisateurs de la région, qui venaient de Lyon, ou par un gallo-romain Lugdunius.

Lugnorre
Village de la commune du Haut-Vully (District du Lac, Fribourg), Luginares et Leuconatres en 1079, Leuconares en 1145, Luchnorro en 1183, Loisnuerre en 1216, Losnoros en 1228, Lonurro vers 1230, Lolnouros en 1235, Losnorro, Lausnoro, Lausnotro, Lunuerre et Lenoro en 1317, Lognerro et Lonerro en 1336, Lonero et Lugnourro en 1352, Lunouroz en 1373, etc. ; selon Aebischer ce serait un ancien *Losun(i)odurum, à rapprocher de l´anthroponyme *Lousinos, dérivé de Lousius, avec le suffixe durum, « forteresse ».

Lugon
Tête à Lugon, petit sommet (2373m) de la commune de Finhaut (District de Saint-Maurice, Valais), patronyme Lugon, famille de Finhaut, nom dérivé de L´Hugon par agglutination de l´article, patronyme Hugon, nom d´une autre famille de Finhaut.

Lugrin
Commune et village du Chablais (Evian-les-Bains, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie), sur les rives du Léman, ad Logrino capella en 892, Lugrino en 1275, nom romain Lugrianum, dérivé avec le suffixe -anum du gentilice Lugrius.

Lugrines
Les Lugrines, vigne de la commune de Monnaz (District de Morges, Vaud), par féminisation d´un patronyme Lugrin.

Luidefour
Couloir herbeux raide, voir Lui, et Defour.
Luidefour, hameau (Villards-sur-Thônes, vallée du Nom, Haute-Savoie).

Luins
Commune et village vaudois du district de Rolle, Cunyna en 979-1046 pourrait être *Lunyna, Luins en 1115, Luyns en 1335, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif *[H]ludingos, « chez les [H]Ludingi », dérivé du nom propre hluda, d´un radical hlod-, hlud-, « libre » [Perrenot].

Luisandre
Probablement d´un ancien anthroponyme comme Lysandre, général spartiate.
Luisandre, maison isolée (Péronnas, Bresse, Ain) ;
Granges de Luisandre, Locus Luysandrie en 1314, Luyssandres en 1422, Luisandres en 1536, Luisandre sur la Carte de Cassini, En Luisendre en 1811, maisons isolées, et Mont Luisandre, Per Lusandrias en 1169, Mons qui dicitur Luisandres en 1213, Luysandre en 1650, petit sommet (805m), sur lequel se trouvait un château, chasteau de Luisandres en 1650, (Saint-Rambert-en-Bugey, Bugey, Ain).

Luisieu, Luzier
D´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Lutiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Lutius.
Luisieu, lieu-dit (Groslée, Bugey, Ain) ;
La Luisieu, in Lutiaco en 861, Luziaco en 1191, maisons isolées (Belley, Bugey, Ain).
Peut-être de même origine, ou d´un patronyme Luzier :
Luzier, hameau (Sallanches, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).


Lullier, Lullin, Lully
Noms de domaines gallo-romains dérivés d´un gentilice Lullius, variante de Lollius.
Domaine gallo-romain Lulliacum, dérivé avec le suffixe -acum :
Lullier, Luliacum au XIIème siècle, de Lulie en 1220, Lullye en 1305, Lullier en 1364, Lulli sur la Carte de Cassini, Lulliez et Lully en 1906, et Le Petit Lullier, hameaux (Jussy, Genève) ;
Lully, Luliacum en 516, lulliaco en 1011, Lulliacum en 1017, Lulie en 1228, Lulye en 1285, Lulliez en 1520, Lullie en 1668, commune et village (District de la Broye, Fribourg) ;
Lully, Luliacum au XIIème siècle, Lulie en 1220, Lullie en 1304, Prior de Lullier vers 1344, Lilli sur la Carte de Cassini, hameau (Bernex, Genève) ;
Lully, Lulliacum en 1011, Lulli en 1177, Lulie en 1217, Luliey en 1257, Lulliez en 1453, commune et village (District de Morges, Vaud) ;
Lully, Lullye en 1297, Cura de Lullier vers 1344, commune et village de la Côte en Chablais (Douvaine, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie).

Domaine gallo-romain Lullianum, dérivé avec le suffixe -anum ; pour Nègre 1990 c´est un dérivé de l´anthroponyme germanique *Ludelinus :
Lullin, nom romain Lullianum, Lulins en 1078-1120, de Lullino en 1250, Lullins en 1275, commune et village de la vallée de la Dranse (Arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie), et Grange de Lullin, ruines dans la même commune.


Lumbin
Commune et village du Grésivaudan (Le Touvet, arrondissement de Grenoble, Isère), Lumbino villa vers 1095, Magnus Lumbinus au XIIIème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Lumbianum, dérivé avec le suffixe -inum du nom d´homme romain Lumbius ;
Petit Lumbin, Lumbineti villa au XIVème siècle, Lumbinetum au XVème siècle, hameau de la même commune.

Luminaire
Bien dont le revenu servait à payer l´éclairage d´une église, ancien français luminaire, « service et frais de l´éclairage d´une église ».
Luminaire, Pratum luminarie ecclesie Condeysiaci en 1492, ancien lieu-dit (Chaveyriat, Dombes, Ain) ;
Luminaire, lieu-dit (Saint-Nizier-le-Bouchoux, Bresse, Ain) ;
La Luminaire, lieu-dit (Ambérieux-en-Dombes, Dombes, Ain).

Lupieu
Hameau de la commune de Saint-Rambert-en-Bugey (Bugey, Ain), Lopiacus en 1422, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Lopiacus, dérivé avec le suffixe -acus du gentilice Lopius.

Lupigny
Nom d´origine gallo-romaine, nom de domaine *Lupiniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Lupinius, nom d´homme latin dérivé de lupus, « loup ». Cf. en France Louvigné, Louvigny.
Lupigny, lieu-dit (Pampigny, district de Cossonay, Vaud) ;
Lupigny, maison forte (Boussy, Albanais, Haute-Savoie).

Lurcy
Commune et village de la Dombes (Thoissey, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), Luperciacus vers 853, Luperciacum en 885, Lupertiacus en 892, In villa Luherciaco en 1096, Villa de Lurciaco en 1149, Ecclesia de Lurce vers 1250, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Luperciacum, dérivé avec le suffixe -acum du nom de personne Lupercius, forme latinisée de l´anthroponyme germanique Liubhart, ancien haut allemand liub, « cher, aimé » et hart, « dur, fort » [Förstemann].

Lusignat
Hameau de la commune de Chevroux (Bresse, Ain), Lusignia vers 1325, Lusigniacus en 1366 et 1493, Lusigniaz en 1538, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Lusiniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Lusinius.

Lussery
Commune et village vaudois du district de Cossonay, Luseri en 1147, Luxirie au XIIIème siècle, Lussirie en 1230, Luxirie, Luxirier et Luxurie en 1387, Luxurier en 1461, Luxiry en 1699, nom de domaine d´origine gallo-romaine *Luxuriacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Luxurius, du latin luxus, « faste, luxe, splendeur, somptuosité, profusion ».

Lussex, Lussy
Nom romain *Luciacum, dérivé avec le suffixe -acum probablement du gentilice Lu[s]cius [Stadelmann].
Le Lussex, habitat dispersé (Jouxtens-Mézery, district de Lausanne, Vaud) ;
Lussy, Lussiei et Luciei au XIIème siècle, Lussie en 1228, Luxie en 1258, Lussye en 1260, lussie en 1403, village, ancienne commune (La Folliaz, district de la Glâne, Fribourg) ;
Lussy-sur-Morges, in villa Luciaco en 1026, Lusci en 1177, Luxie en 1228, Lussie en 1230, Luxye en 1279, Lussiez en 1453, commune et village (District de Morges, Vaud).
Voir aussi Lussy.


Luthézieu
Commune et village du Valromey (Champagne-en-Valromey, arrondissement de Belley, Ain), Autasiou en 1239, Autaysieu en 1258, Cura de Othesiou vers 1344, Othesiou et Outaysiacus en 1345, Ottesiou vers 1365, Theisieu ou Uthesieu en 1650, Le Thesieu en 1670, Teisieu en 1734, Luteyzieu en 1790, de l´anthroponyme gaulois *Altasius.

Lutinière
Grotte, source, lieu où séjournent les lutins.
Source de La Lutinière (Fontanil-Cornillon, Chartreuse, Isère).

Lutrive, Lutry
Lutry, commune et village du Lavaux (Vaud), où existaient à l´époque romaine un castrum et un village de pêcheurs nommés Lustriacum en 516, in Lustraco en 907, Lutriacum en 1017, in episcopatu Lausanensi, ecclesia Sancti Martini Lustriacensis en 1107, Lustriacus en 1123, vallis de Lustriaco en 1138, Lustriei en 1147, Lustrey en 1160, Lustrie en 1213, Lustriez en 1536, Lutri en 1849, nom dérivé du gentilice Lustrius avec le suffixe -acum. Ancien nom allemand Ryffthal.
Nom formé avec le suffixe -ive :
La Lutrive, cours d´eau de la commune de Lutry, affluent du Léman.


Luyre, Luyrieu
Noms de domaines d´origine gallo-romaine dérivés du gentilice Lurius.
D´une *[villa] Luria :
Luyre, Lhuire sur la Carte IGN, Loieres et Loires en 1213, Chastelard de Luyres en 1650, Louyre sur la Carte de Cassini, maisons isolées (Jujurieux, Haut-Bugey, Ain).

D´un primitif Luriacum, dérivé de Lurius avec le suffixe -acum :
Luyrieu, Ex Castro Luriaco vers 1050, Luyriaco vers 1100, Luireu en 1213, Luiriacus en 1215, Luyreu en 1220 aussi Luyrieux au XVIIIème siècle, hameau (Béon, Valromey, Ain).


Luzieux
Hameau de la commune de Varacieux Sud du Grésivaudan, Isère(), Alleysieu au XVème siècle, Alisieu sans date probablement d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine *Alisiacum, dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme gaulois Alisios ou romain Alisius.

Luzinay
Commune et village du Pays viennois (Arrondissement de Vienne, Isère), Lucennacum villa en 885, Lucennanus villa au IXème siècle, Luzennay au XIIème siècle, Luziniasium sans date, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme romain Lucenus.

Lyveroulaz
Hameau de la commune de Saint-Nicolas (Vallée d´Aoste), patronyme attesté dans la région.